Activation Commerciale

(Author : Kati Chitrakorn)
The Chinese e-commerce giant has launched a luxury-specific platform to tap affluent consumers in the country’s booming online space.

JD.com Launches Luxury Platform

JD.com, China’s second largest online retailer, has launched Toplife, a luxury-focused online platform that aims to bring the personalised shopping experience of luxury brick-and-mortar stores to e-commerce. Launching Tuesday, Toplife offers products across a range of categories, from clothes and beauty to watches, jewellery and home furnishing, from brands like Trussardi, Rimowa, Emporio Armani and La Perla. Additional brands will be revealed in the coming weeks — for some it will be their first ever online presence in China.

“Luxury brands understand that the entire retail game in China is online, but they’ve been late to enter,” Xia Ding, president of JD.com’s fashion division, tells BoF. “They’ve been waiting for a luxury-branded site that can give the full experience of going into their offline stores — and that’s what we’ve built.”

Chinese shoppers buy more luxury products than those in any other country, accounting for about one-third of global sales, according to London-based consultancy firm Bain & Company. However, the challenge for global retailers lies in the final leg of delivery, known in logistics circles as “the last mile,” when poor infrastructure makes shipping and delivery slow and expensive.

Through Toplife, brands not only control and customise all aspects of their store on the platform, but also have access to JD.com’s sophisticated local logistics network — manned by more than 70,000 employees operating out of 250 warehouses — and can leverage the retailer’s premium white-glove delivery service, currently available in major cities such as Beijing, Shanghai, Guangzhou, Shenzhen and Chengdu.

“Working with Toplife, luxury brands are able to directly provide customers throughout China with a true luxury shopping experience previously only associated with high-end offline stores,” says Richard Liu, chairman and chief executive officer of JD.com. “[Toplife] is a luxury e-commerce ecosystem that provides a truly premium shopping experience, and helps [our] partners tell their brand story to local consumers.”

This isn’t JD.com’s first move into luxury. Earlier in June, the e-commerce giant invested $350 million in billion-dollar fashion “unicorn” Farfetch. “[JD.com] really provides us with a last-mile service, which is unrivalled. No Western company has, so far, had access to that,” Farfetch founder and CEO José Neves told BoF.

“We understand what brands want, from protecting their IP to offering a truly luxury service, including specialised delivery and expert consultants. This is not simply carving out a corner of our existing platform — it’s building out an entirely new online luxury experience,” says Ding.

Source : businessoffashion.com

(Author : Retail in Asia)
Contemplating buying a new phone? You have probably already extensively researched your options and watched a few product demo videos before even entering the store.

JD’s “Take” technology empowers offline shopping

But, what if you did not have to? Enter “Take,” JD’s latest advanced technology, which leverages big data to bring the precision of online shopping offline. With “Take,” when a customer enters a store and picks up a product on display, a video on an attached tablet introducing the product, its features and its specifications will automatically start to play. If two products are picked up at once, the screen will prompt the customer to choose which of the two products’ video demos he or she wants. Using sensors attached to the devices on display, the technology can track how many times a product has been picked up.

The unique data obtained will directly help improve the offline shopping experience by providing insight into product selection and ideal product placement within stores. It will also optimize marketing and enable JD to more accurately calculate offline conversion rates. Through its JD Y technology unit, the company is using AI and big data to define the future of retail by providing new smart solutions, both online and offline.

“We are constantly looking for unique ways to use our technology to improve our customers’ experience,” said Cao Xuechao, Director of retail innovation at supply chain R&D for JD.com.

JD is the industry leader in using big data to provide online shoppers with customized search results taking into account their unique situations and preferences. In August, the company rolled out JD Retail Experience Shops across China, giving customers a chance to touch and try a range of products, all sourced from JD.com.

“With ‘Take’ and other advanced technologies, we’ll be able to better understand what our customers want when they shop offline,” said Zhang Bing, Head of Retail Innovation at JD Electronics. “We can then deliver that to them in store with the same precision they’re used to when they shop online.”

