Activation Commerciale

(Auteur : Stéphanie Mundubeltz-Gendron)
Club Med a déployé des casques de réalité virtuelle dans ses agences dès mars 2016. Trois mois plus tard, l’intégralité de ses boutiques étaient équipées. Objectif : faire vivre une expérience à ses clients, les plonger dans leur future destination… et bien sûr, accroître les ventes. Julien Lebreton, Directeur communication & contenus International du Club Med, est revenu sur la stratégie VR de la marque lors de la conférence NextTourisme 2017.

Avec la VR, Club Med plonge ses clients au coeur de ses villages

“Les innovations qui font la différence sont les innovations utiles, celles qui facilitent la vie des gens et qui procurent des émotions“, explique Julien Lebreton, Directeur communication & contenus International du Club Med, lors de NextTourisme, conférence e-tourisme qui s’est tenue à Paris le 18 mai 2017. Et sur ce point, “la réalité virtuelle est un très bon exemple de la stratégie d’innovation du Club Med”, ajoute-t-il aussitôt.

UNE EXPÉRIENCE IMMERSIVE AU CŒUR DES VILLAGES CLUB MED
L’idée du Club Meb ? Pouvoir immerger ses clients ou prospects dans leur future destination par le biais des casques de réalité virtuelle. “Quand on pense à la réalité virtuelle (VR) dans le tourisme, on pense au point de vente, à la capacité à le réenchanter, mais aussi à donner des occasions de s’y rendre, pour faciliter l’achat et recréer des émotions”, estime Julien Lebreton. Pour le cadre dirigeant de la marque pionnière des villages vacances, “le visionnage d’un contenu de qualité en VR permet aux vendeurs de raconter une belle histoire, de guider la personne sur ce qu’elle va voir et donc d’avoir un échange plus riche que des contenus photos ou vidéo”. Et d’ajouter : “On souhaite être au plus proche de l’expérience réelle que l’on fait vivre à nos clients en proposant une immersion en village. C’est un avant-goût du séjour”.

DES CASQUES VR DANS TOUTES LES BOUTIQUES CLUB MEB… OU PRESQUE
Les tests et les pilotes pour appréhender la technologie ont démarré au printemps 2015, avant un lancement public en mars 2016. A date, près de 15 films à 360° des villages Club Med ont été produits en partenariat avec Digital Immersion, avec un objectif de 25 à la fin de l’année, sur 68 resorts. “On se ressert de cette matière première, qui débute par le village, pour expliquer ce qu’est l’offre exclusive généreuse du Club Med.” Car ce n’est pas tant le casque ou la technologie qui intéressent la société.

“On parle beaucoup de casque mais le nerf de la guerre, c’est le contenu, le story-telling et l’apprentissage que l’on peut faire sur ce contenu, car les choses évoluent très vite”, indique Julien Lebreton. Aujourd’hui, la totalité des boutiques françaises (une centaine) sont équipées d’un casque Samsung Gear VR, mais aussi dans les agences de Moscou, Genève et Bruxelles. Un déploiement est également en cours dans les “shop-in-shop” à l’international avec des partenaires commerciaux.

LA VR EST DÉJÀ UN SUCCÈS, MÊME SI L’IMPACT SUR LES VENTES RESTE FLOU
Les casques n’étant pas encore équipés d’outils de tracking de conversion, il est difficile pour le Club Med de mesurer l’impact direct sur les ventes. Mais ce n’est que temporaire : “On pense à développer des outils de tracking pour voir ce que les gens regardent avec attention et avoir un suivi un peu plus précis de la conversion apportée par la VR de manière un peu plus concrète”, prévoit Julien Lebreton.

Une chose est sûre, le Club Med est convaincu du potentiel commercial. “Lorsque l’on a lancé les casques, avec nos équipes commerciales, on s’était fixé 9 mois, la fin de l’année donc, pour implémenter dans toutes nos agences. Il s’est trouvé qu’en 3 mois, toutes les agences étaient équipées, avec deux à trois casques plutôt qu’un”, se félicite Julien Lebreton. Avant d’ajouter : “C’est pour moi un indicateur assez pragmatique pour montrer que ça a été un succès commercial dès le départ”.

Source : usine-digitale.fr

 

(Author : Power Retail)
IKEA Australia has today launched the IKEA Virtual Reality store. The virtual store is a first for a large format retailer in Australia, providing a unique digital experience that allows customers to ‘walk’ the iconic IKEA store and browse products.

