(Auteur : internetretailing)
The adidas Group has expanded its virtual presence across three continents, launching ecommerce sites around the world in just over a year.

The sports equipment brand has launched more than a dozen sites in Europe, Russia, Canada and South America in the last 12 months, using the Demandware Commerce cloud-based platform. The company plans to open more sites and channels as part of its international expansion strategy.

“Fast deployment was a major consideration for us as our ecommerce presence is of strategic importance for the adidas Group,” said Harm Ohlmeyer, chief ecommerce officer for the adidas Group. “We needed an ecommerce platform and partner that could help us move swiftly to reach new markets, without compromising quality.”

Tom Ebling, chief executive of Demandware, said: “As the adidas Group continues to drive digital ecommerce on a global scale, Demandware will be there to help ensure that its strategic business objectives are met. We’re honored to have them as a client and are committed to their success.”

The project was implemented by Demandware partner Astound Commerce.

Adidas, a German company, has more than 46,000 employees and made sales of €13.3bn in 2011.

Source : internetretailing

(Auteur : Cécile Prudhomme)

C’est l’enseigne qui fait peur à bon nombre de groupes français de la grande distribution, tant son modèle est différent de ce qui peut exister en France.

Le leader américain de la distribution sous forme d’entrepôts, Costco Wholesale, doit débarquer en France début 2015 à Bussy-Saint-Georges en Seine-et-Marne avec un magasin de 11370 m². Le groupe gère 600 entrepôts dans le monde. 

A l’occasion du salon américain du commerce de détail, qui se tenait du 13 au 15 janvier à New York, plusieurs acteurs de la distribution française en ont profité pour visiter l’un des derniers supermarchés du groupe Costco dans l’upper East Side de Manhattan.

Construit il y a trois ans dans les nouveaux quartiers de Harlem, ce magasin Costco ne craint pas la concurrence. Il jouxte même un supermarché Target et un Aldi. Car le modèle de Costco est très spécial, plus proche d’un Metro (ce magasin-grossiste pour les commerçants) pour les particuliers que d’un Carrefour ou d’un Auchan. Le principe est simple pour faire ses courses il faut avoir une carte d’adhérent (55 dollars pour un an pour la carte classique, 110 dollars pour la carte premium, qui donne accès à d’autres services).

Dès l’entrée du magasin, on est projeté dans un autre univers, où les produits sont posés sur palette en quantité industrielle, où les téléviseurs trônent sur leur pile de cartons d’emballage. Où les boites de conserves côtoient un rayon bijouterie avec des colliers à plus de    20 000 dollars, où les canapés sont négligemment installés à côté des meubles réfrigérés pour les yaourts. Un joyeux désordre qui renforce l’impression de prix bas.

Et les promotions sont poussées à l’extrême

Continue Reading…

(Auteur : Lucie Freulon)

Et si le crowdfunding s’appliquait aussi à l’acquisition de votre nouveau véhicule ? La plate-forme Dodge Dart Registery propose à ceux qui ont un trou au portefeuille de faire financer par leur communauté chaque composant de leur quatre roues… Le constructeur va-t-il révolutionner la façon de vendre une voiture ? 

Et si acheter une voiture devenait fun et social ? Le site Dodge Dart Registery, créé par Wieden + Kennedy change les règles du jeu de l’achat traditionnel d’un véhicule, synonyme généralement d’investissement financier important, et de prêt bancaire contraignant.

Lancé le 20 janvier dernier via une campagne virale, le concept repose sur la tendance décidément très en vogue du crowdfunding : selon le constructeur, si l’on peut mobiliser de généreux donateurs pour financer un projet personnel, social, un voyage ou même des soins médicaux, pourquoi ne pas en profiter pour un achat de nécessité au prix très élevé ?

Dodge Dart Registery est une plate-forme sur laquelle l’internaute peut élaborer sa propre Dart : customisable à souhait (couleur, matières…), il peut créer le modèle de ses rêves puis inviter sa famille, ses amis, et n’importe quel donateur séduit par la création à participer au financement du composant qu’ils souhaitent. Chacun des membres participants à la cagnotte pourra choisir quel « morceau » du véhicule il  financera (le capot, les jantes, les fauteuils, la radio, etc.) selon les prix préalablement fixés par le bénéficiaire.

« Grâce à cette plate-forme, les amis et la famille ont la garantie d’offrir un cadeau que le destinataire souhaite réellement, que ce soit pour un anniversaire, une remise de diplôme ou pour tout autre occasion importante. », explique Dodge.

