Activation Commerciale

(Auteur : Juliette Raynal)
CDiscount, le site marchand du groupe Casino, travaille depuis 2012 avec la start-up Augment pour déployer une technologie de réalité augmentée au sein de son application mobile. Aujourd’hui, plusieurs centaines de produits disponibles sur la marketplace peuvent être visualisés en 3D en taille réelle dans leur contexte d’utilisation.

Cdiscount industrialise sa stratégie de réalité augmentée avec Augment

Rendre tangibles des produits vendus sur Internet grâce à la réalité augmentée. C’est la démarche qu’a entrepris le site marchand Cdiscount (groupe Casino) en collaborant avec la start-up parisienne Augment. Les deux partenaires avaient présenté une première démonstration de cette nouvelle fonctionnalité en janvier 2017 à l’occasion de la NRF Retail’s Big Show. L’e-commerçant entend désormais passer à la vitesse supérieure.

DES CENTAINES DE PRODUITS DISPONIBLES EN RÉALITÉ AUGMENTÉE
“Aujourd’hui des centaines de produits en ligne sont disponibles en réalité augmentée avec la technologie d’Augment. Il y a des produits électroménager (notamment les produits SEB, ndlr), mais aussi des meubles et beaucoup d’autres vont arriver d’ici la fin de l’année”, a indiqué Arieh Ghnassia, responsable du digital au sein du groupe Casino, lors du LSA Retailtech Forum qui s’est tenu mardi 12 septembre 2017.

Directement intégrée à l’application mobile de Cdiscount, la technologie permet à un utilisateur de visualiser en trois dimensions un objet en cliquant sur un bouton dans la fiche produit. Il suffit ensuite de poser un billet de banque pour créer un repère (les futurs smartphones dotés de capteurs de profondeur permettront de supprimer cette étape) et d’orienter le device dans cette direction. L’utilisateur peut alors visualiser le produit dans sa taille réelle, le faire pivoter et vérifier que ses dimensions correspondent à l’endroit où il prévoit de l’installer. Un moyen, par exemple, de s’assurer que le robot multifonction rentre bien dans le placard de la cuisine.

BIENTÔT UN MOTEUR DE RECHERCHE
Pour l’heure, Cdiscount ne communique pas sur les données d’utilisation de cette nouvelle fonctionnalité ni sur son effet sur le taux de conversion ou encore les taux de retour des produits. Interrogé sur ces points, Arieh Ghnassia a botté en touche : “Ce qui compte surtout, c’est l’engagement des personnes via la durée d’utilisation de l’application. Cela montre une attache plus forte”.

A l’avenir, avec ces nouveaux capteurs capables de mesurer la profondeur, Augment entend développer une sorte de moteur de recherche en réalité augmentée : un utilisateur qui souhaite s’équiper d’un nouveau canapé pourra pointer son smartphone ou sa tablette vers l’endroit où il compte l’installer et se verra automatiquement proposer tous les produits du site marchand dont les dimensions correspondent à l’espace choisi.

En parallèle de ces futurs développements, Augment travaille avec les fournisseurs du site marchand pour créer un flux de produits 3D. “Aujourd’hui, les produits les plus concernés par la réalité augmentée sont les produits lourds, encombrants et chers, mais demain tous les produits seront concernés : de la bouteille d’eau au paquet de Kellogg’s”, a assuré Jean-François Chianetta, le fondateur d’Augment.

Source : usine-digitale.fr

(Auteur : Thierry Wojciak)
Ce 22 février, JCDecaux Live investit pour le compte de Cdiscount le parvis de la gare Saint-Lazare, à Paris, pour en faire un entrepôt éphémère d’électroménager.

JCDecaux Live installe l’entrepôt Cdiscount à la gare Saint-Lazare

L’objectif ? Rappeler qu’il est possible de commander et de se faire livrer dans la même journée son gros électroménager par l’enseigne. Afin d’illustrer la rapidité du service de livraison, des coursiers partiront de cet entrepôt dès la réception des commandes et porteront sur leur dos réfrigérateurs, machines à laver, etc.

