Activation Commerciale

(Auteur : La Tribune)
L’e-commerçant prend l’enseigne du groupe Vivarte et s’engage à reprendre l’ensemble de ses employés.

Le chausseur André repris par le site Spartoo

Après Amazon rachetant la chaîne alimentaire Whole Foods, voici le site de vente en ligne Spartoo en repreneur de l’enseigne plus que centenaire de chaussures André. Fondé en 2006 à Grenoble par Boris Saragaglia, Paul Lorne et Jérémie Touchard, qui s’était inspiré de l’américain Zappos, Spartoo réalise un chiffre d’affaires d’environ 150 millions d’euros, dont la moitié hors de France. La filiale du groupe Vivarte est entré en discussion exclusive avec Spartoo : l’annonce a été faite aux organisations syndicales lors d’un comité central d’entreprise André mardi matin.

“Le groupe Spartoo s’engagerait à reprendre l’ensemble des boutiques d’André (à l’exception d’une) et leur personnel” a précisé le groupe Vivarte dans un communiqué publié mardi soir. L’enseigne André, qui a réalisé environ 100 millions de chiffre d’affaires, emploie 700 personnes environ et compte 120 boutiques.

“Le projet industriel donnerait les moyens à André de se recentrer sur sa clientèle familiale avec l’ajout de marques internationales et d’une offre enfant plus importante dans la lignée des décisions prises par le management en place” indique le groupe Vivarte.

Click & collect et nouvelle marque ?
Ainsi, “des tablettes permettraient aux clients d’André d’avoir accès à l’ensemble des produits du groupe Spartoo et les magasins André seraient transformés en point de click & collect pour les clients du groupe Spartoo”.

Spartoo a ouvert son premier magasin physique en 2015 et en compte une douzaine. L’enseigne André, créée à Nancy en 1896, pourrait être rebaptisée Tooandré selon la CGT, mais la question ne serait pas tranchée, selon la CFTC. Spartoo est détenu à 25% par ses fondateurs, le solde étant contrôlé par Aplus Finance, CIC, et les fonds américain Highland Capital et belge Sofina.

Le Pdg de Vivarte, Patrick Puy, avait annoncé la semaine dernière qu’il donnerait cette semaine aux partenaires sociaux les noms des repreneurs des marques André et Naf Naf (vêtements), mises en vente en mars. Le groupe très endetté, engagé dans un plan de cession et de restructurations, cherche aussi à vendre la marque de chaussures Besson. Il s’est recentré sur ses marques-phare: La Halle (chaussures et vêtements), Minelli, San Marina, CosmoParis et Caroll.

« Le projet proposé par le groupe Spartoo permettrait à André d’avoir les moyens de se développer sur son cœur de clientèle. La complémentarité d’un acteur important de la vente de chaussures multimarques sur Internet comme Spartoo, et un savoir-faire reconnu dans le design de produits associé à un réseau de points de vente de qualité apporté par André seraient des atouts essentiels pour faire face aux attentes des clients actuels », a commenté Patrick Puy dans le communiqué publié mardi soir. L’opération devrait être réalisée au second trimestre.

Spartoo, qui s’est diversifié dans le vêtement et le sac, doit faire face à la concurrence d’un autre site français spécialisé dans la chaussure, Sarenza (200 millions d’euros de chiffre d’affaires), et au géant allemand Zalando, dont les ventes ont dépassé les 3,6 milliards d’euros en 2016, sans oublier Amazon.

Source : latribune.fr

(Auteur : Matthieu Guinebault)
Deux ans après avoir lancé sa première adresse physique et fort de ventes en progression de 15 % sur l’exercice 2016, le portail français Spartoo renouvelle ses ambitions et vise les 5 000 m² de surface de vente.

Spartoo renouvelle ses ambitions pour le commerce physique

Le portail s’apprête ainsi à déployer ce 30 mars sa 14ème adresse hexagonale, au sein du centre commercial Grand Epagny, à proximité d’Annecy. Une nouvelle étape dans la stratégie devant amener le réseau du pure player grenoblois à compter une centaine d’adresse dans les cinq ans à venir. Volonté entérinée par les bons résultats connus par les magasins progressivement déployés depuis 2015. Le rythme d’ouvertures devrait donc s’accélérer.

