Le géant Walmart a finalement réussi à s’installer en sol sud-africain après une procédure juridique de très longue haleine.

walmart-70

En effet, le groupe américain était opposé à trois ministères sud-africains qui tentaient de bloquer son implantation. Walmart est une multinationale américaine spécialisée dans la grande distribution. Le groupe est également considéré leader mondial en termes de chiffres d’affaires avec 2,1 millions de salariés travaillant dans 6 199 supermarchés et hypermarchés. L’entreprise américaine avait ainsi été autorisé en mai 2011 à prendre le contrôle de 51% de Massmart, qui possédait déjà les enseignes Garne Makro ou Builders Warehaouse en Afrique du sud. Malgré l’opposition de certains cadres politiques sud-africains de voir le géant américain s’installer dans le pays, la cour siégeant au Cap  a délibéré en faveur de la multinationale.

La cours a affirmé que même si l’implantation du groupe pourrait avoir un léger impact négatif sur les petits producteurs, il n’y avait aucune raison légale d’empêcher son arrivée en Afrique du sud. Le chiffon rouge a beaucoup été agité dans le cadre de cette implantation alors que l’entreprise est également capable d’emmener une bouffée d’oxygène en Afrique du sud. Pour calmer ses détracteurs, Walmart a dû s’engager à ne pas licencier de personnel pendant deux ans pour des motifs liés à la fusion,  respecter les droits de négociation collective de ses employés et à investir dans la promotion de la production locale.

La décision de la cour a pris dans ce cas d’espèce une tournure politique tant l’arrivée du groupe américain reste très controversée dans les rangs syndicaux et d’une partie de l’ANC (Parti  au pouvoir). Toutefois l’opération de Walmart va lui permettre de mettre les pieds pour la première fois dans le continent noir en pleine croissance.

Source  : Afrique 7

(Auteur : Cécile Prudhomme)
Les magasins font peau neuve pour faire venir les consommateurs.

l’UCPA se met à l’heure digitale

L’UCPA, le spécialiste du voyage sportif se met à l’heure digitale. Le 25 avril, l’enseigne ouvrira dans Paris, au cœur du quartier de Rivoli dans le 1er  arrondissement, un magasin d’un tout nouveau genre destiné à favoriser les échanges entre les clients et les vendeurs.

Un “concept store” totalement digital qui s’adresse aux sportifs débutants ou passionnés. Ceux-ci pourront y trouver de quoi partager la passion du sport.

“Pierre apparente, parquet, matériaux bruts… cet espace très design a été imaginé dans un esprit très ‘loft’ urbain, tout emprunt de chaleur et de convivialité, explique l’UCPA. (…) Le ‘Spot by UCPA’ ressemble à une ‘galerie d’art’ tapissée d’écrans qui font vivre le sport et permettent aux visiteurs de vivre une expérience digitale unique”

Les clients peuvent utiliser les tablettes tactiles et discuter autour d’un verre entre eux ou avec les conseillers UCPA.

Pas de café à l’intérieur mais un espace détente appelé UCEP’Cool avec une machine à café (commerce équitable) et un distributeur de snacking. Table haute et chaises sont mises à la disposition des visiteurs pour qu’ils puissent se mettre à l’aise et échanger avec des conseillers ou d’autres clients UCPA. Des écrans géants sont disposés tout autour et présentent différentes activités sportives.

Le nouveau magasin est divisé en plusieurs zones, dont une dédiée aux partenaires du “Spot”, comme l’atelier Rossignol qui permet aux clients de venir faire réparer leurs skis en fin de saison.

Source : Le Monde

(Auteur : Emilie Kovacs)
La marque organise les commandes exclusives de ses nouveaux produits via les comptes Twitter de ses magasins américains.

Nike propose les réservations flash sur Twitter

“Twitter RSVP” est le nom que Nike a donné à sa campagne américaine sur la plateforme qui gazouille. La marque sportive se sert du réseau social pour accompagner le lancement de ses nouveaux produits. Nike joue ici la carte de la proximité avec ses fans puisqu’elle a créé des comptes Twitter dédiés à plusieurs de ses magasins, situés un peu partout aux Etats-Unis (@NikeBoston ou @NikeSeattle par exemple).
Le principe de “Twitter RSVP” repose sur la publication d’un tweet avec un hashtag (#) spécifique en fonction du type de produit mis en avant.
Si un consommateur souhaite commander le produit en question, il doit “suivre” le compte Twitter de la ville à proximité de chez lui, avant de lui envoyer un message privé (“Direct Message” ou “DM”) dans les 60 minutes maximum qui suive le tweet initial de la marque.
Il doit y indiquer le type de produit qu’il veut réserver avec le hashtag dédié, les quatre derniers numéros de l’une de ses pièces d’identité (passeport, carte d’identité, etc.), ainsi que sa pointure.

