Activation Commerciale

(Author : Obi Anyanwu)
Target announced on Wednesday that it has agreed to acquire Shipt, Inc., the online same-day delivery platform for $550 million in cash. The transaction is expected to close before the end of 2017.

Target to acquire same-day delivery platform Shipt

The Minneapolis-based retailer will offer the same-day delivery service to half of its stores by early 2018 and to most of its stores in major markets before the 2018 holiday season. The same-day delivery service will be offered for groceries, essentials, home, electronics, and other products at launch and will include all major product categories by the end of 2019.

“We laid out an ambitious strategic agenda in early 2017, which included a focus on giving our guests a number of convenient ways to shop with Target, whether it’s ordering online and picking up in one of our stores, driving up to pick up an order, or taking advantage of services like our new Restock program,” said Target EVP and COO John Mulligan.

“With Shipt’s network of local shoppers and their current market penetration, we will move from days to hours, dramatically accelerating our ability to bring affordable same-day delivery to guests across the country. ”

Founded in 2014, Shipt offers personalized grocery delivery across the US, utilizing a network of over 20,000 personal shoppers in over 72 markets. The Birmingham, AL-based company connects members to shoppers through its app. With the acquisition, Shipt will be a wholly owned subsidiary of Target, but will continue to operate independently. All Shipt employees will continue to operate out of the company’s two offices in Birmingham and San Francisco and CEO Bill Smith will remain in his role, but will now report to John Mulligan.

The same-day delivery concept has quietly grown over the years with companies like Net-a-Porter offering the service in New York City and Amazon offering the service under special circumstances. Macy’s this fall expanded its same-day delivery service to 15 additional markets in Arizona, California, Colorado, Florida, Michigan, Minnesota, Missouri, North Carolina, Ohio, Pennsylvania, and Texas.

Source : us.fashionnetwork.com

(Auteur : Maxence Fabrion)
Les mastodontes de la distribution américains s’organisent pour contester la domination toujours plus grandissante de l’ogre Amazon. Ainsi, le distributeur Target vient de mettre la main sur la société Shipt, qui développe une plateforme en ligne spécialisée dans la livraison dans la journée. Le montant de la transaction s’élève à 550 millions de dollars.

Face à Amazon Prime Now, le géant américain Target s’offre Shipt pour 550 millions de dollars

Créée en 2014 par Bill Smith, Shipt assure la livraison de produits en tout genre le jour-même de leur achat. Pour cela, la start-up basée à Birmingham, dans l’Alabama, dispose d’un réseau de plus de 20 000 «personal shoppers» qui assurent la livraison des marchandises dans plus de 72 villes aux États-Unis. Contrairement à la plupart des autres services de livraison américains, qui se concentrent sur les grandes villes côtières de l’Est et de l’Ouest, comme New York et Los Angeles, Shipt a commencé par livrer les villes du milieu du pays.

A mi-chemin entre Glovo et Prime Now
Pour faire face à la demande croissante des livraisons ultra-rapides, la start-up américaine reprend plusieurs ingrédients utilisés par d’autres acteurs du secteur pour gagner en agilité. Ainsi, les livreurs ne sont pas des salariés, mais des personnes lambda qui veulent arrondir leurs fins de mois, à l’image de ce que propose la jeune pousse espagnole Glovo, qui revendique plus de 250 000 utilisateurs et 2 500 livreurs à travers l’Europe. Dans le même temps, Shipt a mis en place un système d’adhésion annuel, avec lequel les clients paient 99 dollars par an pour se faire livrer, ce qui rappelle l’offre Prime Now d’Amazon, qui concurrence les géants de la distribution américain que sont Walmart ou encore… Target. Outre Amazon, Shipt doit également affronter la concurrence d’Instacart, qui développe une plateforme de livraison collaborative de produits d’épicerie. Cette dernière a bouclé un tour de table de 400 millions de dollars en mars dernier.

En procédant à l’acquisition de Shipt, Target se dote d’un service lui permettant d’assurer ses livraisons le jour-même. Shipt fonctionnera désormais comme une filiale exclusive de Target mais continuera d’exploiter ses activités de manière indépendante. Dans les prochains mois, la technologie de la start-up sera intégrée dans les 1 834 supermarchés du distributeur, qui pourront ainsi proposer la livraison le jour-même à leurs clients. Les produits d’épicerie, ménagers et électroniques seront les premiers disponibles pour la livraison express dans les magasins de Target. Toutes les marchandises seront proposées d’ici 2019.

