(Auteur : AFP)
Cinq mois après avoir inauguré une première boutique physique, le site de vente en ligne de chaussures Spartoo a annoncé jeudi sa volonté de développer davantage ce mode de distribution, en ouvrant une dizaine de points de vente d’ici fin 2015.

Le site Spartoo se développe dans le commerce physique

A plus long terme, le groupe français ambitionne de disposer d’un réseau d’une cinquantaine de magasins d’ici 2017, indique-t-il dans un communiqué. Les premiers résultats de la boutique ouverte à Grenoble en mars “sont très prometteurs et nous montrent à quel point une partie des consommateurs plébiscite encore les boutiques” en cherchant “à profiter de la complémentarité entre la vente en ligne et le commerce physique”, a déclaré jeudi Boris Saragaglia, PDG de Spartoo, cité dans le communiqué.

L’ouverture de boutique physique: une stratégie prometteuse pour Spartoo

Le groupe a donc décidé d’ouvrir prochainement de nouvelles boutiques à Clermont-Ferrand, Bourg-en-Bresse (septembre) Albertville, Chalon-sur-Saône, Chambéry (octobre), Dijon, Mâcon et Besançon (novembre), indique le communiqué. “Notre stratégie se fonde sur une ouverture régionale de magasins en propre, dans les centres-villes ou centres commerciaux. Nous concentrons aujourd’hui nos efforts en Rhône-Alpes pour étendre progressivement notre présence dans les régions Nord-Est et Sud-Est”, explique Boris Saragaglia.

Source : fashionunited.fr

(Auteur : B. Merlaud)
Satisfait des tests menés dans quatre magasins, Intermarché démarre le déploiement de la solution Scoreway. Cette appli, qui incite les clients à exprimer leur satisfaction (ou pas) sur le magasin, est également à l’essai chez Système U.

Intermarché déploie une appli pour faire parler les clients

Depuis novembre 2014, trois adhérents de poids du mouvement ont pu se forger une opinion sur Scoreway en l’essayant dans leurs magasins : Thierry Cotillard (président d’ITM Alimentaire International), Nicolas Guilloux (ancien responsable du marketing), Stéphane Sinopoli. “Premier constat : les taux de participation sont très bons, rapporte aujourd’hui l’enseigne sur son blog. Deuxième constat : les clients se sont véritablement approprié cette application.”

Et de poursuivre : “ils n’hésitent pas à s’exprimer sur tous les sujets, que ce soit pour signaler un produit en rupture de stock, réclamer leur marque de café préférée ou demander un rayon cosmétiques plus fourni.”

Les clients sont invités à s’exprimer en flashant des QR-codes. Des bons d’achat à gagner (de 5 à 20 euros) sont là pour les inciter à participer, mais sur le long terme, c’est la relation d’écoute construite avec le magasin qui prend le plus de valeur. Les clients insatisfaits, ainsi, peuvent demander à être appelés par le directeur du point de vente (qui prend grand soin de le faire).

“C’est très bien vu par les clients qui se sentent valorisés et écoutés”, se réjouit Cyril Goxe, directeur de l’un des deux Intermarché de Thierry Cotillard, à Issy-les-Moulineaux (92). Chaque jour, l’adhérent ou le directeur reçoit le bilan des questionnaires administrés la veille. Il peut en consulter une synthèse directement sur son propre smartphone.

“J’utilise cette application toute la journée, affirme Géraldine Sinopoli, directrice de l’Intermarché de Clichy (92) et sœur de l’adhérent. Elle m’aide dans mes choix, pour la tenue et l’accueil dans le point de vente, le balisage et l’aménagement du magasin ou encore le monitoring de notre offre.” Sans le reconnaître aussi directement, les propriétaires de magasin font également de l’appli un outil de management, pour s’assurer de la bonne tenue des rayons ou du service client. Une dizaine d’Intermarché ont déjà signé pour adopter à leur tour Scoreway. Un nouveau bilan sera dressé d’ici la fin de l’année pour confirmer l’intérêt de l’outil et valider la poursuite du déploiement.

