Activation Commerciale

(Author : Caroline Baldwin)
Waitrose is testing an app which inspires customers with recipes ideas as well as generating a shopping list of ingredients.

Waitrose prototypes recipe inspiration app

Waitrose is developing a recipe inspiration app linked to loyalty card data which can alert customers to grocery items they have bought recently. Using content created by the grocer’s Waitrose Kitchen magazine over the years, the app will provide customers with meal suggestions. Customers can filter recipes by main ingredient, cooking time and how difficult the meal is to cook.

Speaking at RBTE 2017, Matt Clifton, head of customer experience at Waitrose, said: “Something like 40% of us don’t now what we’re going to eat tonight by 4pm, that drives people to the store who want to get in and get out quickly, but not knowing what they are going to buy.”

Clifton described how the prototype app provides visual images as well as information such as what cooking utensils are needed to make the dish. The app can also generate a shopping list so customers can remember which ingredients to buy when they visit the store.

“But what’s really clever is it also offers up information, such as ‘you’ve got curry powder here, but we know you bought that three days ago so you don’t need to buy it again’,” explained Clifton. “You might think that isn’t sensible as we want to drive sales, but people value that and come back to us.”

The app has already been tested on a select number of customers for a couple of weeks in two London stores, and the grocer is now evaluating whether to roll it out widely. If rolled out, Clifton said the recipe inspiration offering would be part of the wider MyWaitrose app. “We want to build it all in one capability,” he said. “And we don’t want it just for in-store online.” Clifton said the prototype has been designed so customers can choose how they want to have it fulfilled.

“We know Sainsbury’s are doing very similar things and we’re not claiming this to be revolutionary,” he said, noting how it’s the right thing to do in order to give customers choice to maintain sales and profitability.

He also said Waitrose is looking at how to combine shopping lists from multiple MyWaitrose members living under one roof so online shopping lists can be shared.

“Rather than having multiple lists, we can link the MyWaitrose accounts and all those people can see the same list,” explained Clifton. “It saves the texts I frequently get which say: ‘don’t forge to pick up bananas’ and I have to go home and fess up.” These lists will also inform the customer if they’ve purchase an item recently, reminding them they don’t really need to buy it.

Source : essentialretail.com

(Auteur : Laurence Faguer)
Vous voyez quelque chose que vous aimez ? Pas besoin d’attendre. En lançant sa première application mobile destinée à sa clientèle européenne, Tommy Hilfiger reste fidèle à sa ligne directrice : faciliter l’achat immédiat du vêtement de vos rêves (qu’il soit vu sur un podium, sur Instagram, en magasin ou partout ailleurs dans le monde).

Tommy Hilfiger unveils European mobile app

Tommy Hilfiger (dont les ventes ont augmenté de 7% en Europe en 2016), est l’un des stylistes à miser sur l’achat immédiat (see-now-buy-now) lors de ses défiles, offrant à ses clients la possibilité d’acheter les vêtements dès leur présentation sur le podium.

Sa stratégie mobile suit cette même approche « direct-to-consumer », que le client soit loin ou dans le magasin. Conçue avec PredictSpring et lancée dans 17 pays en 4 langues, l’application mobile européenne mixe Contenus (dont un flux vidéo en streaming présentant Gigi Hadid, égérie de la marque) et Commerce, avec à peu près tout ce qui se fait de mieux en matière de fonctionnalités « services connectés ».

On remarquera particulièrement :

Shop-the-Look dans Instagram – Les porteurs de l’appli peuvent désormais parcourir dans celle-ci le flux du compte Instagram de Tommy Hilfiger, et acheter instantanément le vêtement au moyen du « buy button ». En terme de gratification immédiate, on ne fait guère mieux. De là à voir l’appli court-circuiter les achats faits traditionnellement sur le site web, il n’y a qu’un pas.

