Activation Commerciale

(Auteur : Juliette Raynal)
Carrefour Banque & Assurance, filiale du groupe Carrefour, va lancer en avril 2017 une offre de compte courant. Baptisé C-Zam, le compte sera disponible en rayon et activable en quelques minutes depuis une application mobile. Grâce à cette approche “phygitale”, Carrefour veut séduire, entre autres, les millénials. Le géant de la distribution réussira-t-il à faire le poids face aux néo-banques et à l’arrivée de nouveaux acteurs, comme Orange Bank ?

Carrefour lance C-Zam, une banque mobile... disponible en rayons

A partir du 18 avril 2017, vous allez pouvoir ajouter à votre liste de courses… un compte courant ! Carrefour Banque & Assurance, filiale du groupe Carrefour et de BNP Paribas, a présenté, ce mardi 21 mars 2017, C-Zam, un compte courant disponible en libre-service dans les rayons de ses magasins. “C-Zam est le premier compte courant distribué en grande distribution et activable en ligne”, s’est félicité Julien Jaillon, directeur général de Carrefour Banque et Assurance.

UNE OFFRE “MOBILE FIRST”…
Dans un peu moins d’un mois, l’offre C-Zam sera disponible dans 3 000 points de vente du groupe Carrefour (hypermarchés, supermarchés, mais aussi commerces de proximité en centre-ville) et sur le site Rue du Commerce, racheté par le groupe en janvier 2016. Elle se matérialisera par un coffret vendu 5 euros dans lequel le consommateur retrouvera une carte Mastercard internationale et une petite notice d’utilisation. “L’offre a été conçue dans une logique mobile first”, explique Nadia Nicolic, directrice marketing et commerciale de Carrefour Banque. La promesse de la banque ? La possibilité d’ouvrir un compte en l’espace de 10 minutes depuis l’application mobile dédiée. Le client devra d’abord remplir un formulaire, puis scanner deux pièces prouvant son identité (grâce à une technologie du français Morpho) et approvisionner son compte par virement ou de manière instantanée via une carte bancaire.

Toujours dans cette logique axée sur les usages mobiles, un titulaire d’un compte C-Zam pourra, depuis son smartphone, verrouiller temporairement sa carte bancaire, le temps de la retrouver en cas d’égarement. “Il sera aussi possible de verrouiller la carte bancaire pour certains usages, comme pour les achats en ligne”, ajoute Nadia Nicolic. L’application mobile intègrera, par ailleurs, automatiquement le programme de fidélité de Carrefour. En revanche, pour le moment, les paiements mobiles avec Apple Pay ne seront pas proposés.

… ET PHYGITALE
Avec cette nouvelle offre, dont la cotisation annuelle s’élève à 12 euros, Carrefour Banque entend démocratiser (encore plus) le compte courant. “L’offre C-Zam sera accessible pour toutes les personnes majeures sans condition de ressources et sans plancher minimum, ayant une pièce d’identité française, et même pour les personnes faisant l’objet d’un interdit bancaire”, assure Julien Jaillon. Pour offrir une telle accessibilité, C-Zam comporte quelques spécificités : aucun découvert n’est autorisé et les détenteurs d’un compte courant ne pourront pas payer par chèque, ni en encaisser. Un point qui pourrait handicaper les millenials (public visé en priorité par l’offre) souhaitant faire de C-Zam, leur compte courant principal.

Le distributeur explique vouloir, avec ce nouveau produit, compléter sa gamme. Carrefour Banque proposait jusqu’à présent une carte de consommation Carrefour Pass (2,5 millions de clients), des solutions de crédit, mais aussi divers produits d’assurance. Pour percer, la banque entend s’appuyer sur son réseau physique composé de 200 agences bancaires et déployer un important plan de communication sur les réseaux sociaux, dans les rayons de ses magasins (visités par 3 millions de personnes chaque jour) et via de l’autopromotion sur ses sites internet. La filiale entend également profiter de la loi Macron, visant à favoriser la mobilité bancaire, pour séduire de nouveaux clients.

MAIS TROP PRUDENTE ?
Ce timing et cette force de frappe suffiront-ils à Carrefour Banque pour concurrencer les néo-banques et les futurs entrants, comme Orange Bank et l’offre 100% mobile de La Banque Postale ? Prudent, le distributeur n’a pas souhaité communiquer sur les objectifs visés en termes de clients, de rentabilité ou de développement de l’offre sur d’autres marchés.