IKEA Australia Launches First VR Store

IKEA customers can now visit the home furnishings retailer wherever, whenever via its new virtual reality store. The innovative technology is designed to enhance customers’ online shopping experience following the successful launch of online shopping in the ACT and surrounds, Tasmania, North Queensland and the NT. For customers in areas with online shopping, purchases can also be made through the virtual store on a desktop device. IKEA Australia multichannel specialist Malcolm Haylett said the IKEA Virtual Reality Store was about bringing online shopping to life in a new, interactive way.

“The IKEA Virtual Reality store has been developed to support our online shopping service. We know that it’s important for customers to see and experience our home furnishings range. IKEA has recently made a move towards online retailing, but we want to offer the full IKEA store experience to our online shoppers,” says Haylett.

We know that IKEA customers like to look online for inspiration before making a purchase. The IKEA Virtual Reality Store is simply a different and more immersive tool that allows you to do that. Through the innovative tool you can stand in a room-set and visualise it as if you were there in person, and you can for example, see our full range of sofas or beds at a glance. In the IKEA Virtual Reality Store you self-navigate the experience as if you walking an IKEA store.”

“Online shopping at IKEA is all about giving more accessibility to customers who want to shop with us wherever, whenever. Our unique Virtual Reality experience will support our current online shopping offering through our Canberra store and 10 collection points around the country.”

The IKEA Virtual Reality Store will be officially launched in Townsville this weekend, on the back of a successful online shopping store and collection point coming online in the area earlier this year.

Source : powerretail.com.au

(Auteur : Marianne Wilson)
Target Corp. is taking a cue from Hollywood to help shoppers create the living room of their dreams.

Target debuts 360° shopping

The discounter is using the same type of computer generated imagery that figures in movie blockbusters to create a 360-degree, virtual reality-like experience on its website. And it’s shoppable. 

The experience, created in-house at Target, requires no special app or platform. On Target’s site, customers can choose one of four curated living room looks (modern, farmhouse, mid-century or traditional). From there, they can browse about 140 featured products — from rugs and sofas to wall hangings and decorative throws — in a virtual living room designed to help customers visualize size and scale of items, and also provide some tips on styling. Shoppers can click on items they want to buy and add them to their cart.

“We’re constantly searching for new ways to inspire our guests and make shopping at Target an easy and inspiring experience,” said Mike McNamara, chief digital officer, Target. “And we’re just beginning to tap the power of CGI with this virtual reality living room—there’s a ton of potential to create even richer, engaging digital experiences for our guests.” Target plans to more than double its CGI team this year by hiring more than 40 CGI professionals.

Source : chainstoreage.com

(Author : Laura McQuarrie)
London’s Camden Market is now home to a new 4,000 square foot Dr Martens store that is spread out across two floors that show off products for men, women and children.

This New Dr Martens Store Boasts an Interactive Space for Gigs

The new flagship store is being called an “experimental store,” as it features limited-edition designs that are exclusive to this new location, special artwork, a GIF photo booth and even a customization station where customers may personalize their old or new Dr Martens shoes. The space also includes VR experiences from Oculus that let fans take a virtual tour of the brand’s factory in the UK.

This New Dr Martens Store Boasts an Interactive Space for Gigs1
On top of this, the new Dr Martens store will also serve as a live music venue operated in partnership with online radio specialist Mixcloud.

Source : trendhunter.com

 

(Author : Jeromy Lloyd)
One of the biggest risks that online travel booking sites must mitigate is the potential mismatch between what a traveller expects a hotel room to look like and what it actually looks like.

Expedia auditions hotels in VR

Expedia is planning on using virtual reality to help bridge this gap by allowing customers to explore hotel rooms and cruise ship cabins.

“If you’re going to make the decision of [booking] a cruise, wouldn’t it be cool if you could check out the ship [virtually] before you spend that much money?” said Arthur Chapin, Expedia’s senior vice president of product and design, during a press conference in Singapore.

Part of the proposed experience seems to be engaging with brand-led VR experiences: trying the various amenities and looking out the windows at the view. But where a hotel can curate that kind of experience as it can its website (and how many hotel websites have made a room seem bigger with professional photography?), Expedia has a solid community of customer reviewers. So we could also see customer-shot video demonstrating a how big or clean a room is, and what the view from its balcony is actually like.

Source : strategyonline.ca

(Auteur : Matthieu Jolly)
Et si vous replongiez en enfance ? En Norvège, le constructeur automobile Audi vous propose de découvrir les qualités de son SUV Q5 en le conduisant, non pas sur route, mais dans un bac à sable et ce, grâce à la réalité virtuelle.

