(Autore: Chiara Bertoletti)
Nelle pubblicità, così come in ogni racconto, la forma narrativa è sostanziale perché l’idea al centro dello storytelling si trasformi in coinvolgimento reale e non patinato. E quando la mano è quella di un regista hollywoodiano si vede.

esselunga-spot-natale

È come per la danza, per la letteratura, o per qualunque altra espressione artistica: di base più la tecnica è elevata e controllata con sapienza, meno lo sforzo tecnico che sta alla base dell’opera o della performance risulta visibile.

Gli spot pubblicitari non fanno eccezione. I migliori ci fanno dimenticare che si tratta di pubblicità, si rivolgono a noi come pubblico da ammaliare con un racconto e non come consumatori a cui si deve vendere qualcosa. E alla fine, quando il brand o l’insegna compaiono, non vi è fastidio o la sensazione di aver assistito a qualcosa di “cheap” e costruito con poca genuinità, ma gratitudine e memoria per la piccola esperienza che ci è stata regalata.

Il periodo natalizio, in questo senso, rappresenta di per sé stesso un’occasione unica. Con la complicità di un’atmosfera naturalmente suggestiva, che si abbina a una maggiore predisposizione all’acquisto, le aziende possono dare vita a contenuti più emozionali, efficaci e capaci di farsi ricordare, instaurando un legame affettivo con la propria audience.

In Paesi come l’Inghilterra e gli Stati Uniti gli investimenti pubblicitari dedicati dai retailer a questa festività sono importanti e seguono sempre questa filosofia. Ogni anno John Lewis, Waitrose, Macy’s e tutti i big fanno a gara di creatività con video che su You Tube ottengono milioni di visualizzazioni. Per il 2016, anche l’italiana Esselunga ha compiuto un evidente step in questa direzione, implementando il proprio budget per dar vita a uno spot che è prima di tutto favola cinematografica.

A fare la differenza è la mano (per l’appunto tecnica) del regista americano Chris Columbus, autore di pellicole di successo come Mrs Doubtfire, Mamma ho perso l’aereo e dei primi due film della saga di Harry Potter. Dalla colonna sonora alla direzione fotografica di John Mathieson, passando per la costumista Penny Rose, la qualità è immediatamente percepibile e la dinamica dello storytelling fluida e coinvolgente.

La comparsa del camion Esselunga carico di doni si inserisce nell’immaginario dello spot con la giusta ritmica e la promozione “vinci 1.000 iPhone 7 al giorno” arriva come regalo al cliente. Senza entrare nel merito di considerazioni troppo soggettive, a supporto ci sono i numeri: quasi mezzo milione di visualizzazioni su You Tube in 3 giorni.

Credits
La Direzione Creativa Esecutiva dell’Agenzia Armando Testa è di Michele Mariani (art
Barbara Ghiotti, copy Sara Greco).
Il team d’agenzia ha collaborato con la Direzione Comunicazione di Esselunga guidata da William Willinghton.
La pianificazione e’ a cura di Media Italia.

Fonte: mark-up.it

 

(Auteur : Dalila Bouaziz)
Le magasin du centre commercial Saint-Lazare Paris a été sélectionné pour un pilote permettant à Undiz d’évaluer les bénéfices apportés par la solution, notamment durant les pics de Noël et les soldes d’hiver.

undiz-teste-le-retrait-des-achats-en-casiers-automatiques

À l’approche des fêtes de fin d’année et dans un contexte de développement de son offre click and collect, Undiz, la marque du groupe Etam, propose désormais le retrait des achats en ligne en consignes automatiques Packcity.

Des consignes ont été installées dans le magasin parisien de Saint-Lazare pour tester le concept auprès de la clientèle, notamment durant les pics de Noël et les soldes d’hiver. Le principe est simple : à la livraison de son colis dans l’un des casiers en magasin, la cliente reçoit une notification par e-mail ou SMS contenant ses codes de retrait, à l’aide desquels elle pourra récupérer ses achats de façon rapide, en moins de 30 secondes.

“Le click and collect s’inscrit pour Undiz dans le cadre d’une démarche globale de simplification de l’expérience d’achat qui a été baptisée ” Eazy Shopping ” et comprend des solutions comme Undiz Machine et Packcity”, indique Sébastien Bismuth, directeur général de l’enseigne.

