Activation Commerciale

(Auteur : Open Minded)
Dans la chaîne de restauration japonaise Zauo, on ne propose pas de menu, mais une canne à pêche et des appâts pour choper le gros lot.

Dans ce restaurant Japonais, tu pêches ta nourriture

Dans un aquarium géant en plein milieu du restaurant, ta mission si tu l’acceptes sera de pêcher le poisson qui finira dans ton assiette soit grillé, en tempura ou en sushi. Après de longues, très longues minutes à attendre que ça morde à l’hameçon, alors que t’as grave les crocs, tu seras récompensé par un chant spécial dans tout le restaurant une fois la prise réussie. Essaye d’éviter cependant de choper le poisson le plus cher de la carte, car une fois ton poisson attrapé, tu ne pourras pas le relâcher. Même si l’addition peut vite devenir salée, le succès escompté du restaurant s’exportera très bientôt à New-York.

Source : opnminded.com

(Author : Lucien Joppen)
In Alibaba and Amazon’s shadow, Japanese Rakuten Ichiba is quickly developing. Several Western chains are using the platform to sell their products to Japanese online consumers.

 

Rakuten bridges gap to Japanese online consumer

Profitable
Rakuten Ichiba (loosely translaed into “Optimist”, what’s in a name?) has been around for twenty years, three years Amazon’s junior, but still two years older than Alibaba. It would do it justice to just label it as an internet retailer: it allows current retailers to attract Japanese online consumers and foreign online shoppers can order Japanese products through Rakuten. However, the company has more than this gateway: it is active in plenty of industries, including banking, trael, messaging, e-books and more.

Over the course of the past twenty years, the owner and founder Hiroshi Mikitani turned Rakuten, with the help of some 14,000 employees, into a company with a 7.2 billion dollar annual turnover and a 350 million dollar profit. An online retailer with profit seems like an anomaly. Nevertheless, a sizeable portion of its profit comes from abroad: ever since it decided to spread its wings in 2005, it acquired several local platforms, including Buy.com (United States), Tradoria (Germany) and PriceMinister (France).

Bridge to consumers
It is no surprise that Rakuten Ichiba has an excellent position in its home territory, with 90 million registered members and a 27 % market share of overall Japanese online turnover. The key to its success cannot be brought back to one reason, but its main advantage is that it managed to culturally bridge toe gap to the Japanese consumer. In other words: Rakuten knows how this particular type of consumer “acts”.

Wearepentagon’s consultants wrote a clarifying article, stating that these consumers have very high expectations and should not be approached too “aggressively”. These consumers have high demands when it comes to service, like how they receive communication about the delivery times. These are still quite an issue, seeing how nearly one in four deliveries gets returned because the consumer is not there to receive the package. The country’s populace works legendary long hours and perhaps Rakuten could benefit from a “deliver at work” option?

High penetration
The Japanese online retail world currently ranks fourth worldwide and will generate about 122 billion dollars (source: Statista) in 2018. The forecast is that it will be able to continue the growth it achieved in the past few years. The Japanese consumer already spends considerable amounts online, about 1,000 dollars per year. The country also has a very high internet penetration: 91 % is online and prefers to shop on computer. Tablets (and definitely smartphones) are considerably less popular.

Further growth will mainly come from new consumers, but that will require a solution to the aforementioned delivery issue. The careful Japanese shopper also appreciates his orders to be protected, something the major internet platforms (including Rakuten) have also taken into consideration.

Insatiable appetite
Rakuten feels it can also grow thanks to synergies between markets in which it is already active. It is clear it wants to attract all types of services like a spider in a digital web. In order to get to that position, the company will invest in four different areas that impact every single one of the holding’s activities: AI / deep learning, user interaction (which includes virtual reality), large-scale distribution and the internet of things / drone technology.

