(Author : Ashley Lutz)
Big-box warehouse store Costco is often compared with Walmart’s Sam’s Club. Both stores are places where people go to buy in bulk and save money.

 

But while Walmart employees are striking for higher wages and healthcare, Costco has among the happiest employees in the business. Costco also offers the occasional brand-name, like Coach, alongside leather sofas and crisp dress shirts.

The quality of products and happy employees make Costco the “Anti-Walmart,” writes Steven Greenhouse at the New York Times.

He details the six-part strategy by CEO Jim Sinegal that helped Costco get there.

Sell a limited number of items. Despite Costco’s large store volume, it only sells four toothpaste brands. Walmart sells 60. Selling fewer items increases sales volume and helps drive discounts.

  • Rely on high volume. People go to Costco to buy in bulk. Buying large amounts of products helps keep costs down for Costco.
  • Pay workers well. The average salary of a Costco employee is $17, twice that of Walmart. This results in low turnover and a better-trained staff.
  • Have customers pay for memberships. Costco shoppers pay in order to buy merchandise at the store.
  • Aim for high-end customers. Costco does this by offering higher-quality items and occasional brand names.
  • Don’t advertise. This saves Costco 2 percent of its budget each year.

Although Costco it’s lauded as the “Anti-Walmart” it’s also worth noting that the warehouse retailer has a completely different core customer. While Walmart sells single rolls of toilet paper to accomodate people who can’t afford a whole pack, Costco caters to upper middle class shoppers who get a kick out of a bargain.

Source : businessinsider

(Author : internetretailing)
John Lewis has hired a customer insight director as it looks to get a new understanding of the way its customers shop.

 

The John Lewis Partnership has appointed Paul de Laat to the job of partnership customer insight director. De Laat starts work on January 2 and will work across both the John Lewis and Waitrose brands.

His brief is to “develop greater understanding of shopping behaviour”, a role in which he will support both the divisional strategy and marketing teams. He’ll also be responsible for increasing the partnership’s insight into its customers. In previous roles, said the partnership: “Paul has a strong track record of building insight capability to drive improved commercial performance.”

De Laat has previously worked at Thomas Cook, O2 and Vodafone. Most recently he was customer value management director at Lloyds Banking Group.

Charlie Mayfield, chairman of the John Lewis Partnership, said: “I’m delighted to welcome Paul to the partnership. He brings a wealth of experience and expertise and will be a valuable addition to our team, working closely with both John Lewis and Waitrose.

“Customer insight is an increasingly sophisticated area and a central part of modern retailing. Paul’s appointment to this newly-created role demonstrates our commitment to understand every aspect of our customers’ shopping behaviour, across both John Lewis and Waitrose, so that we can enhance the service we offer to customers.”

Paul de Laat said: “I am thrilled to have the opportunity to help the John Lewis Partnership make the most of its strong customer relationships. By turning customer data into actionable knowledge, we can enhance our relevance to customers and increase value both for our customers and for Waitrose and John Lewis.”

When John Lewis moves, other retailers watch with great interest. And this hire of a customer insight director in a board-level post is an interesting move indeed. John Lewis points out that its new hire, Paul de Laat “has a strong track record of building insight capability to drive improved commercial performance,” and that’s clearly what’s hoped for here. For in a now-multichannel world, those looking to design intelligent and convenient digital services and shopping channels start with their customers. John Lewis’ move to make this appointment will have resonance across the industry, underlining the now strategic importance of understanding what customers want. It’s a far cry from those days when shoppers followed retailers’ rules on how shopping is, and the industry is adapting fast.

Source : internetretailing

(Auteur : Amelle Nebia)
L’enseigne Beauty Success présente un nouveau concept : la beauté globale. Et ajoute à son offre un nouveau territoire. Celui de la parapharmacie, la santé étant présentée comme un élément de la beauté. Le quatrième acteur français de la parfumerie propose aussi un nouveau concept retail.

 

Philippe Georges  PDG de l’enseigne Beauty Success présentait le nouvel écrin et le nouveau territoire l’offre du quatrième acteur de la parfumerie en France avec 7% de parts de marché (deriière Sephora, Marionnaud et ex-aequo avec Douglas). “La beauté globale c’est un nouvel axe de développement” poursuit-il “la beauté plaisir avec la parfumerie, la beauté bien-être avec les instituts de soin et enfin la santé avec la nouvelle offre de parapharmacie.”

