(Author : Inside Retail Hong Kong)
Dunkin’ Donuts US has unveiled its next generation concept store – in the city where it opened its very first outlet 68 years ago.

Dunkin’ Donuts US unveils future concept store

The new store, in Quincy, Massachusetts, features what the brand describes as “a modern atmosphere” and new and innovative technologies and design elements – including the first drive-thru exclusively for mobile ordering.

The “On-the-Go drive-thru lane” allows members of the Dunkin’ Donuts loyalty program DD Perks who order ahead via a mobile app to bypass the ordering lane and merge straight into the line for the pickup window. The interior design uses lighter colored materials, an open layout and natural light to create an approachable, positive and energetic environment. And a new tap system has been designed to pour eight types of cold beverages such as coffees, iced teas, cold brew coffee and nitro-infused cold-brew coffee.

Later this year, Dunkin’ Donuts will introduce digital kiosks allowing customers to order with or without the help of a staff member, while a mobile pick-up area will allow DD Perks members to order ahead via an app, reducing the time waiting in-store. New uniforms are also revealed in the Quincy store, including headwear designed in partnership with lifestyle brand Life is Good. Staff t-shirts feature slogans such as “Fuelled by Positive Energy,” and “Drink Coffee. Be Awesome”.

The new 2200sqft Quincy stores is located about 1.6km from the original Dunkin’ Donuts US location and is the first of 30 or more new and remodelled Dunkin’ Donuts US restaurants that will test variations of the new design this year.

The final Dunkin’ Donuts store design will be unveiled once testing is complete. The Quincy store is also one of a select number of restaurants testing new signage that refers to the brand simply as “Dunkin’.”

“The launch of our next generation concept store marks one of the most important moments in Dunkin’ Donuts’ growth as an on-the-go, beverage-led brand,” said Dave Hoffmann, president of Dunkin’ Donuts US and Canada. “We have worked closely with our franchisee community to create a positive, energetic atmosphere for our guests that remains true to our heritage, while emphasising and enhancing the unparalleled convenience, digital innovation and restaurant excellence that distinguishes Dunkin’. We are thrilled to begin the New Year with such an exciting milestone for our brand, and look forward to rolling out Dunkin’ Donuts’ store of the future to our guests in all of our communities.”

Source : insideretail.hk

(Auteur : Pauline Neerman)
Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

Fair & Gut, intermédiaire entre l’ordinaire et le bio
Une partie de l’assortiment de viande fraîche d’Aldi (tant Nord que Süd) affichera désormais le label Fair & Gut, une appellation qui fait référence à la fois au commerce équitable et au bon traitement des animaux, expliquent les deux enseignes dans un communiqué de presse commun. Au travers de ce label le groupe discount veut témoigner de sa responsabilité sociétale et de son engagement pour le bien-être animal.

Aux dires d’Aldi, ce label Fair & Gut réunira les critères de divers labels pour le bien-être animal et surpassera même les normes imposées. Depuis le 15 janvier les six premiers produits de volaille affichant le label sont disponibles dans le sud de la Bavière, à Hambourg et Berlin. Le label exige notamment qu’il ait de la paille dans les étables, que les animaux disposent de suffisamment de place et aient accès à l’air libre et que l’alimentation des animaux ne soit pas génétiquement modifiée. Selon Aldi, son label se situe entre la catégorie de produits traditionnels et celle des produits bios, tant au niveau du prix qu’au niveau de critères exigés.

Demande croissante de transparence et de produits respectueux de l’animal
Tout d’abord le nouveau label répond aux critères imposés aux éleveurs de volaille par le label existant ‘Für Mehr Tierschutz’ (traduction : pour plus de bien-être animal) de la ligue allemande de protection des animaux. Le respect de ces critères est régulièrement contrôlé par des externes indépendants. A l’avenir Aldi souhaite étendre ces critères, tout comme l’assortiment auquel s’applique le label Fait & Gut. Le groupe pense notamment à des conditions telles qu’un environnement alterné et un temps de croissance plus long pour les animaux.

« Nous constatons une demande accrue de produits issus d’un élevage respectueux de l’animal et un besoin de transparence concernant l’origine des aliments », explique Rayk Mende, manager durabilité chez Aldi Nord. « Avec notre label ‘Fair & Gut’nous tenons à cœur de soutenir les agriculteurs qui investissent dans l’amélioration des conditions d’élevage. » En pratiquant un niveau de prix plus élevé pour son label, Aldi souhaite permettre aux agriculteurs de faire les investissements nécessaires, par exemple pour agrandir ou construire des étables plus grandes  et étendre les zones de libre parcours.

