(Auteur :  Jeanne Dussueil)
Le concentration des FinTech se poursuit en Asie, au profit du chinois Alibaba. Le géant a annoncé un investissement de 200 millions de dollars, au travers de sa filiale Ant Financial dans le nouveau projet FinTech du Coréen Kakao.

Alibaba (Ant Financial) avance ses pions en Corée du Sud avec Kakao Pay

D’un service de messagerie, KakaoTalk amorçait dès 2015 un tournant vers la banque en ligne avec eBay et Tencent. Ant Financial, qui gère AliPay, va investir dans un autre service, baptisé Kakao Pay, lui offrant ainsi un accès direct aux 100 millions d’utilisateurs de l’application de messagerie. De son côté, Alibaba va potentiellement toucher les consommateurs coréens via l’application.

Au-delà de son application phare, KakaoTalk, le Coréen propose de nombreux autres services comme KakaoTaxi (réservation de véhicules), KakaoTV (vidéo) ou encore Kakao Style (e-commerce).

En 2015, la structure procédait déjà à des rachats afin de se développer hors de ses frontières. Elle mettait ainsi la main sur la start-up indienne de paiement mobile Paytm. Pour assurer cette croissance externe, Ant Financial est sur le point de boucler une nouvelle levée de fonds de 3 milliards de dollars sous forme de dettes, apès avoir levé 4,5 milliards de dollars en 2016.

Fondé en 2014, Ant Financial regroupe plusieurs activités dans le secteur des FinTech. D’autres produits sont également édités par Ant Financial, comme un outil de credit scoring (une note indiquant à un particulier sa capacité d’emprunt selon sa situation financière actuelle) ou encore une marketplace de fonds.

Source : frenchweb.fr

 

(Auteur : Anne-Sophie Castro)
H&M est sur tous les fronts. La chaîne de mode mise sur l’omnichannel et commence à tester la fonction « Scan & Buy » (scanne et achète) à travers son application mobile.

H&M teste le Scan & Buy au Royaume-Uni

Cette option permet aux clients en magasin de scanner un produit afin de vérifier sa disponibilité dans la taille et la couleur de leur choix. Si l’article n’est pas disponible en magasin, le client peut réaliser l’achat en ligne et le recevoir à son domicile. Au Royaume-Uni, un programme pilote a été développé afin de connecter le monde online et l’offline, un service que d’autres groupes comme Inditex et mango offrent déjà à leurs clients.

De nouveaux projets pour continuer à se développer
Le CEO du groupe suédois, Karl-Johan Persson, a confirmé à The Financial Times, le lancement de deux nouvelles marques. La première sera commercialisée au printemps. « Pour continuer à croître de 10 à 15 pour cent d’ici cinq à dix ans, nous devons planter de nouvelles graines », a expliqué le CEO.

Il y a quelques jours, l’entreprise annonçait l’expansion de Weekday en Europe, son concept de mode urbaine après avoir ouvert 27 magasins dans plusieurs pays au nord et au centre du continent. La chaîne ouvrira deux établissements au printemps, à Londres et Paris.

En 2016, H&M a réalisé un chiffre d’affaires de 192.267 millions de couronnes suédoises (20 329 millions d’euros), contre 180 861 millions de couronnes suédoises (19 123 millions d’euros) obtenues en 2015. Le bénéfice brut du groupe a été de 11 226,4 millions d’euros, soit 2,9 pour cent de plus qu’un an auparavant.

Source : fashionunited.fr

(Auteur : B. Merlaud)
À Dax, les Galeries Lafayette vont accueillir en leur sein un magasin Carrefour City et non un Monoprix. Un partenariat logique, compte tenu de l’actionnariat commun des deux enseignes.

Premier rapprochement entre les Galeries Lafayette et Carrefour

Cette association inédite est signalée par le site d’informations locales PresseLib’. Les Galeries Lafayette dacquoises, qui s’étendent sur près de 4300 mètres carrés, ne disposaient pas jusqu’à présent de surface alimentaire. 300 mètres carrés seront réservés au futur Carrefour City. Cette initiative, anecdotique par sa portée économique, est pourtant un symbole fort. C’est la première concrétisation, sur le terrain, des synergies que pourront dégager à l’avenir les groupes Carrefour et Galeries Lafayette.

En 2013, la famille Moulin, propriétaire des Galeries Lafayette, a revendu à Casino les 50% qu’elle détenait dans le capital de Monoprix (partenaire historique, jusqu’à présent, des surfaces alimentaires exploitées par l’enseigne de grands magasins). En 2014, les Moulin ont fait leur entrée au capital de Carrefour et sont devenus, en 2016, le premier actionnaire du groupe. 2017, donc, verra le premier rapprochement entre les deux enseignes.

