(Auteur : B; Merlaud)
On connaissait Atacadao, la pépite brésilienne de Carrefour : des hypermarchés discount façon cash and carry.

Depuis 2012, Carrefour teste discrètement en Espagne une formule similaire en supermarché : Supeco, El Cash de la Familia.

Supeco : le mini Atacadao de Carrefour

Une nouvelle enseigne, donc, qui ne joue pas la convergence avec Carrefour. Deux magasins ont ouvert, en mai et juillet dernier, près de Séville. Ils jaugent 2 000 m² et tournent avec une trentaine de salariés. Le décorum dépouillé évoque largement celui d’Atacadao : une ambiance entrepôt, un sol béton, des produits sur rack avec le stock en hauteur. Bref, les coûts d’exploitation sont serrés au plus juste.

Supeco propose des gros formats, mais aussi des ventes unitaires classiques. Les articles Carrefour Discount sont à l’honneur, mais les marques nationales sont aussi présentes. Les fournisseurs locaux ne sont pas non plus oubliés.

A l’intérieur du magasin, une zone réfrigérée, dans laquelle rentrent les clients, regroupe les produits frais et quelques fruits et légumes. Une vraie zone coupe, en vente assistée, est aussi installée au cœur du supermarché.

Taillé pour la crise, ce nouveau concept de supermarché a été très bien accueilli, rapporte la presse locale, par les maires des deux villes où Supeco s’est implanté (Los Palacios y Villafranca, La Rinconada). Ils apprécient autant les créations d’emplois que la promesse de prix plancher pour les habitants.

Selon la revue spécialisée InfoRetail, qui a interrogé un représentant de l’enseigne, Supeco a vocation à être le moins cher sur le bas du ticket de caisse, avec “les prix les plus agressifs de la distribution espagnole”. Le concept est présenté comme un cash and carry réservé aux familles.

Source : lineaires

(Author : internetretailing)
Morrisons and Lakeland are joining forces to launch a new website selling kitchen products in a move that is part of the supermarket’s strategy to expand its non-food business online.

 

The new site will launch in the spring and will be the supermarket’s third online venture, following the launch of wine site MorrisonsCellar.com in November and the acquisition of nursery retailer Kiddicare.com in 2011.

Morrisons  says it is moving online by launching categories that are close to food, while allowing its supermarkets to remain focused on fresh food.

“We believe the future for retailing many non-food products is online rather than in supermarkets,” said: Dalton Philips, chief executive of Morrisons, said:  “Morrisons customers are used to buying great fresh food and this venture will also ensure they can prepare it with great kitchenware from Morrisons.com. “We decided to work with Lakeland because it has spent 50 years selling reliable kitchenware for cooks of all standards.” Lakeland launched its catalogue business in the 1970s, making it one of the first retailers to move into home shopping.

Its managing director Sam Rayner said: “Lakeland are delighted to have the opportunity to offer our products for sale on Morrisons.com. This is a unique opportunity for us to work closely with one of the UK’s leading grocers and we see a lot of opportunity in the links between our respective products and services. We are looking forward to delivering our practical and innovative kitchenware to Morrisons customers. ”

Lakeland’s range of kitchenware will sit alongside Morrison’s existing range of everyday essentials.  Initially Lakeland will fulfil orders, but in time Morrisons will take over the role.

Source : internetretailing

(Author : abullseyeview)
We love shopping—the thrill of the hunt, the victory of a good deal, the feeling you get when you find an item in your size and on sale. But we also love our couch, and the comfort of our own home.

 

This, of course, means one thing—we’re online shopping pros. Lucky for us, Target has debuted six, new online-only brands. They’re exclusively available on Target.com now, just waiting to be clicked on and discovered. “We’re excited about these new brands and how they’re helping us further differentiate Target.com from other online retailers,” says Theresa Schmidt, a Target divisional merchandise manager. “We know our guests are increasingly connected and are shopping online more, so we wanted to offer guests something new, unique and unexpected.” Check out the six brands below, and stay tuned for upcoming interviews to discover the stories and designers behind them.

TOO by Blu DotRooted in simple design and sophisticated silhouettes, TOO by Blu Dot is a collection of modern décor with a sense of humor. With versatility, boldness and attention, the collection adds unexpected detail to every room in your home.

Labworks: Skip the dressing room! This dynamic contemporary line of daring designs in missy, plus and petite sizes can only be found online at Target.com. With a strong point of view, this confident collection of women’s ready-to-wear pushes boundaries for the stylish and polished fashion fiend.

