Activation Commerciale

(Auteur : Carole Boelen)
JBC inaugure aujourd’hui son Innovation Lab sur le Corda Campus, à Hasselt. La chaîne belge de prêt-à-porter y teste actuellement des détecteurs de mouvement, des messages personnalisés en point de vente, une imprimerie pop-up et un totem de feed-back. Dans le cadre d’une cocréation avec les clients, des start-ups, des entreprises et des centres de recherche, le groupe cherche des innovations susceptibles d’améliorer et de personnaliser encore plus l’expérience de shopping des clients.

JBC CRÉE LE MAGASIN DE DEMAIN AVEC L’AIDE DE SES CLIENTS

Les besoins du client en guise de point de départ, la technologie en guise d’outil
Le monde évolue à toute vitesse. Il en va de même pour le comportement d’achat du consommateur. Au sein de son Innovation Lab, JBC cherche des solutions réalistes et pertinentes destinées à rendre l’expérience d’achat la plus pertinente possible. L’entreprise se base, pour ce faire, sur les besoins de ses clients. « La technologie joue un rôle de facilitateur, mais elle ne peut en aucun cas servir de point de départ, ni constituer un obstacle », explique Dennis Gommé, Digital Innovation Expert chez JBC.

Toutes les innovations sont testées pendant deux à quatre mois au sein du JBC Innovation Lab. Elles sont évaluées et adaptées en permanence. Trois critères permettent de déterminer si une innovation sera déployée dans les magasins JBC en Belgique. Avant toute chose, la solution doit répondre à un besoin des clients et doit donc être suffisamment intéressante pour le client JBC de demain. La faisabilité et la rentabilité de chaque innovation sont également examinées.

« Le JBC Innovation Lab comprend des innovations qui ont déjà leur place dans les magasins JBC de Belgique et que nous souhaitons optimiser. On y trouve également des innovations en phase de test ou amenées à être lancées à l’avenir. Nous mettons la barre très haut. Les innovations doivent apporter une réelle valeur ajoutée à nos clients et les aider encore mieux pendant leur shopping. Certains prototypes que nous testons actuellement ne prendront donc peut-être jamais le chemin des magasins », ajoute Dennis Gommé.

Analyse en point de vente et personnalisation des vêtements
JBC teste actuellement des détecteurs de mouvement, des messages personnalisés en point de vente, une imprimerie pop-up et un totem de feed-back. Comment mieux adapter l’agencement du magasin au comportement d’achat des clients afin que ceux-ci trouvent facilement ce qu’ils cherchent ? Une question à laquelle l’entreprise tente de répondre grâce à la détection des mouvements. JBC met également en place, en collaboration avec Nurama et le département Research Retail Innovation de la PXL Hogeschool, un projet pilote axé sur l’adaptation des messages en point de vente en fonction du client.

Avec l’aide de la start-up gantoise Flâneur, spécialisée dans les vêtements personnalisés pour les jeunes, JBC élabore une solution de personnalisation des vêtements en magasin. L’Innovation Lab abrite, en ce moment, une imprimerie pop-up qui permet aux clients de personnaliser et de faire imprimer leur article sur place. Enfin, JBC teste des solutions destinées à collecter le feed-back des clients afin d’ajuster rapidement ses innovations, le cas échéant.

Amélioration des outils existants
Outre ces nouvelles solutions qui seront peut-être mises en œuvre dans les magasins JBC de Belgique, l’Innovation Lab peaufine également des solutions existantes, notamment la cabine numérique et le kiosque JBC. La cabine intelligente est un service offert en cabine d’essayage : un écran interactif donne des idées de tenues sur la base du profil du client et permet de se faire apporter l’article dans une autre taille ou une autre couleur. Les clients peuvent, par ailleurs, utiliser le kiosque JBC pour commander des vêtements en ligne et consulter le stock des points de vente (les plus proches).

“Imaginer ensemble le JBC de demain”
« Nous prônons une interaction entre les professionnels expérimentés et les jeunes entrepreneurs. Ensemble, nous sommes en mesure d’imaginer le JBC de demain et de garantir une expérience de shopping optimale aux clients », conclut Lode Van Laere, Chief Omnichannel Officer chez JBC. JBC invite les clients souhaitant l’aider à façonner le JBC de demain à se faire connaitre via l’adresse innovation@jbc.be.

Source : gondola.be

(Auteur : Yoni Van Looveren)
La chaîne suédoise de meubles Ikea ouvrira un hôtel à Anvers et un à Gand en 2019.  La chaîne hôtelière Moxy, créée en association avec Marriott, est déjà présente à New York, Paris, Tokyo, Chicago et Londres.