En creux, cette initiative amène forcément à s’interroger sur l’avenir de Monoprix chez les Galeries Lafayette.

Source : lineaires.com

(Author : Caroline Baldwin)
Pizza Express has launched a Facebook Messenger chatbot, allowing customers to book a table at their local restaurant by having a conversation with AI technology.

Pizza Express launches chatbot for table bookings

The pizza chain claims to be the first UK restaurant providing customers with this booking option. Customers using the social media channel can book a table without leaving the Facebook app. The chatbot is integrated with liveRES, so bookings made through the new platform are entered into Pizza Express’ back-end system in the same way as a booking is made online.

“We’ve been watching recent advancements in Messenger with great interest, and the PizzaExpress bot will provide a huge opportunity for our customers to interact with us and book a table wherever they are, whenever they need us,” said Tim Love, senior social media manager at PizzaExpress.

“Our mission is, naturally, to make life as easy as possible for our customers; so given that a large proportion of our fan base is very active on Facebook Messenger, they can now directly interact with us without even needing to leave the platform.”

Source : essentialretail.com

(Author : Springwise)
Waitrose, in partnership with CNG Fuels and Scania, have introduced 10 trucks that run on biomethane, which produces 70 percent less pollution than diesel.

UK supermarket debuts delivery trucks fueled by food waste

Waitrose’s 10 new delivery trucks are fueled by biomethane, a renewable fuel made from food waste. Supplied by CNG Fuels, the trucks are able to cover 500 miles without refueling, which is 200 miles more than previous capacity allowed. Swedish transport company Scania and the United States’ Agility Fuel Systems designed a new carbon fiber fuel tank that is not only lighter than previous versions, it is able to hold more fuel.

Biomethane gas is a much more environmentally friendly option than diesel and costs up to 35 percent less while emitting 70 percent less carbon dioxide. Previously, biomethane-powered vehicles had much lower ranges than traditionally powered cars and trucks, making transport businesses less interested in using them. Now, the latest versions of biomethane trucks could generate up to GBP 100,000 savings over five years of use.

Finding ways to make transport work harder by introducing dual functionality is one way to improve its sustainability. Trucks in Germany use e-ink signs on the backs of trailers to display local ads, road information and weather updates. And office shuttle buses in Belgium turn commutes into work opportunities.

Source : springwise.com

(Auteur : Chenu Alexis)
Camper prend la place de la griffe Helmut Lang au 15 rue Debelleyme, dans le IIIe arrondissement de Paris. La marque de souliers espagnole y dévoile son nouveau concept de boutique, CamperLab, qui traduit la relance opérée par le label depuis deux ans grâce notamment à son directeur créatif français Romain Kremer, arrivé en 2014.

Camper ouvre son nouveau concept de boutique CamperLab à Paris

Révélé notamment au festival de Hyères en 2005 où il remporta le prix spécial du jury, nommé également designer de Mugler Homme en 2011, Romain Kremer collaborait déjà avec la marque de souliers comme consultant avant d’engager un profond changement d’image. Une arrivée marquant un véritable renouveau stylistique pour la marque qui aujourd’hui souhaite s’adresser à un public plus jeune et plus créatif, et que la stratégie retail vient renforcer.

Lancée il y a deux ans, le nouveau concept de boutique baptisé CamperLab Store souhaite ainsi se présenter comme “plateforme expérimentale représentant l’essence de la vision du directeur créatif” et proposer des collections innovantes sur le marché du soulier et de la sneaker. Un parti-pris développé à l’échelle mondiale et visible au sein des nouvelles boutiques s’ouvrant à Londres, New-York, Berlin, Tokyo, Madrid et depuis quelques jours à Paris, en lieu et place de la boutique Helmut Lang, dans le Marais.

Présentée dans un cadre ultra épuré, sur fond de blocs de couleurs, la collection printemps-été 2017 met en avant un style inédit pour la marque de chaussures espagnole, marqué par un traitement high-tech. Des souliers pour homme et femme – baskets, chaussures de ville, sandales…- “conçus pour l’expédition urbaine” qui sont fabriqués en cuir ou néoprène ainsi qu’en matériaux ultra légers et anti-pluie.

Source : fashionnetwork

(Author : retail in asia)
Chinese tech giant Alibaba Group Holding Ltd has formed a strategic partnership with retail conglomerate Bailian Group, extending a push into bricks-and-mortar retail as online growth slows.

Alibaba partners with Bailian Group

The move comes on the heels of a recent purchase of a stake in retailer Suning Commerce Group Co Ltd as well as plans to take a controlling stake in Intime Retail Group Co Ltd and privatize it.
There are currently no plans for financial investment, an Alibaba spokesman said.

