Activation Commerciale

(Auteur : Stéphane Keulian)
Le BHV Marais poursuit sa mue. Dans un quartier qui s’enrichit sans cesse de nouvelles offres, le grand magasin a récemment installé son “Parisian Omnivore District“, un food court parisien censé séduire une clientèle à bon pouvoir d’achat friande de nouveautés.

Le nouveau food district du BHV Marais

Le food court est implanté dans la cour du magasin dédié à l’homme. Plus précisément au niveau de l’entrée située rue du Temple, qui présente la caractéristique pénalisante d’être peu visible de l’extérieur. Il faut en effet emprunter un couloir assez long avant de découvrir la place centrale en plein air au pied du grand magasin. En cette période de l’année, une toile tendue vient protéger les passants des désagréments du climat. Dommage qu’elle vive assez mal avec l’éclairage intérieur et qu’elle plonge la zone dans une ambiance légèrement laiteuse.

L’offre de restauration est indéniablement originale. 7 kiosques, fonctionnels et robustes, proposent pêle-mêle une offre de café & pâtisserie, ceviche, jus de fruits frais, lobster rolls, souvlakis ainsi que des spécialités de sandwiches portuguais. Voir les professionnels s’activer dans leur stand et fabriquer les produits à la demande participent positivement de l’expérience. L’accueil chaleureux et non formaté, propre aux opérateurs indépendants de talent, est très agréable. En tout cas, bien plus que le service standardisé des chaines de restauration implantées en food court de centres commerciaux. La qualité des produits est au rendez-vous. Même si les prix sont élevés avec un ticket moyen qui peut vite dépasser les 20 euros.

Le nouveau food district du BHV Marais1

En terme de confort et de décor, le BHV a fait dans le sobre et efficace. On a le choix entre des assises hautes pour profiter de grandes tables à partager ou des espaces plus cosy où on s’assoit près du sol. La décoration est minimaliste. Seules quelques plantes viennent égayer l’ensemble. On regrette l’absence d’un plus grand confort qui aurait inviter les visiteurs à s’attabler plus longuement. Et à faire vivre les lieux.

Pour sélectionner les opérateurs des stand, le BHV a fait appel aux équipes de John Weng, un collectif de restaurateurs qui gère quelques établissements à succès de la capitale. Un bon moyen de dénicher de nouveaux talents. Les baux proposés sont généralement compris entre 6 mois et 1 an. Les loyers sont composés d’un fixe et d’une part variable relativement haute. Bref, sans chiffre d’affaires conséquent, impossible de tenir dans la durée.

Disons le tout net, la fréquentation du lieu depuis l’ouverture reste encore limitée. La faute sans doute à la conjonction de plusieurs facteurs :

La configuration assez malcommode des lieux et sa faible visibilité depuis la rue,
La taille limitée des stands et leur implantation relativement éclatée dans la zone qui limitent l’impact visuel de l’ensemble du dispositif,
L’absence d’un ou deux stands à plus fort potentiel commercial, comme une offre de burgers artisanaux, un coffee shop plus ambitieux ou un stand de pâtisseries signées d’un chef en vogue. Compte tenu du profil de la population du quartier, on aurait également aimé voir installer des offres vegan et sans gluten qui auraient contribué à renforcer la personnalité et l’attractivité générale du food hall,
Le relatif manque d’énergie qui se dégage de l’ensemble de l’espace, notamment en raison d’un déficit d’animations récurrentes en semaine.

Le nouveau food district du BHV Marais2

En conclusion, on se gardera de dresser un bilan définitif du food district après à peine quelques semaines de mise en place. Le lieu a besoin d’un peu de temps pour s’installer et profiter d’un bouche à oreille positif. Et, des réglages seront sans doute nécessaires au fil du temps pour tirer le meilleur parti du potentiel de la zone. Quoi qu’il en soit, le BHV démontre sa volonté d’offrir à ses visiteurs une expérience parisienne globale et cohérente. Un argument de poids pour performer sur le long terme face aux grands magasins concurrents qui sont tous, eux aussi, en train de rénover leur offre de restauration.

