Activation Commerciale

(Auteur : B. Merlaud)
Comme Linéaires l’annonçait le 22 novembre dernier, Auchan vient bien de signer le rachat de 91 hypermarchés Real appartenant au groupe Metro, ainsi que 13 galeries commerciales.

Auchan rachète Real

Auchan a confirmé aujourd’hui la transaction, dans un communiqué qui précise aussi le prix de cession : 1,1 milliard d’euros. Soit, au passage, la plus grosse opération de croissance externe du groupe depuis le rachat de Docks de France…

L’Allemand Metro vend au Français ses hypermarchés implantés en Pologne, Roumanie, Russie et Ukraine. Les galeries cédées concernent des centres commerciaux russes et roumains.

L’opération sera finalisée en 2013, sous réserve de l’approbation des différentes autorités de la concurrence nationales concernées.

Dans ces quatre pays, Real a réalisé un chiffre d’affaires HT de plus de 2,6 milliards d’euros en 2011.

“Auchan saisit l’opportunité d’équilibrer sa présence en Europe centrale et de l’Est, par rapport à ses deux autres zones de développement prioritaire que sont l’Europe occidentale et l’Asie”, commente Vianney Mulliez, président du conseil d’administration du groupe Auchan.

Le Français comptait déjà, avant cette acquisition, 98 hypermarchés dans les quatre pays concernés. Les magasins Real devraient tous passer sous la bannière Auchan. Les hypers Real allemands (316 unités) restent la propriété de Metro, qui se dit “convaincu de leur potentiel” dans le communiqué publié ce même jour outre-Rhin. Les 12 Real turcs ne font pas non plus partie de la transaction, Auchan désirant se renforcer en Europe de l’Est et non s’attaquer à un pays où il n’est pas déjà présent.

Source : lineaires

(Auteur : ideeslocales)
Savoir précisément d’où viennent les produits et qui les a mis sur le marché, c’est désormais possible, depuis que 200 agriculteurs locaux ont donné naissance au Petit Producteur, premier réseau de distribution à mettre en avant l’origine locale des produits.

Au supermarché, les étalages indiquent la région d’origine, conformément aux législations de traçabilité, mais presque jamais la provenance exacte du produit. Or, aujourd’hui, on observe un regain d’intérêt pour le locavorisme – à cause de préoccupations écologiques d’une part, d’une volonté de transparence se défiant des grands groupes agro-alimentaires d’autre part.

C’est pour pallier ce problème et reconstruire une véritable proximité entre l’agriculteur et le consommateur qu’est né le label Le Petit Producteur. Qualité, équité et transparence sont les mots clefs de l’initiative.

Transparence : Le Petit Producteur mise sur la transparence en mettant une photo et les coordonnées du producteur sur chaque emballage. Sur le site, on peut retrouver un portrait en vidéo de chacun des producteurs participant à l’initiative : par exemple, pour la vidéo de présentation de Benoît Lopes qui explique ses méthodes de production et sa garantie fraîcheur, cliquez ici (pour son site, cliquez ici). Du fait de cette présentation systématique, le travail du producteur est enfin reconnu et valorisé, à la plus grande satisfaction des consommateurs qui peuvent enfin mettre un visage sur ceux qui produisent le contenu de leur assiette.

Qualité : La lutte contre la malbouffe et la sensibilité à tout ce qui touche au contenu de leur assiette sont au cœur des préoccupations des Français. Or, comme l’explique monsieur Chabanne, PDG du Petit Producteur : «  Pendant 40 ans, les distributeurs n’ont eu qu’un seul mot à la bouche : le prix. Résultat, à force de proposer des produits pas chers, les clients n’avaient plus confiance en leur qualité. »

Grâce au Petit Producteur, le consommateur peut retrouver cette confiance : «  Je suis prêt à répondre de la qualité des produits que vous allez manger », tel est le message que l’on peut lire sur les emballages. Des repères colorés permettent au consommateur de distinguer les différentes labellisations : le vert indique les produits issus de l’agriculture biologique, le blanc correspond à des producteurs locaux situés à moins de 100 kilomètres du lieu de vente.