Une vidéo, projetée sur un écran géant, permettra de suivre en direct le trajet effectué. Un jeu concours sera parallèlement organisé via Twitter. Un coursier habillé d’une couleur différente des autres, en effet, se déplacera tout au long de la journée dans les rues de Paris.

Les twittos devront ainsi le trouver, prendre une photo avec lui et la publier sur le site de micro-blogging. Des indices sur sa localisation seront diffusés en continu sur le compte twitter de Cdiscount.

Source : cbnews.fr

(Auteur : Sonia Puiatti)
L’e-commerçant français innove avec une offre de “triple play” culturel qui se veut accessible. Vidéos, musique, livres et magazines sont disponibles depuis le 4 octobre sur sa plateforme de streaming baptisée Cstream.

cdiscount-se-lance-dans-le-streaming

Cdiscount revient à ses premières amours avec le lancement ce mardi 4 octobre de Cstream, un service de streaming vidéo, audio et culturel (livres et magazines). Rappelons que le pure-player s’était lancé en 1999 dans la vente de CD et DVD à prix mini. Il s’attaque aujourd’hui au marché du streaming en France, très ouvert puisque seulement 10% des Français utilisent des plateformes de streaming payant :

” Notre ambition est de convertir au streaming les 90% de Français qui n’ont pas encore trouvé l’offre qui leur correspond. Nous sommes ici en plein dans la vocation première de Cdiscount : démocratiser l’accès aux meilleurs produits ” rappelle Emmanuel Grenier, PDG de Cdiscount.

Cstream est un ensemble de trois applis, chacune dédiée à un média (vidéo, musique, livre) et utilisable en simultané sur des appareils différents : mobile, tablette, ordinateur ou encore télévision. Les médias seront également accessibles hors connexion. Fidèle à son positionnement prix bas, Cdiscount annonce pour cette offre ” 3 en 1 ” un abonnement à 9,99€ par mois, sans engagement, et s’aligne ainsi sur ses concurrents Netflix, Deezer ou encore Kindle par Amazon pour les livres.

Une importante force de frappe
Si le géant du e-commerce est capable de proposer un prix aussi attractif, c’est avant tout parce qu’il bénéficie de la force de frappe de son site, fort de ses 2 millions de visiteurs quotidiens (11 millions par mois), par le biais duquel il communiquera sur sa nouvelle offre. Mais c’est aussi grâce aux partenariats conclus avec trois start-up, qui lui fournissent une offre sur mesure à partir de leurs propres accords avec des distributeurs et maisons d’édition.

Cdiscount s’est allié à VOD Factory pour l’offre vidéo, qui regroupe 300 films dont 50 nouveautés par mois et des programmes jeunesse (pas de séries). VOD Factory a des accords avec les majors de l’industrie américaine (non précisé), Pathé et Gaumont.

Pour l’offre musique, c’est la start-up Snowite (groupe 7digital) qui met à disposition des millions de titres organisés en playlists personnalisées, grâce à son robot ” Streamy “, en fonction des goûts musicaux de l’utilisateur (j’aime/j’aime pas, ce que j’écoute le plus, ce que la communauté écoute le plus). Snowite est notamment en partenariat avec Sony et Universal Music France. Une collaboration avec les principaux éditeurs français

Enfin, les abonnés peuvent désormais profiter d’une banque de 50 000 livres et 30 magazines grâce à Youboox, le seul des trois partenaires à proposer une offre BtoC par ailleurs. Youboox collabore avec 300 éditeurs français, incluant Dupuis ou Eyrolles, mais aussi Lagardère pour les titres de presse.

Cdiscount compte sur son expérience des flux pour assurer la fluidité de Cstream. Cette innovation s’inscrit dans un renouvellement global de l’enseigne. Le pure-player a récemment modifié sa charte graphique pour élargir son coeur de cible et toucher les femmes, en proposant une ergonomie plus sobre et une nouvelle baseline “Vous êtes plus riche que vous ne le croyez”. Sans oublier ses nouveaux services de livraison Alimentaire Express, gros volumes… D’autres nouveautés devraient suivre.