Source : stephanekeulian.com

(Auteur : Dominique Bomstein)
Après les Galeries Lafayette, c’est au tour du BHV d’accueillir sur son toit une ferme verticale d’agriculture urbaine qui atteint cette fois 1500 m².

Une exploitation maraîchère sur le toit du BHV

Trois ans après un premier partenariat entre le groupe Galeries Lafayette et l’entreprise Sous les fraises qui avait permis l’installation d’un potager vertical sur le toit du grand magasin du boulevard Haussmann, c’est au tour du BHV de mettre à disposition sa terrasse pour y faire pousser plantes aromatiques, fraises, framboises et même houblon.

L’expérimentation réussie de 2014 a convaincu les deux partenaires de voir plus grand. « C’est une véritable exploitation maraîchère de 1500 m² sur laquelle 20 000 plantes poussent sur des feutres verticaux », explique Yohan Hubert, le directeur fondateur de Sous les fraises. Si le projet se veut éco-responsable par l’utilisation à 50 % des eaux de pluie pour l’arrosage et d’un jus de compost fabriqué à partir de biodéchets, il se veut aussi économiquement viable.

« Toute notre production en frais ou transformée sera vendue en circuit court. Nous allons ainsi commercialiser des fruits et des fleurs comestibles mais aussi des tisanes. Nous allons aussi faire fabriquer à Paris de la bière à partir de notre houblon et du miel avec les dix ruches qui vont être installées », précise Yohan Hubert.

Financièrement, son entreprise assure l’entretien et la valorisation de la production. Pour le BHV qui a financé l’installation, un investissement entre 250 000 et 300 000 euros, le projet s’intègre dans sa politique RSE et contribue à ses engagements en faveur du climat et de la biodiversité.

« Nous avons signé la charte Paris Action Climat 2020 et la charte 100 hectares végétalisés de la Ville de Paris. Ce potager accueillera les écoles du quartier et le public par petits groupes. C’est un moyen de préparer la ville de demain comme nous la préparons avec d’autres actions en matière de transports propres pour nos livraisons et notre approvisionnement », déclare Alexandre Liot, le directeur du BHV Marais. Et l’aventure entre Sous les fraises et le groupe Galeries Lafayette continue en France. Le BHV d’Annecy va inaugurer en juin son potager avec le soutien de l’Amicale des anciens des Galeries Lafayette et des salariés.

Source : environnement-magazine.fr

(Auteur : fashion network)
Dubaï a son BHV Marais. La plus grande ville des Emirats accueille depuis la fin mars une franchise du grand magasin parisien au sein du centre commercial City Walk. C’est la deuxième adresse du BHV Marais hors de France, mais la première depuis le repositionnement du grand magasin en 2014.

Le BHV Marais se dévoile à Dubaï

C’est sur 6 000 mètres carrés que le BHV Marais propose un condensé de son flagship parisien : on y retrouve le mariage entre marques de mode et maison, une alliance entre univers qui fait sa spécificité. Sur deux étages, le bâtiment conçu par l’architecte Kristina Zanic reprend l’esthétique futuriste du centre à l’extérieur, tout en recréant une ambiance proche du flagship parisien à l’intérieur.

A la façade extérieure moderne répond ainsi l’agencement chaleureux des allées, avec du bois, des murs de briques et du mobilier métallisé esprit atelier parisien. Le BHV Marais y dévoile son offre mixte, entre griffes accessibles et labels premium.

Ouverte avec ADMIC, le partenaire qui avait déjà ouvert le premier magasin BHV à Beyrouth en 1998, cette franchise pourrait en annoncer d’autres dans la zone Proche et Moyen-Orient. Le groupe Galeries Lafayette entend en effet développer le BHV Marais modernisé comme il l’a fait avec sa principale enseigne, déjà présente à Dubaï depuis 2009.