It will take too much time to delve into each and every single of these areas. The internet of things / drone technology is a combination of the three other areas, according to Rakuten. The company previously experimented with Sora (a pilot on a golf course), a delivery drone that will help lower delivery costs in the future. This is a major issue for every eCommerce company like Rakuten (just look at the company’s delivery statistics, which have plenty of room for improvement).

It will take some time before delivery drones will be used at a large scale, but there will be a larger impact from Rakuten’s international delivery service, launched in May 2017. This should help simplify shipments from and to Japan and exclude third party companies. Rakuten, the Japanese spider with an insatiable appetite.

Source : retaildetail.eu

(Auteur : Sarah Ahssen)
Avec sa façade de 35 mètres de haut et ses 500 mètres carrés de surface de vente, la boutique Longchamp de l’avenue Omotesando, haut lieu de la mode et du luxe à Tokyo, est désormais la plus grande boutique du maroquinier français en Asie. Baptisé “La Maison Omotesando”, le lieu a été inauguré en grande pompe ce 19 octobre 2017, en présence notamment de l’actrice française Audrey Tautou.

Longchamp inaugure sa plus grande boutique d'Asie à Tokyo

La boutique tokyoïte présente l’ensemble des collections signées Longchamp réunissant ainsi la maroquinerie, la chaussure, le prêt-à-porter féminin ou encore les lignes homme de la marque auxquelles le sous-sol de la boutique est d’ailleurs consacré, une première au Japon.

“Cette vitrine stratégique et attrayante, qui servira d’écrin à notre marque et à notre savoir-faire, nous permettra d’accueillir une clientèle japonaise, mais aussi des touristes venus du monde entier, avec qui nous aurons plaisir à partager l’art de vivre à la française, la créativité et la qualité de nos collectionsexpliquait cet été Jean Cassegrain, le directeur général de Longchamp lors de l’annonce de l’ouverture.

Avec ses 210 points de vente l’Asie représente 28 % des 553 millions d’euros de chiffre d’affaires qu’a enregistré Longchamp en 2016. Fondée à Paris en 1948 par Jean Cassegrain, la maison Longchamp est présente dans 80 pays à travers un réseau de 1 500 points de vente (boutiques en propre et franchisées, concessions en grands magasins, maroquiniers multimarques, boutiques d’aéroports et sites de vente en ligne). Le groupe gère directement 300 magasins.

La prochaine ouverture d’envergure aura lieu outre-Atlantique, à New York, la zone Amérique pesant pour 13 % des ventes de la marque.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Auteur : Margaux Dussert)
« Pourquoi créer un énième concessionnaire automobile quand on s’aperçoit que les habitudes d’achat ont tant changé ? » Toyota lance un concept store qui pousse les jeunes à louer, plus qu’à acheter.

Toyota lance un concept store pour séduire les millennials

À Nagoya, à quelques pas de son siège, la marque met aujourd’hui en pratique ce qu’elle a appris de ses plus jeunes prospects et ouvre son service Drive to Go. Une offre pour les jeunes Japonais qui peuvent désormais louer une voiture et partir en escapade le temps d’un week-end, le tout en ayant le ventre bien rempli. Sur place, le concept store aux allures de maison scandinave propose de se sustenter de quelques snacks avant d’attraper ses clés et de prendre la route.

Mais les sandwichs, aussi bons soient-ils, sont loin d’être les seuls leviers d’attractions du lieu : sur place, les tarifs sont aussi flexibles qu’alléchants. Les frais de location d’un véhicule peuvent en effet passer de 1 000 ¥ de l’heure (soit un peu plus de 7 euros) pour une voiture à 14 300 ¥ (aux alentours de 106 euros) pour la location d’une fourgonnette. Pour les férus de camping sauvage, Toyota propose également à la location plusieurs types d’équipements adaptés. Enfin, et puisqu’il n’est jamais trop tôt pour commencer à fidéliser, la marque offre à ses jeunes visiteurs la possibilité de tester à la location son nouveau « tricycle » hybride i-ROAD alors même qu’il n’est pas encore commercialisé.