Source : e-marketing.fr

(Auteur : Charlotte Marchalant)
Le poids lourd du e-commerce français et l’enseigne de la distribution urbaine s’associent pour lancer un nouvelle offre e-commerce de produits alimentaires.

l'e-commerce de proximité selon Cdiscount et Franprix

” Alimentaire Express “
En lettres blanches sur une bannière où figurent, en guise de seuls visuels, un verre de citronnade et le grain sombre d’une table en bois – symboles forts du ” bien être ” que le service veut apporter à ses clients – le nom du nouveau projet commun de Cdiscount et Franprix est digne d’une épicerie de quartier. Sauf que son adresse est en fait une url : cdiscount.com/alimentaire-express.

Une offre alimentaire pour clientèle urbaine
Jouant la carte du e-commerce de proximité, cette nouvelle rubrique hébergée chez le poids lourd de e-commerce français se veut novateur sur le secteur – en ébullition – des biens de consommation courants en ligne : produits d’alimentation frais et secs mais aussi de beauté et d’entretien. Pour ce faire, Alimentaire Express capitalise sur les points forts respectifs des enseignes qui l’ont fait naître : d’une part, la capacité de Cdiscount à générer du trafic (10 732 000 internautes uniques par mois en 2014); d’autre part le quadrillage géographique de Franprix, et ses 900 magasins – situés essentiellement en Ile de France. Argument marketing non négligeable pour la clientèle urbaine connectée mais aussi éco-consciente visée : la livraison à domicile s’effectue à pieds ou en vélo.

Livraison en 1h30, 7 jours /7
Mais c’est encore dans les délais de livraisons proposés que réside la plus grosse valeur ajoutée de l’offre. Loin des 24 heures chrono qui tendent à s’imposer comme un nouveau standard dans le secteur, elle se fait en 1h30. A condition néanmoins d’habiter dans la zone de couverture du service, restreinte, dans un premier temps, à Paris et sa proche banlieue (Neuilly Sur Seine et Levallois Perret)… et d’avoir un panier s’élevant à 25 euros, minimum. Une somme à laquelle se rajoutent des frais de livraison de 5,90 euros. Voilà pour les critères financiers. Pour les modalités de livraison, le service joue la flexibilité en proposant, au choix, la livraison express (pour les commandes placées entre 9h et 19h30 du lundi au samedi et de 9h-12h le dimanche) ou bien, pour les clients à l’emploi du temps chargé, la livraison programmée.

Source : ecommercemag.fr

(Auteur : fashion mag)
Alors que les yeux étaient rivés sur Amazon, CDiscount est finalement le premier acteur Internet pure player généraliste à lancer un service de livraison express de produits frais à domicile en France, relançant le débat autour de ce secteur jusqu’ici peu exploité par la grande distribution.

CDiscount se lance dans la livraison de produits frais

Jeudi, le site de vente en ligne du groupe Casino, CDiscount, a musclé son offre alimentaire, jusqu’ici confinée à quelques références d’épicerie fine, proposant désormais la livraison à domicile en une heure et demi, en partenariat avec Franprix, également propriété de Casino.

Le service, pour l’instant limité aux villes de Paris, Levallois-Perret et Neuilly-sur-Seine, concerne 4.500 produits frais, secs, cosmétiques et d’entretien pour les courses du quotidien. Mais le distributeur ne cache pas son ambition de l’enrichir dans les prochaines semaines.
Cette livraison express sera possible à partir d’un montant minimum de 25 euros d’achat, et facturée 5,90 euros. Un abonnement à l’année permettant des livraisons illimitées, dont le tarif n’a pas encore été fixé, est également disponible. Les colis seront préparés à partir des magasins Franprix, et livrés par Stuart, start up spécialisée dans la livraison ultra-rapide à pied ou en vélo.

« L’idée est de combiner les avantages du physique et du digital, en associant la forte audience d’un pure player avec la proximité d’un réseau de magasins, c’est ça qui fait la force du modèle et permettra de le rendre rentable », ont expliqué Jean-Pierre Mochet, directeur général de CDiscount, et Emmanuel Grenier, président de CDiscount. « C’est un véritable avantage concurrentiel que d’être les premiers à se lancer dans ce type de service d’ultra-proximité sur lequel les clients urbains pressés sont en vraie demande », ont commenté les deux hommes.

