Activation Commerciale

(Author : Christine Chou)
In the U.S., car-shopping means hours spent at a local dealership and tense negotiations with salespeople. In China, it requires little more than a tap on the touchscreen of your mobile phone.

In China, the vending machine of the futur sells cars

So far that has meant simply purchasing a new vehicle online. But Tmall, the Alibaba Group-owned B2C shopping site, is looking to take this specific type of e-commerce to the next level—with the “Automotive Vending Machine.”

According to Yu Wei, general manager of Tmall’s automotive division, the company hopes to launch the first such vending machine later this year. Consumers would browse the cars stored in the massive garage-like structure on their smartphones, make their purchase, and then the cars would be delivered to them at ground level. “It will makebuying cars as easy as buying a can of Coke,” Yu said.

Alibaba’s “new automotive retail model” will be the key to making these vending machines a reality. Introduced during Tmall’s “6.18” mid-year sale in June, the model allows mobile shoppers with good credit scores to purchase their new ride in only five minutes.

Anyone with over 750 points on Sesame Credit, Alibaba’s credit-scoring system for consumers, could select a model online, pay a 10 percent initial fee and pick up their new car. Then all they would need to do is to make monthly payments through Alipay until it is paid in full.

For example, to purchase a car priced at 150,000 RMB ($22,200), consumers would pay a 15,000 RMB ($2,220) initial fee to get the vehicle, and then pay installments of less than 2,000 RMB ($300) per month.

About 1,500, or 5 percent, of the 30,000 cars sold on Tmall within the first three days of the new payment model’s launch were purchased by consumers using this system. “The era of online car shopping has already arrived,” said Yu.

Alibaba has been experimenting with different online sales models for the autos industry. Last year, Maserati sold 100 cars in 18 seconds during a flash sale on Tmall to mark the opening of its flagship store on the B2C platform. Fellow Italian luxury car brand Alfa Romeo followed with its own flash sale last March, selling 350 Giulia Milano cars in 33 seconds.

Luxury vehicle brands are expanding online in China to reach the country’s affluent and digitally active consumers, according to research consultancy L2. The move to e-commerce also reduces their reliance on conventional auto dealerships as they seek to drive sales in the country, L2 wrote in a recent report. The report said China, already the world’s largest car market, is projected to become the top market for luxury vehicles by 2020.

Source : alizila.com

(Auteur : Fashion Network)
Alibaba Group Holding, qui envisage d’investir au Kenya, table sur une hausse de 45 à 48 % de son chiffre d’affaires annuel à la faveur d’une accélération du nombre de petites entreprises accédant à sa plate-forme de vente, a déclaré jeudi son président et fondateur, Jack Ma, à l’occasion de sa première visite sur le continent africain.

Alibaba, hausse attendue de 45 à 48 pour cent du chiffre d'affaires annuel

Le géant chinois du commerce en ligne a réalisé sur l’exercice annuel clos fin mars un chiffre d’affaires de 22,99 milliards de dollars (19,75 milliards d’euros). « Sur nos revenus de cette année, nous allons encore dégager une croissance de 45 à 48 %, l’argent venant en résolvant les problèmes des autres », a dit Jack Ma à des centaines de cadres supérieurs dans la salle bondée d’un grand hôtel de Nairobi.

L’homme d’affaires chinois a dit envisager d‘investir au Kenya à l’issue d’une rencontre avec de jeunes entrepreneurs et après avoir salué la qualité des infrastructures en haut débit du pays. « J’ai été surpris par la vitesse de l’Internet », a-t-il noté. Il a ajouté, lors d’une autre visite, faite à l’Université de Nairobi, que la vitesse du réseau au Kenya était plus élevée que dans certains pays développés.