Si le consommateur reçoit en retour un message privé (ou “DM“) de confirmation, il pourra chercher son produit (sa paire de baskets, par exemple) dans le magasin qu’il a contacté. Il fera ainsi partie des privilégiés à porter un nouveau produit de la marque en avant-première

Source  : e-marketing

Le géant britannique de la distribution va investir 150 millions de livres dans l’amélioration de son offre online.

Tesco veut améliorer sa stratégie digitale

Cet investissement fait partie d’un plan plus vaste de l’enseigne pour “améliorer l’expérience d’achat du consommateur” et dans lequel elle compte investir au total 1 milliard de dollars. Tesco chercherait ainsi à enrayer une baisse de ses ventes au Royaume-Uni. Selon les résultats annuels publiés mercredi 18 avril sur le site du distributeur, les ventes totales du Royaume-Uni ont augmenté de 6,2% à 47,3 milliards de livres grâce à l’ouvertures de nouveaux magasins, mais le résultat opérationnel courant est en baisse de 1% à 2,5 milliards de livres. Les ventes internationales, en hausse de 9,5% en un an, ont en revanche contribué à la croissance du groupe.

Alors que notre activité à l’international enregistre un forte croissance, nous sommes conscients que nous devons améliorer notre offre au Royaume-Uni, a déclaré le PDG Philipp Clarke. C’est pourquoi, nous allons investir un milliard de livres afin de rendre l’expérience d’achat plus satisfaisante pour nos clients avec notamment plus de personnel au service de la clientèle en boutique, des magasins plus modernes, des prix en baisse et des produits de meilleure qualité.”

Pour son activité en ligne, Tesco a récemment lancé une nouvelle plateforme de e-commerce, Tesco Direct, qui propose un offre de produits deux fois plus importante (75 000 références) et une navigation plus fluide. De nouveaux services tels que le Click & Collect ont également été déployés.

Source  : internet retailing 

L’enseigne teste depuis le début de l’année un système de « flux poussé » pour ses innovations qu’elle s’apprête à généraliser en juin et qui permettra de mettre les nouveautés à disposition des magasins quelques jours à peine après leur sélection par les responsables de l’offre. Cela représentera entre 1000 et 1200 références par an, soit 7 à 10 % de l’assortiment selon la taille des magasins.

Fac¸ade du mag.

Dès le mois de juin, Intermarché va généraliser un système de « flux poussé » pour ses innovations que l’enseigne teste depuis le début de l’année dans deux bases de la région parisienne. Concrètement, pour accélérer la mise a disposition des innovations, qui est l’une des faiblesses d’Intermarché (et de ses concurrents…), la direction de l’offre va intégrer chaque mois à ses cadenciers une centaine de produits dûment sélectionnés par une commission ad hoc. De quoi assurer leur diffusion dans le réseau en quelques jours contre plusieurs mois auparavant.

Sur l’année, cela devrait représenter entre 1000 et 1200 références nouvelles envoyées automatiquement aux quelques 1500 magasins de l’enseigne, soit 7 à 8 % de l’offre. Ces derniers gardent toutefois la possibilité de refuser les produits qu’ils ne jugeraient pas utiles. Ce chantier fait partie de la stratégie de rénovation de l’offre mise en place par Philippe Manzoni, président de l’enseigne et Thierry Cotillard, patron de l’offre. Stratégie qui se traduit par des progressions depuis le début de l’année. Sur la troisième période suivie par Kantar, l’enseigne a par exemple gagné 0,9 point de part de marché (12,8 %) et, au cours des deux premiers mois de l’année, ses ventes progressent de + 9,3 %, soit plus du double de la moyenne des GMS (Source Nielsen). Autre innovation : la mise en place d’un cadencier intermédiaire – tous les 15 jours – pour adapter au plus vite les prix des produits sensibles et ceux soumis à la valse des cours des matières premières.

