Innovations Retail

(Auteur : Keren Lentschner)
Le géant du e-commerce a ouvert à Seattle son premier magasin alimentaire. Sa particularité : il n’a pas de caisse. On y fait ses courses sans payer. Amazon a utilisé les mêmes technologies que celles de la voiture autonome.

amazon-lance-un-premier-supermarche-sans-caisse-aux-etats-unis

Un magasin sans caisse. Où l’on ne débourse pas un centime sur place. Où l’on ajoute les produits à son panier, avant de s’en aller, en toute liberté. C’est le pari fou que vient de se lancer Amazon. Le géant mondial du e-commerce vient d’ouvrir son premier magasin alimentaire, à Seattle, près de son siège. En phase de test, ce supermarché est pour l’instant réservé aux employés d’Amazon. Il devrait ouvrir au public début 2017.

En révélant ce lundi le profil de son magasin dans une vidéo postée sur Twitter, Amazon a créé une vraie révolution dans le commerce alimentaire. «No lines, no check out, no registers» (pas de files d’attente, pas de règlement, pas de caisse): le concept baptisé Amazon Go est clair. «Il y a quatre ans, nous avons commencé à nous demander à quoi ressembleraient les courses si on pouvait juste attraper ce qu’on voulait et partir», raconte la voix off sur la vidéo.

Outre l’absence de caisses, Amazon a choisi un format à taille humaine pour son premier espace, 170 m2. Un magasin de proximité, aux antipodes de ses entrepôts XXL. La rumeur avait un temps évoqué l’hypothèse d’un drive. Les clients doivent posséder un compte Amazon et avoir téléchargé l’application gratuite Amazon Go avant de pénétrer dans le magasin. Ils n’ont qu’à scanner leur smartphone à l’entrée du magasin afin d’être identifié, avant de le ranger.

«Amazon a eu recours aux mêmes technologies que celles utilisées par les voitures autonomes», explique le e-commerçant. Nous sommes au cœur de l’intelligence artificielle: il s’agit d’un mélange de «computer vision» (acquisition, traitement, analyse des images en temps réel de l’environnement autour du véhicule), de capteurs intelligents et d’algorithmes permettant d’anticiper les scénarios les plus fous.

Un panier virtuel

Grâce à ces technologies, Amazon détecte automatiquement les produits qui sont achetés ou reposés sur les étagères. Lorsque le consommateur quitte le magasin, ils sont ajoutés à son panier virtuel. Peu de temps après, il reçoit son ticket de caisse par email.

Le e-commerçant innove également sur l’assortiment afin d’apporter une expérience client différente de celle des supermarchés traditionnels. Il vend aussi bien des produits de grandes marques que des plats préparés ainsi qu’une offre de snacking. Il propose aussi des «kits» faits maison afin de pouvoir préparer un dîner pour deux en trente minutes chrono.

Nul doute que ces images seront scrutées par les distributeurs du monde entier, pour lequel Amazon est devenu synonyme de cauchemar. Le groupe américain, qui a révolutionné les standards de livraison et ringardisé de nombreux distributeurs, commercialise depuis longtemps des produits alimentaires. Mais il s’est lancé récemment dans les produits frais avec Fresh dans plusieurs villes américaines et avec Prime en Europe. Côté magasins «en dur», il avait déjà surpris en début d’année en inaugurant sa première librairie à Seattle. Il pourrait en ouvrir 400 dans le monde, selon un expert cité par la presse anglaise. Il avait aussi lancé des pop-up stores dans des centres commerciaux. En 2012, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, avait confié qu’il «adorerait ouvrir des magasins physiques» s’il pouvait trouver un concept qui soit «propre à Amazon»… C’est désormais chose faite.

Source : lefigaro.fr

(Auteur : hellobiz)
Située à New Prague, dans le Minnessota, Farmhouse Market est une épicerie sans personnel qui propose à ses membres un accès illimité grâce à une carte d’accès  et un libre-service.

faire-ses-courses-dans-une-epicerie-sans-personnel-et-ouverte-a-nimporte-que-moment

Les fondateurs de Farmhouse Market se sont déplacés de la zone métropolitaine du Minnesota vers une petite communauté rurale. Ils ont découvert que ce qui manquait le plus dans cette zone c’était la variété et la disponibilité des aliments sains. La majorité des aliments cultivés aux États-Unis est expédiée vers les grandes agglomérations, laissant les petites villes et les villages sans accès à leurs produits locaux. Farmhouse Market a trouvé un moyen de réduire les frais indirects inhérents à l’effectif en ouvrant une épicerie entièrement automatisée et réservée uniquement aux membres.