« Après un repositionnement réussi de notre flagship parisien rue de Rivoli, l’ouverture du BHV Marais à Dubaï démontre le potentiel de l’enseigne à l’international et souligne la singularité de son identité », a déclaré Nicolas Houzé, directeur général. « Avec cette ouverture, nous renforçons notre présence au Moyen-Orient, alors que nous terminons actuellement le remodelling de notre flagship Galeries Lafayette de Dubaï et que nous préparons l’ouverture des Galeries Lafayette à Doha en début d’année prochaine », a-t-il conclu.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Auteur : itr news)
Le grand magasin ouvre aujourd’hui le nouvel espace « Multimédia by Lick », dédié aux produits connectés & accessoires tendances sur une surface de plus de 170m² située au 2ème étage.

Le BHV Marais et Lick annoncent l'ouverture d'un vaste concept store High-Tech

Ce partenariat entre Le BHV Marais et Lick associela French Touch aux nouvelles technologies connectées de la FrenchTech“. Et crée un nouveau lieu de découverte, d’expérience et de démonstration, pour accompagner le grand public vers de nouveaux produits et de nouveaux usages connectés.

Le BHV Marais, lieu de destination emblématique autour de l’équipement de la maison démocratise la maison connectée avec ce nouvel espace « Multimédia by Lick ». En plus des grandes marques reconnues telles que Apple, Samsung, Sony, Huawei,… les clients pourront également découvrir de jeunes startups françaises et internationales qui viendront présenter en avant première leurs innovations.

Nos objets du quotidien deviennent progressivement intelligents pour nous simplifier la vie, voire l’amplifier : des bracelets connectés pour mesurer son activité sportive, des thermostats intelligents pour mieux gérer sa consommation d’énergie, des montres intelligentes, et aussi des caméras wifi, des balances connectées, des ampoules enceintes, des drones, des lunettes de réalité virtuelle, des véhicules de mobilité électrique éco-friendly…” expliquent les initiateurs du projet.

A découvrir également une large gamme de smartphones et d’accessoires high tech pour tous les styles et toutes les envies : des enceintes Bluetooth nomades des marques Sonos et Bang&Olufsen, des casques audio, des batteries de secours, des câbles design, des cartes mémoire et disques durs connectés, des coques & étuis ultra tendance pour habiller son smartphone préféré à son style du moment ou dénicher le cadeau idéal. Enfin, une sélection des meilleurs téléviseurs et home cinema sera également présentée sur cet espace pour satisfaire les passionnés de grand spectacle.

Source : itrnews.com

(Auteur : Jean-Paul Leroy)
Le groupe Galeries Lafayette confirme l’information publiée par FashionMag Premium le 7 janvier dernier. Le BHV Marais va bien ouvrir un flagship à Dubaï ! Ce magasin, développé en franchise avec ADMIC, un leader du retail au Proche et Moyen-Orient appartenant à la famille Abchée, ouvrira ses portes en septembre prochain.

Le BHV Marais va ouvrir à Dubaï

Sur 6 000 mètres carrés répartis sur deux étages, il bénéficiera, selon le groupe français, d’un positionnement stratégique en plein cœur de Dubaï, dans le centre commercial « City Walk ».
Réalisé par l’architecte Kristina Zanic, ce magasin conçu avec une architecture urbaine combinera matières et matériaux visant à recréer l’univers du flagship parisien et à rester fidèle à son identité spécifique. Dans la droite ligne du repositionnement de son magasin amiral de la rue de Rivoli à Paris, le BHV Marais mettra en scène son concept mode et maison, allant de l’accessible au premium.
Ce flagship à Dubaï est la deuxième implantation internationale du BHV, déjà présent depuis 1998 à Beyrouth, en partenariat avec ADMIC. Il pourrait être suivi par des ouvertures additionnelles ciblées au cours des prochaines années.
En 2016, le BHV Marais initiera également la rénovation de son magasin de Parly 2, dans l’ouest parisien, pour l’adapter au nouveau positionnement et à la nouvelle image de l’enseigne.