Jack Ma, accompagné de dizaines d’entrepreneurs chinois, a également loué les initiatives locales en matière de création d’entreprises, tout en promettant de faire plus tard une annonce officielle sur les investissements envisagés au regard des opportunités qu’il y avait observées.
« On dit qu’il est très difficile de trouver un autre Jack Ma en Chine, mais aujourd’hui, nous avons trouvé beaucoup de Jack Ma en Afrique », a-t-il conclu.*

Source : fr.fashionnetwork.com

(Auteur :  Juliette Raynal)
Pour lancer en Chine sa marque de prêt-à-porter Natalys, le groupe français GPE a noué un partenariat avec Alibaba, l’Amazon chinois. L’enseigne française compte d’abord se faire connaître sur Internet et exploiter les données issues des ventes en ligne pour adapter son offre produits et investir, dans un second temps, les centres commerciaux. Plus étonnant, cette incursion dans l’univers du “brick and mortar” se fera aussi avec l’aide d’Alibaba. 

Pour s'imposer en Chine, les magasins Natalys font le pari du web first

En l’espace de 30 ans, le groupe GPE est passé de 0 à 450 millions d’euros de chiffres d’affaires grâce à ses trois marques d’habillement pour enfants : Sergent Major, Natalys et Du Pareil au Même. La société, dirigée par Paul Zemmour, nourrit de grandes ambitions pour le marché chinois. “Nous voulons atteindre le même chiffre d’affaires sur le marché chinois, mais au lieu de le faire en 30 ans, nous voulons le faire en 20 ou 15 ans. C’est un objectif fort mais pas inatteignable“, juge Claude Courgey, directeur de l’enseigne Natalys et de la supply chain au sein du groupe GPE, invité à une journée de conférences organisée par Alibaba, l’Amazon chinois.

Pour atteindre cet objectif, le groupe français fait le pari du numérique… après une première incursion peu concluante dans le monde physique. “Nous sommes allés en Chine il y a 6 ou 7 ans avec la marque Sergent Major. Nous avons investi beaucoup d’argent pour ouvrir des magasins dans des centres commerciaux, mais la croissance n’a pas été assez rapide”, confie Claude Courgey. Pour lancer sa deuxième marque, Natalys, la maison mère a donc changé de stratégie et s’est rapprochée du géant chinois Alibaba.“Nous nous sommes lancés exclusivement sur Tmall (la marketplace d’Alibaba, ndlr) et comptons passer, après, dans le offline”, poursuit-il.

UTILISER LA DATA POUR ADAPTER L’OFFRE PRODUITS EN MAGASIN
Et pour se développer dans les centres commerciaux, Natalys mise… également sur Alibaba ! Le mastodonte du numérique s’est, en effet, engagé dans une stratégie multicanal. En janvier dernier, il a lancé une offre publique d’achat sur Intime, un groupe qui gère 17 centres commerciaux et 29 grands magasins en Chine. “Le rachat qu’a fait Alibaba est important pour nous. Nous allons pouvoir nous développer conjointement sur Tmall et dans les malls”, commente le directeur de Natalys.

La marque espère tirer de cette stratégie “web first” plusieurs avantages. D’abord, améliorer sa notoriété. En Chine, les internautes ne lancent pas de requêtes sur Google, mais directement sur Tmall. Ensuite, outre un canal de distribution et de notoriété, la marketplace constitue un puissant outil marketing. Toutes les données issues des ventes en ligne vont pouvoir être exploitées pour mieux comprendre les consommateurs chinois (Quelles sont leurs appétences ? Quels produits recherchent-t-il ? En quoi se différencient-t-ils d’autres consommateurs ?) et adapter l’offre produits en conséquence. Claude Courgey énumère déjà plusieurs spécificités, comme la préférence pour des vêtements sans bouton, ni fermeture, mais plutôt élastiques. Prochaine étape : remonter à la phase de conception, pour adapter les articles dès leur production aux préférences et spécifités du marché local.

Source : usine-digitale.fr

 

(Author : Cate Cadell)
The “Tmall Genie” costs 499 yuan ($73.42), significantly less than western counterparts by Amazon and Google, which range from $120 to $180.