Pour Avery Baker, chief brand officer deTommy Hilfiger, l’objectif de l’appli est clairement de rendre accessible chaque ‘look” à tous leurs clients dans le monde – que ces vêtements soient présentés par la marque lors d’un défilé, ou par des clients sur leur compte Instagram. « Nos réseaux sociaux amplifient la dynamique de chacun de nos défilés, en racontant des histoires autour de nos vêtements . Nous voulons porter ce contenu à un niveau supérieur encore, en proposant dans notre appli l’’achat immédiat”. L’intégration de la carte de fidélité – Les membres du Hilfiger Club peuvent accéder à leur compte fidélité dans l’appli et bénéficier de deux avantages immédiats :

En magasin, transformer leurs points acquis en une réduction immédiate sur leurs achats (impact évident sur les ventes du magasin, s’il devait encore devoir trouver un intérêt pour pousser l’usage de l’appli mobile lorsque le client est dans le magasin physique).

Ces membres reçoivent des messages personnalisés, promotions et invitations à des évènements online ou magasin. La marque joue ici sur du velours : on connait l’engouement que suscitent les défilés Tommy Hilfiger, comme en février dernier à Venice Beach.

Disponibilité en temps réel d’un article en magasin – Les porteurs de l’appli peuvent rapidement vérifier la disponibilité d’un article en scannant l’étiquette (ou sa disponibilité dans d’autres tailles, d’autres couleurs), et le commander directement dans l’appli, si le produit est manquant en magasin ou s’ils souhaitent ressortir les bras déchargés de tout paquet. Deux freins en moins levés pour augmenter les ventes.

Services in-store personnalisés : A l’entrée du magasin, les possesseurs de l’appli qui ont opté pour ce service reçoivent une notification leur proposant d’accéder au contenu de leur wishlist ou à leur historique d’achat.

Cet enjeu de continuité Online > Magasin est très important pour les enseignes, comme l’expliquait en novembre dernier Grégoire Baret, Directeur Général pour le Groupe ALDO, en charge de l’expérience omni-canal, à l’ouverture du nouveau « magasin connecté » dans le Westfield de New York : “faire en sorte que le consommateur ne perde pas tout ce travail de préparation fait avant la visite magasin.

Avec cette appli, Tommy Hilfiger répond à la manière dont la génération des digitale native considère mobile et réseaux sociaux : une porte d’entrée vers leurs marques préférées, à la fois source d’inspiration et lieu d’achat, loin ou dans le magasin.

Source : customer-insight-consulting.com

(Author : Dan O’Shea)
Tommy Hilfiger has partnered with mobile commerce enabler PredictSpring to build and launch the lifestyle brand’s first mobile app targeting the European market, according to a press release.

Tommy Hilfiger unveils European mobile app

The app caters to consumers in 17 countries and supports four languages, offering users the ability to, among other things, shop looks directly from the brand’s Instagram feed, including looks from the TommyxGigi capsule collection. A “buy button” encourages purchases and makes checkout fast, simple and secure, the companies said.

The app is also the first to integrate the Hilfiger Club loyalty program, allowing members to log-in to their loyalty accounts via the app and receive personalized messages, promotions and event invitations. Consumers also have immediate access to loyalty rewards.

Dive Insight:
In addition to the shopping and loyalty features mentioned, the app offers a couple of other notable features. One is in-store item scanning, which allows app users to scan tags in-store to check product availability and order items directly through the app. In the age of omnichannel, this is becoming a fairly essential capability, giving the customer the power to check inventory availability beyond the confines of the store’s walls. It might sound counterintuitive to keeping a customer in the store, but it could be key to keeping them as a customer.

Another feature of the app is enhanced personalization. Under this capability, consumers receive push and geo-fence notifications, allowing them to access wishlists, purchase history and a store locator feature within the app. Again, these sorts of functions are significant to helping customers feel that a desktop shopping experience and a mobile shopping experience don’t have to be very different.