Room 365From winter to summer, the eye-catching colors and signature looks of Room 365 infuse homes with a sense of freshness 365 days a year. Chic collection details, like modern prints and crisp colors, transition from season to season.

Zutano BlueAfter being uninspired by children’s clothing for her newborn daughter, European designer Uli Belenky founded Zutano. Today, Uli is happy to bring her playful patterns to Zutano Blue, an exclusive collection of clothing, bedding and décor that celebrates the spirit of childhood.

MudHutGo global with the bold textures, vibrant motifs and saturated hues of Africa, Asia and Latin America in this eclectic collection of bedding, textiles and home accessories. Inspired by their South African childhoods, a the brother-and-sister designing duo hope to bring the whole world into your home.

Boho Boutique Set your spirit (and style) free with an airy assortment of bedding, table linens, curtains, shower curtains and more. The whimsical prints and patterns are complemented by bold texture and materials. You’ll never want to get out of bed.

Source : abullseyeview

(Auteur : FLORENT MAILLET)
Gros succès pour l’automate de distribution de Best Buy Express, exposé sur le stand de son concepteur, l’Américain Zoom Systèmes.

 

Gros succès pour l’automate de distribution de Best Buy Express, exposé sur le stand de son concepteur, l’Américain Zoom Systèmes.

50.000 unités de ce bras armé de l’enseigne d’électrodomestique, pour aller chercher la clientèle sur ses lieux de flux, sont aujourd’hui installées aux Etats-Unis. Gares, aéroports, universités… A chaque fois un assortiment de 54 produits est proposé à la vente, mais les références s’adaptent à la cible. Dans les aéroports on trouve par exemple des adaptateurs de prise, des casques audio ou même des iPods.

Une expérience soignée

Ces automates ont deux grands atouts : D’abord, ils sont beaux et le merchandising est soigné. Les deux vitrines sont en fait des écrans LCD transparents qui font défiler des images et des messages animés par un media player. Notamment une promesse forte de Best Buy un peu surprenante peut être à l’heure du commerce électronique : la garantie de produits au même prix que ceux des magasins de l’enseigne.

Simple et efficace

Deuxième atout: ces automates sont simples d’utilisation. Un écran tactile situe sur le côté permet de choisir son produit puis de payer par carte bancaire. Une vidéo explicative est visible en cas de besoin. Pour valider le tout, le client doit laisser quelques informations personnelles : nom, mail, adresse postale, catégorie socio professionnelle… Utile et efficace donc, car accessible pour les clients. Un ,moyen efficace de tenter de résister à Amazon.

Source : lsa-conso 

(Source : Jérôme Parigi)
Selon les données Kantar que LSA s’est procurées, la part de marché de E.Leclerc a progressé de 1.1 point en valeur (19.3% des dépenses des français) sur la période comprise entre le 3 et le 30 décembre ; celle de Super U enregistre un gain de 0.7 point de Pdm et dépasse 10 % sur l’année, alors qu’Intermarché gagne 0,4 point à 12 %.

enseignes française

Sans grande surprise, les trois enseignes de distribution indépendantes ont donc poursuivi sur leurs fortes dynamiques de l’année lors de la dernière période de 4 semaines suivie par le panel de consommateurs Kantar, la p 13, stimulées notamment par les drives. Le canal Internet poursuit en effet son trend très positif avec un gain de 1 point de sa part de marché valeur qui atteint désormais 3.2 % des dépenses des ménages en décembre 2012. Au total, « plus de un foyer français sur cinq a acheté des PGC FLS sur Internet en 2012 », relève le panéliste.

Le hard discount trinque

Continue Reading…

(Auteur : Mallory LALANNE)
Une fois le client attiré dans le point de vente, quelles sont les innovations majeures pour prendre soin et bien s’occuper de lui en boutique ? Voici les innovations majeures des systèmes de caisse et des écrans digitaux présentées lors du troisième jour du Retail’s Big Show 2013 de New York.

 Après avoir fait la part belle à la stratégie cross-canal et aux nouvelles expériences d’achat, le grand show annuel des professionnels de la distribution américaine qui se tient à New York se focalise sur les innovations majeures pour prendre soin et simplifier la vie de vos clients en boutique. A commencer par les solutions d’encaissement. Plus d’une cinquantaine d’exposants, aussi bien américains qu’étrangers, ont présenté des solutions pour transformer les smartphones et les tablettes en moyen d’encaissement. Un point commun anime ces acteurs : la mobilité. “On ne fabrique plus de caisses, mais des terminaux légers d’encaissement pour offrir à la clientèle la possibilité de payer ses achats quelque soit sa position dans le point de vente“, explique Thomas Le Guyader, expert en e-commerce au sein de l’agence Evoke.