Avec cette idée audacieuse, le but de la marque est de rendre le processus d’achat de son dernier modèle plus accessible, soutenu par une forte dimension sociale, mais aussi affective. Egalement connecté à Facebook et Twitter, l’outil pourra en effet être diffusé à plus grande échelle sur la Toile et recevoir les commentaires de la communauté si l’initiative plaît, ce qui donnera une visibilité et une répercussion d’ampleur pour le constructeur. L’objectif va donc plus loin que le simple désir de vendre : le souhait de Dodge est bien de mettre à contribution acheteurs et « gifters » pour faire la promotion sociale de la marque, de son nouveau modèle et de son « engagement » au service de la communauté.  

Un nouveau remède à la crise de l’automobile ? Difficile toutefois de mobiliser assez de gens pour atteindre le montant total d’une voiture : si le projet part d’une belle ambition, le site ne compte à l’heure actuelle que de petites contributions financières. Le projet est pour l’instant uniquement mis en place aux Etats Unis. On attend de voir si ce concept intelligent fonctionnera assez bien pour s’implanter en Europe.

Source : influencia

(Auteur : Christophe Protat)
Nike soigne ses points de ventes en marque propre. Les Nike Towns, implantés partout dans le monde, restent des magasins référents en termes d’évolution de commerce. Aujourd’hui Nike développe un concept parallèle dédié aux pratiquants de running sur la 5e avenue (20th street), à New York.

 

La marque Nike propose une véritable expérience en magasin et donne tout les outils à ses clients privilégiés pour faire parler d’elle de façon positive.

Pourquoi est-ce intéressant ?

1- C’est d’abord un magasin avec un vrai territoire de marque . Les matériaux sont choisis et reclyclés, l’éclairage est performant, le merchandising est carré et sexy. Pour faire vibrer le lieu, un designer maison est venu esquisser au marqueur des produits sur les murs : une marque forte

2- C’est aussi un vrai espace hyper spécialisé avec une offre débutant, habitué et confirmé. La technique des produits est très bien relayée dans un balisage clair : la simplicité du message et un assortiment précis.

3- L’équipier ( ex-vendeur) renforce un discours de marque avec un vraie connaissance produit : le conseil honnête et la proximité

4- Le magasin met à disposition des tapis de running pour tester les différents modèles : la réassurance de l’achat et l’expérience.

5- Chaque client a la possibilité de faire partie de la communauté, le Run Club, et d’accéder a une station digitale, un immense écran digital, pour connaître ses performances, ses progrès sur son I Pad :l’individu au centre de la relation commerciale

Continue Reading…

(Auteur : Zachary Kraemer)
With shoppable content, spreads that tell a story, and the integration of iTunes apps and music playlists, Crate & Barrel’s newly updated catalogues seem like miniature magazines. The retailer, known for its well-made, quality furniture and décor, seems to be taking a different approach to its marketing strategy to kick off the New Year.

 

In Crate & Barrel’s latest inspiration catalogue, pages are broken down not by room, but by story. Each of these stories integrates the company’s products similar to that of a Pinterest board, and shows the consumer how they may use the merchandise in their homes. Providing valuable resources to make the consumers ideas happen, Crate & Barrel has also integrated useful tips, tricks, apps, and iTunes playlists, which are all free to download through the catalogue.

The digital version of the catalogue features shoppable photographs that link consumers directly to product pages, offer them insight on certain pieces of merchandise, or link them to various downloads.

If consumers like what they see via the physical or digital catalogues, they can visit the inspiration pages on the Crate & Barrel’s site which offer a look at full stories that feature more shoppable photographs, free downloads, recipes, and party planning ideas.

Source : psfk

(Auteur : itrmobiles)
En dépit de la crise et du serrage de ceinture général, la croissance des ventes des “champions” de la distribution (Wal-Mart, Carrefour, Tesco, Metro, etc.) a malgré tout dépassé les 5%. 

 

En 2011, les 250 plus grands groupes de distribution étaient présents dans 9 pays en moyenne (contre 5 en 2000) et ont réalisé 23,8% de leur activité à l’étranger (contre 13% en 2000). L’internationalisation se poursuit donc aussi pour ces ténors de la distribution que ce sont     Wal-Mart, Carrefour, Tesco, Aldi, Walgreen, The Kroger, The Home Depot et consorts). Et ceux-ci visent désormais plus particulièrement les marchés émergents (Afrique/Moyen-Orient, Amérique Latine, Asie-Pacifique) qui affichent une forte croissance grâce à l’essor des classes moyennes, à des populations jeunes et plus urbaines. “Pour bon nombre des principaux distributeurs du monde, l’expansion mondiale reste le moteur des opportunités de croissance, en tentant ainsi de compenser la faible croissance ou la stagnation des marchés domestiques” souligne Stéphane Rimbeuf, Associé responsable de l’industrie du Consumer Business pour Deloitte en France. Wal-Mart par exemple, premier distributeur mondial, a racheté le sud-africain Massmart. Les acquisitions et la croissance organique sont évidemment les stratégies privilégiées pour assurer cette croissance, mais il y a aussi le franchisage et les concessions de licences, notamment en Afrique/Moyen Orient.

