Activation Commerciale

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
La semaine dernière Aldi Süd a ouvert un restaurant éphémère à Cologne, où les clients peuvent goûter des plats préparés avec des produits de chez Aldi. Le discounter allemand entend ainsi mettre en avant la qualité de son rayon frais.

Aldi Süd lance un bistro pop-up

Menu du jour à petit prix
Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne ‘Einfach ist mehr’ qui souligne le rapport qualité-prix du discounter. Le menu est à l’image du credo d’Aldi, à savoir la simplicité : il s’agit d’un menu à trois plats au prix de 7,99 euros. Pour le plat principal les clients ont le choix entre du poisson, de la viande ou un plat végétarien. Bien entendu tous les ingrédients viennent de chez Aldi.

Le restaurant se veut « un lieu de rencontre, où chacun pourra découvrir la qualité des produits Aldi », explique Sandra Sibylle Schoofs, directrice marketing chez Aldi Süd, dans un communiqué de presse. Le bistro mobile a été installé dans huit containers maritimes et est pourvu d’une terrasse sur le toit. L’aménagement intérieur est de style urbain, avec du mobilier vintage. Le restaurant est ouvert tous les jours de 11h à 21h et restera à Cologne durant trois mois, après quoi le bistro se rendra dans d’autres endroits en Allemagne.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Gredy Raffin)
Le service de location de véhicules entre particuliers mis au point par Daimler, Croove, a ouvert sa plateforme à Berlin, deuxième ville du dispositif.

Mercedes-Benz Carsharing auf Expansionskurs: Nächste Ausfahrt: Berlin: Croove erobert die Hauptstadt mit privatem Carsharing

La proposition a fait mouche. Croove, le service de location de véhicules entre particuliers de Daimler, que l’on pourrait comparer à Drivy ou Koolicar chez nous, va s’étendre au-delà-des limites de Munich, comme la preuve d’un succès potentiel. Le groupe allemand a annoncé, en effet, que sa plateforme allait désormais être rendue accessible aux habitants de Berlin.

La capitale allemande sera donc la seconde ville à être couverte par Croove. Accessible par le biais d’une application ou directement ligne sur Internet, Croove met en relation des propriétaires de véhicules et des utilisateurs qui peuvent les réserver, contre rétribution. Ce qui correspond donc à une offre de service complémentaire de Car2Go, qui dispose d’une flotte de véhicules en libre accès.

Croove n’est pas attaché à Daimler. Toutes les marques et modèles de voitures peuvent être enregistrées sur la plateforme. A Munich, il est par exemple possible de réserver une Nissan GT-R moyennant 400€ par jour. Encore à ses débuts, Croove oblige néanmoins à une passation des clés de la main à la main. Daimler promet qu’à l’avenir, un dispositif de dématérialisation fera son apparition.

Pour resituer Croove, il s’agit d’un projet découlant du programme CASE de Daimler, soit le plan de développement des technologies Connectées, Autonomes, de partage (Share) et Electriques.

Source : journalauto.com

(Auteur : Tanguy Merrien)
C’est sur l’île de Sylt, au nord de l’Allemagne, que la marque allemande vient d’inaugurer un genre nouveau de point de vente qui se base sur une expérience client plus personnalisée.

Porsche teste une concession d'un nouveau genre

Porsche tente une nouvelle approche, et c’est sur la très confidentielle et huppée île de Sylt, au nord de l’Allemagne, que la marque lance une nouvelle expérience basée autour d’un nouveau type de concession. Ce point de vente se veut emblématique d’une nouvelle approche client vis-à-vis duquel la marque promet un travail plus personnalisé.
“Ce type de concession représente le début d’un nouveau format qui permettra à nos clients de s’enthousiasmer encore un peu plus avec Porsche”, a notamment indiqué Detlev von Platen, directeur ventes et marketing de la marque.

C’est sur une surface réduite de 500 mètres carrés que le nouveau site en question regroupe à la fois une surface d’exposition minimaliste, un bureau, un centre de réalité virtuelle dédié à la présentation de la gamme et à la configuration des véhicules ainsi qu’un atelier réduit à la portion congrue.

