(Author : Napier Lopez)
Sonos is preparing to launch its first its first ever flagship retail location in New York City on Tuesday July 19 (101 Greene Street in SoHo, for you locals). I was able to get a tour of the location in before it opens up to the public, and it’s pretty darn cool as far as tech stores go. It kind of makes the Apple Store look like a Radio Shack.

Sonos’ first flagship NYC store makes the Apple store look boring, and we got an early tour

Of course, the store wants to sell you speakers, but it takes a relaxed approach to sales. Sonos says much interest in its product comes from people simply experiencing it in the homes of friends, so rather than bombard you with a boxes of products or loud music everywhere, listening experiences are mostly divided into seven ‘pods’ representing five different styled homes, as well as two lounge areas for customers to relax while they’re in the area. There will also be occasional public events hosted at the store as well.

You can see the unique layout as soon as you walk into the store. To the left is a series of shelves highlighting a set of products (currently, the excellent Play:5 speakers), as well as the aforementioned listening pods. The pods are acoustically sealed, and I was impressed at how little sound leaked from them as other members of the press blasted music while testing out speakers.

Sonos’ first flagship NYC store makes the Apple store look boring, and we got an early tour1
Towards the end, there’s an awesome ‘Wall of Sound,’ – which Sonos sees as the centerpiece artwork – made up of 297 speakers and acoustic foam. The company hopes this will be the piece to catch people’s eye when looking through the large windows from the outside.
Speaking of acoustics, the entire store was tuned by Sonos engineers to have about half of surface be reflective, and half of them absorptive. The detail is impressive, and you can see little acoustic touches throughout. There’s an absorptive, paneled ceiling reflective flat concrete floors, and zig-zagged glass on the pod doors
But my favorite touch  are the microperforations covering much of the wall space. Basically Half of the walls are flat, but, the other half features tiny holes to improve the acoustics, while also being a (very) subtle visual nod to the Play:5’s design. You have to look close to see them.
To the right of the pods is the customer service center, which is really just a designated area with some tabletop space and artwork. Customer reps use handheld units, so they don’t need to be at a desk to chat about any problems you might have. The point is to make sure customers don’t feel like salespeople are breathing down their necks.
Meanwhile the actual products are just barely visible behind one of the perforated walls. Again, Sonos wants to feel closer to a home than a plain old store. Downstairs, you’re greeted by another lounge space and listening room, as well as a virtual fireplace that extends the length of the Wall of Sound.

The pods themselves are basically cool little apartments. Each wall of the pod represents a different room, but can also be used to test a surround sound setup try out the multi-room listening experience. As is the theme throughout the store, you’re mainly meant to try out the experience for yourself without being harassed by store employees.

In each pod, there’s a tablet that will guide you through features, or simply let you use a standard Sonos app to select music and play them on one or several speaker. The only feature omission is TruePlay, which automatically calibrates your speakers to make up for acoustic deficiencies in your home. It’s one of Sonos’ best new features, but given that all the rooms are designed to well, sound good, the company can’t quite show off the feature effectively.

Sonos says there are currently no concrete plans to build more retail locations, but it’ll look at how the New York store performs before assessing building more. While it’s not like it will magically move millions more units, the lounge-y vibe and awesome design will certainly catch the eyes of curious passerby, and help spread the word. I wouldn’t be surprised to see more Sonos stores pop up over the next few years.

Source : thenextweb.com

(Author : Alex Samuely)
Warby Parker heightened the Snapchat monetization stakes by rolling out exclusive merchandise for its followers on the photo-sharing application, suggesting that the cachet of products only available via social media could result in more mobile purchases from younger consumers.

Warby Parker focuses mobile sales vision with Snapchat-exclusive merchandise

The eyeglasses retailer clued its Snapchat followers in to a new product that was posted exclusively on the social media app this week by teasing users with the phrase, “We made something special just for you!” Warby Parker then uploaded an image of its Haskell eyeglasses in Crystal alongside a unique URL, where consumers could purchase the exact pair and revel in the product’s Snapchat exclusivity.

“Warby Parker is likely introducing this initiative to test the viability of Snapchat as a compelling commerce platform,” said Laura Sossong, senior consultant at Boston Retail Partners. “It’s a win-win, as even if the campaign doesn’t result in significant sales, it will increase social media following and brand exposure to its target market. “If the social media exclusive spurs additional sales, it is a bonus.”

