Activation Commerciale

(Auteur : Carole Boelen)
Coolblue a inauguré, à Amsterdam, un nouveau concept de magasin, Coolblue XXL. Dans ce point de vente de 1.700m2, on trouve un assortiment de plus de 1.000 produits pouvant être testés sur place, ainsi que des spécialistes présents dans chaque catégorie de produit pour guider le consommateur. Ce tout nouveau concept, « pièce maîtresse de Coolblue », sera lancé en Belgique dès l’année prochaine.

LE NOUVEAU CONCEPT DE MAGASIN DE COOLBLUE SERA LANCÉ L’AN PROCHAIN EN BELGIQUE

Coolblue XXL, tel est le nom du nouveau concept de magasin de l’e-commerçant Coolblue. Le premier point de vente répondant à ce concept remplace l’ancien magasin de la Gustav Mahlerlaan d’Amsterdam, et s’étale désormais sur une surface de 1.700m2, soit 5 fois la taille du précédent. Les consommateurs y trouveront plus de 1.000 produits pouvant être testés sur place, mais aussi, pour l’anecdote, une oeuvre monumentale faîte en boîte de carton. « Nous avons écouté attentivement nos clients et employés et avons mis en place de nombreuses améliorations, petites et grandes. La plus grande amélioration se situe dans l’expansion de la gamme de produits sur place », explique Pieter Zwart, Directeur Général de Coolblue.

Tout peut y être testé
«Nos clients ont souvent déjà une idée du produit qu’ils veulent, mais ils apprécient pouvoir le tenir en main et le tester. Lorsque vous souhaitez acheter un nouveau casque audio, vous voulez entendre comment il ‘sonne’ en réalité, et cela même si vous disposez de toutes les spécificités techniques via nos reviews et vidéos pédagogiques… De même, si vous cherchez à acquérir une nouvelle machine à café, vous voulez tester le goût du café qu’elle produit. A partir d’aujourd’hui, nous offrons cette possibilité avec une gamme encore plus large dans le Coolblue XXL à Amsterdam » explique Pieter Zwart.

Service, conseils avisés et disponibilité directe des produits
Outre l’expérimentation de la large gamme proposée dans ce nouveau magasin, les consommateurs pourront également s’adresser à des spécialistes pour obtenir des conseils, aller retirer leurs achats online dans la minute qui suit leurs commandes et bénéficier d’un service direct après l’achat.

Le point de vente est organisé en univers de produits: Téléviseurs, son, ordinateurs portables/ordinateurs/réseaux, téléphonie/tablettes/Wearables, et enfin machines à café. Pour guider le client dans la multitude de produits disponibles, des spécialistes sont donc présents dans chaque univers. L’e-commerçant entend de cette façon offrir des conseils avisés à ses clients. Et si certains préfèrent l’informatique, ils pourront se tourner vers les différentes bornes de conseils qui leur indiqueront ce qu’il est important de prendre en considération lors, par exemple, de l’achat d’une nouvelle télévision : quelle est la taille idéale d’une TV pour votre intérieur? Pourquoi opter pour une smart TV? Ou encore ce qu’apporte réellement un écran HDR…

Bientôt en Belgique!
Avec Coolblue XXL, Coolblue dispose désormais de deux concepts de magasins. Ceux-ci coexisteront. Le nouveau n’est donc pas amené à remplacer l’ancien.
Le déploiement du nouveau concept devrait toutefois se faire rapidement, puisque le second Coolblue XXL ouvrira bientôt à La Haye et que le premier Coolblue XXL belge est prévu pour l’an prochain. « En attendant, nous écouterons attentivement les commentaires de nos clients et ajusterons si nécessaire le concept. De cette façon, nous pourrons améliorer celui-ci un peu plus chaque jour » explique Pieter Zwart. En Belgique, Coolblue dispose déjà de trois points de vente: à Wilrijk, Lochristi et Zaventem. A ceux-ci s’ajoutera dès 2018 un Coolblue XXL.

Source : gondola.be

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
Les ambitions de Jumbo en Belgique sont plus concrets que l’on pensait jusqu’à présent : les agents immobiliers sont déjà à la recherche de magasins potentiels. Mais qui est-ce Jumbo et qu’espèrent-ils accomplir ?