Source : usine-digitale.fr

 

(Auteur : Yoni Van Looveren)
Désormais les personnes âgées et moins valides qui se rendront à l’hypermarché Carrefour au Herkenrodesingel à Hasselt pourront faire appel à un ‘personal shopper’, qui les accompagnera en magasin pour les aider à faire leurs courses.

Carrefour Hasselt aide les séniors et les personnes moins valides à faire leurs courses

Décharger les centres de soins
Chaque mardi entre 13h et 15h une équipe spéciale sera à disposition des clients qui souhaitent être aidés pour faire leurs courses. Pour l’instant il s’agit d’un projet pilote, mais s’il s’avère concluant, il pourrait être déployé dans toute la Flandre.

« Notre magasin à Hasselt est situé à proximité de plusieurs centres de soins, qui doivent eux-mêmes se charger de l’accompagnement en magasin. Parfois les personnes âgées viennent en taxi, mais une fois sur place elles doivent se débrouiller seules pour faire leurs courses », explique le porte-parole de Carrefour, Baptiste Outryve, au journal Het Laatste Nieuws.

Pour l’instant le service est disponible uniquement le mardi, mais si la demande est suffisamment importante, il pourrait s’étendre à plusieurs jours. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Carrefour prend une initiative de ce type. A Mons un supermarché de la chaîne propose déjà un service similaire de personal shoppers. « A Mons les clients nous sont très reconnaissants de ce service », précise Outryve.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Delphine Cuny)
La filiale bancaire du distributeur dévoilera le 21 mars une offre de compte courant « disponible en rayon et activable en ligne ». Carrefour Banque et Assurance sort ainsi de l’univers des galeries marchandes.

Carrefour Banque se lance dans la banque en ligne

La loi Macron facilitant la mobilité bancaire crée décidément des vocations. En attendant la future Orange Bank “avant l’été“, un nouvel acteur se rêve en “néobanque” venant réinventer les services financiers au quotidien : le distributeur Carrefour. Sa filiale bancaire, créée en 1981 initialement autour des cartes de paiement et fidélisation Pass, s’est diversifiée dans les assurances puis le crédit à la consommation, l’assurance-vie (avec Axa) et les cartes bancaires, va très bientôt lancer une offre de banque en ligne.

Il s’agira d’un compte courant qui sera « disponible en rayon et activable en ligne », selon l’invitation envoyée à la presse, montrant une consommatrice, sacs de shopping et smartphone en main : cette nouvelle offre sera dévoilée le 21 mars prochain par le directeur général de Carrefour Banque et Assurance, Julien Jaillon, et la directrice commerciale et stratégie client, Nadia Nikolic, chargée d’établir la feuille de route digitale de la banque.

Carrefour Banque, qui a changé de logo en fin d’année, est détenue à 60% par le leader de la grande distribution en France et à 40% par BNP Personal Finance (la branche crédit conso de BNP sous la marque Cetelem notamment). En 2015, les derniers chiffres connus (les résultats du groupe seront publiés jeudi), la banque de Carrefour a réalisé, sur son périmètre France, Italie, Belgique, un produit net bancaire de 413 millions d’euros (+1%) et un bénéfice d’exploitation de 77 millions d’euros (+4%), pénalisée par la hausse du chômage et la croissance atone, ainsi que des taux peu attractifs pour les produits d’épargne. Elle compte plus de 2,5 millions de porteurs de sa Carte Pass, plus de 3,2 milliards d’encours de crédit et 2,3 milliards d’épargne sous gestion.

Et bientôt Leclerc aussi ?
Le lancement de cette offre s’inscrit dans une transformation multicanale de la banque, qui s’appuyait jusqu’ici prioritairement sur son réseau d’environ 200 agences dans les galeries marchandes. En juin dernier, la direction a annoncé un plan de départs volontaires portant sur 246 postes sur 1.650 salariés, et la fermeture d’une trentaine de petites agences réintégrées dans les hypers sous forme de stands. Alors qu’il est plus difficile de générer du produit net bancaire avec des taux bas et que les clients plébiscitent les services bancaires en ligne et désertent les agences, Carrefour Banque suit l’évolution de l’ensemble du secteur qui accélère sa bascule sur le numérique. Elle a évidemment ses applis et son service client par téléphone. Elle a aussi lancé Apple Pay cet été pour les porteurs de la carte Pass Mastercard, une innovation encore peu déployée sur le marché, seulement chez les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne.

