Activation Commerciale

(Auteur : Business Insider)
SoftBank est devenu un acteur majeur du commerce en ligne indien, après avoir investi 100 milliards de dollars dans Flipkart via son fonds Vision. 

SoftBank est désormais un acteur influent de l'e-commerce indien avec un investissement de 2,5 Mds$ dans Flipkart

Flipkart est la plus grande entreprise d’e-commerce en Inde, possédant environ 37% des parts du marché, selon des estimations de l’industrie. Flipkart a confirmé l’accord mais n’a pas précisé combien SoftBank avait investi. L’Economic Times estime l’opération entre 2,4 et 2,5 milliards de dollars. Flipkart avait déjà levé, lors du même tour de table, 1,4 milliard de dollars de Tencent, Microsoft, et eBay. Globalement, l’entreprise de commerce a désormais 4 milliards de dollars en cash.

Cette levée fait de SoftBank un des plus gros investisseurs de Flipkart. Mais aussi un des principaux actionnaires du plus grand concurrent de Flipkart, à savoir Snapdeal, qui possède 14% du marché. A eux deux, Flipkart et Snapdeal possèdent plus de 50% du marché du commerce en ligne indien, même si Amazon India est un concurrent qui progresse. SoftBank est aussi un investisseur de l’entreprise de paiements en ligne indienne, Paytm.

L’investissement clôture une saga de plusieurs mois impliquant SoftBank essayant d’entrer dans le capital de Flipkart, d’abord en essayant d’organiser une fusion avec Snapdeal. Les discussions se sont arrêtées à la fin du mois de juillet, mais de nombreux articles ont suggéré que SoftBank participerait à la prochaine levée de fonds de Flipkart.

Le patron de SoftBank Masayoshi Son a déclaré: “L’Inde est le terrain de grandes opportunités. Nous voulons soutenir des entreprises novatrices qui sont clairement des gagnants en Inde parce qu’elles sont les mieux positionnées pour influencer la technologie et aider les gens à mener une vie meilleure. En tant que pionniers de l’e-commerce indien, Flipkart fait ça tous les jours.”

Source : businessinsider.fr

(Auteur :  Marion Deslandes)
Après avoir annoncé en décembre dernier la signature d’un contrat de partenariat avec Tablez Retail pour son déploiement sur le sol indien, le groupe Cortefiel voit aujourd’hui sortir de terre ses premiers magasins à l’enseigne du pays. Le contrat prévoit à terme d’ouvrir 60 boutiques dans les cinq ans sur les marchés indien et sri-lankais.

Le groupe Cortefiel implante ses premiers magasins en Inde

Le 17 juillet, une boutique de l’enseigne de prêt-à-porter mixte Springfield et une unité de la chaîne de lingerie Women’secret ont ainsi été inaugurées au sein du centre commercial Phoenix MarketCIty, situé dans la ville de Bangalore. A l’automne, le groupe espagnol, qui exploite également les marques Cortefiel, Pedro del Hierro et Fifty Factory – mais pas sur le marché indien -, ouvrira huit autres points de vente à Bangalore toujours, mais aussi à Bombay et Chennai.

Par son entrée en Inde, le distributeur madrilène entend profiter de l’appétence grandissante des jeunes adultes du pays pour les marques internationales, axant sa communication sur une mode citadine, puisque l’urbanisation du pays se poursuit à grande vitesse. L’objectif du groupe est de « parvenir à une croissance rapide pour les deux marques, grâce au pourcentage élevé de jeunes dans le pays », en comptant également sur l’explosion des projets d’immobilier commercial.

Le groupe, qui selon plusieurs sources serait en passe d’être cédé par les trois fonds qui en sont propriétaires depuis 2005 (PAI Partners, CVC Capital Partners et Permira), a par ailleurs fait ses premiers pas à Cuba il y a quelques semaines, implantant un magasin Women’secret à La Havane. Les ventes de Cortefiel, qui exploite plus de 2 000 points de vente dans 90 pays, ont progressé de 3,1 %, à 1,13 milliard d’euros, au cours de l’exercice clos au 28 février dernier.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Author : retail in asia)
Beauty isn’t skin-deep: It’s mega business for specialist cosmetics brands such as Kiko Milano. The Italian company, at the forefront of Europe’s expanding beauty and wellness industry, now seeks to harness an increasingly affluent India’s desire to look better, and would invest about GBP 25 million to open 100 stores in the country in the next five years.

