(Auteur : Jennifer Braun)
Sport Chek stores across Canada will be home to a designated women’s only retail space by New Balance for a limited time.

New Balance opens women's only space

Baptized The New Balance Space, the apparel retail concept for women will offer customers a curated collection of women’s fitness apparel. The cross-Canada initiative launched this week and will run until May 27th, 2017.

The retail space by the Boston-based brand was designed to have a specific appeal for the metropolitan female athlete. The space is rooted in New Balance’s running heritage and features Lifestyle and Performance imagery that attempts to speak directly to that audience. The campaign materials, also available on sportchek.ca, embodies the spirit of female athletes and women with demanding lifestyles, while the campaign slogan “Balanced Body, Balanced Mind”, captures the brand’s conscious effort to help women obtain a balanced lifestyle. New Balance is anticipating to grow significantly in apparel in 2017.
“Apparel represents one of the largest opportunities in our business today,” says Gerald Woodman, General Manager, New Balance Canada, in a news statement. “With a heritage and authenticity established with footwear, our customers can now complete a head-to-toe performance, training or lifestyle ensemble that will help them pursue any activity they choose in style.”

Earlier this month, Sport Chek also opened its first women’s-only storein Calgary. Sport Chek is run by parent company FGL Sports, Canada’s largest national retailer of sporting goods.

Source : us.fashionnetwork.com

(Author : retail design blog)
It was only last summer that luxury behemoth Louis Vuitton entered the highly lucrative fragrance market with Les Parfums Louis Vuitton, a collection of seven perfumes conceived by the brand’s very own master perfumer Jacques Cavallier-Belletrud.

Les parfums Louis Vuitton Pop-up store, Hong Kong

The fragrance line was launched to much fanfare, and saw the launch of five pop-up stores at homebase paris and leading shopping destinations across the planet.

This integral part of the global marketing strategy has been extended, and a dedicated pop-up returns for a second time to Hong Kong, one of the far east’s most sophisitcated retail markets.

Les parfums Louis Vuitton Pop-up store, Hong Kong1

 

This time, it has opened on the ground floor of the Venue’s atrium sections, featuring a bowl-shaped structure crafted from opaque glass on an elevated platform. For the first time, the perfumer’s trunk from his office is put on display next to Les Parfums Louis Vuitton’s regular furnishings.

Source : retaildesignblog.net

(Author : Harmeet Singh)
The grocer addresses a customer pain point in Quebec with an addition to its loyalty app.

Metro digitizes rewards feature

As part of an ongoing effort to digitize its loyalty experience, Metro is shifting a key part of its loyalty program to its mobile app. Previously, members of the Metro&Moi program in Quebec received paper “cheques” in the mail four times a year that could be redeemed in-store for the value of accumulated loyalty points. That currency has now been integrated into the Metro&Moi app for easier redemption in-store (the cheques can also be used toward online grocery, which Metro launched late last year).

Customer research had suggested that forgetting to bring the physical cheques to the store was a pain point for shoppers, says Gino Plevano, VP of digital strategy and loyalty at Metro.

The Metro&Moi loyalty program launched in 2010, with an app and revamped website debuting in 2013 as part of the retailer’s shift away from paper program management and offer a more personalized experience (in Ontario, the retailer uses the My Metro app and Air Miles for rewards points). Along with being able to deliver more personalized content, the digital shift has allowed Metro to deliver on more touchpoints in a more cost effective way, Plevano says.

Personalization has been a key theme for Metro’s strategy. In 2015, it launched “Just for Me,” a section of its website and mobile app centred on delivering a more customized experience through things like personalized flyers.

Overall, results are positive when it comes to the number of shoppers connecting their loyalty program membership to the Metro&Moi app, Plevano says. The entire loyalty program has 1.2 million members, although Metro does not disclose how many use the app.

Source : strategyonline.ca

(Auteur : Sandra Halliday)
Le personal shopping se développe dans les magasins, que ce soit en face à face ou à travers des applications mobiles. La chaîne de grands magasins Debenhams annonce avoir « significativement » augmenté son activité dans ce domaine grâce aux nouvelles technologies.

Debenhams, le personal shopping s'envole grâce aux technologies mobiles

L’entreprise a observé une progression de 25 % de ses prises de rendez-vous en tout juste 12 mois, alors que le personal shopping faisait partie de l’offre de Debenhams depuis plus de 20 ans. Le nombre de réservations en ligne a par ailleurs doublé.