Shopping on Snapchat
As social media monetization continues to top marketers’ minds, a growing number of retailers are experimenting with ways to convert their social followers into customers with relatively low barriers to entry. For instance, Sephora is continuing its efforts to tap into new ways of monetizing millennial-friendly mobile platforms, enabling its Snapchat followers to purchase products featured in live stories by taking a screenshot and downloading the ShopStyle app.

Warby Parker employed a different approach, choosing to upload a unique URL leading to the product’s page instead of asking followers to take a screenshot of its Snapchat Story. The Snapchat Story, which was posted on Wednesday, began with the phrase, “Hey Snapchat friends…” superimposed over a yellow background. It then segued to a post saying, “We made something special just for you!”

Warby Parker’s Snapchat followers were privy to an image of the Haskell glasses in Crystal being held in front of a printed background. The subsequent Snap showcased several of the brand’s employees wearing the exclusive glasses. The sunglasses, which came with silver mirrored lenses, retailed for $95. Mobile users could input the product’s URL into their browsers to purchase a pair. Less than 24 hours after the live Story was posted, Warby Parker informed consumers that the frames were sold out.

Seamless social transitions
Per an article on TechCrunch, which first reported the news, Warby Parker believes that Snapchat’s stickers, geofilters and lenses facilitate more creative communications with consumers and translate well to commerce opportunities. Snapchat’s lack of widespread monetization so far will likely enable brands on the photo-sharing app to effectively leverage the novelty surrounding shoppable Snapchats. Additionally, the notion of Snapchat-exclusive merchandise could resonate strongly with younger consumers, many of whom place individuality above all else when it comes to their fashion choices. Warby Parker will also roll out branded Snapchat filters to New York and Los Angeles residents on July 23 and 24. The eyeglasses retailer has been ramping up its mobile commerce initiatives with gusto lately, indicating that many of its target customers are browsing its inventory on their smartphones.

Earlier this summer, Warby Parker attempted to bring more convenience to the eyewear-buying process by introducing its first iOS app, which enables users to select five frames to try on at home – with free shipping – showcasing how retailers can merge physical and digital shopping experiences.

“Retailers have been increasingly testing the waters relating to utilization of social media as a sales channel,” Ms. Sossong said. “Should these measures prove to gain sales traction, it will justify future investment and merchandise offerings that are exclusive to social media platforms.”

Source : mobilecommercedaily.com

(Auteur : Camille Lhost)
À l’occasion de cet anniversaire, la marque numéro un en France de boeuf a décidé d’aller à la rencontre de ses consommateurs en ouvrant une boutique éphémère à la rentrée.

Charal ouvre un Pop up Store pour ses 30 ans

Comment fêter 30 ans de présence sur le marché du boeuf ? Confortablement installée dans les rayons frais et surgelés des supermarchés depuis 1986, la marque au célèbre au “Hummm…”, sort de ses étals et ouvre une boutique éphémère au Forum des Halles en septembre. Pendant trois semaines (du 15 septembre au 2 octobre), les clients Charal -et les curieux qui veulent (re)découvrir la viande rouge- sont invités à venir déguster le boeuf sous toutes ses formes. Cuits, crus ou séchés, les steaks et autres faux filets seront les stars de l’opération.

Baptisé “L’atelier Charal”, ce lieu proposera quatre univers “pour vivre des expériences inédites autour du boeuf”. Dégustation de verrines originales, désossage et découpe de morceaux de viande, la marque organisera aussi des sessions tutoriels afin de savoir choisir son steak haché en fonction de ses goûts. Enfin, élément phare de l’opération, la maquette géante d’une pièce de boeuf décorera l’atelier ce façon insolite mais aidera surtout les consommateurs à mieux situer les morceaux de viande provenant de l’animal.

L’ouverture de ce Pop up Store vient mettre un point d’honneur aux opérations de communication instaurées depuis le début de l’année pour fêter l’anniversaire de la marque. Outre les opérations en supermarchés (coupons de réduction, animation et dégustation en points de vente…), Charal a notamment lancé des vidéos au ton décalé sur Youtube ainsi que de drôles posts Facebook en lien avec l’actualité, l’Euro de football par exemple.

Source : e-marketing.fr

(Auteur : Mélanie Roosen)
Pour se rapprocher des consommateurs, les marques investissent les réseaux qu’ils utilisent. Pour sensibiliser à la cause animale, The Body Shop s’invite sur Tinder.

