Activation Commerciale

(Auteur : Acuité)
La marque américaine Apple a développé sur l’Iphone X de nouvelles fonctionnalités dont une technologie de reconnaissance faciale, nommée Face ID. Cette dernière repose sur le système de caméra TrueDepth. Lorsque l’utilisateur s’approche de son téléphone, les capteurs analysent son visage.

Warby Parker, la reconnaissance faciale de l'iPhone X peut aider à… choisir ses lunettes

Séduit par le concept, l’e-opticien Warby Parker propose une nouvelle application gratuite dédiée uniquement aux utilisateurs de l’Iphone X. Sa particularité : la prise en compte de la cartographie du visage. Les données sont utilisées pour fournir aux porteurs une recommandation sur le choix de lunettes et de coloris.

Disponible uniquement aux Etats-Unis pour le moment, cette application est encore en cours de développement. Principale limite : les lunettes ne peuvent pas être affichées en réalité augmentée sur le nez de l’utilisateur.

Source : acuite.fr

(Autore: Gaia Masiero)
Aperto la mattina del 7 agosto, il primo profilo Instagram di Apple, conta già 350mila follower (in aumento) e nove post di grande effetto.

Screen Shot 2017-08-09 at 11.51.18 AM
@apple ha pubblicato foto e raccolte, scegliendo le immagini più belle realizzate con iPhone e invitando i follower a esplorare tutte le potenzialità di questo dispositivo.

In ogni contenuto sono indicati i crediti degli autori delle immagini e il mood al quale si sono ispirati per realizzarle. Le foto sono postate con l’hashtag #ShotoniPhone (Shot on iPhone, cioè Scattato con un iPhone) e scelte da Apple per rappresentare il meglio della produzione foto iOS su Instagram. A questo hashtag rispondono attualmente quasi un milione di post e tutti sono invitati a condividere le proprie migliori immagini realizzate con iPhone, che potrebbero essere selezionate e postate sull’account ufficiale @apple.

Fonte: vanityfair.it

(Auteur : Patrice Bernard)
Un an après l’annonce par Apple de l’ouverture aux applications tierces de son assistant vocal interactif, Siri, les initiatives des banques ont rarement dépassé le stade expérimental. Parmi celles qui investissent sérieusement, la canadienne RBC démontre pourtant la valeur des opportunités que recèle ce nouveau canal de relation mobile.

La banque via Siri devient une réalité

En mars dernier, la banque avait déjà introduit, au sein de son application mobile pour iOS, une première fonction de transfert P2P pilotée par la voix. Grâce à celle-ci, il devenait possible d’envoyer de l’argent à l’un de ses contacts en demandant à Siri d’exécuter le virement, sécurisé par l’intermédiaire de Touch ID (et une empreinte digitale). Désormais, le même dispositif permet également de régler les factures, à la seule condition que le bénéficiaire ait préalablement été enregistré.

Même sans être particulièrement évolué, le service simplifie visiblement l’expérience client. Ainsi, au lieu de forcer l’utilisateur à rechercher l’option adéquate dans des menus plus ou moins alambiqués, il lui suffit maintenant d’exprimer ses désirs et de laisser la machine se charger des détails pratiques. Historiquement, l’approche semblait réservée à des fonctions de consultation, par précaution. L’initiative de RBC ouvre la voie à sa généralisation pour toutes les opérations et tous les usages, en toute sécurité.

Il reste toutefois encore du chemin à parcourir pour les institutions financières qui veulent toujours plus faciliter la vie de leurs clients. Dans le cas du paiement des factures, par exemple, pourquoi l’assistant de RBC demande-t-il de préciser le montant et la date du mouvement ? Dans l’idéal (c’est-à-dire le jour où une intégration avec les plates-formes des fournisseurs sera assurée), ces informations devraient pouvoir être renseignées automatiquement et le consommateur n’aura plus qu’à confirmer la transaction.

Naturellement, tout le monde n’est pas nécessairement enclin à adopter une interface vocale. Pour cette raison, et pour ceux qui préfère les échanges écrits, la banque s’intéresse aussi aux messageries instantanées, en commençant par insérer une capacité (certes moins originale) de virement de fonds entre particuliers au sein de la solution iMessage d’Apple. L’objectif est similaire : il s’agit de mettre les services financiers à portée de l’utilisateur, au plus près de son besoin, en toutes circonstances.