Ikea ouvre deux hôtels belges en 2019

Pas d’hôtel à bas prix
Le premier établissement Moxy devrait ouvrir ses portes sur le Kouter à Gand au printemps 2019.  Un ancien immeuble de bureaux y est entièrement transformé en hôtel comprenant 103 chambres.  Ensuite, ce sera au tour d’Anvers où Ikea a jeté son dévolu sur l’endroit où se situait l’ancienne discothèque Zillion.  Là aussi, les travaux sont en cours.

« Ce ne sera pas un hôtel à bas prix », précise François Cayman du Groupe-Cayman qui va exploiter les hôtels en Belgique, au journal Het Nieuwsblad.  « Mais nous voulons quand même appliquer des prix compétitifs : durant le week-end, il sera possible d’y loger pour 100 à 120 euros. »  On dit que Moxy sera un hôtel quatre étoiles appliquant les prix d’un hôtel trois étoiles : c’est pour cette raison qu’il n’y aura pas de service en chambre, par exemple.  Moxy va par contre fortement miser sur les espaces communs, comme le bar et la bibliothèque.
Gand et Anvers ne sont d’ailleurs pas les seules villes à accueillir un hôtel Moxy.  L’entreprise est également à la recherche de bons emplacements à Bruxelles, à Liège et à Gand.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
Les ambitions de Jumbo en Belgique sont plus concrets que l’on pensait jusqu’à présent : les agents immobiliers sont déjà à la recherche de magasins potentiels. Mais qui est-ce Jumbo et qu’espèrent-ils accomplir ?

Jumbo se lance en Belgique, 30 supermarchés d'ici 2019 en vue

« Il y a encore de la place en Flandre »
Jumbo souhaite ouvrir 30 magasins belges – fort probablement tous en Flandre – à bref délai, même si la société nie encore qu’il s’agit de plans concrets. « Dans notre plan à plusieurs années nous avons retenu la possibilité d’une expansion vers la Belgique. Mais, à ce stade, disons qu’il s’agit plutôt d’une idée que nous ne souhaitons pas exclure. Rien n’est encore définitivement arrêté, nous examinons d’abord les opportunités », affirme son CFO Ton Van Veen à Gondola.

Aujourd’hui, Jumbo est la seconde chaîne de supermarchés des Pays-Bas, donc l’expansion vers la Flandre aurait du sens. « La Flandre est un marché très intéressant pour les retailers néerlandais. C’est une région prospère avec plus de 6 millions d’habitants et il n’y a presque pas de barrière linguistique », selon Laurens Sloot, directeur général du EFMI Business School et professeur à l’université de Groningen. « De plus que les chaînes néerlandaises ont une grande avantage question d’achats. » Sloot estime que les prix d’achats soient 3 ou 4% plus bas qu’en Belgique.

Si Jumbo arriverait à ouvrir 20 à 30 magasins en Flandre, cette stratégie tiendrait peu de risque pour la chaîne de supermarchés, selon Laurens Sloot. « Albert Heijn a réussi à réaliser un chiffre d’affaires d’environ 400 millions d’euros en 5 ans, avec une bénéfice modeste. Pourquoi Jumbo n’y réussirait-il pas ? La plupart des chaînes de supermarchés en Belgique obtiennent des rendements sains, donc il y a probablement encore de la place pour une nouvelle partie. »

Le même jeu que Albert Heijn en Belgique ?
Il ne serait pas inimaginable que Jumbo joue au même jeu que Albert Heijn en Belgique : en ouvrant des magasins en Flandre, Jumbo pourrait d’abord montrer sa force à Colruyt et Carrefour et apprendrait à connaître le marché. Puis elle pourrait se mettre à table avec Colruyt ou Carrefour, prête à discuter une fusion ou un rachat.

Selon plusieurs experts, Colruyt serait un partenaire rêvé. La société de Halle pourrait alors accéder au groupement d’achat Superunie et enfin arriver à profiter des conditions d’achat aux Pays-Bas. « C’est un secret de Polichinelle que Colruyt a montré son intérêt envers la chaîne néerlandaise Nettorama d’antan », ajoute le professeur Sloot. Cependant, il estime que les magasins Carrefour soient beaucoup plus intéressants pour Jumbo. « Si un jour Carrefour veut revendre ses magasins flamands, je crois que cela les intéresserait beaucoup. »