Kiko Milano seeks to open 100 stores in India

Millennials’ obsession with digital platforms and more disposable cash with them would be the ideal investment draw-cards for Kiko Milano, which expects the South Asian nation to be among its top ten markets in a decade.

“Potentially, India is absolutely huge and I don’t think it is an immediate market and it is changing, and it will take 6-8 years,”said Stefano Percassi, founder of the 20-year-old specialist cosmetics company Kiko. “In the next ten years, India will be among the top ten markets for us. But it depends on the availability of malls and the (overall) economic situation.”

Like Europe, where the number of new beauty and wellness shops exceeded that of any other type of retailing outlet in 2016, India is witnessing a boom in the fashion and beauty industries. Beauty salons are now ubiquitous across most Indian towns and cities, with larger shopping malls in metropolitan centres stocking beauty products of major mainstream cosmetic brands.

The demand for beauty and wellness products has risen exponentially as telecom tariffs reduce in India, and the social media become available to its 1.3-billion people. “In countries with not much entertainment or low access to entertainment, people take to the social media dramatically,” Percassi said. “For example, in the Middle East, it is either shopping centres or their homes. So, what they do is a lot of social media: They have look good and that means more and more business for us.” Euromonitor expects India’s beauty and personal care market to swell 67 per cent to Rs.1.43 lakh crore by 2020 from about Rs.85,414 crore in 2016.

Kiko entered India in September last year in a 51-49 per cent joint venture with DLF Brands, and has so far opened three outlets here. Percassi is in New Delhi to roll out its 1,000th global outlet at Ambience Mall in Gurgaon, on the outskirts of the capital. Kiko chose India over the Netherlands for opening its 1,000th shop.

Source : retailinasia.com

(Auteur :  Katherine Pendrill )
In an effort to combine art and retail in one whimsical space, a group of entrepreneurs have opened a new concept store in Mumbai, India, called ‘Wishbox.’

Mumbai's 'Whishbox' Store Combines Art and Retail in One Space

With a growing number of young consumers seeking out artisan products that afford a sense of uniqueness and exclusivity, this design-forward shop is sure to be a hit among millennials.

Wishbox is a concept shop located in Mubai’s Peninsula Corporate Park. The store is the brainchild of a group of storytellers who wanted to create a space that made art and artists the main attraction. To achieve this goal, the team reach out to local artisans from across the country to help them display their goods in the store. As a result, the shope is a bright and whimsical space stocked with everything from women’s clothing to home decor and furniture.

Source : trendhunter.com

(Auteur : Maverick Martins)
Le groupe de cosmétiques et parfums français Clarins renforce sa présence en Inde où elle s’intéresse désormais au marché du maquillage et des spas, après avoir investi celui des soins pour la peau.

clarins-percee-sur-le-marche-indien-du-maquillage-et-des-spas

L’entreprise, qui réalise un chiffre d’affaires de 1,9 milliard d’euros, y introduira dès l’an prochain sa gamme de produits de maquillage. Elle s’est par ailleurs associée à Sanghvi Brands pour la création d’un réseau de spas, qui seront installés dans des hôtels chics comme le W de Goa.

