Innovations Retail

(Author : European Supermaket Magazine)
Dutch retailer Albert Heijn has launched a new augmented-reality product scanner, which allows customers to find out more about its private-label products.

Albert Heijn Introduces Augmented-Reality Product Scanner

With a new mobile app, AH Product Scanner, customers can scan a product in stores with their phone camera to receive additional information about ingredients, nutritional values, allergens, recipes, and the origin of products.

New Technology
“Customers find it increasingly important to know what products they buy from us and where they come from,” said Marit van Egmond, director of merchandising and sourcing at Albert Heijn. “With the help of new technologies, we now provide information at your fingertips while shopping.”

In the first phase of this programme, 35 private-label meat and fish products have been included in the app. These products now feature a sticker on the packaging that relates to the AH Product Scanner. The retailer aims to gradually extend this technology to all Albert Heijn-branded products.

Source : esmmagazine.com

(Autore: Chiara Bertoletti)
Un’altra piccola innovazione firmata Amazon, che per i clienti Prime, e per ora solo negli Stati Uniti, ha lanciato Spark.

amazon-spark-menu-696x465

Si tratta di una sorta di social network simile in parte a Pinterest e in parte ad Instagram, tutto focalizzato sulla promozione dei prodotti attraverso video e immagini.

In una sezione dell’app Amazon si trova infatti un nuovo spazio dove gli abbonati sono invitati a scegliere 5 categorie di preferenza, dalla moda al beauty, passando per tecnologia, alimentare e così via. Ciò fatto, per ogni utente verrà creato un profilo sulla base delle preferenze espresse con un feed che mostra un flusso di video e immagini d’interesse, dove è possibile acquistare gli oggetti in mostra. Dall’altro lato, gli utenti potranno a loro volta pubblicare alcuni contenuti e scrivere recensioni.

In pieno stile social, Spark consente di postare commenti e mettere “mi piace” alle immagini viste attraverso l’emoji di una faccina sorridente, ma quello di cui si tratta è una sorta di doppia vetrina online per gli utenti da un lato e i prodotti dall’altro. Uno strumento di vendita molto più raffinato in quanto a coinvolgimento di un semplice negozio virtuale e capace di far leva sul desiderio di personalizzazione dei consumatori, così come sulla loro voglia di esprimere giudizi e rendersi visibili.

Amazon dopo l’acquisto di Whole Foods e le continue innovazioni di business e format a 360 gradi continua con una strategia all’insegna dell’integrazione e dell’estensione di presidio.

Fonte: gdoweek.it

(Auteur : Carole Boelen)
Albert Heijn suit les pas d’Amazon. Dès l’année prochaine, il sera possible de faire ses courses sans passer par l’étape caisse dans certains magasins AH To Go néerlandais. C’est ce qu’a déclaré le CEO Wouter Kolk à nos confrères de De Telegraaf.

ALBERT HEIJN TRAVAILLE À UN CONCEPT DE MAGASIN SANS CAISSE

En fin d’année dernière, Amazon surprenait les observateurs en annonçant le lancement d’un supermarché de quartier sans files d’attente ni caisse. Bien que le concept rencontre encore quelques difficultés techniques et n’est dès lors toujours pas accessible au grand public, il a tout de même bousculé le paysage et les perspectives de la distribution alimentaire.

Amazon Go a ainsi inspiré Albert Heijn qui entend lui aussi tester des magasins sans caisse. Ces tests devraient avoir lieu dans la formule de proximité du retailer néerlandais, AH To Go. « J’espère pouvoir tester les premier AH To Go sans caisse l’année prochaine » a en effet déclaré le CEO néerlandais à De Telegraaf. « C’est délibérément que ces tests auront lieu dans des AH To Go. C’est là que la vitesse du paiement a le plus d’importance. Mais en cas de succès, le concept viendra s’implanter dans d’autres magasins d’Albert Heijn ». En coulisses, un système à la Amazon Go est donc déjà en phase de création. Mais il sera différent, assure Wouter Kolk.

A l’occasion du 130e anniversaire d’Albert Heijn, le retailer se penche aussi sur l’avenir global des supermarché. Pour Wouter Kolk, ces supermarchés sont amené à se différencier de quartier à quartier, à proposer davantage d’expérience d’achat et à offrir davantage de confort via la vitesse. L’online devrait en outre se développer davantage encore, notamment ici aussi, en termes de vitesse.

