(Auteur : l’ADN)
Dans la vague de la personnalisation, le Coq Sportif ouvre les portes de son Atelier au 11 rue Tiquetonne où la boutique se mue en un lieu de création prenant des allures d’atelier de flocage.

 

Située au coeur de la capitale, au 11 rue Tiquetonne, l’Atelier du Coq est un espace dans lequel le client devient acteur de la réalisation et de la personnalisation de son produit grâce à un véritable atelier de flocage. Le Coq Sportif permet à chaque client de choisir la couleur et le graphisme qu’il préfère parmi un large choix de dessins uniques, et d’appliquer lui-même le flocage sur un sweat ou un t-shirt de la marque, rendant ainsi son produit exclusif.

Pour l’occasion, la marque a également demandé à l’artiste Tyrsa de réaliser des graphismes mettant en valeur les sports dans lesquels la marque s’est illustrée à travers son histoire: le cyclisme, le tennis et le football.
Le studio de flocage a été pensé et développé en partenariat avec les experts de l’usine française du Coq Sportif, située à Romilly-sur-Seine.
Aujourd’hui la marque propose à ses clients de découvrir en magasin la méthode d’exécution du flocage, étape par étape.

Source : ladn.eu

(Auteur : FLORENT MAILLET)
Le distributeur canadien de sport vient de lancer deux publicités vidéos d’un genre nouveau sur YouTube, la plateforme de Google. Les différents articles portés par les athlètes de la pub s’affichent sur la droite de la vidéo, sous forme d’icônes accompagnée de la mention “shop now”. En cliquant dessus, l’internaute bascule directement sur le site e-commerce de Sport Chek et sur le produit qui l’intéresse.

 

“Nous pensons que ce format présente un grand potentiel pour les distributeurs, se réjouit le patron du retail de Google Canada, Rafe Petkovic, dans un article du Globe and Mail.

 

Lire la suite : ici

Source : lsa-conso.fr

(Auteur : Anthony Leroy)
General Pants, un retailer spécialisé dans l’habillement a récemment installé dans dix de ses magasins des dispositifs cross-canal interactifs visant à faire fusionner la musique, la mode et les réseaux sociaux dans l’optique de proposer aux clients une expérience shopping ludique, mémorable mais surtout collaborative !

 

A l’aide des tablettes tactiles mises à leur disposition, les clients ont la possibilité d’utiliser :

  • Insta-Opinion : cette fonctionnalité proposée par les iPads disposés en magasin permet aux clients de se photographier lors de leurs essayages pour demander l’avis en temps réel des autres utilisateurs de ces tablettes dans le réseau de points de vente General Pants où elles sont installées. En l’espace de quelques secondes, ils verront donc le pourcentage de clients ayant mis un pouce vert ou un pouce rouge. A leur tour, ils peuvent bien sûr voter pour l’essayage d’un autre client.

  • What’s playing : C’est la fonctionnalité juke-box 2.0 de ces tablettes. Vous l’aurez compris, les clients peuvent sélectionner les chansons qui passeront dans le magasin via des playlists exclusives à General Pants. A noter que cette fonctionnalité est reliée à Spotify et que les clients peuvent directement influer sur le contenu des playlists sur Twitter via le hashtag #GPRequests.

  • Our Picks : Cette fonctionnalité permet à General Pants de partager avec les clientsles dernières tendances vestimentaires. Les clients peuvent naviguer dans ce catalogue spécifique et retrouver les produits en magasin. Il est possible pour eux d’envoyer des informations par e-mail et si le produit n’est pas disponible, ils peuvent très bien acheter directement via la tablette et opter pour une livraison à domicile.

  • Our People : Comme son nom l’indique, cette fonctionnalité joue sur l’aspect« communautés » en agrégeant le contenu créé par les équipes General Pants et les clients sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Vine ou Instagram. Pour cela, il suffit aux créateurs d’utiliser le hashtag #generalpants quand ils publient ce contenu. En utilisant cette fonctionnalité, les clients peuvent accéder à ces images et acheter les produits General Pants présents dans ces contenus.

  • What’s new : Cette fonctionnalité permet aux clients d’avoir un œil sur les dernières nouveautés reçues en magasin. Les produits récemment arrivés sont classés par marque pour faciliter l’usage et le contenu est mis à jour chaque jour. Ainsi, les clients peuvent voir le stock des différents magasins General Pants et commander un produit qui ne serait pas disponible dans le magasin au sein duquel ils se trouvent.