Shanghai-based Bailian Group is one of China’s largest retailers by sales, operating 4,700 outlets in 200 cities including supermarkets, convenience stores and pharmacies. Alibaba has an active user base of around 500 million.

Shares in Bailian Group’s subsidiaries surged on Monday, with Shanghai Bailian Group Co Ltd climbing by the 10 percent daily limit, Lianhua Supermarket Holdings Co Ltd jumping close to 10 percent and Shanghai Material Trading Co Ltd up 5 percent.

Bailian and Alibaba will initially cooperate on supply chain technology using Alibaba’s big data capabilities as well as integrating Alipay payments with Bailian Group’s existing membership program.

Source : retailinasia.com

(Auteur : Tanguy Merrien)
La marque nipponne mise sur des services innovants et connectés pour booster le SAV dans le réseau. Les nouvelles technologies devront contribuer à hauteur de 30% au CA après-vente d’ici 2022.

La connectivité, pilier de la croissance après-vente chez Nissan

Nissan Europe a une stratégie à long terme clairement définie pour développer des technologies et services innovants qui offrent un plus grand choix à son activité après-vente en rendant accessible des technologies innovantes à ses clients du monde entier. Notre objectif est de transformer le développement et la production des véhicules en offrant un niveau de sophistication et de personnalisation en ligne avec les styles de vie et les besoins des clients d’aujourd’hui. L’objectif ultime est l’hyper personnalisation.

C’est par ces termes que Vincent Wijnen, vice-président après-vente et relation client de Nissan Europe, a dévoilé la stratégie qui doit faire entrer le SAV de Nissan dans une ère 3.0 au sein de laquelle la haute technologie, en particulier la connectivité, est placée au centre des préoccupations. Pour la marque, il s’agit de booster le CA du SAV de l’ordre de 30% à l’horizon 2022 !

Ainsi, il s’agit aussi d’améliorer l’expérience clients et de maintenir un lien fort avec les clients durant toute la vie de leur véhicule tout en pensant également aux ventes futures. Ainsi, la marque lancera dans les prochains mois, en France, un boîtier connecté, dont les informations qui renseigneront sur les attentes et les besoins des clients, lesquelles seront aussi bien transmises à l’automobiliste qu’au distributeur. Ce dernier sera alors au fait pour anticiper les problèmes techniques, gérer les planning atelier, voire optimiser la logistique de pièces de rechange.

Le but pour la marque ? D’une part, améliorer le lien entre l’automobiliste et la marque et, d’autre part, exploiter ces données dans un futur proche pour améliorer l’expérience client et faciliter le lien existant entre l’automobiliste, le distributeur et le constructeur.

La marque se dit prête à imaginer la possibilité d’intégrer dans ce boîtier connecté tout autre type de services telle une assurance ou une garantie dans un package global. Prévues d’abord pour équiper les futurs modèles Nissan, ces nouvelles technologies pourraient aussi être déployées, à terme, sur les véhicules moins récents, lesquels pourraient alors bénéficier des dernières mises à jour lancées par la marque aussi bien en termes d’infodivertissement que pour les ADAS…

Source : journalauto.com

(Auteur : Baptiste Cessieux)
Le géant breton de l’agroalimentaire fait sa transition digitale. Le groupe Le Duff amène 4,5 millions d’euros pour sa transition numérique. Pizza Del Arte et Brioche Dorée se dotent déjà de bornes de commandes, d’applications dédiées etc. Mais le groupe créé en 1967 propose également Gourming, une place de marché en ligne qui permet aux producteurs français d’exporter facilement leurs produits.

Le groupe d'agroalimentaire Le Duff investit 4,5 millions d’euros dans sa transformation digitale

Dans 528 établissements Pizza Del Arte, Brioche Dorée ou Fournil de Pierre, pas de chatbot, de réalité augmentée ou d’Oculus Rift mais une envie de rester dans son cœur de métier : la restauration. Le groupe Le Duff, propriétaire de ces enseignes (création en 1976, 2 milliards de chiffre d’affaires, 35 420 employés) lance sa transformation numérique sans tomber dans l’excès. Pour concocter cette transition, 4,5 millions d’euros sont mis sur la table et un menu en trois étapes a été préparé par le pôle digital et innovation du groupe.

En entrée, 1 200 caisses connectées TCPos avec un système unique, tous supports et ouvert, valables dans toutes les enseignes du groupe breton. Pour le plat de résistance, une interface Hybris avec référentiels clients, points de vente et produits qui permettront, dès cette année, la commande et la réservation en ligne ou sur bornes.

