(Auteur : Dalila Bouaziz)
Depuis le 1er octobre 2017, l’enseigne Morgan met à disposition de ses clientes sourdes et malentendantes l’application Acceo. Cette solution permet aux personnes des problèmes d’audition d’échanger par téléphone ou en face-à-face avec un interlocuteur entendant.

Morgan rend ses magasins accessibles aux personnes déficientes auditives

Via l’application Acceo, les clientes sourdes ou malentendantes pourront échanger avec les équipes Morgan en accédant en temps réel à des visiointerprètes de langue des signes française (LSF) ou à des e-transcripteurs (transcription en temps réel des propos des équipes Morgan sur un écran).

Cette solution de communication permet aux personnes ayant une baisse ou absence d’audition d’échanger par téléphone ou en face à face avec un interlocuteur entendant et ainsi accéder en direct aux services des magasins.

Acceo sera disponible dans l’ensemble des 135 boutiques Morgan France, via le site internet morgandetoi.fr pour les appels téléphoniques et également, en magasin pour les échanges en face-à-face. Deux autres marques du Groupe Beaumanoir – Bréal et Scottage – mettent également en place ce service.

Source : relationclientmag.fr

(Author : Retail in Asia)
Amazon is opening a pop-up bar for only 10 days in Japan on 20 October 2017. Amazon Bar, according to the company’s website, will be located in Tokyo’s upscale Ginza area and serve a variety of drinks, including beer, wine, and whiskey.

In August 2017, the company quietly expanded its one-hour wine delivery service in select U.S. cities.

But it comes with one caveat: there is no menu. The bar will instead deploy a recommendation system with Amazon sommeliers offering suggestions for different types of drinks. It will also serve special drinks that are only available at Amazon Bar, the website says.

Amazon did not say why it is opening the bar and for such a short period. The company has been introducing physical book stores and pop-up stores of late, while also expanding into the grocery space with the Whole Foods acquisition. At the same time, Amazon has been moving into the alcohol business.

In August 2017, the company quietly expanded its one-hour wine delivery service in select U.S. cities. In 2016, Amazon Japan launched a wine recommendation service by phone that featured its own in-house sommeliers.

Source : retailinasia

(Auteur : Louise Millon)
La problématique de commerce conversationnel continue de se faire une place à grande vitesse. Beaucoup de marques ou même d’entreprises nous permettent d’interagir avec elles via une application de messagerie.

Zalando et Google lancent un guide cadeau pour Google Assistant

Cela rend possible de multiples actions telles que commander des vêtements, de la nourriture, ou encore réserver un billet d’avion. Mais au-delà des interactions via les app de messagerie comme Messenger, certaines entreprises possèdent un chatbot qui se charge du conversationnel. C’est le sujet de la collaboration qui lie actuellement Google à l’entreprise de e-commerce allemande Zalando. Les deux entreprises ont mis en place un guide cadeau pour Google Assistant : Gift Finder.

Récemment, Google a introduit la plateforme Action on Google en Allemagne, qui a pour objectif de permettre à des tiers de créer des apps pour Google Assistant. Partenaire officiel du lancement, Zalando s’est ainsi associé à Google afin de mettre en place Gift Finder. Le but de ce guide cadeau est de permettre à l’utilisateur de trouver le cadeau idéal grâce à une discussion avec le fameux chatbot. Une collaboration sur laquelle s’est exprimé Nicolas Borg, Vice-Président Stratégie à Zalando.

“La collaboration avec Google nous permet d’avancer dans le domaine du commerce conversationnel et d’explorer un domaine qui sera extrêmement important pour l’avenir des achats en ligne”.

Effectivement, la frime au 2000 marques distribuées dans 15 pays du monde a plutôt intérêt à prendre le virage de la transformation numérique, et même plus, elle se doit d’être force de proposition pour conserver sa position.