Source : LSA Conso

Afin de dynamiser l’espace de marque de ses chaussures de sports en lieu de vente, New Balance s’est dotée d’une « balance digitale » au cœur de son flagship de Boston.

Line Up, l’interaction digitale en lieu de vente par New Balance

Il vous suffit de poser la chaussure de votre choix sur la Line Up et l’écran du magasin s’anime en vous présentant une vidéo personnalisée du modèle. L’animation autour du produit s’enclenche grâce à la détection de l’étiquette RFID attachée sur le produit. Le développement d’un tel dispositif est à l’étude dans l’ensemble des points de ventes de la marque à travers le monde.

L’ORIGINALITE
La quatrième marque mondiale de chaussures de sports nous offre ainsi une innovation intéressante en terme d’animation en lieu de vente. Il est toujours intéressant de doter un client potentiel de solutions améliorées pour accéder aux détails techniques qu’il recherche.

Mieux, NB prévoie de mettre en place prochainement une table-écran Microsoft Surface sur mesure où plusieurs consommateurs pourront consulter simultanément le même type d’animations. Un sol doté d’hologrammes serait aussi à l’étude… Cet intérêt croissant des marques pour les nouvelles technologies prouve bien le renouvellement progressif des techniques de marketing en lieu de vente.

Source : wcie

La singularisation par vocation est un nouveau concept inventé par Bricomarché. Elle s’appuie sur une étude géomarketing réalisée pour chaque point de vente. En fonction des résultats, les magasins adaptent leurs offres produits aux potentiels d’achats identifiés sur leur zone de chalandise.

Bricomarché ou la singularisation par vocation (SPV)

Le projet “singularisation par vocation” (SPV) commencé en 2009, est testé depuis le 15 février au Bricomarché de Milly-la-Forêt (91). D’ici 2015, le concept sera déployé sur les 300 PDV du parc de magasins Bricomarché (*). L’objectif est une augmentation de 15 % du chiffre d’affaires. De quoi s’agit-il ? Chaque point de vente élabore une offre commerciale en fonction de sa vocation et non plus en fonction de sa taille. Certaines études de potentiels (géomarketing) mettent en avant des points de vente à vocation décoration ou bricolage, d’autres en revanche indiqueront des préférences pour le jardinage et le bâti…

Une étude clients menée par Bricomarché a montré que ceux-ci ne s’attendent pas à “trouver de tout” dans un magasin de bricolage. Il existe des familles de produits prioritaires qui représentent l’essence même d’un magasin de bricolage. En revanche, la taille des points de vente Bricomarché ne permet pas de présenter une offre complète et profonde sur tous les univers. Il faut donc faire des choix et renoncer à certaines choses. Fort de ce constat, le concept de singularisation par vocation propose une synthèse entre les besoins de la clientèle et la définition de l’offre. Elle apporte ainsi une plus grande satisfaction client par une juste adéquation des univers produits à développer et ceux auxquels Bricomarché doit renoncer.

Merchandising “Shop in the Shop”
Les clients ne sont plus accueillis par des linéaires structurés autour d’une allée centrale. La SPV apporte une rupture dans l’organisation et la gestion des flux. Un nouveau parcours invite les clients à découvrir et à construire leurs projets de rayon en rayon. Il sera le même d’un point de vente à l’autre. Cinq environnements, qui regroupent les 23 univers par nature de projet, structurent ce parcours: “actus”, “jardin/animalerie”, “décoration”, “Matériaux” et “bricolage”.
Cette organisation “magasins à l’intérieur du magasin” se présente sous la forme d’univers qui favorisent la théâtralisation de l’offre. L’agencement et les volumes des différents éléments de présentation – podiums plus bas, racks bas placés au centre de l’univers – ont été étudiés pour offrir une vision plus panoramique de l’ensemble de l’offre produits. La zone d’accueil est plus ouverte et la visibilité meilleure. Par ailleurs, cette nouvelle disposition, apporte un gain de 5 à 10 % de surface de présentation, soit 40 mètres linéaires pour un magasin de 1 500 m2. Tout au long de ce parcours, de nombreuses signalétiques sont installées aux points stratégiques du magasin.