En effet, le segment de la livraison à domicile de produits frais reste encore peu développé en France. « C’est bien moins que ce qu’on peut observer aux Etats-Unis », avec Amazon qui teste son service Amazon Fresh dans trois villes depuis un an, « où en Grande-Bretagne où un acteur comme Ocado réalise près d’un milliard de chiffre d’affaires chaque année », explique Yves Marin, expert consommation chez Kurt Salmon.

Dans l’Hexagone, il ne concerne que quelques acteurs internet ultra-spécialisés, comme Monmarché.fr ou Carredeboeuf.fr, exploitant des marchés de niche. Quant à la grande distribution classique, elle a surtout concentré ses efforts sur le drive, permettant aux clients de commander leurs courses en ligne et de venir les retirer eux-mêmes en magasin.

Système U, avec Télemarket, avait tenté de lancer l’expérience du cybermarché à la française, mais a fini par fermer boutique en 2013, faute de rentabilité. Quant à houra.fr (Cora) ou ooshop (Carrefour), leurs ventes restent encore très confidentielles, note Yves Marin. Les acteurs se sont jusqu’à présent tous heurté à la « problématique du dernier kilomètre », notamment en zone urbaine où faute d’entrepôts, la logistique est particulièrement coûteuse (entre 13 % et 75 % du coût total, selon Xerfi).

Mais l’arrivée à saturation du drive en France, et les avancées de certains acteurs comme Chronosfresh (La Poste), qui propose depuis octobre la livraison de produits alimentaires frais et surgelés, ou même les AlloResto ou les Foodora, qui livrent à domicile les plats de restaurants, contribuent à « relancer le débat et la bagarre pourrait ne pas tarder à faire rage pour s’emparer de ce marché convoité de la clientèle urbaine CSP+ », estime Yves Marin.

Depuis plusieurs mois, Amazon France fourbit ses armes, étoffant progressivement son offre alimentaire – le site a lancé en octobre une boutique d’épicerie en ligne de 34.000 références – ou sa logistique – le groupe vient de racheter Colis Privé, acteur spécialisé dans la livraison à domicile par coursier.

Quant à des acteurs comme Auchan ou Leclerc, « ils rêvent de compenser leur relative absence de magasins en Ile-de-France par un système de livraisons via le digital », note Yves Marin. Auchan teste d’ailleurs depuis plusieurs mois un système de livraison de courses en point-relais à Paris, quant à Michel-Edouard Leclerc, il vient tout juste de lancer un service de livraison à domicile de vins.

Source : fr.fashionmag.com

 

(Auteur : B.Merlaud)
Leader Price se lance dans la vente événementielle de non-alimentaire, en s’appuyant sur la crédibilité de Cdiscount. C’est la deuxième fois qu’une enseigne du groupe Casino joue cette synergie.

 

Leader-Price-sassocie-à-Cdiscount-sur-le-non-alimentaire

Dans un tract valable du 4 au 15 février, Leader Price propose ainsi des tablettes à 70 euros, des aspirateurs sans sac à moins de 60 euros, etc. en mettant largement en scène Cdiscount. Géant Casino a déjà, lui aussi, mis en avant des “arrivages” signés Cdiscount dans ses hypers, mais l’initiative vit diversement selon les magasins. S’agissant de Leader Price, l’initiative rappelle évidemment la stratégie déjà appliquée par Lidl et Aldi, qui font de leurs opérations éphémères, sur un jour de la semaine, de véritables événements.

Source : lineaires.com

(Auteur : Pascal Rabiller)
Le leader français du e-commerce, le Bordelais Cdiscount vient d’ajouter une nouvelle possibilité de raccourcir les délais entre une prise de commande sur le net et la livraison d’une produit. Cela s’appelle “Pickup Station”, cela ressemble à des consignes et s’installe principalement dans les gares pendulaires situées sur les trajets domicile-travail… et très bientôt à Bordeaux.