Le Product Partners Manager de Google, Malte Will, s’est aussi exprimé sur le partenariat en cours : « Cette collaboration montre la valeur ajoutée de Actions on Google pour nos utilisateurs [•••] Les utilisateurs ayant des besoins spécifiques – dans ce cas, des envies mode – peuvent maintenant bénéficier de services conçus par des experts de l’industrie, sans avoir le souci de quitter l’assistant ni d’installer des applications supplémentaires ». Pour ce qui est du fonctionnement de Gift Finder, l’utilisateur devra répondre à la série de questions du chatbot avant de se voir proposer ce qui devrait être le cadeau idéal. Par la suite, l’utilisateur aura la possibilité d’en apprendre plus sur le produit et pourra l’acheter directement sur Zalando grâce à Distributed Commerce, la solution de la firme.

Gift Finder sera disponible en Allemagne fin octobre, et ce pour tous les utilisateurs de Google Assistant. L’initiative semble plutôt prometteuse et ouvre de nouvelles possibilités aux marques de e-commerce comme Zalando.

Source : siecledigital.fr

(Auteur : Josh Kolm)
A new social video brings the importance of the little things into the retailer’s new brand platform.

IKEA explores the possibilities of good deeds

IKEA Canada has embarked on a mission to making the world a better place, and a new social video aims to show that includes little things people can do every day. The video suggests that everyone doing the occasional good deed will motivate more good deeds and lead to a better world. It proves this by asking its own employees to get the ball rolling. At the retailer’s location in Vaughan, employees do things like provide decor for customers’ meals in the cafeteria, pay for an entire family’s lunch and throw an anniversary party to recognize a long-time coworker.

The video is the next installment in IKEA Canada’s recently-launched “Beautiful Possibilities” brand platform. The launch spot for the platform focused on “big picture” issues like diversity, inclusion, sustainable energy and supporting vulnerable populations like refugees and the elderly to reflect the optimistic point of view IKEA wants to have about the world we could live in.

Lauren MacDonald, country marketing manager for IKEA Canada, says the idea behind the broader integrated campaign is that even little things can help people create the world they want.

“Acts both big and small all contribute to creating a better world,” MacDonald says. “Our objective with all of this is to inspire and enable Canadians to see what is possible in their homes and in the world. We truly believe if we all started with small actions to make the world a little better, the world will actually become a better place.”

MacDonald says the idea of “good deeds” fits with IKEA’s focus on creating a better life for the “many,” and anyone can do a good deed. Part of the reason behind launching this video in social channels was to share it in a platform that encouraged sharing and engagement so people might be motivated to join in to the “movement” themselves.

“One Good Deed A Day” has also become an internal initiative within IKEA Canada that began a few weeks ago, and has resulted in things like an employee at the Vaughan location giving out small toys to children in the store that include advice on how they might do a good deed for someone else.

MacDonald couldn’t give specifics about what other world-improving topics IKEA might tackle in the future, but said there would be more work coming ahead of the holiday season.

Source : strategyonline.ca

(Autore: stampa3dstore)
Amazon ha acquistato Body Labs di New York City,startup specializzata nella scansione del corpo 3D per un costo compreso tra 50 e 70 milioni di dollari e la cosa potrebbe avere conseguenze interessanti per le sue attività di moda.

body-labs

La tecnologia di scansione 3D di Body Labs è utilizzata per catturare le forma umane in 3D anche in movimento cosa che la rendono adatta per applicazioni legate all’abbigliamento e allo sviluppo di videogiochi dove le aziende produttrici potranno utilizzare Body Labs tech per analizzare i contorni unici del corpo di un cliente, adattandoli alla sua forma creando singolari avatar personalizzati.

Anche se  Amazon non ha ancora rivelato come utilizzerà Body Labs,  l’azienda ha una grande partecipazione nel settore della moda, il che significa che la tecnologia di scansione 3D  potrebbe presto essere utilizzata  per portare la vendita al dettaglio di vestiti online ad un livello successivo. Amazon ha recentemente lanciato il suo servizio Prime Guardaroba, che prevede di inviare ai clienti Amazon Prime una scatola piena di vestiti da provare che poi possono essere restituiti gratuitamente.

