Activation Commerciale

(Auteur : AFP)
Le français Auchan va s’allier au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine, ont annoncé les deux distributeurs lundi dans un communiqué commun.

Auchan s'allie à Alibaba dans le commerce physique et numérique en Chine

Aux termes d’une « alliance stratégique » conclue entre eux, Alibaba, propriété du multimilliardaire Jack Ma, va investir 2,44 milliards d’euros dans Sun Art Retail Group, l’un des principaux exploitants d’hypermarchés en Chine, dont Auchan possède plus du tiers du capital. L’alliance vise à combiner l’expertise des deux entreprises dans le commerce traditionnel et la vente en ligne, selon le communiqué. « La nouvelle alliance permettra à l’ensemble des activités de Sun Art de bénéficier de l’écosystème digital d’Alibaba », expliquent-elles.

Alibaba va prendre 36,16 % du capital de Sun Art, soit une part très légèrement inférieure à celle d’Auchan, qui en détient 36,18 % via sa filiale Auchan Retail. Alibaba rachète en fait les parts du partenaire taïwanais d’Auchan, Ruentex, qui ne conservera que 4,67 % du capital. Cette alliance s’inscrit dans la stratégie d’Alibaba, qui a commencé à se rapprocher avec des chaînes de magasins en dur, du spécialiste de l’électroménager Suning au géant de la distribution Shanghai Bailian.

Le groupe chinois a ainsi lancé une chaîne de supérettes hyper-connectées, Hema (rien à voir avec la chaîne néerlandaise, ndlr), dans lesquelles les consommateurs scannent et paient leurs achats sans aucune assistance extérieure. Sun Art exploite aussi déjà le même type de magasins de proximité ainsi que des supermarchés sous la marque « Auchan Minute ».

La filiale chinoise d’Auchan se présente comme le leader de la distribution alimentaire physique en Chine, pays où le commerce en ligne a pris une position considérable, largement grâce à la puissance d’Alibaba. Sous ses enseignes Auchan et RT-Mart, Sun Art exploite 490 magasins en Chine et emploie 140 000 employés, selon le communiqué.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Author : European Supermarket Magazine)
Auchan Retail China is entering the second phase of developing a fully phygital – that is, blending the physical and digital – point of sale in Shanghai, with Chinese electronics company Hisense.

Auchan China Expands Digital-Store Concept 'Auchan Minute'

The French retail group’s Chinese arm has joined forces with the state-owned electronics company to develop Auchan Minute, a 100% phygital retail experience. After a testing phase during the summer, the retailer is now rolling out Auchan Minute, which has no staff members, as all payments are conducted via smartphone. Customers scan a QR code at the door to enter, and then scan products with their phones, adding them to a virtual basket. Shoppers verify their purchases and complete payment online before leaving the store. “In an urbanising world, where four billion people will live in the city by 2025, Auchan Retail – the 11th-largest global food group – has opened Auchan Minute, in the district of Yangpu in Shanghai,” Auchan said in a statement.

“This 100% automatic point of sale offers city dwellers a connected shopping solution closer to home that can be controlled with their smartphone,” the company added. The company hopes to open several hundred Auchan Minute stores in China.

E-Commerce Expansion
The French retailer is pursuing new ways of bringing its supermarkets into the future, both at home and abroad. Just last month, it launched a new click-and-collect service in the Saint-Étienne area, the largest of its kind in France. Last year, Auchan bolstered its Chinese e-commerce service by signing a deal with digital-intelligence firm Keyrus to further develop its e-commerce platform. Elsewhere, many other retailers have been developing digital-store concepts similar to Auchan Minute, including online retail giant Amazon’s bricks-and-mortar grocery concept Amazon Go.

Meanwhile, Sainsbury’s is trialling a checkout-less service in London, Coop Danmark is planning to open the first unmanned grocery store in Denmark in the first quarter of 2018, and Irish company Everseen has developed a new fully automated checkout-free system.

Source : esmmagazine.com

(Auteur : Nicolle Buyse)
Le premier magasin spécialisé du groupe nordiste ouvre en banlieue de Lille. Casino compte déjà 160 Naturalia.

