Activation Commerciale

(Auteur : Benoit Marlaud)
Carrefour va lancer sa propre plate-forme de livraison collaborative. Le distributeur cherche à constituer une communauté de clients sur une application dédiée, Merci Voisin, qui pourront livrer ou se faire livrer leurs courses en drive.

Merci Voisin, le nouveau service de livraison collaborative de Carrefour

La livraison sera rémunérée par une petite indemnité. Les livreurs seront notés à chaque prestation pour consolider leur réputation. Mais de tels dispositifs collaboratifs doivent surmonter deux écueils, de taille.

D’abord, la richesse de la communauté construite. Il faut en effet un sacré nombre de membres inscrits pour qu’un client puisse espérer trouver quelqu’un susceptible de passer dans son quartier pour le livrer au jour et à l’heure qui l’intéressent. La crédibilité de la plate-forme, ensuite, doit être extrêmement solide pour qu’un client, qui vient de régler en ligne un gros plein de courses, transmette les références de sa commande à un inconnu.

En choisissant une solution en propre, Carrefour estime visiblement pouvoir atteindre ces deux objectifs. La marque Merci Voisin lui appartient et, si le distributeur fait bien comprendre au client qu’il reste dans un environnement Carrefour, la confiance sera facile à établir. Les drives Carrefour et les magasins, ensuite, ne se priveront pas de communiquer largement autour du service, ce qui pourrait permettre de faire monter en puissance la communauté de clients assez rapidement.

Les salariés Walmart en livreurs occasionnels
Début 2017, Carrefour a déjà expérimenté en Belgique ce principe de livraison collaborative en s’appuyant sur une application lancée par bpost, l’équivalent national de La Poste.

Aux États-Unis, Walmart teste pour sa part, depuis juin dernier, une mécanique de livraison collaborative proposée… aux salariés des magasins. À la fin de leur journée de travail, moyennant une prime, les employés volontaires sont invités à emporter avec eux des colis qu’ils vont livrer sur leur chemin de retour !

Source : lineaires.com

(Auteur : Axel Leclercq)
Avec sa pétition et son “marché interdit”, Carrefour se déploie sur un terrain inattendu : celui du militantisme. Preuve que les temps changent ? Possible.

Carrefour ouvre la porte aux semences paysannes

On est loin d’en avoir fini avec le règne sans partage de l’industrie agroalimentaire. Mais, avec cette brèche ouverte dans l’un des temples de la consommation de masse, nous assistons peut-être au tout début d’une nouvelle ère.  Carrefour qui milite pour la diversité des fruits et légumes et pour la liberté des paysans ? On ne va pas se mentir, on n’attendait pas forcément un géant de la grande distribution sur ce terrain-là. Pourtant, hier, la marque a bel et bien joué la carte du militantisme avec cette annonce vidéo postée sur Twitter. Regardez :

Étonnant, non ?
Dans ce spot coup de poing, Carrefour fait référence au catalogue officiel des semences autorisées, un listing contrôlé par le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (GNIS). Depuis une loi de 1981, seules les semences inscrites dans ce document peuvent être commercialisées, celles qui donnent naissance à des légumes standardisés.

Concrètement, ce ne sont donc pas les légumes hors de cette liste qui sont interdits à la vente, mais les semences dont ils sont issus, ce qui, au final revient quasiment à la même chose…

Une politique stricte que le GNIS a voulu justifier dans un communiqué. Extraits :

« Ces nouvelles variétés des sélectionneurs résistent mieux aux maladies et aux parasites pour qu’on puisse limiter ou se passer de produits phytosanitaires. C’est l’un des principaux axes d’amélioration avec les qualités gustatives (melons juteux et sucrés, haricots sans fils ni parchemins, endives moins amères, carottes au cœur bien tendre…), une plus grande tolérance aux stress climatiques (chaleur, froid, sécheresse) et une plus grande diversité de tailles, de formes et de couleurs. »

Puis, au paragraphe suivant, le Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants ajoute une précision qui sonne comme un avertissement lancé à Carrefour :

« Carrefour, comme tout le monde, peut donc vendre toutes les rhubarbes et tous les fruits de la planète, toutes les variétés de légumes des paysans, et tous les légumes “interdits”. Bien sûr, comme tout le monde, Carrefour doit aussi être attentif à respecter ses consommateurs et à ne pas les tromper sur ce qu’il leur vend. »