Avec 580 magasins, un chiffre d’affaires de 6,7 milliards d’euros et un part de marché de 19% aux Pays-Bas, Jumbo y est la deuxième chaîne de supermarchés, après Albert Heijn. L’entreprise familiale a repris la chaîne de restaurants La Place l’année passée, suite à la faillite de V&D. Depuis, Jumbo ajoute des éléments de restauration à ses concepts de supermarché Jumbo Foodmarkt et Jumbo Foodmarkt City, offrant aux consommateurs la possibilité de consumer leurs repas sur place.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Carole Boelen)
C’est désormais officiel : Colruyt lance une nouvelle boîte repas sur le marché, avec tous les ingrédients pour préparer simplement et rapidement 3 repas qui plaisent aussi aux enfants. Contrairement à d’autres acteurs, Colruyt s’adresse ici à une cible spécifique, les ménages avec enfants, ne livre pas à domicile et ne travaille pas sur base d’abonnement.

COLRUYT LANCE SON OFFRE DE COLIS-REPAS

Après Carrefour et sa ‘Simply You Box’, Delhaize et Click & Cook et Albert Heijn et sa ‘Allerhande Box’ aux Pays-Bas, c’est aujourd’hui au tour de Colruyt de venir officiellement concurrencer des entreprises comme Hello Fresh et Smartmat en lançant sa propre offre de boîte-repas chez nous. Après une phase de test réussie, le retailer lance en effet la Box repas En Cuisine dans 13 points d’enlèvement Collect&Go, le 25 octobre prochain.

Deux formats, trois repas
La Box repas En Cuisine a été spécialement développée pour les familles avec enfants. Colruyt s’appuie sur l’expertise culinaire de son équipe En Cuisine. La Box repas comprend tous les ingrédients et les fiches-recettes pour préparer trois repas. « Toutes les recettes sont faciles à réaliser et prêtes en maximum 30 minutes. Nous les testons de A à Z en famille à la maison, pour être sûrs qu’elles plairont aux enfants. Poulet au curry, brochettes de poisson, pizza aux légumes… ne sont que quelques exemples », explique Hélène Thonnart, de l’équipe culinaire. Chaque lundi, les recettes de la semaine précédente sont remplacées par trois nouvelles recettes, que les clients peuvent consulter une semaine à l’avance sur collectandgo.be.

La Box repas est disponible en deux formats en fonction de la composition de la famille. La première Box comprend trois portions (2 adultes + 1 à 2 enfants) et la seconde quatre portions (2 adultes + 2 à 3 enfants). Colruyt prévoit toujours 200 grammes de légumes par repas et suffisamment de variation entre la viande, le poisson et le veggie. « Nous nous basons ici sur les directives de nos propres diététiciennes. Nous souhaitons vraiment proposer une solution à nos clients qui ont une vie familiale chargée mais veulent malgré tout préparer des repas délicieux et équilibrés », ajoute Hélène Thonnart.

« Meilleurs prix du marché »
La petite Box repas revient à 52 euros, et la grande à 59 euros. Les frais de service de Collect&Go (5,50 euros) ne sont pas compris, mais ils couvrent également les autres courses réservées par les clients. « Nous avons analysé en profondeur tous les concurrents, et le prix que nous demandons est le meilleur prix du moment. Si une Box repas moins chère et de qualité comparable venait à arriver sur le marché, nous adapterions notre prix. », explique Guy Elewaut, directeur marketing chez Colruyt.

Réservé aujourd’hui, prêt le lendemain
Les clients peuvent réserver leur Box repas via le site de Collect&Go (pas encore via l’app Collect&Go). « Nous sommes les seuls sur le marché à proposer une réservation jusqu’à minuit pour un enlèvement dès le lendemain. Et ceci chaque jour de la semaine, sauf le dimanche », précise Guy Elewaut. « Pas de formule d’abonnement chez nous : nos clients décident eux-mêmes quand ils ont besoin de réserver une Box repas. C’est nous qui nous adaptons à la routine du client, et pas l’inverse. »

13 points d’enlèvement Collect&Go
Colruyt a choisi en toute connaissance de cause d’utiliser son propre réseau de points d’enlèvement. « L’avantage de ce choix, c’est le ‘one-stop shopping’. Via Collect&Go, les clients réservent et retirent leur Box repas en même temps que leurs autres courses, comme l’eau, les fruits et le papier-toilette », explique Guy Elewaut. Le distributeur débute avec 13 points d’enlèvement, situés principalement en Flandre orientale et sa périphérie(Beveren, Brakel, Deinze, Dendermonde, Gent, Geraardsbergen, Groot-Bijgaarden, Hamme, Heist-op-den-Berg, Lede, Roeselare, Sint-Gillis-Waas, Wilrijk Drive). « Chez Colruyt, nous avons l’habitude d’introduire progressivement les nouveautés. L’objectif est d’étendre de façon continue le nombre de points d’enlèvement. »

Source : gondola.be

(Auteur :  Caroline Boelen)
Bol.com (Ahold Delhaize) lance ‘Bespaar Continu’, un service permettant de répéter automatiquement les achats réguliers comme le shampooing, le papier toilette ou encore les couches. Le consommateur est ainsi invité à ne même plus penser à ce genre d’achat rébarbatif.