  • What’s happening : Avec cette fonctionnalité, General Pants démontre tout le contenu lié à la marque qui existe : concerts organisés, collaborations avec des designers ou encore les célébrités de passage dans les magasins, etc. Encore une fois, le côté « communautés » est fortement présent puisque tous les collaborateurs General Pants peuvent poster des news qui seront ensuite visibles via les tablettes par les clients en magasin.

  • Our Site : Très simplement, c’est un accès au site e-commerce. Comme nous l’avons vu précédemment, les clients peuvent acheter directement depuis les tablettes et sélectionner un mode de livraison.

  • Help : Encore une fois, le nom de cette fonctionnalité veut tout dire. Elle permet aux clients de faire appel à un vendeur, que ce soit pour l’aider à trouver un produit ou tout type de questions en relation avec General Pants. A n’importe quel moment, les clients peuvent donc solliciter un vendeur pour les aider et les conseiller.

  • Une volonté d’enrichir l’expérience magasin

    Continue Reading…

(Author : Chloe Rigby)
Shoppers can now browse John Lewis’ flagship branch online using Google Street View.

 

The retailer says that John Lewis Oxford Street is the first department store in the world to be fully mapped using Google Street View. The result, it says, enables shoppers to find their way through its seven floors in order to plan their trip courtesy of a virtual tour designed by Ideal Insight. The innovation is one of three new technologies unveiled today by the department store group.

Simon Russell, director, retail operations development at John Lewis, said: “We intend to keep investing and innovating in our shops so that they remain compelling and hassle-free places for customers, offering multiple reasons to visit them. Partly this will see us use an increasing amount of technology to make shopping easier and offer more “in shop help”.

The company is also trialling in-store transactional tablets in departments including technology at white goods at its Brent Cross, Cheadle and Peter Jones stores. Customers can choose to pay through the tablets, which will be linked to the shop’s till systems and allow customers to complete their purchase in a shop or arrange home delivery.

Finally, the company is testing out ChargeBox, a secure power point where shoppers can charge their mobile phones for free for up to half an hour while they shop. If successful all the innovations will be rolled out across the John Lewis estate.

Source : internetretailing.net

(Auteur : ooh-tv)
L’allemand Pyramid Computer et le géant Wincor Nixdorf déploient, à grande échelle, un réseau de bornes digitales d’aide à l’achat dans les points de vente européens de Marks & Spencer. 

Fin novembre 2013, près de 700 unités étaient en opération (le flagship des Champs-Elysées fut un des premiers équipés). Les bornes, qui reposent sur les solutions multitouch Polytouch (22″ ou 32″) de Pyramid, permettent aux clients de naviguer à travers l’offre exhaustive de produits distribués physiquement ou online par M&S, puis de payer directement depuis le dispositif. Il s’agit d’un des plus importants déploiements de ce type en Europe.

Source : ooh-tv.fr

(Auteur :  MORGAN LECLERC)
Weldom teste sur le parking de son magasin de Luynes un distributeur automatique qui propose 40 produits pour les petits travaux de bricolage. Une solution accessible 24h/24, 7 jours sur 7. 

Une envie de bricoler à 3 heures du matin vous démange et il vous manque de la colle ?

Lire la suite : ici

Source : lsa-conso.fr

(Auteur : Frédéric Bergé)
Le groupement Système U met en vente sa première imprimante 3D dans ses hypermarchés Hyper U et supermarchés Super U. Le modèle vendu, nommé Cube, est issu de la société 3D Systems. 
Système U imprimante 3D

 

Il permet de reproduire en 3D des objets en matière plastique par application de couches successives. Pour imprimer l’objet de ses désirs, il faut disposer d’un fichier ou modèle numérique, qu’on peut télécharger (gratuitement ou payant, selon la complexité) sur Internet ou concevoir soi-même.
Cette imprimante produit des objets en plastique d’une seule couleur, ne mesurant pas plus de 14 cm de côté, selon UFC-Que Choisir, qui a testé ce modèle.
Ce modèle d’imprimante est tout de même vendu en rayon 1 490 euros. A ce prix, il convient d’ajouter celui de la cartouche (environ 40 euros) qui permet d’imprimer une quinzaine d’objets de taille moyen. Plusieurs sites d’e-commerce (fnac, boulanger) le commercialisent aussi.
La stratégie de Système U se distingue de celle d’Auchan qui a ouvert prudemment un espace d’impression 3D dans un ses des nouveaux hyperrmarchés, vu comme un service. Ses clients y font imprimer des objets à partir d’un catalogue qui leur est présenté ou de modèles sur fichiers qu’ils ont eux-mêmes conçus.
La Poste a ouvert, il y a quelques jours, dans trois bureaux franciliens, un espace de service et d’impression 3D ouvert au public.
Source : 01net.com
(Auteur : Nicolas Madelaine)
La pépite d’Associated British Foods vend moins cher que les discounters. Le concept : des produits mode, les prix les plus bas possibles, pas de publicité.