L’adhésion coûte 99$ pour la première année, puis 20$ à partir de la deuxième année. Les membres doivent signer un accord sur les normes d’utilisation avant de recevoir une carte d’accès permettant d’accéder au magasin à n’importe quelle heure tous les jours. Chaque magasin dispose de nombreuses caméras et les clients utilisent une caisse automatisée pour effectuer leur paiement. Les magasins stockent des aliments biologiques et locaux provenant des producteurs des environs.

Cependant, les personnes qui ne sont pas membres peuvent effectuer des achats dans les épiceries Farmhouse Market durant les horaires hebdomadaires d’ouverture au grand public.

Source : hellobiz.fr

(Autore: Chiara Bertoletti)
Dall’introduzione del robot Pepper agli ologrammi tridimensionali. Il direttore marketing dell’azienda, Khardiata Ndoye, spiega a Mark Up la svolta digitale dell’insegna, concretizzata nel nuovo concept store presentato a Mapic 2016.

kiabi-pepper

Kiabi guarda a una nuova shopping experience grazie all’apporto della tecnologia in store. L’insegna ha concretizzato la propria svolta smart nel nuovo concept presentato a Mapic 2016 e raccontato dal direttore marketing dell’azienda, Khardiata Ndoye, al direttore di Mark Up Cristina Lazzati.

Vogliamo comunicare che Kiabi ha mantenuto il proprio dna originario della moda a piccoli prezzi e per tutta la famiglia, restando tuttavia al passo con i tempi. Abbiamo già lanciato il nuovo negozio quest’anno ad Arese (Milano), Mosca e Parigi.

Il focus è sull’integrazione con il mondo digitale, sia in termini di tecnologia, che a livello di servizio offerto. Si va dalla possibilità di ordinare i prodotti in store e farseli recapitare a casa (o ritirarli nel punto di vendita), alla presenza di maxy schermi, ologrammi tridimensionali e robot umanoidi che interagiscono con i clienti.

In questo pop-up store abbiamo sviluppato in particolare tutto quello che per noi significa innovazione. Abbiamo introdotto il robot Pepper, che è in grado di capire se davanti ha una donna, un uomo o un bambino adeguandosi di conseguenza. Pepper propone dei quiz ed è in grado di mostrare emozioni in base al feedback della persona (si mette a piangere, ad esempio, se l’esperienza in store non è risultata gradevole). Abbiamo poi introdotto una tecnologia di ologrammi tridimensionali in collaborazione con una società francese che in vetrina mostra outfit e proposte d’abbigliamento.

Un nuovo concept capace quindi di estendere il dialogo con il target, in linea con un cambio di paradigma anche a livello di sviluppo della rete, che privilegia la location centri commerciali in ottica qualitativa.

Fonte: mark-up.it

(Auteur : Yoni Van Looveren)
Auchan, l’entreprise française de vente au détail, va tester des robots capables de porter les courses de ses clients.  La filiale Auchan Englos, situé à proximité de la ville de Lille, sera le premier magasin à tester le robot WiiGO.

auchan-teste-des-robots-qui-portent-les-courses-des-clients

Toujours à proximité du client
Grâce à une caméra, le WiiGO sera capable de reconnaître son client et pourra le suivre durant son parcours en magasin.  Le robot se trouve toujours dans un rayon de 1,50 mètre autour de son utilisateur.  A la caisse aussi, les choses seront plus simples pour le consommateur puisqu’une caisse spéciale sera mise à sa disposition.

Le robot sera d’abord testé durant un mois.  Ensuite, on examinera s’il peut être utilisé à plus large échelle.  Le robot actuel est un prototype qui coûte quelques milliers d’euros.

Dans un premier temps, le robot sera utilisé pour aider les personnes moins mobiles comme les femmes enceintes et les personnes âgées.  Auchan a déjà testé une technologie similaire au Portugal.  Là aussi, les premières réactions étaient largement positives.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Sylvain Arnulf)
Toyota regroupe tous ses nouveaux services de mobilité dans une plate-forme dédiée. Le constructeur développe des nouveautés matérielles et logicielles pour faciliter le partage de ses véhicules, comme la “smart key box”.

toyota-pense-avoir-trouve-la-cle-pour-developper-de-nouveaux-services-de-mobilite

Le japonais Toyota veut réinventer son métier et devenir bien plus qu’un constructeur automobile. Pour y parvenir, il multiplie les initiatives audacieuses : lancement d’un programme de recherche sur l’intelligence artificielle, collaboration avec Uber sur de nouveaux modes d’achat de voitures pour les chauffeurs, expérimentations sur la robotique, la smart home, la réalité virtuelle et augmentée…

Une plate-forme unique pour tous les services connectés 
Sa division Connectivité, basée aux Etats-Unis, construit une plate-forme unique sur laquelle reposeront les futurs services de mobilité de la marque. Celle-ci sera ouverte aux partenaires extérieurs via une politique d’API (interfaces de programmation) et reposera aussi sur des synergies en interne, notamment avec le Toyota Smart Center et le Toyota Big Data Center.