Source : retailinasia.com

(Auteur : Marie Claude Delannoy)
La Librairie Zhongshu à Suzhou, conçue par Yu Ting, est la plus récente de sa marque depuis la première ouverture il y a cinq ans. La nouvelle librairie est divisée en quatre zones principales, elles-mêmes subdivisées. 

ZHONGSHU, un univers multicolore !

Dans l’objectif de créer un nouveau monde coloré utilisant la symbolique, l’architecte a donné un caractère unique à chaque zone : Le « Sanctuaire de Cristal » pour les nouveautés ; « la Grotte des Lucioles » pour les recommandations; « Le Palais des Arcs en ciel » pour la salle de lecture; « le Château de l’ Innocence » pour les livres pour enfants.

Le Sanctuaire de Cristal
En tant qu’entrée, ‘Le sanctuaire du cristal’ est un espace plein de livres et rien d’autre. Les nouveautés sont présentées sur des étagères acryliques transparentes préfabriquées, mettant en valeur la présence des livres. En utilisant des briques de verre, des miroirs et de l’acrylique, ‘The Sanctuary of Crystal’ est un espace blanc brillant, attirant les clients au cœur du magasin.

Le Sanctuaire de Cristal

La Grotte des Lucioles
Après la blancheur, ‘The Cave of Fireflies’ est un tunnel plus sombre reliant le hall principal et l’entrée. Les clients choisiront des livres ici et suivront le guide des fibres optiques vers la zone de lecture principale.

La Grotte des Lucioles

Le Palais des Arcs en ciel
Après un espace relativement étroit, ‘The Xanadu of Rainbows’ s’ouvre sur un espace large et ouvert. Grâce aux grandes fenêtres, la lumière naturelle inonde l’intérieur. Étant l’espace le plus important, ‘The Xanadu of Rainbows’ offre une variété d’expériences. Jouant avec les différentes hauteurs des étagères, des marches et de tables, l’architecte crée un paysage hyper architecturé et abstrait de falaises, de vallées, d’îles, de rapides et d’oasis. De minces feuilles en aluminium perforé aux couleurs dégradées dessinent des arcs-en-ciel dans la librairie. Ces panneaux minces divisent l’espace en zones de différentes fonctions tout en lui apportant une atmosphère mystérieuse et vague .

Le Palais des Arcs en ciel

 

Le château de l’Innocence
À la fin du «Xanadu», l’espace entouré de murs blanc translucides est la zone des livres pour enfants. Grâce à ce matériau, le Castle of Innocence est un monde intérieur à l’intérieur de la librairie. Beaucoup d’éléments complémentaires ont été ajoutés dans l’espace, construisant un monde où les enfants peuvent interagir les uns avec les autres et avec la librairie elle-même.

Le château de l’Innocence

Les feuilles d’aluminium perforées en forme de fenêtres jouent un rôle important dans le projet; le fait de les perforer en partie, leur retire le coté brillant de la matière. Lorsque plusieurs panneaux de tailles et couleurs différentes sont assemblés, un sentiment de voile est créé. Ces effets énigmatiques et indéfinis amènent une ambiance particulière à la librairie. La distance entre chaque ensemble de panneaux est également d’une grande importance. Certains espacements entre les panneaux sont plus grands que d’autres, créant ainsi des espaces d’expériences différentes. Avec la qualité presque translucide des panneaux, les limites entre chaque espace individuel sont floues, tandis que la lumière qui se reflète à l’extérieur sur les feuilles colorées invite à la découverte de la librairie.

Source : retailinblog.wordpress.com

(Author : Yimian Wu)
Alibaba has taken another step in its quest to become ubiquitous in the daily life of every Chinese consumer, this time taking a page out of the play book of international retail giant Ikea. Three days ago, Alibaba opened a bright, colorful, all inclusive home furnishing flagship store in Hangzhou that looks and feels very much like an IKEA store, but is fully augmented by Alibaba’s online e-commence technology.

