Activation Commerciale

(Auteur : FLORENT MAILLET)
Dans cinq hypermarchés nordistes, l’enseigne propose à ses clients deux types de services « web to store » innovants. D’abord, réserver gratuitement en ligne des produits d’électroniques ou de petit électroménager à prix promotionnels, puis de le retirer en magasin une heure après. 

 

 

Une manière de sécuriser les « bons plans » pour les clients. Les mêmes magasins dégainent un nouveau service pour les jouets, à l’approche de Noël : ils permettent à leurs clients de réserver un jouet en ligne.

Lire la suite : ici

Source : lsa-conso.fr

(auteur : Clotilde Briard)
Le spécialiste du meuble et de la décoration de la galaxie Auchan cherche à innover en marketing. Et affirme son identité. 

Chez Alinéa, la couverture du catalogue de cette saison a été choisie par ses fans. Entre les trois propositions faites par le distributeur de meubles et de décoration, ils ont opté pour la plus proche du quotidien, préférant un intérieur comme chez soi à une composition plus « arty » de sièges. En demandant son avis au consommateur, l’enseigne de la galaxie Auchan veut renforcer la dimension de proximité. Elle cherche en outre à affirmer sa personnalité et à apparaître vraiment comme une marque.

Réinventer les promotions

Le positionnement d’Alinéa, qui a enregistré un chiffre de 500 millions d’euros l’an dernier et dont les ventes restent en progression malgré un marché en baisse, repose sur l’accessibilité des prix. L’enseigne cultive ce créneau dans son système de promotion, où elle se montre innovante. Pour son opération Alinéamania, elle puise l’inspiration dans d’autres secteurs. Elle a démarré fin septembre par des produits remboursés à 100 % en trois bons d’achat. Elle termine, à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 3 novembre, par une nouvelle mécanique plutôt en usage dans la mode, avec des réductions pouvant aller jusqu’à 20 % sur le troisième article acheté. En 2014, elle compte encore accentuer la dynamique commerciale et lancer des opérations presque chaque semaine.

Etoffer l’offre

L’enseigne, qui revendique plus de références qu’Ikea, va désormais sortir deux catalogues par an à partir du printemps prochain, pour montrer sa capacité à renouveler les collections. Elle mise aussi sur le mélange des styles. Et elle veut apparaître à différents niveaux tarifaires. L’an dernier, elle a renforcé la présence de ses offres premiers prix dans les différentes familles de produits. Aujourd’hui, Alinéa s’autorise à monter en gamme sur certaines propositions. « Nous allons aussi avoir de plus en plus de créations qui nous sont propres », annonce Sophie Malka, directrice du marketing et de la communication. Et au total, près de 30 % des produits sont approvisionnés par des PME nationales et régionales. Les licences entrent en ligne de compte dans cette stratégie de différenciation. Pour la fin de l’année, le distributeur a noué un partenariat avec Disney. L’une des collections joue sur le côté vintage et intemporel de Mickey, avec la silhouette de la fameuse souris reprise en noir et blanc sur des assiettes, tasses et coussins.

Revisiter le magasin

L’agencement des points de vente fait partie des axes que l’enseigne veut revoir. Ce nouveau parti pris se concrétisera en 2014 à Troyes, où l’enseigne, qui compte actuellement 25 points de vente, réalisera sa prochaine ouverture. « Nous voulons proposer une plus grande liberté de parcours en décloisonnant les espaces. Les clients qui ont un objectif précis pourront ainsi aller directement dans la zone qui les intéresse. Il existe de vraies attentes de gain de temps, de praticité, qui sont accrues par Internet », indique Sophie Malka.

A Troyes, meubles et objets de décoration coexisteront au même endroit, pour favoriser les achats d’impulsion. On trouvera ainsi les coussins et cadres dans la partie salon, l’art de la table dans les parties cuisine et salle à manger. Et un espace saisonnier accueillera le visiteur. A l’heure où les meubles d’occasion ont du succès et dans un pays qui renouvelle moins son intérieur qu’en Allemagne, il faut donner envie de se rééquiper.

