(Author : Brielle Jaekel)
Forever 21 is attempting to drive in-store sales through social media by sharing a digital coupon with Twitter followers, who can redeem the discount at bricks-and-mortar locations by scanning their mobile screens.

Forever 21 drives in-store sales with convenient scannable Twitter coupon

As customers become more comfortable with scanning bar codes on mobile devices, more retailers are taking to mobile to share discounts and coupons in a more convenient manner. Forever 21 is attempting to clear out the last of a collection through a one-day coupon on Twitter, which users can redeem for a 21 percent off discount.

“Forever 21 using Twitter for bar code coupons is a smart move to entice its 2.2-plus million followers to go into one of its locations to purchase the item,” said Marci Troutman, CEO of SiteMinis. “If the deal is enticing enough, the process will drive foot traffic to the stores versus the usual millennial process of using a coupon code online to have the purchase shipped.”

Mobile scanning
Twitter users who follow Forever 21 were treated to an in-store discount yesterday through a mobile coupon on the social media platform. The retailer is attempting to clear out the rest of its festival collection and is hoping to entice fans to visit its locations to grab the rest of it with a discounted price.

The tweet, reading “last chance to get your fave festival styles, enjoy 21 percent off,” prompts users to find their nearest location to redeem the scannable social media coupon. Shoppers can receive 21 percent off on purchases of $50 or more. The mobile coupon push is cognizant of users’ current comfort with mobile scanning. Many mobile users in the past were not as comfortable with the technology, but as more and more benefits arise, more consumers are adapting to the experience.

It is almost imperative now that retailers incorporate a mobile redemption policy with coupons and discounts. Forever 21 is taking the convenience factor higher by sharing it on social media, eliminating the need for users to download or save the coupon.

Forever 21 and spring
The retailer has been heavily promoting its festival collection leading up to and during the spring season. Forever 21 weaved social media platforms together for a comprehensive campaign to appeal to the music festival fans, also integrating with a shop devoted to what to wear as an attendee on its mobilized site.

Forever 21 also previously launched its first Android shopping application, offering features such as horizontal swiping to move between products, Scan & Shop, one-page checkout and social integration.

“One clear reason to drive its customers to the bricks-and-mortar locations is to allow them to touch, feel and browse the spring/summer line in real time to push the ‘impulse buy’ buttons that are easier to enable when the products are live and in person vs. a cart online that can be saved and possibly abandoned as an afterthought,” Ms. Troutman said.

Source : mobilecommercedaily.com

(Author : retail design blog)
As Chanel’s original boutique on P.C. Hooftstraat – Amsterdam’s golden mile of luxury shopping – is being extensively renovated, the iconic French fashion house has temporarily relocated to rather spectacular new premises further down the road.

Chanel store, Amsterdam

The building, aptly called Crystal Houses, is conceptualized by acclaimed Dutch architecture practice MVRDV, and developed and constructed by an international consortium that includes Delft University of Technology, Gietermans & van Dijk Architects and Vetreria Resanese’s poesia division. The project not only represents a mean architectural feat, but also marks the arrival of the purpose-built luxury flagship store – a longtime phenomenon elsewhere – in the Dutch capital.

Chanel store, Amsterdam1

The Chanel boutique occupies the lower floors of the building, measuring a spacious 620 sqm, while the top floor remains residential. The structure features a striking gradient glass façade that incorporates extensive technical research and architectural innovations, and arguably the most challenging one being to find a way to cement the bricks together without the need for traditional mortar. Interestingly, advanced strength tests have proven that the many innovations have resulted in a glass façade that’s in many ways stronger than concrete, and has set a clear precedent for new projects as audacious as this one.

This innovative transparency also led to a complete overhaul of the building’s energy supply infrastructure, and the design team jumped to the occasion, using renewable sources. As such, the entire structure was designed around a ground source heat pump and pipes leading up to 170 metres underground, allowing for an optimal indoor climate throughout the year. The Chanel boutique carries the brand’s full range of ready-to-wear, shoes, accessories and watches, and although it’s scheduled to return to its revamped original premises in the course of next year, we can see the brand settle here permanently.

Source : retaildesignblog.net

(Auteur : Benjamin Adler)
Avant la fin du printemps, Staples, le géant mondial des fournitures de bureau, va proposer une nouvelle expérience à ses clients : un espace de coworking pour y travailler toute la journée.