Alibaba Launches Low-Cost Voice Assistant Amid AI Drive

China’s Alibaba Group Holding Ltd launched on Wednesday a cut-price voice assistant speaker, similar to Amazon.com Inc’s “Echo”, its first foray into artificially intelligent home devices. The “Tmall Genie”, named after the company’s e-commerce platform Tmall, costs 499 yuan ($73.42), significantly less than western counterparts by Amazon and Alphabet Inc’s Google, which range from $120 to $180.

These devices are activated by voice commands to perform tasks, such as checking calendars, searching for weather reports, changing music or control smart-home devices, using internet connectivity and artificial intelligence. China’s top tech firms have ambitions to become world leaders in artificial intelligence as companies, including Alibaba and Amazon, increasingly compete for the same markets.

Baidu, China’s top search engine, which has invested in an artificial intelligence lab with the Chinese government, recently launched a device based on its own Siri-like “Duer OS” system. The Tmall Genie is currently programmed to use Mandarin as its language and will only be available in China. It is activated when a recognised user says “Tmall Genie” in Chinese.

In a streamed demonstration on Wednesday, engineers ordered the device to buy and deliver some Coca Cola, play music, add credit to a phone and activate a smart humidifier and TV. The device, which comes in black and white, can also be tasked with purchasing goods from the company’s Tmall platform, a function similar to Amazon’s Echo device.

Alibaba has invested heavily in offline stores and big data capabilities in an effort to capitalise on the entire supply chain as part of its retail strategy, increasingly drawing comparisons with similar strategies adopted by Amazon.

It recently began rolling out unstaffed brick-and-motor grocery and coffee shops, using QR codes that users can scan to complete payment on its Alipay app, which has over 450 million users. Amazon launched a similar concept of stores in December.

Source : businessoffashion.com

(Author : China Retail News)
Chinese e-commerce group Alibaba and the Internet fresh food platform Yiguo signed an equity transfer contract, under which Alibaba will purchase 18% shares of Lianhua Supermarket from Yiguo.

Alibaba To Acquire 18 Stake In Lianhua Supermarket

According to a report published by Bailian Group, Alibaba will gain 201,528,000 Lianhua domestic shares, making it the second largest shareholder of Lianhua. Meanwhile, Yiguo will still hold a 1.17% stake in Lianhua.

Lianhua Supermarket is a related company of Shanghai Bailian. It was launched in 1991 and it mainly operates hypermarkets, supermarkets, and convenience stores. By December 31, 2016, Lianhua Supermarket and its subsidiaries had a total of 3,618 stores, covering 19 provinces and municipalities in China.

In February 2017, Alibaba Group and Bailian Group announced a strategic cooperation in Shanghai. The two parties said that based on big data and Internet technologies, they would seek full cooperation in six sectors, including full business integration and innovation, new retail technology development, high-efficiency supply chain integration, membership system interoperation, payment and finance interconnection, and logistics system collaboration. However, they did not mention capital cooperation at that time.

Alibaba Group said that they will rebuild new retail smart stores with big data in the future to improve consumer experience and business operation efficiency.

At present, the two parties are discussing specific plans for their supermarket business cooperation. Lianhua Supermarket’s 3,618 stores around China are expected to be the first to have new retail distribution and transformation.

Source : chinaretailnews.com

(Autore: Chiara Bertoletti)
Si chiamerà Italian Pavilion, sarà permanente e promuoverà in particolare le eccellenze vitivinicole e agro-alimentari del nostro Paese. 

U468P886T1D84345F12DT20131015110857

Un’occasione ghiotta per il made in Italy, che troverà presto un valorizzante sbocco online sul gigante dell’e-commerce asiatico Alibaba. A darne notizia è Rodrigo Cipriani Foresio, managing director per il Sub Europa di Alibaba Group, che a margine del convegno The World Wine Market Outlook 2020, promosso da Ismea e Vinitaly, ha annunciato:

“Grazie al supporto del Ministero dell’Agricoltura e di Ice verrà presto inaugurato un Italian Pavilion permanente su Alibaba, dedicato alla promozione delle eccellenze italiane, in particolare dei prodotti vitivinicoli e agro-alimentari. Inoltre, dopo il successo dello scorso anno, il prossimo 9/9 si terrà la seconda edizione del Wine & Spirits Festival Day, con l’obiettivo di superare i 100 milioni di ordini effettuati durante la prima edizione e di registrare un numero di adesioni di cantine italiane sempre maggiore. Infine, in virtù dell’accordo siglato tra UniCredit e Alipay, il sistema di pagamento di Alibaba, i turisti cinesi potranno effettuare i propri pagamenti in Italia da oggi anche a Vinitaly e agli aeroporti di Rome”.

