Activation Commerciale

(Autore: Barbara Trigari)
Lidl prosegue con le iniziative di valorizzazione del brand questa volta inserendosi in un’area inedita, soprattutto per un discount, quella della moda.

Esmara-by-Heidi-Klum_Heidi-and-the-girls.-Key-piece-The-blazer-in-electric-blue

Presenterà infatti alla New York fashion week una collezione esclusiva disponibile in edizione limitata, in collaborazione con la stilista Heidi Klum. Si spiega così finalmente il senso della campagna pubblicitaria lanciata ad agosto in 28 paesi con lo slogan #letswow.

Esmara by Heidi Klum 

La collezione studiata appositamente per Lidl dalla stilista tedesca si chiama Esmara by Heidi Klum, ed è ispirata alla metropoli di New York. Si tratta di una linea donna, calzature e accessori inclusi, all’insegna del fashion, del divertimento e della volontà di stupire, come dichiara lo slogan #letswow, selvaggia ed eclettica. Prevede urban look alla ricerca dell’effetto wow, top minimali, giacche in stile bomber, jeans super skinny, romanticismo e aggressività, pizzo e pelle da rock star, tessuti animali, blu elettrico e colori caldi come il cognac. Qualità a un prezzo molto conveniente, in linea con le logiche del discount: i prezzi vanno da 5 euro a 20 euro per ciascun capo.

Vestibilità e disponibilità 

“Ho voluto creare capi fashion dall’effetto wow, che fossero semplici da abbinare e regalassero a ogni donna un aspetto fantastico – e tutto questo ad un prezzo imbattibile”, ha affermato Heidi Klum. E infatti con le taglie si va dalla XS alla L, per le calzature dal 37 al 41. La collezione è acquistabile nei 600 pdv Lidl italiani a partire dal 18 settembre, mentre a livello internazionale in oltre 20 mila store in 28 Paesi nel mondo.

“Lidl fino ad ora non è mai stata associata al mondo della monda – spiega Alessia Bonifazi, responsabile Comunicazione di Lidl Italia – con una stilista di successo e fonte d’ispirazione come Heidi Klum al nostro fianco, vogliamo cambiare questa percezione. #letswow rappresenta tutto ciò che è fashion, divertimento e capacità di stupire, cosi come ama fare Lidl nel campo dell’abbigliamento”. Per gli aggiornamenti visitare il sito www.lidl.it/letswow .

Fonte: gdoweek.it

(Autore: ansa.it)
Il colosso della grande distribuzione Lidl fa il suo debutto nel fashion democratico. Forte di oltre 10 mila punti vendita nel mondo, 600 solo in Italia, il brand tedesco con l’inizio di una distribuzione di moda di qualità e a prezzi accessibili diventa un nuovo competitor nel settore. La prima collezione, annunciata oggi, è firmata Heidi Klum e sarà in vendita da fine anno.

22547d4f479c1714a9b0dde51ce51483

Klum, la supermodella tedesca naturalizzata americana, è un’icona della moda, ma per Lidl non rappresenta una semplice testimonial, ma grazie alla sua esperienza nel settore è stilista di una propria collezione. “La collaborazione con Lidl mi ha da subito entusiasmato, mi sono divertita molto a disegnare questa collezione, che spero davvero possa piacere a tutti. Ritengo il progetto ben riuscito, non solo per la passione che ci ho messo, ma anche per l’apporto di Lidl, che si è posta l’obiettivo di offrire prodotti di ottima qualità ad un prezzo davvero accessibile. È fantastico quello che siamo riusciti a creare insieme: la moda è sinonimo di divertimento e tutti dovrebbero potersi permettere questo piacere” – ha dichiarato Heidi Klum durante l’annuncio della collaborazione.

Lidl concentrerà l’offerta moda durante le cosiddette “Lidl Fashion Week“: settimane tematiche che si ripeteranno più volte l’anno, appuntamenti dedicati al fashion, nei quali Lidl presenterà in esclusiva le sue collezioni. Questo percorso inizia proprio con Heidi Klum.