Undiz résout ainsi ses problématiques d’espace. Les magasins de l’enseigne disposent de 120 m² en moyenne, et laissent peu de place au stockage de colis e-commerce. Face au succès de leur offre click and collect et à l’afflux quotidien de colis à gérer, les casiers apparaissent comme un outil d’optimisation et de rentabilisation de l’espace : une trentaine de casiers remplis en quelques instants par le personnel en magasin en début de journée, occupant moins de 2m² en surface de vente, et à disposition des clients en libre-service aux heures d’ouverture du magasin, sans file d’attente.

Source : ecommercemag.fr

(Auteur : anaïs Lerévérend)
Transformer l’adhésion sur Instagram en vente, c’est l’un des enjeux principaux des marques sur les réseaux sociaux. Au tour de La Redoute de s’y attaquer. Le véadiste lance ce 1er décembre sa propre solution développée en interne : « Like & Buy ».

la-redoute-veut-declencher-des-achats-via-instagram

Alors qu’Instagram teste aux Etats-Unis sur un petit groupe d’utilisateurs un outil de renvoi direct vers les sites marchands, La Redoute a pris les devants. C’est via un site, like-buy.fr, que les followers vont pouvoir franchir le pas vers l’achat. En s’y inscrivant et en reliant leur compte Instagram à cette plate-forme, leurs likes sur la page La Redoute se convertiront en un e-mail qui les invitera à mettre les produits en question dans leur panier. Toujours besoin d’un intermédiaire donc, mais avec celui-ci, La Redoute espère réussir à convertir en partie l’adhésion de ses fidèles sur Instragram.

Comme La Redoute, Pimkie a lancé récemment un système similaire, mais cette fois via un prestataire, Effipics. Cette plate-forme de renvoi vers les sites marchands est notamment utilisée, outre Pimkie donc, par Zadig & Voltaire et Monoprix.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Auteur : autojournal)
Aux Etats-Unis, Volvo lance un programme pilote de conciergerie afin de répondre aux moindres besoins de quelques propriétaires de XC90 et S90.

volvo-lance-son-service-de-conciergerie

Comme Audi ou Mercedes avant lui, Volvo franchit une nouvelle étape vers le haut de gamme. Le constructeur suédois lance un programme pilote de conciergerie auprès de 300 propriétaires d’un XC90 ou d’une S90 vivant à San Francisco (Etats-Unis). Grâce à de nouveaux services intégrés à l’application pour smartphone “Volvo On Call”, ces cobayes plutôt veinards n’ont désormais plus à faire le plein, à laver ou à emmener leur voiture en révision. Quelqu’un d’autre le fait pour eux.

Une clé numérique à usage unique
Les demandes d’intervention émises par le client depuis son smartphone sont en effet adressées à un prestataire de service. Ce dernier a ensuite accès au véhicule grâce à une clé numérique à usage unique, qui ne peut être utilisée qu’à un endroit et durant un laps de temps donnés. Et une fois les prestations effectuées, le véhicule est ramené à son endroit initial ou livré à n’importe qu’elle autre adresse à la demande du client. Il est alors verrouillé et la clé numérique expire.

“Imaginez-vous garer votre voiture le matin au bureau et, au moment de rentrer chez vous, retrouver une voiture révisée et lavée avec le plein de carburant”, explique Björn Annwall, vice-président senior en charge de l’expérience utilisateur globale de Volvo. “C’est le genre de services que nous souhaitons proposer à nos clients”, ajoute-t-il. “Nos études révèlent que nous passons plusieurs heures par semaine à gérer ce genre d’impératifs. Nous voulons rendre ce temps précieux aux conducteurs de Volvo pour qu’ils puissent en profiter autrement”.