Amazon, une locomotive qui n’en finit plus de prendre de la vitesse
Malgré la bonne forme de Target, qui a vu ses ventes en ligne bondir de 44% fin novembre lors de la semaine commerciale couvrant Thanksgiving, le Black Friday et le Cyber Monday selon Slice Intelligence, le distributeur américain aura fort à faire face à l’appétit d’Amazon. Dans l’optique de s’imposer dans le commerce physique, Amazon avait réalisé un gros coup en juin dernier en s’offrant la chaîne de supermarchés bio Whole Foods Market pour 13,7 milliards de dollars, soit la plus grosse acquisition d’Amazon depuis sa création. Sur le marché de l’épicerie, le mastodonte de Seattle a également lancé Amazon Fresh, son service de livraison de produits frais, surgelés et d’épicerie. A ce dispositif, la marketplace a décidé d’y greffer le service de drive-in Amazon Fresh Pickup. Ce dernier permet aux abonnés d’Amazon Prime de venir récupérer leurs courses à partir d’un quart d’heure après avoir passé leur commande en ligne, le tout sans sortir une seule fois de leur véhicule.

Fort de ses innovations et de son poids croissant dans l’e-commerce américain et mondial, Amazon a présenté des résultats supérieurs aux attentes au troisième trimestre 2017. Entre juillet et septembre, le géant américain a ainsi généré 43,7 milliards de dollars de chiffre d’affaires, soit une progression de 34% par rapport à la même période l’an passé. Au troisième trimestre, les ventes en Amérique du Nord ont atteint 25,4 milliards de dollars, en hausse de 35%, tandis que les ventes à l’international ont augmenté de 29%, pour atteindre 13,7 milliards de dollars.

Source : frenchweb.fr

(Auteur : 
L’enseigne de mode féminine Camaïeu entend renforcer la relation qui la lie à ses clientes. Elle lance pour cela une box mode à commander sur un site dédié jusqu’au 31 décembre, renfermant des articles surprise. Un principe commercial jusque-là plutôt concentré sur le créneau de la beauté ou les accessoires.

Camaïeu joue la proximité client en lançant une box mensuelle

Disponible au prix de 19,99 euros par mois (+ 5,99 euros de frais d’envoi), pour un achat ponctuel ou via un abonnement de trois mois, la box contiendra un haut et un accessoire Camaïeu, ainsi que des produits émanant de partenaires. Chaque colis possédera en outre une thématique donnée : la première box, celle de janvier, se consacrant au cocooning et au bien-être.

« Ce dispositif de box surprise sur abonnement s’inscrit pleinement dans la volonté de l’enseigne d’être toujours plus proche de ses clientes et de leur proposer chaque mois un petit bonheur, directement chez elles ou à offrir, à un prix toujours très accessible », justifie Emmanuelle Bach Donnard, directrice digital et marketing de Camaïeu.

La chaîne française, qui s’appuie sur un réseau de 900 magasins, dont 650 dans l’Hexagone, a cet automne revu son identité visuelle par une typographie plus épurée et dans l’air du temps. En s’appuyant aussi dans sa nouvelle campagne sur des femmes du quotidien, mises en valeur, afin de doper encore sa proximité client.

Source : fr.fashionnetwork.com

 

(Author : Inside Retail Hong Kong)
Lifestyle brand Aigle Hong Kong has relocated and redesigned its outlet in IFC Mall as a concept store. Presenting a new French lifestyle retail experience, the store has beige tones with Aigle’s exclusive patterned ceramic tiles featured in the floors, walls and on the exterior.

Aigle Hong Kong introduces concept store

At the entry the store has an unusual glass folding door. The doorfront and exterior wall are embellished with cut-metal embellishments with the Aigle ceramic tiled logo. Customers are first greeted by a “logo wall”, inspired by a Paris metro mosaic wall. A new boots bar on one side of the store has aged-wood fittings, and four main areas showcase the 160-year-old brand’s products.

Aigle Hong Kong introduces concept store1

Singer/actress Gigi Leung Wing-kei was special guest for the ribbon-cutting ceremony and shared her styling tips with guests. It is the second time Aigle has polished its image in Hong Kong. Earlier it revamped its K11 store in Tsim Sha Tsui into a globetrotter-themed concept store, a world’s first.