La marque veut opérer dans des secteurs très variés : assurance, auto-partage, gestion de flotte de véhicules d’entreprise, services de transport pour collectivités, taxis et VTC… En parallèle, ses services financiers sont chargés d’inventer de nouveaux modes de financement et de commercialisation pour ces services innovants.

Une “clé intelligente” pour l’autopartage testée à San Francisco
Cette plate-forme doit être vue comme une boite à outils dans laquelle vont puiser tous les acteurs de l’écosystème Toyota au sens large. Le constructeur développe lui-même des briques technologiques, hardware et software, pour permettre l’émergence de nouveaux services et business models. Par exemple, il vient de dévoiler la “smart key box”; un boitier qui permet le contrôle des portes et le démarrage d’un véhicule par smartphone. Il suffit de poser cette “box” dans un véhicule et celui-ci peut être partagé facilement par l’intermédiaire d’une application mobile.

Toyota va tester ce nouveau device dès janvier 2017 à San Francisco, en partenariat avec la start-up d’autopartage américaine Getaround. Une jeune pousse dans laquelle la marque japonaise a investi en octobre 2016 par l’intermédiaire du fonds d’investissement Mirai. En fonction des résultats obtenus lors du test, Toyota pourrait déployer sa “smart key box” pour d’autres services de mobilité partagée, notamment au Japon.

Source : usine-digitale.fr

(Author : Elisabeth Menant)
Shelving the correct product in the proper place is always a big challenge for retailers, especially when it comes to large-scale retail outlets. For example, retailers often encounter “false” out-of-stocks, that is, the item is nowhere to be found, at least not by the customer. It is simply misplaced.

walmart-tire-profit-des-drones-pour-faire-baisser-les-prix

In general, by hand, the scanning process would take an employee about a month to complete in a Walmart store. To improve the efficiency and lower prices, Walmart planned to deploy drones in its stores, as it just takes a day or less to accomplish the same task. Before scaling the use of these drones across its network of roughly 190 U.S. distribution centers, Walmart is currently conducting the test in its 1.2 million-square-foot distribution center in Bentonville, Arkansas. The drones, which can operate on autopilot, fly through the aisles snapping 30 images a second, and delivering real-time datato employees in back office. The real-time imaging on the screen will tell whether the correct product is shelved in the proper place: when a green box pops up, it signals the all-clear for the shelf in question; a blue box indicates the product is missing, and a red icon means there was an error while stocking the center’s shelves.

While most of business owners consider “Shelf-facing” of critical importance in the supermarket, “small things” like shelf verification also make a difference. Letting customers find easily right product on the right place, with right label gives them a differentiated shopping experience.

For supermarkets owners like Walmart, deploying automated tools to replace human labour in large-scale place saves both time and energy. In addition, as machines can work constantly, employees in the back office will get real-time data and react in time if something goes wrong. And data generated by the drones can be used afterwards to help in decision-taking.

Another advantage of machines deployed in the workplace is their versatility. According to Shekar Natarajan, a Wal-Mart vice president working on the Walmart project, the technology could also have additional uses across the business, from everything to crop monitoring to package delivery.

Source : echangeur.fr

(Auteur : Elisabeth Menant)
Ranger le bon produit au bon endroit est toujours un défi pour les distributeurs, surtout quand on parle de distribuer à grand échelle. Les détaillants se heurtent par exemple souvent à « false » out-of-actions, qui est, l’élément est introuvable, en tout cas introuvable pour le client. Il est tout simplement déplacé. Il n’est pas à sa place.

walmart-tire-profit-des-drones-pour-faire-baisser-les-prix

L’inventaire « à la main » d’un magasin Walmart prend à un employé environ un mois. Pour améliorer l’efficacité et baisser les prix, Walmart a prévu de déployer des drones dans ses magasins, permettant d’accomplir la même tâche de numérisation en moins d’un jour.