Enfin le dessert est assuré par Splio qui fournit la gestion des relations clients. Petite particularité : chaque établissement du groupe gère indépendamment sa communication locale. “Nos clients sont avant tout ceux d’un restaurant, indique Anne-Laurence Velly, directrice du pôle digital et innovation pour le groupe Le Duff. Nous avons profité d’être le premier client à l’échelle nationale de Splio pour intégrer nos problématiques de fidélisation locale et nationale dans la création de leur outil.” De son côté, c’est Webhelp qui s’occupera de son côté du service client. Fromage et dessert.

GOURMING, UNE PLATE-FORME D’EXPORT
En parallèle de ce menu digital, le groupe a également lancé le 18 janvier dernier le site Gourming, un site pour faciliter l’exportation des produits agricoles français. Un cheveu dans la soupe ? Pas vraiment, comme nous l’explique Anne-Laurence Velly. “En fait, nous utilisons depuis des années un outil similaire en interne. Cette première place de marché, Logistimax, permet de mettre en relation des producteurs locaux avec nos transformateurs et nos restaurants. Depuis deux ans, nous réfléchissons à une manière d’ouvrir ce service à tous.”

Dans les faits, cette nouvelle plate-forme, permet à des producteurs d’exporter à l’étranger sans devoir s’occuper de la logistique. “Un prix d’entrée de 100 € est demandé aux utilisateurs. C’est un bon moyen pour ne garder que les gens motivés. Nous facturons également 25 % de la transaction mais on s’occupe de tout, étiquetage, le transport, l’expédition…” Deux cent cinquante producteurs sont déjà inscrits sur cette plate-forme virtuelle. Plusieurs centaines de demandes sont également en cours de traitement.

Source : usine-digitale.fr

(Auteur : Sharon Wajsbrot)
Alors que la concurrence se renforce, la filiale de La Poste se prépare à lancer sa banque mobile. Elle espère conquérir plus de 1 million de clients d’ici à 2025.

La Banque Postale veut lancer sa banque mobile mi-2018

C’est un nouveau poids lourd de la banque traditionnelle qui se prépare à lancer sa banque mobile. Comme ses concurrents, BNP Paribas, à l’initiative d’Hello bank!, Société Générale, actionnaire de Boursorama, ou encore Crédit Mutuel Arkéa, qui détient Fortuneo, La Banque Postale va se doter d’ une banque 100 % numérique capable de coller aux désirs d’immédiateté de ses clients.

Lancé fin 2015, le projet a été confié à Alice Holzman, directrice du digital et de la communication de La Banque Postale, qui avait participé au lancement de l’offre low cost d’Orange Sosh. Selon nos informations, La Banque Postale envisage un lancement de sa banque mobile entre mai et septembre 2018.

« Nativement mobile »
Adepte des coentreprises pour démarrer dans un domaine nouveau, La Banque Postale a choisi cette fois-ci de créer une filiale de banque mobile dont elle détiendra l’entière propriété. Elle avait toutefois envisagé un temps de s’associer avec Orange, qui finalement a choisi Groupama pour se lancer dans les services financiers.

Pour La Banque Postale, il s’agit désormais de créer une banque sur le modèle des « néo-banques », qui fleurissent un peu partout en Europe. « Nativement mobile », c’est-à-dire conçue dès l’origine pour être accessible sur smartphone ou sur tablette, celle-ci devrait s’adresser en priorité à des clients « de moins de 35 ans, urbains, actifs et connectés », comme l’indique un document interne que « Les Echos » ont pu consulter.

Concentrée dans un premier temps sur une offre de banque au quotidien simple, cette banque aura vocation à offrir des services qui permettent de faciliter la vie des clients : paiement de particulier à particulier, outils de gestion des finances personnelles, agrégation de comptes bancaires mais aussi d’autres services conçus par des fintech partenaires de La Banque Postale. A terme, La Banque Postale envisage aussi d’utiliser cette néo-banque pour distribuer des produits plus complexes comme l’assurance-vie ou le crédit immobilier.

Traitement des transactions en temps réel
Grâce à l’agilité de cette nouvelle banque qui sera dotée de son propre système informatique, capable de traiter des transactions en temps réel, la filiale de La Poste espère être en mesure de retenir les clients les plus digitaux à la recherche de services bancaires à distance et low cost.

Selon nos informations, la filiale de La Poste espère conquérir un peu plus de 1 million de clients d’ici à 2025, soit sept ans après la date prévue pour son lancement. Pour ce faire, elle mise notamment sur le portefeuille de clients de son agence de banque à distance La Banque Postale chez soi. A titre de comparaison, la filiale de Société Générale, Boursorama, qui a défriché le marché de la banque en ligne depuis 2005, vient juste de franchir le cap du million de clients.

Source : lesechos.fr