Source : gondola.be

(Author : Laura McQuarrie)
‘Tao Cafe’ is a newly opened 200-square-meter store from Alibaba that opened in Hangzhou, China that offers shoppers a completely self-service experience, as the offline eShopping destination is completely staff-less.

Alibaba's 'Tao Cafe' Takes the eShopping Experience Offline

To make small purchases such as fast food and snacks, consumers must use Alibaba’s Taobao e-commerce app for transactions. Upon entering the store, patrons are scanned and identified with facial recognition technology. When it comes to placing an order, such as for a cup of coffee, one’s profile picture appears onscreen with an estimated wait time. As they leave, shoppers’ purchases are automatically processed via the app.

The launch of the Tao Cafe from Alibaba was designed to show off a “new retail” concept, showing the potential for convenient online shopping experiences to be translated into brick-and-mortar spaces.

Source : trendhunter.com

(Auteur :  Carole Boelen)
A Saint-Etienne, le groupe français Casino a testé l’approvisionnement de magasins situés en milieu urbain par tramway. 

Casino teste l'approvisionnement de magasins par tramway

Deux phases de test d’approvisionnement par tramway ont eu lieu dans le chef du groupe Casino. La première s’est déroulée durant trois jours en juin, la seconde durant la même période en juillet. Deux points de vente Casino Shop du centre-ville de Saint-Etienne se sont alors vus approvisionnés par tram.

Les rames de tram utilisées dans le cadre de ce test sont d’anciennes rames aujourd’hui réaménagées pour le transport de marchandises. L’objectif premier de ce projet est de désengorger le trafic routier. Mais les difficultés sont là: il faut d’abord fractionner les palettes sur les rolls en vue de les placer dans le tram, puis être capable de décharger la marchandise en deux minutes seulement. Les deux magasins choisis pour ce test se situaient en face d’arrêts de tram, ce qui a facilité la dernière étape qui consiste à assurer le transport des marchandises jusqu’au magasin.  Casino n’est pas le premier à tester ce type de transport, puisque Carrefour a réalisé un premier test à Paris en 2011 déjà.

Source : gondola.be &Linéaires

(Author : James Vincent)
British supermarket Ocado conducted its first trials using autonomous vehicles this week;

This UK supermarket could beat Amazon to self-driving grocery deliveries

A UK online supermarket has conducted what might be the first self-driving grocery delivery. Ocado, which has no physical stores and delivers food directly from its warehouses, is carrying out a 10-day trial of the technology on the streets of London. Deliveries are made using a mini self-driving truck developed by UK tech firm Oxbotica. Ocado is hoping to sell its setup to other retailers — including in the US.

“We see it as adding choice,” Paul Clarke, CTO of Ocado’s tech arm, Ocado Technologies, tells The Verge. “There are times when people will want their 50-item delivery brought to the kitchen table; times when they will order online and collect in store; and times when they’re coming back from the airport at three in the morning and just want a few things delivered quickly.” Situations like this are when Ocado thinks self-driving deliveries will come in handy.

This week’s London trial is tightly controlled, but offers a solid proof-of-concept. Oxbotica’s “CargoPod” mini-truck holds eight boxes of groceries (compared to 80 in a regular vehicle) and smoothly navigates three kilometers of residential streets, using the normal combination of cameras and sensors. The vehicle itself isn’t without a driver, though: two minders are sitting inside, one from Ocado and one from Oxbotica, to make sure nothing goes wrong. Customers have been able to order their food online as normal and have to collect the delivery themselves, pressing a button on the side of the vehicle to unlock their crate.

“Reactions have been incredibly positive,” says Clarke. “We offer to bring customers’ groceries to their front door, but they say ‘No, no, no, no: we want to come down and meet the animal!’ That may sound frivolous, but I think it’s important. People can be suspicious about new technology, and getting them excited about it is a big challenge.”

One customer I speak to, Abbah Festus, is a little more skeptical. “It’s cool, but it depends on what you want,” he says. “It feels like going to a self-storage locker. You walk in, you have the keys, you grab your stuff.” Could he see himself using it in the future? “Why not,” he says. “It’s quicker than going to the shop.”