Debenhams a précisé à FashionNetwork que le personal shopping était depuis longtemps un facteur clé de l’engagement de ses clients à hauts revenus, tout en ajoutant que cet outil souffrait d’une notoriété « extrêmement basse » et de la faiblesse de la croissance des nouveaux utilisateurs, en raison des obstacles liés à la réservation du service.

Son nouveau système de réservation omnicanal, qui est disponible dans 88 des 240 magasins du groupe, permet maintenant aux clients de réserver plus facilement leurs sessions de personal shopping.

Celui-ci, qui a été créé par BookingBug, remplace donc l’ancienne infrastructure qui avait été mise en place lors de l’arrivée en ligne de la chaîne de grands magasins. Un ancien système qui n’avait donc pas été conçu pour une audience mobile et ne s’intégrait pas parfaitement avec le reste du site Internet de Debenhams. Enfin, le système ne permettait pas non plus d’extraire des données utilisables concernant l’utilisation du service par les consommateurs, pas plus qu’il ne permettait de modifier les rendez-vous en temps réel.

Selon Donna Hudson, coordinatrice marketing chez Debenhams, le système de réservation ne permettait par de renforcer l’expérience des clients réguliers du service de personal shopping et l’entreprise était consciente de la nécessité de mettre en place un système de qualité permettant de « fournir aux clients un service premium ».

La responsable ajoute que l’entreprise envisage d’utiliser le nouveau système pour proposer d’autres services, comme la réservation de sessions beauté. BookingBug, de son côté, poursuit ses collaborations avec d’autres grandes enseignes comme John Lewis ou BabiesRUs.

Source : fashionnetwork.com

(Auteur : Margaux Dussert)
Personnalisation, instantanéité, liberté… Hello Bank a tout d’une banque jeune et entend bien le prouver aux 18-35 ans. Avec son nouveau spot « Create your own story », la marque dépoussière les standards de la communication bancaire et incite les jeunes à suivre leur propre voie.

Hello Bank incite les jeunes à voler de leurs propres ailes

Hello Bank, banque mobile de BNP Paribas, a fait appel à Publicis Brussels pour renforcer sa stratégie de communication auprès de son cœur de cible : les 18-35 ans. En se basant sur des insights propres aux millennials (besoin d’immédiateté, liberté, autonomie), Hello Bank met en avant la créativité et la marge de manœuvre que confèrent ses services bancaires et incite les jeunes à suivre leur propre voie en commençant une nouvelle page blanche.

En plus d’être une banque en ligne, Hello Bank met ses équipes à disposition 83 heures par semaine via une artillerie de canaux fortement appréciés des jeunes : Facebook, Twitter, mobile… Par ailleurs, son service de financement participatif se substitue au prêt standard et incarne aussi un levier sur lequel capitaliser au près des générations X et Y.

Délinéarisation, liberté, mobilité… le spot prend racine dans ces valeurs et les symbolise à coup de peinture blanche. Faire table rase du passé, se détourner des modèles vieillissants pour construire quelque chose de nouveau, c’est le rôle de la jeunesse et l’étendard que choisit de brandir Hello Bank aujourd’hui.

Source : ladn.eu

(Author : Deena M. Amato-McCoy)
A new app enhancement is helping Sephora shoppers complete their look.

Beauty retailer expands augmented reality experience

By adding new augmented reality-based features to the Sephora Virtual Artist app, the chain enables shoppers to virtually try on thousands of shades of single and palette eyeshadows directly through their mobile device. This service augments the app’s existing functionality that allows users to try on an assortment of lip colors and false eye lash styles.

The Sephora Virtual Artist now also offers “Expert Looks,” enabling users to preview inspirational looks, and three new “Virtual Tutorials” to hone their brows, contouring and highlighting techniques.

“With these additions, Sephora Virtual Artist continues to put the power and expertise of Sephora quite literally in the palm of our clients’ hands,” said Bridget Dolan, VP of innovation at Sephora.

“Since launching Sephora Virtual Artist in 2016, our clients have virtually tried on hundreds of millions of shade combinations,” she added. “It gives her the freedom to choose when, where and how she wants to shop as she creates customized looks and discovers the products that are just right for her.”

