Activation Commerciale

(Author : Josh Kolm)
The grocery chain aims to answer demand for organic products while reinforcing its local ties.

IGA grows a garden on top of a store

As proud as you might be of the garden you’ve been growing in your backyard or patio this summer, IGA may have you beat. On the roof of an IGA Extra store in Montreal, owned by the Duchemin family, the grocery chain has been working with urban gardening and agriculture company La Ligne Verte and urban beekeeping company Alvéole to grow a range of organic vegetables and honey.

The garden – which IGA claims is the biggest organic vegetable garden in Canada – will provide produce and honey under a new store brand, “Frais du toit” (“fresh roof”), though they are only available at the Duchemin family’s store.

Cartier also handled the development of the “Frais du toit” brand identity, merchandising tools and communications strategy. In addition to the online video that is running on Facebook and in pre-roll, the agency also created an in-store display that features a live feed of the rooftop garden.

Feeding consumer demand for organic and locally-grown products is something everyone from food brands to QSRs to grocery stores have been attempting to do in recent years. That’s part of what IGA is aiming to do with this attention-grabbing, large-scale execution, but focusing on the Duchemin family also helps reinforce the brand’s ties to the communities in which it operates. That’s something parent company Sobeys also has been attempting to do elsewhere in Canada and it was why the IGA brand stuck around after it was acquired in the late 1990s.

IGA grows a garden on top of a store1

“Our retailers are true entrepreneurs who really make a difference in their community through unique, inspiring projects,” Carl Pichette, VP of marketing at Sobeys Québec, said in a press release. “By focusing on hyperlocal, organic and daily picking, we offer consumers a unique and sought-after product.”

Source : strategyonline.ca

(Auteur : J.B)
Après avoir converti les trois quarts de son parc au concept Mandarine, l’enseigne de proximité urbaine du groupe Casino lance un nouveau type de magasin, « privilégiant le bio, l’équitable, mais pas seulement ». Son nom : Franprix Noé.

Facade Franprix Noé

Samedi dernier, rue Mouffetard dans le cinquième arrondissement de Paris, a ouvert un nouveau concept de magasin, baptisé Franprix Noé. Après avoir converti 73 % de son parc au concept Mandarine ou à sa déclinaison « vitaminée », l’enseigne de proximité urbaine du groupe Casino inaugure ainsi un nouveau format dans lequel « chaque client peut être sûr que les produits qu’il achète entrent dans le mouvement vers une consommation plus responsable », peut-on lire sur la façade du point de vente.

Franprix Noe

Les produits bio et équitables constituent une bonne part de l’assortiment du point de vente. Mais pas la totalité. L’enseigne revendique ainsi d’être « ouverte aux produits non labellisés qui méritent la confiance pour leur qualité et leur origine ». « Avant toute chose, nous défendons le goût, le sain et la joie de vivre », clâme la communication de l’enseigne.

Source : rayon-boissons.com

 

(Author : Retail Design World)
The UK’s first multi-brand electric vehicle showroom has opened. The Electric Vehicle Experience Centre, run by Chargemaster and located at Centre: MK in Milton Keynes, has been designed by the retail division of experiential agency TRO. MP Jesse Norman, Parliamentary Under Secretary of State for the Department of Transport, opened the centre this morning (20 July 2017). 

UK's first multi-brand electric car showroom opens

With a mission to educate residents about the benefits of electric car ownership, the centre will offer test drives of its fleet of more than 50 vehicles. It will feature cars from a wide variety of manufacturers, including BMW i, Kia, Mitsubishi, Nissan, Renault and Volkswagen, along with impartial advice on which may best suit individual consumers.

Chargemaster is running the project in partnership with the£9m Milton Keynes Go Ultra Low City scheme, which has been established to increase the number of electric vehicles in use the area. There is a target to seeing 23 per cent of all new cars registered locally to be electric models within five years – with the showroom due to be open for the same five year period.

“Being part of such a high-profile and diverse project is very exciting for Chargemaster. The centre will be the first of its kind and we are sure it will pave the way for other cities to follow. We are looking forward to welcoming Milton Keynes shoppers and showing them everything that going electric has to offer,” says Chargemaster CEO David Martell.

UK's first multi-brand electric car showroom opens1

The showroom aims to inspire as well as educate, says TRO retail director Ben Taylor. “We understand the power of immersive techniques to engage consumers and drive change and ultimately buying habits,” says Taylor.