Coworking, travailler dans un magasin qui vend des bureaux

Depuis dix ans, les espaces de coworking inspirent les grandes entreprises dans leur conception du travail. Fondés sur les rapports humains et la création d’opportunités business, vont-ils rendre le modèle du bureau classique obsolète ? Le mois dernier, à Paris, pendant la Social Workplace Conference, INfluencia discutait du phénomène avec Anthony Gutman, co-organisateur et co-fondateur du REMIX Coworking. Tendance développée au rythme de la croissance historique de la Gig Economy, le partage par des freelance d’un espace commun de travail constitue également un levier marketing pour les magasins des grands distributeurs face à l’ogre e-commerce.

L’avènement de l’achat online oblige désormais le commerce physique à lutter par l’expérience. Celle que le digital est incapable de proposer. A chacun ses armes et quand les deux anciens ennemis réconciliés ne sont pas complémentaires, le magasin tire sur une ficelle encore extensible : la combinaison du shopping et du lifestyle pour ramener le consommateur à la déambulation oisive, curieuse ou ludique. L’attrait peut aussi être professionnel, surtout quand les produits et services mis à disposition du client sont avant tout pour son travail. Staples surfe sur l’écume de la vague en proposant bientôt de ces espaces dans plusieurs de ses magasins.

Comment convaincre des indépendants, des start-up et des petites entreprises d’acheter ses fournitures et accessoires de bureau dans ses rayons ? Permettez-lui d’y optimiser son temps de boulot dans un espace de coworking haut de gamme et a priori il n’ira pas ailleurs. C’est le raisonnement que fait Staples en annonçant un partenariat original avec le réseau Workbar. Avant la fin de l’été, le premier détaillant mondial de produits de bureau transformera une partie de trois de ses magasins de la banlieue de Boston en open space de 230 à 330 m2 qui pourra être partagé par 45 à 50 personnes.

Renforcer le sentiment de communauté
Accessible grâce à un abonnement hebdomadaire et mensuel, chacun des trois espaces proposera notamment des salles de conférences et de conversation téléphonique ainsi que des imprimantes en plus du classique combo Wifi-Café. Le tout dans un lieu au design aussi chiadé que ceux du géant nord-américain, WeWork. « Nous sommes très enthousiastes à l’idée de proposer aux professionnels un environnement productif de travail au sein même de nos magasins. Avec Workbar nous renforçons le sentiment d’appartenance communautaire et d’opportunités de networking. Ces espaces seront un parfait complément de nos services et produits déjà existants. Notre client n’aura plus besoin de bouger, il aura tout à la fois chez nous et pourra y passer une journée de travail efficace », commente Peter Scala, executive vice president merchandising de Staples.

« Notre approche du coworking est différente. Puisque le travailleur mobile n’est pas qu’un segment démographique en pleine croissance dans le coeur des villes, nous construisons des réseaux qui relient les centres urbains avec ses banlieues. Avec ses horaires, ses localisations et ses parkings, Staples est un partenaire idéal », explique Bill Jacobson, CEO et co-fondateur de Workbar.

En plus des trois premiers espaces ouverts au printemps, le partenariat a déjà prévu d’autres emplacements avant la fin 2016. L’initiative s’inscrit dans un contexte propice. L’air du temps est à la liberté professionnelle. Pour rappeler que dans freelance, il y a le mot free, certains programmes de coworking jouent à fond la carte du “où je veux, quand je veux“. Comme Hackers Paradise qui emmène, chaque mois, à l’aventure dans un nouveau pays des ingénieurs informatiques de Remote Year pour casser leur environnement de travail. Ou comme Outsite, qui organise la vie professionnelle en communauté dans des maisons en bord de mer, aux Etats-Unis.

Mieux encore avec Coboat, un catamaran qui déplace le curseur « kiff » du boulot en groupe vers de nouvelles frontières. Depuis avril 2015, l’agence média Artist Media Agency nourrit un projet encore plus avant-gardiste : racheter un village abandonné en Espagne pour le rénover en un espace de travail commun et permanent occupé par 150 artistes, développeurs et scientifiques indépendants. Et donc libres de travailler où bon leur semble.

Source : influencia.net

Lorenzo Bertagnolo shares about his interest in Chatbots,and comments on Tacobot, the last Taco Bell’s initiative based on this very technology.