Jumbo se lance en Belgique, 30 supermarchés d'ici 2019 en vue

« Il y a encore de la place en Flandre »
Jumbo souhaite ouvrir 30 magasins belges – fort probablement tous en Flandre – à bref délai, même si la société nie encore qu’il s’agit de plans concrets. « Dans notre plan à plusieurs années nous avons retenu la possibilité d’une expansion vers la Belgique. Mais, à ce stade, disons qu’il s’agit plutôt d’une idée que nous ne souhaitons pas exclure. Rien n’est encore définitivement arrêté, nous examinons d’abord les opportunités », affirme son CFO Ton Van Veen à Gondola.

Aujourd’hui, Jumbo est la seconde chaîne de supermarchés des Pays-Bas, donc l’expansion vers la Flandre aurait du sens. « La Flandre est un marché très intéressant pour les retailers néerlandais. C’est une région prospère avec plus de 6 millions d’habitants et il n’y a presque pas de barrière linguistique », selon Laurens Sloot, directeur général du EFMI Business School et professeur à l’université de Groningen. « De plus que les chaînes néerlandaises ont une grande avantage question d’achats. » Sloot estime que les prix d’achats soient 3 ou 4% plus bas qu’en Belgique.

Si Jumbo arriverait à ouvrir 20 à 30 magasins en Flandre, cette stratégie tiendrait peu de risque pour la chaîne de supermarchés, selon Laurens Sloot. « Albert Heijn a réussi à réaliser un chiffre d’affaires d’environ 400 millions d’euros en 5 ans, avec une bénéfice modeste. Pourquoi Jumbo n’y réussirait-il pas ? La plupart des chaînes de supermarchés en Belgique obtiennent des rendements sains, donc il y a probablement encore de la place pour une nouvelle partie. »

Le même jeu que Albert Heijn en Belgique ?
Il ne serait pas inimaginable que Jumbo joue au même jeu que Albert Heijn en Belgique : en ouvrant des magasins en Flandre, Jumbo pourrait d’abord montrer sa force à Colruyt et Carrefour et apprendrait à connaître le marché. Puis elle pourrait se mettre à table avec Colruyt ou Carrefour, prête à discuter une fusion ou un rachat.

Selon plusieurs experts, Colruyt serait un partenaire rêvé. La société de Halle pourrait alors accéder au groupement d’achat Superunie et enfin arriver à profiter des conditions d’achat aux Pays-Bas. « C’est un secret de Polichinelle que Colruyt a montré son intérêt envers la chaîne néerlandaise Nettorama d’antan », ajoute le professeur Sloot. Cependant, il estime que les magasins Carrefour soient beaucoup plus intéressants pour Jumbo. « Si un jour Carrefour veut revendre ses magasins flamands, je crois que cela les intéresserait beaucoup. »

Avec 580 magasins, un chiffre d’affaires de 6,7 milliards d’euros et un part de marché de 19% aux Pays-Bas, Jumbo y est la deuxième chaîne de supermarchés, après Albert Heijn. L’entreprise familiale a repris la chaîne de restaurants La Place l’année passée, suite à la faillite de V&D. Depuis, Jumbo ajoute des éléments de restauration à ses concepts de supermarché Jumbo Foodmarkt et Jumbo Foodmarkt City, offrant aux consommateurs la possibilité de consumer leurs repas sur place.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Guillaume Poingt)
L’entreprise néerlandaise souhaite supprimer la distinction entre les garçons et les filles dans son rayon vêtements pour enfants. 300 des 700 points de vente européens d’Hema devraient être concernés d’ici la fin de l’année.

L'enseigne Hema ne veut plus différencier les filles et les garçons

Les rayons de vêtements «garçons» et «filles» vont-ils bientôt disparaître? C’est en tout cas l’initiative prise par la chaîne de magasins néerlandaise Hema, spécialisée dans les articles à bas prix. Selon le quotidien néerlandais De Volkskrant, la marque a décidé de supprimer les indications de genre sur les vêtements pour enfants. Dans un communiqué en néerlandais, Hema confirme avoir changé les étiquettes «d’une partie de la prochaine collection d’hiver».