Ce compte courant activable en ligne, sans passer par l’agence, lui permettra aussi peut-être d’atteindre une nouvelle clientèle, plus jeune et plus urbaine, qui fréquente plus rarement les grands hypers, surtout si l’offre est aussi en rayon dans ses Carrefour City de proximité.

« En 2017, il va y avoir une vague de nouveaux acteurs dans la banque, autour du compte ou de la carte, des acteurs de la distribution qui ont déjà une base clients importante » nous confiait en janvier un bon connaisseur du secteur au fait de plusieurs projets.

Leclerc devrait également sortir du bois sous peu. En effet, sa banque Edel est devenue le mois dernier le premier actionnaire de la jeune startup toulousaine de la Fintech Morning, une banque 100% mobile qui voulait “réveiller la banque” avec sa carte et son compte de paiement pilotable depuis une appli.

Les néobanques et les distributeurs sont peut-être faits pour s’entendre. En Allemagne, la jeune banque mobile N26, qui vient de se lancer en France, a noué un partenariat avec le groupe de distribution Rewe : ses clients peuvent retirer des espèces directement aux caisses des supermarchés. Une complémentarité du physique et du digital sur laquelle veut aussi capitaliser Orange Bank en France.

Source : latribune.fr

(Auteur : Carole Boelen)
Carrefour Belgique poursuit l’extension de sa formule de proximité express en hôpitaux. Cette semaine, deux Carrefour express ouvriront en effet leurs portes dans les hôpitaux de La Louvière et de Courtrai.

CARREFOUR OUVRE DEUX NOUVEAUX EXPRESS DANS DES HÔPITAUX

Le 1er mars prochain, Carrefour ouvre deux points de vente express dans l’enceinte des hôpitaux de La Louvière et de Courtrai. Le CHU Tivoli de La Louvière accueillera un magasin de 95m2 et le nouvel AZ Groeninge de Courtrai disposera d’un point de vente de 125m2.  Ce dernier est le premier hôpital flamand à accueillir un Carrefour en son sein.

Si le calendrier de ces deux ouvertures est identique, ce n’est que le fruit du hasard, nous indique Baptiste van Outryve, porte-parole de Carrefour, qui précise toutefois l’intérêt certain que porte Carrefour pour une expansion de sa formule express dans le milieu hospitalier. « Ce sont des emplacements bénéficiant de beaucoup de passage. Avec une offre appropriée, ces magasins peuvent s’avérer très intéressants » poursuit notre interlocuteur qui note que les deux magasins d’hôpitaux existants déjà à Liège et à Bruxelles fonctionnent bien.

Dans ce type de magasin, l’assortiment on the go est encore plus présent qu’ailleurs. Ainsi, vous n’y trouverez par exemple pas de steak de boeuf, ni de produits de la quatrième gamme. La clientèle étant en effet principalement composée de patients, de visiteurs ou du personnel hospitalier.

« L’an dernier, nous avons ouvert 24 nouveaux magasins Carrefour express, et nous avons pour ambition d’en ouvrir tout autant en 2017 » nous explique Baptiste van Outryve. Récemment d’ailleurs, le groupe reprenait 9 points de vente Tecno en vue de les convertir en express.

Source : gondola.be

(Autore: Alessandra Bonaccorsi)
I 1.065 punti di vendita Carrefour spegneranno le insegne e i totem stradali oggi tra le 18 e le 19 per aderire alla campagna M’Illumino di meno, giunta quest’anno alla diciottesima edizione, ideata e realizzata da Caterpillar, programma in onda su RAI Radio 2.

carrefour

La sede di Carrefour Italia a Milano, inoltre, entrerà in modalità notturna, parzializzando le luci dei propri uffici. Per Carrefour Italia, l’iniziativa rappresenta l’occasione per rinforzare l’attività di incentivazione sulla riduzione dei consumi, rivolta a tutti i propri clienti e collaboratori. Nei negozi, infatti, i clienti sono sensibilizzati all’acquisto di alcuni prodotti Eco Planet, sostenibili e attenti all’ecosistema; ai collaboratori vengono suggeriti accorgimenti e consigli per uno stile di vita sostenibile, in linea con la filosofia e l’attenzione verso l’ambiente, propria di Carrefour. Viene incentivato, ad esempio, l’utilizzo del Car Pooling grazie al quale molti colleghi sul territorio potranno raggiungere il posto di lavoro condividendo l’auto. Carrefour Italia ha anche ideato un coinvolgimento attivo delle famiglie dei propri collaboratori attraverso la pubblicazione sulla intranet aziendale e su Carrefour Life Magazine dei disegni dei bambini dedicati alla loro idea di Supereroe Ecosostenibile.