On l’aura compris, l’idée principale n’est pas forcément de vendre des véhicules, ce que répète la marque, mais plutôt d’accentuer le lien existant entre Porsche et le client. Si ce dernier souhaite franchir le pas, il lui sera recommandé de se rapprocher d’un des sites de la marque sur le “Continent”.

Porsche réfléchit à ce nouveau type de point de vente pour intégrer des marchés où la pénétration est insuffisante, voire nulle, mais où un investissement conséquent n’est pas forcément nécessaire. Ainsi, Porsche réfléchit à des villes comme Canton, Beyrouth ou encore la Jamaïque pour déployer ce type de showroom à court terme.

Source : journalauto.com

(Auteur : Aurore Hennion)
Qui n’a jamais acheté le pull parfait, avec la bonne couleur, la bonne forme et la bonne coupe, pour se rendre compte, à la maison, que les manches sont bien trop longues ?

Des pulls à la demande

Heureusement, cela pourrait bientôt être un scenario qui restera dans le passé. Après l’imprimante 3D, il y a maintenant la machine à tricoter de haute technologie tricots qui tricote des pulls sur-mesure, tandis que les clients attendent. On dirait de la science fiction ? Pas pour le géant allemand de vêtements de sport Adidas, dont le magasin pop-up de Berlin « Knit for you » propose ce concept innovant, depuis la fin de 2016.

Le magasin pop-up fait partie du projet Factory Store, parrainé par le ministère fédéral allemand de l’économie et de l’énergie, et mis en œuvre par Act3, l’agence d’Adidas en interne. Le magasin abrite une mini-usine où quelques-unes des étapes sont gérées par les clients eux-mêmes, comme la création et l’analyse du corps. « Cela reste très individuel. C’est comme tricoter votre propre pull », a confirmé Christina Sharif, un client qui a commandé des manches plus courtes que le modèle standard, sur son pull bleu électrique,

Adidas propose des pulls sur-mesure en seulement quatre heures
Après la Speedfactory d’Adidas, « Knit for You » est un autre projet mettant en lumière l’avenir des magasins et des modèles de production. Dans les deux cas, la vitesse est la clé, que ce soit dans le processus de production ou pour la réaction face à la demandes des clients, deux points qui deviennent de plus en plus importants. Avec les méthodes de production et de création classique, il faut compter entre 12 et 18 mois pour qu’un vêtement atteignent finalement des magasins. Par rapport à quatre heures seulement, c’est un temps assez long. Trop long, en tout cas pour rattraper le concurrent Nike, ce qui pousse Adidas à faire preuve d’innovation.

Source : fashionunited.fr

(Author : Weronika Jurkiewicz)
The garment goes from design to shelf in four hours thanks to interactive technology and custom-made robots.

Adidas In-Store Machine Knits A Custom Sweater

Making clothes that people want to buy and cutting the time it takes for new designs to hit the stores are the two major challenges for any fast fashion manufacturer.

With its new pop-up, adidas might have just solve them both. Opened in Berlin, the ‘Knit for Youconcept store lets shoppers design a sweater and get it knitted by the state-of-the-art machines within four hours, not only reducing the trend-guessing from the design process, but also substantially cutting the typical manufacturing time of 12 to 18 months.

The tech-infused shopping experience is innovative in its own right and brings to mind an interactive video game. First shoppers enter a darkened room where different designs are projected onto them with an option to switch between pattern using hand gestures. After choosing the final version, customers move to a computer where they pick the color combination. To ensure the perfect fit, the shoppers can get a laser body scan. The custom-designed merino wool sweater cost 200 euros.

Adidas has been exploring localized production and customization in efforts to sell more products at full price and to bring its operating profit margins closet to its biggest rival, Nike, by 2020. Supported by the German government, the Knit for You pop-up will be used by adidas to evaluate the profitability of the concept, before potentially introducing it in other locations.

Source : www.psfk.com

Solera supermarket

(Author : retail design blog)
Masquespacio just finished their last project in Cologne, Germany, for supermarket chain Solera.

Solera supermarket

Sevillian entrepreneur Pepa Bascón decided to move to the German city Cologne twenty years ago in search of new adventures. After several experiences in hospitality, more than 10 years ago she decided to set up a small store of Spanish products in the center of Cologne, bringing the best of her native country to Germany.