Taco Bell boosts mobile ordering with chatbot commerce on Slack

In the latest sign that chatbot-enabled mcommerce is quickly ramping up, Taco Bell is testing a new Slack interface, called TacoBot, that enables users to order food directly within the messaging platform. Read more


I found this article very interesting because it is one of the first commercial developments lined to the revolution that is happening on chat platforms, chatbots .
Instant messaging are in the process of transforming in super- platforms where conversational robots help achieve any task with a major impact on trade for the future.
Bots strated a week ago on Facebook Messenger and Facebook Mark Zuckerberg , launching this new feature, said ” It should be as easy to interact with a company than with a friend.”
It seems clear that chat apps will become the new browsers and bots will be the new websites. Some do not hesitate to affirm that this is the beginning of a new Internet .
A fascinating subject that we must follow closely. Lorenzo Bertagnolio


Source : Altavia Watch

Lorenzo  Bertagnolio nous dévoile son dernier coup de coeur pour les Chatbots et commente l’initiative de l’enseigne Taco Bell sur ce sujet.   

Taco Bell boosts mobile ordering with chatbot commerce on Slack

In the latest sign that chatbot-enabled mcommerce is quickly ramping up, Taco Bell is testing a new Slack interface, called TacoBot, that enables users to order food directly within the messaging platform. read more


J’ai trouvé cet article très intéressant, c’est un des premiers développements de commerce qui profite de cette révolution qui est en train de se produire sur les plateformes de chat, les chatbots.

Les messageries instantanées sont en train de se transformer en super-plateformes où des robots conversationnels aident les clients à réaliser tout type de tâches. C’est très certainement un impact majeur sur le commerce du futur.

Il y a une semaine les bots ont débarqué sur la messagerie de Facebook et Mark Zuckerberg, en lançant cette nouvelle fonctionnalité, a déclaré  « Il doit être aussi facile de dialoguer avec une entreprise qu’avec un ami ».

Il semble évident que les applis de Chat vont devenir les nouveaux navigateurs et que les bots seront les nouveaux sites Web. Certains n’hésitent pas à affirmer qu’il s’agit du commencement d’un nouvel Internet. Un sujet passionnant que nous ne manquerons pas de suivre de près. Lorenzo  Bertagnolio


Source : Altavia Watch

(Auteur : Sarah Ahssen)
L’Oréal Paris continue à s’intéresser de près aux jeunes talents d’Internet. Après avoir choisi en octobre dernier la blogueuse Kristina Bazan comme porte-parole et égérie, la marque de cosmétiques noue un partenariat avec YouTube et lance le BeautyTube, présenté comme une école destinée à « former les YouTubeurs beauté de demain ». 

L’Oréal Paris lance avec YouTube sa formation BeautyTube

« Avec la Beauty Academy, YouTube et L’Oréal Paris créent un programme de formation pour accompagner les nouveaux talents dans l’expression de leur vision de la beauté et innover dans la qualité des contenus disponibles sur YouTube », explique Delphine Buchotte, la directrice communication et digital de L’Oréal Paris France.

La marque va donc dénicher sur YouTube dix talents qui pendant plusieurs mois seront formés et accompagnés dans la production de vidéos, la gestion de leurs chaînes YouTube et le développement de leur expertise beauté. YouTube les accompagnera sur la formation technique, mais aussi dans la gestion de leur audience, alors que L’Oréal Paris assurera la formation beauté.

« Cette formation se déroulera au YouTube Space, un espace exclusivement dédié aux créateurs au coeur de Paris dans lequel les YouTubeurs auront accès aux toutes dernières innovations technologiques », indique la marque. Ce projet fera par ailleurs l’objet d’une Websérie disponible à partir du mois de juin toutes les semaines sur la chaîne YouTube L’Oréal Paris France. Enfin, à la fin de leur formation, les dix talents qui recevront un diplôme BeautyTube devront identifier et recruter une classe de dix talents dont ils « deviendront les mentors pour la deuxième phase de cours ».

Ce projet ne doit rien au hasard puisque, selon les dernières études, dont l’une du cabinet conseil en stratégie digitale Factory NPA, en France les plus grands YouTubeurs beauté et mode cumulent sur leurs réseaux sociaux plus d’audience que ceux des principaux médias féminins traditionnels. Ils sont donc devenus des vecteurs de communication incontournables pour les marques.