Heidi Klum è una fonte di ispirazione formidabile per Lidl: è inserita nel panorama della moda internazionale, emana energia e positività, ma allo stesso tempo è una vera professionista, umile e preparata. Caratteristiche che la rendono perfetta per tutti i nostri clienti”, ha detto Alessia Bonifazi, Responsabile Comunicazione Lidl Italia

Fonte: ansa.it

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
Le jour J approche à grands pas pour Lidl : le 15 juin le discounter ouvrira ses premiers magasins américains. Les opérations seront codirigées par un ancien de Lidl, qui fut également actif aux Pays-Bas et en Belgique. Mais la question clé est la suivante : Ahold Delhaize doit-il se sentir menacé ?

Voici le plan d’attaque de Lidl aux Etats-Unis

Guerre des prix
Cette semaine Lidl a présenté son management outre-Atlantique à la presse spécialisée américaine, ainsi que son approche et ses ambitions aux Etats-Unis. Après une période de préparation de deux ans, les vingt premiers magasins américains ouvriront leurs portes à partir du 15 juin, et ce dans les Etats de Caroline du Nord et du Sud et en Virginie. Quatre-vingts autres magasins sont prévus endéans l’année, notamment en Ohio et au Texas.

Selon plusieurs observateurs, Lidl viserait plus de 330 magasins d’ici 2020. Mais même avec ce nombre Lidl resterait un modeste pion comparé à certains concurrents comme Aldi (1.600 magasins), Kroger et Walmart. Voire même comparé au groupe Ahold Delhaize, qui lui aussi est actif dans la même région. Néanmoins l’impact de son arrivée aux USA se fait déjà sentir : le discounter ayant annoncé que ses produits seraient jusqu’à 50% meilleur marché par rapport à la concurrence, une réelle guerre des prix s’est déclenchée.

Un combat de titans
Cette guerre des prix pèse également sur les marges d’Ahold Delhaize, bien que le groupe semble avoir bien résisté si l’on en croit les résultats trimestriels récemment publiés. Aux Etats-Unis la synergie commence à porter ses fruits. Un signal encourageant. Avec une stratégie axée sur la maîtrise des coûts, la différenciation et l’ouverture au e-commerce, Ahold Delhaize dispose des armes nécessaires pour contre-attaquer. Toutefois les analystes restent prudents dans leurs prévisions, car il s’agit finalement d’un combat de titans.

Dans ce contexte le message de Lidl est clair : les consommateurs n’auront plus à se résigner au compromis qui allie les prix bas à une qualité inférieure et ils n’auront plus à perdre leur temps dans un ‘shoppingtrip’ à la recherche du prix le plus bas. « Les gens veulent des produits de qualité à un bon prix. Ils ne veulent pas passer leur journée entière dans un magasin, ils ont autre chose à faire dans leur vie. C’est là notre force », explique le CEO Brendan Proctor, tout en soulignant le grand pouvoir d’adaptation du retailer. Auparavant Proctor a déjà acquis une vaste expérience chez Lidl en Autriche et en Irlande.

Qualité européenne
A noter que son lieutenant s’appelle Boudewijn Tiktak : l’ancien responsable des achats chez Lidl Pays-Bas et directeur commercial chez Lidl Belgique et Luxembourg. Désormais il sera ‘chief commercial officer’ chez Lidl US. Interrogé par nos collègues de Supermarket News, il souligne la qualité européenne de l’assortiment de Lidl, dont la majeure partie (85%) toutefois est achetée aux Etats-Unis. Il y aura de la viande Black Angus, du poisson certifié MSC, du pain frais cuit sur place, du chocolat fairtrade, des produits bios … Et tout cela accompagné de la garantie de qualité ‘Lidl Love it’ : satisfait ou remboursé.

Les magasins américains auront une surface d’environ 1.800 m², soit un format plus grand que la surface moyenne d’un Lidl chez nous, mais un format plutôt petit selon les normes américaines. Ils seront ouverts sept jours sur sept, de 8h à 21h, et vendront 90% de MDD. Là aussi Lidl se distingue de ses collègues locaux, car les MDD aux USA sont loin d’être aussi développées qu’en Europe. Ainsi Lidl se positionne comme un novateur, sous le hashtag #RethinkGrocery. Les réseaux sociaux sont prêts à accueillir Lidl. Et les concurrents aussi. A suivre !