Ces terminaux mobiles, équipés de douchettes infrarouges et de lecteurs carte bancaire, permettent aux vendeurs d’encaisser directement le client dans les rayons du magasin. A noter que ces solutions peuvent être ajoutées aux dispositifs existants. Cela est facilement compréhensible s’agissant de paiements en carte bancaire et chèque, mais qu’en est-il des paiements en cash ? Le mobilier du point de vente évolue aussi intégrant des tiroirs de caisses enregistreuses directement dans les meubles et pilotables par les terminaux mobiles, permettant de rendre la monnaie pour les adeptes du cash.

Un règlement facile et indolore

A l’instar d’Apple et de Séphora US expérimentant ces solutions d’encaissement mobiles depuis maintenant près de 18 mois, les constats sont unanimes: le parcours shopper est plus fluide. En laissant le client se déplacer selon ses besoins et envies, il n’a plus l’impression de passer par la caisse, ce qui rend son règlement plus simple et indolore.

De plus, ces nouveaux systèmes d’encaissement offrent un gain de place en boutique. « Ils ont toutes les chances d’envahir les points de vente français en 2013 », estime Thomas Le Guyader. « Ces solutions sont moins onéreuses que les bonnes vieilles caisses actuelles. Une tendance à la baisse qui résulte notamment de l’apparition de nombreux acteurs transformant les tablettes et smartphones en système d’encaissement à des tarifs très compétitifs », explique Thomas Le Guyader (Evoke).

Des écrans et bornes interactives pour simplifier l’expérience d’achat

Les écrans envahissent les boutiques pour diffuser des publicités et du contenu, mais plus seulement. La société 3M a exposé un écran adapté aux magasins de bricolage et de décoration, permettant aux consommateurs de découvrir l’étendu des  peintures disponibles ou des coloris à créer en imageant les associations de couleurs dans des pièces témoins. Le consommateur peut par ailleurs fournir des photos de son intérieur et les intégrer à l’écran pour essayer en “grandeur nature” les différentes couleurs proposés en magasin. Cela permet aux clients de se projeter dans son salon et d’y associer les autres produits vendus dans le point de vente, comme les luminaires, les rideaux ou encore les revêtements de sol.

Autre innovation : aussi simple que pratique, la société Star, propose une borne remplaçant les distributeurs de tickets de file d’attente. Au lieu de distribuer un ticket physique, elle offre la possibilité au client détenteur d’un smartphone, d’enregistrer son numéro via une application spécifique gratuite. Cette application permet de suivre en temps réel l’avancée de la file d’attente, et de prévenir par alarme le client qu’il sera servi dans dix ou 20 minutes. Les consommateurs pressés n’ont ainsi pas l’impression de perdre leur temps lorsqu’ils font leurs achats.

Source : e-marketing

(Auteur : mes courses pour la planète)
Mercure (enseigne hôtelière du groupe Accor) s’apprête à lancer un concept de “co-working” ou “tiers-lieu” dans une trentaine de ses 200 hôtels français.

Le concept est d’ores et déjà disponible, par exemple, dans l’hôtel Mercure situé face à la Gare de Lyon, à Paris : concrètement, une partie de la salle du petit-déjeuner est ainsi transformée en un espace de calme et rendez-vous pour les travailleurs nomades et autres cadres passant par la Gare de Lyon.

Pour 24 euros les quatre heures, le travailleur nomade peut ainsi disposer d’un poste de travail (table individuelle ou collective) équipé de prises électriques, d’une connexion wifi haut-débit, de boissons chaudes et froides, de la presse du jour… Rappelons que 15 à 20% des personnes travailleraient hors de leur bureau au moins une fois par semaine : c’est par exemple à leur attention qu’a été récemment lancée l’application pour smartphone NeoNomade, qui leur permet de géolocaliser des espaces de travail partagés (bars d’hôtel, business lounges, cafés avec wifi, espaces de coworking, etc.) près de là où ils se trouvent et leur signale, notamment, ceux où l’accès est libre et le wifi gratuit.