Source : retaildesignworld.com

(Author :  Retail Design Blog)
With the urban Junction District as its home, the new store environment takes inspiration from its industrial surroundings and city streetscapes. It authentically incorporates elements such as streetscape-inspired architectural details and textures, murals and graffiti, street signs, pavement markings, guardrails, street lights, and building signs.

Organic Garage flagship store

To add to the authenticity, a local graffiti artist painted over brick walls giving a vibrant and urban feel to the space. It features one of the largest organic produce selections available in Toronto, more than 100 bulk options, a new api(+) designed Kitchen Originals private label, a seasonal salad bar and state of the art, environmentally friendly refrigeration and HVAC technologies.

Organic Garage flagship store1

api(+) provided brand positioning and identity, private label packaging design, interior store design, signage and graphics, and digital collateral design. The address is 43 Junction Road Toronto, Ontario M6N 1B5. They held a ribbon cutting at 8:45 a.m. and opened at 9 a.m. on Wednesday, July 5, 2017. Organic Garage is a grocery retailer of organic and natural products.

Founded in 2005 and headquartered in Toronto, the company operates a centralized warehouse as well as three stores in the greater Toronto area: Oakville, Vaughan and their newest location, in Toronto’s Junction district. Organic Garage has announced plans to open its fourth store in 2018 in the Leaside neighborhood in central Toronto.

Organic Garage flagship store2

ArchitecturePlus International, api(+) is an international award-winning design firm specializing in food retail, specialty retail, restaurants and retail centers. It offers a full spectrum of services to the retail industry and solutions that maximize return on investment via strategy and design. It is headquartered in Tampa, Florida and has a South Florida office in Miami.

Organic Garage3

Source : retaildesignblog.net

(Auteur :  Carole Boelen)
A Saint-Etienne, le groupe français Casino a testé l’approvisionnement de magasins situés en milieu urbain par tramway. 

Casino teste l'approvisionnement de magasins par tramway

Deux phases de test d’approvisionnement par tramway ont eu lieu dans le chef du groupe Casino. La première s’est déroulée durant trois jours en juin, la seconde durant la même période en juillet. Deux points de vente Casino Shop du centre-ville de Saint-Etienne se sont alors vus approvisionnés par tram.

Les rames de tram utilisées dans le cadre de ce test sont d’anciennes rames aujourd’hui réaménagées pour le transport de marchandises. L’objectif premier de ce projet est de désengorger le trafic routier. Mais les difficultés sont là: il faut d’abord fractionner les palettes sur les rolls en vue de les placer dans le tram, puis être capable de décharger la marchandise en deux minutes seulement. Les deux magasins choisis pour ce test se situaient en face d’arrêts de tram, ce qui a facilité la dernière étape qui consiste à assurer le transport des marchandises jusqu’au magasin.  Casino n’est pas le premier à tester ce type de transport, puisque Carrefour a réalisé un premier test à Paris en 2011 déjà.

Source : gondola.be &Linéaires

(Auteur : Philippe Lavieille)
On jette beaucoup de nourriture à la poubelle. Pour limiter ce phénomène, Monoprix lance un service inédit de récupération à domicile d’aliments encore consommables.

Quand le livreur devient une arme anti-gaspillageQuel est le point commun entre des piles hors d’âge entassées dans une boîte, des ampoules qui ne brillent plus depuis longtemps et des fruits et légumes qui menacent de se flétrir si vous ne les mangez pas rapidement ? Dans les trois cas, ces produits finissent souvent à la poubelle alors qu’ils pourraient être recyclés ou consommés. Pour inciter leurs clients à le faire, Monoprix lance lundi un service baptisé Shop & Give. Au moment de la livraison de vos courses à domicile, vous pourrez désormais remettre au livreur des produits non périmés restant dans votre placard (pâtes, riz, gâteaux, conserves…) ou des fruits et légumes qui seront ensuite redistribués à des associations caritatives. Vous pourrez aussi lui confier vos piles et ampoules usagées qui seront recyclées.

Un système de dons automatiques en projet

Leadeur français du secteur avec deux millions de livraisons à domicile par an, Monoprix a imaginé ce dispositif gratuit* pour  «faciliter la vie des urbains pressés». «Chaque français jette en moyenne 20 kg de nourriture par an, et l’objectif de ce service, à la fois écologique et solidaire, est aussi de lutter contre le gaspillage alimentaire car les denrées que nous allons récupérer seront redistribuées à l’une des 300 associations avec lesquelles nous travaillons», explique Karine Viel, responsable du développement durable de l’enseigne. Parmi ces ONG figurent notamment la Croix-Rouge, les Restos du coeur, le Secours populaire et les banques alimentaires. Des banques alimentaires qui, l’an dernier, ont récolté à la sortie de 8 000 magasins pas moins de 12 000 t de produits (soit l’équivalent de 24 millions de repas) lors des collectes nationales organisées les 25 et 26 novembre 2016.