Source : retaildetail.be

(Auteur : Bertrand Leseigneur)
La marque MINI (qui fait partie du groupe BMW) a financé la transformation d’un entrepôt du quartier de Greenpoint à Brooklyn en un lieu mêlant espace de travail collaboratif et créatif pour les designers, un restaurant et un magasin d’objets design. Le lieu se veut impressionnant au niveau architectural avec notamment une très belle structure en verre qui permet de voir les toits de Brooklyn et de Manhattan. Son nom : A/D/O pour Almalgamated Drawing Service.

Révélez vos talent de designer chez BMW!

Pour Nathan Pinsley, directeur général d’A/D/O « notre objectif est d’être un catalyseur pour un travail nouveau et pertinent. Un design significatif nécessite un échange et une stimulation et nous avons construit une place entièrement à cet effet. » L’espace n’a pas d’autres ambitions que d’être un lieu dans lequel les designers vont pouvoir imaginer des objets ou des outils qui vont révolutionner le monde comme… la Mini ! Et de rappeler que ce modèle était une voiture plus petite et nécessitant moins d’essence, qui cassait donc à l’époque les modèles établis.

Sur 2 000 m2, les concepteurs/designers et le public peuvent se rencontrer et partager leurs idées autour notamment d’un agenda événementiel très riche sur l’art, la mode et le design bien sûr. L’espace est structuré autour d’un restaurant accessible au public, d’un open space central qui permet à tout à chacun de venir travailler librement et de magnifiques terrasses extérieures, toutes décorées par des artistes locaux. Seuls les designers et créateurs à temps plein ou à temps partiel, paient un loyer ($600 par mois au minimum). Le lieu est ainsi propice aux rencontres et aux discussions entre designers ou personnes intéressées par le design web ou le design d’objets physiques. A l’arrière du bâtiment, un studio et un atelier de 24 places permettent de passer rapidement de l’innovation aux phases de prototypages avec des outils comme un établi pour travailler le bois ou des imprimantes 3D. L’espace accueille également un accélérateur de startups Urban-X. Son but : transformer la ville en une plateforme de services.

Voir New York et Brooklyn au travers du « Périscope-Kaléidoscope »
L’une des créations artistiques les plus remarquables du lieu est une protubérance en forme de prisme sur le toit. Toutes les facettes de cette installation réfléchissent la lumière dans l’espace en-dessous et offre aux visiteurs des vues fragmentées des bâtiments de Brooklyn et de Manhattan simultanément, à la manière du Kaléidoscope de notre enfance.

Visiter le magasin
Venez découvrir une sélection de gadgets, d’objets et de meubles sélectionnés par des architectes et designers partenaires de A/D/O mais aussi les objets créés par les designers membres d’A/D/O. De la musique à la lumière en passant par des jardins suspendus, le magasin propose une large gamme de produits tous plus magnifiques les uns que les autres.

Travailler tranquillement
L’un des énormes avantages d’A/D/O est de pouvoir venir à toute heure de la journée pour s’installer et travailler…gratuitement pour le grand public. L’ambiance y est studieuse et vous pourrez travailler dans un environnement au design simple et inspirant.

Réserver son propre bureau
Vous pouvez aussi réserver votre propre bureau dans l’espace Urban-X. En devenant membre de A/D/O vous bénéficiez de nombreux avantages, notamment de la mise à disposition d’outils qui vous permettront de faire vos propres créations comme les imprimantes 3D.

Vos concepts passeront donc de votre imaginaire à la réalité, avec un budget contrôlé. La location de bureau débute en effet à $600 par mois. Autre avantage, avoir la possibilité de vendre vos produits au sein du magasin. Vous serez aussi mis en avant dans le blog et la newsletter d’A/D/O.

Se cultiver. Échanger
A/D/O est aussi et surtout un lieu d’expositions, d’échanges et de culture. Toutes les semaines des conférences sur le design sont proposées pour le public et les membres d’A/D/O. Le moyen parfait de développer une relation entre l’art, le design et l’entreprise.

