Activation Commerciale

(Auteur : Benoit Merlaud)
En Belgique, trois magasins Lidl ont été équipés de casiers automatiques de retrait aux couleurs de l’enseigne. Les clients sont invités à y retirer les achats passés sur le site lidl-shop.be. L’assortiment proposé compte seulement des produits non alimentaires et du vin.

Lidl teste des casiers de retrait en Belgique

Le mobilier installé dans les points de vente d’Ekeren, Hamme et Evere (dans les régions de Bruxelles et d’Anvers) est composé de 58 casiers. Il est situé, selon les cas, sur le parking ou dans le sas d’entrée du magasin. Le choix du système de casiers Cubee, partenaire de bpost (l’équivalent de La Poste en Belgique), permet aussi de faire de ces équipements des points de retrait pour d’autres commandes que celles passées sur le site de Lidl.

Pour l’instant, Lidl facture les mêmes frais qu’une livraison à domicile (2,99 euros) mais offre en compensation une réduction de 20% sur le rayon fruits et légumes du magasin. Une façon évidemment de pousser le client à compléter sa visite par des achats sur place.

“Nous souhaitons tester pendant un an ce service supplémentaire, commente Julien Wathieu, porte-parole de Lidl Belgique. Nous commençons avec trois magasins pour ensuite ajouter éventuellement de nouveaux services et de nouvelles possibilités.”

Source : lineaires.com

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
La nouvelle formule de magasin Spar Good Food conjugue retail et horeca. Que cela signifie-t-il concrètement ? RetailDetail est allé le vérifier à Rekem près de Lanaken, dans la province du Limbourg.

Spar Good Food mise sur l’expérience

Excellente situation
L’histoire est toute récente : l’ouverture du Spar Good Food de Lore Vangeloven et Thomas Machiels ne remonte qu’au mois de juillet. C’est, après Ypres, le deuxième représentant du nouveau concept de la centrale Spar Lambrechts qui combine magasin et horeca ( acronyme désignant le secteur d’activités de l’Hôtellerie, de la Restauration et des Cafés). Le supermarché de proximité a pris un départ sur les chapeaux de roue. La semaine d’ouverture s’est exceptionnellement bien passée, les habitants de la région se sont montrés très curieux et le dépliant a bien rempli son rôle.

Ce n’est pourtant pas la concurrence qui manque avec, entre autres, Aldi, Colruyt et Proxy Delhaize dans les environs immédiats. Il faut dire que la situation est excellente : en bordure d’un axe fréquenté, le magasin bénéficie d’une bonne visibilité, d’un vaste parking et de la proximité de zones résidentielles et industrielles. Dès huit heures du matin, les passants viennent prendre leur petit-déjeuner ou chercher leur sandwich pour midi. Chaque vendredi, la poissonnerie qui prend place sur le parking génère du trafic supplémentaire vers le magasin.

Produits locaux
Les deux entrepreneurs se sont rencontrés au Carrefour Market de Diepenbeek, où ils ont fait leurs armes : lui à la boulangerie et elle en tant que chef du rayon frais. Pris par l’envie d’entreprendre, ils ont un bon contact avec la centrale Spar Lambrechts, qui donne aux commerçants la liberté d’apporter leur touche personnelle et de se différencier.

Lore et Thomas ne se le font pas dire deux fois. Le magasin d’environ 650 m² s’est installé dans un immeuble auparavant occupé par un marchand de fruits et légumes bien connu qui proposait un assortiment très distinctif, avec entre autres des produits locaux, des noix, du thé frais en vrac… « Nous avons conservé ces produits d’appel et les avons intégrés à l’assortiment Spar. Ce sont des spécialités pour lesquelles les gens reviennent. Elles sont aussi populaires auprès de nos nombreux clients néerlandais. » Le magasin propose par conséquent une expérience d’achat différente du supermarché type.