Fonte: mark-up.it

(Auteur : Maxence Fabrion)
Au cours des quatre dernières années, WayRay, start-up suisse spécialisée dans la réalité augmentée pour l’industrie automobile, a investi 10 millions de dollars pour créer une technologie de projections holographiques.

Alibaba injecte 18 millions de dollars dans WayRay pour intégrer la réalité augmentée dans la voiture

Cet investissement doit permettre à WayRay de commercialiser Navion, son système de navigation à réalité augmentée. Dès 2018, Navion sera intégré à l’un des modèles de véhicules conçus par Banna pour en faire «la première voiture grand public au monde dotée d’un affichage en périphérie de l’écran principal».

Le montant
La start-up suisse WayRay, spécialisée dans la réalité augmentée pour l’industrie automobile, a levé 18 millions de dollars auprès d’Alibaba. Sequoia, 500 Startups, New Enterprise Associates, Y Combinator, Intel Capital et Accel Partners ont également participé à l’opération.

En parallèle, l’entreprise lausannoise a également conclu un partenariat stratégique avec la société Banna Technologies, spécialisée dans les voitures connectées à Internet et financée par Alibaba, et SAIC Motor, le principal constructeur automobile de Chine.

Le marché
Fondée en 2012 par Vitaly Ponomarev, WayRay développe des systèmes de navigation automobile. Au cours des quatre dernières années, la start-up a investi 10 millions de dollars pour créer une technologie de projections holographiques. Cette dernière permet au conducteur de bénéficier d’informations relatives à son trajet (limitation de vitesse, distance par rapport aux véhicules aux alentours, état du trafic, niveau de sécurité…) directement sur le pare-brise de sa voiture. Les efforts de WayRay en matière d’affichage holographique ont permis de donner naissance à Navion, un système de navigation basé sur la réalité augmentée.

Dès 2018, Navion sera intégré à l’un des modèles de véhicules conçus par Banna pour en faire «la première voiture grand public au monde dotée d’un affichage en périphérie de l’écran principal, comme dans certains jeux-vidéo, mais en mode 3D», indique Philippe Monnier, actionnaire et administrateur de WayRay. Sur le marché de la réalité augmentée pour l’industrie automobile, WayRay se retrouve en concurrence avec la start-up californienne DigiLens. Cette dernière a levé 22 millions de dollars en janvier dernier pour améliorer sa technologie de réalité augmentée.

Les objectifs
Cet investissement doit permettre à WayRay de commercialiser son système de navigation à réalité augmentée. Pour l’année en cours, la start-up suisse nourrit de fortes ambitions à l’international. «En 2017, nous souhaitons lancer une version grand public de Navion, notre système de navigation à réalité augmentée, et signer des contrats avec les principaux constructeurs automobiles mondiaux pour mettre en oeuvre notre système d’infotainment novateur», a déclaré Vitaly Ponomarev.

Source : frenchweb.fr

(Auteur : Carole Boelen)
Aldi Süd a annoncé son entrée prochaine sur la plateforme digitale Tmall Global d’Alibaba. Les consommateurs chinois seront donc bientôt en mesure d’acheter les produits du retailer allemand.

ALDI SÜD INTÈGRE LA PLATEFORME TMALL D’ALIBABA

Le lancement « doux » aura lieu le 20 mars prochain et sera suivi du lancement officiel du projet et d’un événement organisé le 25 avril à Shanghai. Dans un premier temps, la gamme se composera essentiellement de produits connus pour avoir un bon taux de pénétration sur le marché chinois (vins, petits-déjeuners, snacking, etc.).