Faciliter la vie des clients
“Notre démarche est assez simple : nous voulons faciliter la vies des utilisateurs en nous appuyant sur les dernières technologies connectées, regroupées sous la forme d’une application pour smartphone simple d’utilisation”, précise pour sa part Anders Tylman-Mikiewicz, vice-président en charge des services de connectivité de Volvo. Il n’y a donc plus qu’à attendre que ce service soit déployé à grande échelle…

Source : news.autojournal.fr

(Auteur : hellobiz)
Située à New Prague, dans le Minnessota, Farmhouse Market est une épicerie sans personnel qui propose à ses membres un accès illimité grâce à une carte d’accès  et un libre-service.

faire-ses-courses-dans-une-epicerie-sans-personnel-et-ouverte-a-nimporte-que-moment

Les fondateurs de Farmhouse Market se sont déplacés de la zone métropolitaine du Minnesota vers une petite communauté rurale. Ils ont découvert que ce qui manquait le plus dans cette zone c’était la variété et la disponibilité des aliments sains. La majorité des aliments cultivés aux États-Unis est expédiée vers les grandes agglomérations, laissant les petites villes et les villages sans accès à leurs produits locaux. Farmhouse Market a trouvé un moyen de réduire les frais indirects inhérents à l’effectif en ouvrant une épicerie entièrement automatisée et réservée uniquement aux membres.

L’adhésion coûte 99$ pour la première année, puis 20$ à partir de la deuxième année. Les membres doivent signer un accord sur les normes d’utilisation avant de recevoir une carte d’accès permettant d’accéder au magasin à n’importe quelle heure tous les jours. Chaque magasin dispose de nombreuses caméras et les clients utilisent une caisse automatisée pour effectuer leur paiement. Les magasins stockent des aliments biologiques et locaux provenant des producteurs des environs.

Cependant, les personnes qui ne sont pas membres peuvent effectuer des achats dans les épiceries Farmhouse Market durant les horaires hebdomadaires d’ouverture au grand public.

Source : hellobiz.fr

(Auteur : Stéphane Keulian)
You have not probably heard about Nostrum yet but the time has come to get to know it. The Spanish fast-good chain has opened its first restaurant in Paris a few weeks ago (following the 4 units in the South East of France) and this move is likely to trigger an ambitious expansion throughout the country.

nostrum-set-to-expand-fast-in-france

Nostrum is already big in Spain with 130 restaurants that generated €23 million in revenue last year. Listed on the Madrid stock exchange, Nostrum has planned to operate 400 restaurants in Europe in the 5 years to come.

Nostrum positioning is based on the “Home Meal Replacement” concept. Not very sexy at first sight but it proves to be really appealing and very well executed. Nostrum provides its customers with a wide range of tasty and healthy ready-to-eat meals that have been produced in their Spain-based 5,000 square meter factory. Apart from these meals packed in a tray, you will also find some sandwiches, desserts and beverages. Nostrum’s commitment to quality is claimed all over the store through posters and tag lines. My feeling is that Nostrum actually reinvents family cuisine values.

In my opinion, the first Parisian Nostrum unit is both convincing and promising. it’s been a long time since I saw such a relevant concept. Simple yet creative. And poised to generate high revenues. All the boxes of a successful fast food concept have been checked : popular food, value for money, limited staff and comfortable yet financially controlled decor and amenities.

The whole place is based around refrigerated cabinets where ready-to-eat meals are displayed. The variety is stunning. At least 20 different recipes. If you are more into sandwiches or if you want to go for the dish-of-the-day, you will have to ask the staff at the counter.

nostrum-set-to-expand-fast-in-france1

The average ticket is around 10 euros. Stunning value for money, especially in Paris. Nostrum competes with Mc Donald’s in this price category with an healthier and more diverse value proposition. To foster the number of visits, Nostrum has designed a loyalty card which allow customers to benefit from a €1 discount on the main dish. Sounds fair to me.

The decor and atmosphere inside the restaurant are comfy and creative. Raw materials and wood are prominent and bring a contemporary aesthetics to the place. On top of that, Nostrum features metal cutlery and white porcelain plates to fully enjoy your meals. Every little helps.

To wrap up this visit, I must admit that Nostrum is a home run in its category. I truly think that the brand is poised to meet French customer expectations with an innovative and relevant concept. Moreover, thanks to its efficient industrial organisation, Nostrum will be able to offer a constant quality whatever the number of restaurants. If I were a retail property company in France, I will warmly welcome Nostrum to strengthen my food courts.