Meanwhile, this is another big win for PredictSpring, a company started just a couple of years ago by a former Google executive that has very quickly built a reputation as a builder of mobile commerce experiences and apps for some of the biggest names in fashion apparel. Tommy Hilfiger joins a list that also include Charlotte Russe, whose mobile app just last month exploded past one million downloads, and Cole Haan, which like Hilfiger, used PredictSpring’s technology to help it crank out sales via Instagram images.

The fashion retail market continues to be incredibly turbulent, so feature-rich, highly functional mobile apps are going to be increasingly important for both retailers and the global brand names that want to make sure they can stay in front of customers no matter what happens next.

Source : retaildive.com

(Auteur : B. Merlaud)
L’orientation vers le bien manger est “la” figure imposée du commerce de la fin des années 2010. Pour jouer sa partition en se distinguant de la concurrence, Auchan mise sur une appli de conseils nutritionnels intégrant l’historique d’achat des clients. Un gros volet d’accompagnement (y compris personnel) est aussi prévu pour les collaborateurs.

Auchan va jouer les coachs nutritionnels

Le distributeur se plaît à croire qu’il tient là “une innovation mondiale”. Et c’est bien possible. L’application mobile, mystérieusement appelée “la vie en bleu”, sera lancée en juillet 2017 dans les différents pays du groupe. Co-développée avec deux start-up françaises, elle est actuellement testée en France, en Hongrie, en Espagne et à Taïwan.

Sur la base des achats réalisés dans l’enseigne, connus via le compte de fidélité, l’application jouera le rôle d’un coach santé embarqué. Les clients les plus motivés pourront évaluer leurs habitudes de consommation et trouveront des solutions pour améliorer le profil nutritionnel de leurs paniers. En fonction de leurs objectifs ou de leurs allergies, ils pourront en outre se faire guider en composant des listes de courses sur l’appli.

Comme la concurrence, Auchan fait aussi valoir un chantier de longue haleine visant à améliorer le profil de ses MDD. “Mais on n’y va pas avec nos habitudes du passé, lance Wilhelm Hubner, le directeur général d’Auchan Retail (et aussi président du directoire d’Auchan Holding). Dans chaque pays, nous avons constitué des collèges d’experts et de scientifiques, pour nous challenger dans nos démarches.”

Toute l’offre MDD du groupe est passée au crible. Pour l’alimentaire, le scan sera bouclé fin mai. Le tour du non-alimentaire viendra au second semestre. A la clé, si nécessaire, les cahiers des charges des produits seront remis en cause.

“Le positionnement des MDD n’est plus de faire comme le leader 20% moins cher, poursuit le dirigeant. On est bien dans la conception de produits, qui doivent vivre leur vie, avec leur qualité comme première promesse. Même si on conserve bien sûr des garde-fous sur le prix, qui vient en second.”

Les filières agricoles, dans le même temps, vont continuer de se développer. 100 nouvelles signatures par an sont annoncées à l’échelle du groupe. Les plus nombreuses viendront des pays “jeunes” d’Auchan mais en France, par exemple, des filières sur la fraise, la courgette, le surimi, le poulet ou le pain bio feront leur apparition cette année.

La promo, enfin, devra jouer son rôle dans l’incitation à mieux consommer. “Peut-être qu’on ne poussera plus de façon intempestive des catégories comme les sodas, image Wilhelm Hubner. Ce sera aux patrons des formats, par pays, d’en décider. Mais ces catégories ne disparaîtront pas de nos rayons. Notre histoire, c’est la liberté, le choix offert au client. Nous allons davantage jouer un rôle pédagogique.”

Bilans de santé gratuits
Dans son plan à 2025 pour “changer la vie”, Auchan se tourne aussi, en interne, vers ses collaborateurs. A partir de cette année, dans les douze pays du groupe, tous les salariés de plus de 40 ans pourront bénéficier d’un bilan de santé gratuit tous les trois ans. Selon les pays, des assurances santé seront financées et même des prêts à taux zéro pour les frais non pris en charge par les mutuelles. Des médecins, diététiciens, coaches sportifs dispenseront leurs conseils aux collaborateurs, des séances de “réveil musculaire” seront organisées dans les entrepôts, etc.