« L’Inde est une priorité pour Clarins. C’est un marché à forte croissance et l’un des plus importants pour la marque au niveau international. Clarins y est déjà leader sur le segment des soins haut de gamme pour la peau. Nous savons que le maquillage est extrêmement populaire en Inde et nous pensons que les Indiens apprécieront nos produits, étant donné leur préférence pour les cosmétiques naturels », a déclaré Prisca Courtin, en charge des activités de détail, des spas et de My Blend au sein du groupe Clarins, lors d’une entrevue avec le quotidien indien Economic Times.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Auteur : fashion net work)
Le groupe Walmart mène actuellement des discussions afin de prendre une participation minoritaire dans Flipkart, la principale plate-forme de commerce en ligne indienne, selon deux sources proches du dossier, reprises par Reuters. Un tel investissement permettrait au géant américain de prendre pied sur un marché en pleine croissance.

inde-walmart-interesse-par-le-portail-flipkart

Une des sources a précisé que le groupe américain envisageait un investissement compris entre 750 millions et 1 milliard de dollars (de 669 à 891 millions d’euros), mais l’investissement final ainsi que la taille de la participation dépendent du résultat des négociations en cours concernant l’évaluation de l’entreprise indienne. Selon cette même source, les deux groupes envisageraient un partenariat local, qui leur permettrait de tirer profit de leur expertise respective dans le retail ainsi que dans la logistique.

Un tel accord permettrait à Walmart de se positionner face à Amazon, qui se développe rapidement dans le sous-continent indien et est aujourd’hui le principal concurrent de Flipkart. Pour le moment, la présence de Walmart en Inde est limitée un réseau de magasins de vente en gros.

« Alors qu’Amazon prend progressivement l’ascendant sur les acteurs indiens, les “licornes” comme Flipkart et Snapdeal sont sur le marché en recherche de fonds », a ajouté la source. « Des entreprises comme Walmart sont plutôt des investisseurs à long terme, mais peu nombreux sont ceux qui peuvent investir autant d’argent. »

Flipkart a été évalué à 11,5 milliards de dollars, selon les médias locaux. La valorisation de l’entreprise avait même atteint 15 milliards de dollars plus tôt dans l’année, mais l’intensité de la concurrence, la difficulté à trouver des financements privés et une profitabilité incertaine mettent la pression sur les acteurs du commerce en ligne indiens.

Lancé en 2007 par deux anciens employés d’Amazon, Flipkart vend aussi bien des téléphones portables que des valises ou des cosmétiques. Les investisseurs actuels comprennent Tiger Global Management et Accel Partners. Flipkart et son concurrent Snapdeal, de taille plus petite, sont à la recherche de capital supplémentaire afin de pouvoir continuer à faire concurrence à Amazon, dont la stratégie se fonde sur des promotions importantes et de fortes dépenses dans le marketing, la technologie et la logistique afin de séduire les consommateurs. Le journal indien Economic Times, qui a le premier fait état des discussions en cours, a indiqué qu’une réunion entre les partenaires potentiels était prévue cette semaine. En juin dernier, Walmart a accepté de prendre une participation de 5 % dans le Chinois JD.com, relançant ainsi la concurrence entre ce dernier et l’autre géant du secteur en Chine, Alibaba.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Author : the hindu business line)
Create your own look at the Arvind Store: You. By You” is the new message from textile major Arvind in its latest campaign.

 

 

With a choice of fabric for shirts, trousers and suits, Arvind is also offering a fashion consultant to create a ‘customised’ product at its stores. With tailored clothes back in vogue, the custom model has been gaining ground, with stores including tailoring services to boost demand for their fabric.

Others textile companies such as Reliance Industries (Vimal), Raymond and Mafatlal Industries are also giving a fresh impetus to their fabric portfolio.

Cost difference shrinks

With the difference between the cost of readymades and tailoring clothes narrowing, customers are opting for better-quality fabrics which are not necessarily available as part of a readymade offering.

While margins have always been better in readymades, of late textile companies have been focusing on fabric to improve margins.

Take Arvind, which has been in the fabric retail business for the past 90 years, and is now looking forward to building brands in the fabric segment with its new, premium product, Tresca.

Kulin Lalbhai, Executive Director, Arvind said, “We expect Tresca to become a Rs 250-crore brand in the next 3-5 years, as there is also demand for fabric from young customers in smaller towns.’’ In fact, demand from smaller towns is expected to fuel fabric’s future growth.