A l’occasion de cette annonce, Nicolas Houzé, directeur général des Galeries Lafayette et président du BHV Marais, a déclaré : « Alors que notre enseigne Galeries Lafayette rencontre depuis 2009 un succès très important au sein du Dubaï Mall, nous sommes heureux de pouvoir apporter aux Dubaïotes et aux visiteurs internationaux présents dans les Emirats tout le savoir-faire de notre enseigne BHV Marais. Fort d’un positionnement original à la fois expert de la Maison et de la Mode, nous sommes convaincus que ce nouveau flagship à Dubaï sera accueilli avec beaucoup d’enthousiasme et nous permettra de renforcer notre empreinte dans cette région. »

Michel Abchée, PDG d’Admic, a également déclaré : « Alors que nous exploitons déjà les magasins BHV de Beyrouth et Galeries Lafayette de Dubaï, nous sommes heureux de pouvoir renforcer encore aujourd’hui notre partenariat avec le groupe Galeries Lafayette. Cette nouvelle implantation du BHV Marais à Dubaï sera une addition intéressante dans le paysage commercial local et apportera notamment une offre originale en matière d’aménagement de la maison et de décoration, avec une touche française très appréciée. »

Source : fr.fashionmag.com

(Auteur : fashionmag)
Le grand magasin BHV Marais va accueillir un espace de vente éphémère dédié aux sacs griffés d’occasion, une « première en France », a indiqué mardi à l’AFP le site de vente en ligne InstantLuxe qui va proposer une sélection de maroquinerie de seconde main.

Le BHV Marais lance un corner dédié aux sacs à main griffés d'occasion

A l’occasion des Fêtes de Noël, du 17 novembre et jusqu’à fin décembre, le mythique Bazar de l’Hôtel de Ville (groupe Galeries Lafayette) rue de Rivoli à Paris intégrera dans son espace maroquinerie un point de vente de « sacs iconiques », destiné à « toutes les chineuses averties, les amoureuses du vintage, les rêveuses passionnées », selon le communiqué du BHV.

« Pour la première fois en France, un site spécialisé dans l’achat-vente d’articles de luxe de seconde-main authentifiés sera présent dans un grand magasin parisien », indique InstantLuxe.com, site spécialisé dans la vente d’occasion de maroquinerie mais aussi de joaillerie et d’horlogerie de grandes marques, lancé en 2009 et qui revendique 550.000 membres.  Une « sélection d’une trentaine de pièces de maroquinerie de luxe d’occasion, allant de 300 à 3.000 euros, sera proposée » au BHV, a précisé à l’AFP Yann Le Floc’h, fondateur du site qui fait état d’une croissance de plus de 100 % en 2014. Les clients désireux de vendre leurs articles de maroquinerie pourront également venir les déposer deux jours par semaine et « une fois authentifiées par des experts indépendants, ces pièces seront proposées à la vente ».

En 2014, le marché d’occasion des sacs, montres et bijoux de luxe a atteint 16 milliards d’euros. Et si 80 % des ventes se font encore en boutiques physiques, les transactions en ligne progressent rapidement, selon l’étude de référence Bain/Altagamma. Les sacs à main d’occasion de marque Hermès dominent le marché de l’occasion en valeur (avec un prix moyen de 3.743 euros), suivis par les griffes Chanel (1.569 euros), Céline (798 euros), Balenciaga (720 euros) et Dior (677 euros), selon une étude publiée en octobre par InstantLuxe et Exane BNP Paribas. En termes de volume cependant, ce sont les sacs estampillés Louis Vuitton qui ont le plus de succès.