The Body Shop utilise Tinder pour défendre les animaux

Dans le cadre de son programme « Bio-Bridges », qui a pour objectif d’aider les espèces en danger à se reproduire, The Body Shop investit Tinder pour une campagne de sensibilisation. Reggie, un petit primate égérie de la marque, choisit ainsi l’appli de dating pour trouver son âme sœur.

Depuis son profil, les utilisateurs peuvent en apprendre plus sur le programme Bio-Bridges, qui opère principalement dans les zones endommagées pour reconnecter les espèces sauvages. L’ambition de The Body Shop est de protéger et sauvegarder 75 millions de mètres carrés de forêt d’ici 2020. Le premier terrain d’action de la marque est situé au Nord du Vietnam, une région où vie Reggie.

« Nous voulons vraiment devenir l’entreprise la plus éthique et écologique à l’international », explique Toby Milton, Directeur Général de The Body Shop au Canada. « Cette campagne Tinder est un moyen ludique de toucher une nouvelle audience et de sensibiliser l’opinion à nos initiatives en matière de développement durable, mais aussi de montrer comment les consommateurs peuvent s’investir à nos côtés ».

En parallèle de ce dispositif, une campagne en magasin incitera les clients de la marque à aider Reggie à trouver l’amour. Chaque achat effectué entre les mois de juillet et septembre permettra de financer l’entretien d’un mètre carré de forêt tropicale.

Source : ladn.eu

(Autore: Alessandra Bonaccorsi)
Come Paesi fornitori del gruppo, meno rilevanti diventano Cina, Bangladesh, India, Corea del Sud, Vietnam e Pakistan, mentre ci si indirizza su Italia, Spagna e Turchia.

Mango modifica gli asset produttivi. L’Italia diventa strategica

Il nostro Paese diventa strategico per il brand Mango che, avendo optato per l’introduzione, all’interno della propria proposta assortimentale, di prodotti ogni 15 giorni anziché ogni tre settimane, considera oggi meno rilevanti, come Paesi fornitori del gruppo, Cina, Bangladesh e India, ma anche Corea del Sud, Vietnam e Pakistan, indirizzandosi maggiormente su Stati come Italia, Spagna e Turchia. In questi Paesi, Mango avrebbe deciso di incrementare la produzione. Stando al Rapporto sulla sostenibilità, nel 2015 la Cina resta al vertice dell’elenco dei produttori, ma con una quota inferiore rispetto allo scorso anno: 27,5% contro il 28,8% del 2014. Al secondo posto si piazza la Turchia con il 13% contro l’8% dell’anno precedente. L’India scala al terzo posto, mentre nel 2014 occupava il secondo, con un 10,57%, in linea con la percentuale di un anno prima. Il cambio di tendenza si evince in Spagna che vede salire nel 2015 il peso della filiera domestica di 1,5 punti percentuali. L’Italia è passata dal 2,81% al 4,34% nell’arco di un anno.

Fonte: mark-up.it

(Auteur : Matthieu Jolly)
Face à la montée du digital, les banques traditionnelles sont confrontées à une baisse de la fréquentation de leur réseau d’agences physiques. Comme Santander en Espagne, la Société Générale en France ou encore HSBC au Royaume-Uni… les annonces de fermeture d’agences se succèdent ces dernières années. Si Internet est régulièrement incriminé, vous-même, vous constatez que les horaires d’ouverture de votre agence bancaire sont souvent en décalage par rapport à vos disponibilités.

Pour vous détendre n’hésitez pas à entrer dans votre agence bancaire

Dans le même temps, les banques en ligne font le chemin inverse et ouvrent des agences d’un nouveau type. Aux Etats-Unis, vous pouvez vous rendre dans l’un des onze « cafés » de Capital One 360° et ce, que vous soyez ou non client de la banque. Au Royaume-Uni, c’est Virgin Money qui vous invite dans l’un de ses lounges. Depuis la première ouverture, en 2012 à Manchester, la banque anglaise a ainsi ouvert 6 espaces supplémentaires. Accessibles aux clients de la banque, ces lieux de vie sont à votre disposition et vous accueillent pour autant de temps que vous le souhaitez.

Conçus sur la base des salons « business » des compagnies aériennes, vous trouverez toute une gamme de services gratuits en libre-service : WiFi, prises de courant, tablettes, rafraîchissements, piano, magazine, espace détente pour enfant ou télévision diffusant l’actualité, … Tout est mis en œuvre pour que vous vous sentiez comme chez vous.