La parapharmacie : un nouveau territoire de la beauté

L’objectif est d’ouvrir, d’ici à 5 ans, une cinquantaine de points de vente dédiés et baptisés” La parapharmacie Beauty Success” avec des codes coloriels verts et blancs. “Un test sous cette enseigne a été inauguré le 15 octobre dernier à Perpignan” souligne le directeur marketing de l’enseigne Philippe Pellerin avant d’ajouter “les produits de la dermo cosmétique, des médecines douces telles que les huiles essentielles ou encore les compléments alimentaires répondent au besoin de réassurance de nos clientes”. Une centaine de marques sélectives pour 6 000 références (Caudalie, Roger Cavaillès, Oenobiol, Mustela ou La Roche Posay par exemple) ont trouvé là un autre territoire d’expression entre parfumerie sélective et parapharmacie . “Une bonne cliente en parfumerie le sera aussi en parapharmacie” note encore le PDG Philippe Georges. Selon l’institut d’étude Xerfi, les pharmacies détiennent déjà 15% de parts de marché sur le marché des produits de beauté et les parapharmacies 6% (juin 2012). Cette incursion dans le segment de la beauté ne semble pas prêt de faiblir dans les années à venir. Beauty Success vise 10% de parts de marché à ‘horizon 2016 avec 400 points de vente. La parfumerie sélective souffre en 2012 avec une baisse de 2,9% en volume de son activité (Fédération Française de la parfumerie sélective).

Un nouveau concept architectural

Continue Reading…

(Author : Eileen Brown)
Tesco is using the persuasive power of your kids to make you spend more at the store. Its Virtual Mirror and Endless Aisle brings augmented reality and online shopping into the physical store

Tesco the UKs largest retailer has been showcasing a range of its latest interactive technology products at its company conference; the Virtual Mirror, the Endless Aisle and its Virtual Merchandising technology were available for attendees to try out.  The Virtual Mirror overlays a digital signage screen over a normal mirror. You see your reflection in the mirror and you can try on digital versions of in store products. You can mix and match the virtual product to see whether products will go together on you. Mike McNamara, Chief Information Officer, runs technology for Tesco. He says that this interactive innovation will ‘transform retail over the next few years’. Tesco intends to install the Virtual Mirror in three of its stores.

The installations include a mirror in the section selling children’s clothes. Kids will ‘love’ the Kinect Xbox- like experience according to McNamara. The Endless Aisle will also be geared towards the persuasive power of a child when considering a purchase. The Aisle will be placed in the Toys section of the store. It is another form of digital signage with products that can be filtered by age, gender and price.

he 80 inch touch screen allows you to swipe to find the product you require, rotate the view by swiping across the screen and buy the product if you can not find it on the shelves.

Continue Reading…

(Auteur : ooh-tv)
Tesco a équipé, depuis la fin octobre, l’un de ses magasins clés (Cheshunt Extra) d’un écran digital tactile 80 pouces donnant accès à l’ensemble des jeux en vente sur son site marchand. 

Plus de 11.000 références sont répertoriées, pouvant être filtrées par âge, genre et prix. Les clients peuvent passer commande depuis la face, en imprimant un ticket en vue d’un Click and Collect (principe du drive) ou depuis leur mobile (en scannant un QR Code présent sur l’écran).

L’écran tactile a été fourni par u-touch via Computacenter. L’application a été réalisée en interne par les équipes de R&D de Tesco.

Baptisée Endless Aisle (tête de gondole infinie), cette solution s’inspire de la récente campagne digitale menée par le distributeur à Gatwick. Elle sera en test pendant 3 mois.

Source : ooh-tv

(Author : PSFK)
To launch the 2013 catalog in Singapore and Malaysia, IKEA turned a room into a giant countdown clock.

 

When viewed from above, the furniture arrangement resembled the number of days left until the launch. This campaign challenged agency Leo Burnett to make people excited about something they know they get every year anyway. The showroom was livestreamed via an online television channel and events were held there to engage customers. Check out the case study video below to learn more about the campaign:

Source : psfk

(Auteur : Ooh-tv)
Ooh-tv a échangé avec Karen Chastagner, Brand concepts and communication Manager chez Celio, qui a piloté le redesign du flagship de la marque sur les Champs-Elysées. 