Pour l’heure, l’enseigne a lancé une pétition et ouvert ses marchés interdits dans une quarantaine de magasins en Bretagne et en Île-de-France. On y trouve des fruits et légumes aux noms qui nous semblent aujourd’hui exotiques mais qui, pourtant, sont bien issus de nos terroirs : le Haricot Coco du Trégor, le Potimaron Angélique, l’Artichaut Glas-Ruz, l’Oignon Rosé d’Armorique…

Quel intérêt trouve Carrefour à se lancer dans ce combat ? La défense de l’agriculture paysanne et de la biodiversité ? Peut-être. La conquête d’un marché promis à un bel essor ? Certainement !

Les consommateurs étant de plus en plus exigeants en matière d’alimentation, tant sur un plan santé qu’environnemental, la concurrence commence à faire rage (on pense notamment à Bioccop qui, depuis un moment déjà, commercialise des fruits et légumes issus de semences paysannes.) Carrefour a donc tout intérêt à ne pas rater le coche et à se positionner dès maintenant.

Une démarche qui prouve à nouveau tout le pouvoir des consommateurs. Si l’on veut que les lois changent et que les modes de production évoluent, à nous de changer nos habitudes.

Source : positivr.fr

(Auteur : Carole Boelen)
Carrefour profite de la semaine de la mobilité pour encourager le covoiturage auprès de ses collaborateurs en mettant à leur disposition gratuitement une application qui va leur permettre de proposer des déplacements ou de rechercher un ‘lift’ pour atteindre leur destination à plusieurs.

Carrefour invite ses collaborateurs à covoiturer via l'app Kowo

Se rendre au travail en voiture est devenu un véritable chemin de croix pour la plupart des travailleurs. Chaque jour ils perdent un temps considérable dans des embouteillages plus longs, plus lents et plus nombreux que la veille. Ils sont ralentis par des chantiers et quotidiennement découvrent de nouvelles déviations. Or on le sait, près de 75% des conducteurs roulent seuls aux heures de pointes. Consciente que les transports en commun ne sont pas une solution pour tout le monde, Carrefour s’est rapprochée de la start-up Kowo qui a développé l’application mobile, éponyme. Cette app organise en temps réel une plateforme de covoiturage sur le modèle des ‘blablacar’ et autres Uber, etc., mais entre collaborateurs.

Comment ça marche ?
L’application de Kowo automatise les trajets partagés et permet aux utilisateurs de se déplacer ensemble (pour aller au travail, visiter un magasin, se rendre à une réunion à l’extérieur…) sans devoir gérer toutes les étapes de l’organisation. Il suffit de télécharger l’application et de s’enregistrer. Ensuite, les conducteurs introduisent leurs déplacements dans l’application tandis que les passagers introduisent leurs demandes de trajets à effectuer. L’application croise toutes les entrées et identifie celles qui sont compatibles. Elle met ainsi en relation chauffeurs et passagers potentiels. Les intéressés n’ont plus qu’à valider et à se déplacer ensemble. « En prime, l’app crée des liens entre les collaborateurs » souligne Carrefour.

Kowo ne s’occupe pas que de l’application, mais garantit également un suivi routier grâce à son ‘assurance destination’. En cas de pépin (empêchement du conducteur, accident ou panne) ou si le passager doit repartir d’urgence, Kowo garantit le transport à destination (par taxi ou transports en commun), le dépannage s’il y a lieu et l’assistance légale si nécessaire.

Le siège avant les magasins
Depuis le 12 septembre, le personnel travaillant au siège de Carrefour à Evere (quelque 700 personnes) est invité à covoiturer via l’application Kowo. Le service sera étendu ensuite au personnel de l’ensemble des magasins de Carrefour Belgique. En tout, ce sont donc quelque 11 500 collaborateurs qui auront la possibilité d’adopter le ‘kowovoiturage’.

Si 15 % du personnel de Carrefour utilisent Kowo 8 jours par mois, cela permet de sauver 21 273 arbres par an et, partant, de réduire l’empreinte écologique de Carrefour. En outre, cette nouvelle manière de concevoir la mobilité de l’entreprise se traduira aussi par une diminution du nombre de voitures occupant un emplacement de parking (de l’ordre de 407 voitures/jour). Parkings qui pourront être remis à la disposition des clients. Sans parler du temps gagner sur les déplacements avec l’amélioration des conditions de circulation que pourrait entraîner la généralisation du covoiturage.