En outre, vous pouvez privatiser une partie du lounge afin d’organiser une réunion de travail ou un évènement local : concert de piano, retransmission de Wimbledon, réunion de votre club de bridge etc. L’agence s’inscrit ainsi dans la vie de votre quartier et devient un lieu de rassemblement.

Et la banque dans tout ça ? Des hôtes(ses) sont à votre disposition si vous avez des questions sur votre compte bancaire. En vous rendant dans l’un des Virgin Money Lounges, vous le comprendrez aisément : ils n’ont rien à voir avec les espaces froids typiques des banques « historiques ». Si les banques en ligne ou le 100% Internet vous font peur, ces lieux de rencontre sont de nature à vous rassurer et ce, tout en vous réconciliant avec votre banque et votre conseiller bancaire. Comme quoi, le magasin physique est bien à la pointe de l’évolution du commerce et de la Relation Client.

Rencontrer Richard Branson
Quand vous passez devant le Virgin Money Lounge de Haymarket à Londres, ne soyez pas surpris : Richard Branson va, en personne, vous interpeller. Il va alors vous inviter à entrer à l’intérieur ou, si vous êtes fan, à prendre un selfie avec lui.

Poser ses questions
Si le lounge n’est pas une agence classique, Virgin Money reste bien une banque. Vous pouvez ainsi discuter avec le personnel et prendre en rendez-vous dans l’un des petits salons afin de poser vos questions sur votre compte bancaire.

Se détendre
Piano, magazine, télévision sont quelques-uns des services mis à votre disposition pour que vous puissiez vous détendre à votre arrivée dans le lounge. Prenez votre temps et installez-vous dans l’un des fauteuils de la cabine business de Virgin Atlantic.

Déposer ses enfants
Si vous avez rendez-vous avec un conseiller clientèle et que vous êtes venu avec vos enfants, n’hésitez pas à les installer dans l’espace qui leur est dédié. Si les activités lecture et coloriage ne les passionnent pas, nul doute que la console de jeux vidéos y remédiera.

Privatiser l’espace
Le lounge est un espace de vie ouvert. Vous pouvez le privatiser pour inviter des clients, organiser une levée de fonds caritative, etc. En passant dans un lounge, vous rencontrez immanquablement des habitués, cadres ou retraités qui utilisent cet espace au quotidien.

Source : echangeur.fr

(Auteur : Aurore Hennion)
Au cours de l’assemblée générale annuelle d’aujourd’hui, Pablo Isla, PDG de Inditex, a analysé les performances du groupe en 2015 et a annoncé un certain nombre d’initiatives stratégiques. Le paiement mobile sera ainsi mis à la disposition des clients à partir des applications de chacune des marques du groupe.

Inditex lance une application de paiement

Cette nouvelle offre à la clientèle sera disponible dans les applications en ligne de l’ensemble des huit enseignes d’Inditex (Zara, Pull & Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Zara Home et Uterqüe), ainsi que par l’intermédiaire d’une nouvelle application Inditex, InWallet, que les acheteurs seront en mesure d’utiliser pour payer les achats effectués dans tous les magasins du groupe en Espagne. Dans les deux cas, le service permettra des recettes en ligne et hors ligne, ce qui facilite l’élimination des reçus papier.

Le nouveau service a été conçu pour améliorer l’expérience d’achat et vise à simplifier considérablement le processus d’achat et surtout des retours. Les clients peuvent activer le service directement depuis l’application en ligne, en ajoutant les cartes de paiement qu’ils souhaitent utiliser sur le compte d’une manière sûre et sécurisée.

L’application a été entièrement développée en interne par Inditex, dans le cadre des efforts du groupe pour améliorer sans cesse la technologie et l’expérience globale des clients. Dans la même veine, Pablo Isla a également annoncé le déploiement de la technologie RFID dans tous les magasins Zara, d’ici la fin de cette année. Elle devrait être déployé dans le reste des marques du groupe à partir de l’année prochaine.

Plan stratégique environnemental

Pablo Isla a également présenté la prochaine phase du plan 2016-2020 de la Stratégie environnementale d’Inditex, qui voit le lancement d’un programme de recyclage ambitieux. Selon le plan, qui favorise la coopération existante du groupe avec l’organisme caritatif espagnol Cáritas. De nombreux conteneurs de vêtements seront installés dans plusieurs villes espagnoles et en boutiques.