Médias sociaux
Les entrepreneurs comptent aussi bien se distinguer grâce au Good Food Bar aménagé près de l’entrée (une petite trentaine de places sur 100 m²). « Nous mettons des sandwichs spéciaux au menu, en optant par exemple pour le fromage local Oud Rekem au lieu du simple gouda. À l’avenir, nous proposerons aussi des repas composés à partir de produits vendus au magasin, mais chaque chose en son temps. »

C’est en effet un défi ambitieux que ces deux jeunes débutants ont entrepris de relever avec leur équipe de neuf collaborateurs. Mais ils savent visiblement ce qu’ils font. Se mettre à l’écoute du client, tel est le secret du succès selon Lore et Thomas. « Si quelqu’un nous demande un produit spécifique qui ne figure pas encore à l’assortiment, nous en prenons note et nous mettons immédiatement à sa recherche. » Les entrepreneurs veulent se doter d’une image jeune, moderne et saine. « Nous jouons pleinement la carte des médias sociaux avec Facebook et un groupe WhatsApp. Nous proposons aussi le wifi gratuit. Nous souhaitons bâtir une véritable communauté. »

Tapas en libre-service
Quels sont donc les principaux pôles d’attraction du magasin ? Près de l’entrée, la table de présentation garnie de noix, de granola et de jus joliment présentés sur des caissettes en bois attire immédiatement le regard. Le bar à tapas permet aux clients de se servir en olives, tomates séchées au soleil, artichauts marinés et autres délices. Les shoppers peuvent également se préparer du jus d’oranges fraîchement pressé. Un frigo présente wraps, salades, sushis, soupes et jus frais.

Le rayon fruits et légumes est relativement spacieux pour ce type de commerce de proximité, une particularité qui s’explique par l’histoire du magasin spécialisé qui occupait précédemment les lieux. L’offre ne cesse de s’élargir. À la demande des clients, noix de coco, figues fraîches, ail frais et citronnelle ont rapidement fait leur apparition en rayon.

Le rayon vins est un vrai petit bijou. Les entrepreneurs ont ici aussi repris une série de références introduites par leur prédécesseur car les clients y étaient attachés. Un assortiment limité est également présenté dans un refroidisseur à vin. Nous repérons aussi des produits locaux (du genièvre de De Korhaan) et des paniers cadeau.

Thé en vrac
Au rayon traiteur, Lore et Thomas ont opté pour un comptoir traditionnel afin de mieux répondre aux souhaits des clients, complété par une gamme fraîchement emballée pour les shoppers pressés. Le magasin propose des plateaux de fromages, des plats de tapas, des plateaux barbecue… et vend des produits artisanaux comme le pain de viande et les boulettes de Meester Jean. La boulangerie fait aussi la part belle aux produits artisanaux, comme les lards au chocolat d’Olivers.

La présentation originale d’huiles et de vinaigres spéciaux fait un peu penser à Oil & Vinegar. « Nous essayons au maximum d’encourager les ventes liées. Nous présentons par exemple des herbes et des grissinis près des huiles. » Le meuble proposant du thé en vrac en libre-service remporte lui aussi un succès inattendu. Ce n’est pas courant et certains clients viennent spécialement au magasin pour se réapprovisionner. Les variantes proposées répondent aux doux noms de Nuit orientale, Mélange des matelots, Kir Royal, Sweet Chili Thai ou Secret de Toutânkhamon. Si cela n’éveille pas votre curiosité…

Source : retaildetail.be

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
En tant que groupement de ‘vrais’ indépendants, Alvo entend faire la différence grâce à une alimentation fraîche et saine. Les membres investissent aujourd’hui activement dans la rénovation de leurs magasins.

Chez Alvo, chaque euro revient aux membres

Produits frais et sains
Les membres d’Alvo ont retrouvé du ‘cœur à l’ouvrage’, confirme le directeur général Jan Pelgrims. « De nombreux membres ont récemment rénové leur magasin ou mènent un projet de transformation. D’autres entrepreneurs rentrent au bercail après un passage par une autre enseigne. » Autant de signes qui montrent que l’opération de rajeunissement d’Alvo porte ses fruits.