 

Cdiscount entre en gare

Cdiscount, filiale e-commerce du groupe Casino, vient de lancer en France un nouveau mode de livraison : les consignes automatiques “Pickup Station”  principalement dans les gares SNCF mais pas seulement, le but étant de les disposer le long des principaux axes empruntés lors des parcours domicile-travail des consommateurs. Ces points de retrait, entièrement automatisés, permettent aux clients de Cdiscount de pouvoir retirer leur colis en 10 secondes, 24h/24 et ce, 24 heures seulement après la prise de commande.

Fin décembre à Bordeaux

Pour le lancement du service, ce lundi 3 novembre, une cinquantaine de consignes automatiques seront installées dans les gares SNCF d’Ile-de-France (gares de Massy, Plaisir du réseau Transilien) et sur des sites comme les Invalides, la bibliothèque François-Mitterrand pour le moment, donc essentiellement parisiens. Dans un mois, 50 autres “Pickup Station” seront déployées, toujours en région Ile-de-France. D’ici la fin de l’année, Bordeaux en comptera au moins une (pas forcément à la gare d’ailleurs) et, à terme, la France comptera 1.000 points de retrait “Pickup Station”.
Ce nouveau mode de livraison résulte d’un partenariat liant Cdiscount à la société Pickup qui anime un réseau de 7.000 relais installés dans les commerces en France et au transporteur Chronopost.

Source : objectifaquitaine.latribune.fr

(Autheur :  Matthieu Guinebault)
Le portail de vente du groupe Casino dévoile ce 12 septembre sa nouvelle offre de “disponibilité immédiate” destinée à sa maketplace “C le Marché”. Elle permet aux commerçants physiques de proposer via le site leurs produits aux clients riverains, qui peuvent les retirer dans un délai de 2 h.

 

Cdiscount lance son offre de  disponibilité immédiate

Cette extension du désormais très pratiqué click&collect permet ainsi aux détaillants qui le souhaitent de proposer simultanément un même produit en rayon et sur internet. Dopant leur chance de trouver preneur et, dans le cas d’un achat en ligne, de générer du trafic avec achats complémentaires possibles en magasin.

En fonction de leur géolocalisation, les internautes se voient proposés les offres disponibles à proximité. Quelque 40 000 offres à disponibilité immédiate seraient déjà en place via 200 commerçants du fief bordelais de Cdiscount. Des commerces de Lyon et Toulouse ont déjà accès au maillage, qui s’étendra peu à peu à tout l’Hexagone.

Avec 17 500 points de retrait gratuit, Cdiscount revendique le plus grand réseau de points de retrait français. Cette année, le portail propose via “C le Marché” quelque 10 millions d’offres venant de 5 000 commerçants partenaires. Un complément de taille pour Cdiscount, qui propose de son côté un catalogue de 100 000 produits, et a réalisé l’an passé un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros.

Source : fr.fashionmag.com

(Auteur : AFP)
Les groupes français Casino et Bolloré ont annoncé ce mercredi le lancement d’une société commune de vente en ligne sur le continent africain, avec une première implantation en Côte d’Ivoire durant le second semestre 2014. Ce premier site sera développé sous la marque CDiscount, appartenant au groupe de grande distribution Casino, indiquent les deux groupes dans un communiqué.

 

carte-afrique

La société commune sera lancée par leurs filiales CDiscount Afrique et Bolloré Africa Logistics. La société commune “s’appuiera sur les atouts respectifs, l’expertise du leader du e-commerce en France et les compétences du leader de la logistique en Afrique”, ont déclaré les deux groupes dans un communiqué commun. 

La participation respective des deux partenaires dans cette nouvelle structure n’a pas été précisée. Une source proche du dossier a en revanche indiqué que Casino disposera de la “majorité du capital”, même si Bolloré détiendra une “participation significative” et assurera toute la gestion des flux logistiques. Casino sera lui en charge de l’implantation des filiales locales, de la création des sites internet et de toute l’activité opérationnelle en e-commerce. 