“Questi brevetti esclusivi e le licenze ci consentono di sbloccare personalizzazione senza precedenti in tutto il corpo umano e garantire che la nostra tecnologia sia più accessibile che mai ad un crescente elenco di industrie”, ha detto William O’Farrell, co-fondatore e CEO di Body Labs.

Nel marzo del 2016, Body Labs ha integrato la sua tecnologia di scansione 3D esistente con l’acquisizione di brevetti e licenze di scansione 3D negli Stati Uniti. Due dei brevetti di scansione 3D erano stati rilasciati alla Brown University, mentre Body Labs ha anche ottenuto licenze per nuove tecnologie di Max-Planck-Innovation GmbH.

La tecnologia di scansione 3D di Body Labs potrà essere utilizzata per provare i vestiti digitalmente. API SOMA Shape è  uno strumento progettato per “predire e misurare con precisione la forma 3D dei clienti usando una sola immagine”. La tecnologia come l’API SOMA Shape potrebbe essere utilizzata per la moda, Applicazioni AR / VR e persino la tecnologia di fitness.

Fonte: stampa3dstore.com

(Auteur : Stefan Van Rompaey)
La nouvelle formule de magasin Spar Good Food conjugue retail et horeca. Que cela signifie-t-il concrètement ? RetailDetail est allé le vérifier à Rekem près de Lanaken, dans la province du Limbourg.

Spar Good Food mise sur l’expérience

Excellente situation
L’histoire est toute récente : l’ouverture du Spar Good Food de Lore Vangeloven et Thomas Machiels ne remonte qu’au mois de juillet. C’est, après Ypres, le deuxième représentant du nouveau concept de la centrale Spar Lambrechts qui combine magasin et horeca ( acronyme désignant le secteur d’activités de l’Hôtellerie, de la Restauration et des Cafés). Le supermarché de proximité a pris un départ sur les chapeaux de roue. La semaine d’ouverture s’est exceptionnellement bien passée, les habitants de la région se sont montrés très curieux et le dépliant a bien rempli son rôle.

Ce n’est pourtant pas la concurrence qui manque avec, entre autres, Aldi, Colruyt et Proxy Delhaize dans les environs immédiats. Il faut dire que la situation est excellente : en bordure d’un axe fréquenté, le magasin bénéficie d’une bonne visibilité, d’un vaste parking et de la proximité de zones résidentielles et industrielles. Dès huit heures du matin, les passants viennent prendre leur petit-déjeuner ou chercher leur sandwich pour midi. Chaque vendredi, la poissonnerie qui prend place sur le parking génère du trafic supplémentaire vers le magasin.

Produits locaux
Les deux entrepreneurs se sont rencontrés au Carrefour Market de Diepenbeek, où ils ont fait leurs armes : lui à la boulangerie et elle en tant que chef du rayon frais. Pris par l’envie d’entreprendre, ils ont un bon contact avec la centrale Spar Lambrechts, qui donne aux commerçants la liberté d’apporter leur touche personnelle et de se différencier.

Lore et Thomas ne se le font pas dire deux fois. Le magasin d’environ 650 m² s’est installé dans un immeuble auparavant occupé par un marchand de fruits et légumes bien connu qui proposait un assortiment très distinctif, avec entre autres des produits locaux, des noix, du thé frais en vrac… « Nous avons conservé ces produits d’appel et les avons intégrés à l’assortiment Spar. Ce sont des spécialités pour lesquelles les gens reviennent. Elles sont aussi populaires auprès de nos nombreux clients néerlandais. » Le magasin propose par conséquent une expérience d’achat différente du supermarché type.