Un plan de formation, enfin, appuyé par une plate-forme en ligne à partir de juin, doit permettre aux salariés de prendre soin d’eux autant que des clients.

“On a des sujets de fierté dans l’entreprise, conclut Wilhelm Hubner. L’actionnariat salarié en est un. Notre démarche militante pour le bon, le sain et le local en sera un autre, parce qu’il redonnera encore plus de sens au métier de commerçant.”

Source : lineaires.com

(Auteur : Juliette Raynal)
Pour AccorHotels, les hôtels ne sont plus uniquement des lieux d’hébergement. Le géant de l’hôtellerie veut capitaliser sur ses actifs immobiliers sous exploités pour se diversifier. Il vient de lancer une application mobile qui permet aux résidents de profiter des petits commerçants d’un quartier même en dehors des horaires d’ouverture.

Avec son app AccorLocal, AccorHotel ne vise plus les touristes mais les voisins de ses hôtels

Chahuté par le succès mondial d’Airbnb d’un côté et par l’hyperchoix proposé par Booking de l’autre, le géant de l’hôtellerie AccorHotels cherche à se réinventer. Cette mue se traduit par une stratégie axée sur le mobile et l’expérience client, mais aussi par une diversification inattendue, qui consiste à replacer les hôtels au centre de la vie de quartier. “Il s’agit de notre verticale locale”, confie Romain Roulleau, le directeur e-commerce du groupe, rencontré lors du salon One to One, qui se tenait fin mars 2017 à Monaco.

Première illustration de cette diversification : le lancement (très discret), en mars dernier, de l’application mobile AccorLocal. “Cette application n’est pas destinée aux touristes et voyageurs d’affaires, mais aux habitants d’un quartier”, précise d’emblée Romain Roulleau. Développée par la conciergerie John Paul, rachetée en juillet dernier pour un montant non dévoilé, l’application propose aux résidents de profiter des petits commerçants d’un quartier même en dehors des horaires d’ouverture. “L’hôtel est ouvert 24h/24 et 7j/7 et pourtant il est complètement déconnecté de la vie de quartier, il est comme dans une bulle”, explique Romain Roulleau. “Ce sont (les hôtels, ndlr) des lieux physiques de taille conséquente devant lesquels les habitants passent tous les jours sans jamais y mettre les pieds. Or, les collaborateurs (de l’hôtel, ndlr) sont là et peuvent apporter un certain nombre de services à destination du voisinage”, poursuit-il.

LES HÔTELS NE SONT PLUS UNIQUEMENT DES LIEUX D’HÉBERGEMENT
Dans les faits, la première version de l’application a été déployée autour de huit hôtels parisiens (Novotel Paris Vaugirard Montparnasse, Ibis Paris Tour Eiffel Cambronne, Ibis Paris Montmartre, Ibis Styles Paris Gare de l’Est, Ibis Paris Bastille Opéra, Novotel Paris Gare de Lyon, Pullman Paris Centre-Bercy et Novotel Paris La Défense). Elle propose aux habitants des quartiers concernés différents services comme la possibilité de commander un bouquet de fleurs et de le récupérer à la réception de l’hôtel au moment le plus adapté, même tard dans la soirée, ou encore la possibilité de laisser des vêtements tôt le matin pour que l’hôtel se charge de les amener au pressing. “On peut aussi imaginer que des parents qui aient besoin de faire garder leurs enfants, les confient au personnel de l’hôtel, puis les récupèrent à leur retour. Nous avons du personnel qui est présent mais qui n’est pas occupé tout le temps”, argue Romain Roulleau.