Gli oltre 1.000 dipendenti della sede di Milano avranno anche l’opportunità di iscriversi al servizio di car sharing elettrico Share’ngo a condizioni molto vantaggiose, per ampliare ancora di più l’utilizzo di un servizio di mobilità.

Fonte: GDOWEEK.IT

(Auteur : B. Merlaud)
À Dax, les Galeries Lafayette vont accueillir en leur sein un magasin Carrefour City et non un Monoprix. Un partenariat logique, compte tenu de l’actionnariat commun des deux enseignes.

Premier rapprochement entre les Galeries Lafayette et Carrefour

Cette association inédite est signalée par le site d’informations locales PresseLib’. Les Galeries Lafayette dacquoises, qui s’étendent sur près de 4300 mètres carrés, ne disposaient pas jusqu’à présent de surface alimentaire. 300 mètres carrés seront réservés au futur Carrefour City. Cette initiative, anecdotique par sa portée économique, est pourtant un symbole fort. C’est la première concrétisation, sur le terrain, des synergies que pourront dégager à l’avenir les groupes Carrefour et Galeries Lafayette.

En 2013, la famille Moulin, propriétaire des Galeries Lafayette, a revendu à Casino les 50% qu’elle détenait dans le capital de Monoprix (partenaire historique, jusqu’à présent, des surfaces alimentaires exploitées par l’enseigne de grands magasins). En 2014, les Moulin ont fait leur entrée au capital de Carrefour et sont devenus, en 2016, le premier actionnaire du groupe. 2017, donc, verra le premier rapprochement entre les deux enseignes.

En creux, cette initiative amène forcément à s’interroger sur l’avenir de Monoprix chez les Galeries Lafayette.

Source : lineaires.com

(Autore: Raffaella Pozzetti)
Parte il progetto “Insieme rendiamo il mondo più bello”, promosso da Garnier in collaborazione con Carrefour, in favore della formazione dei bambini delle scuole primarie per quanto riguarda la raccolta differenziata e il riciclo degli imballaggi.

JPG-artwork-progetto

 

L’iniziativa, che intende coinvolgere 500 strutture scolastiche nel corso del triennio 2017-2019, verrà supportata anche da un’operazione in store: per tutto il mese di marzo, infatti, per ogni prodotto Garnier acquistato nella rete di punti di vendita Carrefour, verranno devoluti 50 centesimi a sostegno dell’iniziativa.

Del resto, la salvaguardia dell’ambiente è un tema sempre più rilevante agli occhi del consumatore. Secondo la ricerca sulla sostenibilità ambientale Eumetra Monterosa, presentata durante l’evento, la questione è di importanza cruciale per più di due terzi dei consumatori. Clienti, inoltre, che si aspettano azioni concrete anche da parte delle aziende: chiedono ai brand, prima di tutto, maggiori investimenti nei propri stabilimenti di produzione, in modo da renderli meno inquinanti (45% del campione interpellato). In secondo luogo, vorrebbero veder a scaffale più confezioni ecologiche (41%) e prodotti realizzati con ingredienti naturali (35%).

Istanze che Carrefour si sta impegnando a soddisfare. “Per garantire al consumatore prodotti, confezioni e brand green, da tempo ci siamo dati l’obiettivo di stringere partnership con produttori che sposino la causa dello sviluppo sostenibile -puntualizza Grégoire Kaufman, direttore merci e marketing di Carrefour Italia-. Anzi, abbiamo fatto la scelta di non collaborare più con quelle aziende che non dimostrano una volontà di crescita ecoattenta. Non si tratta solo di una valutazione etica, ma di una scelta di crescita aziendale sul lungo termine”.

Fonte: gdoweek.it

(Auteur : B Merlaud)
Les distributeurs continuent d’explorer la piste du drive “afterwork”, destiné aux salariés d’une grande entreprise. Dernière initiative en date : l’ouverture d’un drive Auchan au nord de Clermont-Ferrand (63), réservé aux salariés de Michelin.