Concrètement, les rayons devraient fusionner pour former un vaste espace «enfants». Cela ne signifie pas que la marque ne vendra plus de pyjamas roses ou de t-shirts bleus mais aucune étiquette ne mentionnera si tel ou tel vêtement est réservé aux filles ou aux garçons. Sans aller jusqu’au genre neutre, Hema veut en effet proposer des vêtements moins stéréotypés. «Hema souhaite permettre aux enfants d’être ce qu’ils veulent être. Des filles à caractère, de charmants garçons, de vraies princesses ou des astronautes en herbe», est-il expliqué dans le communiqué.

«Vous trouverez toujours de petites jupes roses chez Hema, mais nous y ajoutons des vêtements plus musclés pour filles», expliquait par ailleurs Trevor Perren, directeur des achats de vêtements, sur le site spécialisé Retail Detail.

Le journal De Volkskrant affirme que 300 des 700 points de vente européens d’Hema seront concernés d’ici la fin de l’année 2017. Mais, outre les Pays-Bas, difficile de savoir dans quels pays exactement. La chaîne de magasins est également présente en France, où elle compte 62 magasins, en Belgique, en Allemagne et au Luxembourg. Contacté par Le Figaro, Hema France explique n’avoir «aucune information sur le sujet pour le moment». Avant de poursuivre: «Il s’agit d’une décision prise par la Hollande».

Une fillette de 10 ans à l’origine de ce changement
Selon De Volkskrant, la décision de changer les étiquettes a été prise à la suite de la demande d’une fillette de 10 ans qui n’en pouvait plus de porter des sous-vêtements avec des coeurs roses. En 2015, avec l’aide de sa baby-sitter, elle a décidé d’envoyer un message à la marque Hema sur Facebook. «Selon moi il n’y a pas une si grande différence entre garçons et filles. J’espère qu’il y aura plus de choix à l’avenir», écrivait-elle notamment.
Dans ce message, sa baby-sitter raconte également avoir discuté avec la petite fille de ce à quoi le paradis pourrait ressembler et celle-ci lui a notamment répondu qu’au paradis, «les sous-vêtements pour filles de Hema ne seraient pas roses ou avec des motifs de cœurs». «Elle aimerait avoir des dessins de girafe» sur son pyjama, précise la baby-sitter. Une demande semble-t-il entendue par Hema: «Au cours des deux dernières années, nous avons reçu beaucoup de demandes de nos clients afin de rendre la collection de nos enfants plus interchangeable», assure ainsi la marque dans son communiqué.

D’autres marques ont déjà fait la même chose
Début septembre, à la suite d’une polémique, les grands magasins britanniques John Lewis avaient annoncé la mise en place d’un rayon unique pour les garçons et les filles. L’enseigne proposait en effet une collection de maillots avec la mention «Little man, big ideas» (Petit homme, grandes idées) pour ceux des garçons et «Little girl, big smiles» (Petites filles, grands sourires) sur ceux des filles. Cette distinction avait été jugée sexiste par certains. Désormais, les jupes, les robes, les t-shirts, les pulls ou encore les pantalons auront l’étiquette «filles et garçons». La marque envisage de lancer une gamme de vêtements pour enfants non spécifique aux genres, avec, par exemple, des robes avec des dessins de vaisseaux spatiaux ou de dinosaures.

La marque Gap pourrait prendre le même chemin. «Pouvez-vous faire des t-shirts de filles cool s’il vous plaît? Ou pouvez-vous faire un rayon ni garçon ni fille, juste enfant?», lui avait demandé en début d’année une enfant de 5 ans, dans une lettre adressée à la direction de la marque.

«Les t-shirts de garçons sont vraiment cools. Ils ont Superman, Batman, du rock and roll et des sports. Que faites-vous pour les filles qui aiment ces choses-là, comme moi ou ma copine Olivia?» Quelques semaines plus tard, comme le raconte RTL, le PDG de Gap, Jeff Kriwan, avait répondu à la petite fille et avait reconnu qu’elle avait «raison». «Je pense que nous pourrions mieux faire et proposer plus de choix qui plaisent à tout le monde. J’ai parlé à nos designers et nous allons travailler sur des choses plus amusantes qui, je pense, vont te plaire.»