Equité : Les produits Petit Producteur sont vendus en moyenne 10% plus chers que des produits ordinaires, mais ce surplus est intégralement reversé aux agriculteurs locaux. « Les marges des intermédiaires faisaient que le consommateur payait très cher alors que le producteur recevait très peu, voire vendait à perte ; nous essayons d’améliorer les choses », explique monsieur Chabanne.

L’initiative a tout de suite très bien marché. Tous les grands distributeurs ont en effet été séduits par le Petit Producteur : 2000  magasins des enseignes Monoprix, Leclerc, Auchan, Cora proposent ses produits. Des enseignes haut de gamme se sont également déclarées intéressées, comme le Bon Marché ou Fauchon, qui vendent des paniers contenant un assortiment de produits Petit Producteur – les mêmes que ceux envoyés dans les cuisines du Sénat et de l’Elysée…

Certaines GMS ont même créé des rayons spéciaux consacrés au Petit Producteur : les Rayons Responsables. D’après le dirigeant de l’un des premiers magasins s’être lancé, un Super-U de Marseille, le chiffre d’affaires a augmenté de 10% en un mois… et les clients ne tarissent pas d’éloges sur le goût des produits.

Source : ideeslocales

(Auteur : Daniel BICARD)
En France, Immochan n’a pas moins de 25 projets en pipeline d’ici 2015. Parmi lesquels :

 

> Les Saisons de Meaux (Seine-et-Marne)

Ce pôle de vie et de commerces sera composé de plus de 100 enseignes sur 70 000 m2 de surface commerciale. Il ouvrira ses portes au second semestre 2014 et rassemblera des enseignes innovantes et encore inédites dans la région. Immochan crée à l’entrée ouest de la ville un pôle de vie et de commerces sur 70 000 m2 . Ce programme innovant qui s’inscrit dans un pôle tertiaire et commercial de 278 000 m2, développera notamment 30 000 m2 de galerie marchande sur 2 niveaux. Objectifs : répondre à l’évasion commerciale vers Marne La Vallée et Claye Souilly, renforcer l’attractivité et le tissu économique de Meaux par l’apport de commerces complémentaires à ceux déjà présents. Soucieux de dynamiser le commerce du territoire sans le déséquilibrer, Immochan s’est engagé à soutenir les commerces du centre-ville et à intégrer harmonieusement “Les Saisons de Meaux” dans son environnement. Inscrit dans une logique de développement durable, le projet prévoit la valorisation des transports alternatifs, une gestion optimale de l’eau, des énergies, des déchets et la création de 1 000 emplois directs. Le projet vise la certification Breeam Very Good.
Ouverture prévue : Fin 2014

> L’Ilo à Epinay-sur-Seine.

Ce centre commercial au coeur de la ville participera à l’animation et à la requalification du centre-ville. Il mêlera espaces publics, piétons, et galerie en parfaite continuité. Le projet développé par Immochan prévoit la création d’un nouveau centre commercial qui ouvrira ses portes en 2013. Lancés en 2009, les travaux de démolition du centre commercial Epicentre permettront de reconstruire sur le même site un nouvel espace commercial, plus moderne et parfaitement intégré au projet de renouvellement urbain initié par la ville d’Epinay. Conçu comme un mail commercial ouvert sur la ville, le programme sera composé d’un hypermarché Auchan d’une surface de vente de 10 000 m2 et d’une galerie marchande de 49 boutiques réparties sur deux niveaux, de 10 000 m2 également. Représentant un investissement de 70 millions d’euros, le projet est segmenté en trois îlots, créant ainsi de nouvelles rues commerçantes intérieures. Le végétal trouve toute sa place dans ce projet, avec une toiture (canopée) et certaines façades végétalisées, des rues arborées en continuité avec les espaces verts environnants. Cette démolition-reconstruction constitue un enjeu majeur pour Immochan, qui entend ainsi participer activement à la redynamisation du centre-ville d’Epinay-sur-Seine.
Ouverture prévue : Fin 2013

Continue Reading…

(Auteur : Nouvel Observateur)
Auchan lance ce mardi une phase d’expérimentation d’un ” nouveau système de paiement sécurisé biométrique “, a annoncé le groupe de grande distribution lors d’une conférence de presse sur son site de Villeneuve d’Ascq (Nord).

