(Auteur : Patrice Bernard)
Après avoir participé, l’année dernière, à la grande vague de déploiements européens du système de paiement mobile chinois Alipay, BNP Paribas introduit maintenant son concurrent direct WeChat Pay en France, avec une première implémentation effective dans deux des grands magasins parisiens parmi les plus fréquentés par les touristes, les Galeries Lafayette Haussmann et le BHV Marais.

BNP Paribas introduit WeChat Pay en Europe

Avec cette nouvelle offre, les commerçants clients de BNP Paribas ont donc désormais la possibilité d’accepter les deux moyens de paiement préférés des quelques 7,4 millions de visiteurs provenant de l’empire du milieu qu’accueille annuellement l’Europe. Entre les 450 millions d’utilisateurs d’AliPay (qui gère plus de la moitié des paiements mobiles en Chine) et les 600 millions de WeChat Pay (détenant 37% de parts de marché), on peut raisonnablement espérer que tous leurs besoins seront couverts.
D’un point de vue pratique, le dispositif repose sur le même principe technique que celui d’Alibaba, c’est-à-dire la capture par le commerçant de l’identifiant du porte-monnaie virtuel de l’acheteur, à travers le code à barres ou le QR-code qu’il présente sur son smartphone. Cette approche le rend « physiquement » compatible avec une multitude de systèmes d’encaissement existants. Naturellement, la banque intervient dans les opérations pour assurer l’exécution des transferts financiers, en collaboration avec Tencent (l’éditeur de WeChat), entre les comptes du payeur et du vendeur.

Pour les commerçants désireux de séduire une clientèle chinoise de plus en plus nombreuse (elle représente jusqu’à la moitié des acheteurs étrangers, dans les grands magasins parisiens), l’enjeu commercial de l’acceptation du paiement mobile est considérable. Une caissière du Printemps Haussmann me confirmait ainsi récemment que ces touristes réglaient aujourd’hui la quasi totalité de leurs emplettes par l’intermédiaire d’Alipay (sa solution y ayant été déployée au cours de l’automne 2016).

Avec le recul, l’irruption des plates-formes chinoises dans les pays occidentaux met en évidence les perspectives culturelles radicalement opposées sur le paiement mobile. D’un côté, le choix entre la carte plastique et le mobile (en écartant d’emblée le cash, avec tous ses inconvénients), guidé uniquement par la facilité d’usage parce que les deux se développent simultanément, s’oriente vers le second. De l’autre, c’est, jusqu’à présent, l’habitude qui prévaut, faute d’avantage concret décisif pour le smartphone. La visibilité croissante de WeChat Pay et Alipay aura-t-elle un impact sur le statu quo actuel ?

Source : cestpasmonidee.blogspot.fr

No Comments

Be the first to start a conversation

Leave a Reply