Big opportunity

Continue Reading…

(Auteur : Maxime Delmas)
Quand le géant du e-commerce vient en aide aux pays défavorisés !
Dans le monde, plus de 780 millions de personnes sont illettrées. Parmi les pays les plus touchés, on compte l’Inde où 1 personne sur 5 ne sait ni lire, ni écrire (un chiffre assez impressionnant je vous l’accorde). 

La faute revient à l’Etat et aux provinces : trop pauvres et/ou pas assez organisées pour établir un véritable système éducatif (et je ne m’aventure pas à parler des castes). Principal élément marquant de la faible démocratisation de la culture, trop de familles vivent aujourd’hui sans même un livre sous leur toit. Dans ce cas, comment voulez-vous apprendre à lire ?

Dans ce cadre, le leader mondial du e-commerce Amazon a eu une idée très intéressante : permettre aux habitants des pays favorisés de donner leurs livres à des populations défavorisées.

Et même si vous êtes bons, vous allez me dire : « dans quel intérêt et pourquoi je ferai ça ? »

Explications

Imaginez, vous commandez un objet (livre, dvd, autres, …) sur Amazon. Celui-vous sera livré dans un colis spécial dans lequel vous êtes invités à déposer les livres dont vous ne vous servez plus. En échange, le e-commerçant vous permet de télécharger les copies ebook (lisibles uniquement surKindle, vous vous en doutez) des livres que vous avez données.

Autrement dit, vous n’êtes pas perdant et Amazon se charge de transférer les livres physiquesjusqu’en Inde pour le plus grande bonheur des ONG locales.

Source : mdelmas.net

(Auteur : Dominique Chapuis)
La chaîne de parfumerie s’est implantée à New Delhi avec un partenaire local

Sephora fait ses premiers pas en Inde. L’enseigne de parfumerie du groupe LVMH (propriétaire des « Echos ») vient d’ouvrir un premier magasin à New Delhi. Une ouverture qui s’est faite avec un partenaire local, le groupe Genesis, spécialisé dans l’importation et la distribution de marques de luxe. Cette boutique constitue une première en Inde, selon le site WWD.com du quotidien spécialisé « Women’s Wear Daily ». Il n’existait pas jusqu’alors un tel concept global de parfumerie dans le pays, et les Indiennes vont pouvoir y découvrir quatorze nouvelles marques de cosmétiques, en plus de celles déjà distribuées en Inde comme Estée Lauder, Clinique ou Clarins.

Cette ouverture est un véritable pari pour Sephora sur un marché complexe, avec une distribution peu organisée. L’enseigne déjà présente dans une trentaine de pays, avec un chiffre d’affaires estimé à près de 3 milliards d’euros, s’est d’ailleurs gardée d’annoncer d’autres projets localement.

Classe moyenne émergente

Continue Reading…

(Auteur : mdelamas)
Belle idée d’utilisation de Twitter avec un panneau de pub !

 

Pour faire la promotion de leur nouvelle collection, la marque de vêtements Allen Solly a fait appel à l’agence Ogilvy. Celle-ci a mis au point une idée amusante à partir d’un panneau d’affichage (de type 4×3) et deTwitter. Un panneau comprenant 52 chemises a été placé dans un centre commercial de Bengalore (Inde). Directement relié à Twitter, il permet aux passants de faire tomber les vêtements au fur et à mesure à partir de tweets mentionnant un hashtag. Evidemment, pour ne pas que toutes les chemises tombent en même temps, 10 hashtags ont été créés, chacun permettant de faire gagner 5 chemises. Pour gagner, il faut juste faire partie des plus rapides à twitter le hastag du moment !

L’opération eu un joli petit succès sur Twitter. En seulement 90 minutes (durée de l’opération), le nombre d’impressions de tweets en relation avec la marque a été évalué à plus d’un million ! Plus de 500 twittos ont suivis l’opération en live-tweet… et 52 joueurs ont gagné une chemise de Allen Solly. Une idée sympa même si techniquement un peu compliquée à mettre en place.

Source : mdelmas