Source : retaildetail.be

(Auteur : Yoni Van Looveren)
La chaîne de supermarchés allemande Lidl a lancé son propre webshop en Chine. Comme beaucoup d’entreprises occidentales, elle a opté pour Tmall Global, la plateforme en ligne de l’entreprise chinoise Alibaba.

Lidl lance un webshop en Chine

Des importations depuis l’Allemagne
Le webshop démarre cette semaine et propose quelques marques propres à Lidl. Cela fait déjà un certain temps que des produits en provenance de pays européens sont très populaires en Chine et Lidl souhaite surfer sur cette vague avec des marques comme Combino, Bellarom et Sondey. Pour l’instant, il ne s’agit que d’une gamme restreinte d’aliments pour petit déjeuner et de produits secs, qui elle sera probablement étendue lorsque le webshop connaîtra le succès.

Lidl importe les produits directement depuis l’Allemagne via sa filiale située à Hongkong. Elle a donc décidé de travailler différemment qu’Aldi qui a également lancé un webshop sur Tmall Global, mais qui importe ses produits depuis l’Australie.

Lidl s’inscrit ainsi sur une liste toujours plus longue d’entreprises occidentales qui tentent de vendre leurs produits aux Chinois. C’est Alibaba qui essaye de convaincre les entreprises occidentales à être toujours plus présentes sur la plateforme, mais c’est également le consommateur chinois qui est demandeur puisque ne fait plus confiance aux produits locaux et est à la recherche d’alternatives.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Karin Bosteels)
Les projets d’expansion de la chaîne allemande Lidl aux Etats-Unis commence à se concrétiser. Dès cet été les 20 premières filiales américaines ouvriront leurs portes, alors qu’initialement les premières ouvertures n’étaient prévue qu’en 2018.

Lidl ouvrira ses 20 premiers supermarchés américains cet été

Virginie, Caroline du Nord et du Sud
Les premiers supermarchés américains de Lidl seront implantés dans les Etats de Virginie et de Caroline du Nord et du Sud. En un an le discounter compte ouvrir une centaine de magasins sur la Côte Est, ce qui générera environ 4.000 nouveaux emplois. La conquête outre-Atlantique se déroulera donc plus vite que prévu. En juin 2015 Lidl annonçait son intention de s’implanter sur le marché américain depuis un siège principal à Arlington (Virginie), mais ne prévoyait les premières ouvertures qu’en 2018.

Toutefois Lidl n’est pas seul à convoiter le territoire américain. L’allemand Aldi, principal rival de Lidl, est déjà présent aux Etats-Unis depuis 1976 et compte poursuivre son expansion en Amérique. Récemment l’enseigne a laissé entendre qu’elle comptait injecter 1,6 milliard de dollars supplémentaires dans ses activités américaines.

Source : retaildetail.be

(Author : fashionnetwork)
German discount supermarket group Lidl will open its first stores in the United States ahead of schedule this summer, it said on Wednesday, with plans for up to 100 stores within a year in a move that could shake up U.S. retailers.

German discounter Lidl readies for first U.S. stores

The group plans to open its first 20 stores in Virginia, North Carolina and South Carolina, it said in a statement. Lidl, which runs more than 10,000 stores in 27 countries in Europe, is in the midst of a recruitment drive in the United States and had not been expected to launch there until late 2017 or 2018.

Wary of the impending arrival, U.S. retailers had already been taking action.

Kroger, the second-biggest U.S. grocer after Wal-Mart, has been expanding its own discount format – Ruler Foods, while organic grocer Whole Foods last year launched a lower-price store concept named “365”.

“Retailers are preparing themselves for Lidl’s market entry. They are not falling asleep. They really take it seriously,” said Milos Ryba from retail analysis firm IGD, speaking before the timing of the Lidl openings were announced.

The German discount formula is not new in the United States - Aldi opened its first U.S. store in 1976 and now runs 1,600. Aldi U.S. is owned by Aldi South, while its German sister company Aldi North runs 460 Trader Joe’s stores in 41 states. Last week Aldi announced it would invest $1.6 billion in its U.S. stores, planning to remodel and expand more than 1,300 stores by 2020.

However, Lidl is seen as potentially more of a threat as it has moved away from Aldi’s hard discount formula in recent years, introducing more brands, fresh produce and in-store bakeries, as well as sprucing up its stores and experimenting with e-commerce.