Source : chainstoreage.com

(Auteur : Gredy Raffin)
Toujours à l’affût sur le plan technologique, Ford tente une nouvelle expérience outre-Atlantique. Smart Service Kiosk vient suppléer le réceptionnaire à l’atelier avec un caisson intelligent.

Ford expérimente le réceptionnaire

A ceux qui s’inquiètent de la déshumanisation dans les points de vente, le concept qui suit risque de faire un peu plus grincer des dents. En coopération avec Panasonic et GoMoto, Ford vient de lancer, aux Etats-Unis, le pilote de Smart Service Kiosk, un service inédit dans la profession automobile, qui change le parcours des consommateurs à l’atelier, d’après une vidéo postée sur le compte Youtube de la marque à l’ovale.

De quoi s’agit-il ? D’un caisson sécurisé à disposer sur le parking des concessions dans lequel le client vient déposer les clés de son véhicule, après avoir commandé une intervention des équipes d’après-vente. A la fin de la prestation des mécaniciens, il peut venir récupérer son bien et recevoir sa facture par messagerie électronique. Ford permet ainsi d’étendre aux 24/7, les horaires de dépôt et retrait des véhicules à l’après-vente, d’autant plus que le système Smart Service Kiosk se voit capable de délivrer les clés d’un véhicule de prêt.

Dans les faits, il suffit de décliner son identité ou simplement de scanner le QR Code de son permis de conduire (aux Etats-Unis), de renseigner son adresse e-mail et ses coordonnées téléphoniques pour accéder au service. L’inspiration est toute évidente et trouve sa source dans les coffres sécurisés utilisés désormais à la livraison des colis dans des lieux publics. Ce qui laisse présager qu’une implémentation en Europe de Smart Service Kiosk n’est pas à exclure, eu égard à la maturité des consommateurs face à ces nouvelles interfaces.

Source : journalauto.com

(Auteur : Valentin Blanchot)
WeChat s’associe avec la startup BingoBox pour lancer un concept de point de vente automatisé et sans personnel.

BingoBox, la version chinoise d’Amazon Go par WeChat.

Amazon Go et sa technologie semble ne pas être passé inaperçu en Chine. Le réseau social principal et innovant WeChat a décidé de prendre le taureau par les cornes en lançant un clone du concept, mais adapté à son marché. 

Le point de vente imaginé par BingoBox est entièrement automatisé mais aussi mobile. Il peut facilement être déplacé d’un endroit à un autre. Pour pénétrer dans le magasin, il suffit de scanner le QR code à l’entrée, puis de confirmer son numéro de téléphone. La validation du compte se fait via le compte officiel de BingoBox sur WeChat.

Une fois à l’intérieur, le client peut choisir les produits qu’il souhaite acheter puis se diriger vers la caisse automatique. Une fois les produit scannés, retour sur le QR code pour effectuer un règlement avec Alipay ou leur moyen de paiement inscrit dans WeChat. Pour sortir … encore un QR code.

Si vous trouvez qu’il y a beaucoup de QR codes, il faut savoir que c’est une pratique courante en Chine et les chinois adorent ça. Pourtant, scanner, rescanner, et encore rescanner ces éléments ne fait qu’ajouter de la friction. À l’opposée, Amazon Go offre un point de vente entièrement automatisé. BingoBox n’étant pas entièrement une enseigne, le concept peut se permettre des associations avec d’autres marques. Comme le précise China Channel, des coupons de réductions sont distribués pour Didi (les taxis en Chine) Waimai (livraison de nourriture) ou encore Weipiao (cinéma).

Source : siecledigital.fr

(Auteur : Maxence Fabrion)
Au cours des quatre dernières années, WayRay, start-up suisse spécialisée dans la réalité augmentée pour l’industrie automobile, a investi 10 millions de dollars pour créer une technologie de projections holographiques.

Alibaba injecte 18 millions de dollars dans WayRay pour intégrer la réalité augmentée dans la voiture

Cet investissement doit permettre à WayRay de commercialiser Navion, son système de navigation à réalité augmentée. Dès 2018, Navion sera intégré à l’un des modèles de véhicules conçus par Banna pour en faire «la première voiture grand public au monde dotée d’un affichage en périphérie de l’écran principal».

