(Auteur : Doc news)
Fini les cadeaux pourris à Noël. La FNAC invente la liste des cadeaux sur Facebook. Vos amis ou votre famille ne pourront plus dire qu’ils n’étaient pas au parfum.

A l’occasion des fêtes de Noël, la Fnac lance la FnacWishList, un service disponible à compter du 9 novembre, permettant notamment de créer des listes de cadeaux et de les partager avec ses amis et sa famille.
La FnacWishList facilite la préparation des cadeaux de Noël, pour soi, pour les enfants, pour la famille et de les partager sans modération avec ses proches. Ce service est proposé pour toutes les occasions, tout au long de l’année, quel que soit l’évènement ou le prétexte. Il permet également d’organiser des cadeaux en commun : intention d’achat à plusieurs et déclaration de création d’une cagnotte. En fonction des pages « likées » par l’utilisateur, la FNAC suggère même des listes de produits. Un agenda est également proposé avec un système d’alertes anniversaires et évènements.
L’accès à la FnacWishList se fait depuis la barre d’onglets de la page d’accueil du Facebook Fnac officiel. Les utilisateurs, ainsi que les participants, sont invités à cliquer sur le bouton « J’aime » pour pouvoir s’inscrire et ainsi télécharger l’application.

Le lancement de FnacWishList est accompagné d’une campagne virale, via une web série en 3 épisodes :

Source : docnews

(Auteur : Sylvie Lavabre)
Le distributeur en ligne Amazon a lancé jeudi un service de vente de vin en ligne, limité pour l’instant à une partie des Etats-Unis mais susceptible de bouleverser le système de distribution très réglementé dans ce pays.

 

Le service permet actuellement, pour des frais d’envoi uniques de 9,99 dollars, de se faire livrer jusqu’à 6 bouteilles dans 13 Etats américains, avec “davantage à venir bientôt”, promet Amazon dans un communiqué. Le groupe dit proposer sur sa plateforme (www.amazon.com/wine) plus d’un millier de vins provenant de divers vignobles américains. La sélection va d’un lot de 4 cannettes de blanc de blanc californien non millésimé à 5 dollars jusqu’à un cabernet-sauvignon Mercer de la Columbia Valley de l’année 2005 à 199,99 dollars la bouteille. Elle devrait toutefois s’étendre puisque Amazon permet aux établissements vinicoles américains intéressés pour commercialiser leur production sur sa plateforme de le contacter directement.

Pas de vins étrangers en vente directe

Le site permet aussi, par l’intermédiaire d’autres vendeurs, d’accéder à des vins d’autres pays, majoritairement européens (France, Italie, Espagne, Portugal, Allemagne, Autriche) ou sud-américains (Argentine, Chili), mais aussi australiens, sud-africains ou japonais par exemple. Le consommateur peut faire son choix en fonction du prix des bouteilles, de leur origine, du cépage ou encore de l’arôme dominant et se voit proposer des conseils sur les mets se mariant le mieux avec sa bouteille.

“Que ce soit pour aider les consommateurs à trouver leur cépage préféré, faire des achats pour les fêtes ou agrandir leur cave avec une bouteille spéciale, nous fournissons les outils et l’information nécessaire pour les guider jusqu’au vin parfait”, affirme Peter Faricy, vice-président responsable des plateformes de vente d’Amazon, cité dans le communiqué.

Législation différentes d’un état à l’autre

Des projets d’Amazon dans le vin sont évoqués depuis plusieurs années dans la presse mais n’avaient jusqu’ici débouché sur rien de concret, en raison notamment des restrictions à la vente d’alcool dans le pays. Le système de distribution du vin aux Etats-Unis, hérité de la prohibition, repose sur une série d’intermédiaires (importateurs, grossistes), ce qui contribue à renchérir le prix final payé par les consommateurs. En outre, chaque Etat a ses propres réglementations et certains interdisent les achats de vin par correspondance.

Source : lsa-conso

(Author : Sarah Perez)
Amazon.com announced the launch of a new marketplace today, Amazon Wine, which offers customers a selection of over 1,000 wines from various wineries around the U.S. The new store – Amazon’s third attempt at entering this market – arrives just ahead of the holidays, providing shoppers with tools that will help them locate the right type of wine, suggest food pairings, and offer tasting notes, as well as other wine details, like information about the winery or the total case production.

 

In addition, Amazon customers can research things like the wine’s American Viticultural Area (AVA), composition, and percentage of alcohol. The search engine on the site has been customized to help shoppers discover wines that match their own interests, like those rated “90 & Up” in their Professional Rating, or they can pick a tasting note like “cherry” or a winery’s location, in order to filter the results.

Continue Reading…

(Auteur : Yves Puget)
NCR installera 10 000 caisses libre-service dans plus de 1 200 magasins de la chaîne Walmart. L’encaissement en libre service dans les magasins Walmart répond aux attentes de ses clients : le choix du mode d’encaissement et un passage rapide en caisse. 