Avant le déploiement de ces drones à travers le réseau d’environ 190 centres de distribution américains, Walmart procède à l’essai dans son centre de distribution de 1,2 million de mètres carrés à Bentonville, Arkansas. Les drones, pouvant fonctionner sur le pilote automatique, volent à travers les allées, prennent 30 images par seconde et les données sont transmises en temps réel aux employés du back-office. L’imagerie instantanée sur l’écran dit si chaque produit est au bon endroit. Quand une signal vert apparaît tout est en ordre, bleu indique que le produit est absent et rouge signifie qu’il y avait une erreur de stockage.

Alors que la plupart des propriétaires d’entreprise considèrent le « facing » d’une importance cruciale dans les supermarchés, les « détails » comme la vérification du plateau permettent aussi de se différencier. Donner la possibilité au client de trouver le produit facilement avec un étiquetage de qualité, cela valorise l’expérience en magasin et cela permet donc de se différencier.

Pour les propriétaires de supermarchés comme Walmart, le déploiement des outils automatisés remplaçant le travail de l’individu, à grande échelle, permet d’économiser du temps et de l’énergie. En plus, les machines peuvent travailler sans interruption. Les employés du back-office obtiennent des données en temps réel et sont capables de réagir à temps si quelque chose est anormal. Les données générées par les drones peuvent également être utilisées pour aider à la prise de décision.

Un autre avantage des machines déployées sur les lieux de travail, c’est la polyvalence. Selon Shekar Natarajan, Vice-Président de Walmart travaillant sur le projet, la technologie pourrait également permettrent des utilisations complémentaires à l’entreprise,  de la surveillance à la livraison.

Source : echangeur.fr

(Autore: In Store Mag)
Il Gruppo LEGO, in collaborazione con la business company Percassi, annuncia l’apertura del più grande LEGO Store d’Italia a Milano, in Corso Monforte 2, angolo piazza San Babila. L’inaugurazione è prevista per il giorno 11 novembre 2016 alle ore 10.00.

lego-store-a-milano-in-corso-monforte-apre-il-piu-grande-ditalia

Salgono così a 5 gli store dedicati ai mattoncini più famosi al mondo, dopo i quattro LEGO® Certified Store di Arese, Marcianise, Orio al Serio e Torino.

Il LEGO Store milanese, di oltre 270 m2, metterà a disposizione dei più piccini, l’Immersion portal, uno spazio nuovo, costituito da una grande teca trasparente, dove i bambini potranno entrare per osservare più da vicino speciali ambientazioni create con i mattoncini LEGO.

Il contest
Per rendere partecipi gli appassionati LEGO della grande inaugurazione, il Gruppo LEGO ha pensato di coinvolgerli e renderli protagonisti ideando un contest dedicato proprio a loro. Bastano 6 mattoncini per ottenere 915 milioni di combinazioni, chi riuscirà a creare la più originale? I costruttori più creativi potranno vedere tutte le novità dello store in anteprima. Per partecipare e saperne di più basterà seguire l’hashtag #BeTheLEGOStar e la pagina Facebook ufficiale di LEGO: Facebook.com/LEGOItalia.

Avatar e non solo
E non basta: grazie infatti al LEGO Minifigures Scanner chiunque potrà scoprire il proprio alter ego in versione minifigure: basterà scannerizzare la propria mano sull’apposita postazione. E le sorprese digitali continuano con la Digibox, che lascerà a bocca aperta grandi e piccini: sarà sufficiente prendere una scatola di un playset LEGO, scannerizzare il codice a barre e il set prenderà vita, animandosi virtualmente sullo schermo!

Parola d’ordine: personalizzazione
All’interno del LEGO Store di Milano, inoltre, sarà presente il Pick a Brick più grande d’Italia, grazie al quale sarà possibile acquistare mattoncini sfusi tra una vastissima scelta di pezzi disponibili. Non mancherà Build a mini: tutti potranno costruire, personalizzare e acquistare la propria minifigure, scegliendo ogni più piccolo dettaglio del personaggio collezionabile LEGO, dal cappello al colore degli abiti. Infine, oltre al completo assortimento di prodotti LEGO, saranno disponibili in anteprima anche in questo LEGO Store prodotti della linea LEGO Creator Expert e prodotti esclusivi.

Il tutto sarà completato da una vetrina speciale: saranno esposte delle originali sculture in mattoncini LEGO, ideate appositamente per lo store dall’artista Riccardo Zangelmi, il primo e unico LEGO Certified Professional Italiano.