Se faire mieux connaître

L’un des enjeux phares de la marque, qui n’est pas présente partout en France, reste de se faire connaître d’un public plus large. En juin, elle a proposé aux Parisiens de venir découvrir Alinéa sur un marché éphémère créé au coeur de la ville. L’événement reposait sur des animations. C’est un axe que le distributeur spécialisé développe aussi en magasin. Dans certains, il fait du « coaching déco » pour les clients fidèles. Il organise également des ateliers culinaires et des soirées VIP. En attendant de voir comment Alinéa fêtera l’an prochain son vingt-cinquième anniversaire.

Source : lesechos.fr

(Auteur : B.Merlaud)
Cinq hypers Auchan proposent aux clients de réserver dès aujourd’hui des jouets de Noël, pour les acheter en novembre ou décembre. Un site dédié a été conçu pour l’occasion : jereservemesjouets.fr. 

 

Les clients ont ainsi accès, dès maintenant, aux offres du catalogue valables du 26 octobre au 8 décembre 2013. La navigation est organisée selon les thèmes du prospectus, mais la recherche et aussi possible par marque, par “héros”, par âge ou par prix.

Les réservations sont acceptées pour des commandes supérieures à 40 €. Il faut verser des arrhes (non remboursables) de 10 %, ou 10 € minimum. Les produits réservés pourront ensuite être réglés et retirés dans le magasin choisi entre le 2 novembre et le 23 décembre.

Le dispositif est testé dans les hypers d’Englos, de Faches-Thumesnil, Leers, Roncq et Villeneuve-d’Ascq (59). Tous les clients qui ont déjà eu peur de ne pas trouver “le” jouet à la mode attendu par leur bambin devraient apprécier ce nouveau service.

Source : lineaires.com

 

(Auteur : B Merlaud)
Auchan concrétise un peu mieux son partenariat avec Quirky. Le site où les inventeurs amateurs déposent leurs idées est lancé en France. 

Venu des Etats-Unis, Quirky se propose de fabriquer “pour de vrai” les meilleures idées d’invention déposées sur le site par tout un chacun. Les produits retenus sont référencés dans les enseignes partenaires et les auteurs de l’idée perçoivent un pourcentage sur les ventes.

L’accord signé entre Auchan et Quirky date de fin 2012. Il se traduisait essentiellement, pour l’instant, par l’arrivée en rayon des best-sellers américains de Quirky : multiprise articulée, séparateur de jaune d’œuf, etc. Désormais, les idées françaises devraient commencer à éclore.

Ci-dessous, la vidéo mise en ligne la semaine dernière par Quirky pour vanter, avec un enthousiasme très américain, la qualité de son partenariat avec “Autchann” :

Source : lineaires.com

(Auteur : François DESCHAMPS)
L’enseigne de grande distribution Auchan a mis en ligne une nouvelle version de son portail dédié au Drive. La nouvelle interface, plus ergonomique est conçue en responsive design. Elle a également été enrichie de nouvelles fonctionnalités.

 

Le site Internet d’Auchan Drive dispose d’un tout nouveau look. Pour cette nouvelle version, l’enseigne de grande distribution s’est fixée pour objectif d’offrir à l’utilisateur plus de plaisir, plus de clarté, plus de rapidité, et plus d’inspiration… A l’arrivée de l’internaute sur Auchandrive.fr, celui-ci doit en premier lieu indiquer le département dans lequel il se trouve, afin d’être renvoyé sur la page Web du point de vente le plus proche de sa localité. Une fois cette opération effectuée, il dispose d’un accès via quatre clés d’entée : “Tous les rayons”, “Promotions”, “Courses Express”, “Idées & Recettes”.

Si l’internaute dispose déjà d’un compte utilisateur, il peut retrouver tout son historique d’achat via l’onglet “Courses Express”. Il peut ainsi réutiliser d’anciennes listes de courses, et les compléter de nouveaux produits si nécessaires.

Quant à l’onglet “Idées & Recettes”, comme son nom l’indique, il donne accès à de possibles entrées, plats ou desserts, avec chaque fois de sous-menus tels que “Plats régionaux”, “Economiques”, “Enfants”, etc. Pour chaque recette proposée, l’internaute peut acheter l’ensemble des ingrédients qui la compose en un seul clic.

Reposant sur une conception en responsive design, le portail s’adapte facilement à tout type de support, qu’il s’agisse des smartphones, des ordinateurs ou des tablettes. Composante de plus en plus importante pour les distributeurs, le drive connait un essor sans précédent en France, mais son équilibre apparait aux yeux de certains professionnels du secteur, comme étant encore très fragile.