 

« Clients et détaillants sont conscients du gain de temps et de la valeur ajoutée que représentent les caisses libre-service. Les consommateurs se disent d’ailleurs favorables à leur déploiement dans d’autres segments du secteur de la grande distribution », a déclaré Scott Kingsfield, Vice-président directeur et Directeur général de la division NCR Retail.

 

Répondre à la demande client

Aujourd’hui, dans l’ensemble des États-Unis, les clients de Walmart règlent chaque semaine plusieurs millions d’articles aux caisses libre-service de NCR. Ce développement dans les magasins Walmart marque la volonté de l’enseigne d’offrir à ses clients différentes possibilités d’encaissement, et ainsi d’améliorer le passage en caisse et le service à la clientèle. « Nos clients ont profondément modifié leurs comportements d’achat ; nous misons donc sur des technologies innovantes, telles que les caisses libre-service, pour répondre à leurs besoins », a déclaré Jeff McAllister, Vice-président directeur de la division innovation chez Walmart États-Unis. « Les différents types de caisse que nous proposons nous donnent un avantage unique, celui de pouvoir offrir à nos clients la simplicité, la rapidité et le confort qu’ils attendent au moment de régler leurs achats. »

“Un meilleur service” selon les clients

D’après une récente étude, 64% des clients de supermarchés qui utilisent les caisses libre-service et 44% des clients qui utilisent les lignes de caisse traditionnelles estiment que les distributeurs qui disposent de terminaux en libre-service offrent un meilleur service à la clientèle. Selon cette même étude, 70% des clients qui utilisent les caisses libre-service souhaiteraient que ces bornes soient mises à disposition dans les grandes surfaces telles que Walmart, contre la moitié seulement des clients qui utilisent les caisses traditionnelles.

Source : lsa-conso

(Auteur : monpetitbiz)
Chaque jour, Zipongo permet de recevoir des offres personnalisées d’aliments sains, en prenant en compte le dossier médical de chaque client.

Aux Etats-Unis, Zipongo est une nouvelle place de marché permettant aux utilisateurs de recevoir quotidiennement, des offres personnalisées sur des aliments bons pour la santé qui tiennent compte de leur dossier médical.

Zipongo est une startup qui a fait parler d’elle récemment puisqu’elle vient de lever 1 million de dollars auprès d’un fond d’investissement américain. Grâce à cette place de marché, les utilisateurs peuvent manger plus sainement tout en profitant de réductions intéressantes. En effet, si un client achète des produits qui sont bons pour sa santé, il bénéficiera de réductions sur leurs prix de vente afin de l’encourager. De plus, en cas de publication des offres sur les réseaux sociaux, les réductions peuvent être encore plus importantes. Ces réductions commencent dès qu’un utilisateur renseigne ses informations de santé, comme son régime alimentaire, ses activités sportives et ses habitudes de sommeil.

Zipongo a adopté une approche globale visant à offrir un service prenant en compte de nombreuses informations sur chaque client, afin de mieux répondre à leurs besoins. C’est dans l’air du temps et encore peu exploité en France.

Source : monpetitbiz

(Auteur : Marc)
A partir des historiques de consommation enregistrés dans les cartes de fidélité, le supermarché Kroger offre désormais des réductions personnalisées sur des produits pouvant intéresser ses clients.

 

Les réductions permettant de fidéliser des clients est monnaie courante, et de nouveaux concepts se développent comme Zipongo, qui offre des réductions lorsqu’on achète des produits bénéfiques pour sa santé. Aux États-Unis, Kroger est un supermarché qui offre des réductions personnalisées à chaque client portant une carte de fidélité. C’est à partir des données recueillies sur cette carte que le supermarché détermine les marques préférées de chaque consommateur, en temps réel, pour leur proposer des réductions spécifiques.

Le supermarché a commencé à offrir ce service aux clients inscrits au programme de fidélité, en proposant un tarif particulier sur certains produits en fonction de l’historique de consommation de chacun. Les réductions sont envoyées par email à chaque client susceptible d’être intéressé.

Par exemple, si un client a récemment acheté des boissons gazeuses et qu’une nouvelle marque est disponible,  une réduction lui sera envoyée pour inciter à l’achat. De même, pour un client effectuant des achats pour toute une famille, il se verra proposer des réductions pour l’achat de produits dans des volumes plus importants. Les réductions reçues ne nécessitent aucune impression puisqu’elles sont automatiquement identifiées lors d’un passage en caisse, en détectant la carte de fidélité. Ainsi, les réductions sont déduites du montant total à payer.

Un tel système encourage les consommateurs à essayer de nouveaux produits en bénéficiant de prix attractifs. On peut imaginer qu’à l’avenir, les tarifs traditionnels des produits en rayon seront remplacés par des tarifs personnalisés en fonction des clients. En France, il serait peut être temps de proposer un programme similaire?

Source : monpetitbiz.

(Auteur : Jean Pierre Blettner)
La chaîne de magasins d’ameublement But propose une application sur tablette iPad. Cette application reconnaît les pages du catalogue papier et affiche les prix à jour des produits et leur disponibilité. Une fonction de géo-localisation aide à déterminer le magasin le plus proche.