 

Pouvez-nous rappeler le contexte qui a vu la rénovation du flagship Celio sur les Champs-Eysées ?

Voilà 10 ans que Celio est présent sur ce flagship. Pendant cette période, l’enseigne s’est particulièrement développée, passant de 200 magasins à plus de 1.000 à travers le monde. Dans le même temps, les Champs-Elysées ont connu un retour de flamme et sont redevenus un emplacement clé pour les enseignes. Ces deux éléments conjugués nous ont incités à envoyer un signal fort en redonnant du statut à notre point de vente pour en faire la vitrine internationale de Celio.

Quel concept souhaitiez-vous décliner ? 

Nous voulions créer un concept expérentiel, ouvert, un lieu de vie véhiculant notre nouvel univers de marque porté sur le « feel good » et le partage. Cela s’est traduit par une variété d’initiatives : une architecture commerciale qui laisse respirer les produits, une modernité et une sobriété dans les codes, un choix de matériaux nobles, et l’installation de supports digitaux pour soutenir l’échange et la bonne humeur.

Vous avez développé une variété de concepts digitaux. Pouvez-nous nous les détailler ?

La philosophie générale était d’éviter un coté trop didactique ou commercial, pour être porté par la générosité de la marque et des concepts ludiques. Le fait de proposer un accès Wi-Fi gratuit sur l’ensemble du magasin s’inscrit dans cette logique. Concernant les écrans, nous avons installé deux larges murs d’images, au rez de chaussée (au niveau des caisses) et à l’étage (à la sortie de l’escalier), reprenant des contenus d’ambiance créés par notre agence Air ainsi que par la société lyonnaise de digital media Dynamic View. C’est cette dernière qui a également assuré le déploiement des murs. A l’étage, au niveau de l’espace jean, nous avons mis en place des ipads, donnant une vue directe sur les Champs-Elysées. Ce balcon digital offre un moment de détente en face de la plus belle avenue du monde, et permet, via l’appli développée par Procheo, de naviguer à travers notre collection. Nous travaillons ici une logique d’extension de gamme mais également une proposition ludique où l’on peut se prendre en photo, écouter de la musique via l’app Color Moods (que l’on retrouve également sur notre page FB), et partager le tout avec ses proches par email ou via les réseaux sociaux.

Continue Reading…

(Auteur : Florence GUERNALEC)
Lʼenseigne de prêt-à-porter féminin, MIM, invente les “fan days”. Ses 225 000 membres sont invités à venir en magasin créer leur look et à le poster sur leur page Facebook et sur l’Instagram de la marque.

MIM est en tournée dans toute la France depuis le 21 novembre. L’objectif des « fan days » est de rencontrer ses quelques 230 000 membres dans ses magasins. Les fans sont invités à venir créer le look de leur choix en magasin, selon un thème imposé. Puis, les jeunes femmes pourront poster ce look en direct sur leur page Facebook et sur lʼInstagram de la marque, avec lʼaide de lʼéquipe digitale MIM.

Chacune des participantes recevra un bon de de réduction de -20% à utiliser en magasin, ce jour-là exclusivement.

La fan qui générera le maximum de « likes » ou de « shares » sera sélectionnée pour la finale, qui viendra clore la série « Fan Days ». Une gagnante par ville étape participera à cette finale si sa silhouette est retenue par les « Best of Look ».

Chiffres clés MIM 2012

– 2 000 salariés
– 60 millions de visiteurs par an
– Dans le top 10 des enseignes de prêt-à-porter féminin
– Surface de vente moyenne : 230 m2
– 333 magasins dont 6 en Belgique et 2 au Maroc
– 25 millions de pièces vendues / an

Source : e-marketing

(Auteur : T Cuento)
Eurekakids ne cesse d’ouvrir de nouveaux magasins. Ce développement répond au plan d’expansion prévu pour l’année 2012. L’enseigne de jouets, propriété de la société Damerik SL, dispose d’un réseau de plus de 132 magasins, parmi lesquels 88 sont en Espagne tandis que le reste est réparti entre la France, l’Italie, le Portugal, la Belgique, la Suède et l’Andorre.

