Activation Commerciale

(Auteur : Sylavin Arnulf)
Volvo a mis la main sur la start-up américaine Luxe, spécialisée dans les services aux automobilistes, avec une offre de parking à la demande. Le constructeur veut ainsi développer une offre de conciergerie liée à ses véhicules.

Volvo acquiert Luxe, une start-up de conciergerie automobile

Volvo accélère en Silicon Valley. Le constructeur automobile (propriété du groupe chinois Geely) va s’appuyer sur l’équipe d’une start-up locale pour développer son expertise dans le numérique. Il annonce le rachat de la start-up Luxe, créée en 2013. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.

SERVICE DE VOITURIER ET DE CONCIERGERIE AUTOMOBILE
Luxe a développé un service de voiturier à la demande à San Francisco, New York et Chicago, par l’intermédiaire d’une application mobile. Ses “gilets bleus” proposent aussi des services de conciergerie en lien avec le parking. Luxe était en recherche d’investisseurs pour continuer son activité et avait suspendu son principal service de conciergerie en avril 2017. Elle avait reçu 75 millions de dollars d’investissements depuis sa création. Le co-fondateur de Luxe Curtis Lee va devenir vice-président de Volvo en charge du digital.

Les data scientists, développeurs logiciels et d’applications vont rejoindre les équipes digitales de Volvo dans la région. Les technologies de Luxe (liées au calcul du temps d’approche, à la cartographie, à la logistique des commandes) seront utiles au constructeur né en Suède.

DE NOUVEAUX SERVICES DIGITAUX EN PRÉPARATION
Luxe va participer à la création de nouveaux services numériques pour les Volvo du futur (100% électriques dès 2019). La marque développe un service pilote de ré-approvisionnement de carburant à la demande pour ses clients à San Francisco. A l’avenir, la marque pourrait aussi développer des services de valet pour faire laver son véhicule, l’emmener au garage ou au contrôle technique, par exemple.

Source : usine-digitale.fr

(Auteur : Alexandre Guillet)
Un cadre historique et prestigieux pour accueillir un best-seller ! Volvo France met en place une installation éphémère pleine de distinction comme prélude au lancement du XC60.

Volvo invite son XC60 aux jardins des Tuileries

Si Volvo a choisi de ne plus exposer sur tous les salons automobiles d’envergure, le Mondial en étant l’illustration qui a le plus d’écho pour nous dans la zone Europe, ses dirigeants ont toujours expliqué que cette décision s’inscrivait dans une logique d’arbitrage budgétaire et que les sommes économisées pouvaient être allouées à d’autres opérations, de nature plus exclusive de préférence, positionnement Premium oblige.

La direction de Volvo France l’a bien compris et, après la soirée Home dédiée au nouveau XC90 dans l’espace Electric, et la présentation statique des V90 et S90 et du XC90 dans son élitiste finition Excellence dans la cour du musée Maillol, c’est cette fois au tour du XC60 de bénéficier du cadre somptueux du jardin des Tuileries pour faire parler de lui entre sa présentation au… salon de Genève et les premières livraisons attendues en septembre.

Le choix du lieu, le carré des sangliers niché à l’entrée du jardin des Tuileries côté place de la Concorde, est judicieux à plus d’un titre. D’une part, il correspond parfaitement au positionnement Premium non ostentatoire de la marque. En effet, quand la beauté d’un lieu est frappée du sceau de l’histoire, l’écueil bling-bling est évité. D’autre part, la majesté du plus ancien jardin à la française permet une digression cohérente vers le design du XC60, les nouveaux codes de la marque s’appariant avantageusement avec la silhouette du XC60, plus gracile que celle du XC90. Enfin, qui dit jardin dit aussi respect de l’environnement et un XC60 hybride est d’ailleurs exposé. L’installation épurée à dominante blanche vient ponctuer cette partition sans déséquilibre.

Yves Pasquier-Desvignes, président de Volvo Cars France, se réjouit de cette opération qui se tiendra les week-ends des 22 et 23 avril, et du 29 avril au 1er mai, de 9h à 19h : “C’est d’ores et déjà un succès dans la mesure où nos distributeurs s’approprient le lieu, en plus des créneaux prévus pour les flottes.” Actena Automobiles, Elysée Automobiles, et les groupes Duffort, ABVV et Bidaud ont notamment programmé des événements pour leurs clients et prospects. Au chapitre commercial du pré lancement, Yves Pasquier-Desvignes est aussi très satisfait, le XC60 enregistrant en moyenne quelque cinquante commandes par semaine depuis le salon de Genève. De toutes les façons, il y a fort à parier que les équipes et les distributeurs de Volvo France seront surtout appelés à composer avec des approvisionnements limités et des délais de livraison allant en s’allongeant… “Des problèmes de riches…”, sourit Yves Pasquier-Desvignes, qui affirme par ailleurs que la convention du réseau qui s’est tenue au Louvre il y a quelques jours fut très stimulante, tous les voyants étant au vert chez la plupart des opérateurs.