Thanks to the good acceptation of her project years further she decided to constitute a more ambitious wholesaler to attend a growing demand of Spanish products by Italian and Spanish restaurants in and around Cologne and Dusseldorf. The augmenting popularity of Spanish gastronomy in Germany, made that Pepa Bascón in 2016 decided to open a new ‘cash & carry’ supermarket with the aim to offer a specific service to non-professional clients in Cologne. For that she contacted Masquespacio to design her new brand and interior space.

Solera supermarket1

The design of the new Solera from around 500 m2 was developed in search of a touch of Mediterranean emotion, mixed with functional features necessary for this type of businesses. The predominating black color offers seriousness, contrasted with several ‘happy’ colors that remind to Spain, without converting themselves in typical Spanish topics. Other elements make us think about Andalucía like the grids with ornaments, as well as the awnings and typical Mediterranean tiles.

Solera supermarket2

The signage also done by Masquespacio follows the patterns of the brand, adding on every moment a touch of emotion to the interior design, transmitting Spanish happiness. Last but not least the kitchen for degustation and seminaries, next to the cold chamber clearly shows the pattern of Solera’s new market, a cash & carry 100% focused on Spanish gastronomy.

Source : retaildesignblog.net

(Auteur : Fabio Crocco)
Porsche Holding Salzburg repense son organisation avec la création de Volkswagen Group Retail France. Le constructeur souhaite céder l’ensemble des concessions de PGA qui ne représentent pas les marques Volkswagen. Le groupe de distribution Emil Frey se positionne comme repreneur.

Création de Volkswagen Group Retail France

Porsche Holding Salzburg (PHS), filiale à 100 % du groupe Volkswagen AG, repense son organisation avec la création, probablement à partir de juillet, de Volkswagen Group Retail France. Cette nouvelle société est appelée à regrouper les concessions du réseau propre du goupe Volkswagen.

À l’occasion de cette évolution, sous réserve d’acceptation de l’Autorité de la concurrence et des procédures d’information et de consultations des instances représentatives du personnel, PHS souhaite céder l’ensemble des concessions de PGA Group SAS qui représentent des marques n’appartenant pas au groupe Volkswagen.

« Nous souhaiterions regrouper dans notre nouvelle filiale Volkswagen Group Retail France les 19 points de vente du réseau propre actuel de Volkswagen Group France avec 44 concessions de PGA Motors qui représentent des marques du groupe Volkswagen » précise Alain Favey, CEO de Porsche Holding Salzburg. « En nous concentrant en Europe sur les marques du groupe Volkswagen, nous améliorerons notre productivité et fidéliserons mieux nos clients », poursuit le directeur général.

193 points de vente cédés au groupe Emil Frey
Volkswagen Group Retail France (VGRF) devrait compter 1 900 employés pour un volume d’environ 30 000 véhicules neufs vendus par an. VGRF s’établirait ainsi comme un acteur majeur dans le réseau des marques du groupe Volkswagen en France. Les 193 points de vente PGA Motors représentant des marques n’appartenant pas au groupe Volkswagen seraient cédés au groupe Emil Frey. PGA Motors continuerait de représenter dans le futur des marques du groupe Volkswagen en France dans 14 points de vente.

Source : decisionatelier.com

(Author : Jana Pijak)
This myAudi Sphere showroom is not your ordinary car dealership and is a retail space that is not only inspiring, but also multifunctional.

The myAudi Sphere Showroom Celebrates the Brand's Design Process

This bold car showroom spotlights the German auto manufacturers newest models while showcasing the brand’s design process — ranging from the colors and finishes it offers to buyers to the luxe lifestyle it is synonymous with.

Located in the heart of Munich, Germany, the myAudi Sphere showroom integrates sleek car models into a futuristic retail area that is equipped with digital and interactive signage. In addition to getting a chance to check out new car models, visitors can participate in a VR test drive session or can sample a craft cocktail or fine wine at the dealership’s elegant bar area.