Pour ses concurrents français, c’est un tsunami qui s’annonce. Primark inaugure ce matin son premier magasin français à Marseille dans le centre commercial Grand Littoral. Précédée d’une réputation sulfureuse : moins chère que H&M et Zara les spécialistes du « fast retailing » l’enseigne de vêtements d’origine irlandaise « fait acheter même les consommatrices qui ne veulent pas », s’inquiète le dirigeant d’une chaîne française. Pour comprendre le phénomène, il faut traverser la Manche.

A l’arrière de l’immeuble, seul le passage piétons arrête la chaîne de de manutentionnaires qui livrent à longueur de journée des cartons sur un tapis de rouleaux métalliques montés sur roulements à bille. Pendant ce temps, côté Oxford Street, dans le magasin Primark aux dimensions impressionnantes, une foule compacte fait son chemin dans les rayons serrés. Il faut dire qu’en cette période de contraction du niveau de vie outre-Manche, les prix pratiqués sont impressionnants. On peut ressortir avec un costume trois pièces, une chemise et une cravate pour 60 livres. Ou acheter des chaussures à talon pour 12 livres, un sac à main pour 8…

Critiquée sur les conditions de travail chez ses fournisseurs

La marque d’habillement discount est régulièrement accusée de ne pas être trop regardante sur les conditions de travail chez ses fournisseurs. L’un d’eux avait 550 salariés dans l’immeuble du Bangladesh dont l’effondrement en avril a causé la mort de 1.100 personnes… Le mois dernier Associated British Foods, la maison-mère de Primark , a assuré qu’elle avait fait des « progrès significatifs » dans son programme de commerce éthique. Un soutien financier aux salariés de l’immeuble où s’est produit la tragédie a aussi été débloqué. Il faut ajouter que le britannique AB Foods est contrôlé par une association caritative dont les membres de la famille fondatrice du groupe sont les trustees. « Les dividendes vont à de bonnes causes », indique John Bason, le directeur financier

Continue Reading…

(Auteur : FLORENCE GUERNALEC)
Mi-décembre, l’enseigne hôtelière adressera un mailing à ses clients les plus fidèles, et espère, ainsi, générer une hausse importante des réservations au cours de l’année 2014.

 

Le secteur de l’hôtellerie utilise peu le média courrier. Best Western a souhaité prendre le contrepied, et surprendre ses meilleurs clients à l’occasion des fêtes de fin d’année. Mi-décembre, 7000 d’entre eux recevront dans leur boîte aux lettres un mailing personnalisé. ” Si nous avons 10% de retour, soit 700 réservations grâce à ce mailing sur l’année 2014, nous considérerons que cette campagne est une réussite “, explique Elodie Paillasson, Responsable Marketing Relationnel de Best Western France.

Il s’agit d’une première pour la marque qui privilégie habituellement une stratégie 100% digitale pour ses actions de marketing adressées aux membres de son programme de fidélité, le Club Best Western Rewards®. ” Nous sommes convaincus de l’importance du print dans notre stratégie de marketing relationnel pour tisser une relation durable avec nos clients et faire en sorte que ceux-ci se sentent privilégiés “, explique Elodie Paillasson.

Le mailing se compose d’un courrier et d’un livret de huit pages qui présente quatre hôtels situés dans quatre régions de France. Le client qui réservera au moins une nuit dans l’un de ces établissements, bénéficiera d’une offre privilège : massage, spa, dîner dans un restaurant ou encore de sorties culturelles…

La stratégie 2014 de Best Western, fondée sur une segmentation de sa clientèle, intègrera le cross canal pour multiplier les points de contacts avec ses clients.

Source : actionco.fr

(Author : STEPHEN LEPITAK )
Asos has joined forces with Google to launch real-time chat service ‘Helpouts’, giving people access to live styling advice from professionals – a first for a British retailer.

 

 

The aim of the site, which launches later today (16 December) is to further break down the barriers between customers and the Asos brand. The Drum understands people can book an appointment for a Helpout chat online with the retailer offering up to 50 hours per week from Monday to Friday between 9am and 9pm GMT. Each individual can book a 15 minute slot with one of the professionals for free. It’s understood the move marks the first time a British brand to use Google’s Helpouts and the first fashion retailer globally. The new advice service will be available from later today in the UK, America and Australia.

Source : thedrum.com