La phase de test durera six mois à partir de ce mois d’octobre jusqu’en mars 2013 dans les magasins de Villeneuve d’Ascq et d’Angoulême (Charente) auprès de 200 petits et grands commerçants partenaires.

Le nouveau mode de paiement utilise la technologie Natural Security et consiste à pouvoir régler ses achats à l’aide de deux méthodes d’authentification : l’empreinte digitale ou le réseau veineux du doigt du payeur.

“La cliente a sa carte bancaire dans sa poche, fait ses courses et au moment de l’achat, pose son doigt sur le lecteur biométrique et règle ses achats sans sortir sa carte, c’est indolore, très simple, rapide et sécurisé “, explique devant les caisses sous les regards interrogateurs des clients, André Delaforge, responsable marketing.

Si l’identité du client est validée, le lecteur biométrique passe au vert et le paiement est effectué. La volonté du groupe est de simplifier et d’accélérer le paiement lors du passage en caisse.

Concernant la protection des données et le respect de la vie privée, le groupe assure qu’il n’y a pas de base centralisant les données biométriques. “L’enregistrement de la carte se fait localement et il n’y a pas de constitution d’une base de l’ensemble des personnes qui participent à ce système”, a assuré Cédric Hozanne, président de Natural Security, en précisant avoir reçu le feu vert de la CNIL

Source : nouvelobs

(Auteur : Florence Guernalec)
L’agence digitale spécialisée dans le commerce connecté a ajouté une fonction m-couponing à l’appli My Auchan. Les clients situés à proximité du magasin Auchan reçoivent une alerte sur leur mobile leur signalant une promotion.

C’est une fonctionnalité de plus sur l’appli mobile MyAuchan réalisée par Phoceis. Dans le magasin de Faches-Thumesnil (Nord), le distributeur propose, chaque jour, des promotions aux clients qui ont téléchargé l’application. Auchan fait partie des tout-premier distributeurs à utiliser le geofencing, c’est-à-dire l’envoi d’alertes quand le client se trouve dans une zone géographique précise : par exemple, en magasin, sur le parking du centre commercial de Faches ou dans un rayon de plusieurs kilomètres… Phoceis présentera cette nouvelle fonctionnalité lors du salon VAD e-commerce de Lille.

Les « Deals » sont des offres premium qui ne sont pas disponibles sur des tracts ou sur le web. Auchan a mis les moyens pour convertir ses clients au m-couponing : des réductions de 40% sur tout l’Espace Santé Beauté par exemple, et des agents à l’entrée du magasin pour les inciter à télécharger l’appli MyAuchan. A terme, cette nouvelle fonctionnalité pourrait permettre à chaque magasin de piloter sa politique commerciale et notamment de pouvoir pousser une offre pour déstocker des produits. « C’est surtout plus de réactivité pour le magasin qui pourra éditer rapidement une promotion alors qu’un tract demande plusieurs semaines à réaliser », souligne Julien Saumande, président de Phoceis. Concrètement, le consommateur intéressé par l’offre, télécharge le bon de réduction sur son mobile : un code barre qui sera brûlé en caisse.

Continue Reading…

Peu friand des apparitions médiatiques, Vianney Mulliez est intervenu au forum Osons la France. L’occasion, aussi, pour le discret président d’Auchan de partager avec le JDN sa vision du capitalisme familial.

Auchan est une entreprise à l’actionnariat familial. Quel est le principal avantage d’un tel modèle ?

Il y a deux principaux atouts : la durée et le progrès continu. Au sein d’une structure familiale, les gens se sentent responsables du devenir de l’entreprise. Or, ce n’est pas forcément le cas lorsque les actionnaires de la société sont de passage.

Comment cela se traduit-il chez Auchan ?

Chez Auchan, cela se concrétise d’abord par une forme de pérennité. L’entreprise a d’ailleurs fêté ses 50 ans l’an dernier. Cela se traduit également par un soutien constant de la part des actionnaires, dans les bons comme dans les mauvais moments. C’est très important, puisque les entreprises familiales sont, elles aussi, susceptibles d’être confrontées à des difficultés un jour ou l’autre. Enfin, cela se traduit par une plus grande capacité de réinvestissement des cash flows générés par l’entreprise. Le taux de distribution des résultats est en effet plus faible dans une entreprise familiale qu’il ne l’est dans une entreprise non familiale.