Pablo Isla a également noté que les revenus et les bénéfices ont atteint 20,9 milliards d’euros et 2,89 milliards d’euros, respectivement, conduisant au paiement d’un dividende de 0,60 € par action. Il a également noté que le nombre de magasins du groupe a maintenant dépassé 7000 à travers 88 marchés, avec une présence en ligne dans 29 de ces marchés.

Lors de la présentation aux actionnaires, Pablo Isla a également souligné une forte croissance du groupe dans toutes les zones géographiques. Cette année, Inditex a créé 15 800 nouveaux emplois, dont 4 120 en Espagne. Le PDG a affirmé qu’Inditex était une entreprise centrée sur la personne et axée sur le talent créatif, l’investissement communautaire et une stratégie de croissance durable.

Les actionnaires de la société ont également ratifié les états financiers de 2015, la réélection de Flora Pérez Marcote en tant que membre du conseil d’administration et la nomination de la baronne Denise Kingsmill comme administrateur indépendant.

Source : fashionunited.fr

(Author : Chloe Rigby)
John Lewis is taking steps to expand further its international coverage, after a year in which online international sales have increased by 50%. At the same time, international traffic to its website has increased by 15%.

John Lewis expands its international strategy

The department store, an Elite retailer in IRUK Top500 research, has extended from 33 to 40 the number of countries that it delivers to through its website, johnlewis.com. Now customers can order for delivery to countries including Hong Kong, The Philippines and Malaysia. As well as this, customers can now choose from 10 extra currencies when making payment.

The move comes as John Lewis has said it will have a physical presence in Australia for the first time, when it opens shop-in-shops in six branches of Australian department store Myer. The first will open before Christmas in the outskirts of Sydney and feature the home products that John Lewis data shows are popular with its overseas customers. Bed linen accounts for 21% of its own brand international sales, with Egyptian cotton pillowcases among the bestselling items.

Katie Jordan, head of international development at John Lewis, said: “We’re delighted to be expanding our international presence and bringing John Lewis to new countries around the world, both through physical collaborations and by expanding our online international delivery destinations.”

It’s noticeable that both John Lewis and sister supermarket Waitrose have acted recently to expand their international coverage. Waitrose is selling in China and to expats as it looks to grow its grocery sales. Meanwhile, John Lewis is moving ahead with a strategy that has already seen shop-in-a-shops in the Philippines and stores at Heathrow and St Pancras Internaitonal that are designed to raise brand awareness.

All of this comes at a time when sterling has fallen against the dollar and other international currencies, making British retail unexpectedly good value.

Source : internetretailing.net

(Auteur : Loïc Pialat)
Avec ShippingPass, le géant de la grande distribution espère s’imposer dans l’e-commerce en lançant un service deux fois moins cher qu’Amazon Prime.

Walmart sur les plates-bandes d’Amazon

En élargissant fin juin son programme pilote ShippingPass à l’ensemble des Etats-Unis, Walmart a prévenu Amazon qu’il fallait se tenir prêt. L’annonce du leader mondial de la grande distribution a eu lieu deux semaines avant le «Prime Day» du 12 juillet, la grande journée annuelle de soldes sur Amazon. Histoire de tirer à soi la couverture médiatique.

ShippingPass permet à ses membres de se faire livrer gratuitement en deux jours en échange d’un abonnement annuel. Un système équivalent à Amazon Prime mais deux fois moins cher (49 dollars par an contre 99). Depuis sa création dans les années soixante, Walmart a pris l’habitude d’écraser la concurrence en jouant la carte des prix bas. Jusqu’à présent, la firme de l’Arkansas doit pourtant se contenter d’un statut de challenger sur le terrain du commerce électronique.

En 2015, les ventes sur Amazon ont représenté 83 milliards de dollars quand celles de walmart.com n’atteignaient pas 14 milliards, moins de 5% de son gigantesque chiffre d’affaires. Entre le vieux géant du Midwest et le vent de fraîcheur venu de Seattle, Wall Street a fait son choix. La capitalisation boursière d’Amazon dépasse désormais celle de son rival.

A l’automne dernier, Doug McMillon, le patron de la chaîne d’hypermarchés, prévenait: «L’histoire du commerce est très claire. Ceux qui ne veulent pas changer ou n’y parviennent pas disparaissent.» Consciente de ses faiblesses, l’entreprise a donc investi 2 milliards de dollars dans sa branche e-commerce, fermé des magasins pour débloquer des fonds et mobilise 2200 ingénieurs dans la Silicon Valley afin de développer ses «cloud data centers». Cela suffira-t-il à basculer totalement dans la nouvelle économie?