Source : ecommercemag.fr

(Auteur : Amaury BEAUTRU)
A2Pas est l’enseigne d’utlra proximité lancée par Auchan en 2011. Spécialiste du hypermarché, Auchan y voit un relais de croissance important et multiplie les ouvertures. A date, ce sont 9 magasins qui ont ouvert leurs portes en région parisienne.   La magasin de Lille Wazemmes est le premier à s’ouvrir en Province et c’est naturellement qu’il se trouve près de sa maison mère, le siège du groupe Auchan. Il sera ensuite rejoint par un magasin à Lyon le 15 mai. 

 

Ce concept de magasin qui s’étend sur 250 à 500m2 vient concurrencer les enseignes de proximité telles que Carrefour City, Petit Casino, Franprix ou encore Intermarché Express. On retrouve chez A2Pas une inspiration du circuit de l’ultra proximité : des horaires étendus, des catégories de produits dominantes (bio, snacking, surgelé prêt à consommer et fruits et légumes); mais également des aspects qui ont fait la célébrité d’Auchan : 3000 produits à marque distributeur sur l’assortiment de 7500 unités de biens pour les plus grande surfaces, 400 produits à moins de 1 euro. AuchanSuper a fait le choix d’organiser son assortiment en 3 espaces : le prêt-à-consommer, la zone marché avec les produits frais et surgelés du quotidien, et toute la gamme essentielle du quotidien pour la maison. Comme beaucoup d’enseignes de proximité, le choix pour le développement de ce circuit chez Auchan a été fait via le principe de franchise.

Source : marketing-pgc.com

(Auteur : mes courses pour la planète)
Pour mieux faire passer son message écologique auprès de ses clients italiens, l’enseigne d’hypermarchés Auchan a décidé de leur rendre plus accessible son rapport de développement durable. L’originalité de la solution retenue, qui associe des codes barres aux différentes parties du rapport, est que ces codes sont imprimés… sur un ticket de caisse remis au client en plus de celui de ses courses !

Le client n’a plus qu’à utiliser son smartphone, sur lequel il aura préalablement chargé l’application correspondante, pour scanner le code correspondant au sujet qui l’intéresse et avoir directement accès à l’information, mise en scène de manière graphique et attractive. Laquelle application permet aussi de poser directement des questions à Auchan par mail sur les différents sujets abordés. Résultat : 1,5 millions de contacts touchés en une semaine (clients mais aussi journalistes et partenaires-clefs, qui ont de leur côté reçu un ticket par courrier) contre… 2800 lecteurs pour le rapport développement durable 2011 ; et une réduction de l’utilisation de papier de 99,73% par rapport à l’an dernier.
Certes, l’idée d’utiliser le ticket de caisse pour rendre des comptes sur la politique développement durable n’est pas totalement nouvelle : Coop Suède avait déjà imprimé au dos des tickets le bilan environnemental annuel de la politique de l’enseigne correspondant à l’un des produits achetés par le client – par exemple l’achat de lait bio ; et Leclerc avait lui aussi affiché le bilan CO2 des courses juste en dessous du total en euros. Mais ce “Selfscan Report” vient quand même de valoir à Auchan et à son agence allemande Serviceplan le Grand Prix Design au Festival de Cannes de la publicité pour son design ludique et attractif mais également pour sa faculté à entrer en relation directe avec le consommateur.

Source : mescoursespourlaplanete.com

(Auteur : vietnam plus)
La grande distribution a connu une croissance rapide au Vietnam ces dernières années. Elle a enregistré en 2012 une hausse de 16% en glissement annuel. Les groupes de distribution vietnamiens comme étrangers continuent de développer leurs réseaux ou s’implantent au Vietnam malgré une conjoncture économique difficile.

 

L’allemand Metro Cash & Carry, en ouvrant 10 nouveaux supermarchés en 2011, a porté à 17 le nombre de ses Supermarchés au Vietnam. Il ambitionne d’en ouvrir 35 autres ces trois prochaines années. De même, Parkson a inauguré sept centres commerciaux dans les grandes agglomérations urbaines. Quant au groupe français Casino, il compte porter cette année à 29 le nombre de ses supermarchés au Vietnam.