Tandis que les géants du web, suivant la trace des pionniers chinois, lancent des options de paiement qui promettent de s’immiscer dans le quotidien des internautes avec une transparence inégalée, je suis constamment surpris que la plupart des banques ne prennent apparemment pas conscience de la menace qu’ils font peser sur leurs activités et restent inertes. Elles ont pourtant à leur disposition de multiples moyens de réagir…

 

(Author : Megan Rose Dickey)
Unless you’ve had a chance to try some Apple HomeKit products in someone’s home or apartment, it can be hard to understand how it all works. In order to help with that, Apple has unveiled interactive HomeKit experiences in 46 of its retail stores worldwide.

Apple unveils smart home experiences in its retail stores worldwide

Now, when you go into Apple’s new retail stores, you’ll be able to use the Home app from either an Apple Watch, iPhone or iPad to control devices like the Phillips Hue light bulb, the Hunter ceiling fan and many others. If you tap to the lower the shades in the living room, for example, you’ll see the shades lower in the house shown on the screen.

In the U.S., people can check out the experience at Apple’s Union Square store in San Francisco, its World Trade Center and Williamsburg stores in New York, and 28 other stores throughout the country. Outside of the U.S., Apple offers these experiences in 15 stores, including ones in the UK, UAE, Germany, Mexico, Singapore and Taiwan. A non-interactive HomeKit experience will be offered at all of Apple’s other stores — the ones without “The Avenue” window displays.

For those unfamiliar with Apple’s move into automation, Apple’s Home app lets people control all of their HomeKit-enabled smart devices from one app. You can group together certain HomeKit devices in the app to create or edit a new scene. Doing so enables you to activate multiple devices with one command — either a tap of the screen or via Siri.

I first had the chance to experience HomeKit last November, when Apple invited TechCrunch to a house in Alameda that it decked out with HomeKit-enabled devices. But before I went, I had a very limited understanding of what it would be like to interact with those devices. And up until today, everyday people didn’t have a way to experience what HomeKit is all about unless they bought some devices.

By offering HomeKit experiences inside retail stores, Apple is bringing the experience I had inside that house to its physical retail stores in order to better familiarize everyday people with the capabilities of HomeKit. And with the HomePod smart speaker set to debut in December — going up against Amazon’s Echo and Google’s Home devices — Apple is clearly looking to put a greater emphasis on the role it can play in your home.

Apple marketed the HomePod at its Worldwide Developers Conference as a Siri-enabled speaker for your home. It also presented the HomePod as a device that can serve as a hub for your HomeKit-enabled devices, such as lights, a garage door, air conditioner and other gadgets. A hub, which both the Apple TV and iPad can function as, is what makes it possible to set up automation, remote access and grant access to additional people.

It’s not clear what success would look like for Apple’s retail store experiences for HomeKit in terms of numbers of visitors, purchases and whatnot, but the ultimate goal seems to be to get people more comfortable with HomeKit devices and help to democratize home automation. Apple also doesn’t have a clear timeline for how long this will be available inside retail stores, but it seems that it will be relatively constant, at least through December when the HomePod comes out.

Source : techcrunch.com

(Auteur : Yoni Van Looveren)
La société technologique Apple en la chaîne d’ameublement Ikea collaborent à une appli de réalité augmentée qui devrait être lancée à l’automne.  Cette appli permet aux clients de vérifier si leur achat éventuel cadre dans leur intérieur.

Apple et Ikea se lancent ensemble dans la réalité augmentée

Les nouvelles collections seront disponibles en avant-première via l’appli
Apple et Ikea sont très ambitieux puisqu’ils prétendent que cette appli sera la plus grande appli de RA au monde. « Elle sera la première appli de réalité augmentée qui permettra aux clients de se décider à faire un achat », selon Michael Valdsgaard, responsable de la transformation numérique chez Ikea Systems.

A l’heure actuelle, il n’est pas encore possible de faire des achats via l’appli, mais Valdsgaard a déjà annoncé que cette option sera disponible à l’avenir. « Dans un monde idéal, il vous suffira de placer un fauteuil dans votre salon à l’aide de l’appli. Un seul clic vous permettra ensuite de le mettre dans votre panier d’achat sur le webshop. »

L’appli devrait être lancé à la fin de l’année. Dans une première phase, elle présentera entre 500 et 600 produits. D’autre part, elle jouera un rôle important lors du lancement de nouvelles collections qui, à l’avenir, seront d’abord disponibles via l’appli.