Scoreway aussi en test chez Système U
Depuis mai dernier, Richard Marchand et Benoit Choplain, copropriétaires de l’Hyper U de Mûrs-Erigné et du Super U de Mazé (49), ont eux aussi décidé de tester l’application Scoreway dans leurs deux points de vente. Ils appliquent le même dispositif incitatif de bons d’achat à gagner.

Carrefour et Critizr
Carrefour, pour sa part, a adopté la solution Critizr, d’abord chez Market mais aussi dans ses hypers. Le principe est similaire (les clients s’expriment sur le magasin), mais sans bons d’achat à gagner.

Source : lineaires.com

(Auteur : Loïc B)
Le Dandy Lab, n’est pas un magasin de vêtements comme les autres. Cette boutique en plein coeur de Londres est truffée de capteurs et d’objets connectés pour fournir aux acheteurs une nouvelle expérience de shopping, une façon « plus connectée » de faire ses achats.

Un magasin connecté à l’écoute des clients

Un magasin expérimental
Situé à Spitalfields, un quartier de Londres dans le district de Tower Hamlets, un magasin expérimental vient d’ouvrir ses portes : le Dandy Lab. Cette boutique à la particularité d’être « connecté ». Les concepteurs de ce « smart store » ont rempli leur magasin de capteurs et d’objets connectés afin d’offrir une expérience nouvelle et rafraichissante à leurs clients. «Nous voulons combler le fossé entre la technologie, la vente au détail et les clients», – Peter Ho Tsang Jeun, co-fondateur de The Dandy Lab.

Avec cette version numérique de service à la clientèle, Tsang estime que son entreprise représente «l’avenir du commerce de proximité ». Il explique que son projet repose sur quatre principes: le shopping, l’exposition de produits, la proximité avec les clients et une expérience personnalisée de la vente.

Cisco est un partenaire de la boutique. Il s’occupe notamment du réseau et de ses fonctionnalités de contrôle WiFi et routage pour assurer la sécurité des données récoltées. Le Dandy Lab n’est pas le seul à développer des magasins connectés. Carrefour a installé des Ibeacon dans 28 hypermarchés en Roumanie, tout comme Target qui a lancé sa technologie ibeacon dans 50 magasins.

Le client a toujours raison
Au départ, c’est une simple boutique qui vend des vêtements et chaussures pour hommes issus d’entreprises britanniques. La boutique est capable de recueillir des informations précises sur la façon dont les consommateurs agissent dans le magasin. Le comportement de tous les clients est analysé, de leur entrée à leur sortie. Bob Garland, de chez Cisco, a expliqué que le magasin n’est pas «figé» mais est en perpétuelle évolution. Le magasin est entièrement à l’écoute des clients. Tout l’écosystème de la boutique est modifiable, de la hausse ou la baisse de luminosité et de la climatisation à la couleur des vitrines, en passant par la musique diffusée dans la boutique. En plus d’analyser le comportement des clients, ceux-ci peuvent donner leur avis pour modifier ce qui ne leur plait pas dans leur expérience de shopping. Les données analysées pour transformer l’espace en temps réel servent aussi aux distributeurs qui peuvent voir en temps réel quels sont les habitudes et achats préférés des clients et ainsi être plus réactifs sur la gestion des stocks à commander.

«Les données sont utilisées pour apprendre ce que les clients veulent et créer le magasin parfait, car le client a toujours raison», – Julija Bainiaksina, co-fondateur de The Dandy Lab

Le magasin sera ouvert sur une version bêta, pendant sept mois. Il est prévu d’ouvrir le magasin définitivement par la suite si l’expérience est concluante.

Source : objetconnecte.com

(Auteur : Tong Wu)
Maintenant, on peut apprendre le chinois en faisant ses courses sur Tmall, la plate-forme d’e-commerce d’Alibaba.  