BOL.COM AUTOMATISE LES ACHATS RÉGULIERS

Bol.com propose à ses clients de ne plus avoir à se soucier de l’achat rébarbatif de certains produits. Le consommateur pourra, avec Bespaar Continu, déterminer la fréquence et le lieu où il souhaite recevoir ses achats. Ce faisant, il recevra toujours une réduction. Un consommateur souhaitant donc recevoir une fois par mois un paquet de papier toilette, un sachet de nourriture pour chat ou un lot de couches pour son bébé, sans avoir à se rendre en magasin ou a passer commande à chaque fois, peut désormais faire appel à Bol.com. Une façon pour l’e-commerçant de répondre à une demande, de faciliter le processus d’achat et de fidéliser sa clientèle, sans même qu’elle n’y pense….

« Mener à un changement de comportement d’achat »
« Nous constatons que de plus en plus de nos clients reviennent chez nous pour des achats répétés. Avec ce nouveau concept – unique aux Pays-Bas et en Belgique – nous souhaitons aider davantage encore nos clients. Ceci, en combinaison avec un avantage sur le prix, constitue une attente importante dans l’achat de produits quotidiens. Avec l’introduction de Bespaar Continu, Bol.com offre un nouvel élan aux achats en ligne. Nous pensons que cela conduira à un changement dans le comportement d’achat des consommateurs. Des produits dont l’achat en ligne restait jusque-là limité, devraient faire leur entrée dans la liste des achats online… » déclare Huub Vermeulen, Directeur Général de Bol.com.

Des réductions allant jusqu’à -35%
Les produits de plus de 65 marques connues peuvent être commandées via le nouveau service. Comme souligné plus haut, les consommateurs qui feront appel à Bespaar Continu bénéficieront d’avantages sur les prix. Pour chaque commande, une remise fixe sera ainsi accordée. Celle-ci peut atteindre jusqu’à -35% selon le produit choisi. En commandant un minimum de cinq produit, le consommateur recevra une réduction supplémentaire de 10% par produit. Le service n’offrira pas seulement plus de commodité et d’avantages, mais aussi plus de durabilité dans la logistique. Les commandes seront regroupées et envoyées dans une seule boîte.

Application
Le service sera disponible sur l’application de l’e-commerçant. En effet, les achats répétés sont de plus en plus souvent passés via smartphone. Le service sera, en cas de succès, également déployé sur le site marchand de Bol.com.

Source : gondola.be

(Auteur : Benoit Merlaud)
En Belgique, trois magasins Lidl ont été équipés de casiers automatiques de retrait aux couleurs de l’enseigne. Les clients sont invités à y retirer les achats passés sur le site lidl-shop.be. L’assortiment proposé compte seulement des produits non alimentaires et du vin.

Lidl teste des casiers de retrait en Belgique

Le mobilier installé dans les points de vente d’Ekeren, Hamme et Evere (dans les régions de Bruxelles et d’Anvers) est composé de 58 casiers. Il est situé, selon les cas, sur le parking ou dans le sas d’entrée du magasin. Le choix du système de casiers Cubee, partenaire de bpost (l’équivalent de La Poste en Belgique), permet aussi de faire de ces équipements des points de retrait pour d’autres commandes que celles passées sur le site de Lidl.

Pour l’instant, Lidl facture les mêmes frais qu’une livraison à domicile (2,99 euros) mais offre en compensation une réduction de 20% sur le rayon fruits et légumes du magasin. Une façon évidemment de pousser le client à compléter sa visite par des achats sur place.

“Nous souhaitons tester pendant un an ce service supplémentaire, commente Julien Wathieu, porte-parole de Lidl Belgique. Nous commençons avec trois magasins pour ensuite ajouter éventuellement de nouveaux services et de nouvelles possibilités.”

Source : lineaires.com

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
La nouvelle formule de magasin Spar Good Food conjugue retail et horeca. Que cela signifie-t-il concrètement ? RetailDetail est allé le vérifier à Rekem près de Lanaken, dans la province du Limbourg.