En 2014, Ikea avait déjà ajouté de la réalité augmentée à ses catalogues. Les utilisateurs avaient la possibilité de placer des produits dans leur intérieur de manière virtuelle. Selon Valdsgaard, cette nouvelle appli va un pas plus loin, et ce surtout grâce à l’expertise d’Apple.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Benjamin Ferran)
Apple a inauguré samedi à Londres un magasin de nouvelle génération, revu de fond en comble. Les modifications apportées en disent beaucoup sur les ambitions de la marque.

ce-que-les-nouveaux-apple-store-revelent-sur-les-ambitions-dapple

Sur Regent Street, l’avenue la plus commerçante de Londres, les badauds peuvent depuis quelques jours découvrir la nouvelle génération des Apple Store. La boutique, la première de la marque à ouvrir en Europe en 2004, est une des attractions de la rue. Au terme d’un an de travaux, dont quatre mois de fermeture complète, le magasin a rouvert samedi dernier. Les changements opérés en disent beaucoup sur l’évolution de la marque depuis dix ans, et sur ses ambitions futures.

Une ville Apple, une vie Apple
Lorsqu’a ouvert l’Apple Store de Regent Street, cette boutique devait faire connaître les produits de la marque au plus grand nombre. Le Mac représentait à l’époque encore plus de la moitié du chiffre d’affaires du groupe, et il s’agissait de montrer ces ordinateurs en fonctionnement aux côtés de l’iPod, le baladeur musical, dont les ventes décollaient. Un Apple Store était avant toute chose un espace de démonstration et de vente.

L’Apple de 2016 est sans commune mesure avec celui d’il y a douze ans. L’immense succès de l’iPhone lui a donné une autre dimension. Son smartphone est devenu un objet du quotidien. Apple a ensuite sorti l’iPad, décliné dans de nombreux formats, puis une montre connectée. Grâce à un puissant marketing, ces produits n’ont plus besoin d’être présentés.

L’Apple Store nouvelle génération a été imaginé comme une ville, où l’on circule dans des allées bordées d’arbres pour s’adonner à la vie Apple. Pour renforcer cette impression d’espace, le premier étage a été repoussé au fond du magasin, et le plafond culmine à sept mètres de hauteur. Apple rogne sur de la surface de vente au sol, mais expose mieux son écosystème, pour encourager à s’équiper de produits, d’accessoires et de services. Ainsi, les visiteurs sont invités à se saisir des produits et à déambuler avec comme s’ils étaient les leurs. Les iPhone, d’ailleurs, ne sont plus attachés par des câbles antivols. On imagine sans mal que des espaces de cette ville dans la ville puissent un jour être dédiés à la réalité augmentée ou à l’automobile.

La technique s’estompe au profit de l’expérience
Les Apple Store doivent une bonne part de leur renommée à la figure bienveillante du Genius, à même de réparer tout ordinateur ou tout smartphone. Dans les nouveaux magasins, les équipiers d’Apple ne sont plus confinés derrière leur comptoir, mais se déplacent à l’étage et s’assoient devant les tables, auprès des clients. Ils seront toujours présents pour échanger un écran brisé ou un bouton défectueux, mais montreront aussi comment se servir d’un iPhone pour monter une vidéo, ou analyser son prochain footing. Apple a cessé de longue date de se définir comme un fabricant informatique, ou d’électronique. Il se présente en fournisseur d’expériences, qui passent tout aussi bien par ses produits, que par les accessoires et les services associés. Cette nouvelle scénographie vient gommer un peu plus à gommer toute référence technique, à la manière des fiches techniques et des prix, déjà remisés sur les écrans des produits.

Dans les nouveaux Apple Store, des experts livreront des animations dans les travées du magasin sur les «arts créatifs», et un forum laissera l’occasion à des photographes, des musiciens, des joueurs et des développeurs de présenter leurs créations. L’accès sera ouvert à tous, mais une réservation pourra être nécessaire. Une place plus large est accordée aux casques ou aux enceintes, distribuées pour certaines en exclusivité.

Une multinationale qui montre un ancrage local
Parmi les 500 Apple Store ouverts dans le monde, Londres est la quatrième ville à accueillir un nouveau magasin de ce format, après San Francisco, Dubaï et Bruxelles. D’autres boutiques emblématiques auront droit à ce traitement, en France peut-être aussi un jour. Elles en reprendront toutes les grandes lignes, avec un forum, les avenues et une salle de réunion pour les clients professionnels.