Source : insideretail.hk

(Autore: Chiara Bertoletti)
Dopo il grande successo registrato lo scorso anno con la stessa operazione (51 milioni di Rollinz distribuiti, 300.000 download della App gioco dedicata, 600.000 raccoglitori venduti) Esselunga torna a puntare su una special promotion associata a Star Wars (comunicata anche con uno spot tv).

rollinz-esselunga

In concomitanza con l’uscita del nuovo ed ottavo episodio della saga intitolato Gli ultimi Jedi la catena ha infatti annunciato il ritorno degli amatissimi Rollinz, gadget basati sui personaggi del film.

I personaggi sono 24, sempre divisi tra buoni e cattivi e sempre da raccogliere in un apposito contenitore che stavolta è il Collector Star Destroyer, che riproduce l’astronave della Marina Imperiale.

Per la prima volta i Rollinz sono divisi tra pezzi comuni e 7 pezzi “rarissimi” (Yoda e Darth Vader dorati o i 5 personaggi che si illuminano al buio) così da fomentare ulteriormente la rollinz-mania. Anche quest’anno è offerta la possibilità di giocare alle missioni nello spazio scaricando la nuova app Rollinz 2.0.

La collezione è disponibile per i possessori di carta Fìdaty nei punti di vendita Esselunga dal 14 dicembre al 18 febbraio 2018. Per ottenere una bustina contenente un Rollinz si dovrà fare una spesa minima di 25 euro o acquistare prodotti che diano almeno 50 punti fragola. Non resta che vedere se anche nel 2017, con la stessa meccanica, il retailer riuscirà a segnare un secondo goal.

Il retailer ha inoltre comunicato che in vista del Natale ci sarà un nuovo concorso riservato ai clienti: dal 14 al 24 dicembre sarà possibile vincere direttamente in cassa una delle 60.000 spese gratuite o una delle 60.000 bottiglie Franciacorta Docg, Alma Gran Cuvée Bellavista, per un montepremi totale di circa 5 milioni di euro.

Fonte: gdoweek.it

(Auteur : Juliette Raynal)
La start-up Epicery, qui permet de commander en ligne des produits frais proposés par les commerçants de son quartier, vient de finaliser une deuxième levée de fonds. Parmi les nouveaux investisseurs : Monoprix. L’enseigne noue également un partenariat stratégique avec la jeune pousse pour l’aider à se développer sur l’ensemble du territoire.

Monoprix investit dans la start-up Epicery pour muscler son offre e-commerce

Commander en quelques clics une côte de bœuf préparée par son boucher préféré, des cèpes du meilleur primeur du coin, un Beaufort d’Alpage de son fromager et une bouteille de Margaux du caviste du quartier… Et recevoir le tout dans l’heure ou au créneau de son choix. C’est ce que propose depuis 2016 la start-up Epicery, fondée par Elsa Hermal et Edouard Morhange, grâce à une plate-forme web éponyme et des tablettes déployées auprès des commerçants. La foodtech, qui compte 300 commerçants partenaires à Paris et Lyon et plusieurs milliers de commandes par mois, passe aujourd’hui une nouvelle étape. Elle annonce, ce jeudi 7 décembre, une deuxième levée de fonds dont le montant n’a pas été révélé.

On connaît, en revanche, l’identité de l’un des nouveaux investisseurs de ce tour de table auquel participent également ses actionnaires historiques (Xavier Niel, Jean-David Blanc, Michael Benabou et Marc Menasé). Il s’agit de Monoprix. La prise de participation de l’enseigne est minoritaire mais, selon nos confrères de LSA, elle envisagerait à terme de gonfler sa présence au sein du capital de la jeune pousse.

UN PARTENARIAT STRATÉGIQUE
L’investissement de l’enseigne du groupe Casino n’est pas que financier. Dans un communiqué de presse commun, les deux entreprises expliquent : “Dès aujourd’hui, les clients d’Epicery peuvent compléter leurs courses de produits frais des artisans et commerçants de quartier avec une sélection de produits bio de Naturalia et d’épicerie de Monoprix. Réciproquement, les clients de Monoprix, ayant commandé un panier sur monoprix.fr, seront invités à compléter leurs courses avec des produits frais des artisans de leur quartier, partenaires d’Epicery”.