D’autres marques appliquent ce principe pour tout ou partie de leurs produits, comme le distributeur Système U, qui propose depuis 2012 des catalogues de Noël sans distinction de sexe, avec la volonté de lutter contre les stéréotypes. Fin 2014, un rapport remis au Sénat par Chantal Jouanno et Roland Courteau avait par ailleurs mis en évidence «l’importance des jouets dans la construction de l’égalité entre filles et garçons».

Source : lefigaro.fr

(Author : Shomara Roosblad)
Le grand magasin canadien ouvre les portes de son premier magasin néerlandais ce mardi 5 septembre sur Rokin 21, tout en lançant un site de vente en ligne. D’autres inaugurations auront lieu à Rotterdam et à La Haye, ce jeudi 7 septembre. Il s’agira des premiers emplacements de la chaîne en dehors du Canada. Filliale d’Hudson Bay Company, Saks Off 5th ouvrait déjà en juin sa première adresse européenne à Düsseldorf.

Hudson's Bay fait ses premiers pas en Europe

Gerald L. Storch, PDG de HBC (Compagnie de la Baie d’Hudson), a commenté : « C’est un moment crucial dans l’histoire de HBC, vieille de 347 années, car il s’agit du premier magasin Hudson’s Bay à ouvrir en dehors du Canada, ce qui ajoute donc un nouveau marché à notre empreinte géographique. Seulement 16 mois après avoir annoncé nos intentions d’entrer sur le marché néerlandais, nous sommes ravis d’introduire notre modèle de vente innovant aux Pays-Bas ».

Jacco van der Steen, directeur du marketing et des achats pour Hudson’s Bay aux Pays-Bas, a ajouté : « Nous sommes impatients de proposer à nos clients cette expérience de shopping spéciale et nouvelle – le seul grand magasin des Pays-Bas. Notre objectif est de créer des moments mémorables : nous y parviendrons à l’aide de marques puissantes, de collections temporaires et locales, et de découvertes gastronomiques, tout ceci dans un cadre aménagé avec goût et élégance. D’autre part, l’application de la stratégie omnicanale nous permettra également de proposer une expérience d’achat en ligne exceptionnelle ».

Chaque magasin proposera un mélange de marques nationales et internationales, du milieu de gamme aux marques émergentes, avec notamment Topshop et Topman, The Kooples, Nike, M.A.C et Chanel. En outre, plus de 100 marques néerlandaises seront aussi disponibles, comme Love Stories et Nikkie. D’ailleurs, de nombreuses marques nationales et internationales ont développé des créations en édition limitée, qui seront réunies dans une collection baptisée The Limiteds.

Tous les magasins Hudson’s Bay incluront le concept Studios, une section où les visiteurs peuvent découvrir de nouvelles marques ou des produits encore inédits sur le marché néerlandais. Ils proposeront aussi une expérience de shooting « mains libres » : les clients pourront simplement scanner leurs achats, avant d’aller les récupérer au comptoir Click & Collect en quittant le magasin. D’autres services seront aussi disponibles, comme un salon de coiffure Aveda, un restaurant Nacarat, dont la carte est créée par le fameux chef néerlandais Ron Blaauw, et une aire de jeux pour enfants, le Kids Kingdom.

Outre ces inaugurations à Amsterdam, Rotterdam et La Haye, Hudson’s Bay ouvrira des magasins à Leyde, Bréda, Maastricht, Zwolle, Almere, Bois-le-Duc et Tilbourg un peu plus tard ce mois-ci. Pour faire fonctionner ces 10 nouveaux grands magasins, l’entreprise a embauché 1 600 personnes aux Pays-Bas.

En mai 2016, HBC avait confirmé ses intentions d’ouvrir 20 grands magasins aux Pays-Bas dans les deux ans. L’inauguration du magasin d’Amsterdam avait été avancée au 5 septembre le mois dernier.

Suivant une stratégie bien orchestrée, Hudson’s Bay Company a élargi sa présence en Europe depuis le mois de septembre 2015 en faisant l’acquisition de la chaîne de grands magasins allemande Galeria Kaufhof, qui contrôle 102 magasins Galeria Kaufhof en Allemagne et 16 magasins Galeria Inno en Belgique.