« Kowo rencontre donc pleinement les objectifs que Carrefour Belgique s’est fixés en matière d’environnement à savoir : une réduction de 40% de ses émissions de CO2 d’ici à 2025 » précise encore le retailer.

Source : gondola.be

(Autore: Barbara Trigari)
A pochi giorni dall’apertura di luglio in Italia, Carrefour ha aperto anche in Spagna un nuovo pdv con l’insegna Supeco, questa volta a Leganés, nella Comunità autonoma di Madrid. L’insegna è presente già da anni in questo Paese, ma nel canale c&c.

supecologo14

Carrefour Supeco versione spagnola

La declinazione spagnola del format, visto da noi a Trofarello (To) e presentato come un supermercato economico, in Spagna diventa qualcosa che sta al confine tra un supermercato tradizionale dal look spartano e un cash e carry. Analoghe le dimensioni, in Spagna la superficie di vendita è pari a 1.575 mq, con 46 addetti impiegati e un indotto nell’area pari a ulteriori 90 persone impiegate, precisa esmmagazine. La promessa è di offrire “I prezzi più aggressivi del mercato per alimentari freschi e confezionati“, con un’estetica non eccessivamente curata, proprio a garanzia del prezzo più basso. Sempre per ridurre i prezzi, la strategia consiste nello sviluppare accordi con imprese locali e regionali per il rifornimento dei prodotti freschi. In tutto a Leganés ci sono circa 7.000 referenze, per le quali Carrefour ha semplificato sia la presentazione nel pdv che il packaging, senza intaccare gli standard qualitativi.

Fonte:gdoweek.it

(Author : esmmagazine)
French retailer Carrefour has opened its first Superco discount store in Italy, located in Trofarello near Turin, reports La Repubblica.

Carrefour Opens First Supeco Discount Store In Italy

Supeco has taken the place of a Carrefour hypermarket that the retailer closed at the beginning of the year. Following negotiations with trade unions, however, Carrefour decided in April to convert the property to a 1,500 square metre discount store.

Store Features
The new store offers fresh produce, a deli, grill, bakery, and butcher counter. Technically, Supeco is described as a ‘soft discount’ store because there is a wider range of products (6,300) on the shelves, including low-priced items and branded products sold in bulk. Carrefour plans to open another Supeco store in Borgomanero near Novara and, again, the new opening will replace a Carrefour hypermarket.

Source : esmmagazine.com

(Autore: Stefano Parola)
Prodotti low cost e prodotti di marca venduti in confezioni extralarge ridanno vita al punto vendita che il gruppo francese a inizio anno voleva chiudere.

200206246-9b537b6b-7049-4844-802a-9ead885180e4

A Trofarello il gruppo francese Carrefour apre il suo primo discount italiano. Si chiama Supeco e prende il posto del vecchio ipermercato, che a inizio anno era finito nell’elenco dei punti vendita che l’azienda voleva chiudere. Dopo il confronto con i sindacati, Carrefour in aprile ha deciso di convertire la struttura in un negozio da 1.500 metri quadrati circa, pensato per le famiglie e per i gestori di hotel, ristoranti e bar.

Nel nuovo punto vendita della cittadina torinese ci sono prodotti freschi, una gastronomia con antipasti pronti, una rosticceria, una panetteria e una macelleria. Tecnicamente Supeco è un “soft discount”, perché sugli scaffali ci sono 6.300 referenze e in molti casi si tratta di “primi prezzi”, cioè di articoli a basso costo, ma ci sono pure prodotti di marca, venduti però in formati grandi (per alberghi e locali).

“Abbiamo scelto Trofarello, una realtà importane per noi di Carrefour in una regione chiave per lo sviluppo del gruppo, per dare il via a una formula innovativa coerente con l’evoluzione del mercato e della domanda”, spiega Alberto Coldani, direttore Supeco. Lo stesso tipo di discount aprirà anche a Borgomanero, nel Novarese, e anche in questo caso sostituirà un ipermercato Carrefour.

Fonte:repubblica.it

(Auteur : Yoni Van Looveren)
Carrefour Market va afficher l’avis de clients auprès de quelque 200 produits dans ses magasins physiques. Il s’agit d’un bref commentaire d’un client en ligne et d’une évaluation sur base d’étoiles. Le système sera d’abord déployé en France.