Apprendre le chinois en faisant ses courses sur Tmall

« I Shop Therefore I Learn » est un nouveau concept lancé par « Tmall Chinese Academy ». Les cinq principales catégories de  « formation » contiennent les rubriques Manger, Boire, Utiliser, Habiller et Spécialité. Le but est d’attirer les consommateurs étrangers résidant en Chine ainsi que les Chinois de la génération 1990 et 1995.

Apprendre le chinois en faisant ses courses sur Tmall1

Source : fr.fashionmag.com

(Author : Aurore Geraud)
IKEA is well-versed in running communication technology-based marketing campaigns. Now recently, with a view to further boosting follower engagement around the launch of its 2016 catalogue in Canada, the furniture retailer has linked up with Twitter, and has been installing temporary automatic distributors that enable consumers to obtain rewards.

IKEA ‘vending machines’ enable customers to tweet for prizes

Augmented reality, web series, blogs, online communities and more – Sweden-based furniture store IKEA seems to be making good use of all digital marketing and communication tools. In fact the line between online and offline is becoming rather blurred. Sure enough, the company has given the launch of its 2016 catalogue in Canada an extra tech-twist.  Starting on 20 August, visitors to IKEA stores in twelve cities in Canada have found some rather unusual ‘vending machines’ installed. At the push of a button, the visitor can obtain a PIN, which s/he can immediately tweet to @IKEACanada using the hashtag #GrabLifeByTheCatalogue (#MordezDansLaVieAPleinCatalogue for French-speaking Canadians). The automatic distributor then gives out rewards, including gift cards with a value of up to $250 for some lucky winners, food vouchers for IKEA restaurants and other prizes.

IKEA Canada President Stefan Sjöstrand points out that using social networks to reach Canadian consumers was the obvious thing to do since the company is already fully committed to the social networks and likes to communicate via social media.

In an interview with Marketing.ca he underlined: “We have 25 million visitors in our stores every year and this year we’ll reach 75 million visitors on the web. That means we need to transform ourselves from being a single retailer to become a true multi-channel retailer. [To do so], we must become more active on social media… to really engage and inspire the customer”.

Source : atelier.net

(Auteur : AFP-Relaxnews)
Le fabricant de chaussures a annoncé la distribution très prochaine de son premier catalogue de mode exclusivement dédié aux femmes.

New Balance va distribuer un catalogue dédié aux femmes

La société est actuellement en train d’imprimer les exemplaires de ce catalogue de 72 pages. Une proportion de 70 % de celui-ci sera consacrée aux vêtements de sport et de prêt à porter, et seulement 30 % pour les célèbres baskets.
L’habillement représente une partie très réduite des ventes de la compagnie bostonienne. Cette campagne de publicité via un catalogue vise précisément à l’améliorer.
Les lectrices pourront effectuer leur shopping en se servant de l’application « Blippar ». Ce catalogue 2.0 affichera de plus sur certaines pages des flashs codes permettant de débloquer des contenus inédits : des vidéos d’événements comme la New Balance Girls Night Out, des interviews de sportives ou encore des making-of.

La première édition sera imprimée à 1 million d’exemplaires, une seconde sortira en novembre, puis une troisième au début de l’hiver.

Source : fr.fashionmag.com

(Auteur :  Adrien Boussemart)
L’enseigne Tati vient de lancer son application mobile : ” Tati Mobile “. Son but ? Prolonger l’expérience de ses clients.

Tati lance son application mobile

Tati poursuit sa stratégie digitale. L’enseigne créée en 1948, vient de lancer sa première application mobile : ” Tati Mobile “. Après le lancement de son site Tati.fr en 2010, cette nouvelle application permet à la marque de passer d’une logique multicanale à une relation omnicanale avec ses clients. ” Tati mobile ” offre la possibilité aux clients d’accéder aux     15 000 références présentes sur Tati.fr. Aussi, au sein de cette interface, ils pourront se créer une wishlist (liste de mes envies) et la partager avec leurs amis sur les réseaux sociaux.