Pour l’heure, il s’agit d’un projet pilote et le directeur e-commerce explique que le groupe est en phase de “test and learn”. Mais le développement de cette application n’est qu’un exemple parmi d’autres du virage qu’entame le groupe du CAC40. AccorHotels est récemment entré au capital de la microchaîne d’hôtels allemande 25hours. L’un des hôtels, situé à Berlin, est un lieu de destination de nombreuses personnes qui n’y dorment pas forcément, raconte Romain Roulleau. “Les hôtels ne sont plus uniquement des lieux d’hébergement. Il faut avoir les outils digitaux qui correspondent à ces lieux d’échange et de vie”, conclut-il.

Source : usine-digitale.fr

(Author :  Sarah Perez)
Amazon this morning announced the launch of Amazon Cash, a new service that allows consumers to add cash to their Amazon.com balance by showing a barcode at a participating retailer, then having the cash applied immediately to their online Amazon account. The service will support adding any amount between $15 and $500 in a single transaction, Amazon says.

Amazon launches Amazon Cash, a way to shop its site without a bank card

Amazon Cash will be available at brick-and-mortar retailers across the U.S., including CVS Pharmacy, Speedway, Sheetz, Kum & Go, D&W Fresh Market, Family Fare Supermarkets, and VG’s Grocery. Other stores will be added in the future.

The service is not all that different from a similar effort by PayPal, whose PayPal My Cash Card lets you add funds to your online PayPal account, using cash from your wallet. It also has a barcode-only service, powered by Green Dot.

Like PayPal, Amazon Cash is also meant to appeal to the same general demographic who may not yet be shopping online – those who get paid in cash, don’t have a bank account or debit card, and who don’t use credit cards. This “cash customer” (the unbanked or “underbanked) accounts for around 27 percent of consumers, said a 2015 report from the FDIC.

While they may have money to spend online at times, there isn’t an easy way to do so. Until today, they would have to buy an Amazon Gift Card in a designated amount or add cash to prepaid payment cards, to be used at checkout. More broadly, the service could appeal to anyone who just wants to deposit some cash in their Amazon.com account, without hassle.

The advantage to Amazon Cash is that, as soon as you checkout at the register, the funds are available in the customer’s Amazon account. There are also no fees – something that can’t be said of all the prepaid cards on the market.

However, Amazon isn’t selling “Amazon Cash”-branded Gift Cards at stores – instead, customers visit Amazon.com/cash from web or mobile, or search for “amazon cash” in the Amazon mobile app to access their Amazon Cash barcode. They can also navigate to “Manage Gift Card” balance to find the Amazon Cash barcode, as it’s effectively connected Amazon’s gift card functionality.

That same barcode can be reused any time the customer wants to add more cash to their Amazon account. It can also be added to your Wallet app on iOS or as a homescreen shortcut on Android.

To use the service, customers show their barcode to the cashier, and tell them how much cash they want to apply to their account. The cashier then scans the barcode and the customer pays with their cash. (If the customer doesn’t have a smartphone, they can print out the barcode at home and bring that paper to the store instead. This is also suggested for those who have cracked screens on their phones.)

The funds are available instantly and can be used anywhere on Amazon’s site. Customers are alerted to this via a notification sent to their email or registered phone number with Amazon – or, if the mobile app is installed, it will be sent as a push notification. Amazon Cash is launching now in the U.S.

Source : techcrunch.com

(Author : Darrell Etherington)
Starbucks introduced its mobile ordering system in 2015, and it’s been a victim of its own success in some ways.

Starbucks is going to try out a mobile order-only store

Customers at popular spots are eager to use the mobile ordering system to choose their selection and pay in advance, in the hopes of avoiding a line – but they’re having to wait anyway, thanks to a virtual queue that’s as large or larger than the real one, depending on the spot. Now, it’s looking for ways to make mobile ordering work better, and in pursuit of that goal it’s going to trial a location that exclusively serves mobile order customers, within its own Seattle HQ.

The location will go mobile-only starting next week, Reuters reports, turning one of the Seattle-based company’s two internal cafes into a dedicated mobile order and pay location. All mobile orders from building employees, which include 5,000 people, will be routed to the new location, and it’ll feature a different design, with a prominent pick-up window that also offers a view to baristas preparing the orders, according to the report.