Fonte: instoremag.it

(Author : Rian Boden)
Customers at Lotte Department Store in the Bundang district of Seoul, South Korea, are being offered a new service that enables them to shop by scanning the barcode on their desired products using a shopper scanner device and completing the payment at dedicated terminals by tapping the handheld device against NFC dongles.

south-korean-store-launches-smart-shopping-experience

The Smart Shopper facility is being offered as part of a shopping platform called Smart Department Store, designed in collaboration with mobile network operator SK Telecom (SKT). The devices are equipped with Bluetooth Low Energy (BLE) technology that will be utilized for sending out offers and promotions. The platform also offers Smart Lockersmall refrigerated units for storing goods that can be used with a shopper’s mobile phone — and Smart Table, an interactive shopping information desk. If the implementation proves successful, the companies plan to roll it out to Lotte Department Store’s 34 branches across the country.

Smart Scanner will take the place of physical shopping carts, says SK Telecom. “With the 16cm bar-type device, users can read barcodes on items to add them to their own virtual shopping carts. Also while shopping, they can conveniently check and edit items in their shopping carts at large touchscreen devices called order viewers installed in several sports within the store.

“Once they are done shopping, customers can walk up to a self-checkout kiosk named Smart Checkout instead of the existing POS checkout counters and place their device on the NFC-enabled smart dongle to confirm selected items and make payment. The items they have purchased will then be delivered to their homes at the desired date and time.”

Customer notifications
“Going forward, by utilizing the BLE, speaker and geo-fencing functionalities of Smart Scanner, retailers will be able to conduct on-site promotions, notifying customers with a voice or vibration notification when they are located in close vicinity of certain products,” the mobile network operator continues.

“Smart Locker is a storage cabinet that can be used with a mobile phone. After choosing a locker they want to use on the touchscreen display, users are to enter their mobile phone number to receive a password with which they can open the locker.

“Smart Lockers installed in the Bundang branch are built as refrigerated cabinets to keep customers’ groceries fresh while they spend time in the department store. Going forward, the companies are planning to add new features to these lockers so that they can be booked and managed through a smartphone application.”

“Smart Shopper allows retailers to use their space in a more efficient manner,” SK Telecom adds. “Instead of displaying a large amount of stock for each and every product, stores can place only a small stock of goods on their shelves, and can even sell non-displayed products virtually via barcodes.

“In addition, the two companies will continue to design the future of Smart Department Store by adding more features including Smart Signage, Smart Closet and video-based business intelligence system T-View.

“Smart Closet is an interactive touchscreen display attached to empty spaces like walls or columns within the department store to display items that are not physically placed there.

“Moreover, once tagged by a user’s smartphone, Smart Closet becomes synchronized with the user’s Lotte.com account, thus enabling the user to review shopping cart and purchase history, search for items and make new purchases.”

“We have successfully transformed the conventional department store into a smart shopping venue that offers new and unprecedented value and experience for customers,” says Kim Young-joo, senior vice president and head of enterprise business office at SK Telecom. “SK Telecom will continue to work closely with Lotte Department Store to lead a new shopping paradigm through innovative smart shopping solutions.”

Source : nfcworld.com

(Auteur : hellobiz.fr)
La banque Singapourienne POSB est en train de tester de nouveaux distributeurs automatiques de billets améliorés qui proposent une fonctionnalité de chat vidéo en direct avec les caissiers de banque pour aider les clients à remplacer les cartes perdues en dehors des heures de travail.

les-distributeurs-automatiques-de-billets-proposent-desormais-une-fonctionnalite-de-chat-video-en-live

À Singapour, les guichets automatiques bancaires (GAB) sont sur le point d’être remplacés par des guichets vidéo bancaires (GVB). Mis à l’essai par la banque POSB, les GVB aident les clients en dehors des heurs de travail traditionnels, mais peuvent aussi fournir les mêmes services que les GAB. Après une authentification de leur identité grâce à un système de numérisation biométrique d’empreintes digitales, les clients peuvent demander des jetons bancaires sur internet pour le remplacement d’une carte de débit ou de crédit perdue.

Le premier GCB est actuellement testé dans un seul endroit, à savoir au collège central ITE à Ang Mo Kio pour un nombre limité d’heures chaque jour. POSB a déjà annoncé des plans pour étendre le service à d’autres endroits. A la fin de cette année, il devrait y avoir plus de GVB avec un accès 24h/24.

Avec un service client de plus en plus géré par l’intelligence artificielle, comment les petites entreprises pourraient-elles utiliser l’efficacité sans perdre la touche personnelle ?

Source : hellobiz.fr