Source : echangeur.fr

(Author : Laura McQuarrie)
Kroger has plans to overhaul the way consumers shop for in-store goods by introducing ‘Kroger Edge’ technology. This system will replace paper price tags with digital displays that offer a range of dynamic content, including everything from pricing and nutritional information to video ads and coupons.

'Kroger Edge' Technology Communicates with a Shopper's Smartphone

As the price tags will be completely digital, the displayed content has the ability to be changed with ease without much manual effort. Kroger’s new technology is being introduced to just under 200 stores, offering a look at the future of shopping. Beyond just communicating information in a seamless way, these digital displays will ultimately be able to connect with consumers by calling attention to items on their shopping lists. The digital shelf labels may also be used in the future to spotlight products that match a consumer’s dietary preferences.

Source : trendhunter.com

(Auteur : Gredy Raffin)
Après Peugeot, Citroën s’apprête à adopter une carte de fidélité virtuelle d’un genre nouveau. Elle est à l’essai durant le premier semestre.

Citroën pilote sa Carte Exclusive

Dans le réseau Citroën, l’heure est à la fidélisation de la clientèle. La marque mesure actuellement la pertinence d’une carte de fidélité virtuelle, inspirée de celle introduite précédemment chez Peugeot. En cas de succès du pilote, elle devrait faire son apparition officielle au cours du premier semestre, a fait savoir Stéphane Salomon, le responsable du marketing CRM & digital de Citroën France, dans la prochaine édition du Journal de l’Automobile.

Du nom de Carte Citroën Exclusive et accessible sous forme d’application mobile, elle est motivée par la “volonté de créer du lien entre le client et l’après-vente“, selon Stéphane Salomon. Pour ce faire, la marque s’en sert comme d’un canal de diffusion de coupons, valables à l’après-vente, en priorité. Les clients obtiennent des offres ciblées, en fonction des besoins de la marque ou du concessionnaire. Les véhicules et les accessoires pourraient également être concernés par la suite.

En trois ans d’exploitation du Pass Peugeot, la marque au lion a multiplié par 2,5 ses prises de rendez-vous et augmenté de 30% le montant moyen de ses paniers, selon les chiffres officiels. Des statistiques en partie dues aux taux d’ouvertures des messages. Ils sont supérieurs à 30% pour 5% de clics. En temps normal, les marques ne dépassent que rarement les 20%.

Source : journalauto.com

(Autors : malls .com)
New shopping mall, located in the north of Istanbul, celebrating its grand opening this month.

Vadistanbul Mall Opens In Turkey

Vadistanbul AVM is one of the largest shopping malls in Turkey; it has a leasable area of 103 thousand m². The project opened its doors in September of 2017, as is a joint venture between Artaş, Invest Joint Venture, and Evyap, who are among the most prominent firms in the construction sector, an interior design created by Benoy.

Set to be a favorite address for shopping, with one of the highest retail footfalls in Istanbul, the scheme has been designed with the “dynamics of the 4th generation shopping mall” in mind. Combining leading fashion brands housed within 270 stores, ambitious gastronomic restaurants, cafes, Magic World Entertainment Center, all amenities maximise on the unique natural scenery, to heighten the shopping experience.

Vadistanbul Mall, which embraces the beauty of nature even in its closed areas, has all the possibilities of spacious and comfortable shopping with its transparent and breathable imitation. With the Hayal Ortağım project, the modern and sensitive architecture specially designed for the handicapped as well as the carefully planned landscaping, sound, light, and water The 2000m2 giant show pool will make a difference with shopping malls and high technology.

Vadistanbul shopping center is a unique experiment with 760 meters long shopping mall. From the Galeries Lafayette to the Vakko Patisserie, from the Galliard to the Serafina, from the Michelle Brasserie to the Huqqabaz, you will have the pleasure of shopping in the open-air shopping streets of Istanbul with famous world-famous brands, shops, bistros, restaurants, and cafes. The shopping center, which will be the newest eating and drinking center of Istanbul with its distinguished tastes, will have the comfort not to look at the famous shopping streets in the world and will also host the French fashion giant Galeries Lafayette.

Vadistanbul Cinemaximum has the latest cinema technology in the world with its Gold Class and Screen X lounges. The Gold Lounge offers maximum comfort with its spacious and tidy armchairs, slippers and shawl service; The ScreenX room has a special acoustic sound system, a vast seating arrangement, and a 270-degree curtain design, providing excellent visibility from every corner of the room. Turkey in the first place with an innovative concept application structure as well as the interior comfort of home theater 16 and 26 people in the VIP lounge still have Vadistanbul AVM.

