Activation Commerciale

(Author : Retail Design Blog)
Topshop recently launched their Flagship Oxford Street ‘Neon Summer’ Window. The installation is themed around a series of festival inspired mannequins poised on a collection of colourful neon lit plinths has been designed and produced by Blacks Visual in collaboration with the Topshop Creative Team.

Topshop Oxford Street

The window concept reveals a lighting installation featuring a series of summer style oversize neon phrases hung with visible yellow cables that create an illuminated multi-coloured, playful backdrop.

Topshop Oxford Street1

Source : retaildesignblog.net

(Author : Sandra Halliday)
To mark the start of the Summer season from now up until June 4, the window of Topshop’s global flagship store on London’s Oxford Street has been transformed into an interactive pool scene, complete with a 360º Virtual Reality water slide, “ready to take customers on a fully immersive ride.”

Topshop adds VR to flagship to celebrate start of summer

It’s a major development for the retailer with users starting their VR journey seated on a giant inflatable at the entrance to the slide and then being “thrust into a fictional Topshop-themed world with a few surprises along the way.” Starting at the store, “the ride will see consumers embark on a hyper-real, high-intensity journey across London’s streets, twisting and turning their way through the computer-generated landscape.”

It’s an interesting development for a store that usually grabs more headlines for its collaboration with supermodels and designers or the activities of its controlling shareholder Sir Philip Green.

But it reflects the major impact advanced technology is making on retail and how flagships need to be more than just big and well-stocked, they need to offer one-of-a-kind experiences too. Given that this is as much about marketing as anything, consumers will be able to share the experience with their social followers in a dedicated Splash! at Topshop area within the store. And Snapchat users will be able to access an exclusive Topshop lens available from May 27 “that will see them immersed in a surreal summer-themed aquatic world.”

Sheena Sauvaire, Global Marketing and Communications Director at the company, said: “Topshop Oxford Street has one of the most prominent store fronts in the world. As VR technology continues to advance our desire was to blend it with retail theatre to create an immersive and shareable experience for our consumers, as a fun way to celebrate the start of summer.”

Source : trendhunter.com

(Author : Sandra Halliday)
The brands will open five physical stores in a partnership deal with local e-tailer Shangpin.com but could open as many as 75 more if the handful of launch stores prove to be popular.

topshop-and-topman-in-landmark-deal-for-mainland-china-stores

Shangpin already sells the Topshop and Miss Selfridge brands in China and Topshop currently has three Hong Kong stores.  Sir Philip Green, majority owner of Arcadia, said the move is “the start of a unique, exciting and exclusive partnership that will cement Topshop and Topman’s mission of becoming truly global businesses”. Shangpin CEO David Zhao said it was “gratifying to be trusted by such world-renowned fashion brands to take them further in China”.

Topshop is Arcadia’s star brand, having a similar status to that of Zara in rival Inditex’s broad portfolio. However, unlike Zara, Topshop, and its Topman offshoot, is still relatively small scale when it comes to international expansion. It has only 620 directly-managed and franchised stores spread across 40 countries, but the UK remains its largest market. There are currently over 2,000 Zara stores worldwide.

Yet as a key tourist destination for visitors to London, Topshop clearly has a high international profile and analysts see huge potential in a faster global rollout. In announcing the new Chinese partnership, Arcadia did not say who would own the new stores, although it did say they will be jointly managed by the two firms. It will be a welcome distraction for Sir Philip who has been in the news this year more for his actions over failed retailer BHS than for Topshop and has seen widespread criticism and personal attacks both in the British parliament and the press.

The criticism came after the consortium to which he sold BHS for £1 proved unequal to the task of running the chain. It collapsed in the summer and Sir Philip has been under pressure to pump cash into the pension scheme to fill its current black hole.

 

Source : us.fashionnetwork.com

 

(Auteur : Elodie Tymen)
L’enseigne Topshop expérimente le paiement différé dans neuf de ses boutiques australiennes. Les clients peuvent désormais se promener dans les boutiques de la marque et repartir avec leurs articles…sans les payer immédiatement.

en-australie-faire-du-shopping-et-payer-plus-tard-est-desormais-possible

Effeuiller méticuleusement les rayons un à un, essayer sa sélection et passer à la caisse… sans payer. C’est le principe du «Pay later» ( Payer plus tard, en français) que propose la chaîne de vêtements, cosmétique et décoration TopShop. En effet, les clientes australiennes de Topshop peuvent depuis le mois de septembre, repartir avec des vêtements sans les payer immédiatement grâce à un partenariat entre TopShop et la start-up melbournienne Afterpay.