Un drive Auchan réservé aux salariés Michelin

Le drive est installé en face du site industriel de Ladoux, qui compte plus de 3000 collaborateurs. Local satellite qui ne prépare aucune commande, il est livré tous les après-midi (le drive le plus proche est celui d’Auchan Aubière) et propose des créneaux de retrait calés sur les sorties d’usine et de bureaux : du lundi au vendredi, de 16h30 à 19h30.

En 2015, Auchan a ouvert un site similaire à Nozay (91), au cœur de la Cité de l’innovation d’Alcatel-Lucent (une pépinière de start-ups). Un drive réservé aux entreprises qui y sont installées.

En 2015 également, Carrefour a inauguré un point de retrait (drive piéton) sur le parking de la télévision et de la radio publiques belges. En France, le site drive de l’enseigne propose également aux collaborateurs internes du groupe, à Massy (91), de passer commande pour un retrait sur l’un des parkings du siège. L’an dernier, des tournées desservant des hôpitaux ont été testées, puis abandonnées.

Intermarché, de son côté, multiplie les essais de drive “afterwork” avec ses casiers automatiques. Trois sites ont été installés en 2016 : au siège des Mousquetaires à Bondoufle (91), devant les locaux de Kantar à Chambourcy (78) et sur le parking de la SVA-Jean Rozé à Vitré (35), une usine du pôle Agromousquetaires.

Source : lineaires.com

(Auteur : B. Merlaud)
En Belgique, Carrefour va s’appuyer sur l’application bringr pour proposer à des particuliers, moyennant finances, de livrer à domicile les courses passées en drive.

Carrefour teste la livraison des courses… par des particuliers

Une première phase de test concerne 24 magasins.
Dans 8 hypers et 8 supermarchés, le client du drive pourra demander à être livré via bringr. Les “livreurs” inscrits sur l’appli seront invités à accepter ou non la course. Il est ainsi tentant d’imaginer, si suffisamment d’offre rencontre suffisamment de demande, que ce seront à terme les clients eux-mêmes des drives qui prendront en passant la commande d’un autre habitant de leur quartier.

8 magasins de proximité Carrefour Express participent également au test. Là, pas de drive mais la possibilité de se faire livrer, toujours par des particuliers, des achats commandés par téléphone ou réalisés dans le point de vente. Durant toute la période de test, qui doit durer six mois, la livraison sera offerte aux clients.

L’application bringr a été lancée en Belgique par bpost. L’opérateur public national est déjà partenaire de Carrefour, ses facteurs pouvant livrer (et se faire régler) les courses de drive à un tiers des ménages belges. En France, La Poste propose ponctuellement la livraison des courses par les facteurs. Mais plusieurs entreprises se sont déjà créées autour du créneau spécifique de la livraison “collaborative” des courses en drive, à l’image d’Yper, Shopopop ou de Comm’un Panier. Yper affirme déjà couvrir une vingtaine de drives dans le nord de la France (Chronodrive, Auchan, Leclerc, Carrefour). À ce stade, cela signifie simplement que des livreurs sont inscrits sur la région : les sites des drives, eux, ne mentionnent pas l’existence de cette prestation.

Source : lineaires.com

(Author : Ben Sillitoe)
Carrefour has launched what it is describing as “a new ultra-fast delivery service for Paris and Neuilly-sur-Seine”. The one-hour fulfilment option covers approximately 2,000 products.

Carrefour extends one-hour delivery service in Paris

Carrefour customers in Paris and Neuilly-sur-Seine can now access an “ultra-fast delivery service” offering one-hour fulfilment on around 2,000 items. The service has been trialled since October 2016 in around ten Paris districts, allowing shoppers to select a 30-minute delivery slot.  Delivery costs €4.90 and there is no minimum purchase amount.

The product mix available is similar to what customers will find in a town-centre supermarket, including fresh produce, groceries and a few daily-use non-food goods covering health & beauty and household items.

Consumers using the service will soon have the option of tracking their deliveries in real time via an Express Delivery mobile app. Deliveries can be scheduled for between 9am and 10pm Monday to Saturday, and they are fulfilled by French start-up, Stuart.

Stuart is a delivery service specialising in deliveries by bike and cargo bike, and it recently launched in the UK working alongside fast food chain, Burger King.

Source : essentialretail.com