Mais le capitalisme familial ne constitue-t-il pas aussi un frein à l’innovation ?

Récemment, une étude réalisée par des auteurs du Boston Consulting Group a démontré que les entreprises familiales faisaient preuve d’une capacité de résistance supérieure aux autres dans la durée. Pour ce qui est de la capacité d’innovation, de développement et de la conquête de nouveaux marchés, l’entreprise familiale est donc un modèle qui répond plutôt bien. En revanche, ces travaux ont révélé que les entreprises familiales montraient une capacité de rupture plus faible. Mais ça, ce n’est pas moi qui le dis.

Source : JDN

Dès cette semaine, cinq hypermarchés à l’enseigne Max vont passer sous celle d’Auchan. Le distributeur français a passé un accord de franchise avec un groupe indien et prend ainsi de vitesse les autres grands distributeurs internationaux au moment où l’Inde ouvre son marché.

 

A la fin de cette semaine, nos quatre magasins de Bangalore et celui de la ville voisine de Mangalore vont passer sous l’enseigne Auchan », annonce aux « Echos » Viney Singh, directeur général de Max Hypermarkets, le distributeur indien avec qui le groupe français a signé en août un accord de franchise. Max compte transformer en Auchan ses huit autres magasins d’ici à la fin novembre. Dans la grande tradition indienne, le changement d’enseigne des magasins du Karnataka (Bangalore et Mangalore) intervient juste avant la fête de Dussehra, très importante dans cet Etat du Sud. Celui des autres grandes surfaces aura lieu un peu avant Diwali, la grande fête hindoue. Des périodes considérées à la fois comme bénéfiques et propices au commerce.

Continue Reading…

Pour développer son enseigne d’hypermarché Auchan en Inde, le distributeur vient de conclure un accord de franchise avec la société Max Hypermarket India, qui détient 13 magasins. Et prévoit d’en ouvrir 12 à 15 de plus dans les douze prochains mois.

Groupe Auchan a annoncé la signature d’un accord de franchise avec la société Max Hypermarket India Private Limited pour le développement d’une activité hypermarchés en Inde.
Les 13 hypermarchés de Max Hypermarket India, situés dans les grandes villes du sud, de l’ouest et du nord de l’Inde, passeront progressivement sous l’enseigneAuchan d’ici fin 2012, et seront exploités dans le cadre de l’accord de franchise.
Max Hypermarkets et Auchan également ont l’intention d’ouvrir “12 à 15 nouveaux magasins dans les douze prochains mois dans plusieurs régions d’Inde”. 
“Nous considérons ce nouveau partenariat comme une excellente opportunité pour Auchan de valoriser sa marque sur un marché à très haut potentiel, caractérisé par un dynamisme et une croissance économique vigoureux”, a indiqué dans un communiqué Philippe Baroukh, Directeur Général Hypermarchés de Groupe Auchan.
Déjà présent dans douze pays, Auchan a réalisé un chiffre d’affaires de 44,4 Mds€ HT en 2011, dont 55 % en dehors de la France. Sa branche hypermarchés comporte 616 magasins intégrés et 23 en mandats de gestion, associés et franchisé, et sa branche supermarchés, 759 unités en propre et 1 653 en franchise ou associés (408Simply Market en France, dont 56 en franchise).

Source : franchise-magazine

Immochan ouvre enfin son site AuShopping, pionnier d’un nouveau genre, puisqu’il concilie à la fois un centre commercial 3 D, un univers communautaire et un comparateur de prix. Quelque 2 000 clients se sont déjà « baladés » dans la galerie virtuelle qui ouvre avec 12 boutiques. Mais qui vise à terme 600 hébergements d’enseignes.

Aushopping, le centre commercial communautaire d’Immochan a accueilli aujourd’hui, lundi 18 juin, ses premiers clients. « Plus de 2 000 à mi-journée » a précisé Hervé Vanden Abeele, directeur général d’AuShopping à LSA.

Continue Reading…