Starbucks added the order ahead and pick-up option to its app across the U.S. in September, 2015, and it’s been a popular feature among users since. The feature allows users to browse the Starbucks menu within the app, select a location, and pay for their order ahead of time, receiving an estimate about when it’ll be ready to pick up. Depending on the location, the order will then be left at a designated pick-up location, or called out by a barista for pick-up like orders made in-store.

Source : techcrunch.com

(Author : Darrell Etherington)
Waze is going to help you get your coffee, donuts and breakfast food constructions faster, with a new “Order Ahead” feature that lets you do exactly that: order Dunkin’ Donuts food ahead of time to pick up when you get to the restaurant.

Waze takes a small bite of the food business with ‘Order Ahead’ and Dunkin’ Donuts

Dunkin’ calls itself the “first partner” for this Waze endeavor, meaning it’s likely to team up with other food providers if this works out.  Waze’s order ahead feature requires users to also have the updated version of the Dunkin’ mobile app on their iPhone or Android device, which connects in directly to the Waze app via its existing mobile ordering feature.

Why start with Dunkin’ Donuts? Well, Waze and the coffee/confection provider are old friends, it turns out – Waze mapped all of Dunkin’s dunk destinations (that’s what they call Dunkin’ Donuts store locations; or at least, that’s what I call them) within the app in 2012. Waze’s in-app favoriting native ad unit also started out with Dunkin’ Donuts as its first partner.

Ordering ahead via app has become a curse and a blessing for fellow coffee seller Starbucks, which is dealing with big changes to its retail model to handle the popularity of the feature. Tying it to navigation software the people are using already to get from place to place seems like a way to juice interest even further; I’m far more likely to decide that yes, I would actually like a coffee after all when I open up my navigation app and see it as an option.

It’s also another way Waze is doing a sly, indirect end-around on Uber; the Google-owned company’s Carpool is a ride-hailing competitor in certain, very specific circumstances, and Order Ahead could fit a similar niche in the realm of on-demand food, where UberEATS also operates.

Source : techcrunch.com

(Auteur : Juliette Raynal)
Pour accélérer sa transformation digitale, Adidas place le client au coeur de sa stratégie. Avec l’application Glitch, celui-ci est même impliqué dans la co-création de produits. Le mobile occupe une place clé dans les chantiers numériques de la marque de sport. D’ici à 2020, l’entreprise allemande estime que 40 à 60% de son chiffre d’affaires sera généré via les devices mobiles. Voici comment.

Comment Adidas place le client au cœur de sa stratégie digitale

Le digital ? “Pour nous, c’est avant tout un nouveau moyen de se connecter avec le consommateur”, a assuré Joseph Godsey, le vice-président en charge de la stratégie digitale d’Adidas, lors de la conférence d’ouverture du salon e-commerce One to One, qui se tient du 22 au 24 mars 2017 à Monaco. La firme allemande a récemment créé une nouvelle entité baptisée Digital Brand Commerce afin de proposer “une expérience premium, personnalisée et connectée”.

DES RAYONS “SANS FIN”
Pour relever ce triple objectif, la marque de sport a fait appel à la plate-forme de l’éditeur californien Salesforce afin d’exploiter les données générées par les multiples points de contact (en magasin, sur l’application mobile, sur le site marchand, sur les places de marché, etc.). Objectif : mieux connaître le consommateur (ses préférences, ses attentes, son parcours d’achat) pour mieux le servir plus tard, à travers une expérience unifiée.