Cette nouvelle application permet également aux utilisateurs de retrouver les dernières offres et actualités de la marque, et de recevoir des promotions magasins ciblées en fonction de leur géolocalisation. De plus, les clients pourront suivre leur compte client à tout moment et consulter, en cas de possession de la carte de fidélité, leur historique d’achat, les offres en cours et leurs points de fidélité. Aussi, il sera possible pour les clients de présenter leur carte de fidélité dématérialisée via l’application et de scanner en magasin des articles pour connaître toutes les informations qu’ils souhaitent. A noter que l’application est gratuite et disponible sous Android et iOS.

Source : ecommercemag.fr

 

(Author : Brielle Jaekel)
As the first Macy’s Backstage stores open their doors, the new format is leveraging in-store mobile checkout options and consumer-generated social media in an attempt to ensure success.

Macy’s Backstage focuses on mobile to compete with discount retailers

The department store retailer is introducing mobile checkout options near its discount store dressing rooms to ensure convenient and speedy purchasing options, as well as free in-store Wi-Fi, charging stations and pushes to share merchandise on social media. The mobile integration is an effort to secure the future of the project, which many are saying is a chance to turnaround its declining revenue. “The mobile checkout available by our dressing rooms are to service the customer quickly who is looking to make a fast transaction,” said Elina Kazan, spokeswoman at Macy’s Backstage. “It is to create a seamless shopping experience where time and money are a commodity.”

Backstage pass
On September 2, Macy’s Backstage debuted three bricks-and-mortar stores in the New York City area, equipped with the mobile checkout technology and social call-to-actions. The concept pairs two of the hottest trends in retail – off-price stores that sell high-profile brands at a discount and mobile marketing – a strategy that could help it reach impulse buyers with location-based marketing. The Macy’s Backstage mobile checkout system is located directly near the fitting rooms, acting as an express purchase service for a quick departure. The easy option creates a less complicated shopping experience, decreases lines and generates positive brand sentiment. Sales associates will be equipped with the handheld devices and be able to quickly swipe customers’ cards without long lines and delays. The devices also offer up the mobility to travel around the store and assist customers wherever they are located.

“Retailers looking to launch mobile checkouts need to consider respecting the customer’s privacy and personal space,” said Perry Kramer, vice president and practice lead, Boston Retail Partners. “The fitting room area is perceived differently by different generations, cultures and geographic areas of the country and the store associates must be respectful of the consumer preferences.

“Additionally, there are special logistics of setting-up a work area for bagging garments, removing the dreaded security tag, and printing a receipt for those not wanting an e-mailed receipt,” he said. “This is a great opportunity to develop a smaller, customer-friendly engagement/bagging station and begin the slow death of the traditional larger checkouts.

“Many specialty retailers have started down this road and it is an opportunity for Macy’s Backstage to develop it and perfect it for use in some of the key areas inside the larger Macy’s stores. This is a unique opportunity to add the items to a customer staging area for each customers order as they shop and avoids the customer needing to carry around arms full of items or leaving them in the fitting room while they make multiple trips.”

The social media call-to-action is enticing users to share pictures of their Backstage merchandise and outfits, which will be featured on its aggregate site and various social media channels. Users snap a photo of their outfits and include the hashtag #MacysBackstage.

Wi-Fi availability within its locations and charging stations not only create a greater consumer connection, but also allow for more informed decision-making. Macy’s is offering a variety of discount clothing, and shoppers will be able to easily ensure via mobile that it is the cheapest price.

According to reports from Forbes and Fortune, Macy’s has experinced declining sales within that last two quarters and TJ Maxx has dethroned the department store chain. Macy’s has found a way to get in on the trend of discount retail, as markdown retailers increasingly gaining traction. Macy’s Backstage will open in three more locations by this fall.