Contrairement aux boutiques de plus petites tailles, souvent situés dans des centres commerciaux, les Apple Store emblématiques doivent se fondre dans l’architecture des villes. Et ainsi témoigner d’un ancrage local. Les architectes de Foster+Partners ont ainsi fait un usage abondant de la pierre et préservé la façade, ouverte le plus possible sur l’extérieur. L’effet est toutefois moins spectaculaire qu’à San Franciso, où les grandes baies vitrées demeurent ouvertes toute la journée.

Cet attachement permet de souligner l’impact local de la marque, dans un contexte tendu pour Apple en Europe. La Commission européenne a demandé fin août à l’Irlande de récupérer 13 milliards d’euros d’impôts non perçus. L’inauguration de ce magasin, nouvelle formule, a été l’occasion de rappeler que le groupe emploie 6000 personnes au Royaume-Uni, dont 2500 à Londres.

Source : lefigaro.fr

(Author : Obi Anyanwu)
Apple continues to expand in New York City recently opening new locations in the Upper East Side and Williamsburg, Brooklyn. The tech giant is eyeing a new store in Manhattan at a surprising location—Macy’s Herald Square.

macys-to-open-apple-shop-in-herald-square-flagship

Macy’s inked a deal with Apple to be the first department store to house an Apple retail location. The American press reported that Macy’s Herald Square will carry the iPhone, iPad, MacBook and Apple Watch among other Apple products.

The new partnership is one of many that Macy’s has made with retailers. The department store partnered with The Finish Line, Best Buy, Sunglass Hut and Lids to boost sales.

Macy’s has been struggling to keep sales up for six quarters, and recently announced that it will close 100 stores to invest in its online business. The retailer also said that it would enter into more license agreements and add new vendors to its existing stores.

Apple, on the other hand, recently announced the iPhone 7 and 7 Plus, it’s newest phones, and a bevy of new products including the Apple Watch Series 2 and Apple Watch Nike+ among others. The tech company aims to breathe life into the stalling smartphone market that was flat in the second quarter globally.

Source : us.fashionnetwork.com

(Autore: Gianluca Bolelli)
Apple è in un periodo di continui lanci di prodotti. Con il suo nuovo “Apple Watch”, il gigante della California intende posizionarsi come uno dei principali attori del segmento dello sport Web Connected.

nike-e-apple-di-nuovo-partner

Un’occasione troppo bella per lasciarsi sfuggire un’altra collaborazione, devono aver pensato Nike e la Mela di Cupertino. Le due società statunitensi hanno infatti collaborato nuovamente per commercializzare dal 9 settembre l’“Apple Watch Nike+”.

Il prodotto, che è fornito in due dimensioni, presenta uno schermo più chiaro di quello del modello precedente, un GPS preciso, un braccialetto confortevole, perché ventilato e resistente alla traspirazione e una resistenza all’acqua fino a 50 metri di profondità. Oltre al design tipico di Nike, i modelli, proposti in 4 colori, dispongono delle applicazioni Nike+ e hanno naturalmente come target i runner. C’è per esempio un collegamento diretto con l’applicazione ‘Nike+ Run Club‘. Questo prodotto è proposto a partire da 369 dollari e sarà consegnato da ottobre.

Nike doveva assolutamente realizzare una nuova proposta in questo settore, visto quanto lo sport Web Connected stia diventando competitivo. Per esempio, Under Armour si è recentemente associato a Garmin, specialista negli strumenti di misura della prestazione, per fornire un pack del quale fanno parte diversi oggetti connessi, come una bilancia, una scarpa, un orologio e un braccialetto.

Fonte: it.fashionnetwork.com

(Author : Caroline Baldwin)
Apple unveils a new store in San Francisco which is powered by 100% renewable energy.

Apple launches digital eco store in San Francisco

Apple’s new store on Union Square aims to create a green space for the community of San Francisco. Apple’s original San Francisco store opened in 2004 with about 100 employees and the new store opened its 42-foot tall sliding glass doors to customers over the weekend, on Saturday 21 May.

It is fully powered by renewable energy, including power produced by photovoltaic panels integrated into the building’s roof. The store also offers seating and public Wi-Fi 24-hours a day in its ‘Plaza’, as well as a 50-foot green wall which will provide regular acoustic performances for customers.

“We have a deep commitment to the cities we work in, and are aware of the importance that architecture plays in the community,” said Jonathan Ive, Apple’s chief design officer. “It all starts with the storefront – taking transparency to a whole new level – where the building blends the inside and the outside, breaking down barriers and making it more egalitarian and accessible.”