Dans le viseur du constructeur japonais, ces jeunes qui n’ont pas encore le pouvoir d’achat suffisant pour accéder à ce genre de bien, mais surtout pour qui posséder une voiture n’est ni une affaire de statut, ni une priorité. Face à ces nouvelles générations qui préfèrent partager et emprunter dans le but de s’affranchir de toutes contraintes, les marques doivent se réajuster :

« Aujourd’hui, la facilité d’accès est plus importante que la possession – surtout quand on parle de voitures. », explique Rei Inamoto, fondateur de la société Inamoto & Co qui a collaboré avec Toyota sur le projet. « Pourquoi créer un énième concessionnaire automobile quand on s’aperçoit que les habitudes d’achat ont autant changé ? », poursuit-il.

Une tendance de fond qui ne concerne pas que les jeunes et qui s’enracine dans les stratégies de différentes marques automobiles, à l’instar de BMW et de son service d’autopartage ReachNow.Du côté de chez Jaguar, on mise en ce moment sur des modèles d’abonnement à des cercles premiums. Dernier projet en date du constructeur ? La création d’un volant intelligent amovible qui permettrait à son propriétaire d’échanger son bolide contre un autre, quand bon lui semble. Pas de panique, la mort de la propriété n’a pas encore sonné. En revanche, on ne dit pas non à plus de flexibilité !

Source : ladn.eu

(Auteur : Marie-Claude Delannoy)
Le flagship Mercedes de Roppongi, n’a plus grand chose à voir avec un show room de voitures, c’est un grand espace où se mélangent bar, café et exposition de voiture.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On peut y prendre un capuccino, au café nommé « Downstairs » en admirant de luxueux véhicules, ou manger calmement au restaurant du haut, bien nommé « Upstairs », patienter confortablement installé dans un canapé ou flâner devant les goodies de la « Mercedes Benz collection ».

MERCEDES CONNECTION, L’expérience de la marque!1

L’objectif de la boutique est de permettre aux gens de découvrir la marque Mercedes Benz dans un cadre décontracté , loin du monde de l’automobile tel que nous le connaissons. Un premier pas avant les concepts « Mercedes Me » dont l’ouverture du 7ème exemplaire s’annonce pour le début novembre au coeur de Melbourne. A suivre…

MERCEDES CONNECTION, L’expérience de la marque!2

 

Implanté en face des célèbres tours de Tokyo Midtown, cet endroit disposant d’une terrasse en plein air propose en fin de semaine des événements DJ, de quoi devenir une destination courue par les Tokyoïtes !

Source : retailinblog.wordpress.com

(Auteur : 
Maison Kitsuné multiplie les ouvertures à l’international. Le 7 octobre, la marque a ainsi ouvert sa quatrième adresse au Japon. Installé dans le grand magasin Fujii Daimaru à Kyoto, ce nouvel espace de vente a été pensé par le duo de fondateurs, Gildas Loaëc et Masaya Kuroki.

Maison Kitsuné s'offre un nouveau shop-in-shop à Kyoto

D’une surface de 75 mètres carrés, le shop-in-shop fait la part belle au bois associé à deux teintes dominantes, l’indigo et le doré. Outre la collection en cours, il présente une capsule exclusive de produits en indigo naturel, un hommage à l’aizome, cette technique de teinture locale et très ancienne. « Le marché japonais est notre premier marché. Nous misons sur deux ouvertures de magasins en propre par an. La marque marche très bien au Japon et nous pensons qu’elle a encore un beau potentiel de croissance », souligne Gildas Loaëc.

Il y a un mois, la griffe se calait sur un autre faisceau horaire et dévoilait son flagship new-yorkais : 200 mètres carrés sur Lafayette Street. Le marché américain est son troisième marché, après le Japon et la France. Un autre pays connaît de très bons résultats : la Corée du Sud. Et Maison Kitsuné va y installer deux magasins l’année prochaine.