Fitting room finance
The fitting room is shaping up as the next frontier in the mobile transformation of in-store experiences, with Macy’s currently testing a program in one store and other retailers exploring similar strategies.  Dressing rooms are the key location in making a decision in the shopping process, and Macy’s is keen on leveraging this with mobile options. Implementing the mobile checkout around these areas can increase impulse sales.

“Bargain hunting for designer deals is fun and Macy’s Backstage sets the stage for an exciting in store experience where shoppers will find great fashion at a great price,” Ms. Kazan said. “We encourage shoppers to share their great finds with friends as we know many customers love to already.”

Source : mobilecommercedaily.com

(Auteur : Jean-Yves Bourgeois)
Le Groupe L’Occitane a publié ses chiffres en juin dernier. Des chiffres excellents avec un chiffre d’affaires de près de 1,2 milliard d’euros, en progression de près de 12 % par rapport à l’exercice précédent. «  La croissance, note le communiqué, a été principalement générée par la Chine, le Japon, Hong Kong et la Russie.  » À noter la croissance de plus de 31 % des ventes en ligne. Enfin la marge opérationnelle a presque atteint les 14 %, à comparer aux 12,6 % de l’exercice précédent. Des chiffres qui ne peuvent que satisfaire Reinold Geiger, propriétaire/CEO et surtout principal artisan de la réussite d’un groupe qu’il a repris en 1992. Explications par l’intéressé lui-même.

L’Occitane, une année charnière

Une histoire extraordinaire ! N’est-ce pas ?

Reinold Geiger - C’est vrai ! Elle est extraordinaire ! Mais elle est et reste le résultat d’un fantastique travail en commun avec les 8000 employés que compte aujourd’hui le Groupe et grâce à un réseau de distribution de près de 3000 boutiques réparties dans 90 pays. Comme toutes les belles histoires, elle commence par une rencontre, celle d’Olivier Baussan. Cette rencontre a lieu en 1992. Quelques années auparavant, Olivier, étudiant en lettres de 23 ans, distillait des huiles essentielles à partir des plantes provençales : le romarin, le cade, la lavande et l’olivier. Il vendait ensuite ses créations sur les marchés. En 1976, il s’associe au chimiste Yves Millou et crée la marque « L’Occitane ». En 1977, « Le Relais Occitane », premier magasin de la marque, ouvre à Manosque dans le département des Alpes-de-Haute-Provence. En 1981, la première usine « L’Occitane » est ouverte en Provence à Volx. En 1992, est inaugurée la première boutique parisienne‪. Or, cette même année, le capital de l’entreprise s’ouvre. J’investis d’abord en 1994 puis en 1996 dans cette société qui, il faut le rappeler était au bord de la faillite. En 1996 et 1997, nous ouvrons nos premières boutiques à New York, Hong Kong puis à Tokyo. Puis nous développons le réseau en France et à l’international. ‬

Qu’est ce qui fait au départ l’originalité de l’Occitane ?

Reinold Geiger - La force des marques du Groupe, c’est de s’attacher à élaborer des formules cosmétiques efficaces à partir d’ingrédients d’origine naturelle. Chaque année, les équipes R&D partagent cette ambition en respectant les valeurs de la marque. Depuis le sourcing des ingrédients végétaux, en passant par l’extraction et la caractérisation des molécules actives, jusqu’aux tests d’efficacité sur la peau, les équipes R&D du Groupe travaillent en parfaite synergie pour offrir le meilleur des plantes et la garantie d’une qualité et traçabilité optimales (depuis le lieu de récolte jusqu’au produit fini).

Pionniers en cosmétique naturelle, nos laboratoires ont lancé dès 2009 un programme en cosmétogénomique afin de démontrer et valider l’efficacité des actifs au cœur des cellules. Avec un pôle développement d’une capacité d’innovation de plus de 400 formules par an, nous sommes reconnus pour notre expertise dans le soin. Notre équipe compte plus de 100 chercheurs spécialisés dans 20 disciplines scientifiques différentes qui travaillent au développement des nouvelles formules qui font régulièrement l’objet de dépôt de brevets prouvant l’efficacité des principes actifs naturels.