Interactive windows placed along the store’s ‘Avenue’ will change with the season and display Apple products and services.

The ‘Genius Grove’ is situated under a canopy of local trees at the centre of the store, where employees can support customer problems, while ‘The Forum’ features a 6K video wall and will be where the community’s artists, photographers, developers, musicians and entrepreneurs can interact with customers. ‘Today at Apple’ will also provide programmes for children, teachers and developers, meanwhile ‘The Boardroom’ is a space where Apple’s business team can offer hands-on advice and training to entrepreneurs, developers and small and medium business customers

Angela Ahrendts, Apple’s senior vice president of retail and online stores, added: “We are not just evolving our store design, but its purpose and greater role in the community as we educate and entertain visitors and serve our network of local entrepreneurs.”

Source : essentialretail.com

(Auteur :  Jean Philippe Louis)
Quinze ans après le lancement de son premier magasin, la firme à la pomme inaugure de nouveaux lieux de rencontre plus luxueux et dédiés à la création.

Apple lance sa nouvelle génération d’Apple Store à San Francisco

Angela Ahrendts était attendue. En février 2015, Apple annonçait avoir débauché la directrice générale de Burberry, célèbre pour avoir fait de cette marque vieille de 157 ans, une firme ultra-connectée. Le challenge allait être différent chez la firme de Cupertino : faire d’une firme connectée et au final assez grand public, une marque de luxe . Depuis son arrivée chez Apple – qui a payé 73 millions de dollars pour l’avoir à ses côtés selon Re/code -, on attendait la grande annonce de la nouvelle vice-présidente senior en charge des magasins et des ventes en ligne d’Apple.

Finalement, l’annonce est intervenue jeudi (19/05/2016), à l’aube du quinzième anniversaire de l’Apple Store. Angela Ahrendts annonce que ces derniers vont changer et inaugure à San Francisco le premier Apple Store nouvelle génération. L’espace a été imaginé par Ahrendts et dessiné par Jonathan Ive, l’homme qui a réalisé le design du Mac, de l’iPod et de l’iPhone.

Une ville autour de l’Apple Store
Rien ne sera plus comme avant. Angela Ahrendts voulait du beau et du luxe :« Ceci est la nouvelle génération de la vente au détail chez Apple », a-t-elle indiqué. Concrètement, les nouveaux Apple Store seront grands et laisseront plus de place à la lumière avec des portes vitrées de 12 mètres de haut. Un écran gigantesque dominera également l’endroit.

Le premier magasin a ouvert au centre de Union Square à San Francisco. Mais la grande nouveauté réside dans les clients visés par la firme à la pomme. Outre les geeks, les « créatifs » seront ciblés à travers des espaces dédiés à la photographie et à l’art en général. Des musiciens seront invités à jouer le week-end en acoustique.

On comptera également un grand espace pour les professionnels. « Il ne s’agit pas seulement d’offrir à notre Apple Store un nouveau design, il s’agit d’offrir un lieu qui jouera un plus grand rôle dans la vie locale, en proposant aux visiteurs des activités de formation et de divertissement ainsi que des services dédiés à notre réseau d’entrepreneurs », a indiqué Ahrendts.

Outre une montée en gamme, Apple veut créer une ville autour de ses magasins. « Vous pouvez acheter un iPhone pendant que vous descendez l’avenue, profiter d’un séminaire avec des artistes, placer votre ordinateur sous les arbres et suivre une formation dans la salle de conférence. Pendant tout ce temps, vous serez dans un Apple Store

Il y a quinze ans, l’Apple Store
C’est une petite révolution pour Apple. Jusqu’à présent la firme semblait d’abord chercher à étendre son réseau de magasin plutôt qu’à le moderniser. On compte aujourd’hui 479 Apple Store. Tim Cook va ouvrir ses trois premiers Apple Store en Inde – A Bombay, Bangalore et Delhi – pour un investissement de l’ordre de 15 millions de dollars. Le géant américain génère plus de revenu par mètre carré que n’importe qu’elle autre magasin y compris les bijouteries. Selon Business Insider , c’est en voyant le succès des Apple Store que Microsoft a décidé de d’ouvrir ses magasins. Et voici à quoi ressemblaient les premiers Apple Store, présentés par le cofondateur d’Apple, Steve Jobs en personne.

Source : lesechos.fr