Also the Magic World Entertainment Center; It is the new address for both adults and children, with entertaining areas such as bowling, laser tag, crashing auto, soft play playground, climbing walls, as well as party streets and cafes where birthdays and organizations can be held.

Vadistanbul is also distinguished by a variety of transportation means which makes it easily accessible through TEM access roads. Moreover, Vadiistanbul created the first monorail in Turkey through an investment of TRY 120 million to provide access to Seyrantepe metro station.

Source : malls.com

(Auteur : AFP)
 La plus grande chaîne américaine de pharmacies, CVS, ne veut plus faire la promotion dans ses magasins d’images de mannequins aux rides estompées ou aux cuisses affinées par ordinateur, et veut imposer un avertissement sur les photos retouchées.

Aux Etats-Unis, une chaîne de pharmacies veut supprimer les photos retouchées

L’entreprise ambitionne de créer de « nouveaux standards » concernant les publicités utilisées dans ses rayons en reléguant au placard toutes les photographies corrigeant les formes d’un corps, la couleur de la peau ou les rides d’un visage, selon un communiqué diffusé lundi. La société, qui possède au total 9 700 pharmacies, va d’une part créer un label à apposer sur les images non altérées dès cette année. Elle souhaite par ailleurs obliger d’ici fin 2020 les fabricants de cosmétiques à mentionner si une photographie promotionnelle utilisée dans ses rayons est modifiée.

« En tant que femme, mère et dirigeante de magasins dont les clients sont principalement des clientes, je me rends compte qu’il nous incombe de réfléchir aux messages que nous leur envoyons chaque jour », a justifié Helena Foulkes, en charge de la chaîne de pharmacies au sein du groupe CVS Health. « Le rapport entre la propagation d’images de corps non réalistes et les effets négatifs sur la santé, en particulier chez les jeunes filles et les jeunes femmes, a été établi », a-t-elle souligné. Le groupe a déjà contacté plusieurs distributeurs et « nombre d’entre eux sont déjà en cours de réflexion » sur ce sujet, a assuré Helena Foulkes.

Cette initiative de l’entreprise américaine s’inscrit dans un mouvement plus vaste visant à lutter contre la mise en avant d’un type de beauté standard. En France, par exemple, un décret oblige déjà à mentionner « photographie retouchée » sur les images de mannequins dont la silhouette a été modifiée par un logiciel informatique, dans des publicités, dans la presse ou sur Internet.

Source : fr.fashionnetwork.com

(Author : Emma Hutchings)
The home retailer is bringing virtual reality into in-store events with an experience that lets shoppers play games and explore the IKEA world.

IKEA Store Opening Entertained Customers With A VR Pillow Game

At a recent store opening in Dallas, Texas, furniture giant IKEA offered shoppers a virtual reality experience that let them check out products in more detail, learn about the brand’s design and sustainability efforts, and more.

Those who visited the store could become immersed in a virtual IKEA world by popping on a headset. To highlight some of the fun ways the brand is using this technology, shoppers were given the chance to play a pillow toss game or spend time with pandas inside a lamp.

Source : psfk

(Auteur : Benoit Merlaud)
Leclerc prépare une grosse offensive sur le bio en 2018. Des adhérents piaffaient pour ouvrir des concepts spécialisés sous une enseigne à part, ils auront bientôt satisfaction. Les hypers, eux, vont accueillir des univers bio mieux travaillés et plus spectaculaires. Une info Linéaires.

Leclerc va lancer sa propre enseigne bio

En novembre, le mouvement d’indépendants a constitué son “GT bio GSA-GSS” (pour grandes surfaces alimentaires et spécialisées). Il a dans la foulée déposé la marque “Le Village Bio”. Les industriels sont démarchés (avec plus ou moins de succès) pour remplir les magasins avec des marques présentes habituellement dans les réseaux bio spécialisés. Car l’idée est bien de venir sur les plates-bandes de Biocoop et consorts, ces enseignes qui ont su développer un marché qui échappait jusqu’à présent aux distributeurs conventionnels.

L’ambition : rien de moins qu’un parc de 200 magasins, sur des surfaces comprises entre 400 et 800 mètres carrés. Cela fait déjà un certain temps que l’idée a germé parmi les adhérents Leclerc. Quelques-uns, d’ailleurs, n’ont pas attendu la centrale pour prendre des initiatives. En septembre 2015, le Leclerc de Chambly (60), pionnier dans le mouvement, a ouvert un magasin “Le Temps du Bio” à l’autre bout de son parking, sur 300 mètres carrés.