Les sacs Hermès restent les plus recherchés – notamment le modèle Kelly, particulièrement par la clientèle chinoise, souligne l’étude. Le Kelly et le Birkin sont les deux modèles dont les prix en occasion peuvent être supérieurs aux prix neufs et dépasser les 10.000 euros, alors que ceux des autres marques de luxe se revendent entre 30 et 90 % moins chers.

Source : fr.fashionmag.com

(Auteur : Amelle Nebia)
Solex ouvre son premier magasin avec Le BHVMarais. La marque revient de loin et… se porte bien. Décryptage croisé entre Grégory Trebaol, P-dg d’Easybike, qui a repris la marque, et Jérôme Pacau, directeur création et opération retail chez Lonsdale.

Solex renaît at Le BHV  Marais

 

Solex : inventeur de la mobilité sans effort depuis 1946 ” lit-on sur la devanture du premier magasin Solex, rue de la Verrerie dans le quartier du Marais à Paris. Le BHVMarais libérait son espace de vente de vélos et Solex s’y est donc installé de façon pérenne depuis une dizaine de jours. Grégory Trebaol, président d’Easybike Group explique que “Solex est fournisseur du BHV depuis trois ans et c’est la marque de vélos électrique qui émerge le plus au sein du magasin. Installer dans ce quartier notre premier flagship tombait sous le sens”.

Le magasin est imaginé par Jérôme Pacau, directeur de création et des opérations retail chez Lonsdale, qui décrypte le lieu est un miroir de la ville : passage piéton au sol, miroir qui agrandit le champ visuel, panneaux directionnels, couleur bitume. Nous avons voulu remettre la marque dans sa dimension urbaine. Si nous n’avons pas modifié le logo, nous avons réinterprété, avec Yvan Froment directeur de création marque, les codes graphique sur les étiquettes produit, les totems d’informations ou les luminaires par exemple “.  Un atelier en fond de magasin permet d’entretenir son vélo – la relation client est l’une des forces historiques de Solex – de réserver son produit, d’essayer un vélo électrique et même de le louer à la journée par exemple (ce service est encore en test).

La marque renaît

Solex est aujourd’hui distribuée dans 250 revendeurs dans 19 pays du monde. “En 2014, nous avons vendu 26 000 vélos électriques, contre 15 000 en 2013, soit une progression de 42% ” continue Grégory Trebaol. “En 2015, nous ambitionnons d’atteindre les 35.000 pièces vendues.” Des magasins vitrines vont ouvrir à Milan au printemps 2015, à Londres à l’automne, ainsi qu’à Copenhague. Enfin, Benoît Subielle, ex-directeur marketing de Kia, rejoint, au même poste, la marque patrimoniale dès février 2015. “Après l’accompagnement sur le volet retail, nous avons choisi Lonsdale pour notre stratégie de marque” conclut Grégory Trebaol.

Source : e-marketing.fr

(Auteur  : Matthieu Guinebault)
Depuis ce 7 octobre jusqu’au 11 du même mois, le BHV Marais Parly tient son premier vide-dressing. Le niveau 1 du grand magasin propose ainsi des produits de grandes marques à prix cassés.

 

BHV Marais Parly organise son vide-dressing

Les clients du magasin sont invités à sélectionner les vêtements et accessoires pour femme, homme et enfant qu’ils n’utilisent plus. Ces pièces, sans distinction de saison, seront évaluées par les équipes de “Secret de Commode” suivant une grille pré-établie. Les clients pourront ainsi en tirer des cartes-cadeaux à utiliser dans le magasin. “Le concept du vide-dressing de grandes marques est une opération à la fois originale et responsable”, explique le magasin. “Le recyclage version luxe est un mouvement en vogue qui concilie style et sensibilité écologique, en misant sur la réutilisation et l’échange de belles pièces et matières. Une tendance durablement chic, adoptée par le BHV Marais”.