Le plan stratégique du groupement se résume dans la signature ‘Un goût frais, délicieux et sain, tout près de chez vous’. Alvo a certainement accompli de grands pas dans le domaine de la santé. La gamme ‘naturellement différent’ s’est enrichie de 200 nouvelles références : sans gluten, sans lactose, cuisine végétarienne, suppléments alimentaires, alimentation sportive… « Nos membres ont bien accueilli cette nouvelle offre. Certains la complètent même de leur propre initiative. »

Concept de magasin moderne
Alvo a également durement travaillé à la modernisation de son ‘look & feel’. « Nous voulons renvoyer une image jeune et dynamique. Le nouveau concept de magasin, introduit pour la première fois chez Obelix à Dentergem, fonctionne bien. Les membres d’Alvo jouissent d’une grande autonomie dans l’aménagement de leur magasin, même s’il y a certaines règles à respecter. C’est pourquoi nous les encourageons à travailler avec des fournisseurs fixes comme Wanzl, Devafloor et Lixero afin de créer un concept de magasin commun et homogène. »

On note toutefois de grosses différences entre les membres. Culi’s à Zottegem mise sur le frais et l’offre traiteur, Van Eccelpoel à Herentals est un spécialiste du frais et négociant en vins, alors que d’autres membres optent pour un concept de supermarché plus traditionnel. Il n’y a pas vraiment de superficie minimale ou maximale, même s’il faut quand même compter sur 450 à 500 mètres carrés minimum.

Structure légère
« Notre formule garantit aux membres une marge brute supérieure. Cela donne aux entrepreneurs la marge de manœuvre nécessaire pour investir », explique Jan Pelgrims. « Je considère que j’ai fait une bonne année quand j’ai zéro euro de bénéfice et zéro euro de perte à la centrale. Et nous atteignons cet objectif. Chaque euro revient aux membres. C’est un principe sacré pour Alvo. La structure de la centrale est très légère : elle n’emploie que huit personnes. Une partie du travail est assurée par les membres, au sein des commissions. Il n’y a donc quasiment pas de frais généraux. »

La collaboration avec Retail Partners Colruyt Group a été prolongée et étendue aux catégories du frais, à des tarifs plus bas. « Nous achetons aujourd’hui à des prix nets nets. Nous sommes très satisfaits de cette collaboration, mais nous restons malgré tout une enseigne concurrente. C’est la raison pour laquelle nous avons opté pour un bureau propre à Temse au lieu de nous installer dans les bureaux de Retail Partners à Malines. » Alvo est en train de développer une nouvelle plate-forme d’articles qui facilitera le processus de commande par les membres. Le groupement fait aussi ses premiers pas dans l’e-commerce.

Niveau de service élevé
Jan Pelgrims voit-il encore des possibilités d’expansion pour Alvo, sur un marché il faut bien le dire assez saturé ? « Il reste peu de ‘trous’ sur la carte, c’est vrai, et il est aussi devenu très difficile de convaincre des entrepreneurs de changer d’enseigne. Mais nous prospectons. Nous voyons par exemple un potentiel intéressant pour Alvo en Wallonie, et aussi à la Côte. Nous nous efforçons aussi de garder les magasins existants au sein du groupe. Lorsqu’un entrepreneur exprime le souhait de céder son magasin, nous cherchons activement un repreneur. C’est ce qui s’est récemment passé pour Torina à Brasschaat. »

Les principaux défis selon Jan Pelgrims ? « Augmenter le chiffre d’affaires par mètre carré et poursuivre l’opération de rajeunissement. Nous sensibilisons nos membres afin qu’ils mettent le plan stratégique en œuvre. Nous tenons à nous démarquer grâce à une alimentation saine. » Mais la première priorité d’Alvo, c’est d’être la meilleure chaîne pour les entrepreneurs indépendants, souligne-t-il. « L’ancienne image d’Alvo ne correspond plus à la réalité. Nous avons travaillé dur au développement d’une plate-forme performante qui simplifie la vie de nos membres et nous offrons aujourd’hui le même niveau de service que les autres enseignes. »

Source : retaildetail.be

(Auteur : Carole Boelen)
« Santé », ce mot est aujourd’hui de tous les débats. Le consommateur recherche sans cesse des produits plus sain pour lui et pour sa famille. Parmi ses cibles préférées, le sucre est l’un des ennemis à abattre, et les marques et retailers l’ont bien compris. Pour mieux informer sa clientèle et répondre à ses inquiétudes, Delhaize dévoile aujourd’hui son nouvel outil: un guide du sucre.