La société mère Hudson’s Bay Company, fondée en 1670, est la plus ancienne entreprise nord-américaine. La chaîne de grands magasins Hudson’s Bay contrôle actuellement 90 magasins au Canada et maintenant aux Pays-Bas. Parmi le portefeuille de marques de HBC, on compte aussi Gilt ou Saks Fifth Avenue.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Author : malls.com)
It’s the first of 10-planned name-sake department stores in Netherlands.

Hudson's Bay To Open First European Store In Amsterdam

The company is going to invest 300 million euros in its Dutch expansion. Tailored to the Dutch customer, all department in the store will showcase new and impressive product, highlighting a mix of national and international premium brands, mid-market brands and emerging brands. The brands that guests experience in the store can also be found online at newly open European web shop Hudsonsbay.nl.

Jerry Storch, CEO, HBC, said: “This is a historic moment in HBC’s 347-year history, marking the first Hudson’s Bay store ever to open outside of Canada and adding a new market to our diverse geographic footprint.”

The HBC’s department stores in Nederland designed by international department store team together with architect CallisonRTK. The first 183 000 sq. f. (17,000-sq. m.) Amsterdam location has an innovative design concept, super flexible to deliver an ever-changing landscape of products and services. The link between the interior of the store, the street life, and the natural day life has been returned, with the opening of 90% of the store windows at all floors. The concept is designed to enable the renovation and rejuvenation of remarkable classic period buildings, from many different eras.

Hudson’s Bay offers a mix of international brands, such as TOPSHOP and TOPMAN, CK Jeans, The Kooples, Hugo, Armani, Tommy Hilfiger, Nike, Rika, Love Stories, Chanel, Aveda, MAC, Vedder & Vedder, Dyson, Hay, Vitra, and Samsonite.

In addition to presenting more than 100 Dutch brands, many brands have developed limited editions, exclusively for HBC. These pieces are combined in the collection named “The Limiteds.” Some of the young trendsetters in the Netherlands add exclusive new designs to the collection with the iconic multi-coloured stripes of Hudson’s Bay blended into the products: a crystallized vase by Isaac Monté, a skirt and top by David Laport, and Jordy van den Nieuwendijk created a drawing of his hand.

Source : malls.com

(Author : European Supermaket Magazine)
Dutch retailer Albert Heijn has launched a new augmented-reality product scanner, which allows customers to find out more about its private-label products.

Albert Heijn Introduces Augmented-Reality Product Scanner

With a new mobile app, AH Product Scanner, customers can scan a product in stores with their phone camera to receive additional information about ingredients, nutritional values, allergens, recipes, and the origin of products.

New Technology
“Customers find it increasingly important to know what products they buy from us and where they come from,” said Marit van Egmond, director of merchandising and sourcing at Albert Heijn. “With the help of new technologies, we now provide information at your fingertips while shopping.”

In the first phase of this programme, 35 private-label meat and fish products have been included in the app. These products now feature a sticker on the packaging that relates to the AH Product Scanner. The retailer aims to gradually extend this technology to all Albert Heijn-branded products.

Source : esmmagazine.com

(Auteur : Carole Boelen)
Albert Heijn suit les pas d’Amazon. Dès l’année prochaine, il sera possible de faire ses courses sans passer par l’étape caisse dans certains magasins AH To Go néerlandais. C’est ce qu’a déclaré le CEO Wouter Kolk à nos confrères de De Telegraaf.

ALBERT HEIJN TRAVAILLE À UN CONCEPT DE MAGASIN SANS CAISSE

En fin d’année dernière, Amazon surprenait les observateurs en annonçant le lancement d’un supermarché de quartier sans files d’attente ni caisse. Bien que le concept rencontre encore quelques difficultés techniques et n’est dès lors toujours pas accessible au grand public, il a tout de même bousculé le paysage et les perspectives de la distribution alimentaire.