Vietnam, une destination des géants mondiaux 

Après plusieurs d’années d’absence au Vietnam, Auchan, un autre géant mondial de la grande distribution, a décidé d’investir 500 millions de dollars dans les 10 ans à venir. Les économistes ont estimé que le retour de ce groupe français va animer la grande distribution. Peu auparavant, le joint-venture E-Mart Vietnam a été créé par le géant sud-coréen E-Mart et le groupe vietnamien U&I de la province de Binh Duong (Sud). E-Mart Vietnam, dont le capital initial de 80 millions de dollars a été apporté par le groupe sud-coréen à hauteur de 80%, va engager prochainement la construction de son premier supermarché sachant qu’il compte en posséder 52 d’ici 2020. En termes de placement sur le marché, il va se spécialiser dans l’alimentaire, notamment les produits agricoles et aquatiques frais.

Ja Young Heo, sa directrice des ventes, considère que le Vietnam est un marché idéal pour les investisseurs sud-coréens, notamment dans les secteurs de la grande distribution, de la logistique et des produits de consommation courante. En 2012, E-mart a importé pour plus de 7,88 millions de dollars de produits vietnamiens, a-t-elle précisé, avant d’ajouter que les ventes de produits électroniques au Vietnam se sont élevées à 89 millions de dollars.

Toujours l’année dernière, les groupes japonais Aeon et Takashimaya sont arrivés au Vietnam. Aeon a lancé en septembre 2012 le chantier de son centre commercial Aeon-Tân Phú Celadon dans l’arrondissement de Tân Phú de Hô Chi Minh-Ville qui représente un investissement total de près de 109 millions de dollars. Devant ouvrir en 2014, son référencement comprendra 90% de produits vietnamiens, les autres 10% provenant du Japon et d’autres pays. Il a aussi coopéré avec le groupe Trung Nguyên dans l’ouverture de 13 magasins en self-service Ministop à Hô Chi Minh-Ville. Pour le futur, Aeon entend investir plus de 100 millions de dollars afin de créer une chaîne Jusco dans l’ensemble du pays. Quant au groupe Takashimaya, un autre leader japonais de la distribution, il va également commencer à Hô Chi Minh-Ville avec son projet de Saigon Centre d’une superficie de 15.000 m² dont l’inauguration est prévue en 2015.

D’après les statistiques, la population du Vietnam croîtra de 16 millions de personnes entre 2000 et 2020. Un large marché à exploiter pour la grande distribution, estime Philippe Bacac, directeur général de la compagnie Metro Cash & Carry Vietnam qui, présent au Vietnam depuis 2002, possède aujourd’hui 12 centres qui emploie 4.000 personnes.

Les distributeurs domestiques réagissent 

Les distributeurs vietnamiens ne restent pas de marbre devant la conquête du marché par leurs homologues étrangers. Le groupe Phu Thai a créé un joint-venture avec les japonais Itochu et Family pour l’ouverture de magasins sous l’enseigne FamilyMart. Il en possède 16 établissements depuis l’ouverture du premier en décembre 2009, et devrait porter son réseau à 43 établissements cette année. Depuis début 2013, Sàigon Coop a inauguré quatre nouveaux supermarchés CoopMart Sàigon et en prévoit huit supplémentaires, outre 30 supérettes Coop Food spécialisées dans l’alimentaire. Ceux-ci seront 150 d’ici 2015, selon le directeur de l’investissement de Sàigon Co.op, Danh Quy.

Par ailleurs, les entreprises vietnamiennes cherchent la meilleure stratégie pour résister à la sérieuse concurrence que leur font ces distributeurs étrangers. La création d’un joint-venture est l’une d’elles. Ainsi, Saigon Co.op et NTUC FairPrice, la plus grande chaîne de supermarchés de Singapour, ont créé une coentreprise d’un capital de 6 millions de dollars apporté à 64% par Saigon Co.op et à 36% par FairPrice. Leur objectif est d’installer deux chaînes d’hypermarchés sous les enseignes Co.opXtra et Co.opXtraplus. Le président du conseil d’administration de Saigon Co.op, Nguyên Ngoc Hoa, avait alors déclaré la création de deux premiers supermarchés sous ces enseignes dans de grandes villes. C’est chose engagée puisque le premier Co.opXtraplus a été inauguré mi-mai dernier dans l’arrondissement de Thu Duc à Hô Chi Minh-Ville…