Source : fr.fashionmag.com

(Auteur : Bertrand Leseigneur)
Lors du dernier salon NRF à New York, de nombreux stands mettaient en avant l’importance de l’essayage en magasin afin de procéder à un achat. 70% des clients qui essayent, achètent le produit. Nike a donc décidé dans son magasin Niketown de New York de pousser ses clients à essayer.

Nike réinvente l’art d’essayer

Pour le lancement de sa nouvelle Nike Flyknit, la marque américaine vous propose l’essayage….durant votre visite du magasin. Abandonnez vos chaussures quelques minutes et essayez les dernières Nike durant votre shopping sur les 5 étages du magasin. Vos chaussures sont stockées dans des sacs pendant que vous pouvez arpenter l’énorme magasin et tester les chaussures en situation. On ne sait pas si les chaussures sont équipées de puces RFID pour s’assurer que vous ne partirez pas avec en laissant vos vieilles chaussures en échange, vous recevez juste un ticket pour récupérer vos chaussures après le test.

Source : soparticular.com

(Author : Obi Anyanwu)
Timberland announced Tuesday the opening of a new specialty store at Bellevue Square in Seattle. The new store is slated to open on April 22.

Timberland to open specialty store in Seattle

The 2,900-square-foot Bellevue Square store carries the outdoor brand’s rugged-to-refined footwear, apparel and accessories collections, and it features signature elements like a “boot wall” and new central “social hub” where customers can learn about how to care for their products post-purchase, receive lace customization and engage with product through interactive presentations.
The interior store design reflects the company’s commitment to sustainability with reclaimed wood and industrial machinery used for table bases; recycled ceramic tiles; FSC-certified woods; reduced-wattage LED lighting; Energy Star-eligible equipment and appliances; low volatile organic compound (VOC) paints; and water-conserving plumbing fixtures.

The outdoor brand’s spring 2016 collection, which is inspired by life near the water, will be available in store in addition to an exclusive Seattle-inspired t-shirt designed to mark the occasion.

“Seattle and its neighboring communities, like Bellevue, epitomize the Modern Trail. It’s an impressive blend of city streets, quaint neighborhoods and lush forests perfect for exploration and adventure,” explained Kate Kibler, vice president of direct to consumer, Timberland.

“Consumers here need the versatility and adaptability in their head-to-toe looks to take on their day, without sacrificing in the style department, and that’s where we come in. We’re incredibly excited to open the doors to the new store to serve our customers, but also to become a part of their active community.”

Source : us.fashionmag.com

(Auteur : Philippe Beaulieu)
Bureau Vallée, la franchise référente dans le domaine de la distribution de papeterie (270 magasins en France et à l’international), a inauguré, le 13 avril, son second Beev’up aux Clayes-sous-Bois, dans les Yvelines.

Bureau Vallée teste une offre de co-working

Il s’agit d’un nouveau concept, alliant un magasin Bureau Vallée classique avec un large choix de produits à prix discount (fournitures de bureau, fournitures scolaires, papeterie, cartouches d’encre, accessoires de mobilité et produits high tech, etc.) et un espace de travail et de réunion (avec location de bureaux, salles de réunion, cafétéria et coin-détente).

Ateliers, conférences, animations-découverte de produits innovants et autres : leBeev’up peut ainsi accueillir toutes sortes de manifestations. Il a été pensé pour les professionnels nomades qui veulent rester connectés, et pour tous ceux qui ne veulent pas rester isolés chez eux. Il est équipé d’une connexion THD, du wifi, d’un vidéoprojecteur, d’un outil de visioconférence avec également la possibilité de se faire prêter du matériel.

Ces bureaux à la demande disposent également d’une cuisine équipée d’un four à micro-ondes et d’un distributeur automatique de boissons. Beev’up a également noué un partenariat avec Ethic & Food qui propose des formules “bio” adaptées aux différents moments de la journée. La formule “plat + dessert + eau minérale” démarre ainsi à 5,90 euros.

Bureau Vallée ne précise pas encore si ce concept est appelé à être dupliqué dans les magasins disposant de la superficie suffisante et implantés dans une zone où existe une demande. Mais il est certain que l’ouverture d’une seconde unité est un pas dans ce sens.

Source : franchise-magazine.com