Amazon Go a ainsi inspiré Albert Heijn qui entend lui aussi tester des magasins sans caisse. Ces tests devraient avoir lieu dans la formule de proximité du retailer néerlandais, AH To Go. « J’espère pouvoir tester les premier AH To Go sans caisse l’année prochaine » a en effet déclaré le CEO néerlandais à De Telegraaf. « C’est délibérément que ces tests auront lieu dans des AH To Go. C’est là que la vitesse du paiement a le plus d’importance. Mais en cas de succès, le concept viendra s’implanter dans d’autres magasins d’Albert Heijn ». En coulisses, un système à la Amazon Go est donc déjà en phase de création. Mais il sera différent, assure Wouter Kolk.

A l’occasion du 130e anniversaire d’Albert Heijn, le retailer se penche aussi sur l’avenir global des supermarché. Pour Wouter Kolk, ces supermarchés sont amené à se différencier de quartier à quartier, à proposer davantage d’expérience d’achat et à offrir davantage de confort via la vitesse. L’online devrait en outre se développer davantage encore, notamment ici aussi, en termes de vitesse.

Source : gondola.be

(Auteur : Patrice Bernard)
À l’occasion de ses « Beyond Banking Days », un événement au cours duquel elle présentait il y a quelques jours sa vision des services financiers de demain, la néerlandaise ABN Amro dévoilait un projet expérimental en « réalité mixte » (oui, avec Microsoft), destiné à accompagner les consommateurs dans le choix de leur assurance.

ABN Amro teste l'assurance en réalité mixte

Se fixant pour objectif de faire toucher du doigt l’enjeu d’une protection optimale, l’application propose à l’utilisateur équipé de lunettes Hololens de choisir, en interaction directe avec son environnement réel, les objets qu’il souhaite couvrir (appareils électroniques, bijoux, voitures…), dans la limite du budget qu’il s’est fixé. Dans un deuxième temps, elle simule un certain nombre de sinistres, afin d’en montrer concrètement les effets sur ses possessions et prouver la valeur de l’assurance.

La description est avare de détails sur l’implémentation du concept, ce qui nous permet de libérer notre imagination. La réalité augmentée offrant la capacité de plaquer des images de synthèse sur le monde qui nous entoure, il est tentant d’envisager une immersion dans un scénario catastrophe – incendie, inondation, tempête… – au fil duquel les dégâts sur les équipements et les biens sont illustrés dans le casque de l’utilisateur… et se terminant par une remise en état complète, accompagnée de sa facture.

L’idée peut paraître anodine mais elle a une vertu essentielle. En effet, l’être humain ayant une difficulté naturelle à se projeter dans l’avenir, il n’est pas spontanément enclin à appréhender objectivement les conséquences d’un sinistre, ce qui réduit évidemment l’intérêt qu’il peut porter à un produit d’assurance. Dans ces conditions, exposer l’individu aux risques encourus, sous une forme réaliste, dans son propre environnement, représente un moyen extrêmement puissant de le convaincre du besoin de se protéger.

Le principe des « jeux sérieux » n’est pas nouveau et l’introduction d’éléments ludiques – à base de simulation, notamment – dans une mise en situation de la vie quotidienne a déjà largement fait ses preuves en matière pédagogique. Si elle est utilisée à bon escient et mise en œuvre à la perfection, la réalité augmentée ajoute une possibilité extraordinaire d’insérer les scénarios dans le cadre familier du « joueur », ce qui devrait démultiplier l’efficacité de l’approche, en rendant l’expérience plus tangible et personnelle.

Source : cestpasmonidee.blogspot.fr

(Auteur : Carole Boelen)
La chaîne de supermarchés néerlandaise Jumbo a ouvert son premier Foodmarkt City à Groningen. Ce nouveau concept de magasin de proximité combine des éléments des magasins Jumbo et Food Market et de la chaîne de restauration La Place que le groupe a acquis.

JUMBO INTRODUIT UN NOUVEAU CONCEPT DE MAGASIN FOODMARKT CITY

Jumbo surprenait les observateurs voici quatre ans en ouvrant son premier Food Market à Breda. Dans ce magasin, le retailer traversait les frontières entre le secteur des supermarchés et celui de l’horeca. Les clients découvraient alors un concept où ils pouvaient non seulement réaliser leurs achats quotidiens, mais aussi déguster sur place des repas faits maison.