Eurekakids dispose de 8 établissements en France, où l’enseigne a inauguré fin septembre un magasin dans la zone commerciale Zone du Rhum à Concarneau, donnant ainsi suite à l’ouverture de deux magasins à Alès et Carcassonne au mois de juillet. L’ouverture récente de ces 3 magasins prouve la volonté d’Eurekakids à se développer sur le marché français. De plus, il est prévu d’ici à la fin de l’année que l’enseigne de jouets ouvre 6 nouveaux magasins, établissant donc sa présence sur le marché français avec un réseau de 14 établissements.

Suivie de l’Espagne, l’Italie est le pays dans lequel l’enseigne compte le plus grand nombre d’établissements ouverts. Aujourd’hui, Eurekakids dispose d’un réseau de 20 magasins sur le marché italien. L’ouverture prévue à la fin du mois de Novembre de trois nouveaux magasins situés à Forli, Turin et Collegno va continuer d’augmenter ce réseau.

En Belgique, où l’enseigne a débuté son activité cette année, Eurekakids a su consolider son expansion par l’ouverture de quatre nouveaux points de vente situés à Ninove (inauguré le 31 août), à Gembloux (le 27 octobre), à Namur (le 9 novembre) et à Bruxelles (le 24 novembre). Ainsi, la Belgique dispose au total de cinq magasins Eurekakids.

En ce qui concerne la Suède, il existe aujourd’hui deux magasins Eurekakids qui se situent dans deux centres commerciaux de Stockholm (Kista et Skärholmen). Ces magasins ont ouvert les 25 octobre et 1er novembre respectivement. L’objectif d’Eurekakids est de se développer dans les pays du nord de l’Europe, une fois déjà établie sa présence dans le centre et sud du continent.

Source : retail-intelligence

(Auteur : Amelle Nebia)
Le Match nouveau est arrivé à Lille. Ce concept urbain est signé par l’agence d’architecture AKDV. Un nouveau label “Mon quotidien” est décliné dans tous les rayons. Le cross-merchandising (approche non catégorielle des usages de consommation) est privilégiée.
 

Le réseau des supermarchés de proximité Match (groupe belge Delhaize) met en scène un nouveau concept. Le premier magasin pilote a ouvert à rue des Postes, à Lille, dans le quartier de Sébastopol, sur une surface de 700m2. Ce réseau, présent depuis 1990 en  France, compte 155 points de vente principalement répartis en Alsace, en Lorraine et dans le Nord de la France.

“Il s’agissait de créer une atmosphère plus urbaine, plus de proximité, pour des achats réguliers. C’est un projet créatif autour du thème de la proximité” explique l’agence.  Pour différencier la proximité, AKDV a opté pour une couleur aubergine qui rompt avec l’univers coloriel habituellement utilisé dans les supermarchés et vient s’associer au vert frais de l’identité Match. Reprise en façade du magasin et dans les éléments de signalétique, cette couleur fait le lien entre l’extérieur et l’intérieur. Une large vitrine transparente propose depuis la rue une perspective sur les rayons fruits et légumes, reproduisant ainsi l’ambiance d’un marché traditionnel.

Mise en avant du concept d’achat au quotidien

L’agence a créé le label « Mon quotidien facile » sous forme de tampon qui se décline selon les rayons à l’aide d’une phrase d’accroche ludique : « Mon quotidien vitaminé : la belle récolte ! » pour les fruits et légumes, « Mon quotidien onctueux : les régions sur un plateau ! » pour la crèmerie, « Mon quotidien convivial : sur la route des vins ! » pour la cave à vin. Sur fond de couleur aubergine, le tampon reprend la couleur attribuée au rayon (vert pour les fruits et légumes, rose pour la charcuterie…). A l’entrée, une fresque reproduisant un visuel du quartier Sébastopol de Lille rappelle l’ancrage local. Toujours dans l’objectif de faciliter l’achat spontané, une liste de services y est affichée.

L’agence a mis en place dans les rayons phares des mobiliers de cross-merchandising (par exemple, sauces et aromates au rayon fruits et légumes). Pour mieux visualiser l’ensemble de l’offre produit dans tout le magasin, AKDV a choisi d’abaisser la
hauteur des rayons et de mettre à hauteur humaine les produits. La cave à vin a été théâtralisée à l’aide d’un grand abat jour central suspendu au plafond et aux couleurs de Match.

Source : e-marketing