Avex le bax à sable d'Audi, les parents retombent en enfance

Pour faire découvrir aux Norvégiens la dernière version de son SUV, Audi a décidé de les replonger en enfance. Comme l’indique Tommy Jensen, Marketing Manager d’Audi Norway, “for many of us, playing with cars in the sandpit is a distant memory. Let’s face it, the opportunity rarely presents itself once you pass a certain age.” Audi a donc décidé de réveiller ce souvenir enfoui avec une expérience à la fois immersive et riche en émotions : le Sandbox 2.0.

A son arrivée en concession, l’automobiliste crée, dans un vrai bac à sable, le circuit automobile de ses rêves : chicanes, sauts, virages serrés, tunnels, … tout est possible ! Une fois son imagination assouvie, le sable va être scanné par une caméra de profondeur. Les 200 000 points de mesure vont permettre de modéliser avec précision le circuit en 3D pour l’intégrer ensuite à un monde virtuel.

Le client prend alors place dans un siège de pilotage équipé d’un volant et de pédales. Une fois le casque Oculus Rift placé sur sa tête, il se retrouve sur le siège conducteur de l’Audi Q5. Une fois le contact mis, la course peut commencer ! Réaliste, elle permet à l’automobiliste de voir le terrain mais aussi d’en ressentir les aspérités tout en écoutant le son du moteur lâché sur le circuit sableux.

Après la Suède avec Unite et Svenska Snöräddare, Audi continue donc d’innover dans les pays nordiques en passant par la Norvège. Tout comme à Singapour en 2016, le constructeur y propose une expérience immersive en utilisant les possibilités offertes par la réalité virtuelle. Entre les 24 février et 7 avril 2017, le Sandbox a visité une dizaine de concessions soit autant d’occasions de découvrir la dernière version du Q5.

Si l’opération est ponctuelle et reste un outil de communication, l’expérience est intéressante car elle colle aux évolutions que connaîtrons les concessions automobiles et, plus généralement, les points de vente, dans les prochaines années.

Face à l’urbanisation des sociétés occidentales avec comme corollaire le manque de temps, elles vont devoir réinvestir les centres villes pour se rapprocher des clients potentiels. Conséquence d’un foncier plus cher, leur taille va se réduire. La réalité virtuelle constitue de fait une solution pour faire découvrir dans un espace contraint une gamme large et profonde.

En outre, confrontées à la multiplication des solutions et acteurs de mobilité, les distributeurs automobiles vont devoir trouver des moyens de renforcer leur relation avec leurs clients. Ce que fait Audi en jouant la carte de l’émotion, des souvenirs d’enfance. De quoi créer une proximité, un attachement source de fidélisation.

Ainsi, bien qu’anecdotique, le Sandbox constitue l’une des pierres d’un édifice plus large d’évolution du business model d’Audi. C’est en testant, en lançant des services que le constructeur va se rapprocher du consommateur, en le surprenant, en lui apportant des solutions parfois proches ou éloignées de son offre d’origine. De quoi préparer l’avenir en créant une relation client unique.

Source : echangeur.fr

(Auteur : Antoine Capelle)
Le site de e-commerce Jours Heureux s’apprête à ouvrir son premier magasin. Pour franchir le pas, l’entreprise s’est appuyée sur une solution de simulation numérique permettant de visualiser sa boutique en réalité virtuelle.

Pour passer du e-commerce au magasin physique, Jours Heureux a misé sur la réalité virtuelle

Confiseries, pâtisseries, chocolat: depuis 1979, l’épicerie Jours Heureux vend ses produits par correspondance. Début avril 2017, l’entreprise du groupe Damartex ouvrira son premier magasin, à Lille. Mais le passage du e-commerce au magasin physique n’est pas si simple : comment organiser les produits ? Leur packaging est-il adapté ? Pour la directrice, Fabienne Machu, se représenter le magasin physique est difficile.

L’entreprise avait déjà tenté l’expérience d’un pop-up store à Paris. Mais pour transformer l’essai, Jours Heureux a fait appel à Kalista, une filiale du groupe Visiativ spécialisée dans la distribution, et à l’agence de design retail Partisans. “En une dizaine de jours, l’équipe a réalisé une modélisation numérique du magasin, à partir de nos visuels de packagings et de nos statistiques de ventes à distance“, raconte Fabienne Machu. À l’issue de ce travail, la simulation est présentée à Jours Heureux au SILab, à Lille, un centre d’innovation dédié au commerce dispose d’un cave, un système de réalité virtuelle immersif, où les images sont projetées autour des utilisateurs.