Source : stephanekeulian.com

(Auteur : Dalila Bouaziz)
Pierre-Olivier Calande, Chief Experience Officer d’Auchan Direct, la filiale e-commerce d’Auchan, fait le bilan de cette année 2016 du site marchand.

auchan-direct

Quels sont les grands chantiers réalisés par Auchan Direct cette année ?
Le marché de l’alimentaire en ligne est aujourd’hui arrivé à un certain niveau de maturité et de démocratisation au sein des consommateurs. Pour Auchan Direct, cette année a été celle de la transformation avec la refonte de notre site e-commerce mi-septembre (actuellement en version bêta, NDLR). Nous avons enrichi l’expérience clients sur le site avec un design repensé, une ergonomie modernisée et une navigation personnalisée. Nous avons également reconstitué l’équivalent de l’offre d’un hypermarché de centre-ville en produits de grande consommation. Cela représente aujourd’hui 7 000 références, et nous espérons atteindre les 12 000 d’ici fin décembre 2016, et 18 000 mi-2017. Pour cela, nous avons élargi notre gamme de produits frais de qualité : bio, local, made in France, vegan, etc. 2017 sera l’année de la croissance pour Auchan Direct, nous ambitionnons une croissance à deux chiffres.

Pourquoi avez-vous investi dans un nouvel entrepôt ?
Nous avons ouvert le premier entrepôt alimentaire et produits frais 100% mécanisé (à Chilly-Mazarin dans l’Essonne, NDLR) en France d’une superficie de 25 000 m², dont 13 000 m² sont entièrement automatisés : le préparateur est à poste fixe, il n’a plus besoin de se déplacer pour préparer la commande. Quadritempérature, le centre logistique respecte les conditions de conservation de toutes les familles de produits et compte dans ses rangs un maraîcher affecté à la sélection des fruits et légumes commandés en ligne et au maintien de leur fraîcheur.

La concurrence nouvelle d’Amazon dans l’alimentaire, perturbe-t-elle votre équilibre ?
Nous restons les leaders, Amazon ne pèse quasiment pas dans le marché de l’alimentaire. Vous ne devenez pas numéro 1 d’un secteur en quelques semaines. Néanmoins, Amazon appuie la démocratisation de l’alimentation en ligne et apporte une dynamique dans ce secteur.

Quelles sont les spécificités du marché de l’alimentaire en ligne ?

L’achat alimentaire est très différent du non-alimentaire : vous achetez régulièrement les mêmes produits et en quantité. Un panier alimentaire représente une cinquantaine de produits, alors que généralement dans l’e-commerce vous avez généralement un panier de deux-trois produits.

Source : ecommercemag.fr

(Auteur : Stéphanie Marius)
Le nouveau chatbot de Menlook s’inscrit la stratégie d’accompagnement des shoppers du site tout au long de leur parcours d’achat.

menlook-facilite-le-shopping-via-son-nouveau-chatbot

Le site de vente en ligne de prêt-à-porter masculin Menlook.com cède à l’engouement général des marques pour les chatbots et lance son bot sur Messenger.

Alors que les internautes entament leur achats de Noël, Menlook propose un service de conseil personnalisé pour choisir ses cadeaux de façon adéquate, personnalisé par le renne Rudolf. À la manière d’un assistant virtuel, le renne pose cinq questions, liées à l’âge, au sexe, au budget de l’acheteur, à sa relation avec le destinataire du présent et à son style. Le bot propose ensuite une sélection de quatre articles et renvoie l’internaute vers le site menlook.com.

L’outil est développé en partenariat avec la start-up Con.vai et vient en complément de My Personal Shopper, un service de shopping personnalisé lancé au mois de septembre 2016 et animé par une équipe de stylistes.

Source : relationclientmag.fr

 

(Author : retail design world)
Tommy Hilfiger’s store in the new Leeds Victoria Gate development claims to be one of the most environmentally-conscious in Europe.

tommy-hilfiger-raises-environmental-standards-at-new-store

Shopping centre developer Hammerson worked to make sure that the development as a whole achieved an ‘excellent’ BREEAM rating – using the leading measure of sustainability. Developed by the Internal Architecture team at RPA:Group, the Tommy Hilfiger store was set the challenge of meeting a BREEAM standard of ‘very good’.

The 2,723 sq ft store stocks the brand’s fashion ranges for men, women and children. Itfeatures light oak flooring and contemporary walnut and glossy white fixtures, defining men’s sportswear and women’s sportswear.