Alibaba’s IKEA-like Super Store Marks Next Step In Offline Retail Expansion

Named Home Times, the store represents the Chinese E-commerce giant’s second major offline push into the US$130 billion Chinese home furnishing market. Alibaba launched designer home product store, House Selection, in Hangzhou last December. Alibaba is reportedly planning to open three more Home Times stores by the end of 2017 and 15 in 2018.

The more than 20,000 items on sale in the cavernous store, including furniture, kitchenware and stationery, are the most popular items sold on Alibaba’s online shopping channels. Each item has an electronic price tag, similar to Kindle’s paper-like screen, which allows staff to match the price to the online retail price if necessary.

The barcode on each price tag also allows customers to check and order the item on Tmall.com if they chose, saving them the trouble of taking bulky products home by car or mass transit. Tmall.com also shows the products in different colors and formations via a touch screen, so consumers can view their options without the store needing to place all the different models of product on shelves.

As consumers generally like to see and feel furniture before deciding to buy, the offline store may help reduce product return rate for Alibaba’s e-commence platforms. In China, more than 30% of customers buy their furniture in a furniture shop or at malls, while 21% purchase online, according to a report by Fang.com, a Chinese real estate portal.

Alibaba’s other recent offline expansions include a plan to transform mom-and-pop convenience stores to into offline Tmall shops, and launching an offline Hema Supermarket to blend online and offline retail of fresh produce and seafood.

Source : chinamoneynetwork.com

(Author : insideretail.hk)
As Chinese chat app WeChat moves into merchandising, it has opened an on-ground “test” WeStore in Guangzhou.

WeChat goes to ground with WeStore test

This follows its announcement that it is partnering with apparel retailer Gap to launch a range of WeChat-branded clothing, its first major foray into branded merchandise. This was foreshadowed at December’s annual WeChat conference in Guangzhou, where are limited-edition range of branded merchandise was released, including pillows, notebooks, stickers and pins.

WeChat goes to ground with WeStore test1

A few months ago, WeChat-themed merchandise such as pillows, bags and light jackets was used as prizes for an online competition.

WeChat goes to ground with WeStore test2

 

Source : insideretail.hk

(Author : malls.com)
The five-story shopping center is part of the e-commerce giant’s push into real-world retail.

Alibaba Group To Open Its First Brick-And-Mortar Mall

Alibaba, the owner of China’s largest online sales platform, is reportedly building its mall in the eastern Chinese city of Hangzhou, where located companies headquarter. The mall has been constructed on a 40,000-square-meter plot of land and is scheduled to open in April, according to linkshop.com. Construction crews are completing up work on the building’s interior.

This year indicated the start of Alibaba Group “new retail” era — a phrase the firm has seeded in its announcements. In essence, it is a strategy to combine offline, online, logistics and data units over a single value chain, Alibaba founder Jack Ma stated.

Under the initiative, Alibaba is rolling fast into offline spaces to help remake regular retailing, including starting unmanned convenience stores and delivering big data technology to 1 million mom-and-pop shops. Presently, it’s developing its first shopping center.

Alibaba will take its “new retail technologies” to More Mall, including high-tech makeup-testing mirrors and virtual fitting cabins, citing unnamed sources with knowledge of the matter. Alibaba unveiled these technologies in June in what it called a “New Retail Interactive Store,” in a shopping center in Hangzhou.

More Mall will present some brands that are on sale on Alibaba’s e-commerce platform Taobao, as well as many well-known retail brands. It will also introduce Alibaba’s grocery store, named Hema. It will be the first Hema flagship store in Hangzhou.

Launched in 2015, Hema was part of Alibaba’s new retail strategy to improve traditional supermarkets. With a vision to mix online and offline shopping experiences, Hema rolled out an app that allows users to order groceries for delivery on their cell phone and use Alibaba-affiliated online payment platform Alipay to make purchases. Hema also has brick-and-mortar stores just like typical convenience stores, which provide consumers with hand-select food and dine inside.