That could make it more appealing in the United States, where customers tend to prefer branded goods to private labels.

Lidl and Aldi have already shaken up the British supermarket sector in recent years, winning share from Britain’s traditional “big four” grocers, putting increased pressure on them to lower prices and raise their game. The chain also debuted a fashion collection in February to compete with low-price apparel stores.

Based in Neckarsulm in southern Germany, Lidl had sales of 64.6 billion euros ($68 billion) in the year to end February 2016. The group is owned by Dieter Schwarz, who is Germany’s richest man according to several international rich lists, and is the son of Lidl’s founder Josef Schwarz.

Source : us.fashionnetwork.com

(Author : Laura Swain)
German discount supermarket Lidl launched an innovative Christmas social media marketing campaign that used Twitter to engage and excite its customers in the UK during the festive period.

lidls-social-price-drop

The first campaign of its kind by a grocery store chain, customers were encouraged to tweet about specific products to trigger ‘price-drops’. The more tweets generated, the lower prices plummeted.

Created by London-based digital marketing agency 360i Europe, the Social Media Drop campaign launched on November 21 and ran until December 17, discounting a different item per week from Lidl’s luxury Christmas range. Items included a whole cooked lobster, a leg of cured Serrano ham and a luxury Christmas pudding.

Each week, chosen products were announced via Twitter and customers had one day to tweet about them using the hashtag #LidlSurprises. They could then take advantage of the price reductions generated that week by purchasing the chosen items in-store the following Saturday. The interactive campaign was also promoted via special tickets handed out in stores.

For more on how retailers are utilising the digital landscape this Christmas, read Christmas 2016: Digital Trends & Tactics. Additionally, to learn more about how retail outlets are engaging with customers on a deeper level, see Retail Week Live 2016.

For more on Lidl’s brand strategy, see Lidl’s Luxury Repositioning, as well as Meet the Future Chef, which outlines the brand’s chef-based collaborations. Meanwhile, Rebranding Budget assesses the wider budget retail and hospitality landscape.

Source : stylus.com

(Auteur : fashionunited.fr / AFP)
L’enseigne allemande de supermarchés hard discount Lidl entend se repositionner sur le haut de gamme en France, prenant comme référence Monoprix, a déclaré mercredi son directeur des achats pour l’Hexagone, Michel Biero.

lenseigne-hard-discount-lidl-veut-devenir-un-nouveau-monoprix

“Clairement, notre benchmark (repère, NDLR) aujourd’hui, c’est Monoprix. Notre cible, c’est Monoprix au niveau de la qualité, bien évidemment pas au niveau du prix puisqu’on restera toujours entre 30 et 40 pour cent moins cher que Monoprix”, a précisé M. Biero à l’antenne de Radio Classique. “90 pour cent de nos produits” sont des marques de distributeurs mais qui n’ont “rien à envier aux marques nationales” comme nous l’avons “démontré à plusieurs reprises dans des panels +blind test+ (tests réalisés à l’aveugle, NDLR)”, a souligné le directeur des achats de Lidl France.

Le virage vers le haut de gamme a été pris par Lidl il y a quelques années déjà à l’étranger mais la France était à la traîne et n’a commencé à rattraper son retard que depuis 2012 en raison notamment d’un “marché concurrentiel très très fort”, relève M. Biero. En France, “on ne représente que 5 pour cent du marché quand dans d’autres pays on est déjà à 15 ou 20 pour cent”, ajoute-t-il.

Preuve de ce nouveau positionnement “premium” garantissant le meilleur rapport qualité/prix, l’enseigne allemande propose depuis la semaine dernière dans ses rayons une boîte de caviar de 15 grammes à moins de 10 euros quand le premier prix chez Carrefour, quoique pour quantité supérieure (30 grammes), tourne autour de 27 euros.

“On a tout vendu en moins de 24 heures”, explique Michel Biero, qui précise qu’un tel prix est rendu possible car il s’agit d’oeufs d’esturgeon blanc – dont la maturité sexuelle est de seulement sept ans contre 20 ans pour le beluga – et que ceux-ci ont été commandés en très grande quantité pour fournir 10.000 magasins en Europe.