DELHAIZE LANCE UN GUIDE DU SUCRE AU RAYON PETIT-DÉJEUNER

En l’espace de 50 ans, la consommation de sucre des Belges a, selon Euromonitor, presque triplé. En plus des sucres apparents, comme le sucre dans le café, nous mangeons aussi de nombreux sucres invisibles. Ceux-ci ont souvent été transformés, notamment dans les céréales pour petit-déjeuner, les sauces ou les plats préparés. Selon une étude de l’Institut scientifique de la santé publique (2014 – 2015), 45% des Belges sont en surpoids. Toutefois, tout n’est pas perdu: le consommateur belge, comme ailleurs, fait de plus en plus attention à son alimentation et 29% des personnes en surpoids souhaitent mincir. « Limiter les sucres et les graisses saturées est la priorité principale du consommateur » précise alors Delhaize.

Pour aider le consommateur, Delhaize entend communiquer de manière transparente sur la quantité de ces sucres invisibles présents dans ses céréales pour petit-déjeuner. À cet effet, Delhaize utilise depuis peu un guide du sucre composé de quatre couleurs, pour aider ses clients d’une nouvelle façon dans son rayon céréales pour petit-déjeuner. Le guide du sucre a la forme d’un sucrier et présente différentes mesures (niveaux / graduation de remplissage… de faible à haut). L’objectif de ce guide est d’indiquer de façon claire et précise à quelle catégorie appartiennent les céréales petit-déjeuner de Delhaize, puisque plus de la moitié de l’assortiment de marque propre des céréales petit-déjeuner de Delhaize se trouve dans les deux catégories inférieures de l’échelle, à savoir ‘moyennement faible en sucres’ et ‘faible en sucres’. Il n’y a qu’un seul produit dans la catégorie « haut en sucres ».

Au total, ce sont 32 céréales petit-déjeuner à marque propre qui présenteront (sur l’étagère) un petit tableau informatif de différentes couleurs, au rayon céréales petit-déjeuner des supermarchés Delhaize.

« Delhaize ne se contente pas d’introduire le guide du sucre et va plus loin en réduisant la teneur en sucre de ses produits. Concrètement cela signifie que, en ce qui concerne les céréales, Delhaize met chaque année près de 50 tonnes de sucre en moins sur le marché » précise le retailer.

Source : gondola.be

(Auteur : Carole Boelen)
Après avoir ajouté de nouvelles fonctionnalités à l’app MyColruyt et lancé SmartWithFood, une app permettant aux consommateurs d’accéder rapidement à toute l’information nécessaire sur un produit donné, Colruyt Group franchit une nouvelle étape vers plus de transparence, en lançant le site web Rechercheproduit.be.

Colruyt lance la Rechercheproduit, un site aidant les clients à poser des choix alimentaires réfléchis

Colruyt Group n’a de cesse d’investir dans les nouvelles technologies. Ainsi, il y a peu, le retailer lançait de nouvelles fonctionnalités pour l’app MyColruyt, permettant aux consommateurs de transmettre directement leurs listes à Collect & Go. En début d’année, il lançait aussi l’app SmartWithFood, une app visant à aider les consommateurs à poser des choix alimentaires plus réfléchis et à trouver rapidement les produits convenant à son régime alimentaire. Aujourd’hui, dans le même sens, Colruyt lance le site web « Rechercheproduit ». Cette plateforme numérique propose les informations les plus diverses sur des produits alimentaires de ses marques propres comme Boni Selection et Everyday.

En surfant sur rechercheproduit.be, le consommateur de Colruyt, OKay, Bio-Planet, Spar Colruyt Group et Collect & Go peut désormais facilement accéder à toutes les informations qu’il souhaite obtenir sur les produits qu’il achète. Ainsi, à l’aide d’un filtre, il y trouvera tous les produits de marque propre correspondant à ses habitudes et régimes alimentaires. De quoi faciliter la vie des personnes qui souffrent d’une allergie ou d’une intolérance, par exemple. Le filtre sert aussi à chercher des informations fiables sur des ingrédients, des valeurs nutritives ou le caractère durable des produits. « Ce nouveau site web est une nouvelle étape pour le groupe qui entend ainsi informer les clients de façon transparente et les aider dans leurs choix alimentaires réfléchis » précise le retailer.