Avec Auchanbio, Auchan veut rattraper son retard

Auchan ne veut pas rater la vague du bio. Auchan Retail France a présenté ce mardi à Marquette-lez-Lille, dans la proche périphérie lilloise, son premier Auchanbio qui ouvrira ce mercredi au public. Sur 450 mètres carrés, ce magasin propose 4.200 références – dont une centaine en vrac – 100 % bio, dont 85 % d’origine française et plus de 10 % sous la marque Auchan, au même prix que celui des mêmes produits à marque du distributeur vendus dans ses hypermarchés. La grande originalité de ce nouveau concept est la cuisine de 20 mètres carrés située au centre du magasin : deux cuisiniers y préparent, à partir de produits frais bio, des plats à déguster sur place ou à emporter.

La question de la rentabilité
Auchan entend développer ce nouveau concept en parallèle de Coeur de Nature , son premier magasin 100 % bio ouvert en 2012 – 1.000 mètres carrés – dans le centre commercial de Brétigny-sur-Orge (Essonne). Le second a été inauguré il y a six mois rue de Dunkerque, à Paris. Coeur de Nature, qui a abandonné les produits à marques propres Auchan, devient un spécialiste proposant des marques qui ne souhaitent pas venir sous la bannière Auchan. C’est un peu le Naturalia d’Auchan.

Auchanbio se présente, lui, comme un généraliste de proximité 100 % bio « avec un positionnement prix attractif », souligne Patrick Espasa, président d’Auchan Retail France. Coeur de nature, qui ne devrait être rentable que l’année prochaine – en raison de la lenteur de son déploiement -, a permis à Auchan d’apprendre à s’approvisionner en bio. Auchanbio semble avoir trouvé le bon compromis en termes de taille de magasin et répond à l’engagement du groupe annoncé en mars dernier : « bon, sain et local ». Sur les 140 fournisseurs, trente sont issus des Hauts-de-France.

Dix-huit mois pour valider le concept
L’enseigne au rouge-gorge estime, avec ce nouveau concept, répondre à « une demande pressante de [ses] clients et à une tendance de consommation croissante », ajoute Patrick Espasa, qui évalue ce marché à 7 milliards d’euros en France répartis à 45 % dans les GSA, à 37 % dans les enseignes spécialisées et à 18 % chez les artisans commerçants. Ce secteur du bio totalise 1.100 magasins spécialisés, dont 150 ont ouvert cette année. Auchan, qui se targue d’avoir été précurseur dans le bio en grande distribution, avec une offre apparue dès les années 1990, puis avoir créé sa marque propre en 2000, vient là rattraper un certain retard puisque Monoprix (groupe Casino) totalise déjà 160 magasins Naturalia et Carrefour 14 Carrefour Bio. Mais cela n’inquiète pas Patrick Espasa. « Ce ne sont pas ceux qui vont vite aujourd’hui qui seront rentables demain », prédit-il.

Auchan Retail France a investi 600.000 euros hors informatique dans ce premier Auchanbio et vise 16.000 clients par semaine. La société se donne dix-huit mois pour valider le modèle économique avant de décider de le déployer, que ce soit en propre ou en franchise. Les dirigeants pensent qu’il y a la place pour une centaine d’Auchanbio en France.

Source : lesechos.fr

(Auteur : Benoit Merlaud)
250 casiers Auchan viennent d’être installés au-dessus de l’hyper urbain de Saint-Étienne Centre 2 (42). Un espace click and collect géant, approvisionné par le drive voisin de Villars, qui préfigure une nouvelle offensive multicanal de l’enseigne.

Auchan ouvre le plus grand pool de casiers de France

“Ce service click and collect, adossé à nos 160 drives en France (Chronodrive inclus, NDLR), peut être une solution complémentaire apportée aux clients autour de nos 120 hypermarchés ainsi que de nos 247 supermarchés, laisse entrevoir Jean-Charles Fhal, le patron du drive pour Auchan Retail France. Il représente aussi une réponse de proximité adaptée aux besoins des consommateurs dans de nombreuses zones de vie.” Bref, Auchan veut multiplier les casiers automatiques pour en faire de nouveaux points de retrait. À proximité des magasins qui n’ont pas de drive (c’était le cas d’Auchan Saint-Étienne, dont les résultats seront décisifs avant le déploiement), mais aussi dans des lieux nouveaux.