Source : mescoursespourlaplanete

 

(Author : internetretailing)
Hobbs’ online sales grew by more than 60% over Christmas, with Boxing Day its busiest day. 

The multichannel fashion retailer today said online sales rose by 60.2% in the 10 weeks to January 5, compared to the same period in the previous year. At the same time, store sales were up by 6.1%, giving total sales across channels a lift of 16.4%.

The website’s busiest day was December 26, when online sales were up by 80% on the previous year.

Hobbs chairman Iain MacRitchie said in a Christmas trading update: “We are delighted with our Christmas performance, achieving good growth in sales across all labels and channels, despite a tough trading environment.

“Our multichannel offer plays an important role in providing our customers with a great shopping experience during the busy Christmas period. While we anticipate conditions will remain challenging for the retail sector over the coming year, we are looking forward to continued growth across the business both domestically and internationally in 2013.”

Hobbs sells from 140 branches in the UK and Ireland, with further franchise stores in the UAE and Sweden. Its online business now delivers to more than 50 countries. The core Hobbs label now sits alongside two sister brands, NW3, aimed at a younger market, and which saw its sales rise by 35% in the period, and Invitation, launched in 2013.

The uplift to sales continues a trend Hobbs previously reported in November, when it said ecommerce sales had lifted by 55% following the relaunch of its website, and that it was targeting expansion in the UK and overseas.

Rakuten LinkShare reacted to the news both of Hobbs’ figures and of a boost to online sales at LK Bennett, whose website is now reported to generate three times the sales of its flagship London store. Mark Haviland, managing director of the CPA network, said: “It’s clear that online is becoming an increasingly integral part of the purchase journey for shoppers looking for high end luxury goods, as online sales continue to grow for these brands. Shopping online is not just for bargain hunters; the channel has the power to drive serious sales for luxury retailers.”

Source : internetretailing

(Auteur : presse-citron)
Canon vient d’inaugurer un nouveau concept de magasin qui n’est pas un magasin au Canada. Nommé Image Square, ce centre d’expérience est en fait un espace mettant en avant les technologies de photographie et d’imagerie d’impression de la marque, tout en permettant aux visiteurs de participer à des expérimentations et de découvrir un certain nombre de choses.

 

Ce n’est donc pas une boutique mais plutôt une salle d’exposition et un espace d’apprentissage, un peu comme les Apple Store en fait. Les visiteurs pourront en effet poser des questions ou demander des renseignements à des experts, mais aussi tester des appareils photo numériques (reflex, compacts, etc.), des objectifs, des accessoires et des imprimantes. Un mur tactile et des tables interactives seront aussi présents dans ce site pilote.

Sans oublier le studio photographique qui sera dédié à tout le matériel professionnel, les reflex, les flashs et les logiciels, alors l’espace d’apprentissage permettra de prendre quelques cours de photo. Enfin, une galerie gérée par le site de partage de photos 500px mettra en avant de magnifiques clichés réalisés par des photographes locaux utilisant du matériel Canon.

Source : presse-citron

(Author : Matthew Chapman,)
Morrisons has formed an in-house digital agency, M Digital, to develop its eagerly awaited ecommerce site.

M Digital’s core operation comprises about 10 staff who joined the supermarket under Transfer of Undertakings (Tupe) proceedings from Candi, a digital agency that held the Morrisons account, before its closure last year.

The in-house agency, which operates out of Candi’s former London Bridge office, has been asked to create a user interface for the ecommerce site. Employees at Morrisons-owned babycare retailer Kiddicare are also working on the project.

It is understood the in-house agency was set up in December, with IT services group Capgemini thought  to be creating the back-end system for the ecommerce offering.

A Morrisons spokesman said the decision to create the agency ‘made sense’ because it ‘ensures continuity of ongoing digital projects’.

The news of Morrisons’ forthcoming ecommerce offering comes after the supermarket endured a tough Christmas period, with like-for-like sales for the six weeks to 30 December down by 2.5%.

The poor results prompted chief executive Dalton Philips to claim further details of an online grocery store would be unveiled along with the company’s full-year results in March.

During the Christmas trading update last week, Philips claimed the chain’s late entry to ecommerce means it will have ‘last-mover advantage’ in a market he said had been unprofitable for the past 12 years.

Philips’ comments contradict those of rival super-market boss Philip Clarke, who claimed last week that Tesco’s online food offering has ‘always been profitable’.

Morrisons hinted in March 2011 that initially its online operation will launch in London only.

Source : marketingmagazine