Source : journalauto.com

(Author : Kristen Hall-Geisler)
Volvo announced that it’s joining other automakers in creating a business unit devoted to car sharing. The new shared mobility unit will be based on Sunfleet, a car sharing service that Volvo has run since 1998. So after nearly two decades, Volvo should be pretty comfortable with the service.

Volvo Cars digital key

The new unit will expand Sunfleet globally. Right now, it only operates in 50 cities in Sweden, but those cities have 50,000 subscribers using a fleet of about 1,200 Volvos “rarely more than a year and a half old,” if Google’s translation of the Swedish Sunfleet site is correct.

Sunfleet is a station-based car sharing system akin to ZipCar rather than a free-floating service like car2go. Users register on the website, book a car, unlock it with an app, and find a key in the glove box to start the car. Since the fleet is swapped out pretty frequently, it probably won’t be long before users will be able to unlock the car with the app too.

As it stands now, users can rent a car once, sign up for a monthly subscription, or take a car for the weekend, from Friday at 5 p.m. to Monday at 8 a.m. Because Sunfleet is station-based, you pick up the car where it’s parked and return it there when you’ve finished your short-term rental.

Volvo promises to announce more details of its car sharing and mobility unit’s expansion in the coming months, but if it’s stuck with Sunfleet this long, expect to see a similar (though maybe autonomous?) system as part of the global expansion.

Source : techcrunch.com

(Auteur : autojournal)
Aux Etats-Unis, Volvo lance un programme pilote de conciergerie afin de répondre aux moindres besoins de quelques propriétaires de XC90 et S90.

volvo-lance-son-service-de-conciergerie

Comme Audi ou Mercedes avant lui, Volvo franchit une nouvelle étape vers le haut de gamme. Le constructeur suédois lance un programme pilote de conciergerie auprès de 300 propriétaires d’un XC90 ou d’une S90 vivant à San Francisco (Etats-Unis). Grâce à de nouveaux services intégrés à l’application pour smartphone “Volvo On Call”, ces cobayes plutôt veinards n’ont désormais plus à faire le plein, à laver ou à emmener leur voiture en révision. Quelqu’un d’autre le fait pour eux.

Une clé numérique à usage unique
Les demandes d’intervention émises par le client depuis son smartphone sont en effet adressées à un prestataire de service. Ce dernier a ensuite accès au véhicule grâce à une clé numérique à usage unique, qui ne peut être utilisée qu’à un endroit et durant un laps de temps donnés. Et une fois les prestations effectuées, le véhicule est ramené à son endroit initial ou livré à n’importe qu’elle autre adresse à la demande du client. Il est alors verrouillé et la clé numérique expire.

“Imaginez-vous garer votre voiture le matin au bureau et, au moment de rentrer chez vous, retrouver une voiture révisée et lavée avec le plein de carburant”, explique Björn Annwall, vice-président senior en charge de l’expérience utilisateur globale de Volvo. “C’est le genre de services que nous souhaitons proposer à nos clients”, ajoute-t-il. “Nos études révèlent que nous passons plusieurs heures par semaine à gérer ce genre d’impératifs. Nous voulons rendre ce temps précieux aux conducteurs de Volvo pour qu’ils puissent en profiter autrement”.

Faciliter la vie des clients
“Notre démarche est assez simple : nous voulons faciliter la vies des utilisateurs en nous appuyant sur les dernières technologies connectées, regroupées sous la forme d’une application pour smartphone simple d’utilisation”, précise pour sa part Anders Tylman-Mikiewicz, vice-président en charge des services de connectivité de Volvo. Il n’y a donc plus qu’à attendre que ce service soit déployé à grande échelle…

Source : news.autojournal.fr

(Auteur : ZDNet.fr)
Le constructeur automobile a signé un accord avec Microsoft autour de ses lunettes à réalité augmentée, lunettes qui pourraient se retrouver dans les concessions.