Inspiré par les clients
Pour le développement de cette plateforme numérique, Colruyt Group s’est basé sur les attentes, motivations et besoins très divers des consommateurs actuels. Frans Colruyt, COO de Colruyt Group : « Nous traversons une période complexe caractérisée par une surabondance d’informations, ce qui engendre souvent incertitude et confusion. Parallèlement, de plus en plus de gens veulent ou doivent se nourrir de manière réfléchie et responsable, par nécessité, pour leur propre bien-être ou celui de la planète. Avec cette plateforme, nous voulons offrir au consommateur un accès plus facile à des informations produit transparentes et fiables. »

« Rechercheproduit » propose les informations les plus diverses sur les produits alimentaires des marques maison en vente dans les enseignes alimentaires de Colruyt Group (Everyday, Boni Selection, café Graindor, apéritifs et boissons fortes). « Nous jouons délibérément la carte des produits de marques maison, les informations produit étant garanties en interne par notre propre service Qualité et nos diététiciens. Avec nos marques maison, nous fournissons plus d’informations que ne l’exige la loi actuellement », ajoute Frans Colruyt. En effectuant une recherche sur des ingrédients, une dénomination, des mots-clés ou un code-barres notamment, le consommateur trouve les produits de marques maison qui répondent à ses besoins alimentaires personnels.

Un guide en cas d’allergie ou d’intolérance alimentaire
Avec la nouvelle plateforme Rechercheproduit, Colruyt Group s’adresse tout d’abord aux consommateurs ayant besoin d’informations fiables en raison de leur profil alimentaire. Le site web offre un support spécifique aux personnes souffrant d’allergie ou d’intolérance alimentaire : il leur permet par exemple de filtrer leurs recherches sur la base des 14 allergènes fixés par la loi. Par la suite, la plateforme – mise à jour en permanence – se focalisera aussi sur les végétariens ou les végétaliens par exemple.

Frans Colruyt : « Ce site web est unique en son genre. Maintenant, les consommateurs peuvent facilement chercher des produits spécifiques dans l’assortiment, comme des biscuits sans gluten ou des plats préparés sans œufs. Il devient très facile de faire exactement les choix qui conviennent pour un régime alimentaire individuel. En offrant un tel niveau de service au consommateur, nous entendons continuer à remplir notre rôle sociétal en tant que distributeur.»

Informations produit transparentes et détaillées
En plus des informations générales sur la santé, les allergènes et les intolérances, le site Rechercheproduit contient des informations sur l’origine et le caractère durable des produits de marques propres du groupe.

Tests de goût
Par ailleurs, les consommateurs peuvent s’inscrire à des tests de goût comparatifs et ont aussi l’occasion de commenter la composition de nouveaux produits ou l’adaptation de produits existants.

Prolongement de l’app SmartWithFood
Ce n’est pas la première fois que le groupe propose des outils pour aider le consommateur dans ses choix alimentaires. L’app SmartWithFood compile tous les produits disponibles dans les enseignes de Colruyt Group. Cette application permet aux clients de scanner les produits dans les rayons pour en découvrir leur composition et découvrir les alternatives possibles. L’application MyColruyt permet elle aussi de faire le tri:il y est possible de spécifier une préférence comme « sans gluten ». Un « pouce levé » désignera alors les recettes et produits sans gluten.

Source : gondola.be

(Auteur : Carole Boelen)
Picard teste depuis novembre 2016 déjà un concept de restauration dans une série de points de vente français, visant à plus ou moins court terme l’intégration d’une vingtaine d’espaces dédiés au snacking en France. Mais, ce concept devrait bel et bien se voir développer en Belgique aussi, et ce, plus tôt qu’on ne pourrait le penser…

Picard ouvrira des espaces de restauration dans certains points de vente

C’est à l’occasion de la présentation des produits de fin d’année du spécialiste du surgelé que la rédaction de Gondola prend connaissance de l’information. Picard Belgique entend bien créer des espaces de restauration dans certains de ses points de vente. “Le prochain magasin Picard qui devrait ouvrir ses portes au sud de Bruxelles, dans le Brabant Wallon, disposera, on l’espère, d’un espace de restauration tel qu’il existe déjà en France, et ce sur le même modèle” nous indique Elsa Dupuy, Directrice de Picard Belgique et Luxembourg. Celle-ci entrevoit également la possibilité d’intégrer ce concept dans un ou deux magasin(s) bruxellois: “Mais cela demandera des adaptations, et donc du temps…” Quoi qu’il en soit, si ce concept ne devrait pas faire son entrée chez nous en 2017, il est fort à parier qu’il fera son apparition dès l’année prochaine.