Carrefour Market affiche l’avis des clients sur les produits en magasin

Convaincre les clients
Les avis concernent uniquement les MDD et ont pour objectif de convaincre les clients d’opter pour les marques maison. Pour ce faire Carrefour a recours à son webshop et y choisit les commentaires positifs et les produits bénéficiant d’une évaluation élevée. En lisant une critique positive sur un produit que le client ne connaît pas, il se sentira rassuré, ce qui l’incitera à l’acheter. Les étiquettes apparaîtront dans les magasins Carrefour Market à partir du 17 juillet.
En ce moment Carrefour multiplie les nouveautés. Récemment encore en Italie l’enseigne a lancé Carrefour Express 3 Minuti, un magasin citadin de 160 m² pour des courses rapides, misant essentiellement sur les repas prêts à consommer.

Source : retaildetail.be

(Autore: foodweb.it)
“La Grande Sfida” ha coinvolto oltre 600 aziende fornitrici dell’insegna: 7 le vincitrici di categoria con Orogel trionfatrice assoluta.

Foto_2

Sono 7 le aziende italiane, selezionate tra gli oltre 600 fornitori a marchio Carrefour Italia, coinvolte nel progetto “Grande sfida dei fornitori per l’alimentazione e il benessere”, il concorso per l’attenzione al benessere alimentare che ha premiato i vincitori con riconoscimenti dedicati (nella foto la premiazione finale). Grazie alla sua Linea Benessere, Orogel Soc. Coop. Agricola è stata l’assoluta trionfatrice della gara, ormai giunta alla terza edizione. La “Grande sfida” di Carrefour ha avuto l’obiettivo di valorizzare le aziende fornitrici che si sono distinte per progetti dedicati alla qualità della filiera, dei prodotti offerti e per il valore aggiunto apportato in termini di territorialità e trasparenza.

La grande sfida di Carrefour

I partecipanti alla Grande Sfida dei Fornitori di quest’anno sono stati numerosi, rilevanti per investimenti e capacità innovativa. A giudicarli è stata LAEMMEGROUP S.r.l., società indipendente specializzata nelle soluzioni per la sicurezza alimentare, che ne ha valutato l’efficacia e la portata innovativa in rapporto ai settori di appartenenza. Sulla base di questi elementi, è stata poi stilata la classifica delle 7 aziende più virtuose, ognuna in un ambito specifico. Successivamente Carrefour Italia ha riconosciuto un premio di categoria, considerando l’impegno nella proposta di prodotti pensati per il benessere alimentare del cliente. L’azienda che si è aggiudicata il premio finale, fra la rosa di candidati individuati nelle singole categorie, è stata la Orogel di Cesena (FC). Il benessere alimentare è un tema di massima importanza per Carrefour e rappresenta il cuore della maggior parte delle nostre scelte strategiche – afferma Grégoire Kaufman, direttore commerciale e marketing di Carrefour Italia Puntiamo quindi, sempre di più, su filiere e produzioni locali di alta qualità, per contribuire al benessere dei nostri consumatori, che sensibilizziamo ogni giorno a una sana e corretta alimentazione. Con “La Grande Sfida dei Fornitori” premiamo con orgoglio aziende leader che ci aiutano a raggiungere questo importante obiettivo.

I vincitori di categoria

Ma vediamo in dettaglio le sette aziende finaliste e i relativi premi di categoria:

  • Amadori (GESCO s.c.a.) – San Vittore di Cesena (FC) –, vincitrice del premio “Buone pratiche d’allevamento”. Trionfa grazie al progetto Pollo Campese, allevato all’aperto senza uso di antibiotici.
  • CasArrigoni s.r.l. -Taleggio (BG) -, vincitrice nella categoria “Promozione stili di vita” grazie a due formaggi (Gorgonzola e Taleggio) derivanti da latte ottenuto in regime biologico e biodinamico.
  • C.I.C.O. Soc. Coop. Agricola -Tresigallo (FE)–, vincitrice categoria “Educazione alimentare”. Per la grande sfida di Carrefour ha elaborato un progetto di sensibilizzazione al consumo di ortofrutta tra i più piccoli dal nome “Frutta e verdura: un arcobaleno di salute”.
  • Compagnia Europea Alimenti e Natura S.r.L. – Cassina de’ Pecchi (Mi) –, vincitrice della categoria “Esigenze alimentari particolari” grazie a una linea di biscotti e merendine a basso indice glicemico, sviluppata in collaborazione con l’Università di Pavia e con l’Ospedale Niguarda di Milano.
  • Orogel Soc. Coop. Agricola – Cesena (FC) – vincitrice assoluta e nella categoria “Informazione al consumatore” con Il progetto “Linea Benessere”, che vuole comunicare ai consumatori il valore del cibo e dell’alimentazione sana, mirata a prevenire patologie problematiche per il mantenimento della salute.
  • Nuova Ruggeri s.r.l. – Cremona –, vincitrice categoria “Profilo nutrizionale” grazie alla Linea di brioches “Leggermente”, dal profilo nutrizionale adatto ai bambini e gli adulti, con una forte diminuzione degli zuccheri aggiunti e dei grassi.
  • Riseria Vignola Giovanni S.p.A. –Balzola (AL)–, vincitrice categoria “Buone pratiche agronomiche”grazie alla coltivazione del riso con la tecnica della pacciamatura, che consente una coltivazione biologica garantita e sostenibile.

Fonte: foodweb.it

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
Une fois de plus Carrefour crée la surprise avec un nouveau concept citadin. ‘Carrefour Express 3 Minuti’ a ouvert ses portes le 4 juillet à Gênes en Italie. Le magasin d’une surface d’à peine 160 m² mise sur le snacking et les services.

Shopping rapide chez Carrefour Express ‘3 Minuti’

Pour les touristes
Rapidité et service sont les mots d’ordre de ce nouveau format ‘trois minutes’. Le magasin est ouvert tous les jours de 7h à 23h. Les clients y trouveront un comptoir-traiteur proposant des petits-déjeuners avec viennoiseries et café, des lunchs, des snacks ou encore des repas prêts à consommer. En outre la formule offre un vaste éventail de services : wifi gratuit, impression de photos digitales, cartes de téléphone, tickets pour les transports en commun et pour des attractions touristiques. Le magasins propose également des services financiers comme des cartes de paiement prépayées, la possibilité de retirer de l’argent et d’effectuer des virements.Vu cette offre particulière et la situation de ce magasin de proximité dans le cœur historique de la ville, Carrefour Italie semble viser un groupe-cible bien spécifique : les touristes.

Un besoin d’expérimenter
Ce n’est pas la première fois que Carrefour teste des variantes de ses concepts urbains. A Turin le retailer a lancé son Carrefour Market Urbano, un format qui procure sushis et wifi aux citadins pressés, mais leur donne également la possibilité de réserver un homme de métier (électriciens, plombiers, serruriers, cordonniers, …).

A Milan c’est un Carrefour Express ‘Urban Life’ qui a ouvert ses portes : un magasin de proximité branché, qui en même temps fait office de lieu de coworking, de loungebar et de restaurant. En France le groupe ouvre des nouveaux points de vente de son concept Carrefour Bon’App, une formule qui se concentre sur la consommation immédiate de produits prêts à l’emploi pour chaque moment de la journée, allant du petit-déjeuner ou souper.

Autre concept innovant à Paris: Carrefour City, pourvu d’un bar et d’une mini-bibliothèque. Et en Belgique à Uccle le retailer a présenté un Express de la nouvelle génération, avec des casiers pour les commandes en ligne et les réparations, un bar à potage et une bibliothèque. Chacun de ces concepts témoignent de la volonté de Carrefour de répondre aux désirs divergents des clients d’aujourd’hui, tous différents selon les quartiers.

Source : retaildetail.be

(Autore: Alessandra Bonaccorsi)
Carrefour France sta sperimentando un nuovo format Bon’App.

Bonapp_Carrefour

Il punto di vendita, sviluppato su circa 50 mq, propone un assortimento orientato al consumo immediato: sono circa 600 gli articoli pensati per le varie esigenze della giornata dal pranzo alla cena, tra cui snack, bevande calde e fredde, insalate, panini, frutta e verdura affettati, torte, caramelle. Al suo interno è presente un bar con posti a sedere. La formula era già stata sperimentata all’interno di ipermercati dell’insegna come shop in shop, oggi si presenta come insegna a sé. I primi negozi autonomi sono stati aperti a Parigi. Il terzo store è stato realizzato il 18 maggio a Arras, il quarto il 14 giugno a Montpellier.

Fonte:gdoweek.it