HoloLens, Volvo veut en faire un outil de relation client

Visualisation de données, pédagogie ‘augmentée’, communication et collaboration, narration interactive expérimentale, interaction homme machine ; divers domaines sont d’ores et déjà ciblés par Microsoft pour ses HoloLens. En mai dernier, l’entreprise avait profité de sa conférence Build pour démontrer tout le potentiel qu’HoloLens pouvait proposer aux professionnels.

Car c’est bien le secteur B2B qui est visé dans un premier temps par Microsoft. Et alors que ces lunettes sont encore loin d’être finalisées, la première mouture des lunettes holographiques de Microsoft seront distribuées aux développeurs dans le courant de l’année prochaine, des entreprises commencent à passer des accords avec la firme.

C’est le cas de Volvo qui voit bien HoloLens révolutionner la relation client en concession. “Imaginez une amélioration de votre expérience chez le concessionnaire, vous permettant de voir tout l’intérieur du véhicule qui vous intéresse. Avec le pouvoir des hologrammes vous avez la possibilité d’ouvrir complètement la voiture, de regarder le moteur de plus près, d’inspecter le châssis, la chaîne cinématique ou la transmission en action”, explique Microsoft dans un communiqué.

L’idée est donc de permettre au client de se plonger dans un modèle et même d’y ajouter sa personnalisation en temps réel et voir le résultat sous forme d’hologramme affiché dans un environnement réel, le principe des HoloLens.

Source : www.zdnet.fr

(Auteur : L’Atelier)
L’équipe innovation du constructeur automobile suédois Volvo a développé l’application “Roam Delivery”. Celle-ci permet de se faire livrer ses colis directement dans sa voiture. Certaines questions quant à l’accès au service restent en suspens.

 

Volvo Livraisons Itinérantes

Pionnière de l’application pour contrôler à distance le verrouillage des portes ou la mise en route du chauffage de la voiture, la marque Volvo poursuit ses efforts d’innovations autour de la voiture connectée et la mobilité. Cette fois, la marque suédoise cherche à faire converger plusieurs services vers la voiture. Son équipe innovation a ainsi conçu un système de livraison itinérante de façon à optimiser notamment le temps de ses clients. Le responsable de l’innovation stratégique Johan Maresch était à Paris à l’occasion de la Fevad pour présenter l’expérience ‘Roam Delivery‘. Destinée à des clients fervents des achats en ligne et pour lesquels la livraison à domicile ou à un point de vente trop éloigné est contraignante, l’application propose de livrer les colis directement dans leur coffre de voiture.

Se faire livrer où que l’on soit grâce au GPS intégré

Plutôt que d’indiquer une adresse fixe au moment de passer des commandes, une autre option serait pour les clients Volvo ayant souscrit à ce service d’opter pour la livraison itinérante grâce à un système de GPS intégré. Autrement dit, plutôt que de fournir son identifiant, il s’agirait de fournir celui de son véhicule et d’être informé de l’heure de livraison par sms. A condition également que les clients acceptent certaines contraintes, notamment celle du tracking en temps réel de la voiture. Celle aussi de laisser sa voiture à un emplacement accessible au livreur (éviter le parking privé) et d’accepter le contrôle distant de l’ouverture du coffre pour que les colis puissent être déposés sans que personne n’ait besoin d’être dans le véhicule. Pour cela, le propriétaire doit accepter la livraison et ainsi transmettre une clé numérique à usage unique qui permettra l’ouverture. Alors qu’il y a lieu de s’inquiéter de la sécurité des données recueillies par l’application, Johan Maresch assure que la dimension pratique de l’outil surpassera les réticences, lesquelles se dissiperont avec le temps.

Un modèle économique à définir

Pour gagner la confiance des clients dans la sécurité du dispositif, Johan Maresch a pensé à équiper les livreurs d’une petite caméra embarquée qui prendrait des photos à un court intervalle de temps. Ce dispositif permet de dédouaner le livreur s’il venait à être accusé d’un vol. Certaines questions ont été anticipées mais d’autres restent en suspens. Comme de savoir quel modèle économique appliquer. Les clients auront-ils accès au service via un abonnement payant, ou s’agita-t-il d’un système intégré à la voiture par défaut et qu’il suffira d’activer. Autre question, comment ce concept va-t-il pouvoir se transposer chez les concurrents (achat de l’application Volvo, développement de leur propre service…). Si le système a pour l’instant été testé pour la livraison de courses alimentaires, le service pourrait s’étendre à d’autres produits achetés en ligne (vêtements, décoration…). Pour l’heure, l’application est déjà opérationnelle mais Volvo doit encore trouver et officialiser des partenariats avec les sites de e-commerce.

Source : atelier.net