« Les plateformes e-commerce d’Alibaba touche non seulement 443 millions d’utilisateurs actifs, mais répondent aussi à la demande croissante de la classe moyenne chinoise de produits made in Germany » explique Terry von Vibra, GM d’Alibaba Europe. Mais Aldi Süd n’est pas le seul, ni le premier à tenter l’expérience. Le mois dernier, Albert Heijn annonçait son retrait de Tmall.

Aldi entre, AH se retire
Récemment, Ahold Delhaize retirait, après un an de présence, la marque Albert Heijn de la plateforme Tmall. « Il s’agissait là d’un projet pilote, désormais terminé, sachant que Ahold Delhaize dispose aujourd’hui d’une expérience suffisante » expliquait en effet Hanneke Faber (Chief E-commerce & Innovation Officer Ahold Delhaize) dans l’Emerce Magazine. « Nous avons beaucoup appris et en avons tiré de nombreuses leçons que nous appliquerons prochainement » indique-t-elle, suggérant notamment la possibilité de lancer, à terme, sa propre Market Place.

Source : gondola.be

(Auteur :  Jeanne Dussueil)
Le concentration des FinTech se poursuit en Asie, au profit du chinois Alibaba. Le géant a annoncé un investissement de 200 millions de dollars, au travers de sa filiale Ant Financial dans le nouveau projet FinTech du Coréen Kakao.

Alibaba (Ant Financial) avance ses pions en Corée du Sud avec Kakao Pay

D’un service de messagerie, KakaoTalk amorçait dès 2015 un tournant vers la banque en ligne avec eBay et Tencent. Ant Financial, qui gère AliPay, va investir dans un autre service, baptisé Kakao Pay, lui offrant ainsi un accès direct aux 100 millions d’utilisateurs de l’application de messagerie. De son côté, Alibaba va potentiellement toucher les consommateurs coréens via l’application.

Au-delà de son application phare, KakaoTalk, le Coréen propose de nombreux autres services comme KakaoTaxi (réservation de véhicules), KakaoTV (vidéo) ou encore Kakao Style (e-commerce).

En 2015, la structure procédait déjà à des rachats afin de se développer hors de ses frontières. Elle mettait ainsi la main sur la start-up indienne de paiement mobile Paytm. Pour assurer cette croissance externe, Ant Financial est sur le point de boucler une nouvelle levée de fonds de 3 milliards de dollars sous forme de dettes, apès avoir levé 4,5 milliards de dollars en 2016.

Fondé en 2014, Ant Financial regroupe plusieurs activités dans le secteur des FinTech. D’autres produits sont également édités par Ant Financial, comme un outil de credit scoring (une note indiquant à un particulier sa capacité d’emprunt selon sa situation financière actuelle) ou encore une marketplace de fonds.

Source : frenchweb.fr

 

(Author : retail in asia)
Chinese tech giant Alibaba Group Holding Ltd has formed a strategic partnership with retail conglomerate Bailian Group, extending a push into bricks-and-mortar retail as online growth slows.

Alibaba partners with Bailian Group

The move comes on the heels of a recent purchase of a stake in retailer Suning Commerce Group Co Ltd as well as plans to take a controlling stake in Intime Retail Group Co Ltd and privatize it.
There are currently no plans for financial investment, an Alibaba spokesman said.

Shanghai-based Bailian Group is one of China’s largest retailers by sales, operating 4,700 outlets in 200 cities including supermarkets, convenience stores and pharmacies. Alibaba has an active user base of around 500 million.

Shares in Bailian Group’s subsidiaries surged on Monday, with Shanghai Bailian Group Co Ltd climbing by the 10 percent daily limit, Lianhua Supermarket Holdings Co Ltd jumping close to 10 percent and Shanghai Material Trading Co Ltd up 5 percent.

Bailian and Alibaba will initially cooperate on supply chain technology using Alibaba’s big data capabilities as well as integrating Alipay payments with Bailian Group’s existing membership program.

Source : retailinasia.com