Les casiers de Villeneuve-d’Ascq déjà à saturation
Les grandes entreprises, ainsi, représentent une cible privilégiée. Après avoir d’abord testé des points de retrait classiques chez Alcatel-Lucent et Michelin, Auchan a convaincu Atos, en avril dernier, d’installer les premiers casiers Auchan sur son site de Seclin (59). Il faut dire qu’Atos, spécialiste notamment du paiement en ligne ou sans contact, est le prestataire d’Auchan depuis les débuts (historiques) du drive chez le nordiste ! D’autres entreprises du Nord, selon nos informations, sont en ce moment activement démarchées par le distributeur. Les casiers mis en place cet été sur le campus d’Auchan Retail à Villeneuve-d’Ascq (59), eux, sont rapidement arrivés à saturation. Le distributeur est déjà en train d’en installer de nouveaux.

Les lockers de Seclin et de Villeneuve-d’Ascq sont approvisionnés par le drive d’Auchan Faches-Thumesnil (59). Ce petit entrepôt tournait largement en sous-capacité et, s’il n’est pas le plus proche des sites desservis, les accès restent rapides.

À Saint-Étienne, les livraisons assurées par Villars sont disponibles quatre heures après la commande. Le pool de 250 casiers permet d’assurer trois températures de conservation (ambiant, frais, surgelés), le contrôle de la chaîne du froid étant sous monitoring permanent. L’accès au local est conditionné aux heures d’ouverture du centre commercial : 6 jours sur 7, de 8h30 à 21h30.

Avec cette montée en puissance annoncée, Auchan ne laissera plus Intermarché seul sur ce créneau. Après avoir testé le dispositif dans différents environnements durant deux ans, le groupement d’indépendants a prévenu au printemps dernier qu’il avait en vue, à court terme, une centaine de nouveaux points de retrait automatisés.

Source : lineaires.com

(Auteur : B. Merlaud)
Les expérimentations du concept Auchan Supermarché ont permis au distributeur de se forger trois convictions déterminantes. D’abord, ne jamais renoncer sur le frais, quitte à profiter des labos des hypers (merci la convergence). Ne pas mégoter, ensuite, sur le conseil en front de vente, qui est payé de retour. Et il ne suffit pas, enfin, d’installer des écrans connectés pour faire de la distribution “phygitale”.

Les trois leçons d'Auchan Supermarché

Les premières conversions tests de Simply Market en Auchan Supermarché ont démarré en janvier 2017. Durant six mois, le distributeur a jaugé le potentiel de son concept et observé la réaction des clients dans une grosse dizaine de magasins pilotes.

La réouverture d’Auchan Supermarché Villepinte (93), le 3 octobre, vient couronner ce travail de mise au point. La transformation du site aura nécessité 8 millions d’euros d’investissement et le rideau est resté baissé pendant près de six mois ! Un cas extrême, d’abord parce que le magasin est un vrai petit hyper qui s’étend sur 3.350 mètres carrés. Ensuite parce qu’il a été choisi pour servir “d’audastore”, autrement dit de vitrine du concept. “Auchan Supermarché Villepinte accueille l’ensemble des nouvelles pistes commerciales développées à date pour ce format de magasins”, confirme Cyril Dreesen, le directeur général des supermarchés chez Auchan Retail France. Autant dire que la copie livrée ici restera nettement au-dessus du Auchan super moyen. Mais la visite du magasin au côté du patron du format permet de toucher du doigt le chemin parcouru par le distributeur depuis les premières expérimentations menées en début d’année.