“Alibaba believes the future of New Retail will be a harmonious integration of online and offline,” told Daniel Zhang, CEO of Alibaba Group, in a statement.

Source : malls.com

(Auteur : Valentin Blanchot)
Presque aussi simple que l’utilisation d’Apple Pay avec son empreinte digitale, Alibaba pousse la confirmation de paiement à un autre niveau. À travers son service de transaction Alipay, le géant du ecommerce a lancé un système de reconnaissance faciale : Smile to Pay.

Alibaba lance Smile to Pay en Chine avec KFC

Pour l’instant, cette nouveauté n’est disponible que dans les restaurants KFC de la ville de Hangzhou. Lors d’une commande depuis une borne, les clients pourront payer en souriant à une caméra. Un processus de confirmation enverra une notification au smartphone du client afin de valider le paiement.

Smile to Pay est présenté comme sécurisé contre l’utilisation d’une photographie ou d’autres moyens pour tromper le système de confirmation. Il utilise des caméras pour étudier la profondeur du sujet, ou encore un algorithme pour reconnaitre son utilisateur. Même si ce dernier est déguisé, porte une perruque, ou du maquillage.

La Chine étant plus souple sur l’utilisation des données personnelles et plus ouverte aux nouvelles technologies en fait un beau terrain de jeu pour Alipay. Pour des marchés comme les États-Unis ou l’Europe, il faudra probablement attendre encore un peu avant que reconnaissance faciale rime avec transaction financière.

Source : siecledigital.fr

(Auteur : B. Merlaud)
Le géant du e-commerce Alibaba annonce son intention de franchiser 10.000 magasins chinois en un an. Il cible des points de vente de proximité, qui bénéficieront de sa logistique, de ses offres commerciales et de son expertise en big data.

Le Chinois Alibaba veut franchiser 10.000 magasins

Le groupe Alibaba fédère plusieurs marketplaces en Chine, qui ont totalisé un volume d’affaires équivalent à 498 milliards d’euros l’an dernier. Ce qui en fait sous ce prisme le premier commerçant de la planète, même si son chiffre d’affaires réel, essentiellement sous forme de commissions, est de l’ordre de 21 milliards d’euros. Alibaba entend utiliser les couleurs de Tmall, son site marchand le plus populaire, pour fédérer désormais un immense réseau de magasins en dur.

Alibaba offrait déjà ses services à près de 500.000 magasins dans son pays, avec par exemple des prestations logistiques ou marketing. Le géant chinois franchit désormais une étape supplémentaire avec le lancement de sa propre enseigne. Les sites franchisés auront l’obligation de référencer un assortiment minimum de produits vendus par Tmall. En mai 2017, Alibaba avait déjà pris 18% du capital de Lianhua Supermarket, une chaîne chinoise comptant plus de 3.600 magasins.

Source : lineaires.com

(Auteur : Pauline Neerman)
Ces deux dernières années, l’e-commerçant chinois Alibaba a investi près de 7 milliards d’euros dans le retail physique.  Avec Hema Xiansheng, le groupe compte déjà 13 supermarchés en propre et a racheté le grand magasin de luxe Intime en janvier.

Alibaba investit des milliards dans des magasins physiques

Ne dites pas simplement supermarché lorsqu’il s’agit de Hema
Alibaba a évolué d’une plateforme online pour commerçants chinois locaux (Taobao) vers un écosystème complet pour consommateurs du monde entier, avec ses propres marques (Haier), un système de paiement mobile (AliPay) et même ses propres services vidéo.  L’omnicanal représente l’avenir, c’est ce qu’ils pensent en Chine.