 

La chaîne d’ameublement BUT lance une application iPad. Il s’agit de compléter son déploiement cross-canal. L’application est destinée à favoriser la découverte de l’offre en complémentarité avec l’expérience magasin et internet. L’application dispose d’une fonction inédite « Catalog’Scan » de reconnaissance d’image. Elle constitue un trait d’union entre le catalogue « papier » et le monde numérique.

La fonction « Catalog’Scan » sert à scanner les pages du catalogue papier, à les reconnaître automatiquement, et à faire apparaître les produits de la page avec les mises à jour de prix et les disponibilités en stock. Via la géolocalisation, les utilisateurs peuvent contextualiser toutes les informations de disponibilité en fonction de leur magasin préféré, sans oublier la possibilité de se renseigner sur leurs coordonnées et horaires d’ouverture.

L’application a été réalisée par la société PHOCEIS pour BUT international. Les technologies embarquées sont COMPARIO pour la gestion du catalogue cross-canal, MOODSTOCK pour la reconnaissance d’image et ADOBE SCENE 7 pour la gestion des images, catalogue et 360°.

Les différentes photos du catalogue sont présentes sur la tablette afin de présenter la diversité des ambiances et des styles proposés par l’enseigne. Chaque article fait l’objet d’une entrée spécifique, avec un accès à sa fiche détaillée, différentes vues, des zooms dynamiques et des 360°. Les utilisateurs pourront aussi feuilleter le catalogue, les idées de décoration, les styles. Comme les autres applications smartphone de BUT, l’application iPad permet de commander les produits sélectionnés et payer par CB, Carte BUT ou encore par Buyster (le service de paiement créé par les opérateurs mobiles). Toute la vie de l’enseigne est sur l’application iPad : les bonnes affaires, les ventes flash et les produits exclusifs Internet. Les vidéos de la WEB TV BUT sont également accessibles depuis l’application. L’application Ipad permet aussi de partager avec sa communauté des infos exclusives.

Source : reseaux-telecoms

(Auteur : JEAN-NOËL CAUSSIL)
Depuis le mois d’octobre 2012, le groupement des Mousquetaires équipe ses magasins Intermarché d’écrans de PLV diffusant une chaîne TV dédiée à l’enseigne.
Intermarché et  chaine TV

 

Installés à l’accueil des points de vente, au niveau des lignes de caisse et dans les rayons traditionnels, ces écrans d’affichage dynamique ont pour objectif de communiquer aux clients les programmes de promotions et de communication d’Intermarché. Avec, pour « coller » aux nécessités d’une prise de parole adaptée aux conditions locales, l’occasion d’y prévoir une certaine flexibilité pour chacun des points de vente (promotions locales ou informations personnalisées par exemple.

D’ici la fin 2013, plus de 2000 écrans seront installés sur près de 300 points de vente Intermarché.

Source : lsa-conso

(Author : Rimma Kats)
Home Depot is marrying mobile advertising and location-based technology to offer consumers relevant content, as well as increase in-store foot traffic.

 

The company is running its new mobile advertising campaign within The Weather Channel’s iPhone application. Home Depot has used mobile advertising in the past to bolster brand awareness and engagement.

“By adding store location functionality to the ad unit, the brand expertly displays their understanding and appreciation of the unique contextual requirements of an audience made up of a sizable percentage of likely moving targets,” said Scott Forshay, mobile and emerging technologies strategist at Acquity Group.

Continue Reading…

(Auteur :Malvina Hamon)
La marque Habitat plonge dans la nostalgie en ouvrant bientôt un dépôt-vente de 300 m² aux Puces de Saint-Ouen. Réservé à 100 % aux meubles Habitat, il surfe sur la mode du vintage et s’adresse aux aficionados…

 

Au cour de l’hiver 2012/2013, Habitat va ouvrir ses portes sur un lieu unique : 300 m2 au coeur des Puces de St Ouen consacrés à la revente et l’achat de meubles et d’accessoires issus des collections des années 60, 70, 80 et 90. Pour en savoir plus, nous avons rencontré Rémy Poirson, Directeur Marketing & Internet Habitat. Interview.

Pourquoi avoir créé le concept d’Habitat Vintage ?

Rémy Poirson (Habitat) : Cette idée est née très peu de temps après notre reprise de la marque (Habitat Europe a été racheté par Cafom en 2011, ndlr). Nous savons qu’il existe un véritable attachement de certains clients à notre marque. Des cliens parfois déçus de l’absence de créativité des dernières années et nostalgiques des anciens produits. À l’inverse, bien des gens n’ont pas conscience de ce qu’était Habitat il y a quelques années : une marque qui a révolutionné l’ameublement. Notre volonté avec Habitat Vintage est de leur faire connaître nos produits phares. La mode du vintage depuis plusieurs années n’a fait que renforcer notre volonté de développer ce projet.

Continue Reading…