Le frais, le frais, toujours le frais
“Nous avons appris que la façon dont le produit frais s’exprime doit être magnifiée dans absolument tous nos magasins, lance d’emblée Cyril Dreesen. Il y a quelques mois, nous n’en étions pas à ce niveau de certitude.”À Villepinte, le parcours client démarre logiquement par la zone marché. Le rayon fruits et légumes, à plat et sans signalétique haute, permet d’embrasser tous les stands du regard, bien visibles avec leur signalétique rouge lumineuse. Les boulangers pétrissent le pain sur place, Sushi Gourmet a installé son kiosque à proximité du stand marée, la fraîche découpe complète l’offre de fruits et légumes, les bouchers sont fièrement campés derrière leur étal et une vraie petite cuisine mitonne ses plats sous les narines des clients (comme les hypers, les supermarchés ont beaucoup appris de l’enseigne Partisans du Goût, désormais érigée au rang de pépite à l’intérieur du groupe). Une bonne surprise, au passage : même dans un petit supermarché comme Lesquin (59), sur 1500 mètres carrés, ce stand cuisine donne des résultats “enthousiasmants”.

Tous les magasins du parc n’ont bien entendu pas le potentiel pour ouvrir des rayons coupe ou des ateliers de fabrication. Mais les supermarchés, désormais, n’hésiteront plus à solliciter les hypers du groupe.

Un premier test est ainsi mené avec Auchan Bagnolet (93), dont le labo pâtisserie approvisionne deux Auchan Supermarché à proximité. Des expérimentations similaires vont être menées dans le Nord, et vont très vite concerner d’autres rayons. En Île-de-France, Simply Market avait déjà franchi un premier pas en investissant dans un atelier boucherie centralisé, approvisionnant les magasins de la région.

Le conseil en front de vente
Début 2017, Auchan Supermarché avait commencé à tester la présence, en rayon, d’un sommelier et d’une conseillère beauté. En calant leur planning de 35 heures sur les flux de trafic. Verdict : efficace, mais le service n’en est plus un dès lors qu’on demande aux clients de s’adapter aux heures de présence du conseiller. “Si on le fait, il faut le faire tout le temps”, glisse un cadre opérationnel. À Villepinte, ce sont donc deux sommeliers qui vont se relayer pour accompagner les clients dans leur choix. Trois conseillères beauté ont été recrutées pour partager leurs astuces et assurer des démonstrations de maquillage. De la même façon, trois employés sont chargés d’animer l’imposant rayon vrac du magasin, en organisant des dégustations et en servant si besoin les clients.

L’investissement est conséquent, mais il fait partie de ces aspérités qui cultivent la préférence pour une enseigne. Auchan a calculé que le développement des ventes, assorti d’économies réalisées sur les process et la logistique, devait permettre d’absorber ces coûts supplémentaires. Mais, on s’en doute, pas dans tous les supermarchés du parc, loin de là.

L’expérience cross-canal
Depuis le début de l’année, Auchan cherche la meilleure façon de développer des parcours d’achats “phygitaux” dans ses supermarchés. Comprendre : doper l’attractivité d’un petit format de magasin grâce à l’étendue de l’offre mise en ligne par le groupe. Le retrait à l’accueil des marchandises achetées depuis son canapé, d’abord, fonctionne bien. “Le web to store c’est assez simple, mais l’enjeu est de bien travailler aussi le store to web”, jargonne Cyril Dreesen.

En la matière, les premières initiatives n’ont guère été concluantes. Faire la promotion d’auchan.fr à chaque coin de rayon, accrocher de coûteux écrans au-dessus de la ligne de caisses ou installer fauteuils et tablettes en tête de gondole ne poussent pas les clients à lâcher leur chariot séance tenante pour se lancer dans une commande en ligne.

À Villepinte, Auchan joue donc la carte du showroom. Sur plusieurs tables, petit électroménager, multimédia ou jouets sont exposés pour attirer l’attention. Un écran connecté, à proximité, permet de passer commande ou d’appeler un conseiller. À l’avenir, le distributeur poussera plus avant cette logique de showroom, directement dans les univers produits concernés. Dans la zone marché, par exemple, en organisant des démonstrations d’appareils culinaires.

Source : lineaires.com

(Autore: Roberto Pacifico)
I lavori per l’ampliamento di Auchan Rescaldina saranno completati entro il 4° trimestre 2018. L’ampliamento sarà di 25.650 mq di slp e di 17.500 mq di superficie di vendita. Posti auto previsti 4.300 a regime. Investimento complessivo oltre 80 milioni di euro.