Comment ça marche? Les clients accèdent via leur smartphone à l’application Afterpay dans laquelle ils entrent le détail de leurs achats et reçoivent un code-barres d’approbation qu’ils présentent ensuite à la caisse. Le vendeur vérifie le code-barres et le client peut quitter le magasin. Afterpay couvre le coût des achats et contacte par la suite les clients pour le paiement, qui peut être effectué en plusieurs fois (jusqu’à quatre fois) sur un maximum de 56 jours. Aussi, chaque paiement peut être espacé de deux semaines et aucun frais supplémentaire ni intérêt ne sont ajoutés au montant initial. Cependant, s’ils manquent des paiements, les clients encourront des pénalités de retard. «Pour nos jeunes clients, le concept de satisfaction instantanée est crucial. Il peut à présent être réalisé grâce à Afterpay. Tous les ‘musts’ deviennent à portée de main avant épuisement des stocks», explique Hilton Seskin, président de Topshop et Topman Australie à WWD.

«Le système est conçu pour encourager les clients à acheter plus, sachant qu’ils peuvent régler plus tard», explique Nick Molnar, directeur général d’Afterpay, «nous prônons le système du gagnant-gagnant pour nos marques partenaires». La start-up compte déjà plus de 600 marques associées en ce qui concerne son service de paiement différé en ligne.

Le prêt-à-porter, un secteur en mutation
L’enseigne britannique n’est pas la première à se lancer dans l’aventure du paiement différé. Des marques moins connues comme Veronika Maine et Cue Clothing Co ont déjà expérimenté ce nouveau mode de consommation.

Les modes de consommations dans le secteur de la mode sont depuis quelques années en pleine mutation, les entreprises s’adaptant aux évolutions de sa demande et de son environnement. Sur le site web Try.com, on peut par exemple commander des vêtements, les essayer et décider de les renvoyer si nécessaire. Chez Rent the Runway, pour un abonnement de 75 dollars (soit 70 euros) par mois, on peut louer des accessoires, sacs à main, bijoux, signés par des grands noms de la mode. Enfin, Bungalow Clothing ou The Closet ont lancé à la fin de l’année dernière, l’envoi aux clients d’une sélection d’articles à domicile. Chez, Bungalow Clothing, les clients ne paient que ce qu’ils choisissent de conserver. En France, enfin, la marque de lingerie Undiz expérimente un service de retour d’articles depuis la boîte aux lettres.

Source : lefigaro.fr

(Auteur : Barbara Santamaria)
Novembre verra l’ouverture des premiers magasins Topshop en Allemagne, le premier à Berlin et le second à Oberhausen.

topshop-va-installer-prochainement-ses-premiers-magasins-en-allemagne

Le magasin Topshop/Topman de Berlin ouvrira le 17 novembre dans la Galeria Kaufhof d’Alexanderplatz. L’espace s’étendra sur plus de 1 300 mètres carrés sur trois étages, avec une surface de 910 mètres carrés dédiée aux collections féminines au rez-de-chaussée et au premier étage, ainsi que 390 mètres carrés attribués à Topman au deuxième étage. Bien qu’elle soit située à l’intérieur du grand magasin, la boutique du groupe Arcadia aura sa propre entrée au niveau de la rue, ainsi que des entrées à l’intérieur, à chaque étage de la Galeria Kaufhof.

Quant à la boutique d’Oberhausen, elle couvrira une surface de 1 133 mètres carrés au sein du CentrO et ouvrira le 24 novembre. Le magasin mettra également en avant à la fois Topshop et Topman, couvrant respectivement 827 mètres carrés du rez-de-chaussée et 306 mètres carrés du premier étage.

Les magasins Topshop proposeront la collection principale de la marque, ainsi que les gammes Tall, Petite, Boutique et Beauté, tandis que les espaces Topman offriront les pièces premium de la collection homme, notamment LTD, Lux, Premium et AAA. Ces lignes se trouveront aux côtés des pièces formelles de Topman.