Mais en quoi consiste exactement ce concept mêlant Retail et Horeca?
Qu’on se le dise: il s’agit là d’un concept adapté à un milieu urbain et certainement pas rural ou périphérique.  L’objectif est d’offrir aux clients un moment de détente au moment du petit-déjeuner ou du dîner. “Il s’agit en effet là d’un concept qui s’intègre bien au milieu urbain. Dans les points de ventes parisiens qui le proposent, on accueille tant des travailleurs venus prendre leur pause déjeuner, que des voisins qui viennent y siroter leur café chaque matin” nous explique Elsa Dupuy. Bien que l’un des magasins Picard abrite, à Paris, une terrasse pouvant accueillir 30 personnes, l’objectif n’est pas que le client s’attarde plus de temps qu’il n’en faut (métier du surgelé oblige…).

Concrètement, les nouveaux concepts « Le Snack Bar Picard » tels qu’observés en France se composent comme suit: à l’entrée des points de vente, le client retrouve un espace chaleureux aux teintes boisées où sont proposés – selon les magasins – près de 100 références à consommer sur place: des plats préparés individuels, des desserts, des salades de fruits, mais aussi des viennoiseries et boissons chaudes. Les plats proposés varient quotidiennement et une dizaine de fours à micro-ondes permettent de les réchauffer si besoin en est. Enfin, en choisissant un plat, le consommateur se voit proposer, pour 3 euros supplémentaires, un dessert et une boisson. Le menu le plus basique peut dès lors être dégusté pour 5 euros seulement.

« Pour exprimer à la fois la spécificité de ce nouveau service et l’ADN de Picard, nous avons travaillé autour du concept de la Cuisine des Gourmets : un lieu de maîtrise et d’efficacité, sobre, chaleureux, appétent, mais aussi simple et sans fard à l’image de la marque. Ce nouvel espace associe donc des codes de convivialité, de performance, de professionnalisme et d’urbanité : des faïences blanches rehaussées de box métalliques noires, permettant d’intégrer les PLV-ILV et une partie de l’offre, alternent avec des habillages en bois blond pour un parcours lisible et diversifié » nous explique Intangibles Assets Design, l’agence se cachant derrière cet espace centré sur le client et qui a notamment travaillé sur les concepts de The Belgian Chocolate House (l’un des finalistes au Prix Mercure), Relay et Sephora.

Un autre projet à l’étude? Le vin!
Au rayon des projets à l’étude chez nous, Picard semble aussi s’intéresser à développer une offre de vins. En France, depuis l’an dernier, l’enseigne propose une sélection limitée de vins moyen et haut de gamme. D’abord proposée dans une série de magasins parisiens, l’offre vient d’être étendue à tout le pays. En Belgique, si l’on sent l’intérêt de proposer une telle offre, rien n’est officiellement communiqué. Et s’il est vraisemblable que cela se concrétise, il faudra encore aux clients un peu de patience…

Source : gondola.be

(Auteur : Valentin Richardot)
En Belgique, la marque de restauration rapide a décidé de prendre en charge les habitants pour les amener directement déguster leur burger.

Burger King lance une ligne de bus qui conduit les gens à son restaurant

Burger King va toujours plus loin dans ses activations de street-marketing. Après les pulls de Noel, le dentifrice goût whopper ou encore le burger mystère, l’agence Buzzman imagine un concept complètement inédit : le WHOPPER BUS ! Ici la chaine de fast-food implantée en Belgique met en circulation un car qui transporte les habitants de Bruxelles directement vers leur bon vieux whopper.

Avec ce véhicule brandé Burger King, plus d’excuse pour ne pas se faire un petit plaisir en fin de semaine avec un bon burger des familles. La ligne de bus traverse alors la ville sur plusieurs arrêts et propose aux passants de monter gratuitement pour aller directement chez Burger King. Notez par ailleurs qu’il ne circule que entre 10H30 et 21H.