Médias sociaux
Les entrepreneurs comptent aussi bien se distinguer grâce au Good Food Bar aménagé près de l’entrée (une petite trentaine de places sur 100 m²). « Nous mettons des sandwichs spéciaux au menu, en optant par exemple pour le fromage local Oud Rekem au lieu du simple gouda. À l’avenir, nous proposerons aussi des repas composés à partir de produits vendus au magasin, mais chaque chose en son temps. »

C’est en effet un défi ambitieux que ces deux jeunes débutants ont entrepris de relever avec leur équipe de neuf collaborateurs. Mais ils savent visiblement ce qu’ils font. Se mettre à l’écoute du client, tel est le secret du succès selon Lore et Thomas. « Si quelqu’un nous demande un produit spécifique qui ne figure pas encore à l’assortiment, nous en prenons note et nous mettons immédiatement à sa recherche. » Les entrepreneurs veulent se doter d’une image jeune, moderne et saine. « Nous jouons pleinement la carte des médias sociaux avec Facebook et un groupe WhatsApp. Nous proposons aussi le wifi gratuit. Nous souhaitons bâtir une véritable communauté. »

Tapas en libre-service
Quels sont donc les principaux pôles d’attraction du magasin ? Près de l’entrée, la table de présentation garnie de noix, de granola et de jus joliment présentés sur des caissettes en bois attire immédiatement le regard. Le bar à tapas permet aux clients de se servir en olives, tomates séchées au soleil, artichauts marinés et autres délices. Les shoppers peuvent également se préparer du jus d’oranges fraîchement pressé. Un frigo présente wraps, salades, sushis, soupes et jus frais.

Le rayon fruits et légumes est relativement spacieux pour ce type de commerce de proximité, une particularité qui s’explique par l’histoire du magasin spécialisé qui occupait précédemment les lieux. L’offre ne cesse de s’élargir. À la demande des clients, noix de coco, figues fraîches, ail frais et citronnelle ont rapidement fait leur apparition en rayon.

Le rayon vins est un vrai petit bijou. Les entrepreneurs ont ici aussi repris une série de références introduites par leur prédécesseur car les clients y étaient attachés. Un assortiment limité est également présenté dans un refroidisseur à vin. Nous repérons aussi des produits locaux (du genièvre de De Korhaan) et des paniers cadeau.

Thé en vrac
Au rayon traiteur, Lore et Thomas ont opté pour un comptoir traditionnel afin de mieux répondre aux souhaits des clients, complété par une gamme fraîchement emballée pour les shoppers pressés. Le magasin propose des plateaux de fromages, des plats de tapas, des plateaux barbecue… et vend des produits artisanaux comme le pain de viande et les boulettes de Meester Jean. La boulangerie fait aussi la part belle aux produits artisanaux, comme les lards au chocolat d’Olivers.

La présentation originale d’huiles et de vinaigres spéciaux fait un peu penser à Oil & Vinegar. « Nous essayons au maximum d’encourager les ventes liées. Nous présentons par exemple des herbes et des grissinis près des huiles. » Le meuble proposant du thé en vrac en libre-service remporte lui aussi un succès inattendu. Ce n’est pas courant et certains clients viennent spécialement au magasin pour se réapprovisionner. Les variantes proposées répondent aux doux noms de Nuit orientale, Mélange des matelots, Kir Royal, Sweet Chili Thai ou Secret de Toutânkhamon. Si cela n’éveille pas votre curiosité…

Source : retaildetail.be

(Auteur : Hélène Vissière)
Concurrencées par le commerce en ligne, les enseignes doivent se réinventer et proposer plus que de la vente. Nordstrom tente même le magasin sans produits.

États-Unis, de grands magasins où il n'y a rien à vendre...