« Les deux premières années d’exercice sont prometteuses et confirment notre idée de départ, à savoir de s’implanter durablement dans le physique » analyse Boris Saragaglia, PDG de Spartoo. « Les consommateurs veulent profiter de la complémentarité du Web et du physique. Nous les accompagnons dans leurs nouvelles habitudes de consommation. Nos magasins permettent de créer une vraie relation de proximité avec nos clients et générer ainsi une préférence de marque. Ils sont un vrai levier de fidélisation. »

Spartoo emploie à jour 350 personnes et attire 14 millions de visiteurs uniques mensuels dans 25 pays d’Europe. L’offre revendique désormais plus de 300 000 modèles de 3 500 marques. Offre qui, outre les chaussures, compte de l’habillement, mais aussi des marques propres. Deux catégories amenées à peser chacune 20 % des ventes à terme, comme le confiait récemment à FashionNetwork le directeur marketing, Aymeric Moser.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Auteur : AFP)
Cinq mois après avoir inauguré une première boutique physique, le site de vente en ligne de chaussures Spartoo a annoncé jeudi sa volonté de développer davantage ce mode de distribution, en ouvrant une dizaine de points de vente d’ici fin 2015.

Le site Spartoo se développe dans le commerce physique

A plus long terme, le groupe français ambitionne de disposer d’un réseau d’une cinquantaine de magasins d’ici 2017, indique-t-il dans un communiqué. Les premiers résultats de la boutique ouverte à Grenoble en mars “sont très prometteurs et nous montrent à quel point une partie des consommateurs plébiscite encore les boutiques” en cherchant “à profiter de la complémentarité entre la vente en ligne et le commerce physique”, a déclaré jeudi Boris Saragaglia, PDG de Spartoo, cité dans le communiqué.

L’ouverture de boutique physique: une stratégie prometteuse pour Spartoo

Le groupe a donc décidé d’ouvrir prochainement de nouvelles boutiques à Clermont-Ferrand, Bourg-en-Bresse (septembre) Albertville, Chalon-sur-Saône, Chambéry (octobre), Dijon, Mâcon et Besançon (novembre), indique le communiqué. “Notre stratégie se fonde sur une ouverture régionale de magasins en propre, dans les centres-villes ou centres commerciaux. Nous concentrons aujourd’hui nos efforts en Rhône-Alpes pour étendre progressivement notre présence dans les régions Nord-Est et Sud-Est”, explique Boris Saragaglia.

Source : fashionunited.fr

(Auteur : Marie-juliette Levin)
Le site français de vente de chaussures en ligne se renouvelle. Au programme le lancement d’une première boutique à Grenoble et de trois marques en propre en mars prochain.

(c) Guillaume Murat

Huit ans après sa création, Spartoo poursuit son ascension. Après s’être fait une place de choix sur le marché de la chaussure, en 2010, les trois fondateurs (toujours aux commandes du site) étendent leur offre à la maroquinerie et aux sacs, puis au textile il y a deux ans.

” Nous écoutons nos clientes, explique Boris Saragaglia, CEO de Spartoo. Récemment, elles ont émis le souhait de voir apparaître sur le site une gamme ad hoc correspondant à leurs goûts “. Ainsi, à l’appui de tests auprès d’un panel de clientes fidèles et de recherches de nos stylistes maison, trois nouvelles marques ” made in Spartoo ” seront lancées en mars prochain. Moony Mood, BT London et Fericelli répondent aux attentes des clientes autour de trois univers : l’urbain branché, la mode fantaisie et le luxe accessible. ” L’objectif est d’augmenter le chiffre d’affaires de 20% dans les 3 à 5 ans “, ambitionne Boris Saragaglia. Toujours dans un souci d’offrir le plus large choix à ses clientes, Spartoo a lancé en 2014 une place de marché afin d’accueillir de nouvelles marques, toujours sur le secteur de la mode.

Pas moins de 200 marchands nous ont rejoints en 9 mois, ce qui élargit considérablement notre offre produits. Notre ambition est de devenir la market place n°1 dans les 15 pays où nous sommes actif “, précise Aymeric Moser, directeur marketing de Spartoo. En prenant une commission d’environ 15% du montant de la vente, le site entend booster son chiffre d’affaires de 20% en 2015. “Avec 2500 marques en ligne, dont 1000 proposées en direct (70 000 produits), le site français propose l’offre la plus importante en Europe “, renchérit Boris Saragaglia. 

Autre axe de développement, l’ouverture de boutiques dans des villes moyennes. Le premier point de vente pilote sera lancé à Grenoble au premier trimestre 2015. Et sera suivi de bien d’autres. ” Chaque boutique devra être rentable au bout d’un an “, précise le CEO. Comme beaucoup de pure player, Spartoo cherche à développer la proximité avec ses clientes. ” Il faut ramener de l’humain dans le commerce pour générer de la préférence de marque. C’est un levier essentiel de fidélisation “, assure Boris Saragaglia.

Quelles sont les ambitions de Spartoo en 2015 ? Continuer de pénétrer le marché européen, mais pas seulement. Une ouverture hors de la zone européenne est prévue. L’international représente déjà plus de 50% du chiffre d’affaires global, estimé à 130 millions d’euros en 2013.

Source : e-marketing.fr