800x600_2014031038_rescaldina_002

Per diventare più moderno e attrattivo in un contesto di crescente competitività, dopo oltre 15 anni dall’apertura, il centro commerciale di Auchan Rescaldina, uno dei più importanti in Italia, con oltre 1.000 persone impiegate fra diretti e indotto, è oggetto di uno dei più impegnativi processi di riqualificazione immobiliare e commerciale.

Le tre fasi dell’ampliamento: sintesi del cronoprogramma

I lavori della prima fase, appena iniziata da qualche giorno, con il restyling del centro esistente, si svolgeranno prevalentemente in orario notturno per non ostacolare l’attività ordinaria: dureranno per un periodo di circa 6-8 mesi; l’interno del centro si trasformerà secondo concept commerciali più moderni che favoriscono una maggior vivibilità degli spazi e una più confortevole esperienza di shopping.

La seconda fase riguarda, invece, il progetto complessivo di ampliamento per cui è ancora in corso l’iter autorizzativo. Nei giorni scorsi -come conferma Auchan a Mark Up- è stata approvata dal Comune di Rescaldina la variante urbanistica al Pgt (Piano di governo del territorio) che consente, in linea con i più recenti criteri e orientamenti urbanistici, l’ampliamento del centro commerciale senza comportare nuovo consumo di suolo ma incrementando le aree destinate a verde a disposizione del territorio.

Nei prossimi mesi, verso settembre-ottobre 2017, si avvierà anche il percorso amministrativo a livello regionale. L’idea presentata dal colosso francese della grande distribuzione prevede l’ampliamento dell’attuale centro commerciale sui parcheggi ovest, creando posteggi interrati, e la rinuncia al diritto di costruire a sud e a nord di via Marco Polo.

Caratteristiche del progetto di ampliamento

L’ampliamento sarà di 25.650 mq di slp (superficie lorda di pavimento) e di 17.500 mq di superficie di vendita, con numero complessivo finale di circa 4.300 posti auto per un investimento di oltre 80 milioni di euro.

Saranno presenti oltre 170 attività tra negozi ed esercizi di somministrazione e di servizi, con offerta di ristorazione notevolmente ampliata e candidata a rappresentare uno dei fiori all’occhiello  del nuovo sviluppo.

Entrando nel dettaglio, all’attuale superficie di vendita (iper+galleria) di 23.200 mq si aggiungeranno 17.500 mq di nuova superficie di vendita della galleria.

Spazi comuni per famiglie e bambini completeranno il progetto del nuovo centro commerciale che, secondo gli obiettivi dichiarati da Auchan, vuol porsi sin da subito al centro, in termini di servizio, del territorio nel quale opera, per diventarne un mondo sempre più integrato sotto il profilo della condivisione, dell’attrattività e della promozione.

Tema dominante del progetto architettonico e commerciale è la cura e l’attenzione all’ambiente, che diventerà esperienza per tutti i visitatori del centro nell’incontro con i format, i colori e le soluzioni progettuali utilizzate, di forte impatto, che richiameranno il verde e  la natura e che saranno già accennati e in parte presenti anche nella fase di restyling.

Il sindaco Michele Cattaneo si dichiara “molto soddisfatto di quanto si è riuscito a fare per scongiurare la costruzione su entrambi i lati di via Marco Polo. E l’impegno dell’amministrazione non è sfuggito neanche a Legambiente nazionale, che ha chiamato la squadra capitanata da Cattaneo per parlare alla festa nazionale del cigno verde di politiche virtuose. “Questo ci fa molto piacere -commenta Cattaneo- perché malgrado le critiche che ci vengono mosse dall’opposizione è un riconoscimento che stiamo facendo quanto umanamente possibile per limitare il danno e agire nel migliore interesse della nostra comunità”.

Dopo l’approvazione della variante al pgt vigente per l’ampliamento di Auchan, il prossimo passo che attende il consiglio comunale prima del via ai lavori è l’approvazione del piano attuativo.