Investir et s’adapter aux modes de consommation locaux
En 2011, il est à noter que les distributeurs américains sont un peu sortis de chez eux. Certains se sont, en effet, prudemment déployés au Canada, au Mexique ou à Porto Rico. Reste que seuls 15 % du chiffre d’affaires des distributeurs nord-américains ont été réalisés à l’étranger, loin derrière les 38,2% réalisés par les européens. Cela dit, quelle que soit la stratégie de développement à l’international choisie, les distributeurs devront consentir un investissement important, capitaliser sur leurs avantages concurrentiels, s’adapter aux goûts et aux modes de consommation des consommateurs locaux, nouer de fortes relations avec des partenaires locaux, et attirer et retenir des talents locaux.

Une forte poussée des marchés émergents
Deloitte signale que les 50 premières sociétés de son palmarès affichent un taux de croissance annuel de près de 20% en 2011 et sont essentiellement issues des marchés émergents. “Sur les grands marchés émergents tels que la Chine, on estime qu’au moins 70 millions de nouveaux consommateurs viendront s’ajouter chaque année à la classe moyenne mondiale, soit 500 millions nouveaux consommateurs d’ici 2020, ajoute Stéphane Rimbeuf. C’est une énorme opportunité de croissance pour les distributeurs“.

Réinventer l’acte d’achat et optimiser sa stratégie 

Continue Reading…

(Auteur : Dominique Malecot)
Le Japon en quatre minutes chrono sans quitter sa voiture. La chaîne de restauration rapide d’inspiration japonaise eat Sushi annonce ce matin l’ouverture de son premier drive, au Haillan près de Bordeaux. 

Ce concept, développé notamment par les géants McDonald’s et KFC, permet aux automobilistes de commander, à la portière de leur voiture, le repas qui leur est remis quatre minutes plus tard dans un petit sac en papier. Au Haillan, les automobilistes ont aussi la possibilité de descendre de leur voiture, de commander au comptoir et de manger sur place. L’établissement qui représente un investissement de 800.000 euros et emploie 16 personnes dont huit en cuisine porte une bonne part des espoirs de développement du groupe de La Plaine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) à la tête de 38 établissements, dont 31 en franchise, qui ont généré 28 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012 avec 600 salariés.

« C’est, à notre connaissance, le premier drive à sushi en Europe, explique Mourad Benamer, co-fondateur, avec son frère Yahia Benamer d’eat Sushi en 2006.  Nous cherchions une idées audacieuse pour faire bouger les choses sur notre marché ».

Ouverture de quatre drive

La petite équipe de 15 personnes, qui anime le siège, s’en est donné les moyens. L’entrée, il y a un an, du fonds Citizen Capital, à son tour de table pour environ 3 millions d’euros et 30 % de participation , lui a notamment permis de se structurer et d’investir.« Cela nous a aussi apporté une crédibilité certaine auprès de banques et de la sérénité », explique le dirigeant. « Quand on voit le boom du drive chez McDo ou dans la grande distribution et les projets de ces groupes dans ces domaines, nous ne pouvions pas en être absents », poursuit-il.

Il s’agit cependant d’une offre supplémentaire, car il n’est pas question de renoncer aux restaurants classiques. Ils assurent les livraisons à domicile, qui représentent 70 % du chiffre d’affaires. Aussi, est-il prévu cette année huit ouvertures de restaurants et quatre de drive. Mourad Benamer est d’autant plus confiant dans le potentiel de ces derniers que celui du Haillan est, en fait, ouvert depuis le 12 décembre et que le succès a été immédiat.

Les deux catégories de points de vente suivent la même recette : des plats préparés sur place à partir de produits frais – sauf les brochettes surgelées dans un laboratoire central – et une forte infrastructure informatique développée en interne.

Source : Les Echos

(Auteur : B; Merlaud)
On connaissait Atacadao, la pépite brésilienne de Carrefour : des hypermarchés discount façon cash and carry.

Depuis 2012, Carrefour teste discrètement en Espagne une formule similaire en supermarché : Supeco, El Cash de la Familia.

Supeco : le mini Atacadao de Carrefour

Une nouvelle enseigne, donc, qui ne joue pas la convergence avec Carrefour. Deux magasins ont ouvert, en mai et juillet dernier, près de Séville. Ils jaugent 2 000 m² et tournent avec une trentaine de salariés. Le décorum dépouillé évoque largement celui d’Atacadao : une ambiance entrepôt, un sol béton, des produits sur rack avec le stock en hauteur. Bref, les coûts d’exploitation sont serrés au plus juste.