Si l’enseigne hard discount joue sur cet “effet de masse” pour garantir des prix bas, elle met aussi l’accent sur le “Made in France”. “Non seulement le lait est 100 pour cent français, c’est 250 millions de litres qui sont de production française, mais la viande également, qu’elle soit bovine ou porcine”, à l’exception de quelques morceaux, détaille M. Biero qui préconise des contrats entre industriels, distributeurs et producteurs.

Source : fashionunited.fr

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
La chaîne discount Lidl a présenté à Geel son concept de magasin de la nouvelle génération. Ce ‘Lidl of the future’ privilégie le confort, l’ergonomie et la durabilité. Par ailleurs les ambitions de croissance restent inchangées.

voici-le-lidl-du-futur

Techniques durables
L’on s’en aperçoit dès le premier coup d’œil : le Lidl du futur est un vaste magasin aux larges allées, baigné de lumière du jour, où règne une atmosphère bien plus agréable pour les clients et les collaborateurs, dont le travail est facilité par des distances moins longues à parcourir.
Autres nouveautés, moins visibles toutefois, sont les méthodes de construction durables utilisées par Lidl, notamment des techniques de pointe en matière  d’isolation, des systèmes de  récupération de chaleur et d’eau. Les 996 panneaux solaires installés sur le toit alimentent en énergie verte les bornes de recharge gratuites pour voitures et vélos. Le supermarché de Geel est d’ailleurs la première filiale à obtenir le certificat BREEAM Very Good, un standard qui cote non seulement les mesures d’économie d’énergie, mais également l’impact sur la mobilité et le bien-être des employés.
Par ailleurs les habitants de Geel a aucun moment n’ont dû se passer de leur ‘Lidl’ : derrière le magasin existant dans le centre de Geel le retailer a racheté un terrain sur lequel il a bâti un supermarché plus grand. L’ancien magasin, qui est resté ouvert jusqu’à aujourd’hui, sera loué à un autre retailer. Lidl espère accueillir 10.000 clients par semaine dans son nouveau supermarché.
Ambitions de croissance

Ce nouveau supermarché s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’expansion de Lidl, explique le directeur général Boudewijn van den Brandt. « Depuis 1995 Lidl s’est fortement étendu en Belgique, principalement avec de plus petites filiales. C’est pourquoi depuis 2008 nous nous sommes concentrés sur la rénovation et l’agrandissement de magasins existants. A présent nous nous lançons à nouveau dans l’expansion et visons dix nouveaux magasins par an. Récemment nous avons ouvert ou rouvert des magasins notamment à Zwevegem, Izegem, Oostende et Diest. D’ici peu ce sera le tour d’Evere, en janvier Eupen et en février Perwez. »

« Aujourd’hui nous envisageons des supermarchés d’une superficie de 1400 m², comme ici à Geel. Exceptionnellement nous irons jusqu’à 1700 m², s’il y a l’espace et le potentiel nécessaires. Au centre de Bruxelles par contre les magasins sont souvent plus petits par manque de place. Actuellement la surface moyenne d’un Lidl est d’environ 850 m², mais d’ici 2020 la surface moyenne devrait atteindre 1100 m². »

Qu’en est-il du potentiel de croissance ? Les chiffres de Nielsen semblent indiquer que le hard discount a plus ou moins atteint son plafond. Pourtant Boudewijn van den Brandt n’est pas de cet avis : « A en croire les chiffres de Nielsen, c’est effectivement le cas, mais selon les chiffres de GfK nous continuons de croître et nos propres chiffres aussi confirment cette croissance. Selon GfK, nous avons actuellement une part de marché de 8,5% et nous progressons de 0,4 point de pourcentage. Cette croissance provient d’une part de l’expansion et d’autre part de notre focus sur le frais, notamment les fruits, les légumes, la viande, le poisson et la boulangerie. Or c’est précisément ce département du frais dont ne tient pas compte Nielsen. »

L’e-commerce offre des possibilités
L’e-commerce aussi se développe favorablement, indique le discounter. Outre un webshop non food, Lidl a ouvert une boutique en ligne de vins : « Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à découvrir notre webshop. Avec plus d’un million de visiteurs uniques par mois celui-ci est davantage visité que notre site général. Notre site lacuisinedelidl.be est lui aussi très populaire. Le webshop de vins a été notre premier pas dans la vente en ligne de produits alimentaires et à l’approche des fêtes celui-ci prend de l’ampleur. Nous examinons d’éventuelles autres initiatives, mais nous ne voulons pas précipiter les choses. Nous  voulons d’abord acquérir une certaine expérience, car c’est un monde nouveau pour nous. C’est pourquoi nous considérons le département e-commerce comme une start-up au sein de notre entreprise. »