Source : trendhunter.com

(Auteur : Carole Boelen)
Aldi Süd a annoncé son entrée prochaine sur la plateforme digitale Tmall Global d’Alibaba. Les consommateurs chinois seront donc bientôt en mesure d’acheter les produits du retailer allemand.

ALDI SÜD INTÈGRE LA PLATEFORME TMALL D’ALIBABA

Le lancement « doux » aura lieu le 20 mars prochain et sera suivi du lancement officiel du projet et d’un événement organisé le 25 avril à Shanghai. Dans un premier temps, la gamme se composera essentiellement de produits connus pour avoir un bon taux de pénétration sur le marché chinois (vins, petits-déjeuners, snacking, etc.).

« Les plateformes e-commerce d’Alibaba touche non seulement 443 millions d’utilisateurs actifs, mais répondent aussi à la demande croissante de la classe moyenne chinoise de produits made in Germany » explique Terry von Vibra, GM d’Alibaba Europe. Mais Aldi Süd n’est pas le seul, ni le premier à tenter l’expérience. Le mois dernier, Albert Heijn annonçait son retrait de Tmall.

Aldi entre, AH se retire
Récemment, Ahold Delhaize retirait, après un an de présence, la marque Albert Heijn de la plateforme Tmall. « Il s’agissait là d’un projet pilote, désormais terminé, sachant que Ahold Delhaize dispose aujourd’hui d’une expérience suffisante » expliquait en effet Hanneke Faber (Chief E-commerce & Innovation Officer Ahold Delhaize) dans l’Emerce Magazine. « Nous avons beaucoup appris et en avons tiré de nombreuses leçons que nous appliquerons prochainement » indique-t-elle, suggérant notamment la possibilité de lancer, à terme, sa propre Market Place.

Source : gondola.be

(Auteur : Yoni Van Looveren)
Comme à l’accoutumée le chiffre d’affaires de l’e-commerçant allemand Zalando a connu une forte croissance en 2016. Par rapport à 2015 les ventes ont progressé de près d’un quart et pour l’exercice 2017 les ambitions de l’e-tailer sont similaires.

Le CA de Zalando à nouveau en forte croissance

Légère baisse du bénéfice net
En 2016 Zalando a vu grimper son chiffre d’affaires de 23% à 3,64 milliards d’euros, une croissance moins élevée que l’année précédente, mais néanmoins conforme aux attentes. Dans la région DACH (Allemagne, Autriche et Suisse) le chiffre d’affaires a progressé de 14,8% à 1,8 milliard d’euros, alors que dans le reste de l’Europe les ventes ont bondi de 29,6% à 1,57 milliard d’euros.

L’EBIT ajusté est également en hausse, passant de 107,5 millions d’euros à 216,3 millions d’euros. La marge EBIT ajustée a augmenté de 3,6 à 5,9%. Ce chiffre positif est entièrement attribuable aux pays germanophones, car dans le reste de l’Europe Zalando a subi une perte de 3,3 millions d’euros.

Le bénéfice net s’est établi à 120,5 millions d’euros ; une légère baisse par rapport aux 121,5 millions d’euros générés l’année auparavant. A noter que la baisse est la plus marquée au quatrième trimestre : durant cette période le bénéfice net est passé de 102,7 millions d’euros à 60 millions d’euros.

Près de 20 millions de clients
Outre les résultats financiers, le site affiche également d’excellents chiffres au niveau du taux de fréquentation : en 2016 le site web de Zalando a été visité 1,99 milliard de fois, contre 1,66 milliard de fois en 2015. La part des visites effectuées par voie mobile continue de croître : de 57,1% à 65,6%. Le nombre de clients actifs est passé de 17,9 millions à 19,9 millions, alors que le nombre de commandes a grimpé de 55,3 millions à 69,2 millions. Toutefois la valeur moyenne par commande a baissé de 67,8 euros à 66,6 euros.

En début de semaine Zalando a également annoncé le rachat de KICKZ, retailer multicanal allemand, spécialisé dans les articles de basketball. Cette acquisition doit permettre à Zalando de renforcer sa position dans le segment du sport, principalement dans le domaine du basket. Zalando s’attend à ce que la reprise soit finalisée durant la première moitié de 2017. Le montant de la transaction n’a pas été communiqué.

Source : retaildetail.be