Rescaldina sarà, fra quelli del portafoglio Gci-Gallerie commerciali Italia, società immobiliare commerciale di Auchan Holding, il centro commerciale più grande della Lombardia, con Gla che fra galleria e ipermercato supererà i 50.000 mq, e 140 negozi rispetto agli attuali 79. Gli altri due grandi centri commerciali Auchan in Lombardia sono a Monza e Cinisello-Bettola (nella foto in home page) uno sviluppo in itinere all’interno di un quartiere alla periferia nord di Milano, che sostituirà il vecchio centro commerciale di Cinisello chiuso da tempo.

Fonte: mark-up.it

(Auteur : mes courses pour la planète)
Mercredi 17 mai, Auchan Retail France, qui se proclame « militant du bon, du sain et du local » a lancé la plateforme digitale RSE qui répertorie plus de 550 initiatives en matière de développement durable et d’avancées sociales réalisées en 2016 par ses “collaborateurs” dans les différents commerces de l’enseigne (proximité, supermarchés ou hypermarchés).

Auchan dévoile ses actions RSE en régions !

Cette démarche s’inscrit sur quatre volets : la bonne alimentation, via la gamme de produits responsables proposée aux consommateurs ; l’environnement, de part l’engagement de l’enseigne dans l’économie d’énergie, la réduction et valorisation des déchets ; la qualité de vie au travail, à travers des propositions de formations et d’évolutions des employés au sein de l’entreprise ; et la solidarité grâce à leurs deux fondations, “Auchan pour la jeunesse” et “Le goût du partage”  qui soutiennent des associations locales.

L’objectif de cet outil digital est de valoriser les engagements sur « le bon, le sain et le local » de l’ensemble des équipes de l’enseigne, de montrer que l’aspect territorial et collaboratif est inscrit au coeur de leur démarche sociétale et environnementale, et de partager leurs initiatives innovantes pour inspirer d’autres enseignes.

Source : mescoursespourlaplanete.com

(Author : European Supermarket  magazine)
The first MyAuchan neighbourhood supermarket has opened in Italy, offering what the company says is a ‘modern shopping experience in line with changing needs of consumers’.

First MyAuchan Supermarket Opens In Italy

Located in Piacenza, the 633 square metre store replaces the PuntoSimply format, and offers a wide range of about 9,000 references, including many healthy and quality products. Fresh products are at the heart of the offer, with an extensive seasonal fruit and vegetable area, local products and ready-to-eat meals, an assortment of fresh fish with daily arrivals and a meat department with traditional and ready-to-cook products.

Another strong point is the assortment devoted to new consumer trends – gluten-free products, lactose, cholesterol control, fitness, vegan and vegetarian, organic and fibre-rich products. The MyAuchan store also has a coffee area, where consumers can pick up an in-store tablet for internet browsing and enjoy free Wi-Fi access.

The concept is described as a ‘multiservice‘ point of sale: in addition to providing food and non-food products, the MyAuchan store also enables customers to print photos from mobile phones and tablets, buy tickets for events, order a birthday cake, and get specific cuts of large meat or fish for dinner at home.

Source : esmmagazine.com

(Auteur : Retail in Asia)
French retailing group Auchan has formally entered Jingdong Daojia, JD’s O2O lifestyle service platform.

Auchan formally enters Chinese Jingdong Daojia

Auchan and Jingdong Daojia hope to integrate the online and offline advantages of the two parties to jointly provide Chinese consumers with better department store and supermarket O2O shopping experiences. The trial operation will cover Auchan’s certain stores in Beijing and Shanghai and Dada will be responsible for the delivery of all orders. Starting from April 2017, this project will be gradually expanded in Auchan stores in nine cities, including Beijing, Shanghai, and Ningbo.

Commenting on the cooperation, Dada-Jingdong Daojia CEO Kuai Jiaqi said that depending on its online user traffic, store picking tools, and inventory optimization and distribution services, Jingdong Daojia will help Auchan improve service efficiency, extend service range, and realize upgrade transformation from offline to online.

France’s Auchan Group was founded in Lille in 1961 and it is the second largest business group that focuses on food retailing in France. In 1997, the company formally entered the Chinese market and it opened its first large supermarket in Shanghai in 1999. By 2016, Auchan had 75 large supermarkets and over 20,000 employees in more than 30 cities across China.