Le montant
La start-up suisse WayRay, spécialisée dans la réalité augmentée pour l’industrie automobile, a levé 18 millions de dollars auprès d’Alibaba. Sequoia, 500 Startups, New Enterprise Associates, Y Combinator, Intel Capital et Accel Partners ont également participé à l’opération.

En parallèle, l’entreprise lausannoise a également conclu un partenariat stratégique avec la société Banna Technologies, spécialisée dans les voitures connectées à Internet et financée par Alibaba, et SAIC Motor, le principal constructeur automobile de Chine.

Le marché
Fondée en 2012 par Vitaly Ponomarev, WayRay développe des systèmes de navigation automobile. Au cours des quatre dernières années, la start-up a investi 10 millions de dollars pour créer une technologie de projections holographiques. Cette dernière permet au conducteur de bénéficier d’informations relatives à son trajet (limitation de vitesse, distance par rapport aux véhicules aux alentours, état du trafic, niveau de sécurité…) directement sur le pare-brise de sa voiture. Les efforts de WayRay en matière d’affichage holographique ont permis de donner naissance à Navion, un système de navigation basé sur la réalité augmentée.

Dès 2018, Navion sera intégré à l’un des modèles de véhicules conçus par Banna pour en faire «la première voiture grand public au monde dotée d’un affichage en périphérie de l’écran principal, comme dans certains jeux-vidéo, mais en mode 3D», indique Philippe Monnier, actionnaire et administrateur de WayRay. Sur le marché de la réalité augmentée pour l’industrie automobile, WayRay se retrouve en concurrence avec la start-up californienne DigiLens. Cette dernière a levé 22 millions de dollars en janvier dernier pour améliorer sa technologie de réalité augmentée.

Les objectifs
Cet investissement doit permettre à WayRay de commercialiser son système de navigation à réalité augmentée. Pour l’année en cours, la start-up suisse nourrit de fortes ambitions à l’international. «En 2017, nous souhaitons lancer une version grand public de Navion, notre système de navigation à réalité augmentée, et signer des contrats avec les principaux constructeurs automobiles mondiaux pour mettre en oeuvre notre système d’infotainment novateur», a déclaré Vitaly Ponomarev.

Source : frenchweb.fr

(Auteur : Romain Baly)
Pour accompagner le lancement du DS 7 Crossback, la marque du groupe PSA intègre la technologie Virtual Garage dans ses concessions et propose à ses clients de découvrir ce nouveau véhicule de façon virtuelle.

De la réalité virtuelle dans les DS Store

Le maillage imparfait de son réseau et la cohabitation avec sa grande sœur aux chevrons constituent deux soucis majeurs pour DS à l’heure de se relancer. Lors de la présentation du nouveau porte-étendard de la marque, son directeur général, Yves Bonnefont, n’en a pas fait mystère, expliquant que la mixité Citroën/DS des points de vente constituait “un réel problème“, ajoutant que la création d’un vrai réseau DS Store d’envergure “améliorerait la visibilité et l’expérience client” de DS.

Au nombre de 200 à ce jour dans le monde, ce réseau devrait atteindre les 500 points de vente d’ici la fin de l’année, dont 150 en France. Pour tenir cet objectif, la marque entend offrir de nouvelles solutions à ses distributeurs actuels ou futur. Alors que le DS 7 Crossback sera le premier modèle à être exclusivement vendu dans des DS Store, la firme Premium s’est rapprochée de Dassault Systèmes pour intégrer dans tous ses showrooms une technologie de réalité virtuelle.

Plus qu’un simple gadget, celle-ci permettra d’améliorer sensiblement l’expérience client en plongeant ces derniers directement dans l’univers du SUV. Les consommateurs pourront ainsi découvrir le véhicule, ses atouts, ses spécificités mais surtout le configurer selon les multiples choix de coloris et de matières proposés, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Dans leur volonté de voir DS s’émanciper de la tutelle de Citroën, les dirigeants de la marque y voit aussi, en creux, une opportunité d’accélérer le mouvement avec la mise en place de showrooms dédiés plus petits – on parle ici d’une surface de 250 mètres carrés –, mais tout aussi porteurs que des points de vente traditionnels grâce aux atouts de la réalité virtuelle. Selon la marque, ce nouveau format permettra “d’optimiser l’espace occupé” et, ainsi, “de doper les ventes“.

Source : journalauto.com