Le premier site sera ouvert cet été en Côte d’Ivoire, avec une offre de 80 000 références en high tech, décoration, électroménager… A l’image du CDiscount français, il n’y aura pas de produits alimentaires.  Après la Côte d’Ivoire, plusieurs sites pourraient être ouverts dans toute la zone de l’Afrique sub-saharienne, avec des offres “prenant en compte les spécificités de chaque pays”, selon une source proche. “L’ouverture d’une ou plusieurs marketplaces pourra également être envisagée à terme”, a ajouté la source. Casino est déjà implanté dans plusieurs pays d’Afrique comme la Tunisie (via notamment Monoprix), le Sénégal (7 magasins), le Gabon (3 magasins), le Cameroun (3), le Congo (2), la Cote d’Ivoire (2) et Djibouti (1). . 

En 2013, le groupe, qui compte 329 000 collaborateurs à travers le monde, a réalisé un chiffre d’affaires de 48,6 milliards d’euros, en hausse de 15,9% sur un an et réalisé à 60% à l’international. Casino a, durant l’année écoulée, enregistré un résultat net de 618 millions d’euros, en progression de 9,7 % par rapport à 2012. La plateforme de e-commerce CDiscount compte pour sa part 16 millions de clients à travers le monde. Elle est n° 1 en en France et n° 2 au Brésil, selon les informations publiées par le groupe français.

Source : fashionmag.com

(Auteur : FLORIAN CARTER)
Spécialisé dans la commercialisation de produits High Tech au moment de sa création en 1998, Cdiscount s’est depuis engagé dans une stratégie de diversification de son offre et espère aujourd’hui conquérir le marché des courses alimentaires en ligne qui enregistre d’ailleurs une forte croissance en France
Cdiscount Supermarché

 

Cdiscount ouvre un rayon nommé “Le Supermarché”

Numéro 1 du e-commerce en France, l’enseigne Bordelaise vient d’annoncer l’ouverture d’un Rayon Le Supermarché qui pourrait rapidement faire trembler le secteur de la grande distribution en ligne. Si Cdiscount a parfois commercialisé des produits alimentaires sur son site Internet, la filiale du Groupe Casino présente aujourd’hui de nombreuses références au sein de ce nouveau rayon articulé autour de 4 sphères principales (Alimentaire, Droguerie, Animalerie, Hygiène). Afin de permettre à ses clients de réaliser des économies substantielles, Cdiscount mise essentiellement sur la quantité dans la mesure où vous pouvez acheter les plus grandes marques en Pack. Il est par exemple possible de commander 10 paquets de Riz Uncle Ben’S pour 31,92 Euro soit 17% de remise, 4 bidons de Lessive Ariel à 24,99 Euro en faisant 21% d’économie ou encore 10 boites de Pâtée pour chat de marque Friskies à -20% (12,50 Euro). En conséquence face à la baisse du pouvoir d’achat des ménages qui consacrent environ 20% de leur budget annuel aux courses alimentaires, la nouvelle stratégie déployée par Cdiscount devrait rencontrer un réel succès au cours des prochaines semaines.

Les garanties du rayon Le Supermarché

Au-delà d’une politique tarifaire particulièrement attrayante, Cdiscount a également tenu à donner des garanties à ses clients concernant ce rayon Le Supermarché. Il convient de commencer par l’opportunité de bénéficier d’une livraison offerte à partir de seulement 20 Euro d’achats (colis de moins de 30 kilogrammes) alors que ce seuil est généralement beaucoup plus élevé chez les autres cybermarchés. De même fort de son réseau de 3000 Points retraits répartis sur toute la France, Cdiscount est en mesure de proposer un retrait gratuit dans les mêmes conditions. En outre afin d’éviter aux internautes de se perdre dans les méandres de la comparaison en ligne, le site promet à ses clients de leurs rembourser la différence s’ils trouvent moins cher ailleurs. Par ailleurs concernant l’alimentaire, Cdiscount s’engage à commercialiser des produits régionaux, étrangers et exotiques avec de réelles promotions tout au long de l’année. Enfin, une équipe de spécialistes est quotidiennement disponible au téléphone pour répondre à toutes les questions des internautes.

Source : supermarche.tv