Imaginez les Galeries Lafayette, mais sans rien à acheter, pas un vêtement, pas un sac à main, pas un parfum… C’est le nouveau concept qu’expérimente la chaîne américaine de grands magasins Nordstrom. Le mois prochain, elle ouvre à Los Angeles Nordstrom Local : 300 mètres carrés, sans un seul produit. A la place, elle propose un espace avec une équipe de stylistes qui aident à sélectionner en ligne un pantalon ou un costume. Il y aura aussi un salon de manucure, un couturier qui peut faire des retouches et, surtout, un endroit où l’on peut recevoir ou échanger les paquets que l’on a commandés sur Internet. Sans oublier un bar où les personnes épuisées de ce non-shopping pourront siroter un verre de vin ou un soda…

La formule fait sourire, mais elle est une tentative de réponse à la grande crise que traverse la grande distribution aux États-Unis. Macy’s, J. C. Penney, Sears ont fermé des centaines de succursales et cherchent à se réinventer. Cela tient bien sûr à la concurrence du commerce en ligne, même si les achats en magasin restent plus importants. C’est aussi dû à l’excédent de mètres carrés. En 2015, les États-Unis avaient un taux de mètres carrés d’espace commercial par habitant cinq fois supérieur à celui du Royaume-Uni.

L’objectif de Nordstrom Local est de supprimer la distinction entre shopping en ligne et shopping physique. C’est aussi un moyen d’ouvrir des surfaces plus petites dans le cœur des villes. Un magasin habituel en banlieue s’étale sur 14 000 mètres carrés. «  Alors que le secteur de la distribution continue à se transformer à un rythme sans précédent, la seule chose dont nous soyons sûrs, c’est que les clients veulent un service de qualité, la rapidité et la commodité  », explique Shea Jensen, une vice-présidente du groupe.

Les marques à côté de la plaque  ?
Nordstrom n’est pas le seul à plancher sur le magasin du futur. Toutes les enseignes essaient divers modèles et cherchent à offrir une expérience «  excitante  » et «  unique  », traduire : impossible à avoir sur Internet. Nike a récemment ouvert un énorme magasin à New York qui dispose d’un court de basket pour tester les différentes chaussures. Il y a aussi un tapis de course qui simule un jogging sur différents terrains et un mini-terrain de foot. Accessoirement, on y vend des tee-shirts et des shorts. Kith, une marque de vêtements branchés, a installé un bar à céréales. Dans son nouvel espace à New York, Adidas a décoré les cabines d’essayage comme des vestiaires sportifs et on peut essayer les chaussures sur du gazon synthétique. La marque étudie aussi l’idée d’installer une machine qui fabrique des sweaters personnalisés en quelques heures.

Coach, la marque de sacs haut de gamme, propose de confectionner le sac de son choix en choisissant entre différentes couleurs, cuirs, boucles… Et elle a installé dans son magasin de New York un artisan qui répare les sacs et grave des monogrammes. Quant à Apple, il ne parle plus de «  magasins  », mais de «  Town Square  » (de place publique), parce qu’il s’agit d’« espaces où on se retrouve  ». Et la supérette d’Amazon à Seattle n’a ni caissiers ni bornes pour payer. Le client à l’entrée lance son appli Amazon Go. Grâce à des capteurs et autres technologies, on le suit à la trace et on enregistre les produits qu’il met dans son caddie. Une fois son panier plein, il s’en va sans avoir eu à sortir de l’argent ou à faire la queue pour payer.

Le concept hybride de Nordstrom laisse les analystes perplexes. Le cours de l’action du groupe a chuté à l’annonce du projet. Mais, en réalité, personne ne sait très bien à quoi va ressembler la boutique de demain. Récemment, IBM a réalisé une étude édifiante. Elle a demandé à six cents patrons de marques leur vision sur l’expérience de l’achat en ligne. Ils ont estimé que le client était surtout motivé par le désir de contrôle et la technologie. IBM a ensuite interrogé six mille consommateurs. Le résultat  ? Les marques ont complètement loupé les attentes du client qui recherche principalement la rapidité et la commodité.

Source : lepoint.fr

(Auteur : Julien Fabro)
Pour sa dernière opération de communication, Ikea a placé un distributeur automatique dans une station de métro à Stockholm. Dans celui-ci vous ne trouverez pas de Kinder, Twix ou autres confiseries mais bel et bien des produits Ikea tirés de son univers cuisine !