Comme Amazon, Alibaba s’est également lancé dans des supermarchés de haute technologie en gestion propre.  La chaîne de supermarchés omnicanal Hema – à ne pas confondre avec la variante néerlandaise – a même légèrement devancé Alibaba.  Alors qu’Amazon est encore en pleine recherche au niveau du retail food, l’entreprise Hema Xiansheng est déjà active en Chine depuis 2015.  En 2017, trois nouveaux points de vente ont ouvert leurs portes, ce qui porte le nombre total à treize.

Selon le CEO d’Alibaba, Daniel Zhang, les magasins Hema « ne sont pas des supermarchés ni des marchés alimentaires, mais proposent plutôt un modèle tout neuf ».  Chez Hema en Chine, les acheteurs peuvent notamment choisir des crustacés frais et les faire préparer sur place, les faire livrer à domicile dans la demi-heure grâce au in-store picking et scanner les codes-barres via leur smartphone pour obtenir davantage d’informations ou pour payer avec AliPay.  D’ailleurs, l’appli Hema propose des suggestions de produits personnalisées.

L’offline est nécessaire pour la poursuite de la croissance
« Nous croyons que l’avenir du New Retail est une intégration harmonieuse du online et du offline, et Hema est un parfait exemple de cette évolution », selon Daniel Zhang, CEO d’Alibaba Group.  Pourtant, Alibaba souhaiterait ne pas exploiter de grandes chaînes physiques, selon ses propres dires.  Hema et Intime sont surtout des exemples qui doivent démontrer les avantages du « New Retail », tant pour les consommateurs que pour les autres retailers.

L’entreprise avait déjà annoncé précédemment qu’elle ne souhaitait plus augmenter la part du e-commerce en Chine qui représente près de 15% de l’ensemble du retail chinois, mais qu’elle souhaite plutôt numériser le retail physique (les 85% restants) pour permettre la poursuite de la croissance.  Pour pouvoir progresser de manière constante, Alibaba est effectivement obligé de se lancer dans le retail physique.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Louis Clément 2)
L’objectif annoncé est de passer de 2500 établissements à 4500 d’ici à cinq ans et, par la même occasion, de réaliser un chiffre d’affaires avec une croissance annuelle « à deux chiffres ».

McDonald's retrouve l'appétit en Chine

Le géant de la restauration rapide américain révise ses ambitions en Chine. Il a l’intention d’y ouvrir 2000 restaurants d’ici à 2022 (contre 1500 dans ses prévisions de début d’année). Il compte quasiment doubler son offre dans l’empire du Milieu, où son développement repose désormais uniquement sur des établissements franchisés.

Fin juillet, McDonald’s avait annoncé un bond spectaculaire de ses bénéfices trimestriels. Conséquence: le groupe de fast-food américain avait nettement revu à la hausse ses ambitions de développement sur le marché chinois. L’objectif annoncé est de passer de 2500 établissements à 4500 d’ici à cinq ans et, par la même occasion, de réaliser un chiffre d’affaires avec une croissance annuelle «à deux chiffres».

Parallèlement à ce nouvel objectif, McDonald’s a confirmé mardi la finalisation de son partenariat avec le conglomérat chinois Citic et le fonds d’investissement américain Carlyle. Ces deux derniers avaient accepté en janvier de débourser jusqu’à 2 milliards d’euros pour une participation de 80 % dans la société qui gérera la franchise McDonald’s en Chine continentale et à Hongkong. En se séparant des restaurants qu’il possédait encore en propre et en les franchisant, McDonald’s devrait réduire ses coûts opérationnels sur le marché chinois.

Le paysage se complique néanmoins pour McDonald’s en Chine continentale, où il est présent depuis 1990. Des concurrents asiatiques, comme Dicos ou Kungfu, ont prospéré, et la concurrence avec d’autres marques américaines s’intensifie, avec l’ajout au menu de spécialités locales et de plats jugés plus sains. Il est vrai que les uns et les autres ont pu profiter du scandale sanitaire qui a touché McDo en 2014.

Source : lefigaro.fr