D’autres ouvertures de magasins sont prévues pour 2017, mais aucune indication n’a été apportée quant aux futurs lieux. En Allemagne, Topshop et Topman sont actuellement disponibles en grands magasins chez Oberpollinger à Munich, KaDeWe à Berlin et Karstadt à Hambourg, ainsi qu’en ligne et sur zalando.de.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Auteur : fashionnetwork)
Les clients australiens de Topshop pourront bientôt se promener dans des boutiques de la marque et repartir avec des vêtements… sans les payer immédiatement.

topshop-va-tester-un-concept-de-paiement-differe

La marque s’est associée à la start-up australienne Afterpay, qui permet aux clients d’emporter des articles et de payer ultérieurement, comme le rapporte le WWD. Afterpay couvre le coût des achats et contacte les clients pour le paiement, qui peut être effectué en plusieurs fois (jusqu’à quatre). Chaque paiement peut être espacé de deux semaines. Aucun frais supplémentaire et aucun intérêt ne sont ajoutés au montant initial.

« Pour nos jeunes clients, le concept de gratification instantanée est crucial. Il peut à présent être satisfait grâce à Afterpay. Les musts sont à portée de main avant épuisement des stocks », explique Hilton Seskin, président de Topshop et Topman Australie au WWD.

Afterpay a rapidement connu le succès en tant que moyen de paiement en ligne. Ce nouveau partenariat propulse cette fois la solution de paiement dans neuf boutiques tangibles de Topshop en Australie. La marque marche ainsi sur les traces de Veronika Maine et de Cue Clothing Co.

On peut voir cela comme l’évolution naturelle du concept de flexibilité, actuellement de mise dans l’univers de la mode. Les entreprises offrant une protection accrue aux adeptes du shopping en ligne, comme Klarna, gagnent en visibilité, tout comme les stylistes personnels en ligne. Bungalow Clothing, lancé à la fin de l’année dernière, envoie aux clients une sélection d’articles à domicile. Les clients ne paient que ce qu’ils choisissent de conserver. Certaines initiatives similaires existent depuis 2015. Sur le site Web Try.com, on peut commander des vêtements, les essayer et de les renvoyer si nécessaire. D’autres sites, comme Rent the Runway, permettent d’essayer des vêtements de luxe sans engagement.

Source : fashionnetwork.com

(Author : Marielle Castillo)
Challenging tech entrepreneurs to present a stylish product at an accessible price.

How A Fashion Brand Is Trying To Democratize Wearable Tech

British fashion brand Topshop launched an innovation program called Top Pitch to discover emerging tech startups and bring fashionable and functional wearables into mass market retail.

Entrepreneurs and startups from around the world can apply to the month-long bootcamp program developed in collaboration with tech investment company L Marks, and receive coaching from mentors from the fashion and technology world on how to bring their product to market.

The teams will pitch to Sir Philip Green, chairman of Topshop’s parent company Arcadia Group, and the most promising one will get the chance to secure equity investment and the possibility to see their product launch in Topshop stores in the future. Applications are open through May 22 and the program is set to begin on June 13.

Source : psfk.com

(Auteur : l’échangeur)
Topshop, l’institution d’Oxford Street, propose depuis le mois de novembre la commercialisation d’accessoires porteurs de la solution de paiement mobile B Pay de la banque Barclays. Equipée d’une puce sans contact, la collection comprend des bracelets, coques de smartphones,  porte-clés ou stickers colorés qui incorporent tous discrètement la puce NFC.

CHEZ TOPSHOP, LE PAIEMENT DEVIENT UN ACCESSOIRE DE MODE

Chacun est libre de choisir le support qu’il souhaite utiliser pour payer sans code pin ou sans avoir à sortir sa carte. Il est fort probable que le bracelet l’emporte pour leur praticité même s’ils sont beaucoup moins esthétiques ! Le choix par Barclays de ce partenariat avec TopShop n’est pas anodin puisqu’il vise ici la clientèle d’une enseigne culte au Royaume-Uni alors qu’ Apple Pay est présent en Grande-Bretagne depuis quelques mois. Ce lancement intervient également dans le cadre de l’augmentation de la limite supérieure pour les paiements sans contact à 30 livres (plus de 41 euros).