Ikea installe un distributeur automatique dans le métro à Stockholm

A la station Hötorget, les usagers peuvent acheter, tout en rentrant du boulot, des petits articles pratiques pour cuisiner tel un presse-ail ou un pinceau de cuisine. Bien que ces ustensiles soient parfaitement fonctionnel (encore heureux), ce distributeur a pour vocation d’encourager les gens à acheter une cuisine pour aller avec leur ustensile.

Plus sérieusement, ce dernier vise à faire connaître le pop-up store de 400m2 d’Ikea qui se trouve dans la capitale suédoise. Ce dernier a ouvert ses portes le 1er septembre pour six mois, et est dédié à 100% à l’univers de la cuisine où sept situations de vie ont été reproduites pour contextualiser au maximum le quotidien des gens.

Source : piwee.net

(Auteur : Mathilde Farine)
La chaîne d’origine allemande a vu son chiffre d’affaires se réduire ces dernières années. Elle reconnaît avoir pris du retard face à la numérisation du secteur, et veut mettre les bouchées doubles.

MediaMarkt veut faire revenir les clients avec un robot

Paul attend les clients à l’entrée de MediaMarkt à Zurich. Ce nouvel employé du magasin de la chaîne allemande de vente d’électronique du centre commercial de Sihlcity, à Zurich, n’est pas un humain. Ni même un humanoïde. Paul est un robot, sorte de joystick géant sur roulettes, qui accueille les visiteurs, les emmène au rayon qui les intéresse, tout en les divertissant avec du small talksur la météo ou avec des préoccupations de robot – «Il faut que je fasse attention à ne pas croiser Siri.» Il fait même des plaisanteries: «Vous voulez que j’appelle un collègue? Ils ne sont pas aussi rapides que moi», dit-il si l’humain en question ne surgit pas immédiatement après avoir été sommé de se présenter.

Mais c’est à peu près tout ce que propose Paul. Pour des détails sur un produit, c’est effectivement un spécialiste en chair et en os qu’il faudra faire venir. Surtout si l’on veut converser en suisse-allemand ou si on ne parvient pas à dissimuler un accent français en bon allemand. Dans ces cas, Paul a de la peine à suivre, comme on a pu le constater lors de sa présentation à la presse jeudi matin à Zurich.

«Trop attendu pour être sur Internet»
MediaMarkt n’a cependant pas de visées révolutionnaires. Paul, le «robot gentleman», est là pour amuser la galerie, pas pour remplacer une partie des 1 272 employés du groupe en Suisse, explique Martin Rusterholz, patron de MediaMarkt pour la Suisse depuis avril. Car le vendeur d’électronique doit faire revenir d’urgence les clients dans ses magasins. D’après des chiffres publiés par le Blick, la chaîne a perdu environ un quart de son chiffre d’affaires dans le pays depuis 2010. En 2016, la filiale suisse enregistrait 748 millions de francs de chiffre d’affaires. Selon le quotidien zurichois, pourtant, ses deux principaux concurrents, MElectronics et Interdiscount, ont maintenu des ventes stables, voire crû pendant la même période.

«Paul doit nous aider à redresser la barre, mais ce n’est pas la seule mesure prise. Nous avons aussi revu notre stratégie de communication, nous allons investir dans les magasins physiques et en ligne pour devenir le numéro un de la vente omnicanal [sur le Web et en magasin, ndlr] dans l’électronique en Suisse», avance Martin Rusterholz. Le volume du marché a diminué, affirme-t-il. Surtout, «nous avons trop attendu pour être sur Internet». Et pris du retard par rapport à Digitec, qui dit représenter 40% des ventes en ligne. Le Zurichois de 54 ans pointe le nouveau magasin, plus petit mais plus moderne, que MediaMarkt s’apprête à ouvrir à Aarau et qui symbolisera ce renouveau. Les employés auront par exemple des iPad, qui permettront aux clients d’obtenir toutes les informations mais aussi de payer directement, sans devoir faire la queue à la caisse.