L’univers stratégique de la décoration
La décoration représente 23 % du CA global de l’enseigne (2011) Avec la multiplication des émissions et magazines de décoration, l’engouement des Français est au plus fort. Sans compter que le contexte économique actuel encourage davantage les Français à rester dans leur logement et à faire eux-mêmes leurs travaux de rénovation et de décoration. Ce marché touche toutes les cibles de clients, des novices du bricolage (achats coup de cœur en accessoires) aux bricoleurs professionnels ou passionnés de bricolage plus aguerris.
Le marché étant très lié à des modes et aux tendances, Bricomarché garantit des produits estampillés tendance et leur fournit des idées via les PLV et les mises en ambiance, pour qu’ils se projettent et aient envie de renouveler leur décoration intérieure.
Le principe d’implantation et de présentation des gammes déco suit le concept de l’ensemble du magasin : une organisation en univers (décor de la fenêtre, décor des murs, éclairage, décor des sols, rangement, droguerie/ménage, accessoires et équipement de la salle de bain). Avec ce principe de valorisation et d’organisation de l’offre par style et par couleur.

Naissance du “vendeur projet”
Un nouveau métier est apparu dans les surfaces de vente Bricomarché, celui de vendeur projet. Le vendeur projet se positionne comme un coordinateur qui accompagne et conseille les clients dans la concrétisation de leurs chantiers, en s’appuyant sur l’offre, les services et les compétences des spécialistes qui sont disponibles dans tous les points de vente. Un accent particulier est mis sur l’écoute, la reformulation, la proposition de solutions, qu’elles soient techniques ou financières, mais également sur la coordination des étapes majeures d’un chantier ainsi que sur le suivi des clients dans leurs projets en cours ou à venir.

Source : actionco

Le chocolatier danois Anthon Berg a réussi son pari. Durant une journée en mars, il a ouvert “The Generous Store” à Copenhague, un pop up store au concept inédit : il remplace les prix de ses boîtes de chocolats par des douces attentions envers des proches.

le chocolatier Anthon Berg invente le magasin généreux

Par exemple : “Parlez gentiment à sa maman pendant une semaine” ou “Offrez le petit-déjeuner à l’être aimé”.

Pour emporter sa boîte de confiseries, chaque client devait se connecter en boutique sur un iPad pour envoyer sa promesse à un ami sur Facebook. Une belle campagne virale qui a remporté un franc succès auprès des consommateurs danois.

Source : e-marketing

Aux États-Unis, Walmart s’inspire d’American Idol (La Nouvelle Star) pour lancer un concours en ligne d’inventeurs !Avec cette initiative, baptisée “Get On the Shelf”, le géant mondial de la distribution fait le buzz et surfe (lui aussi) sur la vogue du “made in local”.

L'idée d'ailleurs qui fait tilt Walmart invente la création participative en magasin

 

Ce concours s’appuie sur la formule à succès d’American Idol : les participants doivent soumettre leurs vidéos en ligne à destination du public qui vote pour ses produits favoris. La compétition se déroule en deux phases : lors du premier tour, les 10 inventions les plus populaires sont sélectionnées pour participer au second tour, à l’issue duquel les trois inventions élues seront commercialisées en ligne et la plus populaire en magasin.

Une multitude d’inventions sont en lice parmi lesquelles des ratés et des bizarreries qui font le buzz à l’image de produits cosmétiques qui repoussent les monstres ou encore d’un coussin pour siège de toilettes !

Depuis son lancement en janvier dernier, Get On the Shelf” rencontre un large succès : le premier tour est en cours et déjà plus de 250 000 personnes ont voté ! Joli succès pour Walmart qui réussit à impliquer ses consommateurs et à se différencier en se posant comme une marque à l’écoute et sensible au made in US quelques semaines après que Target ait annoncé sa nouvelle politique de partenariat avec des PME américaines.

Quand vous réussissez à impliquer un consommateur, vous vous ménagez un client prêt à l’achat ! 

Source : e-marketing

L’enseigne de bricolage organise, pour la première fois, un jeu-concours sur mobile, en complément d’un dispositif multicanal, on et off line. Le but de cette opération ? Créer du trafic dans ses magasins pour son événement “Festival de ma maison”.

Leroy-Merlin-invite-jouer-mobile--45374-0

Du 30 mars au 8 mai, à l’occasion de son opération annuelle “Festival de ma maison”, Leroy Merlin propose un jeu-concours sur mobile. Intégrant également d’autres supports médias – 15 millions de prospectus en boîtes aux lettres, 10 600 affiches Abribus, PLV dans 119 magasins et page Facebook –, le jeu concilie l’utilisation d’un QR code et un système de grattage virtuel.

Continue Reading…