Continue Reading…

(Auteur :SYLVIE LEBOULENGER)
Des vins coups de cœur peu chers, les acheteurs-maison en vedette, un tract lisible sur le site de l’enseigne et sur l’application MyAuchan…. L’enseigne nordiste multiplie les initiatives pour renforcer la proximité avec ses clients lors de cet évènement spécial. Un évènement qui, l’an dernier, avait reculé en chiffre d’affaires (-4%, à 47,5 millions d’euros). La faute… au contexte de crise mais aussi aux Chinois qui ont moins acheté de grands crus. Les intermédiaires ne se sont pas rués en magasin pour dévaliser les belles étiquettes : Cette année, Auchan a donc acheté moins de grands crus. L’enseigne mise sur des vins aux prix compris entre 4 et 30 euros pour contenter les clients français

 

Les 32 vins “coups de cœur des acheteurs” sont à moins de 20 euros

Ne pas aller au-delà de 20 euros. Telle était la recommandation de Patrick Scheiber, chef de groupe vins chez Auchan à ses quatre acheteurs pour dénicher les vins “coups de cœur” de l’enseigne. De fait, l’an dernier, les vins à plus de 30 euros se sont moins bien vendus que les années précédentes, cela dans toutes les enseignes. Auchan a donc mis son curseur “prix” plus bas qu’habituellement, notamment sur ces vins “coups de cœur”. Cette année, l’objectif est de réaliser le chiffre d’affaires de l’évènement “sur le volume et non sur la valeur”. Entendez en vendant un plus grand nombre de bouteilles et en limitant l’offre de grands crus. “Ce fut un exercice compliqué car il fallait trouver des volumes conséquents car nos coups de cœur font partie de l’offre nationale”, poursuit Patrick Scheiber.

Dans le futur, Patrick Scheiber souhaiterait également décerner des coups de cœur régionaux, sachant que l’enseigne a “découpé” la France en neuf bassins de consommation. Cet axe permettrait à la fois d’attribuer des coups de cœur à des petits lots puisqu’ils ne seront vendus que dans une région déterminée mais aussi de renforcer la proximité avec ses consommateurs. Ainsi, un Alsacien, peu buveur de Bordeaux, verra plus de coups de cœur sur les vins de sa région.

Renforcer la proximité avec ses consommateurs

Quand l’enseigne Leclerc fait appel à un expert mondial de la sommellerie, le suédois Andreas Larrson, pour animer sa Foire aux Vins, Auchan mise sur ses quatre acheteurs maison. Des acheteurs que les clients de l’enseigne commencent à reconnaitre car ils apparaissent en photo sur la collerette signalant les coups de cœur. Ce n’est pas tout. Leurs mails sont également mentionnés pour que les consommateurs puisent envoyer leurs commentaires. Cette possibilité d’entrer directement en contact est expliqué sur le tract de l’enseigne dédié aux Foires aux vins. Là encore, elle vise à  renforcer la proximité avec les clients.

Les drives et les Chronodrive font aussi leurs foires

C’est une première. Les 80 drives de l’enseigne disposeront d’une offre de 40 nectars dont plusieurs coups de cœur. Il faut savoir que, chez Auchan, les achats pour le drive sont spécifiques, indépendants des magasins.

De leur côté, les 80 Chronodrive proposeront une offre de 140 vins, sélectionnée par le chef de produit vins de cette enseigne indépendante des magasins. A noter que certains Chronodrive organisent des soirées foires aux vins et que chaque Chronodrive dispose d’une responsable client qui rappelle personnellement les clients si, par exemple, un produit vient à manquer au moment d’une commande.

Ces deux circuits sont clairement une source de développement du chiffre d’affaires au moment des Foires aux vins.

Un webalogue animé

Continue Reading…

(Auteur : JÉRÔME PARIGI)
Dans l’entretien que nous vous livrons in extenso sur Lsa.fr, le jeune patron du numéro trois des hypers en France (126 magasins, pour 15,4 milliards d’euros de CA HT) évoque les changements majeurs liés au développement du digital et du cross canal, mais aussi les approches étonnantes d’une enseigne qui a le mérite de chercher et de tester sans cesse des solutions nouvelles, comme cette notion “d’habitant” en passe de se substituer à celle de clients. Les propos de Vincent Mignot in extenso.