40 millions d’abonnés
Les optimistes ne manquent pas. Walmart a à sa disposition 6 000 poids-lourds, l’une des flottes privées les plus importantes du pays. 70% des Américains vivent à moins de 8 kilomètres d’un des 4 500 magasins du groupe, un spectaculaire réseau qui éviterait au consommateur de passer par la Poste pour renvoyer un produit. Avec 150 centres de distribution et huit entrepôts géants dédiés au e-commerce, la compagnie, qui reste une machine à profits, a sans conteste de la ressource.

Mais le camp des pessimistes a lui aussi une longue liste d’arguments. «Même si sa logistique pour approvisionner ses magasins est excellente», explique au Temps Chris Tang de la Anderson School à l’université UCLA, «Walmart n’a ni l’expérience, ni les systèmes de technologie de l’information nécessaires pour concurrencer Amazon dans l’e-commerce.» Pour le moment, le géant de la distribution n’a pas prévu de s’associer à une start-up de la Silicon Valley pour profiter d’un savoir-faire technique qui lui manque mais il discute avec Uber et Lyft sur le sujet des livraisons à domicile.

Les 40 millions d’abonnés américains à Amazon Prime seront de toute façon compliqués à déloger. Une étude récente estime que 91% des membres de Prime renouvellent leur abonnement après la première année. Un taux de satisfaction dont n’oserait même pas rêver Walmart, régulièrement critiqué pour la qualité de ses services en magasin. Aujourd’hui, un Américain peut choisir parmi 20 millions de produits sur amazon.com, trois fois plus que sur walmart.com.

Et contrairement à son concurrent, ShippingPass n’offre pas d’accès gratuit à de la musique, des films ou des séries télés. «Walmart peut proposer des prix plus bas mais les membres de Prime sont loyaux et les non-membres ne sont pas très excités par son offre», analyse Chris Tang.

Selon le professeur, ShippingPass, arrive trop tard. «Il y a peu de chance que cela marche. Personnellement, je n’investirai pas dans des actions Walmart sur cette base-là.» Les deux camps s’accordent au moins sur une chose: Walmart est le seul à pouvoir contester la toute-puissance d’Amazon sur le web.

Source : letemps.ch

(Author : Olivier Guyot)
Adidas looks ahead, singing the praises of open sourcing. The notion may cause some amusement when related to the German group’s current legal affairs, focused on the defence of its patents and intellectual property rights. Yet, during a forum with investors about the strategic road map between now and 2020, the German giant’s directors have actually listed ‘Open Source’ among the group’s three strategic vectors.

Adidas is about to open a 'creator farm' in Brooklyn

Adidas intends to “build up a unique collaborative network, inviting athletes, creatives, consumers and other partners to help [Adidas] fashion the future of sports and sporting culture.” The group explained how it wishes to provide access to its proprietary tools, including archives, materials, factories and data.

Adidas’ next creator farm is set to open next autumn in Brooklyn, under the aegis of Marc Dolce (a former Nike star designer who has joined Adidas), and must attract talents “in order to energise creativity and innovation in sport, outside of the conventional production calendars.”

This ‘open source’ approach will be adopted on a major scale, and will be accessible by external partners. It appears that the concept has been vindicated by the Parley for the oceans experience.

Adidas has also stressed once again that its five-year strategy will rely on an approach that features the concept of ‘Speed’, , and will target six ‘key cities’ worldwide. In practical terms, the group is aiming to be able to react as quickly as possible to trends, and to easily stock up on the most sought-after items.

“By 2020, the company expects to generate 50% of its sales thanks to the products made available by the ‘Speed’ approach.” Also, the share of list-price sales out of the group’s total sales is planned to increase by 20% over the period. The development of ‘Speedfactories’ will be crucial in enabling this increase.

The first German facility is supposed to start operating at a high output level by mid-2017, and the setting up of one such unit in the USA has been heralded for end-2017. These manufacturing facilities are expected to be able to produce one million pairs of shoes.

Adidas will support this strategy through targeted initiatives in Los Angeles, New York, London, Paris, Shanghai and Tokyo, and explained how it intends to double its business in these international trend-generating cities.

Source : us.fashionmag.com