En juin 2016, l’adhérent de Nice Saint-Isidore (06) a inauguré un original “E.Leclerc Bio et Italien”. Un vrai hyper de 3800 mètres carrés, étrangement partagé entre deux vocations qui n’ont guère en commun que le pouvoir d’achat de leurs consommateurs. Depuis l’automne 2017, le tempo s’accélère. En septembre, c’est le Leclerc de Nancy Saint-Georges (54) qui ouvre dans sa galerie un magasin “Ma Boutique Bio”. En octobre, un point de vente “La Bio Culture” de 300 mètres carrés fait son apparition à proximité du Leclerc d’Hauconcourt (57).

En décembre, le Leclerc de Saint-Paul-lès-Romans (26) ouvre à son tour, dans sa galerie, une petite surface baptisée… “Le Village Bio”. Pas encore un concept validé par le GT bio, mais l’agencement est bien léché quand même (Linéaires l’a visité).

A Romilly (10), l’adhérent local porte un projet sur une cellule de 400 mètres carrés. Le 17 janvier, également, un petit magasin bio de 450 mètres carrés ouvrira ses portes en solo à Fontaine-lès-Dijon (21). Accolé cette fois à un Picard sur un axe passant, à 3 kilomètres du Leclerc de Dijon.

Les enseignes bio spécialisées en ligne de mire
Leclerc n’est pas le seul distributeur à s’intéresser au business des enseignes bio spécialisées. Les Mousquetaires viennent d’annoncer une prise de participation minoritaire au capital des Comptoirs de la bio. Cette association avec l’un des premiers réseaux spécialistes du bio en France, lui-même groupement d’indépendants, va permettre aux adhérents Intermarché d’ouvrir des petits supermarchés bio.

Casino, de son côté, ouvre à tour de bras des magasins Naturalia (151 points de vente à fin septembre, soit un parc multiplié par trois depuis 2011). Auchan, qui vient d’inaugurer son premier magasin Auchan Bio, n’est pas prêt à renoncer à Coeur de Nature, un concept bio spécialisé qu’il avait testé avant de mettre en œuvre sa stratégie de convergence d’enseigne (deux magasins en exploitation). Et Carrefour, de même, envisage d’ouvrir des points de vente Greenweez, du nom du site spécialisé qu’il a racheté, en complément de son réseau Carrefour Bio.

Source : lineaires.com

(Author : springwise)
Immersive shopping experience allows diners to purchase almost all the furnishings and tableware along with their meal.

Restaurant allows diners to buy food and furnishings

New York-based furniture and interior design firm Roman and Williams have opened a store with a restaurant where the furnishings and table settings can be purchased along with the food. The cafe, bakery and restaurant, La Mercerie, is being run by Parisian chef Marie-Aude Rose and her husband Daniel Rose and will serve “simple but refined” French food. Any items purchased can be delivered the same day.

Putting a restaurant in a furniture store is not a new idea – Restoration Hardware has opened restaurants in three of its RH Galleries stores, where diners can also purchase the furniture. While at Tiffany & Co, diners in the New York flagship store’s the Blue Box Café can not only have breakfast at Tiffany’s, they can also purchase the cafe’s teacups and plates. Roman and Williams, however, take this one step farther, by offering almost everything in the café for sale, even the flowers on the table, which are sold in an onsite shop by florist Emily Thompson.

La Mercerie represents a response to the growing trend for spending money on experiences rather than things. We have already seen this trend with the advent of interactive retail spaces and restaurants that combine food with events and discussions on social issues.

At La Mercerie, all of the furnishings and tableware in the restaurant have been chosen by Roman and Williams founders Robin Standefer and Stephen Alesch to create a unique style, which features mismatched combinations of ceramics sourced from Japan, Sweden, Australia and Denmark, vintage French silverware and linens made in Sweden. In creating a curated, immersive shopping experience, the store/restaurant may represent the future of bricks-and-mortar retail. The restaurant will begin serving a full menu in February, and in the meanwhile is open every day from 10am to 7pm for coffee, pastries and cocktails. Will the idea of combining dining and shopping lead to more opportunities to combine experiences and retail?

Source : springwise