Grâce à ce partenariat stratégique, la start-up entend déployer son activité à l’échelle nationale dès 2018 en s’appuyant sur le réseau de magasins physiques de Monoprix présent dans plus de 250 villes françaises. De son côté, Monoprix muscle un peu plus sa stratégie d’e-marchand. L’enseigne des centres-villes doit se doter d’ici deux ans d’un entrepôt hautement automatisé pour améliorer son activité e-commerce.

Source : usine-digitale.fr

(Author : Inside Retail Hong Kong)
Alibaba Group plans to open 2000 branches of its Hema supermarket, which aims to merge online and offline shopping, in China over next three to five years.

Woman Pushing Shopping Cart In Supermarket

It opened its first Hema last year and will end with year with 22 stores. Its latest outlets are in Beijing, Guiyang, Hangzhou, Shanghai and Shenzhen, and this month it opened its second store in Ningbo to be followed by one in Suzhou next week. Hema stores are part of Alibaba’s “new retail” strategy that enables customers to shop, order groceries for home delivery and eat in-store. Purchases can be made through the Hema mobile app, which is linked to Alipay.

The stores focus on a wide assortment of food, and the brand places an emphasis on fresh – and live – seafood, reports Undercurrent News. Moreover, the business model combines supermarket, restaurant and e-commerce, complete with mobile app. This means customers can buy items in the supermarket for the restaurant staff to cook for them.

At the moment, about half of sales at Hema stores take place online. The company claims that customers within a 3km radius of a store can have their shopping delivered within 30 minutes.

Alibaba CEO Daniel Zhang says Hema draws on data and smart logistics technology to seamlessly integrate online/offline systems.

“Hema’s goal is to broaden the new retail model by working with retail partners like Sanjiang Shopping Club and Xingli Department Store,” says Hema CEO Hou Yi. “As our model becomes more established, it can be shared with other traditional retailers to help them transform in the digital age.”

Source : insideretail.hk

(Auteur : Jean-Marc Gervasio)
Après une phase pilote menée avec succès chez deux concessionnaires Audi à Munich, le constructeur premium allemand lance le déploiement de 30 stations d’entretien digital toujours sur son territoire.

Audi s’essaie à la consigne 2.0

Le nouveau concept de station digitale d’Audi aide les concessionnaires automobiles à mieux gérer la prise en charge des véhicules venant pour un entretien aux heures d’affluence et permet aux clients de la marque de bénéficier d’un vari service, y compris lorsque le garage est fermé.

Après avoir pris rendez-vous en ligne ou par téléphone, le client peut laisser la clé de son véhicule directement à la station d’entretien, sans perdre de temps et surtout sans devoir attendre qu’un collaborateur du garage se rende disponible. De la même façon, une fois l’entretien ou les réparations effectuées, le client peut utiliser la station d’entretien pour récupérer son véhicule. Le dispositif fonctionne alors via un code sécurité communiqué par SMS qui l’autorise, une fois la facture acquittée à reprendre son véhicule.

Pour la location aussi
La prise en charge et la restitution d’un véhicule de remplacement est également possible selon le même dispositif et fonctionnement. La station digitale joue alors le rôle d’un stand de location entièrement automatisé et accessible 24h/24. La sécurisation de ce service est dans ce cas renforcée avec une vérification de la pièce d’identité, du permis de conduire via une liaison vidéo et une réservation par carte de crédit tout aussi sécurisée.

Source : decisionatelier.com

(Auteur : Aurore Hennion)
Mango continue son expansion et pour cela mise sur ses boutiques. Conformément à sa stratégie d’expansion, Mango a ouvert un nouveau flagship à Lisbonne. Installé sur la place dos Restauradores de Lisbonne, l’une des zones les plus passantes et connues de la capitale portugaise, l’espace de vente de 1 000 mètres carrés est divisé en trois étages qui accueillent les lignes Woman, Man et Kids.

Mango mise sur les mégastores pour son expansion

Cette nouvelle boutique, qui a représenté un investissement total de 2,6 millions d’euros, présente le nouveau concept d’architecture et de décoration d’intérieur de Mango, visant à unifier toutes les lignes dans un même espace plus vaste et dynamique en améliorant l’expérience du client de façon notoire. La nouvelle boutique sera également équipée des dernières technologies que Mango a implanté dans ses points de vente comme les cabines d’essayage numériques, aussi bien pour la collection Woman que pour Man, et sera équipé du Wi-Fi et d’une zone spécifique de Click & Collect. Avec cette nouvelle ouverture, Mango possède un total de 55 boutiques au Portugal, dont sept sont situées à Lisbonne.