L’e-commerce est-il compatible avec le positionnement d’un discounter ? « J’estime que l’e-commerce offre d’importantes opportunités. Nous avons tous des clients qui commencent à  penser et à se comporter différemment. Ils veulent avoir le choix. Nous allons examiner comment y répondre judicieusement, d’une manière qui nous ressemble. Peut-être pourrons-nous ainsi faire la différence. »

L’offre de marques reste limitée
Lidl ressent-il l’impact de la récente introduction de marques  A chez Aldi ? « Nous ne sommes pas en concurrence uniquement avec Aldi. Au niveau local, notre concurrent peut être soit Colruyt ou Delhaize ou encore Carrefour. Non, nous n’éprouvons pas d’effets négatifs sur nos ventes. Nous considérons les marques plutôt comme un service envers nos clients, mais nous restons avant tout axés sur les marques maison. Néanmoins nous organisons un peu plus d’actions spéciales temporaires autour de marques A : un pot spécial de Nutella par exemple ou encore un produit de lessive que nous ne proposons pas dans notre assortiment habituel. Ainsi nous continuons à surprendre nos clients. »

Les marques ne représentent que 10% de l’assortiment et ce pourcentage ne devrait pas beaucoup augmenter, confirme le directeur des achats Hendrik Van Wilderode. « Il s’agit d’environ 150 références. Nous introduisons ces marques A uniquement dans les catégories très portées sur les marques et ce en vue d’une optimalisation. » Bien que les magasins s’agrandissent, Lidl maintient un assortiment limité à environ 1500 références.

« Nous devons le faire pour deux raisons. D’une part nous voulons éviter un excès de choix pour nos clients. D’autre part nous voulons maximaliser le volume par référence, ce qui nous permet d’obtenir des avantages à l’achat, que nous répercutons ensuite sur le client sous forme de prix réduits. »
Lidl achète de plus en plus au niveau national, souligne Van Wilderode. 50% des fruits et légumes sont d’origine belge, pour le lait et la viande ce pourcentage atteint quasi 100%. « Le client est notre priorité et nous avons des préférences nationales dans des catégories telles que la charcuterie, les produits laitiers et la pâtisserie. Nous misons sur des relations à long terme avec nos fournisseurs. Par ailleurs nous achetons également des articles belges pour nos collègues aux Pays-Bas et en France : par exemple des chicons, des petits choux de Bruxelles, de la bière, de la charcuterie ou encore des moules. »

Source : retaildetail.be

(Autore: Chiara Bertoletti)
Un progetto di product placement integrato che tocca anche l’intreccio narrativo del film Poveri ma ricchi di Fausto Brizzi, nelle sale dal 15 dicembre. L’insegna e i prodotti a marchio trovano nuova awareness con l’intrattenimento.

lidl-cinema

Lidl è sempre più entertainer, oltre che retailer. Dopo un progetto televisivo articolato come La Ricetta Perfetta, la catena abbraccia la narrazione cinematografica entrando nel nuovo film di Fausto Brizzi, intitolato Poveri ma ricchi, nelle sale dal 15 dicembre.

Non si tratta di un semplice product placement, ma di un inserimento che aggancia la trama, dato che una delle protagoniste della storia è dipendente dell’insegna. Le corsie del supermercato compaiono in misura rilevante insieme ai prodotti a marchio, agganciando il positivo immaginario dell’intrattenimento e della commedia.

La partnership attivata da Lidl con Wildside e Warner Bros. Entertainment Italia guarda a una nuova comunicazione capace di dialogare con un target sempre più ampio e trasversale. Per un discount che in termini di identity si sta costantemente affrancando dagli stilemi del discount, del resto, la scelta del film pare azzeccata e in linea con il messaggio che si punta a veicolare.

Basti pensare al titolo, Poveri ma ricchi, che rappresenta un’utenza in cerca di convenienza e ugualmente sensibile a valori qualitativi e umani/emozionali.

Fonte: mark-up.it