L’étape suivante a consisté à coupler les données du parcours d’achat à une connaissance très fine de l’état des stocks, notamment grâce aux puces et lecteurs RFID. Cela permet de proposer “des rayons sans fin aux clients”, explique le vice-président. Ce concept “d’endless aisle s’illustre de différentes manières. Par exemple, si le client est en magasin et qu’il ne trouve pas le produit recherché, le vendeur pourra directement lui commander en ligne et programmer une livraison à son domicile. Pour un achat en ligne, Adidas propose aussi d’expédier les colis depuis ses points de ventes et non depuis un centre logistique si les stocks le permettent. Un moyen de réduire significativement les délais de livraison.

LE MOBILE AU PREMIER PLAN
La marque de sport a aussi souhaité mettre fin aux files d’attentes interminables. “Nous nous sommes aperçus que certains de nos clients faisaient la queue de longues heures avant l’ouverture de nos magasins lors de la sortie d’un nouveau produit”, raconte Joseph Godsey. “Désormais, les clients peuvent, depuis notre application, se créer un profil où ils indiquent leur taille. Ils recevront ensuite une notification pour réserver le nouveau produit et venir le récupérer lorsqu’il est disponible”, poursuit-il.

Plus récemment, Adidas a lancé une nouvelle application baptisée Glitch, du même nom qu’une nouvelle paire de chaussures de football. “Ici, nous avons souhaité créer une expérience client uniquement basée sur le mobile”, explique le vice-président en charge du digital. Réservée à quelques membres de la communauté Adidas à Londres (il faut un code spécifique pour télécharger l’application), Glitch permet aux clients de personnaliser l’intérieur et l’extérieur des chaussures. Toujours depuis l’application, ils peuvent réserver une session d’essayage ou encore se faire livrer dans la journée. Et si le produit ne convient pas après utilisation, il peut être renvoyé. La marque allemande cherche ici à impliquer ses clients dans une logique de co-développement, avant de passer à une commercialisation plus importante. Et si Adidas mise tant sur le mobile ce n’est pas un hasard. L’Allemand estime que d’ici à 2020, 40 à 60% de son CA sera généré depuis des devices mobiles.

CASSER LES SILOS ET ÉCHOUER (RAPIDEMENT)
Pour adopter cette approche centrée sur le client, Joseph Godsey insiste sur le rôle clé de l’organisation de l’entreprise. “Nous travaillions en silos, ce qui nous empêchait d’avoir une vision globale du consommateur, elle était fragmentée. Il a fallu nous réorganiser et adopter des méthodes agiles”, détaille le vice-président. Dernière recommandation : ne pas avoir peur de se tromper… et itérer de nouveau ! Comme dans le sport, l’échec est source d’améloriation et de transformation.

Source : usine-digitale.fr

(Author : Harmeet Singh)
The grocer addresses a customer pain point in Quebec with an addition to its loyalty app.

Metro digitizes rewards feature

As part of an ongoing effort to digitize its loyalty experience, Metro is shifting a key part of its loyalty program to its mobile app. Previously, members of the Metro&Moi program in Quebec received paper “cheques” in the mail four times a year that could be redeemed in-store for the value of accumulated loyalty points. That currency has now been integrated into the Metro&Moi app for easier redemption in-store (the cheques can also be used toward online grocery, which Metro launched late last year).

Customer research had suggested that forgetting to bring the physical cheques to the store was a pain point for shoppers, says Gino Plevano, VP of digital strategy and loyalty at Metro.

The Metro&Moi loyalty program launched in 2010, with an app and revamped website debuting in 2013 as part of the retailer’s shift away from paper program management and offer a more personalized experience (in Ontario, the retailer uses the My Metro app and Air Miles for rewards points). Along with being able to deliver more personalized content, the digital shift has allowed Metro to deliver on more touchpoints in a more cost effective way, Plevano says.

Personalization has been a key theme for Metro’s strategy. In 2015, it launched “Just for Me,” a section of its website and mobile app centred on delivering a more customized experience through things like personalized flyers.

Overall, results are positive when it comes to the number of shoppers connecting their loyalty program membership to the Metro&Moi app, Plevano says. The entire loyalty program has 1.2 million members, although Metro does not disclose how many use the app.

Source : strategyonline.ca