Source : fr.fashionmag.com

(Auteur : Olivier Guyot)
Depuis plusieurs mois, l’équipe dirigeante du BHV Rivoli le scande: elle veut attirer les “urbains créatifs” qui fréquentent le quartier du Marais. Le grand magasin, filiale du groupe Galeries Lafayette, a d’ailleurs annoncé en octobre 2012 son changement de nom en Le BHV / Marais. 

 

 

Ce jeudi, le nouveau logo, l’identité visuelle et le nouveau slogan étaient présentés. “Nous sommes sortis du bloc vert historique du BHV pour imaginer un logo faisant plus grand magasin, explique Anne-Marie Gaulthier, directrice communication et marketing des grands magasins du groupe. Nous avons choisi une police élégante, avec le BHV en corps gras. Le slash, en orange, était important. Car il fait référence aux slasheurs, ces personnes qui ont plusieurs vies en même temps. C’est le cas de nombreux ‘urbains créatifs’.” Cette identité visuelle, en blanc, noir et orange sera apposée au terme de la rénovation des façades prévue pour fin octobre. Elle sera aussi adaptée à tous les magasins BHV (Homme, Vélo, etc.) et à terme sur les trois magasins de Parly, Lyon Part-Dieu et Lyon Limonest. Tous présenteront le logo Le BHV/Marais.

Le slogan “Le style comme style de vie” viendra épauler le logo au niveau marketing. Et pour être identifié comme acteur à part entière du Marais, le grand magasin a édité un plan, disponible au BHV comme chez des partenaires du quartier. Il met en exergue les lieux phares du Marais et propose des parcours culinaire, familial, tendance ou culturel.
Pour autant, la direction se défend de vouloir modifier l’identité du BHV. “Ces clients du Marais, qui n’avaient plus l’habitude de découvrir le magasin, représentent un cible additionnelle. Avec la refonte de l’homme, (situé dans un bâtiment en face du flagship de la rue de Rivoli, ndlr) finalisée l’an dernier, on a vu que l’on pouvait à la fois toucher des ‘modeux’ et nos clients plus traditionnels, explique Alexandre Liot, directeur du BHV. Mais nous allons conserver nos rayons bricolage, décoration ou arts créatifs car c’est sur ces rayons que nous allons construire l’avenir. Nous avons une offre atypique et c’est notre force.”

L’évolution est en cours. Depuis l’an dernier, le flagship a amorcé sa refonte totale pour un montant de 35 millions d’euros et pourrait être finalisée en avril 2014. Pour l’heure, au moins 15% du bâtiment sont en travaux en permanence. Le rayon CD-DVD et les meubles ont disparu. La chaussure a fait son apparition. L’espace beauté a été réinventé. Et la surface dédiée au prêt-à-porter va être doublée avec l’arrivée d’une vingtaine de marques dont Zadig & Voltaire et Burberry qui viennent renforcer la proposition d’une cinquantaine de griffes. Une quinzaine de marques en accessoires et une dizaine chez l’enfant doivent aussi s’installer d’ici la fin des travaux. L’offre mode, qui représentait 40% de l’espace, va à terme occuper 60% de l’espace. En plus de l’offre, l’ambiance a aussi été revue.

“Nous faisons face à la concurrence d’Internet. En grands magasins, les consommateurs viennent chercher autre chose que l’offre. Ils veulent être inspirés, explique Alexandre Liot. Nous avons des espaces de démonstration mais aussi des points de restauration disséminés sur les différents niveaux. Il y a une volonté de faire vivre le magasin et une notion de plaisir.”
Le BHV entend ainsi jouer sur l’animation et les services. Entre les cours de cuisine et la mise à disposition de “personal shopper”, le grand magasin va aussi mettre en place un service de livraison express dans la journée.
Avec ces évolutions, ce BHV entend voir son activité décoller. A titre d’exemple, la part des visiteurs étrangers pour le flagship doit passer en deux ans de 6 à 20%. En 2012, le chiffre d’affaires cumulé de ses structures parisiennes et des trois magasins extérieurs atteignait les 410 millions d’euros.

Source : fashionmag.com