L’innovation est au cœur de votre stratégie…

Reinold Geiger – Ainsi tous les ans près de 20 millions d’euros sont consacrés à notre centre de recherche qui se déploie sur plus de 2 500m2. Notre investissement en recherche et développement a progressé au cours des dernières années à un rythme deux fois plus élevé que le chiffre d’affaire du Groupe, marquant ainsi notre engagement pour la recherche et l’innovation. Le centre dispose de 10 laboratoires : biologie moléculaire et cellulaire, chimie analytique, extraction des plantes, microbiologie, analyse sensorielle, évaluation clinique et trois laboratoires de formulation (prospective, soins pour la peau et hygiène corporelle). Dans l’ensemble du Groupe, nous avons investi sur le plan industriel plus de 120 millions d’euros au cours de ces deux dernières années.

Les résultats de cette année sont particulièrement bons !

Reinold Geiger – Nous sommes très heureux de pouvoir annoncer une croissance remarquable pour cette l’année, soutenue par notre engagement constant à trouver le juste équilibre entre croissance du chiffre d’affaires et investissements. Nous allons poursuivre notre stratégie d’entreprise axée sur une croissance durable avec une efficacité accrue. La culture évolutive et la capacité d’innovation de L’Occitane nous permettent de conserver cette adaptabilité et cette attractivité sur un marché de la consommation mondial en constante évolution. Pour l’avenir, les perspectives macro-économiques mondiales pourraient rester incertaines, avec en particulier une volatilité des devises. Afin d’améliorer un peu plus la notoriété de la marque L’Occitane sur les marchés mondiaux dans l’environnement incertain et en constante évolution du commerce de détail, nous prévoyons de mettre en place un programme marketing qui sera lancé lors de la prochaine année financière. Nous sommes convaincus qu’une approche ciblée et cohérente visant à préparer notre Groupe aux échéances futures, conjointement à une politique permettant de valoriser la gestion sur une base qui soit en phase avec un rendement durable à long terme, stimulera la croissance et génèrera une valeur durable à l’avantage des actionnaires.

Source : premiumbeautynews.com

(Auteur : Sihem Fekih)
Moins de produits, un meilleur affichage et une nouvelle application mobile en déploiement… Voilà le nouveau projet de la chaîne de restauration rapide McDonald’s aux États-Unis pour améliorer l’expérience de ses clients et renforcer sa stratégie commerciale.

McDonald's veut améliorer l'expérience client dans ses restaurants américains

La chaîne de restauration rapide McDonald’s veut revoir sa stratégie commerciale en améliorant l’expérience de ses clients. C’est en tout cas ce qu’a promis le P-dg de la société américaine, Steve Easterbrook, lors de la publication des derniers résultats financiers en juillet dernier.

” Nous avons réduit le nombre de produits offerts dans nos restaurants afin d’améliorer la qualité de service de nos équipes, a-t-il déclaré. Nous travaillons une meilleure productivité de nos services drive-in en simplifiant l’affichage de nos menus. Nous avons retiré un tiers des articles proposés dans les McDrive et concentré nos efforts de présentation sur les produits qui représentent 80% de nos ventes. Nous sommes également en train de former nos équipes sur de nouvelles procédures opérationnelles dans la moitié de nos restaurants. Enfin, nous allons augmenter le nombre de voies d’accès aux McDrive afin de supporter les pics de fréquentation “.

Début août, la chaîne de fast food a lancé une application mobile baptisée McDonald’s Mobile, réservée pour le moment à ses clients situés à San Diego. L’application embarque des fonctionnalités suivantes : la géolocalisation des restaurants, la liste des menus offerts, les informations nutritionnelles sur les produits, la consultation des promotions et réductions, et l’accès à un programme de fidélité sur les boissons achetées dans les McCafé. L’application McDonald’s Mobile devrait se déployer au niveau national courant octobre.

Source : relationclientmag.f