 

 

Vincent Mignot, DG hypermarchés Auchan France :

« L’hyper reste incontournable. Il concentre plus de 30 % de l’ensemble des dépenses alimentaires en France, tous circuits confondus, rassemble 900 000 clients par jour qui vont chez Auchan France. Il est certain qu’après avoir joué un rôle majeur dans l’évolution de la consommation en France, aujourd’hui il doit évoluer tout en restant fidèle à ses principes.

L’hyper rencontre des difficultés c’est indéniable, mais il reste le format de distribution le plus rentable et nous devons le faire évoluer sans remettre en cause ce qui fait l’attractivité du modèle. Notre travail porte sur un meilleur arbitrage des surfaces, mais aussi une meilleure sélection des produits pour accroître leur rotation et leur rentabilité, ainsi qu’une amélioration des stocks – c’est vital pour le modèle éco de l’hyper et c’est un domaine où on a jamais fini de travailler.

L’hyper doit être un lieu de vie, de fête (avec des opérations comme Top Chef par exemple), de conseils, d’accueil et proposer des  différenciations locales importantes.

Nous continuons de nous développer. Nous ouvrons encore Roissy et Epinay sur Seine en 2013, d’autres magasins sont prévus pour 2015 et nous poursuivons une forte accélération sur le drive.

Le travail réalisé autour de nos solutions économiques est fondamental, car aujourd’hui il faut plus que jamais coller aux besoins des habitants. En 1960, le reste à vivre des Français, c’est-à-dire la part de leurs revenus qu’ils ont pour consommer, s’habiller, se déplacer, était de 66,7 %, il n’est plus que de 46,3 % aujourd’hui à cause de la hausse des loyers, des charges, des abonnements… Ça explique que nos solutions économiques rencontrent un gros succès, comme nos fruits et légumes à moins de un euro qui font un carton avec des progressions à deux chiffres. Self discount est aussi encore sur de très belles tendances de progressions.

La coque ? Elle va bouger, l’hyper grâce à sa taille possède un formidable potentiel d’adaptation au marché, il peut déployer des zones discount, bio, ethniques. Avec ses grands parkings, dans de vastes parcs d’activité, il peut aussi évoluer très vite. Nous avons de la place pour ouvrir de vrais drives par exemple. Si on identifie un créneau intéressant nous pouvons l’essayer très vite. Nous continuons aussi d’agrandir les magasins, d’ouvrir, de faire évoluer très vite les concepts comme celui des équipements multimédias, qui sont presque tous passés en libre toucher, ce qui a permis de doper les tablettes.

Le Crosscanal, c’est un changement majeur. Après le no parking, no business des fondateurs, l’heure va être au « no connect, no business ». L’enjeu c’est de permettre à chacun de nos clients d’avoir un parcours connecté, un choix entre l’achat en ligne et la vente en magasin physique avec du conseil et des contacts avec le produit et les vendeurs.

Nous dialoguons avec les habitants via les réseaux sociaux dans nos zones de chalandises. Nous pouvons faire voter nos clients sur nos emballages, leur faire sélectionner des produits de mode…, et bientôt nous allons leur demander les produits à mettre en avant pour nos 25 jours.

Aujourd’hui, on raisonne plus en habitant qu’en client. Dernièrement, les 400 cadres et directeurs de magasins de la DG France sont tous allés chez 200 habitants de la banlieue de Lille. Cette méthode permet de mieux comprendre les besoins et les attentes des Français. Je me suis rendu par exemple chez une dame qui vivait avec 50 euros par mois pour ses courses, dans un petit appartement sans cuisinière avec seulement un four. Elle ne mange de la viande et du poisson qu’une fois par semaine seulement… Et la viande ce sont des nuggets car ils passent au four. Pour repeindre son appartement, j’ai été de surpris de voir qu’elle n’avait qu’un pot de peinture de 1 l, en fait elle ne pouvait s’acheter qu’un pot par mois et repeignait au fur et à mesure. Ce sont ces genres de visites qui nous permettent d’adapter au mieux notre offre, nos assortiments, nos services. »

Source : lsa-conso.fr