Ocado and Oxbotica say their technology should be ready for commercial use in the next couple of years, but both firms stress that self-driving deliveries are a way off. The concept faces the same challenges as self-driving cars (mainly regulatory hurdles), and there’s the extra burden of making things financially viable for retailers. Nevertheless, both firms say the future of transport is definitely autonomous, and companies need to start adapting fast.

Some companies already are. According to a report from The Wall Street Journal, Amazon — which recently bought supermarket chain Whole Foods — has been looking into the viability of driverless deliveries for more than a year now. The US giant is also interested in drone delivery, and conducted its first real-life trials of the technology in the UK in 2016. Other startups are testing small, wheeled vehicles to deliver takeout and other quick purchases, including Europe’s Starship Technologies and US firm Marble.

Ocado’s plan, though, isn’t just to make the service available to its own customers. It wants to sell its expertise as well. The company’s Ocado Smart Platform offers retailers a stack of different logistical tools to choose from — everything from warehouse robots to shopping apps — and in the future, self-driving delivery trucks might be added to this catalog.

Clarke agrees that the technology is currently in its infancy, but says people need to make a “leap of imagination” to see what’s possible when it matures. “We’re on the edge of quite a radical change to society with regards to AI and robotics,” he says. “I’d be surprised if other retailers are not at least thinking about this. They’d have to be asleep not to.”

Source : theverge.com

(Auteur : Yoni Van Looveren)
La société technologique Apple en la chaîne d’ameublement Ikea collaborent à une appli de réalité augmentée qui devrait être lancée à l’automne.  Cette appli permet aux clients de vérifier si leur achat éventuel cadre dans leur intérieur.

Apple et Ikea se lancent ensemble dans la réalité augmentée

Les nouvelles collections seront disponibles en avant-première via l’appli
Apple et Ikea sont très ambitieux puisqu’ils prétendent que cette appli sera la plus grande appli de RA au monde. « Elle sera la première appli de réalité augmentée qui permettra aux clients de se décider à faire un achat », selon Michael Valdsgaard, responsable de la transformation numérique chez Ikea Systems.

A l’heure actuelle, il n’est pas encore possible de faire des achats via l’appli, mais Valdsgaard a déjà annoncé que cette option sera disponible à l’avenir. « Dans un monde idéal, il vous suffira de placer un fauteuil dans votre salon à l’aide de l’appli. Un seul clic vous permettra ensuite de le mettre dans votre panier d’achat sur le webshop. »

L’appli devrait être lancé à la fin de l’année. Dans une première phase, elle présentera entre 500 et 600 produits. D’autre part, elle jouera un rôle important lors du lancement de nouvelles collections qui, à l’avenir, seront d’abord disponibles via l’appli.

En 2014, Ikea avait déjà ajouté de la réalité augmentée à ses catalogues. Les utilisateurs avaient la possibilité de placer des produits dans leur intérieur de manière virtuelle. Selon Valdsgaard, cette nouvelle appli va un pas plus loin, et ce surtout grâce à l’expertise d’Apple.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Céline Perronnet)
Solar Hotel décline son concept en créant de nouveaux lieux associant hébergements éco-conçus et formations au développement durable.

Solar Hotel ouvrira la première école-hôtel dédiée au développement durable

C’est inédit. D’ici deux ans, une première “école-hôtel” dédiée au développement durable verra le jour en région parisienne. L’ objectif : offrir à la fois un hébergement éco-conçu, mais aussi une école de formation dédiée au développement durable et un laboratoire de tendances. A la manœuvre, Franck Laval, le fondateur du Solar Hôtel, un établissement deux étoiles de 34 chambres situé dans le 14ème arrondissement et qui fait la part belle au développement durable. «Le secteur de l’hôtellerie n’évolue pas massivement vers le développement durable. Or pour faire bouger les choses correctement, il faut s’attaquer à la formation car aujourd’hui les hôteliers ne trouvent pas de personnes compétentes pour mettre en application leurs projets de transformations», explique Franck Laval.

Une extension nationale
D’où cette idée avant-gardiste de créer de nouveaux lieux qui associeront hébergement hôtelier et formation continue professionnelle. Un partenariat avec l’IUT de Saint-Denis et la création d’un nouveau Bachelor sont en cours au sein de Solar Formation.