Spar Good Food mise sur l’expérience

Excellente situation
L’histoire est toute récente : l’ouverture du Spar Good Food de Lore Vangeloven et Thomas Machiels ne remonte qu’au mois de juillet. C’est, après Ypres, le deuxième représentant du nouveau concept de la centrale Spar Lambrechts qui combine magasin et horeca ( acronyme désignant le secteur d’activités de l’Hôtellerie, de la Restauration et des Cafés). Le supermarché de proximité a pris un départ sur les chapeaux de roue. La semaine d’ouverture s’est exceptionnellement bien passée, les habitants de la région se sont montrés très curieux et le dépliant a bien rempli son rôle.

Ce n’est pourtant pas la concurrence qui manque avec, entre autres, Aldi, Colruyt et Proxy Delhaize dans les environs immédiats. Il faut dire que la situation est excellente : en bordure d’un axe fréquenté, le magasin bénéficie d’une bonne visibilité, d’un vaste parking et de la proximité de zones résidentielles et industrielles. Dès huit heures du matin, les passants viennent prendre leur petit-déjeuner ou chercher leur sandwich pour midi. Chaque vendredi, la poissonnerie qui prend place sur le parking génère du trafic supplémentaire vers le magasin.

Produits locaux
Les deux entrepreneurs se sont rencontrés au Carrefour Market de Diepenbeek, où ils ont fait leurs armes : lui à la boulangerie et elle en tant que chef du rayon frais. Pris par l’envie d’entreprendre, ils ont un bon contact avec la centrale Spar Lambrechts, qui donne aux commerçants la liberté d’apporter leur touche personnelle et de se différencier.

Lore et Thomas ne se le font pas dire deux fois. Le magasin d’environ 650 m² s’est installé dans un immeuble auparavant occupé par un marchand de fruits et légumes bien connu qui proposait un assortiment très distinctif, avec entre autres des produits locaux, des noix, du thé frais en vrac… « Nous avons conservé ces produits d’appel et les avons intégrés à l’assortiment Spar. Ce sont des spécialités pour lesquelles les gens reviennent. Elles sont aussi populaires auprès de nos nombreux clients néerlandais. » Le magasin propose par conséquent une expérience d’achat différente du supermarché type.

Médias sociaux
Les entrepreneurs comptent aussi bien se distinguer grâce au Good Food Bar aménagé près de l’entrée (une petite trentaine de places sur 100 m²). « Nous mettons des sandwichs spéciaux au menu, en optant par exemple pour le fromage local Oud Rekem au lieu du simple gouda. À l’avenir, nous proposerons aussi des repas composés à partir de produits vendus au magasin, mais chaque chose en son temps. »

C’est en effet un défi ambitieux que ces deux jeunes débutants ont entrepris de relever avec leur équipe de neuf collaborateurs. Mais ils savent visiblement ce qu’ils font. Se mettre à l’écoute du client, tel est le secret du succès selon Lore et Thomas. « Si quelqu’un nous demande un produit spécifique qui ne figure pas encore à l’assortiment, nous en prenons note et nous mettons immédiatement à sa recherche. » Les entrepreneurs veulent se doter d’une image jeune, moderne et saine. « Nous jouons pleinement la carte des médias sociaux avec Facebook et un groupe WhatsApp. Nous proposons aussi le wifi gratuit. Nous souhaitons bâtir une véritable communauté. »

Tapas en libre-service
Quels sont donc les principaux pôles d’attraction du magasin ? Près de l’entrée, la table de présentation garnie de noix, de granola et de jus joliment présentés sur des caissettes en bois attire immédiatement le regard. Le bar à tapas permet aux clients de se servir en olives, tomates séchées au soleil, artichauts marinés et autres délices. Les shoppers peuvent également se préparer du jus d’oranges fraîchement pressé. Un frigo présente wraps, salades, sushis, soupes et jus frais.

Le rayon fruits et légumes est relativement spacieux pour ce type de commerce de proximité, une particularité qui s’explique par l’histoire du magasin spécialisé qui occupait précédemment les lieux. L’offre ne cesse de s’élargir. À la demande des clients, noix de coco, figues fraîches, ail frais et citronnelle ont rapidement fait leur apparition en rayon.

Le rayon vins est un vrai petit bijou. Les entrepreneurs ont ici aussi repris une série de références introduites par leur prédécesseur car les clients y étaient attachés. Un assortiment limité est également présenté dans un refroidisseur à vin. Nous repérons aussi des produits locaux (du genièvre de De Korhaan) et des paniers cadeau.