Ce concept, couronné de succès, a ensuite été étendu à d’autres villes. Tant et si bien qu’aujourd’hui, Jumbo présente une version urbaine de ce Food Market: Foodmarkt City by Jumbo. Le premier point de vente a ouvert ses portes à Groningen. Le concept? Un point de vente où vous pourrez réaliser vos achats, mais où les repas frais du jour et faits maison jouent un rôle essentiel.

Préparés sur place
Chez Foodmarkt City by Jumbo, les plats sont préparés sur place de façon traditionnelle et correspondent aux moments de consommation de la journée. Ainsi, le matin, les clients pourront y déguster un petit-déjeuner frais et un lunch quand vient l’heure. Ces plats préparés, mais aussi des pizzas, des sushis, des sandwiches, des soupes et des jus sont réalisés dans les cuisines et la boulangerie du magasin avec des produits frais selon les recettes de La Place et de Jumbo Foodmarkt. Les consommateurs peuvent au choix manger les mets proposés sur place dans le Foodcafé, ou les emporter.

Urbain
« Foodmarkt by Jumbo répond aux attentes des citadins » explique Colette Cloosterman-van Eerd, membre du conseil d’administration et responsable en tant que CCO de la formule. « La séparation traditionnelle entre supermarché et restauration est sur le point de disparaître, et ce, particulièrement dans les centres-villes. Il y a là plusieurs types de consommateurs: des travailleurs, des habitants, des shoppers et des étudiants. Cela conduit à un autre comportement d’achat plus axé sur la commodité, la rapidité, la santé et le prix. En combinant nos connaissances et nos expériences, Jumbo et La Place se renforcent mutuellement et peuvent agir là et quand le client en a besoin. Nous sommes incroyablement fiers de ce magasin! ».

500 nouveaux produits
Jumbo introduit, avec Foodmarkt City by Jumbo, une gamme de produits totalement nouvelle. Des exemples? Des sandwiches et wraps fraîchement préparés, des jus de fruits pressés à froid, des salades-repas, différents pains et pâtisseries faits sur place, etc. Des portions individuelles sont disponibles. Avec les plats préparés en cuisine, on dénombre plus de 500 nouveaux produits ajoutés à la gamme Jumbo. Une partie de ceux-ci seront dans un futur proche également disponibles dans une vingtaine de magasins Jumbo.

Service de livraison
Jumbo lance aussi une application dédiée à ce nouveau concept permettant au client de commander des plats et de se les faire livrer là où il le souhaite. Ce service n’est à ce jour disponible que pour le magasin de Groningen, mais pourrait se voir étendu à l’ensemble des villes accueillant un Food Market.

Le premier, pas le dernier!
Le Foodmarkt City by Jumbo de Groningen est le premier du genre, mais ne sera certainement pas le dernier. Cette année encore, le concept sera étendu à d’autres villes néerlandaises.

Source : gondola.be

(Auteur : Yoni Van Looveren)
Durant l’exercice écoulé le chiffre d’affaires de l’enseigne de supermarchés Spar International a progressé de 4,5% à 33,1 milliards d’euros (hors effets de change). Cette croissance est attribuable entre autres à l’expansion constante de la chaîne.

L’expansion booste Spar International

Forte croissance sur les nouveaux marchés
Ainsi Spar a fait son entrée en Thaïlande et en Albanie et s’est étendu en Chine et en Russie, où le groupe collabore avec des partenaires locaux. Depuis fin 2015, 369 nouveaux supermarchés ont ouvert leurs portes. Dès lors Spar détient 12.545 magasins au total, l’équivalent d’une superficie de vente de 7,2 millions de m².

En Europe occidentale Spar a progressé de 4,8% et dans la zone euro son chiffre d’affaires a atteint 15 milliards d’euros. Au Royaume-Uni il est question d’une hausse du chiffre d’affaires de 8%. Croissance également en Europe Centrale et de l’Est (+6,5%) et en Russie (+7,7%).

En Asie – où Spar compte déjà 619 magasins, soit 1,2 million de m² (65.000 m² de plus que l’année auparavant) – le groupe envisage l’ouverture de 300 nouveaux magasins en Thaïlande dans les cinq années à venir.

L’objectif de Spar est de poursuivre sa croissance en 2017, tant sur de nouveaux marchés que sur les marchés européens traditionnels.

Source : retaildetail.be