Reste que le magasin amiral Topshop est impressionnant pour toute personne qui le découvre pour la première fois. Il énumère tous les services, atelier coiffure ou beauté, stands tresses ou piercing,  mini-espaces de restauration, qui contribuent à en faire un véritable lieu de vie. L’ensemble est bien sûr stratégiquement placé au cœur même du magasin, entre les vêtements, les sacs à mains et les bijoux.

Enfin, on ne peut pas parler de TopShop sans mentionner  l’expérience du Personal Shopper qui fait de TopShop un véritable magasin 5 étoiles. Ce service gratuit, lancé en 2011, vous permet de prendre rendez-vous  avec un styliste qui le jour J vous préparera en cabine un choix de tenues vestimentaires en accord avec vos goûts. Pour cela, il suffit de prendre rendez-vous sur le site internet de l’enseigne et de remplir le questionnaire associé : pointure, taille, couleurs préférées, une description de votre style vestimentaire quotidien, vos  icônes de  mode … En magasin, la séance se déroule dans un espace feutré haut de gamme avec salon à l’entrée, magazines comme sources d’inspiration.

Ce service est gratuit et se décline à l’infini : connaître votre personnalité en fonction de votre couleur vestimentaire, aide pour finaliser vos achats de noël etc.

Source : echangeur.fr

(Auteur : Bertrand)
Les magasins américains s’efforcent de trouver le moyen de faire entrer les clients. Si ils peuvent se démarquer par l’utilisation de technologies, l’accueil ou le design du magasin, ce qui attire le plus est surement le type de services offert.

Chez TopShop le client imagine ses vêtements

Sur la 5eme avenue de NY, la compétition est rude entre les magasins de vêtements H&M, Zara, Joe Fresh et TopShop.
TopShop propose donc à ses clients des stations de design de vêtements jusqu’à la fin octobre. Faire vos propres T-shirts en quelques instants dans le magasin? c’est maintenant possible. Accueil, technologie en magasin et une grande diversité de services: le client américain est gâté.

Source : soparticular.com

(Author : Aleksandra Ozimek)
Topshop just presented a part of its Unique SS15 collection exclusively live on its Facebook platform.

The New York Fashion Week showed the influence of social media and guest engagement from all around the world, as they aimed to be part of something exciting while sharing it with others online. Now, the London Fashion Week is yet another chance at going digital. 

A social media fashion show
The Facebook show took place right after the actual runway show. As Topshop says, it was its “most social catwalk show yet.”
Topshop also presented its first click-to-buy collection. Customers could purchase chosen collection pieces shown on the runway while watching the show live. The retailer embraced fast fashion by selling these runway pieces immediately in the Oxford Circus store and on Topshop.com.“The move reflects a broader shift in the fashion industry, which is moving away from the rigidly defined seasons to embrace trends which consumers can wear immediately. This shift has also been embraced by upmarket fashion brands including Burberry,” Marketing Magazine reports.Sir Phillip Green, the founder of Topshop owner Arcadia, said: “This season the strength of our social community allows us to be the first brand to debut looks from a catwalk collection on a social network granting unprecedented access online,” as reported by Marketing Magazine.

 

A multichannel experience
The retailer’s Oxford Street flagship store will be hosting a live stream from its front window for shoppers shopping in-store. Shoppers can share their personal look on-screen using the hashtag #TopshopWindow, while watching the show streamed live in the store’s window.
“A triple screen installation in store will showcase the images from both consumers and the handpicked Instagram collaborators,” Marketing Magazine reports. The screen installation is a project from British design team Hellicar & Lewis and will create an interactive digital mosaic.
Consumers will interact with the images from the street. This same mosaic will stream Topshop’s fashion show, as Topshop claims – “world’s first fashion show created by Instagram imagery.” The imagery will show in-store visual merchandising across the globe, since it will feature fashion week inspiration gathered via social media in real-time.

 

Digital showrooming trend
These social media and digital events show Topshop’s attempts at embracing the multichannel shopping experience as shoppers are encouraged to shop online, via mobile or in-store.
As Marketing Magazine reports, Topshop “is increasing its focus on the digital runway.” Topshop claims this will be its “most socially accessible fashion show to date” aimed at democratizing fast-fashion.
London Fashion Week is expected to be an example of digital showrooming on a global stage. “As one PR succinctly explained, the digital catwalk is at least “mercifully free of the myriad of potential minefields” that accompany creating a seating chart for a traditional catwalk show,” Marketing Magazine reports.

 

Source : evigo.com