Cours de drones et de cuisine
La diminution des ventes touche tout le commerce de détail, confronté à la concurrence de sites de vente en ligne souvent moins chers, mais elle affecte plus durement les petits commerces. Tout le secteur repense sa stratégie et cherche des solutions pour faire revenir les clients dans les magasins, en misant sur la technologie, sur le conseil ou en repensant l’offre. Chez MediaMarkt, cela passera notamment par des ateliers, de toutes sortes. A côté de leçons de pilotage de drones, des cours de cuisine devraient par exemple être proposés.

Ces questions se posent pour l’ensemble du groupe MediaMarktSaturn, qui investit désormais fortement pour rattraper son retard numérique avec d’autres nouveautés. Paula, par exemple, disponible dans des magasins Saturn, l’autre chaîne du groupe, en Allemagne, est l’équivalent holographique de Paul et conduit les clients à travers les magasins grâce à des casques de réalité virtuelle.

Le groupe, coté à Francfort, travaille aussi sur un nouveau magasin en ligne qui sera disponible au quatrième trimestre. Dans toute l’Europe, l’entreprise réalise 22 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont 10% en ligne. Une proportion un peu plus faible en Suisse. Cela alors que des études montrent que la proportion des produits vendus en ligne atteint en moyenne 25% dans l’électronique.

Source : letemps.ch

(Auteur : Florence Berthier)
Avec son Chill Invisible, son kit improbale et régressif, et son concours photo sur Twitter, But a trouvé le filon pour se mettre dans la poche les millennials, fans de cette pratique qui consiste à buller au fond de son canapé, mais aussi à se mettre en scène.

Les jeunes aiment chiller et But l'a bien compris

Rajeunir sa cible est bel et bien l’un des objectifs de But, créée en 1972. S’appuyant sur ses lignes tendances de sofas tant au niveau du design que des couleurs, l’enseigne a entrepris de jouer sa carte auprès des millennials avec des opérations séductions qui usent de leurs codes, de leur actualité et de leur état d’esprit parfois régressif. Ainsi après son opération Pokémon et ses bons cadeaux pour les bacheliers, le distributeur, avec son agence Change, investit une de leurs pratiques favorites après une semaine bien remplie : chiller, bien planqué au fond de son canapé ! Une invitation à pousser la bulle qui passe d’abord par se faire oublier pour mieux se mettre en scène sur les réseaux sociaux. Et quand même s’amuser.

Faire prendre la pose en magasin pour créer du trafic
Une étape facilitée grâce à son Chill Invisible comprenant son convertible 2 places, Bravo, et un onesie -cette espèce de combinaison intégrale en général au style loufoque. Mais cette fois-ci, elle est exactement assortie au dit canapé dans un dégradé graphique de gris. Un kit inattendu qui doit assurer la tranquillité absolue à son heureux propriétaire en lui permettant, tel un caméléon et en mode confort, de totalement se fondre dans le décor. Un rendu visuel qui confine à l’oeuvre d’art, pourvu qu’on prenne la pose, si l’on en croit la vidéo conçue pour l’occasion.

Toutefois, ce projet n’est pas qu’un prétexte à une campagne et n’est pas qu’une suggestion en l’air de la part de l’enseigne qui a réellement créé ce kit… mais édité en série limitée. Alors pour le décrocher, il suffit de se rendre dans l’un des 303 magasins entre les 12 et 15 octobre prochains, puis de se photographier le plus fun possible en train de chiller et de livrer sa version de cet art de vivre. Une fois sa séance validée et immortalisée, le prétendant poste sa photo sur le compte Twitter de But, afin de participer au tirage au sort qui sélectionnera 100 gagnants et pas un de plus. Mais en attendant l’enseigne aura créé du trafic dans ses points de vente.

Source : influencia.net