Thé en vrac
Au rayon traiteur, Lore et Thomas ont opté pour un comptoir traditionnel afin de mieux répondre aux souhaits des clients, complété par une gamme fraîchement emballée pour les shoppers pressés. Le magasin propose des plateaux de fromages, des plats de tapas, des plateaux barbecue… et vend des produits artisanaux comme le pain de viande et les boulettes de Meester Jean. La boulangerie fait aussi la part belle aux produits artisanaux, comme les lards au chocolat d’Olivers.

La présentation originale d’huiles et de vinaigres spéciaux fait un peu penser à Oil & Vinegar. « Nous essayons au maximum d’encourager les ventes liées. Nous présentons par exemple des herbes et des grissinis près des huiles. » Le meuble proposant du thé en vrac en libre-service remporte lui aussi un succès inattendu. Ce n’est pas courant et certains clients viennent spécialement au magasin pour se réapprovisionner. Les variantes proposées répondent aux doux noms de Nuit orientale, Mélange des matelots, Kir Royal, Sweet Chili Thai ou Secret de Toutânkhamon. Si cela n’éveille pas votre curiosité…

Source : retaildetail.be

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
En tant que groupement de ‘vrais’ indépendants, Alvo entend faire la différence grâce à une alimentation fraîche et saine. Les membres investissent aujourd’hui activement dans la rénovation de leurs magasins.

Chez Alvo, chaque euro revient aux membres

Produits frais et sains
Les membres d’Alvo ont retrouvé du ‘cœur à l’ouvrage’, confirme le directeur général Jan Pelgrims. « De nombreux membres ont récemment rénové leur magasin ou mènent un projet de transformation. D’autres entrepreneurs rentrent au bercail après un passage par une autre enseigne. » Autant de signes qui montrent que l’opération de rajeunissement d’Alvo porte ses fruits.

Le plan stratégique du groupement se résume dans la signature ‘Un goût frais, délicieux et sain, tout près de chez vous’. Alvo a certainement accompli de grands pas dans le domaine de la santé. La gamme ‘naturellement différent’ s’est enrichie de 200 nouvelles références : sans gluten, sans lactose, cuisine végétarienne, suppléments alimentaires, alimentation sportive… « Nos membres ont bien accueilli cette nouvelle offre. Certains la complètent même de leur propre initiative. »

Concept de magasin moderne
Alvo a également durement travaillé à la modernisation de son ‘look & feel’. « Nous voulons renvoyer une image jeune et dynamique. Le nouveau concept de magasin, introduit pour la première fois chez Obelix à Dentergem, fonctionne bien. Les membres d’Alvo jouissent d’une grande autonomie dans l’aménagement de leur magasin, même s’il y a certaines règles à respecter. C’est pourquoi nous les encourageons à travailler avec des fournisseurs fixes comme Wanzl, Devafloor et Lixero afin de créer un concept de magasin commun et homogène. »

On note toutefois de grosses différences entre les membres. Culi’s à Zottegem mise sur le frais et l’offre traiteur, Van Eccelpoel à Herentals est un spécialiste du frais et négociant en vins, alors que d’autres membres optent pour un concept de supermarché plus traditionnel. Il n’y a pas vraiment de superficie minimale ou maximale, même s’il faut quand même compter sur 450 à 500 mètres carrés minimum.

Structure légère
« Notre formule garantit aux membres une marge brute supérieure. Cela donne aux entrepreneurs la marge de manœuvre nécessaire pour investir », explique Jan Pelgrims. « Je considère que j’ai fait une bonne année quand j’ai zéro euro de bénéfice et zéro euro de perte à la centrale. Et nous atteignons cet objectif. Chaque euro revient aux membres. C’est un principe sacré pour Alvo. La structure de la centrale est très légère : elle n’emploie que huit personnes. Une partie du travail est assurée par les membres, au sein des commissions. Il n’y a donc quasiment pas de frais généraux. »

La collaboration avec Retail Partners Colruyt Group a été prolongée et étendue aux catégories du frais, à des tarifs plus bas. « Nous achetons aujourd’hui à des prix nets nets. Nous sommes très satisfaits de cette collaboration, mais nous restons malgré tout une enseigne concurrente. C’est la raison pour laquelle nous avons opté pour un bureau propre à Temse au lieu de nous installer dans les bureaux de Retail Partners à Malines. » Alvo est en train de développer une nouvelle plate-forme d’articles qui facilitera le processus de commande par les membres. Le groupement fait aussi ses premiers pas dans l’e-commerce.