The walls have been activated with graphics from period holiday magazine above the fixtures, and in the womenswear  department walls have also been given 3D wallpaper to soften the environment.

Floor to ceiling perpendicular fixtures have been used to break up the overall space and to create a visual transition from sportswear to Hilfiger Denim at the rear of the store. Jacquard rugs have been used to soften the overall look.

Lightboxes at both ground and first floor levels accentuate the double height external facade and the 3D ’T’ and ‘H’ letters, which are LED lit, seem to float in the first floor windows giving Tommy a very strong standout.

RPA:Group  head of project management Chris Swann says: “The central zone of the  store acts as a ‘bridge’ between menswear and womenswear. We have used factory windows to frame this central zone which also houses check out facilities and acts as a customer help point.  Meanwhile, the rear wall of the menswear section is finished off with tiles and has the iconic horizontal red and blue Tommy Hilfiger stripes to form a backdrop to the Hilfiger Denim division. This is a quintessentially masculine look and a strong counterpoint to the womenswear section.”

Source : retaildesignworld

(Auteur : Sonia Puiatti)
Lancement d’un site de e-commerce, centralisation des données et modernisation du management… L’enseigne de jouets Picwic, née en 1977, a entamé sa transformation digitale qu’elle souhaite malgré tout centrée sur la relation client au sein de ses points de vente.

picwic-mise-sur-ses-magasins

C’est tout récemment que Picwic a ouvert son site de e-commerce. Le distributeur veut être au plus près de ses clients, mais avec une expérimentation du numérique pertinente. L’enseigne a entamé sa transformation digitale afin de gérer les données de manière centralisée, grâce à un outil de pilotage de tous les métiers et de l’ensemble des collaborateurs, tout en intégrant la notion de client.

“Grâce à la solution BI SAP, nous avons accès, au sein du décisionnel, aux données issues à la fois de l’encaissement dans nos points de vente, de notre site e-commerce ou de notre ERP ” explique Pierre-Etienne Semelyn, DSI de Picwic et membre du comex. Avec des outils simples d’utilisation et exploitables sur le terrain comme Lumira (logiciel de visualisation des données qui facilite la création de tableaux ou graphiques), Picwic ambitionne de rendre autonomes et plus proches des clients les 500 collaborateurs du groupe.

“Le device ne doit pas être un frein, au moment où la mobilité, l’autonomie des utilisateurs et la possibilité d’avoir des supports nomades responsive en magasin s’imposent” rappelle Pierre-Etienne Semelyn. Picwic testera ainsi des “smartphones endurcis” dans deux magasins à la fin de l’année. Ces smartphones, plus solides et résistants, sont adaptés aux usages des vendeurs en magasin, et enrichis d’un scanner. Afin de faciliter leur usage, les points de vente devraient être équipés d’un réseau Wi-Fi à terme.

L’enseigne se concentre donc sur la technologie mais aussi sur la qualité du relationnel avec ses clients au sein de ses 24 magasins. Picwic organise des ateliers créatifs pour toutes les tranches d’âge et aménage ses magasins de manière ludique. Une fois par an, les fonctions support sont même invitées à se rendre en magasin pour se divertir avec les clients. La démarche se veut originale et amusante pour les clients, et surtout enrichissante pour les collaborateurs qui ne sont pas sur le terrain. Dans cette optique de modernisation du management, Picwic a opté pour une approche plus agile de la gestion de projets.

Face à un géant comme Amazon, Pierre-Etienne Semelyn ne semble pas s’inquiéter et défend donc le “contact client”. Le service expérimenté en magasin est ensuite restitué sur le Web. C’est la raison pour laquelle le conseil apporté aux clients est fondamental pour l’enseigne, qui forme ses équipes à l’accompagnement des parents dans le choix des jouets. “Les parents veulent savoir ce que le jeu apporte à leurs enfants. C’est en donnant ainsi du sens au jeu que nous espérons palier la disruption du comportement des jeunes, qui quittent le monde de l’enfance de plus en plus tôt” justifie le manager. Alors l’enseigne mise sur le rêve et l’expérience en magasin, aussi bien pour les enfants que pour les parents.

Source : relationclientmag.fr