DE L’IMMERSION POUR LA PRISE DE DÉCISION
Lunettes 3D sur le nez, l’équipe de Jours Heureux découvre alors sa boutique, peut s’y déplacer et interagir avec les produits. “Nous avons réalisé que certains produits n’étaient pas assez mis en avant, tandis que d’autres avaient une place trop importante“, se souvient la directrice. Ces défauts sont signalés à Kalista, et corrigés. En deux heures, une nouvelle version du magasin est dévoilée. “En une seule après-midi, nous avons changé beaucoup de choses. Cette immersion nous a permis de confirmer nos choix“, témoigne Fabienne Machu. “Sans cela, nous aurions gardé notre première configuration. Cette expérience nous a fait gagner du temps et des compétences.”

LA 3D POUR CONTINUER À INNOVER
La collaboration devrait continuer après l’ouverture du magasin. Car Jours Heureux a pris en compte la saisonnalité des ventes: “Nous avons séquencé notre plan de merchandising jusqu’à l’été“, précise Fabienne Machu. “Nous ferons encore appel à Kalista pour modéliser notre table centrale, qui sera amenée à beaucoup évoluer.” Ce passage par le numérique permet aussi à l’entreprise d’avoir un concept rapide à dupliquer. En effet, Jours Heureux envisage d’ouvrir une dizaine d’enseignes d’ici 2018.

Source : usine-digitale.fr

(Auteur : Romain Baly)
Pour accompagner le lancement du DS 7 Crossback, la marque du groupe PSA intègre la technologie Virtual Garage dans ses concessions et propose à ses clients de découvrir ce nouveau véhicule de façon virtuelle.

De la réalité virtuelle dans les DS Store

Le maillage imparfait de son réseau et la cohabitation avec sa grande sœur aux chevrons constituent deux soucis majeurs pour DS à l’heure de se relancer. Lors de la présentation du nouveau porte-étendard de la marque, son directeur général, Yves Bonnefont, n’en a pas fait mystère, expliquant que la mixité Citroën/DS des points de vente constituait “un réel problème“, ajoutant que la création d’un vrai réseau DS Store d’envergure “améliorerait la visibilité et l’expérience client” de DS.

Au nombre de 200 à ce jour dans le monde, ce réseau devrait atteindre les 500 points de vente d’ici la fin de l’année, dont 150 en France. Pour tenir cet objectif, la marque entend offrir de nouvelles solutions à ses distributeurs actuels ou futur. Alors que le DS 7 Crossback sera le premier modèle à être exclusivement vendu dans des DS Store, la firme Premium s’est rapprochée de Dassault Systèmes pour intégrer dans tous ses showrooms une technologie de réalité virtuelle.

Plus qu’un simple gadget, celle-ci permettra d’améliorer sensiblement l’expérience client en plongeant ces derniers directement dans l’univers du SUV. Les consommateurs pourront ainsi découvrir le véhicule, ses atouts, ses spécificités mais surtout le configurer selon les multiples choix de coloris et de matières proposés, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Dans leur volonté de voir DS s’émanciper de la tutelle de Citroën, les dirigeants de la marque y voit aussi, en creux, une opportunité d’accélérer le mouvement avec la mise en place de showrooms dédiés plus petits – on parle ici d’une surface de 250 mètres carrés –, mais tout aussi porteurs que des points de vente traditionnels grâce aux atouts de la réalité virtuelle. Selon la marque, ce nouveau format permettra “d’optimiser l’espace occupé” et, ainsi, “de doper les ventes“.

Source : journalauto.com

(Auteur : Jan H. Verbanck)
Le géant de l’ameublement Ikea lance le projet pilote ‘VR Kitchen Visualizer’, afin d’aider les clients à créer leur cuisine de rêve. Le test a lieu dans trois magasins, notamment au Canada, en Suède et en Belgique, à Hasselt plus précisément.

Ikea Hasselt, terrain de jeu pour cuisines virtuelles

Deux applications
Jusqu’ au 20 mai 2017 les clients de ces trois magasins pourront tester deux applications basées sur la réalité virtuelle, qui les aideront à composer et acheter leur nouvelle cuisine. Si les tests s’avèrent concluants, les deux applications seront déployées dans d’autres magasins.

« Il s’agit de compléter – non pas de remplacer – l’interaction humaine entre le client et le personnel. L’objectif est de simplifier l’assistance à l’achat », expliquent les démonstrateurs des applications. Grâce au ‘VR Kitchen Visualizer’, l’utilisateur peut créer sa cuisine virtuelle et s’y balader. Le ‘VR Pancake Kitchen’ fait découvrir de manière interactive au client les diverses possibilités des cuisines Ikea, en lui faisant préparer des crêpes en mode virtuel.