«Nous sommes très en attente de ce genre d’initiatives innovantes, et nous avons déjà des projets similaires pour les consommateurs qui font leurs courses en ligne et pourraient se voir proposer des paniers alimentaires à 3, 5 ou 7 € qui seraient ensuite redistribués à nos bénéficiaires», explique Audrey Perardel, directrice de la communication de la Fédération française des banques alimentaires, qui en regroupe 79 dans l’Hexagone.

L’an dernier, Monoprix affirme avoir redistribué l’équivalent de six millions de repas à des associations caritatives. Essentiellement des yaourts, de la charcuterie, de la crèmerie et des fruits et légumes. Les banques alimentaires réfléchissent de leur côté à mettre en place avec certaines enseignes de la grande distribution un système de dons automatiques pour les consommateurs qui utilisent le drive, ce service qui permet de faire ses courses en ligne et de les retirer ensuite en voiture dans le magasin de son choix.

Source : leparisien.fr

(Auteur : Lucas Raheriarivony)
Si vous comptiez passer vos vacances à San Francisco cet été, vous enfourcherez peut-être un vélo frappé de l’ovale bleu. Ford vient en effet de se lancer dans le vélo partagé avec son service GoBike.

Ford lance son équivalent du Velib' à San Francisco

Avec l’avènement des solutions de mobilité durable et le déclin graduel de l’automobile dans toutes les grandes villes, les constructeurs ne peuvent plus uniquement compter sur leur gamme de véhicules pour toucher un public urbain. Ford l’a bien compris et propose désormais aux habitants de San Francisco et ses environs un service de vélos en libre-service nommé Ford GoBike, issu d’une collaboration avec Motivate, leader mondial du vélo partagé. Car malgré sa topologie on ne peut plus irrégulière, la baie de San Francisco a vu fleurir son parc de bicycles ces dernières années : entre 2006 et 2015, le nombre de personnes se rendant au travail à vélo a ainsi presque doublé selon le bureau de recensement des Etats-Unis.

Le service Ford GoBike se base sur un programme pilote de vélo partagé déjà existant qui comptait jusqu’alors une flotte de 700 vélos. D’ici la fin de l’été, l’ovale bleu portera ce nombre à 3 500. Un parc qui sera doublé d’ici fin 2018 afin de proposer 7 000 vélos à travers 546 stations réparties dans toute la baie, ce qui en fera au passage le second service de vélo partagé le plus important des Etats-Unis.

Source : autonews.fr

(Auteur : Céline Perronnet)
Solar Hotel décline son concept en créant de nouveaux lieux associant hébergements éco-conçus et formations au développement durable.

Solar Hotel ouvrira la première école-hôtel dédiée au développement durable

C’est inédit. D’ici deux ans, une première “école-hôtel” dédiée au développement durable verra le jour en région parisienne. L’ objectif : offrir à la fois un hébergement éco-conçu, mais aussi une école de formation dédiée au développement durable et un laboratoire de tendances. A la manœuvre, Franck Laval, le fondateur du Solar Hôtel, un établissement deux étoiles de 34 chambres situé dans le 14ème arrondissement et qui fait la part belle au développement durable. «Le secteur de l’hôtellerie n’évolue pas massivement vers le développement durable. Or pour faire bouger les choses correctement, il faut s’attaquer à la formation car aujourd’hui les hôteliers ne trouvent pas de personnes compétentes pour mettre en application leurs projets de transformations», explique Franck Laval.

Une extension nationale
D’où cette idée avant-gardiste de créer de nouveaux lieux qui associeront hébergement hôtelier et formation continue professionnelle. Un partenariat avec l’IUT de Saint-Denis et la création d’un nouveau Bachelor sont en cours au sein de Solar Formation.

«Nous avons vocation à être une entreprise d’insertion dans chaque hôtel», précise Franck Laval. En 2019, c’est Bagnolet (93) qui sera la première ville à accueillir une “école-hôtel Solar”. Et de nombreux autres projets sont déjà dans les cartons. «Nous avons participé aux appels à projets « Réinventer la Seine » et « Inventons la Métropole du Grand Paris», indique-t-il. Chacun prévoit la construction de trois sites. A Bobigny, Ivry sur Seine et au Havre pour le premier et à Porte de Bercy, Montreuil et Sceaux pour le second. Deux autres écoles-hôtels Solar pourraient également ensuite voir le jour à Bordeaux et La Rochelle.