Investissement dans les mégastores
Durant l’année 2017, Mango a continué à miser sur les boutiques de grand format avec un investissement de 23 millions d’euros. La multinationale de prêt-à-porter a inauguré un total de 16 mégastores, qui représentent 15 500 nouveaux mètres carrés de surface de vente. Parmi les ouvertures de 2017, on retiendra les nouveaux flagships de la rue Serrano à Madrid et de SoHo à New York, boutiques emblématiques qui disposent d’une grande surface commerciale et qui sont en outre dotées des dernières nouveautés technologiques et du nouveau concept de décoration d’intérieur de la marque.

Avant la fin de l’année, Mango a prévu d’inaugurer d’autres mégastores dans des villes comme Lucerne ou Bogota. L’entreprise dispose aujourd’hui de 205 mégastores dans le monde entier, qui supposent plus de 227 000 mètres carrés et représentent près de 30 pour cent de la surface de vente totale.

Mango a été fondé en 1984 et est aujourd’hui l’un des principaux groupes du secteur de la mode dans le monde. Cette entreprise originaire de Barcelone, où se trouve son siège social, dispose d’un vaste réseau de près de 800 000 mètres carrés dans 111 pays. Dans son centre de design « El Hangar » à Palau-solità i Plegamans, sont conçus chaque année plus de 18 000 vêtements et accessoires. En 2016, l’entreprise a atteint un chiffre de vente de 2,260 milliards d’euros.

Source : fashionunited.fr

(Author : Jon Russell)
Ford has put a lot of focus on China’s electric vehicle market — with a local joint ventureexpected to lead to 15 electric or hybrid models on sale in the country by 2025 — and today the automotive giant announced a tie-in with Alibaba to fulfill its ambitious goals.

North American International Auto Show Features Latest Car Models

The scope of alliance is fairly broad and vague at this point, but a large chunk of  the”strategic collaboration” appears to be based around developing a direct sales channel to reach consumers in China. Alibaba is the country’s largest e-commerce firm that’s best known for its Taobao marketplace and T-Mall service for brands. The alliance could see Ford utilize T-Mall to sell cars to consumers — the company has sold items like cargo jets via Taobao before — but there could be room for collaboration within Alibaba’s ‘Next Retail’ strategy that unites online and offline commerce.

The Chinese giant recently invested in national hypermarket operator Sun Retail in a move that it hopes will increase the synergies between e-commerce and physical retailing, and automotive is one vertical where that mesh is more obviously beneficial. People like to touch, feel and drive cars before they buy them, but yet doing basic research and purchasing online is more productive than visiting multiple showrooms.

A source also indicated that Alibaba may consider a “vending machine” style approach to selling cars. We’ve seen such an approach before — like this compact 15-story operation in Singapore that looks like a child’s toy box and examples in Germany — and that could be one branch of Alibaba’s retail strategy in the future.

Beyond sales, the companies said they will explore opportunities to work together on technology, including cloud computing for big data analysis, digital marketing services and using Alibaba’s AliOS operating system.

China’s state-owned media predicted than more than 800,000 green vehicles would be sold this year, up more than 50 percent on 2016, thanks in no small part to a government incentive that covers 26 different models. Data is scant, but that’s almost certain to make China the world’s largest market for electric vehicles. Already it has attracted Tesla, which is planning its own China-based factory, while VW is among the international firms that has invested in order to make its mark in the country.

“China is one of the world’s largest and most dynamic digital markets, thriving on innovation with customers’ online and offline experiences converging rapidly. Collaborating with leading technology players builds on our vision for smart vehicles in a smart world to reimagine and revolutionize consumers’ mobility experiences,” Jim Hackett, Ford President and CEO, said in a statement.

Executive chairman William C. Ford Jr. was even more direct in his assessment of the importance of China.

“When I think of where E.V.s are going, it’s clearly the case that China will lead the world in E.V. development,” he told the New York Times.

Alibaba announced its first internet car in partnership with Chinese firm SAIC last year — the vehicle runs AliOS — and it claims to be powering more than 400,000 vehicles across China’s roads today. This deal with Ford might not culminate in a Ford car running AliOS, but it does represent a first deal between Alibaba and an automaker from outside of China. That makes it a significant tie-in even the exact nature of the arrangement is rather frustratingly unclear at this point.

Source : techcrunch.com