«Nous avons vocation à être une entreprise d’insertion dans chaque hôtel», précise Franck Laval. En 2019, c’est Bagnolet (93) qui sera la première ville à accueillir une “école-hôtel Solar”. Et de nombreux autres projets sont déjà dans les cartons. «Nous avons participé aux appels à projets « Réinventer la Seine » et « Inventons la Métropole du Grand Paris», indique-t-il. Chacun prévoit la construction de trois sites. A Bobigny, Ivry sur Seine et au Havre pour le premier et à Porte de Bercy, Montreuil et Sceaux pour le second. Deux autres écoles-hôtels Solar pourraient également ensuite voir le jour à Bordeaux et La Rochelle.

Source : ekopo.fr

(Auteur : 
Tous les citadins ont déjà connu la fringale de sortie de boite ou l’urgence d’une dernière course avant le week-end. À Shanghai, une startup a créé une supérette mobile 100% automatisée qui se déplace pour vous dépanner. Nos épiciers peuvent fermer l’œil.

Moby Mart

« Nous sommes ouverts 24/7 ». Entre véhicule autonome et boutique intelligente, voici le Moby Mart, une épicerie nomade. À l’extérieur se dresse un distributeur automatique qui propose des snacks classiques, tandis qu’à l’intérieur, des fruits, pâtisseries et boissons chaudes et froides brillent derrière la vitrine. Un coin culture propose presse et sorties musicales, et quelques basiques vestimentaires ont même été prévus pour vous sauver d’une urgence lacet cassé ou pantalon taché.

Le drive-in inversé. Côté véhicule, le Moby Mart tourne sur un moteur électrique auto-alimenté par les panneaux solaires sur son toit. Mais plus qu’une épicerie à roulette, c’est une expérience d’achat renouvelée qu’a imaginée la startup Wheelys Café. Ne vous déplacez pas, connectez-vous sur son appli et le Moby Mart disponible le plus proche de vous se mettra en route.

À son arrivée, vous seul pouvez en ouvrir la porte avec votre mobile. Pas de queue à faire donc. Pas d’argent à sortir non plus, vous faites vos courses en scannant les produits qui seront débitées de votre compte à la sortie. Pas besoin de staff ici non plus, une intelligence artificielle (sous forme d’hologramme !) vous accueille et répond à vos questions.

Shopping pong. Un produit est manquant ? Le Moby Mart rentre de lui-même au dépôt se réapprovisionner ou en demande la livraison urgente par drone. Cela crève les yeux, ces épiceries 2.0 sont d’ores et déjà adaptées aux villes de demain sillonnées par les voitures autonomes et les robots. Actuellement testées dans Shanghai, Wheelys Café envisage maintenant de les installer dans les déserts commerciaux en province.

Source : detours.canalplus.fr

(Auteur : 
Dans la grande course contre le gaspillage, l’Australie vient peut-être de marquer un point décisif grâce à OzHarvest, un magasin de Sydney qui propose depuis peu des produits a priori périmés, mais qui restent bons pour le corps… mais aussi pour la planète.

L’Australie inaugure un supermarché de produits périmés

Poubelle à la poubelle. Tous les jours, tous les mois, tous les ans, des millions de tonnes d’aliments finissent leurs vies dans les poubelles du monde entier ; soit à cause des DLC (Dates Limites de Consommation) dépassées, soit parce que tel fruit ou légume n’est pas conforme aux critères « esthétiques » de la grande consommation. Un drame social, économique et écologique auquel Ronni Kahn a simplement voulu répondre par une évidence : pourquoi ne pas vendre ces produits dans un supermarché d’un nouveau genre ?

« La récolte australienne ». Baptisé OzHarvest, ce magasin écolo et social s’est donc spécialisé dans la récup grâce à 2500 généreux donateurs qui, toutes les semaines, viennent livrer ces moutons à cinq pattes dont personne ne veut. Une grossière erreur tant il est de notoriété publique que les produits de première nécessité disposent d’une espérance de vie bien supérieure à celle indiquée sur les DLC. Proposés à très bas prix ou même gratuitement pour les moins fortunés, ils éviterons désormais de terminer leur course dans la poubelle, et pourraient à terme représenter la meilleure des solutions pour nourrir tout le monde. Ronni Kahn espère déjà ouvrir d’autres boutiques de seconde main partout en Australie ; et quant à nous cet exemple devrait nous permettre de regarder ces produits délaissés d’un autre œil…

Source : detours.canalplus.fr