Une dynamique d’ouvertures que l’on peut mettre en lien avec la prise de participation du groupe japonais Stripe International en septembre 2016. « Cette participation financière a réglé nos problématiques de trésorerie, ce qui est fondamental. Ça nous a permis d’investir notamment dans le back office, la gestion de l’information mais aussi de nous développer. Ainsi, nous sommes en train de créer un outil solide pour continuer à nous déployer. Cela passe par l’amélioration des services aux clients, par le digital mais aussi par un investissement dans notre studio qui permet d’apporter de la valeur ajoutée créative », ajoute Gildas Loaëc.

Créée en 2002, la griffe Maison Kitsuné, qui annonçait un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros en 2014-15, revendique une croissance de 30 % de son chiffre d’affaires chaque année. Environ 80 % de ses ventes sont réalisées à l’international. Outre ses quatre adresses japonaises et son nouveau flagship new-yorkais, la marque compte quatre magasins à l’enseigne et deux shops-in-shop, l’un au Bon Marché, l’autre aux Galeries Lafayette, à Paris ainsi qu’une boutique à Hong Kong. Quant à l’e-shop, il réalise le plus gros chiffre d’affaires du retail, comparé aux autres magasins. La griffe est, par ailleurs, distribuée chez 300 revendeurs tous pays confondus.

La qualité des produits fait toujours partie des revendications de la maison : les matières sont italiennes, européennes et japonaises tandis que la fabrication est réalisée au Portugal et en Europe de l’Est. Selon Gildas Loaëc : « Maison Kitsuné offre un vestiaire parisien alternatif, citadin, moderne, coloré qui se distingue de la plupart des autres marques d’ici. Nous avons construit une identité de marque forte autour du vêtement mais aussi de nos cafés, à Paris et à Tokyo, de notre label de musique, de nos soirées. Ça nous permet d’avoir une reconnaissance internationale qui fonctionne non pas à coup d’investissements marketing, mais surtout grâce au bouche-à-oreille ».

Source : fr.fashionnetwork.com

(Author : Retail in Asia)
Amazon is opening a pop-up bar for only 10 days in Japan on 20 October 2017. Amazon Bar, according to the company’s website, will be located in Tokyo’s upscale Ginza area and serve a variety of drinks, including beer, wine, and whiskey.

In August 2017, the company quietly expanded its one-hour wine delivery service in select U.S. cities.

But it comes with one caveat: there is no menu. The bar will instead deploy a recommendation system with Amazon sommeliers offering suggestions for different types of drinks. It will also serve special drinks that are only available at Amazon Bar, the website says.

Amazon did not say why it is opening the bar and for such a short period. The company has been introducing physical book stores and pop-up stores of late, while also expanding into the grocery space with the Whole Foods acquisition. At the same time, Amazon has been moving into the alcohol business.

In August 2017, the company quietly expanded its one-hour wine delivery service in select U.S. cities. In 2016, Amazon Japan launched a wine recommendation service by phone that featured its own in-house sommeliers.

Source : retailinasia

(Author : Retail in Asia)
Nestlé and bed company Caspar have teamed up for a second time this year, launching a ‘nap café’ in Tokyo to promote power-sleeps across the Japanese capital.

Nestle opens a nap cafe in Tokyo’s Ginza

The food and beverage giant and the sleeping specialist retailer had bowed the nap café in the Ginza shopping district. The Ginza Nap Café at the Ginza Chairs complex is aimed at people needing to catch up on their rest. Inside the café, customers will find dozens of beds, set at varying angles to each other to promote privacy. Guests can buy a short 30-minute power nap or settle in for a three-hour long sleep.

In addition to the beds, there are sleeping tables equipped with special foam pillows that support the head and neck. Each sleep session comes with a timer and light activated eye mask.