Niveau de service élevé
Jan Pelgrims voit-il encore des possibilités d’expansion pour Alvo, sur un marché il faut bien le dire assez saturé ? « Il reste peu de ‘trous’ sur la carte, c’est vrai, et il est aussi devenu très difficile de convaincre des entrepreneurs de changer d’enseigne. Mais nous prospectons. Nous voyons par exemple un potentiel intéressant pour Alvo en Wallonie, et aussi à la Côte. Nous nous efforçons aussi de garder les magasins existants au sein du groupe. Lorsqu’un entrepreneur exprime le souhait de céder son magasin, nous cherchons activement un repreneur. C’est ce qui s’est récemment passé pour Torina à Brasschaat. »

Les principaux défis selon Jan Pelgrims ? « Augmenter le chiffre d’affaires par mètre carré et poursuivre l’opération de rajeunissement. Nous sensibilisons nos membres afin qu’ils mettent le plan stratégique en œuvre. Nous tenons à nous démarquer grâce à une alimentation saine. » Mais la première priorité d’Alvo, c’est d’être la meilleure chaîne pour les entrepreneurs indépendants, souligne-t-il. « L’ancienne image d’Alvo ne correspond plus à la réalité. Nous avons travaillé dur au développement d’une plate-forme performante qui simplifie la vie de nos membres et nous offrons aujourd’hui le même niveau de service que les autres enseignes. »

Source : retaildetail.be

(Auteur : Carole Boelen)
« Santé », ce mot est aujourd’hui de tous les débats. Le consommateur recherche sans cesse des produits plus sain pour lui et pour sa famille. Parmi ses cibles préférées, le sucre est l’un des ennemis à abattre, et les marques et retailers l’ont bien compris. Pour mieux informer sa clientèle et répondre à ses inquiétudes, Delhaize dévoile aujourd’hui son nouvel outil: un guide du sucre.

DELHAIZE LANCE UN GUIDE DU SUCRE AU RAYON PETIT-DÉJEUNER

En l’espace de 50 ans, la consommation de sucre des Belges a, selon Euromonitor, presque triplé. En plus des sucres apparents, comme le sucre dans le café, nous mangeons aussi de nombreux sucres invisibles. Ceux-ci ont souvent été transformés, notamment dans les céréales pour petit-déjeuner, les sauces ou les plats préparés. Selon une étude de l’Institut scientifique de la santé publique (2014 – 2015), 45% des Belges sont en surpoids. Toutefois, tout n’est pas perdu: le consommateur belge, comme ailleurs, fait de plus en plus attention à son alimentation et 29% des personnes en surpoids souhaitent mincir. « Limiter les sucres et les graisses saturées est la priorité principale du consommateur » précise alors Delhaize.

Pour aider le consommateur, Delhaize entend communiquer de manière transparente sur la quantité de ces sucres invisibles présents dans ses céréales pour petit-déjeuner. À cet effet, Delhaize utilise depuis peu un guide du sucre composé de quatre couleurs, pour aider ses clients d’une nouvelle façon dans son rayon céréales pour petit-déjeuner. Le guide du sucre a la forme d’un sucrier et présente différentes mesures (niveaux / graduation de remplissage… de faible à haut). L’objectif de ce guide est d’indiquer de façon claire et précise à quelle catégorie appartiennent les céréales petit-déjeuner de Delhaize, puisque plus de la moitié de l’assortiment de marque propre des céréales petit-déjeuner de Delhaize se trouve dans les deux catégories inférieures de l’échelle, à savoir ‘moyennement faible en sucres’ et ‘faible en sucres’. Il n’y a qu’un seul produit dans la catégorie « haut en sucres ».

Au total, ce sont 32 céréales petit-déjeuner à marque propre qui présenteront (sur l’étagère) un petit tableau informatif de différentes couleurs, au rayon céréales petit-déjeuner des supermarchés Delhaize.

« Delhaize ne se contente pas d’introduire le guide du sucre et va plus loin en réduisant la teneur en sucre de ses produits. Concrètement cela signifie que, en ce qui concerne les céréales, Delhaize met chaque année près de 50 tonnes de sucre en moins sur le marché » précise le retailer.

Source : gondola.be

(Auteur : Carole Boelen)
Après avoir ajouté de nouvelles fonctionnalités à l’app MyColruyt et lancé SmartWithFood, une app permettant aux consommateurs d’accéder rapidement à toute l’information nécessaire sur un produit donné, Colruyt Group franchit une nouvelle étape vers plus de transparence, en lançant le site web Rechercheproduit.be.

