(Auteurs : Thomas GiraudetReuter)
La chaîne américaine de pharmacies CVS Health a officialisé dimanche le rachat d’Aetna, spécialisé dans l’assurance maladie, pour 69 milliards de dollars (environ 58 milliards d’euros). C’est la fusion la plus importante de l’année aux Etats-Unis. CVS détient 10.000 des 18.000 drugstores des Etats-Unis.

FILE PHOTO: People walk by a CVS Pharmacy store in the Manhattan borough of New York City

Au terme de la transaction, les actionnaires d’Aetna détiendront 22% du nouvel ensemble, le reste du capital appartenant aux actionnaires de CVS. Trois directeurs d’Aetna, dont son PDG Mark Bertolini, rejoindront le conseil d’administration de CVS. Les assureurs santé et les réseaux de pharmacies aux Etats-Unis sont poussés à se rapprocher en raison d’une multitude de facteurs, de la généralisation de la couverture maladie mise en place par l’Obamacare à la hausse des prix des médicaments.

Mais il y a un facteur qui inquiète davantage les acteurs de ce marché: la concurrence menaçante des distributeurs en ligne — et avant tout celle d’Amazon.

L’entreprise de Jeff Bezos vient de se faire délivrer des licences de vente en gros par les organismes officiels de supervision de la pharmacie, rappelle Le Monde. Et selon CNBC, Amazon serait entrée en discussions avec le laboratoire Sandoz, unité de fabrication de médicaments génériques de Novartis, et Mylan.

CVS et Aetna tablent sur 750 millions de dollars de synergies dès la deuxième année pleine de leur fusion, qu’elles espèrent conclure dans le courant du deuxième semestre de l’année prochaine.

“Quand vous entrez chez CVS, vous avez la pharmacie. Et s’il y avait un centre d’ophtalmologie et d’audiologie, et peut-être un nutritionniste, voire une sorte de gestionnaire de soins”, souligne le PDG de CVS Health, Larry Merlo, dans le communiqué officialisant l’opération.

Quatre experts des questions de concurrence interrogés par Reuters jugent très probable un feu vert des autorités de la concurrence même si le département de la Justice s’est montré plus sourcilleux récemment en ce qui concerne les fusions verticales, dans lesquelles les entreprises ne sont pas en concurrence directe et opèrent à des niveaux différents de la chaîne de production.

Il a ainsi porté plainte le mois dernier pour tenter de bloquer le rachat pour 85,4 milliards de dollars, annoncé en octobre 2016, du groupe de médias et de divertissement Time Warner par l’opérateur télécoms AT&T , une opération qui à ses yeux réduira les choix des consommateurs en termes de contenus à disposition.

Source : businessinsider.fr

No Comments

Be the first to start a conversation

Leave a Reply