The initiative was trialled in Harajuku in March 2017 and was deemed a success. According to reports, Japan is the second most sleep-deprived nation on earth, second only to Koreans. The Ginza Nap café runs through September 2017.

Source : retailinasia.com

(Author : Azalea Pena)
The retail location offers a small but high-quality variety of fruits and vegetables directly sourced from local producers.

MUJI’s New Tokyo Flagship Features A Market With Fresh Fruit And Vegetables

MUJI YURAKUCHO, MUJI’s global flagship store, was reopened a few days ago. talomg . Now, buyers can shop for fresh produce in the 1st floor of the store and enjoy fruits and vegetables with significantly less chemical pesticides as well.

MUJI is slowly becoming one of the most helpful stores in the world through offering apparel, accessories, a home in the MUJI Hut, and now, food. The brand gets the fresh produce directly from sellers and they also want consumers to learn about the suppliers as well as where the produce came from. It’s about man’s relationship with food MUJI said.

MUJI’s New Tokyo Flagship Features A Market With Fresh Fruit And Vegetables1

Furthermore, MUJI made it clear that they will not offer a large array of fruits and vegetables, but they will offer seasonal items, rare, and traditional produce. All fruits and vegetables are grown with less than 50 percent chemical pesticides.

If you feel the need to shop more, the 2nd floor offers freshly baked pastries and soup in the Café&Meal MUJI. There’s also a life-size model of the MUJI Hut for everyone’s enjoyment.

Source : psfk.com

(Auteur : Elodie Delmas)
Dans notre série, l’insolite au Japon, nous étions obligés de vous parler de ce café restaurant. Le Monster Kawaii Cafe est un endroit atypique, qui reprend l’univers mignon des programmes de télévision pour enfants. En plein cœur du quartier de Shibuya, c’est un endroit incontournable à visiter.

Le café restaurant Monster Kawaii Cafe

Ouvert il y a quelques années par Sebastian Masuda, pionnier de la culture kawaii au Japon, ce café restaurant accueille sa clientèle dans une atmosphère des plus spéciale. Le gérant voulait créer un café unique au Japon, un endroit qui reprend les codes du quartier Harajuku. Il crée donc un restaurant coloré, fluo et loufoque, où les plats servis sont plus qu’en accord avec le décor. Plusieurs zones permettent de choisir une atmosphère adéquate en fonction de ses envies et besoins :

L’insectivory plant forest : Une foret sombre et psychédélique
La Mushroom Disco : Un univers tout en champignon
La Milk Stand : Si l’on aime les lapins, les moutons ou les licornes
Le sweets Go-Round : Un manège qui se transforme en scène pour les spectacles
Le Bar Experiment : Siroter un cocktail sous une méduse géante
Le Road Sign of Sugar: Des boxes en forme de tasse à café permettent plus d’intimité
La Pink Cat Room : Une salle secrète pour des soirées privées
La Mel-Tea Room : une salle plus gourmande que ce qui pourrait se trouver dans les plats !

Pour continuer dans cet univers, des Monster Girls sont au service de la clientèle. Baby, Dolly, Candy, Nasty et Crazy sont présentes dans le café restaurant pour l’animer. Concernant le menu du café, les plats sont à l’image du café : étrange et Kawaii ; Des spaghetti multicolores, un hamburger un peu bizarre, des glaces hautes en couleurs… Une expérience totale, jusqu’à dans l’assiette.

Le café restaurant Monster Kawaii Cafe1

Mais ce café n’a pas que cette fonction, la nuit, il se transforme. L’endroit jadis enfantin se transforme en restaurant/club pour adulte. Au programme : diner copieux et shows coquins de Monster Girls. Le mercredi, le show se veut kawaii, alors que le jeudi, il aura des allures burlesques. Des spectacles uniques rappelant le cabaret.

Source : japoninfos.com