Supeco propose des gros formats, mais aussi des ventes unitaires classiques. Les articles Carrefour Discount sont à l’honneur, mais les marques nationales sont aussi présentes. Les fournisseurs locaux ne sont pas non plus oubliés.

A l’intérieur du magasin, une zone réfrigérée, dans laquelle rentrent les clients, regroupe les produits frais et quelques fruits et légumes. Une vraie zone coupe, en vente assistée, est aussi installée au cœur du supermarché.

Taillé pour la crise, ce nouveau concept de supermarché a été très bien accueilli, rapporte la presse locale, par les maires des deux villes où Supeco s’est implanté (Los Palacios y Villafranca, La Rinconada). Ils apprécient autant les créations d’emplois que la promesse de prix plancher pour les habitants.

Selon la revue spécialisée InfoRetail, qui a interrogé un représentant de l’enseigne, Supeco a vocation à être le moins cher sur le bas du ticket de caisse, avec “les prix les plus agressifs de la distribution espagnole”. Le concept est présenté comme un cash and carry réservé aux familles.

Source : lineaires

(Author : internetretailing)
Morrisons and Lakeland are joining forces to launch a new website selling kitchen products in a move that is part of the supermarket’s strategy to expand its non-food business online.

 

The new site will launch in the spring and will be the supermarket’s third online venture, following the launch of wine site MorrisonsCellar.com in November and the acquisition of nursery retailer Kiddicare.com in 2011.

Morrisons  says it is moving online by launching categories that are close to food, while allowing its supermarkets to remain focused on fresh food.

“We believe the future for retailing many non-food products is online rather than in supermarkets,” said: Dalton Philips, chief executive of Morrisons, said:  “Morrisons customers are used to buying great fresh food and this venture will also ensure they can prepare it with great kitchenware from Morrisons.com. “We decided to work with Lakeland because it has spent 50 years selling reliable kitchenware for cooks of all standards.” Lakeland launched its catalogue business in the 1970s, making it one of the first retailers to move into home shopping.

Its managing director Sam Rayner said: “Lakeland are delighted to have the opportunity to offer our products for sale on Morrisons.com. This is a unique opportunity for us to work closely with one of the UK’s leading grocers and we see a lot of opportunity in the links between our respective products and services. We are looking forward to delivering our practical and innovative kitchenware to Morrisons customers. ”

Lakeland’s range of kitchenware will sit alongside Morrison’s existing range of everyday essentials.  Initially Lakeland will fulfil orders, but in time Morrisons will take over the role.

Source : internetretailing

(Author : abullseyeview)
We love shopping—the thrill of the hunt, the victory of a good deal, the feeling you get when you find an item in your size and on sale. But we also love our couch, and the comfort of our own home.

 

This, of course, means one thing—we’re online shopping pros. Lucky for us, Target has debuted six, new online-only brands. They’re exclusively available on Target.com now, just waiting to be clicked on and discovered. “We’re excited about these new brands and how they’re helping us further differentiate Target.com from other online retailers,” says Theresa Schmidt, a Target divisional merchandise manager. “We know our guests are increasingly connected and are shopping online more, so we wanted to offer guests something new, unique and unexpected.” Check out the six brands below, and stay tuned for upcoming interviews to discover the stories and designers behind them.

TOO by Blu DotRooted in simple design and sophisticated silhouettes, TOO by Blu Dot is a collection of modern décor with a sense of humor. With versatility, boldness and attention, the collection adds unexpected detail to every room in your home.

Labworks: Skip the dressing room! This dynamic contemporary line of daring designs in missy, plus and petite sizes can only be found online at Target.com. With a strong point of view, this confident collection of women’s ready-to-wear pushes boundaries for the stylish and polished fashion fiend.

Room 365From winter to summer, the eye-catching colors and signature looks of Room 365 infuse homes with a sense of freshness 365 days a year. Chic collection details, like modern prints and crisp colors, transition from season to season.

Zutano BlueAfter being uninspired by children’s clothing for her newborn daughter, European designer Uli Belenky founded Zutano. Today, Uli is happy to bring her playful patterns to Zutano Blue, an exclusive collection of clothing, bedding and décor that celebrates the spirit of childhood.

MudHutGo global with the bold textures, vibrant motifs and saturated hues of Africa, Asia and Latin America in this eclectic collection of bedding, textiles and home accessories. Inspired by their South African childhoods, a the brother-and-sister designing duo hope to bring the whole world into your home.

Boho Boutique Set your spirit (and style) free with an airy assortment of bedding, table linens, curtains, shower curtains and more. The whimsical prints and patterns are complemented by bold texture and materials. You’ll never want to get out of bed.

Source : abullseyeview