Nous étions plutôt habitué aux gros coups de Buzzman pour Burger King mais sur le territoire francais. S’attaquer à la Belgique est un nouveau projet de la part de l’agence de Mohammed-Chérif. Ce dernier déclare : « Nous travaillons déja sur toute la stratégie 2018 de la marque et je peux vous assurer que vous entendrez rapidement parler de Burger King Belgique ».

Source : jai-un-pote-dans-la.com

(Auteur : Carole Boelen)
L’AD Delhaize Criée ouvre ses portes le 14 septembre dans une halle située en plein coeur d’Anvers, à deux pas de la gare centrale, et là où jadis s’établissait un magasin Spar. Le retailer dispose aujourd’hui de plus de 30 magasins en région anversoise.

DELHAIZE OUVRE UN AD DANS UNE HALLE1

« L’ouverture du marché du frais Criée est le rêve de ma vie. Un magasin ne proposant que les meilleurs produits au coeur d’Anvers, proche des gens » déclare Achiel De Witte, l’indépendant derrière le nouveau AD Delhaize Criée. Celui-ci dispose d’une surface commerciale de 1400m2 où 16.000 références sont proposées et a permis la création de 18 emplois.Il se situe là où jadis se trouvais un magasin Spar.

Ce magasin de proximité a été pensé selon le plus récent concept de magasin AD, se caractérisant par de vastes allées, un éclairage atmosphérique, l’utilisation de couleurs chaudes et un confort d’achat qui se veut central dans l’offre.

En entrant dans le point de vente, le client se retrouve nez à nez avec un impressionnant espace dédié aux frais et légumes frais. Tout le long, il trouvera des espaces dédiés aux univers poissonnerie et boucherie, avec du poisson durable utra-frais et de la viande de qualité supérieure coupée par l’équipe de bouchers du magasin. Un stand sushi trône également au centre de la halle. Le rayon boulangerie donne pour sa part sur un atelier ouvert où pains frais et pâtisseries sont préparés tout au long de la journée. Quant au département vin, il dispose d’une gamme extrêmement variée. Le client y trouvera des meubles dédiés au foodpairing et un conseiller qualifié en matière de vin. Le magasin propose bien entendu également des produits éthniques, de l’alimentation spéciale (sans gluten, lactose, etc.), une large gamme de bières, etc.

DELHAIZE OUVRE UN AD DANS UNE HALLE1

Ancrage local
Delhaize a toujours été bien représenté dans la région d’Anvers. Aujourd’hui, le retailer y dispose déjà de 33 magasins: 10 supermarchés, 8 Shop&Go, 11 Proxy et 4 AD Delhaize. 16 de ces points de ventes sont situés au centre d’Anvers. Au total, Delhaize dispose ainsi d’une surface commerciale de 33.527m2 à Anvers.

Pour s’ancrer localement, l’AD Delhaize Criée compte notamment sur les 18 emplois locaux créés. « Nous pensons que c’est déjà une première étape vers l’intégration dans le quartier, mais l’intégration réelle proviendra principalement des contacts que nos employés motivés et enthousiastes auront quotidiennement avec les clients » indique Achiel De Witte.

Source : gondola.be

(Auteur : Carole Boelen)
Carrefour profite de la semaine de la mobilité pour encourager le covoiturage auprès de ses collaborateurs en mettant à leur disposition gratuitement une application qui va leur permettre de proposer des déplacements ou de rechercher un ‘lift’ pour atteindre leur destination à plusieurs.

Carrefour invite ses collaborateurs à covoiturer via l'app Kowo

Se rendre au travail en voiture est devenu un véritable chemin de croix pour la plupart des travailleurs. Chaque jour ils perdent un temps considérable dans des embouteillages plus longs, plus lents et plus nombreux que la veille. Ils sont ralentis par des chantiers et quotidiennement découvrent de nouvelles déviations. Or on le sait, près de 75% des conducteurs roulent seuls aux heures de pointes. Consciente que les transports en commun ne sont pas une solution pour tout le monde, Carrefour s’est rapprochée de la start-up Kowo qui a développé l’application mobile, éponyme. Cette app organise en temps réel une plateforme de covoiturage sur le modèle des ‘blablacar’ et autres Uber, etc., mais entre collaborateurs.