Comme dans un jeu vidéo
Auparavant il était déjà possible de créer des cuisines en 3D online, mais le ‘VR Kitchen Visualizer’ va encore plus loin : le casque VR vous donne l’impression d’évoluer dans un réel jeu vidéo. Rien d’étonnant à cela, puisque pour ce projet Ikea a collaboré avec les développeurs de la plateforme de jeux vidéo Steam. Lors de cette balade virtuelle, le visiteur pourra ouvrir et fermer des armoires et des tiroirs. De plus grâce à un positionnement plus bas de la caméra, l’application permet de visiter la cuisine à hauteur d’enfant : la table paraît soudain étonnement haute lorsque vous tentez d’y déposer des assiettes sans les briser …

Diminuer le stress du choix
Pourquoi Ikea recourt-il à la réalité virtuelle et d’autres moyens digitaux dans le processus d’achat ?  « Choisir une cuisine est quelque chose de stressant : tout doit être optimal, car c’est une grosse dépense », expliquent les démonstrateurs. « Nous voulons diminuer ce stress chez le client. » Sur plan tout est possible, mais les idées qui semblent bonnes sur papier, ne le sont pas toujours dans la réalité. « Pour bien évaluer les distances et les espaces de circulation, il est préférable de voir les choses ‘en vrai’ ou en ‘réalité virtuelle’.
Le projet pilote devra déterminer si l’expérience VR aide réellement le client mieux à visualiser sa cuisine et à prendre des décisions plus réfléchies en étant bien informé. « D’autre part nous voulons donner des informations de manière ludique, concernant les distances, les hauteurs, l’ergonomie, la sécurité, … etc. »

Hasselt comme magasin pilote
Ikea Hasselt est fier d’avoir été choisi pour ce projet pilote. « C’est tout un honneur pour nous de pouvoir participer à quelque chose d’aussi révolutionnaire et innovant. Pour nous c’est un réel défi. » Mais ce test n’est qu’une première étape : « Les réactions des collègues qui ont déjà testé le système, sont très positives, mais maintenant nous attendons de voir comment les clients vivront cette expérience en magasin. Après le 20 mai nous transmettrons nos commentaires à la Suède et ensuite nous verrons bien ce qu’il adviendra. »

Outre les passants en magasin, Ikea Hasselt espère également, via la presse et les réseaux sociaux, convaincre d’autres personnes de venir faire le test. « Chaque année 80.000 personnes viennent planifier une cuisine chez Ikea, dont la moitié passent à l’achat. Ces applications permettront de faciliter ce processus. »

Source : retaildetail.be

(Author : luxurydaily)
British automaker Jaguar Land Rover is making new models available to view in its showrooms in a faster timeframe with the help of virtual reality.

Jaguar Land Rover launches VR experience to accelerate car shopping

After piloting the technology for the launch of its F-Pace in the United Kingdom last year, the brand will be using its virtual reality experience to introduce each of its 2017 models to consumers. Using a digital platform makes it easier for potential buyers to make a decision before a physical model has arrived at a point of sale.

First look
Jaguar Land Rover’s experience will arrive across its network of dealers by the end of the month. While it will be used for all models throughout this year, the VR initiative is launching with the Land Rover Discovery.  While wearing a VR headset, consumers can take a tour of the car and interact with the model. Animations explain key features such as technical specifications, and the wearer can also view the inside of the car from all angles.

Aside from the headset, the experience is also accessible on a tablet, allowing a consumer to revisit key aspects of the car as they are considering a purchase. This acts as a visual aid as a salesperson talks them through options.

“As if our vehicles weren’t exciting enough already, this new way of buying a car will engage customers further with our innovative capabilities,” said Andy Goss, Jaguar Land Rover Group sales operations director. “The VR experience will also help retailers to break the ice with customers and inject even more fun into the process of buying our vehicles.”Digital tactics have enabled automakers to reconfigure the showroom experience.

Audi is one of the brands making moves in digitization. In 2012, the brand opened its first Audi City virtual showroom in London. Within Audi City locations, the automaker’s entire line is displayed on screens that respond based on consumer movement, enabling the brand to bring the dealership experience to the heart of major cities, where retail space is typically compact. This has helped Audi boost its sales volumes and grow its retail footprint, with 16 locations opened in 2014 and upcoming outposts planned for Shanghai, Paris, Rome, Barcelona, Moscow and New York.

Jaguar Land Rover recently brought vehicle buying into the digital space through a partnership with Rockar. The brand established an online retail Web site and corresponding showroom in the Westfield Stratford mall last fall, becoming the first premium automaker to allow individuals to purchase a car entirely online. A reflection of changing consumer needs, this move enables potential owners to explore in-person and then complete the purchase transaction at a time and place convenient for them.

Source : luxurydaily.com