Source : retailinasia.com

(Auteur : B. Merlaud)
L’orientation vers le bien manger est “la” figure imposée du commerce de la fin des années 2010. Pour jouer sa partition en se distinguant de la concurrence, Auchan mise sur une appli de conseils nutritionnels intégrant l’historique d’achat des clients. Un gros volet d’accompagnement (y compris personnel) est aussi prévu pour les collaborateurs.

Auchan va jouer les coachs nutritionnels

Le distributeur se plaît à croire qu’il tient là “une innovation mondiale”. Et c’est bien possible. L’application mobile, mystérieusement appelée “la vie en bleu”, sera lancée en juillet 2017 dans les différents pays du groupe. Co-développée avec deux start-up françaises, elle est actuellement testée en France, en Hongrie, en Espagne et à Taïwan.

Sur la base des achats réalisés dans l’enseigne, connus via le compte de fidélité, l’application jouera le rôle d’un coach santé embarqué. Les clients les plus motivés pourront évaluer leurs habitudes de consommation et trouveront des solutions pour améliorer le profil nutritionnel de leurs paniers. En fonction de leurs objectifs ou de leurs allergies, ils pourront en outre se faire guider en composant des listes de courses sur l’appli.

Comme la concurrence, Auchan fait aussi valoir un chantier de longue haleine visant à améliorer le profil de ses MDD. “Mais on n’y va pas avec nos habitudes du passé, lance Wilhelm Hubner, le directeur général d’Auchan Retail (et aussi président du directoire d’Auchan Holding). Dans chaque pays, nous avons constitué des collèges d’experts et de scientifiques, pour nous challenger dans nos démarches.”

Toute l’offre MDD du groupe est passée au crible. Pour l’alimentaire, le scan sera bouclé fin mai. Le tour du non-alimentaire viendra au second semestre. A la clé, si nécessaire, les cahiers des charges des produits seront remis en cause.

“Le positionnement des MDD n’est plus de faire comme le leader 20% moins cher, poursuit le dirigeant. On est bien dans la conception de produits, qui doivent vivre leur vie, avec leur qualité comme première promesse. Même si on conserve bien sûr des garde-fous sur le prix, qui vient en second.”

Les filières agricoles, dans le même temps, vont continuer de se développer. 100 nouvelles signatures par an sont annoncées à l’échelle du groupe. Les plus nombreuses viendront des pays “jeunes” d’Auchan mais en France, par exemple, des filières sur la fraise, la courgette, le surimi, le poulet ou le pain bio feront leur apparition cette année.

La promo, enfin, devra jouer son rôle dans l’incitation à mieux consommer. “Peut-être qu’on ne poussera plus de façon intempestive des catégories comme les sodas, image Wilhelm Hubner. Ce sera aux patrons des formats, par pays, d’en décider. Mais ces catégories ne disparaîtront pas de nos rayons. Notre histoire, c’est la liberté, le choix offert au client. Nous allons davantage jouer un rôle pédagogique.”

Bilans de santé gratuits
Dans son plan à 2025 pour “changer la vie”, Auchan se tourne aussi, en interne, vers ses collaborateurs. A partir de cette année, dans les douze pays du groupe, tous les salariés de plus de 40 ans pourront bénéficier d’un bilan de santé gratuit tous les trois ans. Selon les pays, des assurances santé seront financées et même des prêts à taux zéro pour les frais non pris en charge par les mutuelles. Des médecins, diététiciens, coaches sportifs dispenseront leurs conseils aux collaborateurs, des séances de “réveil musculaire” seront organisées dans les entrepôts, etc.

Un plan de formation, enfin, appuyé par une plate-forme en ligne à partir de juin, doit permettre aux salariés de prendre soin d’eux autant que des clients.

“On a des sujets de fierté dans l’entreprise, conclut Wilhelm Hubner. L’actionnariat salarié en est un. Notre démarche militante pour le bon, le sain et le local en sera un autre, parce qu’il redonnera encore plus de sens au métier de commerçant.”

Source : lineaires.com