Comment ça marche ?
L’application de Kowo automatise les trajets partagés et permet aux utilisateurs de se déplacer ensemble (pour aller au travail, visiter un magasin, se rendre à une réunion à l’extérieur…) sans devoir gérer toutes les étapes de l’organisation. Il suffit de télécharger l’application et de s’enregistrer. Ensuite, les conducteurs introduisent leurs déplacements dans l’application tandis que les passagers introduisent leurs demandes de trajets à effectuer. L’application croise toutes les entrées et identifie celles qui sont compatibles. Elle met ainsi en relation chauffeurs et passagers potentiels. Les intéressés n’ont plus qu’à valider et à se déplacer ensemble. « En prime, l’app crée des liens entre les collaborateurs » souligne Carrefour.

Kowo ne s’occupe pas que de l’application, mais garantit également un suivi routier grâce à son ‘assurance destination’. En cas de pépin (empêchement du conducteur, accident ou panne) ou si le passager doit repartir d’urgence, Kowo garantit le transport à destination (par taxi ou transports en commun), le dépannage s’il y a lieu et l’assistance légale si nécessaire.

Le siège avant les magasins
Depuis le 12 septembre, le personnel travaillant au siège de Carrefour à Evere (quelque 700 personnes) est invité à covoiturer via l’application Kowo. Le service sera étendu ensuite au personnel de l’ensemble des magasins de Carrefour Belgique. En tout, ce sont donc quelque 11 500 collaborateurs qui auront la possibilité d’adopter le ‘kowovoiturage’.

Si 15 % du personnel de Carrefour utilisent Kowo 8 jours par mois, cela permet de sauver 21 273 arbres par an et, partant, de réduire l’empreinte écologique de Carrefour. En outre, cette nouvelle manière de concevoir la mobilité de l’entreprise se traduira aussi par une diminution du nombre de voitures occupant un emplacement de parking (de l’ordre de 407 voitures/jour). Parkings qui pourront être remis à la disposition des clients. Sans parler du temps gagner sur les déplacements avec l’amélioration des conditions de circulation que pourrait entraîner la généralisation du covoiturage.

« Kowo rencontre donc pleinement les objectifs que Carrefour Belgique s’est fixés en matière d’environnement à savoir : une réduction de 40% de ses émissions de CO2 d’ici à 2025 » précise encore le retailer.

Source : gondola.be

(Auteur : Yoni Van Looveren)
Le premier point de vente de la chaîne de magasins OKay fonctionnant sans carburants fossiles va ouvrir ses portes à Stavelot ce mercredi.  Le chauffage du magasin sera assuré par la chaleur résiduelle des installations de réfrigération.

Colruyt Group ouvre son premier magasin OKay sans carburants fossiles

Une réduction de 99% des émissions de CO2

En matière d’électricité, le magasin compte sur Eoly, le producteur d’énergie durable de Colruyt Group.  Ainsi, les émissions de CO2 du point de vente à Stavelot seront en baisse de pas moins de 99% par rapport à ceux d’un magasin utilisant une chaudière traditionnelle.

Le système sera également utilisé dans un nouveau magasin à Viroinval à la fin de l’année.  Les deux bâtiments sont très bien isolés, permettant à la chaleur résiduelle d’être suffisante pour chauffer les deux magasins durant toute l’année.  De plus, les installations de réfrigération fonctionnent au gaz propane, ce qui est bien plus respectueux pour l’environnement que les gaz de refroidissement chimiques.  S’il devait quand même y avoir un manque de chaleur résiduelle en hiver, on utilisera l’énergie renouvelable d’Eoly qui produit de l’électricité grâce à des panneaux solaires et des éoliennes.

Le système sera testé durant un an pour vérifier s’il fonctionne bien.  Si c’est le cas, il sera probablement utilisé dans d’autres magasins. Plus tôt cette année, Colruyt Group annonçait vouloir gérer uniquement des magasins à basse consommation d’ici 2029 : des bâtiments très bien isolés avec une très faible demande énergétique.  D’ici 2020, les émissions de CO2 devront déjà être en baisse de 20% par rapport à 2008.

Source : retaildetail.be