Source : ekopo.fr

(Auteur : Françoise Tourbe)
Depuis mars, la ferme Brabant, bien connue dans le Douaisis pour sa boutique de produits fermiers et régionaux, a sa vitrine sur Internet. On peut commander en ligne puis, au choix, venir chercher son panier à Monchecourt ou se faire livrer à domicile. Déjà 10 % de clients supplémentaires…

Quand les produits de la ferme en circuit court se mettent au «drive»

Des bonnes idées, à la ferme Brabant, on en a déjà eu beaucoup. Celle de rester une exploitation agricole polyvalente quand tant d’autres se mettaient à la monoculture extensive. Celle de transformer sur place une partie de la production de la ferme. Celle de développer la vente de produits fermiers en circuit court… Alors, proposer un drive aux clients, ça n’est finalement qu’un pas de plus dans une démarche engagée il y a vingt ans déjà. Et puis, on est tendance ou on ne l’est pas…

L’inspiration est venue en deux temps. D’un côté, il y avait Le Drive des épouvantails, une petite société nancéenne qui tannait Stéphane et Maxime Brabant depuis deux ans pour qu’ils rejoignent leur réseau de drives à la ferme. De l’autre, il y avait les clients qui réclamaient régulièrement un catalogue des produits. « Comme on se voyait mal éditer un catalogue papier alors que nos produits changent avec les saisons, nous avons décidé de lancer notre propre site marchand, explique Stéphane Brabant. Nous y proposons exactement la même chose que dans nos boutiques de Monchecourt et Lille, aux mêmes prix. En plus, le site donne accès au réseau du Drive des épouvantails. » Le client paie en ligne et a ensuite le choix : soit il vient lui-même retirer son panier à la boutique de Monchecourt (et bientôt à Lille). Soit, s’il habite dans le Douaisis, il peut se faire livrer à domicile moyennant une participation de 5 €.

Comme une vitrine sur le Net
Lancé en mars, le drive de la ferme Brabant s’installe tout doucement sur le net. Même si ceux qui l’utilisent vraiment comme un drive ne sont pas encore très nombreux, il fonctionne comme une vitrine. « Pas mal de gens regardent en ligne les produits que nous proposons et décident ensuite de venir à la boutique. Mais nous avons aussi eu le cas inverse : des gens qui ont d’abord commandé sur Internet avant de venir nous voir à la boutique. » Bref, au final, cela se traduit déjà par 10 % de clients supplémentaires ! Une augmentation de la demande à laquelle la ferme fait pour l’instant face sans difficulté.

Source : lavoixdunord.fr

(Auteur : 
Dans la grande course contre le gaspillage, l’Australie vient peut-être de marquer un point décisif grâce à OzHarvest, un magasin de Sydney qui propose depuis peu des produits a priori périmés, mais qui restent bons pour le corps… mais aussi pour la planète.

L’Australie inaugure un supermarché de produits périmés

Poubelle à la poubelle. Tous les jours, tous les mois, tous les ans, des millions de tonnes d’aliments finissent leurs vies dans les poubelles du monde entier ; soit à cause des DLC (Dates Limites de Consommation) dépassées, soit parce que tel fruit ou légume n’est pas conforme aux critères « esthétiques » de la grande consommation. Un drame social, économique et écologique auquel Ronni Kahn a simplement voulu répondre par une évidence : pourquoi ne pas vendre ces produits dans un supermarché d’un nouveau genre ?

« La récolte australienne ». Baptisé OzHarvest, ce magasin écolo et social s’est donc spécialisé dans la récup grâce à 2500 généreux donateurs qui, toutes les semaines, viennent livrer ces moutons à cinq pattes dont personne ne veut. Une grossière erreur tant il est de notoriété publique que les produits de première nécessité disposent d’une espérance de vie bien supérieure à celle indiquée sur les DLC. Proposés à très bas prix ou même gratuitement pour les moins fortunés, ils éviterons désormais de terminer leur course dans la poubelle, et pourraient à terme représenter la meilleure des solutions pour nourrir tout le monde. Ronni Kahn espère déjà ouvrir d’autres boutiques de seconde main partout en Australie ; et quant à nous cet exemple devrait nous permettre de regarder ces produits délaissés d’un autre œil…

Source : detours.canalplus.fr