Colruyt lance la Rechercheproduit, un site aidant les clients à poser des choix alimentaires réfléchis

Colruyt Group n’a de cesse d’investir dans les nouvelles technologies. Ainsi, il y a peu, le retailer lançait de nouvelles fonctionnalités pour l’app MyColruyt, permettant aux consommateurs de transmettre directement leurs listes à Collect & Go. En début d’année, il lançait aussi l’app SmartWithFood, une app visant à aider les consommateurs à poser des choix alimentaires plus réfléchis et à trouver rapidement les produits convenant à son régime alimentaire. Aujourd’hui, dans le même sens, Colruyt lance le site web « Rechercheproduit ». Cette plateforme numérique propose les informations les plus diverses sur des produits alimentaires de ses marques propres comme Boni Selection et Everyday.

En surfant sur rechercheproduit.be, le consommateur de Colruyt, OKay, Bio-Planet, Spar Colruyt Group et Collect & Go peut désormais facilement accéder à toutes les informations qu’il souhaite obtenir sur les produits qu’il achète. Ainsi, à l’aide d’un filtre, il y trouvera tous les produits de marque propre correspondant à ses habitudes et régimes alimentaires. De quoi faciliter la vie des personnes qui souffrent d’une allergie ou d’une intolérance, par exemple. Le filtre sert aussi à chercher des informations fiables sur des ingrédients, des valeurs nutritives ou le caractère durable des produits. « Ce nouveau site web est une nouvelle étape pour le groupe qui entend ainsi informer les clients de façon transparente et les aider dans leurs choix alimentaires réfléchis » précise le retailer.

Inspiré par les clients
Pour le développement de cette plateforme numérique, Colruyt Group s’est basé sur les attentes, motivations et besoins très divers des consommateurs actuels. Frans Colruyt, COO de Colruyt Group : « Nous traversons une période complexe caractérisée par une surabondance d’informations, ce qui engendre souvent incertitude et confusion. Parallèlement, de plus en plus de gens veulent ou doivent se nourrir de manière réfléchie et responsable, par nécessité, pour leur propre bien-être ou celui de la planète. Avec cette plateforme, nous voulons offrir au consommateur un accès plus facile à des informations produit transparentes et fiables. »

« Rechercheproduit » propose les informations les plus diverses sur les produits alimentaires des marques maison en vente dans les enseignes alimentaires de Colruyt Group (Everyday, Boni Selection, café Graindor, apéritifs et boissons fortes). « Nous jouons délibérément la carte des produits de marques maison, les informations produit étant garanties en interne par notre propre service Qualité et nos diététiciens. Avec nos marques maison, nous fournissons plus d’informations que ne l’exige la loi actuellement », ajoute Frans Colruyt. En effectuant une recherche sur des ingrédients, une dénomination, des mots-clés ou un code-barres notamment, le consommateur trouve les produits de marques maison qui répondent à ses besoins alimentaires personnels.

Un guide en cas d’allergie ou d’intolérance alimentaire
Avec la nouvelle plateforme Rechercheproduit, Colruyt Group s’adresse tout d’abord aux consommateurs ayant besoin d’informations fiables en raison de leur profil alimentaire. Le site web offre un support spécifique aux personnes souffrant d’allergie ou d’intolérance alimentaire : il leur permet par exemple de filtrer leurs recherches sur la base des 14 allergènes fixés par la loi. Par la suite, la plateforme – mise à jour en permanence – se focalisera aussi sur les végétariens ou les végétaliens par exemple.

Frans Colruyt : « Ce site web est unique en son genre. Maintenant, les consommateurs peuvent facilement chercher des produits spécifiques dans l’assortiment, comme des biscuits sans gluten ou des plats préparés sans œufs. Il devient très facile de faire exactement les choix qui conviennent pour un régime alimentaire individuel. En offrant un tel niveau de service au consommateur, nous entendons continuer à remplir notre rôle sociétal en tant que distributeur.»

Informations produit transparentes et détaillées
En plus des informations générales sur la santé, les allergènes et les intolérances, le site Rechercheproduit contient des informations sur l’origine et le caractère durable des produits de marques propres du groupe.

Tests de goût
Par ailleurs, les consommateurs peuvent s’inscrire à des tests de goût comparatifs et ont aussi l’occasion de commenter la composition de nouveaux produits ou l’adaptation de produits existants.

Prolongement de l’app SmartWithFood
Ce n’est pas la première fois que le groupe propose des outils pour aider le consommateur dans ses choix alimentaires. L’app SmartWithFood compile tous les produits disponibles dans les enseignes de Colruyt Group. Cette application permet aux clients de scanner les produits dans les rayons pour en découvrir leur composition et découvrir les alternatives possibles. L’application MyColruyt permet elle aussi de faire le tri:il y est possible de spécifier une préférence comme « sans gluten ». Un « pouce levé » désignera alors les recettes et produits sans gluten.

Source : gondola.be